Catégorie : Arts Plastiques

5 questions à Hervé Beuze

Exposition « de feu et de pluie », Fondation Clément, du 20 octobre au 12 novembre.

— Propos recueillis par Matilde dos Santos Ferreira, critique d’art et curateur indépendant —

Produite par la Fondation Clément en partenariat avec la DEAL et le PNRM dans le cadre de la candidature de la Martinique à l’inscription sur la liste patrimoine UNESCO.

Le titre de l’exposition « De feu et de pluie » renvoie aux deux versants d’une même gestation : car la Martinique est bien la fille des entrailles fumantes de la terre et des pluies provoquées par le relief, donnant naissance aux forêts tropicales humides. Partant de l’idée que le volcan impacte la vie de l’homme très au-delà de la science et des catastrophes, il a été demandé aux artistes de travailler sur le processus éruptif comme métaphore, voire essence de la création. Les œuvres ont été choisies en fonction du parallèle entre construction/ destruction /reconstruction dans la nature et dans la vie de l’homme. Elles parlent de mémoire, de chaos, de jaillissements et tremblements, d’échanges d’énergie, du magma qui fuse, de la chaleur brulante, de l’état du monde l’instant d’après.

→   Lire Plus

Le musée du Quai Branly expose 26 œuvres d’art du Bénin avant leur retour au pays

Ces œuvres ont été pillées lors de la mise à sac du palais d’Abomey par les troupes coloniales en 1892.

Une dernière exposition en France. Le musée du Quai Branly, qui abrite des milliers d’œuvres africaines en partie pillées pendant la colonisation, expose, du mardi 26 au dimanche 31 octobre, 26 œuvres d’art du Bénin, avant leur retour dans ce pays promis par Emmanuel Macron et permis par une loi votée fin 2020.

Ces œuvres d’art, des statues totem de l’ancien royaume d’Abomey ainsi que le trône du roi Béhanzin, pillés lors de la mise à sac du palais d’Abomey par les troupes coloniales en 1892, font l’objet d’une exposition spéciale dans le musée parisien où elles faisaient jusqu’à présent partie des collections.

→   Lire Plus

Exposition Dan Beal

Du 17 octobre au 26 novembre 2021 au Patio 19

— Communiqué de presse—

Dans le cadre des journées de l’architecture et du patrimoine au Antilles, la Station Culturelle propose l’exposition Non-Lieux de l’artiste photographe Jordan Beal, dont la scénographie est assurée par Abité, au Patio19.

Fort-de-France, Martinique

Selon Dan Beal, un peuple s’identifie avant tout par sa culture et ses lieux ; et c’est avec cette évidence, cette naïveté qu’a commencé cette série. Le photographe vous invite donc à regarder et à se confronter aux façades pour se plonger dans une réflexion sur notre rapport au monde et à l’habitat. Ces 15 façades que l’on retrouve dans les rues de différentes communes de Martinique, témoignent du temps qui passe et d’une présence humaine effacée. De quoi sont-elles le signe ? D’un exode ? D’une culture mourante ? D’une désertion sociale ? De confinements ? L’artiste choisit d’admirer ces interrogations, de sublimer ces façades, d’apprécier le mystère qu’elles donnent à voir, et d’écouter la mélodie de leurs couleurs.

Dan Beal est né en 1991 à Fort-de-France où il réside et exerce le métier de photographe depuis 2018.

→   Lire Plus

Brésil: à Sao Paulo, les cendres d’Amazonie deviennent une fresque géante

Sao Paulo – Les cendres s’écoulent à travers un tamis, jusqu’au récipient plein de peinture. C’est avec des vestiges carbonisés de la végétation luxuriante d’Amazonie et d’autres régions du Brésil qu’a été créé une fresque géante sur la façade d’un immeuble de Sao Paulo.

Inaugurée officiellement mardi, l’oeuvre de Mundano, “Le pompier de la forêt“, représente un soldat du feu, à la fois héroïque et impuissant face à un incendie. 

Après avoir recueilli 200 kg de cendres dans différents biomes ravagés par les flammes, l’artiste a créé une immense fresque de 1.000 m2 sur un immeuble tout proche de l’Avenida Paulista, artère du coeur de la mégalopole brésilienne. 

