Santé

Annie Ernaux : « Sachez, Monsieur le Président, que nous ne laisserons plus nous voler notre vie… »

Annie Ernaux est écrivain. Elle vit à Cergy, en région parisienne. Son oeuvre oscille entre l’autobiographie et la sociologie, l’intime et le collectif. Dans cette lettre adressée à Emmanuel Macron, elle interroge la rhétorique martiale du Président.

Monsieur le Président,

« Je vous fais une lettre/ Que vous lirez peut-être/ Si vous avez le temps ». À vous qui êtes féru de littérature, cette entrée en matière évoque sans doute quelque chose. C’est le début de la chanson de Boris Vian Le déserteur, écrite en 1954, entre la guerre d’Indochine et celle d’Algérie. Aujourd’hui, quoique vous le proclamiez, nous ne sommes pas en guerre, l’ennemi ici n’est pas humain, pas notre semblable, il n’a ni pensée ni volonté de nuire, ignore les frontières et les différences sociales, se reproduit à l’aveugle en sautant d’un individu à un autre. Les armes, puisque vous tenez à ce lexique guerrier, ce sont les lits d’hôpital, les respirateurs, les masques et les tests, c’est le nombre de médecins, de scientifiques, de soignants. Or, depuis que vous dirigez la France, vous êtes resté sourd aux cris d’alarme du monde de la santé et ce qu’on pouvait lire sur la banderole d’une manif en novembre dernier -L’état compte ses sous, on comptera les morts – résonne tragiquement aujourd’hui.

Lire Plus =>

Covid-19 : quelles précautions prendre avec les aliments et les emballages ?

La cuisson des aliments détruit-elle le virus ? Peut-on manger les fruits et légumes crus sans risques ? Doit-on aussi nettoyer les emballages ? Le vinaigre blanc est-il efficace ? Comment nettoyer des surfaces potentiellement contaminées ? L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) propose des réponses basées sur des données scientifiques.

Quelles précautions si je suis malade ?

Si vous êtes malade, vous devez éviter de manipuler des aliments et de cuisiner pour les autres.

Comment supprimer le virus sur les fruits et légumes ?

Il faut bien les laver à l’eau claire avant de les consommer ou de les cuisiner. Essuyez les aliments ensuite avec un essuie-tout à usage unique. N’utilisez pas de désinfectant ou de détergent comme l’eau de javel, vous risqueriez une intoxication s’il était mal rincé. L’utilisation du vinaigre blanc n’est pas nécessaire.

Peut-on manger les fruits et légumes crus ou faut-il les cuire ?

Pour les légumes, une cuisson à 63°C (à feu moyen) pendant 4 minutes permet de détruire le virus potentiellement présent.

Lire Plus =>

Covid-19 : quels droits en cas d’annulation de vos vacances ?

Vous avez réservé un voyage à forfait et il a été annulé ou bien vous ne souhaitez plus partir ? Comment reporter votre séjour ? Alors que des mesures restrictives de déplacement ont été adoptées pour éviter la propagation du Coronavirus, vous êtes nombreux à vous demander quels sont vos recours. Service-public.fr vous explique tout sur l’ordonnance parue au Journal officiel du 26 mars 2020 qui modifie les obligations des professionnels du tourisme en matière de remboursement.

En temps normal, c’est le Code du tourisme qui s’applique aux voyages à forfait. Il protège le voyageur en prévoyant le remboursement intégral en cas d’annulation par l’organisateur et aussi par le client lorsque des circonstances exceptionnelles et inévitables surviennent (comme la crise sanitaire actuelle).

Cependant, en raison de l’ampleur du risque économique encouru par les prestataires dans le contexte de crise et afin de respecter les droits des consommateurs, les obligations des professionnels ont été exceptionnellement adaptées au moyen d’une dérogation au droit au remboursement.

Quels types de contrat sont concernés ?

