Arts Plastiques

L’éphéméride du 19 novembre

Ouverture du musée du Prado le 19 novembre 1819

Le musée du Prado (en espagnol : Museo Nacional del Prado) à Madrid (Espagne) est l’une des plus grandes et des plus importantes pinacothèques du monde. Il présente principalement des peintures européennes (flamandes, espagnoles, françaises, italiennes et allemandes) du xive siècle au début du xixe siècle, collectionnées par les Habsbourg et les Bourbons.

Les œuvres des peintres Diego Vélasquez, Francisco Goya, et Jérôme Bosch sont les plus célèbres et les plus nombreuses mais il y a aussi celles de El Greco, de Pierre Paul Rubens, Anton van Dyck, Raphaël, Titien, Antonio Moro, Tintoretto, Bartolomé Esteban Murillo, Francisco de Zurbarán, José de Ribera, ainsi que des tableaux de Fra Angelico, Botticelli, Andrea Mantegna, Véronèse, Le Caravage, Albrecht Dürer, Rembrandt, Nicolas Poussin, Claude Gellée, Watteau, etc.

Le musée détient aussi des collections de dessins et d’estampes (quelque 6 400 dessins et 3 000 estampes), un fonds d’un millier de sculptures (dont une importante collection de sculptures gréco-romaines) et un grand nombre d’objets décoratifs et de documents historiques. Après les travaux d’agrandissement dirigés par Rafael Moneo, il expose en permanence une collection de 1 300 œuvres dans son siège, plus 3 000 prêtées pour être exposées dans d’autres galeries et institutions officielles.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 13 novembre

Claude Monet peint Impression, soleil levant à partir du 13 novembre 1872

Impression, soleil levant est un tableau de Claude Monet conservé au musée Marmottan à Paris, dont le titre donné pour la première exposition impressionniste d’avril 1874 a donné son nom au courant de l’impressionnisme.

La date d’exécution de cette marine, probablement pendant l’hiver 1872-1873, est hypothétique.

Historique de l’œuvre
Claude Monet a peint cette toile en une séance le matin de bonne heure lors d’un séjour au Havre, ville de son enfance, avec son épouse et son fils, choisissant un de ses thèmes favoris, un port symbole de la révolution industrielle du xixe siècle et s’inspirant des marines, soleils levant et soleils couchant peints avant 1872 par Eugène Delacroix, Eugène Boudin, Johan Barthold Jongkind ou William Turner1.

Selon Daniel Wildenstein et d’autres historiens d’art, ce tableau a certainement été peint en 1873 ou 1874, probablement en janvier 1874 à partir d’une fenêtre de la chambre de l’hôtel de l’Amirauté qui donne sur le bassin de l’avant-port, et signé et daté de 1872 après coup au moment de sa vente2.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 31 octobre

Michel-Ange termine le Jugement dernier dans la chapelle Sixtine le 31 octobre 1541.

Le Jugement dernier est une fresque peinte par Michel-Ange, alors âgé de soixante ans, sur le mur de l’autel de la chapelle Sixtine au Vatican. Commandé par le pape Clément VII (Jules de Médicis), le travail dura six ans et fut inauguré par son successeur Paul III le 1er novembre 1541.

Historique
En 1532, Michel-Ange revient à Rome après un séjour de plusieurs années à Florence, où il a pris parti contre Clément VII dans le conflit qui l’opposait à l’empereur Charles Quint. Le pape, qui a pardonné, lui demande de remplacer les peintures des deux extrémités de la chapelle Sixtine par deux grandioses représentations : la Chute des anges rebelles et le Jugement dernier. Presque aussitôt, le peintre entame les études nécessaires à ce projet démesuré. En septembre 1534, Clément VII meurt et Michel-Ange espère pouvoir renoncer à cette tâche écrasante pour se remettre au tombeau de Jules II, qu’il regrette de n’avoir pu achever. Mais le nouveau pape Paul III entend que le projet de son prédécesseur soit mené à terme.

