Le déni de réalité de l’injustice persistante de la structure actuelle de l’économie de la Guadeloupe

— Par Jean-Marie Nol, économiste —

Depuis des décennies, la Guadeloupe s’efforce de briser les chaînes de l’injustice structurelle ancrée dans son économie, mais les promesses de changement semblent se dissiper dans un océan de déni et d’indifférence. C’est le système néo colonial en place qui se joue de l’intérêt bien compris d’un modèle productif en Guadeloupe.

Le débat sur la pertinence de la « main invisible » de l’économiste de renommée internationale Adam Smith révèle les failles du libéralisme économique face à une économie encore de type coloniale.

En se concentrant uniquement sur le changement des institutions, on détourne le regard de la nécessité de modifier l’infrastructure même de l’économie.La promesse de promouvoir des cadres supérieurs locaux d’origine antillaise reste lettre morte, alors que les décisions officielles sont souvent monopolisées par des responsables métropolitains, ignorant ainsi les besoins et les aspirations de la population locale à un nouveau modèle de développement moins inégalitaire . Malgré les discours politiques promettant une promotion des cadres antillais et le développement des entreprises locales de production , une étude récente révèle des écarts abyssaux dans les opportunités entre les natifs guadeloupéens et leurs homologues métropolitains.

→   Lire Plus