Cette mesure dérogatoire s’applique aux contrats portant sur :

  • des voyages à forfait vendus par un tour-opérateur ou une agence de voyage ;
  • des services de voyage vendus par des professionnels les produisant eux-mêmes (hébergement, location de voiture, visite dans un parc de loisirs, cure thermale, etc.) ;

Lire Plus =>

« Une attestation de déplacement sur smartphone sera disponible dès le 6 avril »

— Par Vincent Gautronneau et Pauline Théveniaud —

Le ministre de l’Intérieur, qui confirme que les contrôles seront renforcés pour éviter des départs en vacances, fait le point sur le confinement en vigueur depuis le 17 mars

Considérant que le confinement est « bien respecté », que les Français s’en « sont approprié les règles », le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, annonce au Parisien- Aujourd’hui en France la mise en place, à partir de ce lundi 6 avril, d’une attestation de déplacement numérique, en complément du dispositif papier déjà existant.
[…]

Considérant que le confinement est « bien respecté », que les Français s’en « sont approprié les règles », le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, annonce au Parisien- Aujourd’hui en France la mise en place, à partir de ce lundi 6 avril, d’une attestation de déplacement numérique, en complément du dispositif papier déjà existant.

De très nombreuses amendes ont été dressées lors des premiers jours du confinement. Comment évoluent les chiffres ?

CHRISTOPHE CASTANER. Depuis la mise en place du confinement, les forces de l’ordre ont procédé à plus de 6,7 millions de contrôles et ont dressé plus de 406 283 procès-verbaux.

Lire Plus =>

Quelques nouvelles pour l’Outre-Mer

Edouard Philippe et Olivier Véran s’expliquent devant l’Assemblée cet après-midi (LCI – Le Figaro)

Le gouvernement aurait-il dû décréter le confinement plus tôt ? Prendre des mesures sanitaires plus en amont ? Bref, a-t-il pris les bonnes mesures pour gérer la crise du coronavirus ?

Le premier ministre, Édouard Philippe, et le ministre de la Santé, Olivier Véran, sont auditionnés ce mercredi à 18h par l’Assemblée nationale sur la gestion de la crise de l’épidémie de coronavirus en France, vertement critiquée par une partie de l’opposition et certains professionnels de santé.

Le chef du gouvernement s’exprimera en visioconférence devant les 31 députés de la mission d’information appelée à contrôler chaque semaine les mesures prises par l’exécutif face à l’épidémie qui a bouleversé la vie des entreprises et fait plus de 3500 morts en France.

Cette mission parlementaire, dont le président de l’Assemblée, Richard Ferrand, est le rapporteur, vise à étudier «l’impact, la gestion et les conséquences» de l’épidémie et n’a pas vocation à ce stade à mener des investigations.

Rappel fait ce jour par Christophe Castaner : 

«On ne part pas en vacances pendant la période de confinement», a déclaré le ministre de l’Intérieur.

Lire Plus =>

Les Outre-mer peuvent recruter des médecins hors Union européenne

Un décret, publié mercredi au journal officiel, autorise plusieurs territoires ultramarins à recruter des médecins, dentistes, sages-femmes et pharmaciens ayant des diplômes hors Union européenne, pour faire face à des pénuries récurrentes de personnels en outre-mer et surtout lutter contre l’épidémie de Coronavirus.

Concrètement, ce décret va notamment permettre à des médecins cubains de venir exercer en Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barthélemy, Guyane, Martinique et Saint-Pierre-et-Miquelon, une demande récurrente de ces territoires qui font face à des pénuries de personnels soignants.

Le décret stipule que «les directeurs généraux des agences régionales de santé» de ces territoires «peuvent autoriser un médecin, un chirurgien-dentiste, une sage-femme ou un pharmacien, ressortissant d’un pays autre» que ceux de l’Union européenne «ou titulaire d’un diplôme de médecine, d’odontologie, de maïeutique ou de pharmacie, quel que soit le pays dans lequel ce diplôme a été obtenu, à exercer dans une structure de santé située dans leurs ressorts territoriaux respectifs».