Lire Plus =>

Une promenade en forêt : Portraits d’arbres de Véronique Robbaz

Jusqu’au 30 octobre 2020 au Boko Concept, chemin Canal à Ducos

— Par Fernand Tiburce Fortuné —

Trees are serene and offer you peace.

Trust them.

Véronique Robbaz

(08/10/2020)

Véronique Robbaz laisse derrière elle des années d’enseignement à l’Université des Antilles-Guyane, où elle a partagé « La Littérature Nord Américaine » (North american literature) avec des générations d’étudiants antillais, pour prendre le pinceau et s’adonner à ce qui, davantage qu’un passetemps, est une véritable passion, la peinture sur toile.

Elle a été à bonne école puisque élève de René Louise l’un des leaders du groupe de plasticiens martiniquais « Fwomajé ». Il faut aussi citer, et elle leur est beaucoup redevable, Hervé Beuze, Joëlle Pierre-Paul et Sophie Donatien

Pour sa première exposition, pour se projeter en pleine lumière, elle a choisi un thème difficile, car il lui faut éviter deux écueils majeurs, la répétition et l’ennui : Les Arbres.

Et pourquoi les arbres? Les arbres de son environnement martiniquais? Véronique Robbaz nous dit « qu’ils sont sereins et source de paix. Qu’ils sont dignes de confiance ». Et elle nous confie qu’ils lui étaient, dans une certaine mesure, indifférents jusqu’à ce qu’elle organise sa palette et choisisse ses pinceaux.

Lire Plus =>

Entretiens sur l’art et la Culture – La Porte du Tricentenaire à Fort de France

Rencontre dimanche 18 octobre à 10h00 devant la Porte du Tricentenaire

— Par Matilde dos Santos —

L’Association International de Critiques d’Art, section Caraïbe du Sud a lancé en septembre dernier une série de rencontres en Martinique : les entretiens sur l’art et la culture, pour amener des artistes ou des experts à converser sur la place publique, autour d’une œuvre d’art ou un objet culturel au sens large (constructions, vestiges amérindiens, statues, pratiques culturelles….).

L’objectif est d’ouvrir le dialogue à un public plus large que celui habitué aux expositions d’art contemporain mais aussi de participer au débat sur les objets qui partagent l’espace public, qu’ils soient artistiques ou mémoriaux. Les objets de mémoire, choisis à un moment donné pour honorer un personnage ou moment historique véhiculent des valeurs et des imaginaires, souvent questionnables, d’autant plus qu’ils s’imposent à toute la population, alors qu’ils ne correspondent qu’à la vision d’un groupe. Certains de ces monuments ont été récemment détruits en Martinique. Certains méritaient sûrement d’être retirés de la place publique, d’autres auraient peut-être été plus utiles contextualisés. D’autres encore avaient déjà été en quelque sorte décolonisés comme la statue de Joséphine de Beauharnais décapitée et la Porte du Tricentenaire.

Lire Plus =>

Avec #Culturecheznous, la culture vient à vous 

Visites virtuelles d’expositions, concerts, spectacles, vidéos, cours en ligne, jeux… Le ministère de la Culture et ses opérateurs vous apportent gratuitement à la maison des ressources culturelles d’une exceptionnelle richesse grâce au site #Culturecheznous.

Les télévisions et radios publiques, des musées, des sites culturels, des théâtres ou encore des opéras ont été mobilisés pour nourrir #Culturecheznous et mettre gratuitement à votre disposition une large offre culturelle numérique.

Le site s’adresse à tous les publics : enfants, adultes, enseignants.

Pour les enfants

Pour les différentes tranches d’âge, le site propose notamment l’ensemble des plateformes ludiques et éducatives de l’audiovisuel public, des jeux en ligne, des vidéos, des ateliers, des visites virtuelles de musées…

Pour les parents, les élèves et étudiants

Lire Plus =>

Josette Coras : Chemins de traverse. Carnets d’une artiste buissonnière

Josette Coras (1926-2008) nait dans une famille jurassienne bourgeoise ouverte aux arts. Très tôt elle fait preuve d’une grande activité créatrice, décide de devenir dessinatrice et commence parallèlement à écrire. L’après-guerre la trouve à Paris où elle fréquente l’atelier de la Grande Chaumière et se forme à la gravure à l’École Estienne.

