Catégorie : Arts Plastiques

Réminiscences martiniquaises : L’art intime de Régis Granville

Jusqu’au 26 mars à Tropiques-Atrium

Tropiques Atrium dévoile avec fierté « L’Enfant du Pays », une exposition immersive présentant le travail exceptionnel du plasticien martiniquais, Régis Granville. Après 18 années d’absence, l’artiste revient au cœur de sa Martinique précieuse, transportant les visiteurs dans une réminiscence intime de son enfance.

Le Verre, Miroir de l’Âme :

Régis Granville, citoyen du monde, nous entraîne dans un voyage artistique où la pratique du verre se révèle être le fil conducteur. Formé avec passion et détermination, de Murano en Italie à la Pilchuk Glass School aux États-Unis, l’artiste explore toutes les facettes de cette matière captivante. La fusion multicouche avec inclusion de pigmentation devient son terrain d’expression privilégié, sous la tutelle inspirante d’Udo Zembok.

Du Tourisme à l’Art :

Enfant du pays devenu ambassadeur culturel, Régis Granville troque sa licence de tourisme pour les arts, offrant au monde une fenêtre sur sa Martinique natale. Sa vie, riche de multiples influences, se révèle plurielle à travers la musique, la sculpture, la photographie, la danse, et surtout, le travail sur le verre.

Réminiscences Sculpturales :

Au-delà du verre, l’exposition plonge les visiteurs dans l’intimité profonde de l’artiste.

→   Lire Plus

Philippe Bourgade : un hommage à l’œil visionnaire

Ce mardi 20 février 2024, la Martinique pleure la perte de l’éminent photographe Philippe Bourgade, décédé à l’âge de 76 ans à son domicile du quartier Batelière à Schoelcher. Sa disparition laisse un vide dans le monde de la photographie martiniquaise, marquant la fin d’une époque où son regard sensible capturait l’essence même de la vie sur l’île.

Originaire de Sainte-Marie, Philippe Bourgade a consacré sa vie à l’art de la photographie. Enseignant en histoire-géographie au collège, c’est vers l’âge de 30 ans que ce samaritain d’origine a découvert sa passion pour la photo, passion qui ne l’a plus jamais quitté. Ses clichés en noir et blanc, véritable témoignage de l’âme martiniquaise, ont marqué l’art de la photographie dans l’île.

Ses œuvres, exposées avec talent et dextérité, ont transcendé les limites du temps et de l’espace. L’exposition-rue à Sainte-Marie et son atelier de formation autour des métiers de la mer et des campagnes attestent de son engagement à transmettre son savoir et à préserver le patrimoine photographique martiniquais.

Le recueil « La Martinique des mornes » et l’ouvrage « Eau-Mémoire », paru en 2006 aux Éditions Jasor, sont autant de pièces maîtresses qui immortalisent l’héritage de Philippe Bourgade.

→   Lire Plus

Rencontre et residence d’artistes « Echo »

Restitution le samedi 24 février de 14 h à 20 h et le dimanche 25 fevrier de 9 h à 13 h

Quatre artistes de la caraïbe et d’ailleurs se déploient sur le territoire de la commune de Saint Anne. Les lieux sont établis au préalable en concertation avec la municipalité. Ils et elles, pensent et réalisent, chacun et chacune, une installation éphémère durant les cinq jours de residence. Le sixième jour étant consacrer a une presentation publique des oeuvres réaliser in-situ. Cela donne lieu à un évènement que le public peut visiter dans une déambulation a sa mesure.

Les artistes sont accueillis et hébergés dans la commune. Ils ont au préalable pris connaissance de l’histoire des lieux et leurs travaux rentrent en résonnance avec le site.

Créée pour les artistes caribéen et internationaux, l’événement « Echo » donne l’opportunité de travailler et de partager autour de problématiques artistiques dans des domaines tels que l’anthropologie, l’art, les sciences, et les cultures numériques.

Un tel projet n’a put se mettre en place quand établissant des partenariats avec les municipalités et les acteurs économiques du pays.

