Catégorie : Parutions

Renée Greusard : « Choisir d’être mère »

Renée Greusard, née en 1984, est une journaliste française dont le parcours professionnel est marqué par une diversité de collaborations avec des médias renommés. Au cours de sa carrière, elle a exercé au sein de différentes rédactions telles que L’Humanité, Les Inrocks, Libération, Causette, Arte Radio, le Mouv, et France Inter. Cependant, c’est en 2011 qu’elle rejoint la rédaction de Rue89, aujourd’hui intégrée à L’Obs, où elle continue d’exercer son métier de journaliste.

Le champ d’expertise de Renée Greusard s’articule principalement autour des sujets relatifs à l’intimité, la sexualité, et le genre. Cette orientation thématique souligne son engagement à explorer des questions sociétales cruciales et souvent délicates. En parallèle à ses contributions journalistiques, elle a étendu son influence en collaborant avec la revue Topo et en adaptant sa série intitulée « Tinder Surprise » pour Arte Creative, témoignant ainsi de sa polyvalence et de sa capacité à toucher différents publics.

En 2020, Renée Greusard élargit son spectre médiatique en co-présentant l’émission « Crac-Crac » avec Monsieur Poulpe sur Canal+. Cette incursion dans le monde de la télévision ajoute une nouvelle dimension à sa carrière, confirmant sa capacité à se diversifier dans le paysage médiatique contemporain.

→   Lire Plus

« Immanence : dans l’intensité de la vibration d’Aimé Césaire », de Michèle Charles-Nicolas

—-Par Fernand Tiburce Fortuné —

Cet article se veut davantage comme une présentation de l’artiste Michèle Charles-Nicolas (MC-N) de ses œuvres, de ses réflexions sur son esthétique, qu’une analyse complète, approfondie de ses productions plastiques elles-mêmes.

Au sein même du livre, Michèle Charles-Nicolas, des Critiques d’art de qualité, éminents spécialistes font ce travail de décryptage sur lequel je me suis appuyé.

« Le travail de critique littéraire est insuffisant, car il ne parvient pas
à percer tous les mystères d’une création poétique »

R.M RILKE

1 –La pensée créatrice de Michèle Charles-Nicolas

Il est toujours passionnant de découvrir une artiste, un livre d’art, des œuvres avec un mélange de crainte et de curiosité esthétique. Ce livre, parrainé par la Fondation Clément, offre à notre lecture critique, d’une part une appréciation de l’artiste sur son travail et ses motivations profondes, d’autre part une longue interview de l’artiste par Patrick Chamoiseau, enfin des jugements de qualité portés par des critiques d’art sur ses œuvres et son parcours.

→   Lire Plus

« Guadeloupe, Mai 67 : Massacrer et laisser mourir »

Par Elsa Dorlin (dir.) avec Jean-Pierre Sainton et Mathieu Rigouste.

En mai 1967 en Guadeloupe, un mouvement de grève est réprimé dans le sang par les forces de l’ordre françaises. Elles ouvrent le feu sur la foule en ciblant des militants du mouvement anticolonialiste et syndicaliste ; tirent sur les passants, blessent et arrêtent des dizaines de personnes. Le préfet de Guadeloupe alors en poste est Pierre Bolotte, ancien haut fonctionnaire en Algérie, futur préfet de Seine-Saint-Denis où il créera la BAC. Ce livre revient sur le déroulement des journées de mai et plus largement sur le contexte des années 1950 et 1960 aux Antilles et en Guyane ; sur les mouvements sociaux, indépendantistes et révolutionnaires et la répression sans précédent dont ils ont fait l’objet. Il analyse la politique de maintien de l’ordre en termes de gouvernementalité impériale pour révéler la circulation transatlantique des fonctionnaires, des militaires, des théories et techniques contre-insurrectionnelles de l’Algérie française et de l’OAS aux Antilles, en revenant en métropole. Aux massacres d’État et crimes républicains qui égrènent ces décennies se substituent progressivement des politiques migratoires, sociales et économiques discriminatoires, des idéologies sexuelles, raciales et familiales, qui matérialisent la colonialité du biopouvoir, dont la compréhension est vitale pour les luttes présentes.

