Catégorie : Santé

Chlordécone : les députés en commission reconnaissent la responsabilité de l’État

Malgré les réserves exprimées par la majorité présidentielle, les élus de l’Assemblée nationale ont accordé leur premier feu vert le mercredi 14 février à une proposition de loi socialiste visant à reconnaître la responsabilité de l’État dans le scandale du chlordécone aux Antilles. Porté par le député guadeloupéen Elie Califer, ce texte à forte portée symbolique sera débattu dans l’hémicycle le 29 février, jour dédié aux propositions socialistes.

M. Califer propose d’inscrire dans la loi la reconnaissance explicite par la République française de sa responsabilité dans les préjudices sanitaires, écologiques, et économiques causés par l’utilisation du chlordécone en Martinique et en Guadeloupe. L’objectif primordial de la proposition de loi est la dépollution des terres et des eaux contaminées par cette molécule, ainsi que l’indemnisation des victimes, mettant en lumière les conséquences sur les générations futures.

Le chlordécone, qualifié de « bombe sanitaire », a été largement utilisé dans les bananeraies des Antilles entre les années 1970 et 1990, malgré son interdiction aux États-Unis dès 1975. Le député souligne les ravages persistants de ce pesticide, contaminant les sols et l’eau des Antilles françaises bien après son interdiction.

→   Lire Plus

Des additifs alimentaires émulsifiants associés à un risque accru de cancers du sein et de la prostate

Les aliments transformés, omniprésents dans notre quotidien, suscitent désormais des inquiétudes croissantes en raison des dangers potentiels qu’ils renferment. Une étude récente menée par des chercheurs français sur une vaste cohorte de plus de 90 000 participants révèle un lien entre la consommation d’émulsifiants, des additifs couramment utilisés dans l’industrie agroalimentaire, et un risque accru de cancer.

Les émulsifiants dans l’alimentation courante

Les émulsifiants, présents dans une variété d’aliments transformés tels que desserts, viennoiseries, crèmes glacées, et même des produits moins évidents tels que des biscottes aux céréales ou de la margarine enrichie en oméga 3, sont largement utilisés pour améliorer la texture et prolonger la durée de conservation des produits. Ces composés permettent la création d’aliments ultratransformés qui restent appétissants et stables au fil du temps.

Cependant, la commodité qu’ils offrent semble s’accompagner d’un risque potentiel pour la santé, comme le révèle cette recherche approfondie.

→   Lire Plus

Guyane face à la plus importante épidémie de dengue depuis 20 ans

La Guyane, département amazonien de 300 000 habitants, fait face à une épidémie de dengue d’une ampleur sans précédent depuis une vingtaine d’années, selon les chiffres alarmants publiés par Santé publique France. Depuis le début de l’année 2023, 5 800 cas confirmés de dengue ont été recensés, dont 2 996 rien qu’en 2024. La situation est critique, avec une moyenne de 800 nouveaux cas déclarés chaque semaine depuis janvier.

Les autorités sanitaires de la région sont en alerte, soulignant que la présence de deux génotypes de la dengue parmi les quatre existants contribue à l’intensification de l’épidémie. La saison des pluies aggrave la situation en créant des zones d’eau stagnante propices à la reproduction des moustiques Aedes, vecteurs du virus.

Le problème ne se limite pas à la Guyane, car le Brésil voisin est également confronté à une épidémie de dengue sans précédent. Le moustique Aedes albopictus, communément appelé « moustique tigre », peut véhiculer divers virus, dont ceux du chikungunya, de la dengue et du zika. Le nombre de cas de dengue explose au Brésil, en particulier à Brasilia, avec des hôpitaux débordés par l’afflux de patients fiévreux.

→   Lire Plus

Vitiligo : un traitement révolutionnaire pris en charge à 100 % par l’assurance maladie

Le 26 janvier 2024 marque un tournant majeur dans la lutte contre le vitiligo en France, avec l’autorisation officielle de la mise sur le marché d’Opzelura, une crème révolutionnaire destinée aux patients souffrant de cette maladie auto-immune. Le Journal officiel du 31 janvier 2024 a publié un arrêté accordant une prise en charge à hauteur de 100 % de ce traitement novateur pour les adultes et les adolescents de plus de 12 ans.

