« Pensée politique » par Roland Tell

Pensée politique n°4

Quand on est disgracié du regard des autres, et qu’on a la bonne fortune d’être élu, pourquoi donc chercher à obséder les yeux de ses administrés ? Pourtant, chaque oeil de la foule cherche à faire hommage à la vision nouvelle du vainqueur des urnes, dans la rue, au marché, à la mairie, en tous lieux et en toutes circonstances. C’est la manière du public de servir des regards, comme on dispense des hommages ! Alors, habillez-vous proprets, Messieurs des Collectivités, dans l’exercice de vos fonctions !
A défaut, les yeux, déjà fort inquiets du laisser-aller vestimentaire général, ne vous honoreront plus de leur vision, lors de vos sorties. Car les regards du peuple sont des témoignages de grand intérêt. Si les vêtements sont sales, tristes, ennuyeux, démodés, le citoyen ne trouvera pas contentement, mais dédain, puis douleur, enfin oubli. En effet, pourquoi aller voir ou regarder celui qui désormais fait honte, et offense ? Désormais, le tourment journalier du suffrage passé rendra le chagrin plus lourd. Le citoyen manifestera alors une insoutenable interrogation quotidienne : lui aurait-on fait un bâtard dans l’isoloir ?

Lire Plus =>