Lire Plus =>

Coronavirus, faire face à l’urgence et passer à une autre phase

— Par André Lucrèce & Louis-Félix Ozier-Lafontaine, sociologues —
Nos observations et réflexions nous conduisent à penser que nous sommes passés aujourd’hui à une autre phase de l’épidémie qui affecte notre peuple. Les contaminations au coronavirus ne sont plus exogènes, c’est-à-dire contactés par des personnes venues de l’extérieur (touristes, croisiéristes, visiteurs occasionnels). Aujourd’hui, avec le développement du virus dans notre pays, elles sont endogènes : ce sont des Martiniquais qui contaminent d’autres martiniquais. Le virus Covid-19 est extrêmement contagieux et la contamination gagne chaque jour du terrain dans notre pays.
Ce qui se vit dans la phase dans laquelle nous sommes dorénavant, c’est le danger d’un nombre massif de contaminations et en conséquence un nombre important de décès concernant notre peuple. On doit donc comprendre que le confinement n’est pas une punition, mais un moyen de protection. C’est une question de vie ou de mort dans un contexte sanitaire déjà éprouvé par les empoisonnements massifs, notamment par le chlordécone.
Que chacun en prenne conscience : l’illusion de pérennité ne garantit en rien la survie.

Lire Plus =>

Urgence absolue : des tests et des masques en Martinique!

Philippe Pierre-Charles a lancé cette pétition adressée aux autorités de Martinique
Il est de notoriété publique que la Martinique va connaître, dans les jours qui viennent, une expansion exponentielle du nombre de personnes atteintes par des formes bénignes ou graves du COVID-19.
Les politiques menées par l’État pour faire face à la pandémie sous-estiment de façon inquiétante deux exigences essentielles : des masques en quantités, des dépistages à une grande échelle. Très peu de Politiques disent clairement que les médecins cubains (qui ne sont pas encore là !) et la chloroquine ne suffiront pas sans ces deux éléments clés.
Les diverses initiatives prises pour répondre à ces objectifs sont louables mais dramatiquement en dessous des besoins.
Contrairement aux affirmations qui exploitent l’information insuffisante de la population et répandent le fatalisme, il est possible de réaliser en Martinique les tests nécessaires au dépistage et d’obtenir rapidement des masques en quantités suffisantes à des coûts faibles en comparaison des enjeux pour une population dont tout le monde signale le caractère vieillissant donc la vulnérabilité.

Lire Plus =>

L’évolution de l’épidémie en Guadeloupe

— Communiqué de l’Union Populaire pour la Libération de la Guadeloupe —
Pointe-à-Pitre le 30 mars 2020.
La Direction Nationale de l’UPLG réunie ce samedi 28 mars 2020 a analysé la situation de la Guadeloupe face à l’évolution de l’épidémie du COVID 19.
Constate la gravité de la situation, l’impréparation des autorités face à la menace.
Constate les conséquences des mauvaises décisions prises par ces autorités qui n’ont rien mis en place pour empêcher la propagation du virus ?
Constate les conséquences de la situation dramatique du CHU, la mise en danger de la santé des soignants et la difficulté à organiser une prise en charge acceptable des personnes atteintes.
Considère que la situation actuelle montre bien le mépris de la France envers le peuple de la Guadeloupe.
Soutient l’initiative du syndicat UGTG de traîner l’ARS et le CHU en justice pour exiger des moyens pour les soignants et des tests pour tous les Guadeloupéens.
Apporte son soutien aux Marigalantais et à leurs maires qui ont, au vu des conditions sanitaires actuelles de la Guadeloupe, pris des arrêtés conservatoires pour protéger leur population de l’épidémie et appelle tous les Guadeloupéens à renforcer ce soutien.

Lire Plus =>

Que faire en cas d’urgence médicale bénigne pendant le confinement ?