Les cendres proviennent non seulement de la jungle amazonienne, mais aussi du Pantanal, de la “mata atlantica” – forêt des zones littorales du Brésil – et de la savane du Cerrado. 

Cette idée m’est venue d’un sentiment d’impuissance. Cela fait des décennies qu’on voit la forêt brûler, de plus en plus ces dernières années, avec des niveaux record“, confie à l’AFP cet artiste et activiste de 36 ans. 

→   Lire Plus

Cinq questions à Jean-Baptiste Barret, photographe.

— Propos recueillis par Matilde dos Santos Ferreira, critique d’art et curateur indépendant —

L’exposition « De feu et de pluie » visible à la Fondation Clément jusqu’au 11 novembre, réuni 16 artistes martiniquais ou vivant ou ayant vécu en Martinique autour du volcan comme métaphore de la négociation entre construction/destruction (au niveau humain, naturel, social,…). Elle créé un espace pour penser la vie aux Antilles continuellement entre bâtir et démolir, ériger et raser, marquer et effacer, en réponse et en résistance à des menaces diverses. Les œuvres exposées évoquent les mémoires recomposées, le chaos, les jaillissements et les tremblements de toute création, l’échanges d’énergie, l’état du monde l’instant d’après.

Jean-Baptiste Barret est un des artistes de l’exposition. Son œuvre « Un démiurge » a été créé spécialement pour « De feu et de pluie ».

Matilde dos Santos – Qui est Jean-Baptiste Barret ?

Jean-Baptiste Barret : J’ai du mal à me dire artiste ; je dis plus souvent : je suis photographe, c’est une manière de mettre un peu de distance je crois. En fait, je fais des images.

→   Lire Plus

Dominique Berthet, Création et insularité, Paris, L’Harmattan, Coll. « Les Arts d’ailleurs », 2020, 215 pages.

— Par Mireille Bandou Kermarrec —

L’ouvrage « Création et insularité » est la restitution du colloque qui s’est tenu en Guadeloupe en novembre 2014 sur le thème « Créations insulaires ». Notons que « créations insulaires » est au pluriel. Un titre qui a fait réagir de nombreux artistes, le qualificatif insulaire indexant leurs créations dans une catégorie à part de l’art contemporain. Le titre « Création et insularité », retenu pour ce volume, est au singulier. La liaison « et » qui n’est pas anodine, ouvrirait une réflexion plus large sur la corrélation entre les deux termes. Le terme création englobant différentes disciplines artistiques et diverses formes d’art, notamment les formes d’art développées dans la Caraïbe. Insularité renvoyant à l’île, lieu où l’artiste est censé vivre et créer.

Mais de quelle île s’agit-il ? L’île géographique, définie par ses paysages, ses contraintes, ses limites, l’île déserte ou habitée ? L’île paradisiaque et fantasmée des dépliants touristiques ? Ou bien, les îles imaginaires du cinéma et de la littérature ?

L’artiste aurait-il une façon de penser et de créer qui serait différente selon qu’il habiterait sur une île ou sur un continent ?

→   Lire Plus

“Adan an kalbass i ni dé kwi”: exposition des artistes, Julie Chaffort et Antonin Detemple

Du 2 au 30 octobre 2021 au Chateau La Favorite

Station Culturelle en association avec le RSMA

Après une résidence en Martinique en avril 2021, les deux artistes ont pu s’imprégner de l’île et y produire des oeuvres faisant écho à leurs travaux initialement proposés au sein du programme SUITE du Centre National des Arts Plastiques (CNAP) et de l’Association pour la Diffusion des Arts Graphiques et Plastiques (ADAGP).
Dans le cadre de la préparation de cette exposition, 6 volontaires de la filière métiers de la terre du Régiment du service militaire adapté de Martinique (RSMA) ont pu assister, jeudi dernier, le 23 septembre, l’artiste Antonin DETEMPLE dans sa récolte au sein de l’ancien jardin botanique de Saint-Pierre.
Après une sensibilisation aux espèces exotiques envahissantes avec l’appui du Conservatoire botanique national de Martinique, également partenaire du projet, les jeunes ont pu, armés de sécateurs et de coutelas, aller à la rencontre de la flore et de la faune du jardin.
Les plantes récoltées seront par la suite mises en herbie
La Station Culturelle :
Créée en 2018, La Station Culturelle, association basée en Martinique, a pour mission de favoriser l’accès à la culture au plus grand nombre et de contribuer au soutien et à la diffusion de la jeune création contemporaine sur l’île et dans toute la Caraïbe.