Le vitiligo, caractérisé par la dépigmentation de certaines zones de la peau due à la disparition des mélanocytes, a longtemps représenté un défi médical sans réponse adéquate en France. Cependant, grâce à l’arrêté du 26 janvier 2024, les patients peuvent désormais accéder à un traitement spécifique et bénéficier d’un remboursement intégral par l’Assurance Maladie.

Cette avancée majeure résulte de l’autorisation accordée à la crème Opzelura, élaborée par le laboratoire Incyte Biosciences. Disponible sur ordonnance, cette crème est exclusivement délivrée en pharmacie hospitalière, dans des établissements spécifiques.

L’arrêté du 26 janvier 2024 précise que cette prise en charge concerne les adultes et les adolescents de plus de 12 ans présentant un « traitement du vitiligo non-segmentaire avec atteinte faciale ».

→   Lire Plus

La dengue menace le Carnaval de Rio… et le Brésil tout entier!

Le carnaval de Rio de Janeiro, prévu pour débuter le 9 février, se voit assombri par une menace inattendue. Alors que le Brésil se remet à peine des perturbations causées par la pandémie de Covid-19, la dengue fait une entrée dramatique dans la scène sanitaire du pays.

Depuis le début de l’année 2024, le Brésil a enregistré un nombre alarmant de cas probables de dengue, atteignant 345 235, soit quatre fois plus qu’à la même période en 2023. Les autorités de Rio de Janeiro ont déclaré l’état d’urgence sanitaire, ouvrant dix centres de soins pour soulager la pression sur les hôpitaux déjà surchargés. São Paulo et Brasilia, les deux autres grandes villes du pays, ne sont pas épargnées.

Les décès liés à la dengue se chiffrent à 31, avec 234 autres en cours d’analyse. Face à cette situation critique, le gouvernement a annoncé une campagne de vaccination gratuite visant 3,2 millions de personnes, avec le vaccin Qdenga du laboratoire japonais Takeda. Cependant, la date de début de la vaccination reste indéterminée.

Dans cette lutte contre la propagation de la maladie, des mesures exceptionnelles ont été prises, notamment l’ouverture d’un Centre d’opérations d’urgence à São Paulo et la déclaration d’un état d’urgence sanitaire à Rio de Janeiro.

→   Lire Plus

Chlordécone : Se battre aussi sur le front juridique

— Par Raphaël Constant, avocat d’une partie civile dans l’affaire dite « Chlordécone » —

On reparle donc du chlordécone.

Le magistral article du docteur JOS PELAGE sur l’infertilité et les troubles cognitifs chez les enfants montre qu’aujourd’hui encore il reste de nombreux domaines où on ignore les effets exacts de cet empoisonnement imposé à notre pays.

Cette ignorance partielle s’explique surtout par l’opacité du pouvoir sur maints sujets.

Ce ne sont pas les opérations de communication de Mme E. DUCLAY ou les rodomontades négationniste de certains qui vont faire surgir la vérité.

Souvenez-vous d’un un préfet annonçant abruptement que 92% des martiniquais avait du chlordécone dans le sang.

Comment le savait-il ? Depuis quand ?

Dans un tel contexte se demander ce que les services de l’état savent exactement et ce qui n’est pas dit.

Dans ce cadre opaque, les batailles juridiques sur le chlordécone doivent aussi être menées pour établir la vérité.

Il faut mener cette bataille mais ne se faire aucune illusion sur la neutralité et l’objectivité d’un appareil d’Etat avec ses corollaires judiciaire ou administratif.