→   Lire Plus

Pesticides – Un colonialisme chimique : L’analyse percutante de Larissa Mies Bombardi

Les pesticides, devenus omniprésents dans notre alimentation et notre environnement, constituent un défi mondial majeur. Larissa Mies Bombardi, chercheuse brésilienne exilée en Europe, dévoile dans son dernier ouvrage, « Pesticides – Un colonialisme chimique », les rouages complexes de cette problématique qui transcende les frontières nationales.

L’emprise de l’agro-industrie mondiale : L’auteure expose le rôle prédominant de l’agro-industrie dans la prolifération massive des pesticides à l’échelle mondiale. Un constat alarmant est dressé, mettant en lumière la mainmise idéologique et physique de cette industrie sur la planète. Le Brésil occupe une place singulière dans ce scénario en tant que plus grand consommateur mondial de pesticides, majoritairement produits par des multinationales européennes.

L’exportation cynique de poisons : Larissa Mies Bombardi dénonce le paradoxe de l’Europe, exportatrice de pesticides qu’elle refuse sur son sol. Cette pratique cynique crée un véritable colonialisme chimique, intoxiquant les terres et les corps étrangers. Un cercle d’empoisonnement s’installe, alimenté par les produits agricoles brésiliens qui ramènent ces poisons sur le continent européen, appelant à une action immédiate pour briser cette chaîne néfaste.

Exil et engagement en Europe : L’exil de Larissa Mies Bombardi en Europe est évoqué sans concession.

→   Lire Plus

« Mission  à contre-courant – De la Martinique à la Guyane », autobiographie de Charles Jesbac

Auteur : Originaire de la Martinique, où il vit le jour  en  octobre 1944, Charles JESBAC évoque  à travers ce récit, la Mission qui l’a conduit de la Martinique à la Guyane.

Son embarquement en 1964, en tant que militaire, à bord de l’avion où il sera enchaîné, marque le début d’un parcours tumultueux

en terre inconnue.

Contre vents et marées, l’auteur va nous entrainer dans un tourbillon, une lutte de tous les instants pour maintenir son navire à flot jusqu’au bout de sa Mission.

Un parcours atypique, parsemé d’embûches, mais riche en apprentissage ; une école de la vie.

Résumé :

Charles JESBAC

Militaire incorporé au Galion, en 1964 à son arrivée en Guyane, il intègre par la suite, L’Office Nationale des Forêts (l’O.N. F) en tant que prospecteur forestier.

Après avoir parcouru durant trois ans, l’Ouest Guyanais (Saint-Laurent du Maroni à Maripasoula), il devient spécialiste forestier.

A la fin des années 60, il travaillera comme aide-météorologiste au Centre Spatial Guyanais avant d’intégrer la Police Nationale (1969-1995).

Malgré son métier, il gardera un lien très fort avec l’espace naturel et le monde rural.

→   Lire Plus

« Sunu Gaal Ka Ki Mas – Nou Nou Ka Vwayajé AFreeKa »

La genèse : un voyage au Sunu Gaal

— Par Malik Duranty —

Aux mois de juin, Juillet, Août, Septembre 2022, j’ai en l’honneur de participer à un projet de film documentaire. Il a pour sujet le masque emblématique de la société martiniquaise. Ce dernier qui officie au moment du Carnaval, en particulier le Mardi Gras. Le mas de Papa Djab. Ce film documentaire intitulé « Papa Djab la face cachée du masque » est le fruit de l’initiative de Christian Foret et est réalisé par lui. La démarche de réalisation de ce film documentaire nous emmènera dans une pérégrination au sein du Pays Martinique. À la rencontre de plusieurs Personnalités nous permettant d’appréhender la réalisation, la fonction, l’histoire et la symbolique de ce masque.

Cependant, il est de notoriété publique qu’Aimé Césaire – Chantre de la Négritude – ait déclaré avoir rencontré Papa Djab de retour d’un voyage au Sénégal. À l’occasion du Premier Festival des Arts Nègres, il l’a vu au détour d’une ruelle dans un village de Casamance.

C’est ainsi que lors de la réalisation de ce film documentaire.

→   Lire Plus

« Voilà pourquoi il faut demeurer confiant ! – Tome 1 », Francette Florimond

Francette Florimond, journaliste économique chevronnée avec 43 ans d’expérience en Martinique, en Guadeloupe, et en Guyane, dévoile dans son dernier ouvrage une série de réflexions essentielles sur les enjeux économiques contemporains aux Antilles-Guyane. Intitulé « Voilà pourquoi il faut demeurer confiant ! – Tome 1 », ce livre marque le début d’une trilogie économique qui s’attaque aux grands défis sociaux, politiques et sociétaux en relation étroite avec l’économie.