→   Lire Plus

De feu et de pluie, une exposition volcanique

Par Matilde dos Santos, commissaire —

Cette île est faite de feu et de pluie. Elle n’est pas la seule, toutes les îles volcaniques partagent peu ou prou la même histoire, que l’on parle de géologie ou d’histoire de l’homme. Ces cycles n’ont bien entendu pas la même longueur… Si la géologie appartient au domaine de la très longue durée, l’activité volcanique se tient toujours dans une temporalité humaine. Contrairement à l’érosion la durée d’un phénomène volcanique est très courte. Courte mais potentiellement dramatique. Dramatique mais potentiellement créatrice.
L’exposition est organisée dans le cadre de la candidature des aires volcaniques du nord de la Martinique et de ses forêts humides au patrimoine mondial UNESCO. Le titre renvoi à ces deux versants d’une même gestation : c’est par les volcans que le feu des entrailles de la terre, trouve une faille et se déverse, fertilisant le sol, et éventuellement détruisant tout sur son passage…. Et c’est le relief du volcan qui arrête les nuages, qui se répandent en pluie. Sur les flancs du volcan se dresse alors une végétation tropical dense et humide.

→   Lire Plus

La collection des visionnaires frères Morozov exposée à la Fondation Louis-Vuitton

Ces magnats du textile ont rassemblé, avant la Révolution russe, une collection de tableaux signés Renoir, Monet, Gauguin ou Cézanne, exposés en majesté à la Fondation Louis-Vuitton à Paris.

Illustration d’ouverture: Paul Gauguin,Café à Arles,  1888. Huile sur toile 72 × 92 cm. / Courtesy Musee d’Etat des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou

Au début du XXe siècle, il existait au cœur de la glaciale Moscou une parcelle de Côte d’Azur. Quelle sensation devait produire le vaste ensemble décoratif commandé à Bonnard par Ivan Morozov pour son hôtel particulier de la rue Pretchistenka !

Dès l’entrée, l’œil du visiteur était attiré par les teintes éclatantes de La Méditerranée, le triptyque dominant l’escalier d’honneur. Au fil de la montée, cette vue ensoleillée d’un jardin en terrasses surplombant la mer révélait de délicieux détails, comme ces deux bambins jouant à quatre-pattes, fesses nues, à l’ombre d’un pin.

EXPLICATION. Les dessous de l’exposition Morozov

Même douceur de vivre dans les panneaux qui tapissaient les murs latéraux, évoquant la cueillette des fruits à l’automne et le repos dans l’herbe au bord d’une rivière au printemps.

→   Lire Plus

Valérie John : Écritures liminaires, au seuil d’une pratique artistique trans/locale

22 septembre – 11 novembre 2021 – Fondation Clément

Rebrousser chemin, vouloir rendre possible la rencontre avec l’autre soi-même et pour cela faire la traversée du milieu, à rebrousse-temps. Lors du voyage réel, le temps passé à errer est un temps important. Il charge l’artiste de cet arrière-pays. L’Afrique est un terrain d’aventure, le lieu de tous les possibles, l’origine. C’est le lieu de la rencontre, du choc. Il permet d’être là et ailleurs, enraciné et ouvert, en accord et en errance… au-delà de mon port d’attache. Le temps de la rencontre m’oblige à être nomade pour qu’existe l’oeuvre. Je suis « l’errant [qui] cherche à connaître la totalité-monde et sait qu’il ne l’accomplira jamais et qu’en cela réside la beauté du monde » (E. Glissant, On ne peut plus prévoir le monde).

Paradoxalement, ne faut-il pas mieux être dans l’expropriation de cette Afrique réelle, dans la distance qui nous en sépare, pour qu’émerge le dépaysement au sein de l’oeuvre ? L’oeuvre devient alors, après le corps, l’autre

espace d’inscription. Entrons dans le lieu où se fait l’acte créateur.