→   Lire Plus

Carnival Run de Schœlcher : Retour festif et caritatif après 3ans d’attente

Le Carnival Run, organisé par le Rotary Club de Schœlcher, fait son retour ce samedi 3 février après une pause de 3 ans. Cette course déguisée de 5 km, intégrée aux festivités du carnaval, vise à soutenir les personnes, notamment les enfants, souffrant de troubles Dys tels que la dyslexie, la dysorthographie, la dysphasie et la dyscalculie. Prévu à 14h à l’ex-espace Osenat, l’événement promet une ambiance festive avec animations, course à pied, DJ, et accueillera près de 2 500 participants de 6 ans et plus. La 6e édition, parrainée par Lionel Nidaud, personnalité télévisuelle et des réseaux sociaux, privilégie la philanthropie plutôt que la performance. Les fonds récoltés seront dédiés à des actions de sensibilisation pour les personnes atteintes de troubles Dys, en partenariat avec l’association Alternative Espoir. Une partie des dons contribuera à l’accompagnement des élèves Dys, tandis qu’une autre sera allouée à la création d’une « Maison des Dys » au lycée Schœlcher. Enfin, des fonds seront également utilisés pour la mise en place d’un programme de remédiation de la mémoire de travail, en collaboration avec des psychologues, pour améliorer la prise en charge des Dys en Martinique ?

→   Lire Plus

On reparle du chlordécone

— Par le Dr Josiane Jospelage, présidente de l’Association Médicale de Sauvegarde de l’Environnement et de la Santé (AMSES-Martinique) —

Un an après la décision de non-lieu du tribunal de Paris, la question du chlordécone demeure sur toutes les lèvres, avec un sentiment d’amertume, d’une injustice non reconnue. Car il s’agit qu’on veuille ou non le qualifier comme tel, d’un empoisonnement collectif de deux populations : les Martiniquais et les Guadeloupéens. Les populations intoxiquées ou empoisonnées à plus de 90%, à taux variables, se heurtent à un déni des autorités, de certains politiques, et même de certains citoyens, relativisant les faits malgré la gravité des chiffres objectifs de la situation sanitaire qu’ils ne peuvent pas ignorer. Utilisé depuis 1972, soit plus de 50 ans, le chlordécone était connu avant même sa commercialisation comme un produit cancérigène et reprotoxique. Or aujourd’hui en Martinique, les courbes de la démographie dressées par l’Insee montrent bien une hausse continue du taux de mortalité depuis 10 ans ainsi qu’une baisse régulière du taux de natalité depuis la fin des années 90 ; les deux courbes se sont croisées en 2020 et actuellement la population de Martinique ne se renouvelle plus.

→   Lire Plus

Des préservatifs masculins et féminins gratuits en pharmacie pour les moins de 26 ans

Depuis le 1er janvier 2023, les jeunes âgés de moins de 26 ans peuvent obtenir des préservatifs masculins gratuitement en pharmacie. Les préservatifs féminins seront également bientôt concernés.

La loi de financement de la sécurité sociale 2024 (LFSS) du 26 décembre 2023 prévoit la gratuité de certains préservatifs masculins et féminins pour les assurés de moins de 26 ans. Cette loi a été publiée au Journal officiel du 27 décembre 2023.

Depuis le 1er janvier 2023, les préservatifs masculins (externes) étaient déjà pris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie, sans prescription médicale, pour les jeunes de moins de 26 ans, sans minimum d’âge. La LFSS 2024 fixe à présent la gratuité de certains préservatifs féminins (internes).

Le nombre et les catégories de préservatifs internes concernés seront fixés par décret. Concernant les préservatifs externes, les marques « Eden » et « Sortez couverts ! » sont pris en charge depuis le 1er janvier 2023.

→   Lire Plus

Les protections hygiéniques réutilisables remboursées pour les moins de 26 ans

Issue de la loi de financement de la Sécurité sociale 2024, cette mesure concernera les jeunes de moins de 26 ans et les bénéficiaires de la protection complémentaire santé solidaire. On vous explique cette mesure qui entrera en vigueur courant 2024.

La loi de financement de la Sécurité sociale (LFSS) pour l’année 2024, du 26 décembre 2023, dispose de la gratuité des protections hygiéniques réutilisables, sous conditions. Elle a été publiée au Journal officiel le 27 décembre 2023.

Les jeunes âgées de moins de 26 ans et les bénéficiaires de la protection complémentaire santé solidaire (C2S) pourront bénéficier de la gratuité des protections périodiques réutilisables. Cela concerne environ 6,7 millions de personnes.