→   Lire Plus

« Le choc » : un nouveau numéro de Recherches en Esthétique

— Par Selim Lander —

Cette revue d’une qualité exceptionnelle autant par la qualité des auteurs qui enseignent, pour certains, dans les meilleures universités, que par le souci de la forme (format 21,3 x 29,8 cm, typographie soignée, papier glacé indispensable pour les nombreuses reproductions dans le texte en noir et blanc comme pour le cahier en couleur) publiera l’année prochaine son trentième numéro. Éditée à la Martinique sans interruption depuis 1995 à raison d’un numéro par an, toujours sous la houlette de son directeur-fondateur, le professeur Dominique Berthet, elle est organisée chaque fois autour d’un thème principal annoncé sur la couverture, tout en consacrant une part à la mise en lumière de quelques artistes caribéens et aux indispensables recensions.

Le choc chez le regardeur

Le thème du numéro 29 prolonge jusqu’à l’extrême celui du « (dé)plaisir » qui faisait l’objet du numéro 26. La sensation esthétique qui nous émeut jusqu’au tréfonds face à un œuvre (ou un paysage) va en effet bien au-delà du simple plaisir (si elle est positive) ou du déplaisir (si elle est négative). Il y a toutes sortes de chocs et ceux qui concernent l’art ne sont pas tous d’ordre esthétique.

→   Lire Plus

« Et ta dame » exposition de l’artiste-peintre Sophie Louise

Jusqu’au 5 avril 2024 Centre Be Booster – Dillon – Fort de France
L’exposition proposée résulte de recherches et d’observations étalées sur plusieurs années. Les œuvres présentées abordent la quête d’identité, les émotions et la féminité de manière générale. L’artiste s’appuie sur une introspection axée sur le principe du « connais-toi toi-même » ainsi que sur des personnages constituant son univers. L’étude de l’intime est étendue à l’universel.

Formellement, deux types d’expression très différents sont intégrés : l’abstraction et la figuration. Les toiles abstraites résultent du subconscient, matérialisé par l’écriture automatique, alimentant le processus de création. Celui-ci requiert rythme, vitesse et battement pour raviver le désir de vivre, invoquer des images actives qui décloisonnent les consciences et recréent autrement le monde. Cette approche nie la contradiction entre l’esprit et la matière.

Les toiles figuratives utilisent la même base, à laquelle des pochoirs de portraits sont ajoutés pour créer consciemment des personnalités dans la complétude de l’être, matérialisant ainsi un monde réel, l’être profond que nous sommes. C’est l’assemblage des éléments du puzzle : le matériel et l’invisible.

Le travail présenté est réalisé à l’acrylique sur toile et papier, se caractérisant par des couleurs vives et un enthousiasme palpable.

→   Lire Plus

« We coul be heroes » au Panthéon : une performance insolite pour clore l’exposition

Une procession animée par 40 musiciens du Mas antillais Choukaj le samedi 3 février 2024
A l’occasion de la clôture de l’exposition « We could be heroes » de Raphaël Barontini, le Panthéon annonce une performance exceptionnelle à ne pas manquer le samedi 3 février 2024. Au programme? Une procession animée par 40 musiciens du Mas antillais Choukaj.
Depuis le 19 octobre dernier, le Panthéon accueille l’exposition « We could be heroes » de Raphaël Barontini. Au sein du mythique monument parisien, l’artiste plasticien a imaginé une installation monumentale évoquant l’histoire et la mémoire des combats contre l’esclavage, en mettant en lumière des figures héroïques – connues ou méconnues – de cette lutte contre l’esclavage.

ans le cadre de son programme « Un artiste, un monument », le Centre des monuments nationaux présente une carte blanche de l’artiste Raphaël Barontini au sein du sublime Panthéon à Paris.

À découvrir du 19 octobre 2023 au 11 février 2024, cette exposition baptisée « We Could be Heroes » est l’occasion pour l’artiste plasticien d’évoquer l’histoire et la mémoire des combats contre l’esclavage, en mettant en lumière des figures héroïques – connues ou méconnues – de cette lutte contre l’esclavage.