→   Lire Plus

De Feu et de Pluie

22 septembre – 11 novembre 2021 – Fondation Clément

Exposition collective

Jean-Baptiste Barret, Christian Bertin, Julie Bessard, Hervé Beuze, Nicolas Derné, Anabell Guerrero, David Gumbs, Alain Joséphine, Brice Lautric, Ludovic Nino, Louisa Marajo, Ricardo Ozier-Lafontaine, Bruno Pédurand, Jéremie Priam, Pierre Roy-Camille, Philippe Thomarel

Commissaire : Matilde Dos Santos

De feu et de pluie renvoie aux deux versants d’une même gestation : car la Martinique est bien la fille des entrailles fumantes de la terre et des pluies que le relief subjugue, donnant naissance aux forêts humides anciennes si caractéristiques.

Partant de l’idée que l’intérêt du volcan au-delà de la science et des catastrophes c’est de l’histoire humaine, notamment dans sa relation avec la nature, il a été demandé aux artistes de travailler sur le volcan et le processus éruptif comme métaphore de la création et de la vie de l’homme. Quatre oeuvres ont été commissionnées pour l’exposition : Respè Twois fois de Christian Bertin, Composition Tellurique d’Hervé Beuze, Sismographie Méga poétique de Julie Bessard et Tropical Bliss de David Gumbs. Les autres oeuvres ont été choisies en fonction de cette même relation de construction/destruction/reconstruction entre l’homme et le volcan et par extension la nature.

→   Lire Plus

Florence Poirier-Nkpa une artiste qui vit et travaille à St-Martin mais aussi là où ses projets la mènent

Sa démarche artistique.

illustration :A partir d’une œuvre de Ernest Pignon Ernest – Pulcinella, Naples 1993 ( détail)

On l’aura remarqué, la démarche artistique de Florence Poirier-Nkpa regroupe un ensemble de séries qui mettent en œuvre une progression artistique, qui résulte certes, d’une évolution spontanée de son travail mais aussi d’une volonté d’entretenir sciemment d’une esthétique qui se nourrit de rencontres et de ses effets sur sa pratique.

Après une série de peintures et autoportraits (Avatars et Autre(s)) https://www.florencepoiriernkpa.com/PEINTURES-c49501213 et de photomontages (L’autre(s)) https://www.florencepoiriernkpa.com/PHOTOMONTAGES-c50574914 ), depuis 2020 on lui connaît une série de linogravures.

https://www.florencepoiriernkpa.com/LINOGRAVURES-c49489567

→   Lire Plus

Édouard Glissant et l’héritage de Wifredo Lam

— Par José Manuel Noceda Fernandez —

Lorsqu’on parle de Lam, on mentionne  inévitablement ses relations et son amitié avec quelques intellectuels célèbres. Parmi les  européens, Pablo Picasso et André Breton  ainsi que leurs expériences entre Paris et Marseille de 1938 à 1941 sont immanquablement cités. S’il s’agit des Caraïbes, Aimé Césaire, un géant des lettres antillaises lié – comme l’était aussi le peintre cubain – à la pensée surréaliste, est le premier évoqué.

Césaire et Lam se rencontrent à Fort de France en 1941, lors du passage du peintre en Martinique, sur le chemin du retour à La Havane. Cette rencontre a évolué en  une étroite amitié entre deux hommes qui ont partagé des histoires, des réflexions et des manières d’appréhender le monde colonial ou néocolonial des Antilles. Lam a illustré la version espagnole du Retour au pays natal de Césaire, en 1942, traduit par Lydia Cabrera. Césaire a consacré de nombreux de poèmes au cubain, comme ceux de Moi laminaire, par exemple.

Mais cette amitié et ce destin commun occultent malheureusement les relations de Lam avec d’autres pans  de l’intelligentsia, notamment des Caraïbes. 

→   Lire Plus

“Textoy. Avec la langue” de Simone Lagrand

Du 21/07 au 10/09 2021 à la Station Culturelle à Foyal

Première exposition de l’auteure Simone Lagrand accueillie à la Station Culturelle, nouvel espace dédié à l’art contemporain de la capitale.
Vernissage ce mercredi 21 juillet 2021 , à partir de 17 heures.