En 1950, de retour dans le Jura, elle achète le logis abbatial de l’abbaye de Baume-les-Messieurs qu’elle restaure et ouvre à ses amis artistes et artisans, parmi lesquels le groupe des Annonciades, organisant chaque année une exposition.

En perpétuelle recherche elle multiplie les techniques : dessin, peinture, papier déchiré, décor sur faïence et enfin gravure dont elle tire de poétiques statues.

Pendant 50 ans elle arpente la reculée et les paysages environnants, sources d’inspiration et de réflexions.

Le livre : Chemins de traverse Carnets d’une artiste buissonnière

Dominique Daeschler et Sylvie Roy Lebreton ont travaillé pendant plus de trois ans sur une partie du journal de l’artiste, écrit sur des cahiers d’écolier pendant une quarantaine d’années. La qualité d’écriture qu’elles ont découverte les a convaincues d’en faire un livre, en choisissant de extraits réunis de façon thématique.

Lire Plus =>

Entre Elles

Au Créole Arts Café à St-Pierre du 25 août au 4 novembre 2020

Le Créole Arts Café est un nouveau lieu culturel pour la Ville d’Art et d’Histoire, à la fois concept store, lieu d’exposition et café où se détendre, boire un verre, déguster un plat ou faire un petit goûter. Installé dans la toute première bâtisse reconstruite après la catastrophe avec son mobilier et son décor typique le concept store propose des réalisations de l’artisanat local, l’espace Galerie à l’étage invite à découvrir tous les deux mois une nouvelle collection d’artistes sélectionnés.

La nouvelle exposition intitulée « ENTRE ELLES » propose des peintures, sculptures et meubles d’artistes de Ghyslaine MARCEAU, Marie-Annette FOURNIER, Nadine LEJEUNE et Michèle ARRETCHE du 25 août au 4 novembre 2020.

Ghyslaine MARCEAU : Martiniquaise, avec des origines pierrotines, a vécu 26 ans en métropole et est revenue au pays depuis 2005.

Son goût pour le dessin et la peinture, ainsi que ses rencontres avec de nombreux artistes de talents ont permis à Ghyslaine Marceau de développer ses connaissance dans de nombreux domaines : peinture sur bois, sur métal, pastel, huiles et acrylique sur toile.

Lire Plus =>

Banksy au secours des migrants, affrète un navire en Méditerranée

Le street artiste Banksy a financé un nouveau navire pour porter secours aux migrants en Méditerranée, qui est déjà sur zone et a secouru 89 personnes.

Baptisé du nom de Louise Michel, anarchiste française du XIXe siècle, le navire décoré d’un graffiti de l’artiste britannique est parti le 18 août du port espagnol de Borriana, près de Valence, a révélé dans la nuit de jeudi à vendredi le journal britannique The Guardian. Il a été affrété dans le plus grand secret, et a récupéré jeudi 89 personnes, dont 14 femmes et deux enfants, en Méditerranée centrale selon ce journal, qui ne précise pas la position exacte du bateau.

« Il recherche maintenant un port maritime sûr pour débarquer les passagers ou les transférer sur un navire des garde-côtes européens ». Un compte Twitter à son nom (@MVLouiseMichel) a par ailleurs diffusé une photo, « dans une mer très agitée », d’une opération d’assistance au Sea-Watch 4, autre navire humanitaire des ONG Médecins sans Frontières et Sea-Watch, présent dans la zone depuis la mi-août. « ALLEZ ! (en français dans le texte) un bateau sponsorisé par Banksy et peint par lui, une équipe expérimentée venue de toute l’Europe, le Louise-Michel a déjà sécurisé deux opérations de sauvetage du Sea-Watch4 et a maintenant sauvé 89 personnes par lui-même.