Des dérogations au confinement sont possibles pour les personnes souffrant de maladies chroniques et qui nécessitent des soins réguliers. Mais que faire, par exemple, quand on a cassé ses lunettes ?

Avec le confinement, les déplacements doivent se limiter au minimum. Si, pour les personnes souffrant de maladies chroniques et qui nécessitent des soins importants, le Premier ministre a précisé qu’il était évidemment autorisé de se déplacer pour raison médicale, qu’en est-il des « urgences bénignes », comme une cheville foulée ou une infection urinaire ? Franceinfo vous résume les recommandations sanitaires. 

Privilégier les téléconsultations

« Globalement, quand c’est possible, il faut privilégier les téléconsultations, indique auprès de franceinfo, la direction générale de la Santé. Et si le médecin ne peut pas prendre en charge le patient à distance, il lui demandera de se déplacer, ce qui est autorisé pour raisons médicales. » En revanche, il ne faut pas hésiter à aller aux urgences si votre état le nécessite, « dans le cas d’un bras cassé ou d’une rage de dent, par exemple. 

Lire Plus =>

Coronavirus : à quand le pic épidémique ?

Pourquoi l’avoir annoncé le week-end dernier, et l’avoir repoussée autour du 10 avril ? Le 20 mars, c’était vendredi, il y a 10 jours maintenant, Jérôme Salomon, le directeur général de la santé, expliquait que le pic épidémique en France était attendu d’ici 5 à 8 jours, c’est-à-dire ce week-end, celui dont nous sortons tout juste. Ce discours a été largement repris dans les médias, jusqu’à vendredi dernier où le Premier Ministre, Édouard Philippe, expliquait que « le sommet de la vague est prévu pour la fin de la semaine prochaine », soit selon plusieurs experts, entre le 5 et le 15 avril.

Qu’est-ce que c’est que ce « pic épidémique », et pourquoi semble-t-il si compliqué de le prévoir précisément ? 

C’est que nous allons tâcher de vous expliquer aujourd’hui.

Le pic épidémique, c’est de manière assez simple ce moment où le nombre de contamination réduit d’un jour sur l’autre, et donc où la courbe s’infléchit. A quel moment survient-il ? C’est là où les choses se compliquent un peu. A vrai dire, selon Samuel Alizon, directeur de recherche CNRS au laboratoire Maladies Infectieuses et Vecteurs de l’Université de Montpellier, qui travaille sur la modélisation des maladies infectieuses et que nous avons interrogé « on estimera probablement de source sûre la date du pic une fois qu’il sera passé ».

Lire Plus =>

Covid-19 en Guadeloupe : La justice demande à l’ARS de commander tests et traitements « en nombre suffisant »

Le tribunal administratif de Basse-Terre justifie notamment sa décision par la faiblesse du système de santé local

Le tribunal administratif de Basse-Terre a enjoint le CHU et l’Agence régionale de santé (ARS) de Guadeloupe de commander « en nombre suffisant » des tests de dépistage du Covid-19 ainsi que des doses de traitement par hydroxychloroquine et azithromycine. Saisi en référé par le syndicat guadeloupéen UGTG, le tribunal administratif justifie notamment sa décision par la faiblesse du système de santé local, dans son jugement rendu samedi.

Le tribunal évoque un « nombre de lits de réanimation particulièrement limité en Guadeloupe », mais aussi « la pénurie avérée de matériels de protection des soignants et des personnels des forces de l’ordre et celle de tests de dépistage ». Ces données sont « constitutives d’atteintes graves et manifestement illégales au respect de la vie ».
Des « doses nécessaires »

L’UGTG s’est félicitée dans un communiqué de ce jugement et assure au « peuple de Guadeloupe » mettre tout en œuvre pour « contraindre les autorités politiques et sanitaires à respecter (…) immédiatement les injonctions du juge ».