Textoy. Avec la langue, c’est l’idiome de l’érotisme et de l’intimité. L’exposition se présente comme une balade textuelle rythmée par les mots aiguisés de la paroleuse.Le public est invité à pénétrer un espace intime, qui lui sera à la fois inconnu mais reconnu par ses propres désirs.
Entrer dans cet univers, c’est se laisser guider par une parole chaloupée, une parole forte, se questionner sur sa propre expérience du désir.
Le créole cadence cette parole délicate, évocatrice, frontale et nous renvoie à nos propres usages de cette langue. Simone Lagrand a choisi de parler d’érotisme en créole, pour convoquer la saveur de sa langue maternelle sur un sujet encore tabou.
Fort-de-France, le vendredi 16 Juillet, Martinique

Simone Lagrand est martiniquaise, auteure et interprète de sa propre parole. Qu’il s’agisse de poésie, chanson, fiction longue etc, son écriture nourrit une obsession pour la cicatrice, le gwopwèl, la sensualité, la nuit, la nature et la solitude filiale.

→   Lire Plus

 Une exposition originale au musée de l’Image d’Épinal

– D’après Laurence Houot, Franceinfoculture, le 30 juin 2021 –

L’exposition, Aux origines de la bande dessinée, l’imagerie populaire, se tiendra jusqu’au 2 janvier 2022, au musée de l’Image d’Épinal, dans les Vosges. Passionnante, elle dévoile les prémices du 9e art dans l’imagerie populaire du XIXe siècle.  Essentiellement composée à partir du fond du musée, enrichie de prêts, notamment du musée de la Bande dessinée d’Angoulême, elle présente des dizaines d’images, planches, ainsi que des pièces ayant servi à la fabrication des images. Grâce à tous ces documents, elle montre comment le 9e art trouve ses sources dans l’imagerie populaire, née à la fin du XVIIIe et florissante au XIXe siècle.

“Bande dessinée”, le terme est apparu dans les années 1930 pour décrire un récit continu mêlant textes et images, en association (ou pas) avec des bulles et des cases. « Avec cette exposition, nous avons voulu montrer que ce mode d’expression est bien plus ancien, qu’il trouve en fait ses sources dans l’imagerie populaire, le dessin de presse ou la caricature, dès le XVIIIe siècle et jusqu’à la Première Guerre mondiale … Avant le XIXe siècle, on trouvait déjà des histoires racontées en images dans les enluminures, les vitraux, les manuscrits ou les tapisseries, mais cela restait une gageure de représenter dans une seule image une histoire », explique Christelle Rochette, Directrice du musée et Commissaire de l’exposition.

→   Lire Plus

“Walk of feels”, de Sofia Castendet-Rapon, dite SCR

Du 3 juillet au 5 août 2021

Créole Arts Café 103, rue Victor Hugo, 97250 SAINT-PIERRE, tel 0696 97 67 87
Horaires : du lundi au samedi de 10h à 15h

Née en 1991 à Fort-de-France , S.CR est originaire de la belle commune chargée d’histoire de Sainte-Marie .
Un parcours professionnel atypique et de nombreux voyages ont accru sa sensibilité et sa perception des émotions.
La douce et chaude torpeur de Beyrouth au couché du soleil ; la nostalgie de Londres et de sa grisaille ; l’effervescence de la Promenade des Anglais à Nice en été… Ont marqué durablement sa vision du monde.
C’est à New York , en 2016 , qu’elle s’essaie à la peinture pour la première fois.
L’approche de la fête des mères et la recherche du parfait présent combinés au besoin de créer l’ont conduite à se découvrir un amour pour la toile et le pinceau.
Passionnée, elle fit la découverte quasi-simultanée de l’artiste Andrew SALGADO par un reportage.
Elle le voit comme un peintre moderne aux portraits “émotionnels” qui l’inspirent.
S-CR affine alors son style en mélangeant la peinture abstraite et les portraits au fusain.

→   Lire Plus

“Conceptualiser pour dénoncer l’inacceptable !”, de Fabrice Gérardin

Du 01 au 31 juillet 2021 restaurant 1643 Le Carbet

L’inacceptable pour l’artiste plasticien Fabrice Gérardin est cette vertigineuse accélération de destruction de la planète terre qu’aucune prise de conscience collective ne tente de freiner radicalement.