Lire Plus =>

Banksy

Banksy est le pseudonyme d’un artiste britannique anonyme, actif depuis les années 1990. Il est connu pour son art urbain satirique (ou street art) et comme réalisateur de films.

L’artiste utilise la peinture au pochoir pour faire passer ses messages, qui mêlent souvent politique, humour et poésie. Les œuvres de Banksy sont des images humoristiques, parfois combinées avec des slogans. Le message est généralement libertaire, antimilitariste, anticapitaliste ou antisystème. Ses personnages sont souvent des rats, des singes, des policiers, des soldats, des enfants, des personnes célèbres ou des personnes âgées.

Identité contestée
Banksy est un artiste anonyme, dont l’identité fait l’objet de nombreuses spéculations.

Dans une interview de 2003 de The Guardian3, l’artiste est décrit comme « blanc, 28 ans, débraillé décontracté – jeans, T-shirt, une dent d’argent, chaîne en argent et boucle d’oreille en argent. Il ressemble à un croisement entre Jimmy Nail et Mike Skinner de The Streets ».

Le livre Banksy captured, de Steves Lazarides, publie de nombreuses photos de Banksy au travail. Une vidéo de 2003, retrouvée en 2019, dévoilerait également pour partie son apparence. Bien que son visage soit toujours masqué, Banksy y apparaît à chaque fois comme un homme blanc.

Lire Plus =>

L’œuvre duelle de Louisa Marajo et Ricardo Ozier-Lafontaine

— par Janine Bailly —

Palette… Un mot, polysémique s’il en est… Un objet à se représenter… Après ces années de « gilets jaunes » et de grèves enchaînées, une image pourrait s’imposer d’abord à l’esprit, celle d’un entrepôt  dont la palette est « un élément-clé, qui aide à stocker et transporter des marchandises de la meilleure manière qui soit ». Mais de même que le mot revêt diverses acceptions, l’objet détourné de sa destination initiale se voit attaché à d’autres fonctions — émissaire de nos protestations —, qu’on le dresse en barricades devant les lycées cadenassés, qu’on l’enflamme en barrière de rues dans les manifestations, qu’on le recycle sous des formes improbables, ou qu’il devienne prétexte à la création artistique, matériau inédit et support consentant… Ce  détournement, Louisa Marajo et Ricardo Ozier-Lafontaine, peintres et plasticiens martiniquais, s’y livrent en duo au front des vagues qui tantôt caressent tantôt agressent les flancs de leur île natale. S’y livrent et donnent un sens nouveau, inattendu et singulier, à la « palette » du peintre, quand ordinairement le mot désigne la plaque de bois où celui-ci opère le mélange des couleurs, aussi bien que l’ensemble de ses couleurs favorites.

Lire Plus =>

Depuis le Portugal, «  Krystel Ann Art » assure la promotion de l’art caribéen

Fondée en 2016 par Olivier Tharsis et Chrystelle Merabli, collectionneurs originaires de Guadeloupe, « Krystel Ann Art » est une agence et une galerie d’art contemporain, spécialisée dans la promotion de l’art caribéen. , L’agence, dont l’action assure la valorisation de la culture et en particulier de la peinture caribéennes dans le monde, travaille également avec d’autres artistes contemporains de renom.

À travers une exposition numérique, « Krystel Ann Art » met aujourd’hui en lumière le plasticien Philippe Thomarel. Né en 1964 à Pointe-à-Pitre, diplômé de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris en 1989, l’artiste, qui réside et travaille en France, contribue à faire connaître la culture et l’identité créoles, participant à des expositions en ce sens — ainsi de « Kréyol Factory » à Paris en 2009, ou de « Échos imprévus » au Mémorial ACTe de Pointe-à-Pitre en 2016 / 2017. À la Martinique, en 2014, Philippe Thomarel a présenté l’exposition « Les territoires radiographiques » à la Case Léo, de l’Habitation Clément, au François.