Lire Plus =>

« Lettres d’intérieur », par Augustin Trapenard

Annie Ernaux & Léonora Miano

Sur France Inter, dans sa nouvelle chronique intitulée « Lettres d’intérieur », chaque matin à 8h55 Augustin Trapenard lit une lettre qu’un écrivain lui a confiée : c’est une lettre sur le sujet de son choix qu’il adresse à la personne de son choix. Si comme moi vous résidez aux Antilles, que vous n’êtes pas oiseau de nuit ni insomniaque berçant son mal en captant les ondes au tout petit matin, presque « au pipiri chantant » (en raison du décalage horaire actuel), vous pouvez toujours écouter en podcasts ces lettres, superbes, intelligentes, ou tendres, ou indignées, ou justement coléreuses mais toujours teintées d’une humanité véritable… à l’instar de la chronique journalière tenue par Wajdi Mouawad,  le dramaturge et directeur du théâtre de La Colline à Paris, sur le site de ce théâtre précisément. De « Lettres d’intérieur », j’ai retenu aujourd’hui ces deux écrivaines emblématiques : Annie Ernaux, Léonora Miano.

Additif, ce 31 mars : quel bonheur ! Ce matin, dernier jour de mars, je constate que l’émission « Boomerang » d’Augustin Trapenard a été déplacée à 14 heures sur la grille de France-Inter, elle est donc audible en direct aux Antilles à 8 heures du matin !

Lire Plus =>

Le Choléra-morbus à Paris (1832)

Par Anaïs Bazin (1797-1850) —

On nous l’avait cependant annoncé bien longtemps à l’avance ; on nous avait fait suivre sur la carte sa marche rapide et menaçante. Le fléau voyageur n’était plus séparé de nous que par cette mer étroite qui nous ramène et nous remporte, avec la mobilité de ses flots, nos rois rétablis ou déchus. Et pourtant, ce voisinage nous inquiétait moins que ne l’avaient d’abord fait les récits venus des pays lointains, doublement terribles par la distance et par la nouveauté. Tout notre effroi s’était usé sur les premières descriptions de ses ravages, sur les premiers dénombrements de ses victimes. Car le Parisien ne peut pas avoir peur longtemps du mal qu’il ne voit pas, lui qui s’habitue si facilement à ses misères. Et puis, quoi qu’on veuille lui dire, il a foi dans la salubrité de sa ville natale, dans l’air suave et pur que l’on respire depuis l’Estrapade jusqu’à la rue du Rocher, dans la limpidité des eaux que roule la Seine enflée par d’innombrables égouts, dans les émanations bienfaisantes des ruisseaux qui parcourent nos rues.

Lire Plus =>

Lettre ouverte de Cristina Comencini

— Cristina Comencini, mise en ligne par Janine Bailly —

« Le Masque et la Plume », fidèle sur France-Inter au rendez-vous du dimanche soir, fidèle depuis plus de soixante ans à ses auditeurs, fidèle et précieux en cette période où nous sommes, par la méchanceté d’un méchant virus, interdits de cinémas, de théâtres et de librairies, « Le Masque et la Plume » émission diffusée sous l’égide de Jérôme Garcin depuis 1989, a eu l’heureuse idée de nous parler aujourd’hui littérature.

« Le Masque et la Plume », on aime ou on déteste, on s’en amuse ou s’en agace, on rit ou se fâche de ses excès qui peuvent paraître puérils, de ses enthousiasmes débordants comme de ses critiques, impitoyables ou indulgentes et il faut bien l’avouer, parfois taillées à l’emporte-pièce.… Mais force est de reconnaître l’engagement de ces femmes et de ces hommes au service de la culture, puisqu’en ce jour l’émission a bien eu lieu, faite par téléphone et rebaptisée pour l’occasion  — mais est-il encore de bon goût de rire ?