Pour bénéficier de la gratuité sur les protections périodiques réutilisables, il faudra se rendre en pharmacie. La prise en charge est à hauteur de 100% pour les bénéficiaires de la C2S. Elle est à hauteur de 60% pour les personnes de moins de 26 ans.

→   Lire Plus

Inquiétantes révélations sur les nanoplastiques dans l’eau en bouteille

Regard sur les risques sanitaires et les origines de la contamination

La prévalence croissante des plastiques, génératrice de micro et nanoplastiques, a éveillé des préoccupations alarmantes à l’échelle mondiale. Cependant, une lacune majeure subsiste dans notre compréhension des nanoplastiques en raison du manque d’outils analytiques efficaces. Cette lacune a été récemment abordée par une étude novatrice qui a développé une technique d’imagerie optique permettant une analyse rapide et précise des nanoplastiques. L’application de cette méthode à l’eau en bouteille a révélé des résultats quantitatifs étonnants, soulevant des préoccupations majeures concernant la santé humaine et révélant des indices sur les sources de contamination.

Les conséquences sanitaires des nanoplastiques :
L’eau en bouteille, souvent perçue comme plus pure que l’eau du robinet, est maintenant le centre d’une révélation alarmante. Une étude récente, dirigée par Wei Min de l’université Columbia, a détaillé une nouvelle méthode optique permettant la détection et la caractérisation des micro et nanoparticules de plastique. Les résultats ont montré une présence moyenne d’environ 240 000 particules par litre d’eau, cent à mille fois plus élevée que les rapports antérieurs. Ces nanoparticules, constituant 90 % des particules identifiées, soulèvent des préoccupations majeures quant aux risques sanitaires, en particulier en raison de leur capacité à traverser les barrières biologiques.

→   Lire Plus

Inégalités sociales et santé mentale chez les enfants : appel à l’action pour la jeunesse

Les enfants les plus pauvres sont trois fois plus souvent hospitalisés pour des problèmes psychiatriques que les autres

La santé mentale des enfants est un indicateur essentiel de leur bien-être global. Cependant, une étude récente menée par l’Assurance maladie et Santé publique France met en évidence des inégalités frappantes dans la santé mentale des enfants en fonction de leur statut socio-économique. Selon cette étude, les enfants vivant sous le seuil de pauvreté sont trois fois plus susceptibles d’être hospitalisés pour des problèmes psychiatriques, tels que des retards mentaux ou affectifs, par rapport à leurs pairs plus aisés.

Cette étude, basée sur l’analyse de millions d’actes médicaux réalisés en 2018 chez plus de 13 millions d’enfants en France, révèle une réalité préoccupante. Parmi les deux à trois millions d’enfants bénéficiant de la couverture maladie universelle (CMU), réservée aux plus modestes, les pathologies psychiatriques apparaissent plus fréquemment. Philippe Tuppin, de l’Assurance maladie, souligne que sur les dix maladies les plus fréquentes observées, six sont d’ordre psychiatrique, mettant en avant les retards mentaux et affectifs.

L’étude met également en lumière l’impact direct de la précarité et du cadre de vie sur la santé mentale des enfants issus de milieux défavorisés.

→   Lire Plus

L’hydroxychloroquine aurait causé au moins 17 000 morts dans six pays

Un rapport exhaustif publié récemment dans la revue scientifique « Biomedicine et Pharmacotherapy » met en lumière les conséquences dévastatrices de l’utilisation de l’hydroxychloroquine comme traitement contre le Covid-19. Entre mars et juillet 2020, période critique de la première vague de la pandémie, ce médicament, initialement destiné à combattre le paludisme, aurait provoqué la mort de plus de 16 000 personnes dans six pays, dont la France. Cette étude, menée par une équipe de chercheurs des Hospices civils de Lyon, révèle des détails troublants sur les effets néfastes de l’hydroxychloroquine.

Contexte et usage controversé
Au printemps 2020, alors que le Covid-19 sévissait en Europe et dans le monde, l’hydroxychloroquine a été testée en tant que traitement expérimental, en dehors de toute autorisation des autorités sanitaires. Présentée comme le remède miracle par des figures médiatiques telles que le professeur Didier Raoult à Marseille, cette molécule a rapidement suscité l’enthousiasme, malgré des mises en garde croissantes concernant son efficacité réelle.