L’autrice souligne l’importance cruciale de la connaissance et de la compréhension pour guider notre société à travers les tumultes actuels. Les cinq grandes thématiques abordées dans ce premier tome sont la philosophie, les conséquences de la Covid-19, l’Europe, la politique, et l’égalité. Francette Florimond, à travers une série de chroniques, explore ces sujets avec une approche accessible et engageante, cherchant à rendre compréhensibles les notions économiques souvent mal comprises par le grand public.

Dans une récente interview sur Martinique 1ère, l’auteure met en lumière son objectif : expliquer les concepts économiques omniprésents dans les médias afin que le public puisse réellement s’approprier les informations et, par extension, sa liberté d’agir. Bernadette Pierre-Cassin, ancienne institutrice et vice-présidente du CESRG, souligne dans la préface que la situation sociale internationale, la proximité avec des populations en grand désarroi, les troubles persistants dans la région, ainsi que les insécurités pesant sur l’avenir, rendent cette réflexion tout à fait pertinente.

→   Lire Plus

« Immanence. Dans l’intensité de la vibration d’Aimé Césaire » par Michèle Charles-Nicolas

Cette monographie présente un choix d’œuvres où son regard porteur d’humanité rejoint les arcanes de la poésie d’Aimé Césaire ; elle est complétée par un entretien avec Patrick Chamoiseau.

Michèle Charles-Nicolas rattache sa passion pour la peinture à son enfance : « La peinture, c’est pour moi l’évidence de mon enfance, la promesse de la découverte à l’adolescence, le geste d’une vie et la projection omniprésente de mon essence même. »
Née à Solesmes en 1943, puis élève pensionnaire dans l’Anjou, elle peignait sur des morceaux d’ardoise de Trélazé. L’artiste a ensuite pratiqué la céramique et la sculpture aux Ateliers beaux-arts de Glacière, avant de renouer avec sa passion pour la peinture en 1992, aux Ateliers beaux-arts de Montparnasse..
La couleur s’est imposée à elle comme « chant poétique », pour spiritualiser la matière, et ses tableaux portent le nom des poèmes d’Aimé Césaire, qui l’a tant inspirée. Michèle Charles-Nicolas travaille dans son atelier du XVe arrondissement à Paris.
Ouvrage publié en partenariat avec la Fondation Clément

Format : 23 x 28,5 cm
Façonnage : Broché avec rabats
Pagination : 128 pages
Date de parution : 07/12/2023
ISBN : 9782357207684

ÉDITIONS HERVÉ CHOPIN
32 rue Lafaurie de Monbadon
33000 BORDEAUX
presse@hc-editions.com

→   Lire Plus

Sciences sociales : nouveautés du 10 décembre 2023

L’histoire des sciences sociales débute avec le siècle des Lumières, autours de 1650, lorsqu’une révolution au sein de la philosophie naturelle a changé le cadre de référence avec lequel les individus jaugeaient de la scientificité. Les sciences sociales sont issues de l’éthique de cette époque et ont été influencées par le long XIXe siècle ( la révolution industrielle et la révolution française, notamment). Les sciences sociales se sont développées à partir des sciences (expérimentales et appliquées), de savoirs existants, de pratiques normatives, et ce, dans un élan et une vision de progrès social lié à des groupes sociaux donnés.

Le terme de science sociale apparaît pour la première fois en 1824 dans l’ouvrage de William Thompson (1775-1833), An Inquiry into the Principles of the Distribution of Wealth Most Conducive to Human Happiness; applied to the Newly Proposed System of Voluntary Equality of Wealth.

Les débuts des sciences sociales au 18e siècle se reflètent dans la grande encyclopédie de Diderot, avec des articles de Jean-Jacques Rousseau et d’autres pionniers. L’émergence des sciences sociales se reflète également dans d’autres encyclopédies spécialisées. La période moderne a vu la science sociale être utilisée pour la première fois comme un champ conceptuel distinct.

→   Lire Plus

« L’Opposé de la blancheur Réflexions sur le problème blanc. » par Léonora Miano

La domination d’un Occident raciste, à l’intérieur de ses frontières et au-delà, n’a pu que renforcer les préjugés à l’encontre des personnes définies comme Noires. Parce qu’il en est ainsi, il est illusoire de se dire Blanc par simple convention, sans le moindre rapport avec l’histoire qui créa cette caté­gorie. La blanchité s’est élaborée dans le cadre de la plantation pour sévir ensuite dans l’espace colonial sur tous les continents et se consolider au sein des sociétés multiethniques de l’Euramérique contemporaine. Elle est une manière d’approcher l’autre qui se caractérise par le crime.