” Le saccage de la nature menace l’humanité au moins autant que le changement climatique et mérite des attentions, des actions afin d’éviter ses impacts dévastateurs” déclare l’artiste qui s’est lancé dans une démarche de création valorisant le recyclage.

Quoi de mieux que l’art, un langage universel, pour aborder le sujet, interpeller, faire réfléchir et susciter l’interaction entre production esthétique et contexte citoyen ?

Fabrice Gérardin qui se définit lui même “comme un homme de la nature” ramasse au gré de ses pérégrinations, une multitude d’objets parfois insolites, abandonnés au bord des chemins, au cœur des forêts et sur les plages : morceaux d’ordinateurs composants informatiques, téléviseurs, battants de toilettes, bouteilles en plastiques, canettes….

Son objectif est de démontrer que les déchets de nos “poubelles” peuvent entrer dans un processus de création en tant que matériau et devenir autre chose. La volonté n’est pas de mettre l’objet en valeur mais plutôt de s’en servir comme un composant unique porteur de messages.

→   Lire Plus

BD: l’Américain Chris Ware obtient le Grand Prix du Festival d’Angoulême

Paris – Le dessinateur de bande dessinée américain Chris Ware a obtenu mercredi le Grand Prix de la Ville d’Angoulême 2021, décerné malgré l’annulation des événements publics du célèbre Festival international de la BD.

L’auteur de “Jimmy Corrigan” et “Rusty Brown“, 53 ans, voit couronnée l’ensemble d’une carrière où il a affirmé un style immédiatement reconnaissable dans le “comic strip“. 

Le nom du lauréat, qui succède au Français Emmanuel Guibert, a été annoncé par un simple communiqué, sans cérémonie de remise du prix. 

Relativement peu connu du grand public en France, Chris Ware est l’auteur d’une oeuvre très riche, pas entièrement traduite. 

Il est connu des bédéphiles pour son attention au détail le plus infime de vies ordinaires. Il s’y attèle par un dessin minimaliste et précis, aux angles doux et aux couleurs unies, où les personnages prennent des formes rondes rassurantes. 

Source : AFP / Sud-Ouest

→   Lire Plus

“Divine Féminine”: une expo-vente, à Fort-de-France, sur le thème du cancer infantile

LE LIONS CLUB FORT ROYAL et la galerie d’art KRYSTEL ANN ART sont heureux de vous présenter l’exposition « Divine Féminine » dans le cadre d’une vente caritative originale, vente d’œuvres déclinant le thème de la femme dans son unique, somptueuse et multiple beauté.

C’est ainsi qu’à travers 44 œuvres vous pourrez découvrir plus d’une vingtaine d’artistes locaux et internationaux dont certains font partie des 200 plus grands peintres de la scène mondiale.

Les acteurs de cette action :

  • Le LIONS CLUB FORT ROYAL

Créé en 1989 par la volonté d’un petit groupe de femmes déterminées à agir, FORT ROYAL, n’a cessé d’évoluer, intégrant le principe de mixité afin de donner plus d’ampleur et d’ouverture à son action : construire sur des valeurs, des exigences humanistes , agir et servir les plus démunis.

  • KRYSTEL ANN ART

Fondée en 2016 part un couple de collectionneurs guadeloupéens Olivier et Chrystelle MERABLI, KRYSTEL ANN ART est une galerie d’art contemporain basée au Portugal ; son but : donner de la visibilité aux artistes de la diaspora noire-africaine, aussi bien européenne qu’américaine, tout en restant ouverte aux artistes contemporains de tous horizons.

→   Lire Plus

Sortie de Résidence d’artistes – Tout-Monde Art Fondation

Restitution Residence Homo-Sargassum le 26 juin 2021 

La TOUT-MONDE Art FOUNDATION présente des productions artistiques de la résidence d’artistes HOMO-SARGASSUM dans un site alternatif et industriel à HOLDEX ENVIRONNEMENT en Martinique.