→   Lire Plus

Japan Expo Martinique

Du 31 janvier au 4 février à Schœlcher

En ce début d’année 2024, la ville de Schœlcher en Martinique accueille avec enthousiasme la Japan Expo Martinique, un événement majeur qui célèbre l’échange culturel entre la Martinique et le Japon. Cette initiative, portée par la direction du développement de la culture et les arts de la ville, s’inscrit dans le programme intitulé « Un monde en partage, rencontres internationales à Schœlcher », en collaboration avec des partenaires tels que Japan West Indies, l’association J’imagine Japan Corporation, VB Consulting, la CPME (Confédération des petites et moyennes entreprises), Toyota Martinique et l’hôtel la Batelière.

Du 20 janvier au 12 février, une délégation de 14 Japonais accompagne l’Association J’imagine Japan pour participer au Japan Expo, organisé par la Ville de Schœlcher. Cet événement vise à renforcer les liens entre les deux cultures et à créer des opportunités économiques. Pour les entreprises intéressées, un Business Forum intitulé « La Culture des affaires au Japon » se tiendra le 31 janvier dans la salle des délibérations de l’hôtel de ville, en partenariat avec la Chambre de commerce et d’industrie.

→   Lire Plus

Appel à projets dédié aux artistes féminines

Répondre avant le 15 février 2024

Le Rond Point des Arts lance un appel à projets visant à mettre en avant le génie créatif des femmes artistes. Prévue du 5 au 17 mars au Rond-Point des Arts à Fort-de-France (1er étage du centre commercial du Rond Point de Bellevue), cette exposition est organisée en l’honneur de la Journée internationale des droits des femmes. Les objectifs poursuivis consistent à mettre en lumière la diversité artistique des femmes dans le domaine des arts visuels, à offrir une plateforme d’expression aussi bien aux artistes confirmées qu’émergentes, et à explorer la richesse de divers thèmes artistiques.

Cet appel à projets est ouvert à toutes les artistes, sans distinction d’expérience. Tous les types de médiums artistiques sont les bienvenus, que ce soit la peinture, la sculpture, la photographie, les installations, l’art numérique, et bien d’autres. La diversité des sujets est vivement encouragée.

→   Lire Plus

Exposition de Catherine Le Moal : « Mes oiseaux de confiance »

— Par Philippe Charvein —

« Mes oiseaux de confiance » : telle est le titre de cette exposition de Catherine Le MOAL et qui suggère d’emblée la foi esthétique de cette artiste peintre qui veut styliser le réel jusqu’à le rendre aérien, comme exonéré de la pesanteur terrestre, allégé de toute tristesse ; un monde où tout n’est plus qu’ailes. Expression qui désigne l’ensemble des êtres – qu’ils soient « humains », vivants, fantastiques ou mythologiques – qui constituent l’univers de Catherine Le Moal.

Autant de présences qui traduisent cette volonté, chez l’artiste, de dire, de restituer un monde riche de ses diversités ; où se reflètent les questionnements et les préoccupations relatifs à l’être précisément, à son identité, son devenir, ses centres d’intérêts, son rapport à sa terre et à sa culture. Questionnements et préoccupations relatifs au… visage ; le visage souvent porteur d’émotions et d’expressivités illustrant la présence et la permanence d’une certaine humanité. Le visage humain qui donne à lire une intériorité, en même temps que les yeux ouvrent sur le mystère de l’âme.

Les toiles de Catherine Le Moal sont d’abord une plongée au cœur d’un monde multiculturel.

→   Lire Plus

L’exposition « Trésors des naufrages » prolongée jusqu’au 30 avril 2024!

Déjà plus de 9000 visiteurs!