Lire Plus =>

Les bonnes idées pour un confinement culturel et solidaire

— Par Corine Goldberger —

Face à l’incertitude et à l’isolement imposé par la propagation du Covid-19 en France, les bonnes idées et initiatives pour continuer par d’autres moyens nos activités favorites, nourrir notre vie intellectuelle et sociale, se multiplient. En voici quelques-unes qui ont retenu notre attention.

On ne va quand même pas se contenter de tourner en rond entre nos quatre murs, non ? Face au confinement drastique imposé depuis ce mardi 17 mars afin de ralentir la propagation du Covid-19 en France, les initiatives pour continuer par d’autres moyens nos activités favorites, nourrir notre vie intellectuelle et sociale, fleurissent sur les réseaux sociaux. En voici quelques-unes qui ont retenu notre attention.

Chanter contre le coronavirus comme les Italiens 

Le groupe Facebook Les dix minutes du peuple, vous propose de voter pour une chanson à chanter tous ensemble, pendant 10 minutes, de la fenêtre ou du balcon. I will survive ? Résiste (France Gall) ? The show must go on (Queen) ?   

#ensembleàlamaison 

Facebook et Instagram ont lancé le hashtag  #ensembleàlamaison (suivez aussi le hashtag #TogetherAtHome) pour écouter des concerts live donnés de chez eux par des artistes privés de public.

Lire Plus =>

« Il faut multiplier les chiffres officiels au moins par 7, 8 ou 10 pour avoir une idée du nombre de gens positifs » prévient l’immunologue Jean-Daniel Lelièvre

— Par Alexandre Fache —
Entretien. Chef du service d’immunologie et des maladies infectieuses de l’hôpital Henri-Mondor (Créteil), le Pr Lelièvre évoque la nature du Covid-19, la mobilisation des personnels et la nécessité de changer notre vision du monde.

Comment expliquer l’ampleur de cette épidémie ?

Jean-Daniel Lelièvre D’abord par le fait qu’il s’agit d’un virus nouveau. La population n’a donc pas d’immunité préexistante, comme avec la grippe saisonnière. Pas d’anticorps, donc pas de protection.

Lire Plus =>

Télétravail, classe à la maison… les parents parfois soumis à rude épreuve

Paris – Avec l’enseignement à distance, les parents d’élèves font « ce qu’ils peuvent », entre télétravail et tâches ménagères, pour maintenir une continuité scolaire à la maison, décrivant parfois une mission « quasi ingérable » à assumer.

« Dès les premiers jours, on a reçu plein de directives pour les devoirs, une charge de travail importante, des choses à rendre dans des délais courts, ça met la pression à tout le monde« , regrette Marie, maman d’Elodie, élève de 4ème dans un collège de Paris. 

Pour cette mère de famille qui continue son travail de conseillère en communication depuis la maison, « la clé du succès repose sur l’organisation mais avec des petits de 5 et 3 ans par ailleurs à gérer, tout part vite à vau-l’eau« , ajoute-t-elle. Et parfois, « c’est quasi ingérable, on pète un plomb« , lâche-t-elle.

Lire Plus =>

Coronavirus : en Guadeloupe, en Guyane, en Martinique et à Mayotte, la crainte d’une possible catastrophe sanitaire

Les professionnels de santé d’outre-mer alertent sur le fait qu’en cas d’aggravation, ils ne pourront pas transférer les malades vers d’autres départements.

L’épidémie de Covid-19 n’en est qu’à ses débuts en outre-mer, mais déjà les professionnels de santé et les politiques alertent sur une possible catastrophe sanitaire dans ces territoires qui ne pourront pas transférer leurs malades vers d’autres départements.

Lire aussi  Comment les outre-mer tentent d’endiguer l’épidémie due au coronavirus

L’inquiétude est forte à La Réunion et à Mayotte, passées au stade 2 de l’épidémie mardi ; les autres territoires ultramarins en sont encore au stade 1 et la métropole déjà au stade 3.La Réunion comptait 111 cas mercredi 25 mars, le plus souvent « importés » de métropole. Le territoire le plus peuplé d’outre-mer, avec près de 860 000 habitants, compte 112 lits de réanimation.