Accessible en ligne, la nouvelle exposition numérique de Philippe Thomarel, intitulée « Paysage » et proposée pendant le mois d’août 2020, révèle la voie choisie par certains artistes qui se saisissent de plus en plus des outils de leur temps.

Lire Plus =>

La France lance le processus de restitution d’objets d’art africains

Un premier projet de loi sur la restitution par la France à des pays africains d’œuvres culturelles prises pendant la colonisation, un sujet controversé, a été présenté mercredi 15 juillet en conseil des ministres. La France va ainsi procéder à la restitution d’un sabre historique au Sénégal et, dans les prochains mois, de 26 objets du patrimoine au Bénin.

Ce transfert d’œuvres culturelles vers leur pays d’origine avait été initié par le président Emmanuel Macron dans son discours de Ouagadougou, le 28 novembre 2017. Cette restitution « correspond à un engagement très fort pris par le président de la République pour que la jeunesse africaine ait la possibilité d’accéder à son patrimoine, à son histoire, en Afrique », a expliqué le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal à l’issue du conseil des ministres. Elle est « l’un des enjeux essentiels pour une relation d’amitié nouvelle entre la France et l’Afrique », selon lui.

Pour cela, le projet de loi autorise, « par une dérogation limitée au principe essentiel d’inaliénabilité applicable aux collections publiques françaises », le transfert au Bénin de la propriété de 26 objets pillés lors du sac du palais des rois d’Abomey par des troupes coloniales françaises en 1892.

Lire Plus =>

Inauguration du Créole Arts Café à Saint-Pierre

Samedi 11 juillet 2020 de 11h30 à 15h

Inauguration de l’espace exposition du Créole Arts Café à Saint-Pierre.

Exposition des peintures de Michèle Arretche réalisées pendant le confinement et le déconfinement, en relation avec son travail antérieur. 
Entre rêve, illusions et réalité, l’Art est une obsession de la vie. 
(Organisation selon les normes covid en vigueur, espace extérieur.)
 
Lire à propos du travail de Michèle Arretche :
 

Lire Plus =>

Retour progressif à la vie… culturelle !

L’habitation Clément : le domaine, et l’exposition « Black Forest »

Pour sa réouverture, l’habitation Clément offre l’accès à son site gratuitement pour tous, et ce jusqu’au 30 juin. Après cette date, l’entrée sera de nouveau payante. L’exposition de Marthine Tayou, « Black Forest », présentée avant le confinement, est bien heureusement prolongée jusqu’au 27 septembre 2020

L’artiste :

Pascale Marthine Tayou, né en 1966 à Nkongsamba, est un artiste plasticien camerounais. Il porte un prénom masculin-féminin, adopté par choix, comme en un désir de toujours repousser les limites, qu’elles soient mentales, culturelles ou géographiques… Autodidacte, il a exploré différentes voies : dessin, performance, photographie, vidéo, assemblage, graffiti. Pascale Marthine Tayou ne cesse depuis les années 90 de pratiquer un art sans frontières, nomade et intuitif, qui hybride et assemble toutes sortes d’objets récupérés sur son chemin. Toujours en partance, Tayou est un grand voyageur qui tente de faire le lien entre les cultures, mais aussi entre l’homme et la nature.

L’exposition, telle que présentée par l’artiste :

« Je vous invite à courir avec moi les yeux bandés, pieds et torse nus sur une corde raide.

Lire Plus =>

L’étau se desserre : de bonnes nouvelles en France pour la culture !

Signe de la fin d’un confinement nécessaire mais qui a pu paraître fort long, l’été arrive avec son cortège de bonnes nouvelles côté musées, et côté salles de cinémas où l’on va redécouvrir le plaisir partagé du film sur grand écran ! On apprend aussi ce matin que le parvis de Notre-Dame de Paris est désormais réouvert au public.

Cinémas : la date de réouverture fixée au 22 juin, mais avec  quelles normes sanitaires ?