Léonora Miano se livre à une analyse aussi fine qu’implacable de ce « problème blanc », depuis les traites négrières et la colonisation jusqu’au présent. Car, sans prise de conscience de ce qu’est la blanchité, il est impossible de trans­former ce qui s’est transmis de génération en génération, à la fois comme un patrimoine et un secret de famille, certes gênants mais qu’il nous faut regarder en face. Il se passera du temps pour vider la race de toute signi­fication et guérir le monde. Cela ne signifie pas qu’il faille baisser les bras.

→   Lire Plus

Présentation de  » Matinik, Ki Fòs Nou? « , d’Olivier Ernest Jean-Marie, par Aimé Charles-Nicolas

Jeudi 26 octobre à 18h 30 Bibliothèque Anca Bertrand au Centre culturel Vincent Placoly Le Marin
Intelligence collective et conduite du changement : jamais ces expressions n’ont été autant utilisées par des chefs d’entreprise, des responsables d’équipe ou des élus. Au-delà des mots, des outils peuvent être utiles à la pratique de l’intelligence collective et à la conduite du changement.
La méthode ? est un outil d’intelligence collective et de conduite du changement.
La démarche ? marque une rupture avec l’approche traditionnelle par la résolution de problèmes pour centrer l’attention et faire reposer le changement sur les réussites, les atouts et les énergies positives du collectif, ceci selon une méthodologie précise.
Au cours de cette soirée vous aurez l’occasion d’expérimenter la 1ère étape du processus ? Vous participerez à une séance d’intelligence collective autour du thème « Une Martinique fière et utile » .
L’accès à cette séance est gratuit. Pour mieux évaluer le nombre de participants et mieux vous recevoir, nous vous saurions gré de réserver.
Présentation du livre et de la démarche par le professeur Aimé CHARLES-NICOLAS, professeur émérite de psychiatrie et d’addictologie et président de First Caraïbes.

→   Lire Plus

« Du matricule au patronyme », un ouvrage de Rolande Bosphore

Ouvrage analysant les noms de famille donnés par l’administration coloniale aux esclavagisés de la Martinique, libérés en 1848, pour en faire des citoyens.
A travers le peuplement de l’île et la mise en place de l’inhumanité esclavagiste, c’est une regard sans complaisance sur une société dans laquelle l’identité de l’une des composantes a été niée pendant plus de deux siècles.
Un sobriquet, un prénom, un matricule pour les esclavagisés puis un nom de famille pour les nouveaux libres. Interrogeons-nous sur ces patronymes que nos ancêtres nous ont transmis. Pourquoi et comment ces nom de familles ont été attribués.
Rolande Bosphore, historienne est originaire de La Trinité à la Martinique. Partie en quête de l’histoire de ses ancêtres, elle nous livre ici le résultat des ses recherches sur la patronymie dans son île natale.

Du Matricule au Patronyme ». (septembre 2023) est un ouvrage de 150 pages qui interpelle sur l’identité martiniquaise à travers les noms de famille donnés aux esclavagisés libérés en 1848, ce qui fut une nouvelle rupture avec la terre d’origine africaine.
Un vaste tour d’horizon sur le peuplement de l’île; la société servile; les libres ( libres de couleurs et blancs); l’acquisition de la citoyenneté pour les noirs en 1848 comment et pourquoi; l’impact des noms de familles octroyés et ensuite légués par les ancêtres; une interrogation sur l’identité.