Lire aussi : Coronavirus : les médecins cubains seront autorisés à venir en Martinique

Lire Plus =>

Covid-19 : attention aux arnaques !

Faux sites de vente de masques chirurgicaux, de gels hydroalcooliques ou de médicaments, cagnottes frauduleuses, messages bancaires trompeurs… Face à la prolifération des escroqueries profitant de la peur des Français pendant la crise du Coronavirus, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) appelle à la vigilance.

La situation de crise sanitaire suscite des inquiétudes légitimes. Vous voulez rester informé malgré le confinement et cherchez les moyens de vous protéger. Cependant, les arnaques de la part de sociétés et d’individus malveillants se multipliant, la DGCCRF rappelle que :

  • il n’existe pas à ce jour de vaccin, d’aliments, de purificateurs d’air, de lampes, de compléments alimentaires ou encore d’huiles essentielles qui protègent ou permettent de guérir du Covid-19. Toute proposition affirmant le contraire relève de la pratique commerciale trompeuse ;
  • l’État ne propose pas de kit de dépistage directement aux citoyens. Toute offre de dépistage semblant émaner des services de l’État est une arnaque pour obtenir vos données personnelles, en particulier vos coordonnées bancaires ;
  • des sites internet frauduleux cherchent à vendre certains médicaments, notamment destinés au traitement d’autres maladies.

Lire Plus =>

Attestation de déplacement pendant le confinement : ce qu’il faut savoir

Pendant le dispositif de confinement mis en place depuis le mardi 17 mars, à chaque sortie hors de son domicile, il faut se munir d’une attestation dérogatoire de déplacement ou d’un justificatif professionnel. Mais une attestation numérique est-elle valable ? Puis-je remplir l’attestation au crayon afin de la réutiliser ? Faut-il inscrire l’heure de sortie ? Quelles sont les amendes en cas de non-respect des règles ? Service-public.fr vous informe.

Déplacements personnels

Pour toute sortie hors du domicile et pour tous les cas de déplacement non professionnel autorisés, vous devez avoir avec vous une attestation de déplacement dérogatoire en format papier qui précise le motif du déplacement. Cette attestation de déplacement dérogatoire est téléchargeable sur Service-public.fr.

La version au format .pdf est remplissable en ligne, puis vous devez l’imprimer et la signer. Vous pouvez aussi l’imprimer, puis la remplir à la main.

Une version au format .txt est disponible sur le site du gouvernement .

Une attestation au format papier

Lire Plus =>

Symptômes du Covid-19 : un test en ligne

Rester vigilant ? Programmer une téléconsultation ? Appeler le 15 ? L’autodiagnostic en ligne maladiecoronavirus.fr validé par le ministère des Solidarités et de la Santé vous aide gratuitement à prendre la bonne décision selon vos symptômes.

Développé par l’Institut Pasteur et les Hôpitaux de Paris (APHP), le site maladiecoronavirus.fr permet d’orienter les personnes pensant avoir été exposées au virus.

Ce test est uniquement destiné à informer et à contribuer ainsi à fluidifier les services d’urgence pendant l’épidémie de Coronavirus Covid-19.

Il vous suffit de répondre à 23 questions-réponses sur votre état de santé : votre température corporelle, la présence de fièvre ou de toux, une éventuelle perte du goût ou de l’odorat, une fatigue inhabituelle, un manque de souffle, une difficulté à s’alimenter, une maladie grave, etc.

Vous pouvez refaire le test si les symptômes évoluent puis rechercher un avis médical.

  Attention : La recommandation qui s’affiche à la fin du test peut évoluer suivant les informations en provenance des autorités de santé et des chercheurs. Elle ne constitue pas un avis médical.

Lire Plus =>

Écrire, pour résister !