Les salles seront donc restées fermées depuis le 15 mars, soit près de 14 semaines (100 jours pour être très précis)… Une première dans l’histoire du cinéma français. Un manque compensé parfois par la résurgence du cinéma en drive-in, voire par des projections sur les murs dans Paris… Mais les Français seront-ils nombreux à se rediriger vers les salles de cinéma ? À retrouver le plaisir partagé d’un film sur grand écran ? À en croire une étude faite récemment, « aller au cinéma » manquait déjà à 52,2% des Français, qui souhaitaient  retourner dans les salles dès leur réouverture.

Le premier ministre Edouard Philippe a fait le point sur la deuxième étape du plan de déconfinement le jeudi 28 mai.

Lire Plus =>

Soigner le corps et les murs : des graffeurs sénégalais au service de la lutte contre la covid 19

— Par Dominique Daeschler —

La Fondation Dapper avec ses derniers nés, des e-books à télécharger gratuitement sur son site, poursuit sur un mode plus ludique, plus directement accessible aux jeunes via smartphone et WhatsApp, la promotion de l’art contemporain africain. Dernière parution en ligne, « Le graffiti pour sauver des vies » qui valorise à la fois l’engagement des artistes graffeurs sénégalais au service du coronavirus et la volonté de la Fondation de présence au monde d’aujourd’hui pendant la pandémie.

L’ouvrage édité sous la direction d’Aude Leveau Mac Elhone, illustré par de nombreuses photos d’œuvres et d’artistes, se compose d’un historique sur le développement du graffiti, d’interviews et de présentations d’artistes et de collectifs, mettant particulièrement en exergue son rôle dans les rapports sociaux et dans sa façon d’aborder les problèmes de santé publique. Le propos tenu est clair et rigoureux, dans la lignée des livres d’art édités par Dapper. L’autrice s’est mise « au service de » : pas de discours redondant ou sentencieux mais une volonté d’entrer dans le vif du sujet en privilégiant le descriptif et la parole recueillie. A notre tour, écoutons – la.

Lire Plus =>

Le 22 mai, une date symbolique : à Tropiques-Atrium, Rézistans

RÉZISTANS, du 20 mai au 10 juin 2020, le beau programme éclectique de Tropiques-Atrium, en célébration de l’abolition de l’esclavage

Le Mot du Directeur de Tropiques-Atrium

Résistances historiques,

Résistances sociétales contextuelles ou structurelles,

Résistances culturelles,

Tropiques Atrium Scène nationale célébrera les abolitions, du 20 mai au 10 juin 2020.

Bien au-delà de ses salles, en s’adressant tout simplement… au Monde.

En tutoyant le monde par l’universalité qui habite notre culture et l’identité qui irrigue les racines de nos êtres.

Déclinant nos missions, ce véritable cycle en ligne, intitulé « Rézistans’ » sera pluridisciplinaire.

Tel un fromager défiant la fatalité, il plongera ses racines dans la musique à texte engagé, dans l’évocation picturale, chorégraphique, filmique du marronnage fertilisant.

Lire Plus =>

Dral : «  Enjoy every moment » Ce désir d’absolu et de pureté…

— Par Christian Antourel —
Le travail de Dral est un long cheminement vers l’art. C’est une pensée colorée, une peinture qui s’éveille au fur et à mesure que les couleurs d’une palette riche s’y couchent. Une belle aventure Martiniquaise qui se construit avec un public international…
Les peintures de Dral sont de riches toiles florales pleines de couleurs franches. Les pigments entrent en résonnance dans une spontanéité brûlante quand cette clarté inonde ses œuvres , le spectateur est plongé dans un jeu de valeurs. Des instants de poésie nous entrainent vers une grande quiétude et nous ouvrent à une méditation intérieure. Inspirée par le fauvisme, ce mouvement de l’art qui simplifie les formes, Dral confie à la toile ses aplats de couleurs pures et caractères indélébiles. L’artiste ne respecte pas la réalité observable mais bien une réalité intérieure picturale. Le choix des couleurs devient alors arbitraire. «  Je vois la peinture comme un travail que j’aime, mon entreprise. Ça me prend énormément de temps, ça me plait » Et c’est peut-être ce désir d’absolu, de pureté, et de vérité qui fait que Dral est très exigeante quant à son travail.