Découvrez l’exposition captivante  une plongée fascinante dans l’archéologie sous-marine et l’histoire maritime de la Martinique, visible par le public jusqu’au 30 avril 2024.
L’exposition révèle la dualité de l’archéologie sous-marine en tant que discipline scientifique, tout en honorant l’histoire poignante des naufrages survenus en Martinique. Plus de 100 objets, témoins silencieux de plus de 30 ans de découvertes, racontent l’histoire tragique de la disparition de personnes et de biens, préservée par les eaux profondes de la mer.
L’analyse des circonstances conduisant aux naufrages dévoile une hiérarchie intrigante, mettant en lumière les conditions météorologiques, les faits de guerre, les erreurs de navigation, et d’autres mystères non résolus. Les zones portuaires telles que Basse Terre, Pointe-à-Pitre, Saint-Pierre, Fort-de-France, et la côte est émergent comme des lieux clés où ces tragédies maritimes se sont déroulées.
Les nationalités variées des bâtiments naufragés, principalement français, anglais, espagnols, américains, et hollandais, témoignent de la diversité du commerce maritime dans les Petites Antilles aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les types de bâtiments, du galion à la goélette, offrent une palette variée, chaque épave étant une fenêtre sur le passé.

→   Lire Plus

18-21 janvier. Quand les arts se rencontrent !

— Par Marie Alba —

L’art Gonds Tout présente l’exposition « Le Corps » à Saint-Pierre et des lectures théâtralisées sur le thème du corps à Fort-de-France et Saint-Pierre.

L’association L’art Gonds Tout présente du 18 au 21 janvier 2024 l’exposition « Le Corps », à la Guinguette de Saint-Pierre, en association avec les Nuits de la lecture 2024 dont la thématique, proposée par le Centre National du Livre, fait très certainement écho aux jeux olympiques qui se tiennent cette année en France.

Le corps, sujet que l’on retrouve dans toute représentation de l’art, de la peinture à la sculpture en passant par le théâtre et la poésie, devient support de l’expression aussi bien que matière à façonner pour les comédiens et les artistes de L’Art Gonds Tout .

°            °
°

L’exposition installée dans la salle de la Guinguette, face à la mer des Caraïbes et au volcan, regroupe une quarantaine de créations, peintures et sculptures.

→   Lire Plus

Conférence de Paul Akogni, directeur du patrimoine culturel du Bénin

Dimanche 14 janvier à 10h / Fondation Clément
Activité gratuite, sans réservation
A partir d’un bref aperçu des grandes époques de l’histoire du continent africain, Paul Akogni focalise son développement sur Abomey, ville vestige du royaume agasuvi fondé dans la première moitié du XVIIe siècle par Houégbadja. A la lumière de sa toponymie progressive, Abomey offre aujourd’hui un tissu patrimonial dense avec un patrimoine architectural remarquable, ses sites et signes mémoriels, ses traditions et représentations orales, ses arts et cultures inspirés de la pratique Vodun et de la spiritualité endogène.
De nationalité béninoise, Paul Akogni est gestionnaire de patrimoine culturel. En une dizaine d’années, il a occupé diverses positions techniques dans l’administration du ministère de la culture de son pays dont il est devenu le Directeur du patrimoine culturel depuis 2019. Enseignant chercheur, il est également membre du réseau global des facilitateurs pour la mise en oeuvre en Afrique de la Convention portant sauvegarde du patrimoine culturel
immatériel de l’humanité.
Révélation ! Art contemporain du Bénin
Exposition collective jusqu’au 81 mars 2024
9h-18h30 tous les jours, entrée gratuite
Une exposition conçue par l’Agence de développement des arts et de la culture (ADAC) du Bénin en partenariat avec la Fondation Clément Révélation !

→   Lire Plus

« Oser la Liberté »

Jusqu’au 11 février crypte du Panthéon à Paris

L’exposition audacieuse, intitulée « Oser la Liberté », résulte de la collaboration entre le Centre des monuments nationaux et la Fondation pour la Mémoire de l’Esclavage. Elle dévoile un récit captivant, celui de la lutte séculaire entre la liberté et l’esclavage en France, s’étendant sur quatre siècles et trois continents. Cette marche tumultueuse est marquée par des moments de rupture, de régression, de temps forts et de basculements.