— Janine Bailly : Textes de Mustapha Dahleb, Ariane Ascaride, Michel Onfray —

En ces temps si tragiques, où chacun enfermé dans sa cellule s’efforce de raison garder, les écrits fleurissent, tant il s’avère qu’ écrire peut être un remède à l’angoisse, à la solitude, à la peur qui, sournoise, s’insinue et ronge… On entend, on lit, on reçoit — et plus encore si l’on fréquente les réseaux sociaux —, tout et n’importe quoi. Du « journal de confinement » assez indécent rédigé par l’écrivaine Leïla Slimani depuis sa chaumière normande et que publie le journal Le Monde, à la lettre si belle de l’actrice engagée Ariane Ascaride lue ce matin sur France Inter chez et par Augustin Trapenard, en passant par ces épanchements anonymes qui courent… sur Facebook par exemple. Voici deux de ces textes, que j’ai d’abord envie de mettre en regard l’un de l’autre, tels qu’ils me sont parvenus, tandis qu’une citation de Michel Onfray viendra clore provisoirement le débat…

À LIRE : Mustapha Dahleb, la plus belle plume tchadienne, a écrit (Mustapha Dahleb est le nom d’auteur du Docteur Hassan Mahamat Idriss): 

https://blogs.mediapart.fr/jecmaus/blog/220320/lhumanite-ebranlee-et-la-societe-effrondree-par-un-petit-machin

Lire Plus =>

Coronavirus : le couvre-feu est instauré dans plusieurs villes de Guadeloupe et de Guyane, pas en Martinique pour l’instant

— Par Brigitte Brault —
Devant le non-respect des consignes de confinement contre la propagation du Coronavirus, les autorités durcissent le ton en Guyane et en Guadeloupe. Plusieurs communes ont instauré un couvre-feu. Pour l’heure, une telle mesure ne semble pas envisagée en Martinique.

Couvre-feu, en Guadeloupe, à Sainte-Anne, aux Abymes et à Pointe-à-Pitre, de 20 heures à 5 heures, dès le 25 mars 2020 et jusqu’au 15 avril inclus, il est interdit de circuler sur le territoire de ces trois villes.
Le préfet de Région a pris un arrêté en ce sens à la demande des équipes municipales.

À l’instar de Sainte-Anne et de Pointe-à-Pitre, la ville des Abymes avait annoncé dans un communiqué, qu’en prévention de la propagation du coronavirus, il était désormais interdit de circuler et de se déplacer, entre 21 heures et 5 heures du matin, jusqu’au 15 avril inclus.

Seuls sont autorisés, les déplacements pour raisons de santé, professionnelles, ou pour des raisons impérieuses d’assistance à une personne vulnérable.

Les contrevenants à l’arrêté municipal se verront poursuivis pour infraction et réprimés selon la législation en vigueur.

Lire Plus =>

Coronavirus : « La pénurie de masques, incompétence logistique de l’Etat français »

— Par Aurélien Rouquet, Professeur de logistique à la Neoma Business School —

Le manque actuel de masques révèle une véritable faillite et une faute de la part de l’Etat, déplore, dans une tribune au « Monde », Aurélien Rouquet, professeur de logistique à la Neoma Business School.

Tribune. Pour lutter contre le coronavirus, il faut des masques. Mais la France est en pénurie. Leur distribution est rationnée, et leur usage limité aux acteurs exposés. Du fait de cette pénurie, nous sommes moins efficaces dans notre lutte face au virus. Le confinement sera plus long. L’économie française sera plus durement touchée. Mais, plus grave, la pénurie conduira à ce que plus de Français soient contaminés, donc au fait, statistique, qu’il y aura plus de morts.

Les graves insuffisances françaises

La pénurie de masques va donc tuer. Qui est le responsable de ces morts ? Le gestionnaire du stock, l’Etat français. Quelle est sa faute ? L’incroyable incompétence logistique qui a entouré la décision prise au sujet des stocks stratégiques de masques.

Petit rappel des faits.

Lire Plus =>