Lire Plus =>

La Martinique, culture et patrimoine en ligne

Culture et Patrimoine, avec La Fondation Clément, le Mémorial de la catastrophe de 1902 / Musée Frank A. Perret, l’Habitation Clément

Nous vous proposons de (re)découvrir nos collections et de vous faire voyager depuis chez vous ! Retrouvez-nous tous les jours sur notre page Facebook  

La Fondation Clément

« La Fondation soutient l’art contemporain dans la Caraïbe. Depuis 2005, elle a organisé 111 expositions réunissant 300 artistes. Elle gère des collections documentaires sur l’histoire de la Caraïbe et mène des actions de valorisation du patrimoine architectural ».

9h | Un jour, un catalogue : Feuilletez en ligne les catalogues des expositions de la Fondation Clément.

10h | Un jour, une histoire : Ecrivez une histoire sur une semaine à partir des cartes postales mises en ligne du lundi au vendredi.

11h | Un jour, une vidéo d’artiste : Ecoutez l’interview d’un artiste ou un commissaire à propos d’une exposition de la Fondation Clément.

12h | Un jour, une carte postale  : Voyagez dans la Martinique du début du XXème siècle à travers la collection de carte postale de la Fondation Clément.

Lire Plus =>

Abel Techer et le lapin blanc.

— Par Scarlett Jesus —

« Qui es-tu lorsque personne ne te regarde ? » C’était le titre que la Galerie Maëlle, à Paris, avait choisi de donner, en janvier 2017, à une exposition collective consacrée à la présentation de cinq jeunes artistes, dont le réunionnais Abel Techer.
Un titre prenant la forme, alors, d’un questionnement. Pour cette exposition personnelle que la Galerie Maëlle lui consacre, du 6 février au 20 mars 2020, le titre est tout aussi direct : « I call you from the crossroads ». Mais un glissement significatif s’est opéré.On constate, en fait,le passage d’une interrogation faite par une personne extérieure s’adressant à l’artiste, à une prise de parole de celui-ci à la première personne. Le défi qui consistait à prendre la liberté de révéler son MOI, en toute franchise et sans masque, évoquait déjà la volonté de se mettre à nu comme Jean-Jacques Rousseau l’avait fait dans ses Confessions. Or, cette nouvelle exposition ajoute au « Qui es-tu ? » initial, la référence symbolique du lieu dans lequel se trouve l’artiste « from the crossroads ».

Lire Plus =>

Margot Ashe Ahimsa

  Du 5 au 30 mars 2020 à la Galerie Art & Vin Ducos

Par Christian Antourel & Ysa de Saint-Auret —

« Voilà plus de 2 ans que je n’ai pas peint, j’ai traversé des moments très difficiles, qui ont altéré ma capacité à rêver, à rire, à créer, j’avais même pensé à renoncer…Puis vient le temps de retrouver peu à peu l’enthousiasme et le feu sacré , la magie de la vie. »

Surprise dans la sublimité de la concentration qui précède le brusque choc de la création, c’est le même silence qui règne entre ses sujets et elle, dans un accord tacite qui parle encore d’absence, d’abandon et de rêves inassouvis … d’ardeur et d’étincelles.