En symbiose avec l’histoire foisonnante, l’exposition s’entrelace avec la modernité française, soulignant son rôle prépondérant. Elle évoque la mémoire des femmes et des hommes qui ont écrit cette histoire, démontrant comment le système colonial esclavagiste a constamment provoqué des résistances et des oppositions. Les figures héroïques de ces luttes résonnent encore aujourd’hui, inspirant les combats contemporains.

L’exposition « Oser la Liberté » prend vie avec le soutien du « Panthéon imaginaire » de l’artiste contemporain Raphaël Barontini, déployé dans la nef du Panthéon. Sous le titre évocateur « We Could Be Heroes », la crypte du Panthéon devient le temple des héros et héroïnes de la République.

→   Lire Plus

L’art contemporain du Bénin à la Fondation Clément

— Par Selim Lander —

Avec treize millions d’habitants, le Bénin (ex Dahomey) est un petit pays, ce qui n’empêche qu’il occupe une place un peu à part, ses habitants n’ont-ils pas la réputation d’être les plus intellectuels des Africains ? Les Français (d’un certain âge!) se souviennent surtout de l’étude de Stanislas Spéro Adotévi, Négritude et négrologues (« 10/18 », 1972) qui faisait suite à celle d’Albert Tévoédjré, l’Afrique révoltée (Présence africaine, 1958). L’exposition qui arrive à la Martinique après Cotonou et Rabat et avant Paris démontre que ce pays est encore exceptionnellement riche du point de vue des arts plastiques.

C’est en réalité grâce à l’art ancien que cette exposition bilan de l’art contemporain béninois a vu le jour, puisque le point de départ en fut la restitution, en 2021, de vingt-six œuvres enlevées du palais d’Abomey par l’armée française, lors de la conquête. Leur exposition à Cotonou, en 2022 – mobilier, statues, vêtements, haches d’apparat (récades), autels portatifs (asen) – fut l’occasion de montrer parallèlement des œuvres de quarante-deux artistes d’aujourd’hui, travaillant au Bénin ou appartenant à la diaspora.

→   Lire Plus

La Blockparty “Métamorphoses” 

Vendredi 12 Janvier 2024 à partir de 18h30 au Havre Studio F-de-F

Aurélie Chantelly x Sophie May x SeizeMètresCarrés 
Sortie de résidence de création en itinérance 
Expo -Blockparty  au Havre Studio
44 rue René Achéen (ex Gallieni) -centre-ville FDF 
Manifestation gratuite- possibilité de restauration sur place 
Métamorphoses -La résidence de création en itinérance 

Deux artistes martiniquaises Aurélie Chantelly et Sophie May, attachées aux arts visuels, ont été invitées par SeizeMètresCarrés du 18 décembre au 14 Janvier 2024  à explorer la thématique de la métamorphose. 

S’installant durant une semaine  dans le nord puis le centre et le sud de l’île, nos deux artistes sont allées à la rencontre de la population, de personnes référentes afin de récolter des témoignages, des bouts de nous, des images du péyi. 

Durant cette résidence de création, leur œuvre s’appuiera sur l’observation de la mutation de nos paysages naturels, de la migration de la population et du mode de transmission de nos variations culturelles qui dessinent notre pays. 

Fil rouge de ce temps de création : la métamorphose de la nature, ou quelle représentation une société donnée, se fait de ses intéractions avec son environnement.Un

→   Lire Plus

Fondation Clément : ateliers créatifs gratuits

Autour de l’exposition  « Révélation ! Art contemporain du Bénin »

Sur inscription obligatoire à inscription.clement@gbh.f

2 janvier 2024
10h-11h30 : Colle-moi ton histoire

Suivant l’exemple des applications en tissu par les artistes Yves Apollinaire Pédè et Emo de Mondeiros créez vos œuvres. Petites histoires ou encore compositions abstraites, l’atelier permet la sensibilisation aux textures, couleurs et motifs. Venez coller votre propre histoire
11h-12h30 : Héro.ine ! 
À partir de 5 ans 
Comme les artistes de l’exposition représente ton héro.ine. Qui est-ce ? Et à quoi ressemble une sculpture de ce personnage ? Créé le avec des matériaux divers en trois dimensions
14h30-16h : Portraits en encre et aquarelle
Et si aujourd’hui on se dessinait ? Au cours de cet atelier nous allons aborder le portrait et l’autoportrait. La technique de l’aquarelle et l’utilisation de l’encre permettent de créer des impressions rapides et légères – expérimente comment les utiliser pour créer des portraits parlants.