Des études préoccupantes

→   Lire Plus

À propos des inégalités de santé respiratoire des enfants en relation avec la pollution de l’air

Enfance : quand la pollution de l’air creuse les inégalités

Introduction :

La récente étude de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES), publiée le 4 janvier, met en évidence des inégalités marquantes dans la santé respiratoire des enfants en France, en particulier liées à la pollution de l’air. Cette analyse approfondie examine les divers aspects de ces inégalités, soulignant l’impact significatif sur la santé des enfants issus de ménages modestes, exposés de manière disproportionnée à la pollution atmosphérique.

  1. Disparités d’exposition à la pollution de l’air :

Les jeunes enfants des ménages les plus modestes et les plus aisés résident majoritairement dans les grandes aires urbaines, où la pollution atmosphérique est plus prégnante. Cependant, à l’intérieur de ces zones, des disparités d’exposition émergent. Les enfants issus de ménages modestes sont particulièrement touchés, exposés à des taux de particules fines PM2,5(*) plus élevés. Parmi les enfants les plus affectés, le dixième le plus modeste est 1,6 fois plus représenté que le dixième le plus aisé.

  1. Impacts sur la santé des enfants modestes :

L’étude dévoile une vulnérabilité accrue des enfants modestes aux effets néfastes de la pollution atmosphérique.

→   Lire Plus

Les brumes de sables aux Antilles

Les brumes de sable, ces manifestations météorologiques complexes et omniprésentes, ont captivé l’attention des chercheurs et des météorologues du monde entier en raison de leurs implications profondes sur la santé humaine, l’environnement et les écosystèmes. Au fil des ans, leur fréquence et leur intensité ont augmenté de manière significative, suscitant un besoin urgent de comprendre les mécanismes sous-jacents à leur formation ainsi que leurs répercussions à long terme, souvent exacerbées par les activités humaines.

Lorsque l’on explore les détails des particules transportées par ces brumes, on est frappé par la diversité des composants. Au-delà du sable et des minéraux qui donnent son nom au phénomène, les brumes de sable contiennent également des sels, des métaux, des métalloïdes, des molécules d’origine microbienne, notamment des virus, des bactéries, des archées, des champignons, et des endotoxines. Cette complexité chimique offre un terrain fertile pour l’étude des interactions entre les particules et leur impact sur la qualité de l’air, un sujet qui nécessite une exploration approfondie.

Les dimensions géographiques des brumes de sable sont également impressionnantes. Des observations historiques montrent que ces phénomènes ne se limitent pas à une région particulière, touchant des zones aussi variées qu’Afrique du Nord, Moyen-Orient, Asie centrale, Europe et même les Caraïbes, dont la Martinique.

→   Lire Plus

Quand nous ne sommes pas condamnés par la chlordécone…

— Par Emmanuel de Reynal —

Plus de 30 ans après l’interdiction de la chlordécone aux Antilles française, force est de constater que nos esprits sont encore contaminés par des idées aussi solides que reçues. Ainsi sommes-nous convaincus que 92% des Martiniquais sont définitivement empoisonnés, qu’ils vivent au sursis d’un cancer qui surviendra forcément, et qu’ils n’ont rien d’autre à faire que d’attendre l’heure fatidique.

Ces affirmations désespérantes laissent entendre que nous serions condamnés, qu’il n’y aurait plus d’espoir pour nous et nos enfants ! Elles sont en réalité totalement fausses ! Elles ne visent qu’à nous maintenir dans un climat d’impuissance et de découragement.

Dans cette crise majeure où se percutent les enjeux écologiques, sanitaires, économiques, judiciaires, sociaux et sociétaux, il est bon de rappeler quelques vérités simples :

  • Le président de la République a reconnu solennellement la responsabilité de l’État dans l’affaire dite de la Chlordécone. C’était en 2018.
  • L’État a renforcé massivement son plan d’actions afin de traiter toutes les conséquences de cette pollution sur nos territoires. Pas moins de 130 millions d’euros ont été alloués à ce quatrième plan.