Margot Asphe propose une vision polychrome où la ligne émerge de la couleur. Ces éclairs surgis soudain sous l’aspect d’un trait plus vif, plus emporté, plus coloré que les autres c’est une juste révélation de son âme profonde et secrète . Il faut du temps pour apprivoiser la peinture qui exerce la force de la fascination en même temps que son corollaire, le rejet. Les passions sont aussi des douleurs au cœur .Dans

Lire Plus =>

Exposition « Lumières et Phares  » d’Hélène Jacob et théâtre avec « Femmes Combattantes, femmes influentes »

Guinguette de Saint-Pierre les 06, 07 et 08 mars 2020

Exposition « Lumières et Phares  » d’Hélène Jacob

Exposition « Lumières et Phares  » d’Hélène Jacob et représentations théâtrale de la pièce « Femmes combattantes, Femmes influentes » à la Guinguette de Saint-Pierre les 06, 07 et 08 mars 2020

A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, Hélène et JACOB et Marie ALBA ont mêlé leur univers, peinture et théâtre, dans un projet commun célébrant la femme.

Rencontre originale et entrelacement entre deux arts riches et complexes pour interpréter l’histoire d’une vingtaine de femmes singulières et uniques qui sont les témoins de plusieurs siècles de lutte et parfois de présence invisible.

Evènement exceptionnel né de la résolution passionnelle d’Hélène Jacob au service des femmes et de sa recherche de liberté par la peinture.

Lumières

Portraits de six femmes, de la révolution française à nos jours. Six portraits de femmes qui font écho et illustrent les textes écrits et mis en scène par Marie ALBA dans la pièce « Femmes combattantes, Femmes influentes ».
Six femmes qui traversent l’histoire pour nous rappeler l’importance pour la liberté, les droits humains.

Lire Plus =>

Pascale Marthine Tayou : « Black Forest »

Jusqu’au 22 mars 2020 à la Fondation Clément

Back Forest

Je vous invite à courir avec moi les yeux bandés, pieds et torse nus sur une corde raide.
Réduire les espaces entre nous est une urgence contre nos terrorismes intérieurs.
C’est à ce prix que nous sortirons des lianes épineuses au coeur du « Black Forest ».
Black Forest n’est pas un projet artistique,
C’est une promenade in-live sur les pistes interminables de nos doutes existentiels,
C’est le dessin d’une longue balade in-situ sur l’axe de la prise des risques,
C’est essayer de déconstruire les certitudes qui peuplent nos nuits blanches,
C’est l’empreinte des tours de glaces fragiles sur le territoire de l’inconnu.

Black Forest comme un songe étrange aux portes du néant,
Black Forest comme le trait gras d’union entre bonheur et tristesse.
Black Forest comme une suite de formes au service de l’esthétique.
Black Forest portrait échappatoire dans la fosse des jougs et joutes obscures.
Black Forest appel d’urgence du bon sens face à la terreur de nos extrémismes,
Black Forest pour que l’action spirituelle signe la copie sobre d’une posture humaine…

Ce projet est une réflexion/vision pratique sur l’acte de faire ou de ne pas faire.

Lire Plus =>

« Mondes parallèles » de Jean-Luc Toussaint

Jusqu’au 29 février à la Galerie Colette Nimar de Fort de France

Dès ce mardi 10h, une nouvelle semaine s’ouvre pour découvrir l’exposition de sculptures proposée par Jean-Luc TOUSSAINT,  » MONDES PARALLELES  » à la Galerie Colette Nimar de Fort de France.

Une cinquantaine de masques et sculptures métal habitent l’espace de La Galerie créant un beau dialogue entre masques authentiques d’Afrique de l’Ouest et masques ou sculptures en métal inspirés de ceux-ci, réalisés de nos jours par l’artiste.

L’exposition nous amène à nous interroger sur la perception du  » masque  » lié au continent africain, en Martinique et de façon plus générale aux Antilles, à mieux cerner les raisons pour lesquelles il est stigmatisé voire diabolisé dans l’inconscient collectif même lorsqu’il est sorti de son contexte sacré.

Dans cette optique, deux causeries débats accompagnent cette exposition, la deuxième aura lieu le samedi 29 février à 16h à la Galerie jour de clôture de celle-ci. En effet l’exposition est prolongée jusqu’à la fin du mois de février.

La Galerie vous accueille du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 15h30 à 18h30.

Lire Plus =>