→   Lire Plus

Deux lectures décoloniales de l’œuvre d’Albert Camus

Dans le livre « Oublier Camus » (La Fabrique) et dans la revue « Orient XXI »

Les éditions La Fabrique publient le 15 septembre 2023 Oublier Camus, par Olivier Gloag. Ce dernier y relève « l’attachement viscéral de Camus au colonialisme et au mode de vie des colons qui traverse ses trois romans majeurs, L’Étranger, La Peste et Le Premier Homme » et analyse les « récupérations » d’un auteur mythifié, autant « attaché aux acquis sociaux du Front populaire qu’à la présence française en Algérie ». Dans un article publié en juillet 2023 par Orient XXI, la journaliste et chercheuse en littérature Sarra Grira voit dans son dernier roman inachevé, Le Premier homme, « une vision mythologique de la conquête coloniale, qui relève de l’imaginaire réactionnaire ». Après d’autres lectures de certaines œuvres de cet écrivain, nous reviendrons sur les débats qu’elles suscitent.
Oublier Camus, par Olivier Gloag

Présentation de l’éditeur

Olivier Gloag est Associate Professor à l’université de Caroline du Nord (UNC) à Asheville. Ses recherches portent notamment sur les représentations coloniales dans la littérature hexagonale, l’histoire culturelle et littéraire de la France au xxe siècle.

→   Lire Plus

Battue mais invaincue, par la Grâce : de l’anéantissement à l’épanouissement,

Un livre de Leslie Bussières-Faber

Ce livre relate le combat de toute personne harcelée, inconsidérée, méprisée, battue avec ou sans traces visible; marquée profondément mais pas définitivement par la violence de certains mots, attitudes, gestes malheureux et douloureux.

Si vous voulez créer ou entretenir la haine, vous n’avez pas choisi le bon livre.

Si vous voulez vous aimer chaque jour davantage, continuer votre parcours de vie sur de nouvelles bases et garder espoir, ce livre peut vous servir pour que l’impossible devienne possible.

« Je vous ai écrit aujourd’hui, le livre qu’hier j’avais tant souhaité avoir entre les mains pour m’aider à rebondir plus vite, plus loin. »

À propos de l’auteure

Leslie a pris plaisir à écrire ce livre pour aider tout un chacun à sortir de la souffrance, rebondir, guérir et s’épanouir. Cette auteure originaire de la Guadeloupe vit en Martinique, apprécie les voyages de par le monde et dans les Antilles, qui lui permettent des temps de rencontres avec de nouvelles personnes ; de tout âge, de tout horizon, de toute catégorie socioprofessionnelle.

Leslie a développé des techniques qu’elle partage comme un mode d’emploi personnalisable pour que vous vous sentiez bien et de mieux en mieux chaque jour.

→   Lire Plus

« Programme de désordre absolu. Décoloniser le musée » de Françoise Vergès

Le musée occidental est un champ de bataille – idéologique, politique et économique. Si à peu près tout le monde veut aujourd’hui « repenser le musée », peu ont pourtant l’audace d’interroger les présupposés mêmes du musée universel, produit des Lumières et du colonialisme, d’une Europe qui se présente comme la gardienne du patrimoine de l’humanité tout entière.

En arpentant l’histoire du Louvre, en discutant les impasses de la représentation de l’esclavage, en examinant des tentatives inabouties de subvertir l’institution muséale, Françoise Vergès esquisse un horizon radical : décoloniser le musée, c’est mettre en œuvre un « programme de désordre absolu », inventer d’autres manières d’appréhender le monde humain et non humain qui nourrissent la créativité collective et rendent justice et dignité aux populations qui en ont été dépossédées.

Sommaire
Avant-propos — 7
Introduction — 15
I. Un programme de désordre absolu — 45
II. Le musée, champ de bataille — 71
III. Le Louvre, Napoléon, la saisie, l’esclave — 115
IV. Noir est le modèle, blanc le cadre — 155
V. Un musée sans objets — 173
Épilogue. Tactiques décoloniales — 205
Notes — 221

Lire un extrait :

Le Louvre, Napoléon, la saisie, l’esclave Après Napoléon, les musées sont devenus un attrait irrésistible pour les nations européennes qui percevaient le pouvoir politique qu’ils pouvaient générer en tant que symbole d’une gouvernance éclairée et moteur d’une production artistique supérieure.

→   Lire Plus

« L’écologie politique à l’extrême droite », un livre de Stéphane François

Le livre de Stéphane François, intitulé « L’écologie politique à l’extrême droite », offre une analyse approfondie et nuancée des relations entre l’idéologie écologique et les mouvements politiques d’extrême droite en France. L’ouvrage soulève des thèmes peu explorés jusqu’alors, notamment la corrélation entre la pensée écologique et les idées nationalistes au sein de l’extrême droite. En déployant une réflexion argumentée, l’auteur remet en question l’idée préconçue selon laquelle l’écologie serait intrinsèquement associée à la gauche politique.