→   Lire Plus

Les sages-femmes peuvent désormais pratiquer l’IVG instrumentale

Un décret publié au Journal officiel le 17 décembre 2023 élargit les compétences des sages-femmes. Elles peuvent désormais réaliser l’interruption volontaire de grossesse (IVG) instrumentale en établissement de santé sans intervention d’un médecin. Le décret précise les conditions requises, relatives à la formation exigée et aux expériences attendues pour la pratiquer.

Depuis janvier 2016, les sages-femmes étaient déjà habilitées à pratiquer l’IVG médicamenteuse. Elles peuvent désormais, sous conditions, pratiquer l’IVG instrumentale, jusque-là réservée aux médecins. C’est ce que confirme un décret du 16 décembre 2023.

Les interventions devront avoir lieu dans des établissements de santé (hôpitaux, cliniques).

Les conditions requises auprès des sages-femmes pour pouvoir pratiquer l’IVG instrumentale sont les suivantes :

  • avoir suivi une formation théorique en orthogénie ou disposer d’une expérience professionnelle significative en la matière ;
  • et avoir suivi une formation pratique (l’observation d’au moins 10 actes d’IVG par méthode instrumentale et la réalisation sous supervision d’au moins 30 actes).

L’IVG instrumentale est une technique chirurgicale. Depuis mars 2022, elle peut être réalisée jusqu’à la fin de la 14e semaine de grossesse, soit 16 semaines d’aménorrhée.

  Rappel : il existe deux méthodes d’IVG : l’IVG médicamenteuse et l’IVG instrumentale.

→   Lire Plus

MSF suspend ses opérations à Turgeau après l’exécution choquante d’un patient

En Haïti, Médecins sans Frontières (MSF) a été contrainte de suspendre ses activités au Centre d’Urgence de Turgeau, un quartier proche du centre-ville de Port-au-Prince, à la suite d’une attaque brutale perpétrée le 12 décembre. Un groupe d’individus armés a arrêté une ambulance de l’organisation, extrait violemment un patient gravement blessé et l’a exécuté de plusieurs balles à bout portant, avant de prendre la fuite.

Cet incident a conduit MSF à analyser les causes de l’attaque et à réévaluer les risques sécuritaires pesant sur ses opérations. En conséquence, le Centre d’Urgence de Turgeau restera fermé pour une durée indéterminée. Benoît Vasseur, Chef de Mission pour MSF, a déclaré : « MSF demeure l’une des dernières organisations internationales à fournir des soins de santé dans la capitale haïtienne. Pour travailler, nous avons besoin que les structures médicales, le personnel et les patients soient respectés et protégés. Nos équipes ne peuvent pas continuer à soigner sans un minimum de sécurité. »

Les faits se sont déroulés lorsqu’un convoi de deux ambulances transportant des patients, dont l’homme récemment admis en état critique, a été attaqué à quelques mètres du Centre d’Urgence MSF.

→   Lire Plus

Alcool et sucre : Vers une fiscalité renforcée pour la santé publique

Les enjeux de santé publique liés à la consommation de boissons sucrées et alcoolisées ont conduit de nombreux pays à adopter des mesures fiscales dans le but de dissuader les habitudes néfastes. La taxe soda, initialement introduite en France et en Belgique, a émergé en réponse aux préoccupations croissantes concernant l’obésité et les risques sanitaires associés à la surconsommation de boissons rafraîchissantes. La proposition, élaborée dans le cadre du Programme National Nutrition Santé (PNNS) en France, a évolué au fil des années pour s’aligner sur les recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

L’OMS, dans ses démarches pour promouvoir des choix de vie sains, a appelé les gouvernements à renforcer la taxation des boissons sucrées et alcoolisées. Un constat alarmant de plus de 8 millions de décès annuels liés à la consommation de produits néfastes pour la santé a incité l’OMS à encourager une augmentation significative des taxes. En effet, l’organisation estime que la hausse des accises sur ces produits contribuera non seulement à dissuader les consommateurs, mais également à inciter les entreprises à produire des alternatives plus saines.

En parallèle, une étude de l’OMS a révélé que doubler les taxes sur l’alcool en Europe pourrait prévenir jusqu’à 5 000 décès annuels liés au cancer.