À la suite d’un programme de résidence artistique de deux mois au cours duquel cinq artistes martiniquais (Nicolas Derné, Annabel Guérédrat, Gwladys Gambie, Ricardo Ozier-Lafontaine and Henri Tauliaut) et quatre artistes jamaïcains (Camille Chedda, Oneika Russell, Jordan Harrisson and Sheldon Green) ont créé des photographies, des installations spécifiques, des recherches esthétiques, des performances, des peintures, ou des œuvres vidéo reflétant les liens qu’ils imaginent entre art, technologie et science, une restitution temporaire des travaux finaux ou en cours, organisée par Matilde dos Santos, sera présentée Martinique sur le site de la société HOLDEX ENVIRONNEMENT le 26 juin (visite sous inscription auprès de ab@holdexenvironment.com).

Holdex Environnement – route Perriolat, 97240 le François

Le programme de résidence d’artiste fait partie du projet d’exposition-vidéo HOMO SARGASSUM de la Fondation, dédié à la prolifération de l’algue sargasse, et lancé le 10 novembre 2020 avec un court métrage de 8 minutes disponible ici. Le projet a été initié en 2019 par l’artiste française Louisa Marajo et la directrice artistique Vanessa Selk, avec le soutien curatorial de la commissaire artistique et Présidente de la Fondation, Dr.

→   Lire Plus

Les Antilles présentes au monde

Il est diverses façons de sortir de ses frontières, et de se rendre visible aux yeux des autres. La création artistique en est une, la création de produits de qualité à exporter en est une autre. Aussi sera-t-il ici question, en ce début d’été 2021 qui nous promet la tombée des masques, de cinéma, d’exposition picturale, et… de rhum !

Au Festival Cinéma de Cannes : Freda, de Gessica Généus, avec Néhémie Bastien, Fabiola Remy, Djanaïna François.

Venu de l’île d’Haïti, Freda, le long-métrage de Gessica Généus fait partie de la sélection officielle du 74e Festival de Cannes, dans la catégorie Un certain regard, une section qui met l’accent sur des œuvres différentes, originales dans leur propos et dans leur esthétique. 

Ainsi que le dit la réalisatrice, cette sélection en 2021 est pour le pays un véritable évènement  : « Cela fait 23 ans qu’il n’y a pas eu de longs métrages haïtiens à Cannes. Depuis “L’homme sur le quai” de Raoul Peck, “Freda” est le deuxième long-métrage haïtien qui va à Cannes. C’est la première fois que l’on a la chance d’avoir un film haïtien à ce niveau international, filmé entièrement en Haïti, et entièrement en créole : Raoul Peck, à cause de la dictature et tout ce qui se passait en Haïti, n’avait pas pu tourner en Haïti, il avait dû le faire en République dominicaine.

→   Lire Plus

Sour Grass présente neuf artistes des Caraïbes à la Atlantic World Art Fair!

— Matilde dos Santos Ferreira, critique d’art et curateur indépendant —

Holly Bynoe and Annalee Davis of Sour Grass ont invité un groupe de neuf artistes visuels contemporains de toute la région des Caraïbes pour leur contribution dynamique à la foire d’art virtuelle Atlantic World Art Fair (AWAF) organisée par Artsy– le premier marché pour découvrir, acheter et vendre des œuvres d’art. Du 1er au 21 juin, c’est la première fois que cette centrale mondiale se concentrera sur des artistes des Caraïbes. Sour Grass’s booth exposera 36 œuvres, dont des peintures, des estampes, des photographies, des vidéos et des œuvres multimédias, avec une gamme de prix variée produites par des artistes ressortissants ou résidant à Aruba, Barbade, Curaçao, Dominique, République dominicaine, Guadeloupe, Saint-Martin, Trinité-et-Tobago et la diaspora.

Cette collaboration transnationale inaugurale, coordonnée par l’organisation basée aux Bermudes Black Pony Gallery, permettra à Sour Grass de développer ses communautés artistiques tout en présentant une région dynamique et inovvante et largement sous-représentée. S’engager avec la plate-forme internationale d’Artsy augmentera rapidement la visibilité et la sensibilisation à la production culturelle émanant de et concernée par la position des Caraïbes dans le cadre géopolitique mondial.