L’analyse débute en remettant en cause l’axiome établissant que l’écologie serait automatiquement une cause de gauche. Selon François, l’écologie repose davantage sur la préservation de valeurs conservatrices, telles que le respect envers la nature, les cycles naturels et les traditions. Cette perspective transcende les orientations politiques, ce qui amène l’auteur à souligner que des mouvements de droite, dès le XIXe siècle, ont également manifesté un intérêt précoce pour les thématiques écologiques, associant la protection de l’environnement à la préservation des valeurs traditionnelles et au rejet de la modernité.

L’extrême droite, en particulier en Allemagne, a entretenu une relation précoce avec l’écologie, ce qui a débuté à la fin du XIXe siècle avec l’émergence de mouvements écologistes au sein des cercles de la « réforme de la vie » et du mouvement « Völkisch ».

→   Lire Plus

Sciences sociales : nouveautés du 30 juillet 2023

L’histoire des sciences sociales débute avec le siècle des Lumières, autours de 1650, lorsqu’une révolution au sein de la philosophie naturelle a changé le cadre de référence avec lequel les individus jaugeaient de la scientificité. Les sciences sociales sont issues de l’éthique de cette époque et ont été influencées par le long XIXe siècle ( la révolution industrielle et la révolution française, notamment). Les sciences sociales se sont développées à partir des sciences (expérimentales et appliquées), de savoirs existants, de pratiques normatives, et ce, dans un élan et une vision de progrès social lié à des groupes sociaux donnés.

Le terme de science sociale apparaît pour la première fois en 1824 dans l’ouvrage de William Thompson (1775-1833), An Inquiry into the Principles of the Distribution of Wealth Most Conducive to Human Happiness; applied to the Newly Proposed System of Voluntary Equality of Wealth.

Les débuts des sciences sociales au 18e siècle se reflètent dans la grande encyclopédie de Diderot, avec des articles de Jean-Jacques Rousseau et d’autres pionniers. L’émergence des sciences sociales se reflète également dans d’autres encyclopédies spécialisées. La période moderne a vu la science sociale être utilisée pour la première fois comme un champ conceptuel distinct.

→   Lire Plus

« Imaginer la libération : des femmes noires face à l’empire » par Annette Joseph-Gabriel

À propos
Au milieu du XXe siècle, tandis que se joue la fin de l’empire colonial français, des penseuses et militantes noires s’engagent au cœur des grands mouvements de décolonisation. Encore bien trop méconnues, Suzanne Césaire, Paulette Nardal, Eugénie Éboué-Tell, Jane Vialle, Andrée Blouin, Aoua Kéita et Eslanda Robeson sont pourtant des protagonistes majeures de la contestation de la domination impériale et raciste. Explorant leurs écrits et archives, Annette Joseph-Gabriel raconte leur parcours et la diversité de leur positionnement. Toutes ont en commun d’imaginer de nouvelles identités, tant panafricaines que pancaribéennes, et permettent de construire une histoire complexe du féminisme noir.

Autrice et universitaire états-unienne, Annette Joseph-Gabriel enseigne la littérature française à l’université Duke. Spécialiste de l’étude des interactions entre culture, politique et littérature, elle explore notamment les héritages du colonialisme et de l’esclavage dans l’espace atlantique francophone. Son travail met en valeur les voix et les expériences d’autrices noires engagées dans l’anticolonialisme pour montrer combien leurs écrits peuvent nous offrir de nouvelles façons de penser les questions culturelles et politiques contemporaines.

« Imaginer la libération : des femmes noires face à l’empire » par Annette Joseph-Gabriel

Prologue
Annette Joseph-Gabriel

​​Je suis devenue citoyenne française en 2017, tandis que j’écrivais ce livre.

→   Lire Plus

Sciences sociales : nouveautés du 23 juillet 2023

L’histoire des sciences sociales débute avec le siècle des Lumières, autours de 1650, lorsqu’une révolution au sein de la philosophie naturelle a changé le cadre de référence avec lequel les individus jaugeaient de la scientificité. Les sciences sociales sont issues de l’éthique de cette époque et ont été influencées par le long XIXe siècle ( la révolution industrielle et la révolution française, notamment). Les sciences sociales se sont développées à partir des sciences (expérimentales et appliquées), de savoirs existants, de pratiques normatives, et ce, dans un élan et une vision de progrès social lié à des groupes sociaux donnés.