→   Lire Plus

Journée mondiale de lutte contre le SIDA 1er décembre 2023

 — Confier le leasership aux communautés —
Le monde peut mettre fin au sida, avec des communautés qui montrent la voie. Les organisations communautaires de personnes vivant avec le VIH, exposées au risque ou touchées par le virus sont en première ligne des progrès de la riposte au VIH. Les communautés relient les personnes aux services de santé publique centrés sur la personne, instaurent la confiance, innovent, surveillent la mise en œuvre des politiques et des services et responsabilisent les prestataires.

Toutefois, les communautés sont freinées dans leur leadership. La raréfaction du financement, les obstacles politiques et réglementaires, les contraintes de capacité et les mesures de répression sur la société civile et les droits fondamentaux des populations marginalisées entravent les progrès des services de soins et de prévention du VIH. Si ces obstacles sont éliminés, les organisations dirigées par des communautés peuvent donner encore plus d’élan à la riposte mondiale au VIH, en multipliant les progrès pour mettre fin au sida.

Cette Journée mondiale de lutte contre le sida est bien plus qu’une célébration des réalisations communautaires ; c’est un appel à l’action pour émanciper et soutenir les communautés dans leurs rôles de leadership.

→   Lire Plus

Espoir dans la lutte contre le chikungunya

— Par M’A —

La lutte contre le chikungunya prend un tournant décisif avec la validation technique de la demande d’autorisation de mise sur le marché du vaccin de Valneva par l’Agence européenne des médicaments (EMA). Après avoir obtenu l’approbation aux États-Unis, le vaccin, développé par l’entreprise franco-autrichienne, se dirige vers une possible commercialisation en Europe. Cette avancée significative a été annoncée dans un communiqué du 27 novembre, soulignant l’importance de cette validation technique.

Validation technique par l’EMA : un pas crucial

La validation technique de la demande par l’EMA confirme que tous les éléments réglementaires essentiels nécessaires à l’évaluation scientifique du vaccin contre le chikungunya de Valneva sont inclus dans le dossier. Cette étape ouvre la voie à l’examen approfondi du Comité des médicaments à usage humain (CHMP), une procédure normalement étalée sur 210 jours, mais réduite à 150 jours en raison de l’impact potentiellement majeur de ce candidat vaccin sur la santé publique.

Un vaccin à une dose approuvé aux États-Unis

Le vaccin, baptisé Ixchiq aux États-Unis, a déjà été approuvé pour les personnes de 18 ans et plus présentant un risque accru d’exposition au virus.

→   Lire Plus

Conférences sur la fasciathérapie à Schœlcher

L’étonnant et surprenant potentiel des fascias »

Schœlcher accueille une série de conférences gratuites dédiées à la fasciathérapie, une approche unique qui prend soin de votre bien-être physique et psychique. Rejoignez une fasciathérapeute MDB , pour explorer en profondeur le monde des fascias et comprendre comment libérer leur potentiel pour une vie équilibrée.

Programme des Conférences :

  • Mercredi 29 novembre 2023 : 9h à 11h
  • Jeudi 30 novembre : 14h à 16h
  • Vendredi 1er décembre : 14h à 16h
  • Vendredi 1er décemlbre : 18h à 20h
  • Samedi 9 décembre : 17h à 19h

Inscription nécesaire :

Pour participer à ces conférences captivantes, veuillez vous inscrire au 0696 93 58 02. Le nombre de places étant limité, assurez-vous de réserver votre spot dès maintenant.

Lieu des conférences :

Au 82, Ancienne Route de Schoelcher. Un cadre propice à la découverte et à la compréhension de la fasciathérapie vous attend.

Ce que vous apprendrez lors des conférences :

  1. Définition de la Fasciathérapie : Plongez dans les fondements de la fasciathérapie et comprenez comment elle peut influencer votre bien-être.
  2. Bienfaits de la Fasciathérapie : Découvrez les multiples apports de cette approche, soutenus par des recherches et des applications cliniques variées.