→   Lire Plus

Les origines du monde au musée d’Orsay : une fabuleuse traversée entre arts et sciences

Par Jérôme Coignard —

Comment les progrès de la science et la théorie de l’évolutionnisme ont-ils affecté l’imaginaire et les artistes du XIXe siècle ? Immense question et généreuse réponse dans cette première exposition du musée d’Orsay au carrefour des arts et des sciences. Baptisée « Les Origines du monde. L’invention de la nature au XIXe siècle », elle a enfin ouvert ses portes.

Organisée avec le musée des Beaux-Arts de Montréal en collaboration avec le Muséum national d’histoire naturelle de Paris, l’exposition « Les Origines du monde. L’invention de la nature au XIXe siècle » du musée d’Orsay embrasse un long XIXe siècle, qui prend ses racines avant la Révolution et s’achève avec la Première Guerre mondiale.
À la croisée des sciences et des arts, cette grande traversée, riche de près de sept cents œuvres, documents, planches d’herbier et même d’un éléphant d’Asie, la belle
Marguerite naturalisée en 1798, montre l’impact des sciences de la vie et de la théorie des origines sur l’imaginaire et les artistes. Pour préparer ou prolonger votre visite de l’exposition « Les Origines du monde.

→   Lire Plus

La mort du père du Concombre masqué

Nikita Mandryka, dit Mandryka (pseudonyme Kalkus à ses débuts), né le 20 octobre 1940 à Bizerte et mort le 13 juin 2021 à Genève[1], est un auteur de bande dessinée français d’ascendance russe.

Nikita Mandryka est le petit-fils d’un officier de marine russe resté fidèle au tsarisme, Alexandre Manstein. Lors des dernières convulsions de la Révolution russe la flotte de la Mer Noire, ralliée au baron Wrangel, appareille d’Odessa à destination de la Méditerranée, une odyssée qui prend vite des allures de débandade et se termine par l’internement de la « Flotte de l’Armée Blanche » à Bizerte en Tunisie, alors sous mandat colonial français en décembre 1920. Une véritable colonie russe « blanche » s’établit dans ce port et une des figures marquantes en est Anastasia Manstein-Chirinsky, tante de Nikita Mandryka et fille d’Alexandre Manstein, qui commandait le torpilleur Jarky, parvenu de justesse et en piteux état à Bizerte.

Nikita Mandryka passe son enfance en Tunisie française avant de faire ses études secondaires en France, en particulier à l’Institut des hautes études cinématographiques. Il commence à publier ses premières bandes dessinées chez Vaillant, le journal de Pif : Les aventures potagères du Concombre masqué et Les Minuscules.

→   Lire Plus

“Diversalité”, exposition d’arts plastiques

Du 12 juin au 30 septembre 2021

Le cabinet médical des Dr Anne-Laure Rigouard Sinosa – Dr Charles Jean-Laurent – Dr Mehdi JJean-Laurent situé au Port de Plaisance de Fort de France à Etang Zabricot, présente à partir du 12 juin 2021 jusqu’au 30 septembre 2021, un nouvel accrochage d’œuvres d’arts plastiques, dans l’espace de la salle d’attente. Pour la première fois, sept artistes plasticiens de Martinique ayant déjà exposé individuellement et précédemment dans ce lieu, reviennent en exposition collective : Claude Cauquil, Chantal Charron, Marie Gauthier, Hamid, Maure, Lyl Razin, Henti Tauliaut.

Le titre DIVERSALITE est emprunté à Edouard Glissant. Le philosophe poète martiniquais oppose à la pensée de l’Un ou de l’universalité, celle d’une ouverture sur le divers, dans une poétique de la relation. Cette exposition porte en elle cet esprit, et propose la rencontre artistique de ces plasticiens venus d’horizons différents. Ayant tous à voir avec le lieu Martinique, soit parce qu’ils y sont nés, soit qu’ils y habitent depuis longtemps, ces artistes ont fait de manière singulière, de la pratique artistique leur mode d’être au monde.

Organisée par Muryelle Moulferdi et Cécile Mauduit, l’exposition dans ce lieu médical, s’adresse aussi bien aux collectionneurs, aux amis des arts, qu’aux patients et à leurs accompagnateurs.

→   Lire Plus