Le terme de science sociale apparaît pour la première fois en 1824 dans l’ouvrage de William Thompson (1775-1833), An Inquiry into the Principles of the Distribution of Wealth Most Conducive to Human Happiness; applied to the Newly Proposed System of Voluntary Equality of Wealth.

Les débuts des sciences sociales au 18e siècle se reflètent dans la grande encyclopédie de Diderot, avec des articles de Jean-Jacques Rousseau et d’autres pionniers. L’émergence des sciences sociales se reflète également dans d’autres encyclopédies spécialisées. La période moderne a vu la science sociale être utilisée pour la première fois comme un champ conceptuel distinct.

→   Lire Plus

Sciences sociales : nouveautés du 10 juillet 2023

L’histoire des sciences sociales débute avec le siècle des Lumières, autours de 1650, lorsqu’une révolution au sein de la philosophie naturelle a changé le cadre de référence avec lequel les individus jaugeaient de la scientificité. Les sciences sociales sont issues de l’éthique de cette époque et ont été influencées par le long XIXe siècle ( la révolution industrielle et la révolution française, notamment). Les sciences sociales se sont développées à partir des sciences (expérimentales et appliquées), de savoirs existants, de pratiques normatives, et ce, dans un élan et une vision de progrès social lié à des groupes sociaux donnés.

Le terme de science sociale apparaît pour la première fois en 1824 dans l’ouvrage de William Thompson (1775-1833), An Inquiry into the Principles of the Distribution of Wealth Most Conducive to Human Happiness; applied to the Newly Proposed System of Voluntary Equality of Wealth.

Les débuts des sciences sociales au 18e siècle se reflètent dans la grande encyclopédie de Diderot, avec des articles de Jean-Jacques Rousseau et d’autres pionniers. L’émergence des sciences sociales se reflète également dans d’autres encyclopédies spécialisées. La période moderne a vu la science sociale être utilisée pour la première fois comme un champ conceptuel distinct

→   Lire Plus

L’autobiographie de Pierre-Édouard Décimus

« Pou zót. Kassav’- Love and Ka-dance »

Les éditions JASOR ont le plaisir d’annoncer la sortie de l’autobiographie de Pierre-Édouard Décimus, intitulée « Pou zót. Kassav’- Love and Ka-dance », disponible depuis le 1er avril dernier. Ce livre retrace le parcours exceptionnel de cet artiste guadeloupéen qui a marqué l’histoire de la musique antillaise et caribéenne, notamment en créant le groupe Kassav’ et en contribuant à l’avènement du zouk.

Pierre-Édouard Décimus est un musicien, compositeur et créateur de concepts musicaux novateurs. Il a révolutionné la musique caribéenne en réhabilitant une identité et une langue bafouées, celles des héritiers de l’esclavage, et en affirmant une fierté culturelle. Le zouk, qui est devenu un genre musical majeur, est le fruit de cette révolution identitaire.

Dans son autobiographie, Pierre-Édouard Décimus nous entraîne dans un voyage captivant avec, entre autres protagonistes, l’orchestre Les Vikings et le groupe Kassav‘. Il nous livre des anecdotes et des faits inédits qui révèlent un visionnaire à la fois ancré dans sa terre créole et tourné vers le monde.

L’histoire de Pierre-Édouard Décimus est celle d’une formule, la « passion K » : Kréyol, Ka, Kassav, le fil rouge de son parcours.

→   Lire Plus

Le dictionnaire des Caraïbes, de Caroline Bourgine

Sortie en librairie du tout-premier dictionnaire des Caraïbes insulaires et continentales, le DICTIONNAIRE DES CARAÏBES. Un itinéraire poétique de la journaliste Caroline Bourgine qui consacre sa vie professionnelle aux cultures du monde et à la diversité de leurs expressions, à travers le journalisme (RFI, France Culture, France Musique, France Inter, France O…), la production artistique de disques, de spectacles vivants, la réalisation de films documentaires, les chemins littéraires.
– Résumé : Un dictionnaire des Caraïbes insulaires et continentales pour un itinéraire amoureux qui en toute subjectivité invite à circuler à travers les mots, les lieux, les auteurs, les langues et les territoires. L’auteure se plaît à rencontrer le singulier proche et lointain, tout un creuset de mondes brassés par l’histoire, la géographie, l’archéologie, la cuisine, la littérature, la botanique et les musiques.
Autant de balises pour entrer dans ce Tout-monde, intime de la relation aux êtres et aux choses, pour entendre une composition poétique sans ordonnance tissée de définitions
fragiles et mouvantes.
– Titre : Dictionnaire des Caraïbes. Un itinéraire poétique
– Auteure : Caroline Bourgine
– Date de sortie en librairie : 28 juin 2023
– ISBN : 9782373111545
– Prix TTC métropole : 21,50 €
– Public : Tout public
– Format : 130 X 200 mm
– Paginations : 336 pages