→   Lire Plus

Prise de médicaments et conduite : comprendre les différents niveaux de recommandation

Conduire un véhicule après avoir pris certains médicaments peut comporter des risques. La Délégation à la sécurité routière a lancé le 30 octobre 2023 une nouvelle campagne d’information sur les dangers routiers liés à des pathologies médicales ou à la prise de médicaments. Cela concerne des médicaments prescrits par votre médecin mais aussi certains remèdes disponibles sans ordonnance.

Dans sa nouvelle campagne d’information, la Délégation à la sécurité routière recommande avant tout de faire attention, avant de prendre la route, au pictogramme d’alerte qui peut être présent sur la boîte du médicament que vous avez consommé. La Délégation à la sécurité routière souligne qu’actuellement « la connaissance des pictogrammes de sensibilisation des usagers aux risques de la prise de médicaments sur la conduite est insuffisante ». Il existe trois niveaux de risque, identifiables par un pictogramme décliné en trois couleurs :

  • niveau 1 (pictogramme jaune) –­ la prise de ce médicament ne remet généralement pas en cause la conduite de votre véhicule. Il est cependant nécessaire que vous soyez informé avant de prendre le volant que vous devez rester vigilant quant à une manifestation éventuelle des effets signalés dans la notice du médicament ;
  • niveau 2 (pictogramme orange) – la prise de ce médicament peut remettre en cause votre capacité à conduire ; il est donc nécessaire de demander l’avis de votre médecin ou de votre pharmacien ;
  • niveau 3 (pictogramme rouge) – la prise de ce médicament rend la conduite dangereuse.

→   Lire Plus

La lutte contre le diabète dans les départements et régions d’outre-mer : de lourds défis à relever

Le diabète de type 2 constitue un véritable fléau international, touchant des millions de personnes à travers le monde. Cependant, des chiffres récents révèlent une prévalence alarmante dans les départements et régions d’outre-mer (DROM) français, particulièrement en Guadeloupe, Martinique, Guyane, et La Réunion. Les données issues du Programme Réunionnais de Nutrition et de lutte contre le Diabète (PRND) et des études menées par Santé Publique France soulignent une situation préoccupante, nécessitant une action coordonnée et adaptée.

En 2021, la prévalence du diabète de type 2 à La Réunion atteint un taux de 13,6% parmi les adultes de 18 à 85 ans, soit plus du double de celui enregistré en Hexagone (5,7%). Ces chiffres sont confirmés par les nouvelles études de Santé Publique France, publiées à l’occasion de la journée mondiale du diabète. Une sur-représentation des femmes, un niveau socio-économique moins favorable, des complications plus fréquentes, et une entrée dans la maladie à un âge plus jeune caractérisent la situation réunionnaise.

Les DROM, en général, présentent des taux de prévalence supérieurs à ceux de la métropole. En Guadeloupe, en Martinique, en Guyane, et à La Réunion, le nombre de cas de diabète de type 2 est deux fois plus élevé, atteignant respectivement 12%, 11,5%, 11,6%, et 13,6%.

→   Lire Plus

Un pas décisif dans la lutte mondiale contre le chikungunya : Le vaccin Ixchiq approuvé aux États-Unis

Les États-Unis ont franchi une étape majeure dans la prévention du chikungunya en approuvant, le jeudi 9 novembre, le premier vaccin contre cette maladie débilitante. Développé par le groupe européen Valneva, le vaccin, commercialisé sous le nom d’Ixchiq, a reçu l’autorisation de la Food and Drug Administration (FDA) pour être administré aux personnes de 18 ans et plus présentant un risque accru d’exposition au virus.

Le chikungunya, transmis par des moustiques infectés, provoque une fièvre soudaine et des douleurs articulaires intenses. Bien que les décès soient rares, la maladie peut entraîner des problèmes de santé graves et durables, en particulier chez les personnes âgées et celles ayant des antécédents médicaux. Le virus peut également être transmis de la mère au nourrisson, avec des conséquences potentiellement fatales pour le bébé.

Une réponse mondiale à une menace émergente

La FDA qualifie le chikungunya de « menace de santé mondiale émergente », signalant une augmentation des cas dans de nouvelles régions du monde, y compris en Europe. Le réchauffement climatique est identifié comme un facteur contributif, favorisant la survie des moustiques vecteurs et augmentant ainsi les risques de transmission.

→   Lire Plus