→   Lire Plus

Naufrage de la littérature

– Par Michel Lercoulois –

Est-ce un signe du déclin de la littérature, pourtant contredit par les centaines de romans qui se publient chaque année en France, les milliers de manuscrits refusés, les succès en librairie de certains écrivains souvent non dépourvus de qualité littéraire ? À regarder ces faits, en particulier le nombre d’aspirants auteurs dont tous ne vont pas jusqu’à soumettre leur manuscrit, on pourrait croire que les revues littéraires sont plébiscitées, tant il est important, quand on écrit, de se tenir au courant de ce qui se publie. Certes, parmi les apprentis nombreux sont ceux obéissant simplement à leur pulsion d’écrire, sans être nécessairement eux-mêmes des lecteurs, mais il en reste suffisamment des autres pour constituer un lectorat non négligeable. Ce n’est visiblement pas le cas, ces revues se portent mal. Cependant un éditeur digne de ce nom se doit d’avoir sa revue et Gallimard ne pouvait pas assassiner son emblème, la NRF, crée en 1908. Il a donc décidé de lui donner un nouveau départ, sous un autre format, avec une publication seulement semestrielle au lieu de bi-mensuelle et un contenu différent.

→   Lire Plus

Sciences sociales : nouveautés du 23 juin 2023

L’histoire des sciences sociales débute avec le siècle des Lumières, autours de 1650, lorsqu’une révolution au sein de la philosophie naturelle a changé le cadre de référence avec lequel les individus jaugeaient de la scientificité. Les sciences sociales sont issues de l’éthique de cette époque et ont été influencées par le long XIXe siècle ( la révolution industrielle et la révolution française, notamment). Les sciences sociales se sont développées à partir des sciences (expérimentales et appliquées), de savoirs existants, de pratiques normatives, et ce, dans un élan et une vision de progrès social lié à des groupes sociaux donnés.

Le terme de science sociale apparaît pour la première fois en 1824 dans l’ouvrage de William Thompson (1775-1833), An Inquiry into the Principles of the Distribution of Wealth Most Conducive to Human Happiness; applied to the Newly Proposed System of Voluntary Equality of Wealth.

Les débuts des sciences sociales au 18e siècle se reflètent dans la grande encyclopédie de Diderot, avec des articles de Jean-Jacques Rousseau et d’autres pionniers. L’émergence des sciences sociales se reflète également dans d’autres encyclopédies spécialisées. La période moderne a vu la science sociale être utilisée pour la première fois comme un champ conceptuel distinct.

→   Lire Plus

Lucien Dégras, le passeur du jardin créole

— Par Jean-Claude Degras —

Né en1927, Lucien Dégras appartient à cette génération des années vingt, celle de l’entre-deux guerres où se forgent les premiers souvenirs, et celle de 1945, où en classe de terminale il découvre la dimension politique de la poésie, au lycée Schoelcher avec pour professeurs René Mesnil, auteur du manifeste « Légitime défense » et Aimé Césaire.

Jeune ingénieur agronome, il est en 1950 nommé en Guinée et découvre à sa grande surprise l’enchainement de la spoliation et de l’exploitation humaine sous le manteau hideux des droits de l’Homme. Se sentant spontanément investi d’une mission à l’égard de ses frères d’Afrique, il agace ceux qui défendent une certaine idée de la France. Au milieu des effervescences du contexte colonial il est expulsé d’Afrique pour avoir simplement invité un « indigène » chez lui. Muté en Guadeloupe au début au début des années soixante, il est nommé en 1964 directeur de l’Institut National de la Recherche Agronomique Antilles-Guyane (INRA).

Le constat est amer. Qui produit légumes, fruits, viandes d’un bout de l’année sur l’autre venus entièrement d’ailleurs et de nulle part, quand la malbouffe s’installe dans nos assiettes – quand le chlordécone pollue nos terres – quand la chimie empoisonne nos terres, quand les OGM se révèlent être un fiasco scientifico-industriel ?

→   Lire Plus