3 janvier 2024
10h-11h30 : Retour vers le futur

Les participants de cet atelier sont invités à continuer une carte postale ancienne dans un univers futuriste ou imaginaire
11h-12H30 : Zoo’collage
Lion, caméléon ou encore requin, les œuvres de l’exposition montrent toutes sortes d’animaux.

→   Lire Plus

Aller découvrir des artistes béninois à la Fondation Clément

Jusqu’au 31 mars 2024

L’exposition actuelle à la Fondation Clément, intitulée « Révélation ! Art contemporain du Bénin », se distingue de celle présentée antérieurement au Bénin et au Maroc. L’exposition originale à Cotonou, inaugurée le 20 février 2022, mettait en lumière l’art classique du Bénin, avec les vingt-six trésors royaux restitués par le musée du Quai Branly, en parallèle avec la scène artistique contemporaine du Bénin et de sa diaspora. Le volet contemporain, en itinérance, subit quelques ajustements à chaque étape.

Le choix du titre, « Révélation ! », traduit la volonté de présenter la diversité de la scène artistique contemporaine béninoise au peuple béninois et au monde entier. L’objectif est de mettre en avant le potentiel créatif de la nation à travers les talents et l’inspiration de ses artistes, tout en soulignant l’ancrage de cette créativité dans l’histoire et la tradition.

Quant à la présence notable du président de la République du Bénin et du ministre du Tourisme, de la Culture et des Arts lors de l’inauguration à la Martinique, elle s’explique par les liens historiques entre le Bénin et la Martinique, ainsi que par la volonté de renforcer la coopération culturelle et artistique entre les deux nations.

→   Lire Plus

Une exposition dans un lieu de fierté

— Par Aimé Charles-Nicolas —

De nombreux médias (leur nombre dépasse 70 sur Google ! je n’ai pas pris le temps d’aller plus loin) soulignent que La Martinique occupe la deuxième place parmi les pays étrangers qui ont eu le privilège d’accueillir l’exposition prestigieuse intitulée Révélation ! Art contemporain du Bénin. Et tous retiennent que l’exposition est exceptionnelle. Il est probable que le déplacement du chef de l’état béninois a renforcé la dimension internationale de l’évènement. On note que la plupart des médias internationaux s’intéressent davantage au contenu de l’exposition qu’à la polémique sur l’Habitation Clément.

Elle est pourtant intéressante, cette vieille polémique que nous connaissons par cœur qui conteste le choix du lieu et dont le retour est dû sans doute à l’éclat international de l’exposition. À ce propos, ce sont les historiens Philippe Pierre-Charles et Gilbert Pago qui écrivent, ce 20 décembre au sujet de l’Habitation Clément « haut-lieu, dit-on, de l’abomination esclavagiste ; on est tout de même contraint de s’interroger : dans un pays qui a vécu deux siècles sous la rigoise, existe-t-il un lieu où le claquement du fouet n’a pas résonné, ne s’est pas gravé dans la mémoire historique ?

→   Lire Plus

Appel pressant à Patrice Talon pour la libération de Reckya Madougou et de tous les prisonniers politiques détenus au Bénin

Monsieur le Président,

La Martinique, au nom des liens intangibles qui la lie au Bénin, a la responsabilité morale de prendre position en faveur de la démocratie et des droits humains.

La situation actuelle au Bénin suscite une profonde inquiétude au sein de la communauté internationale, notamment en ce qui concerne la détérioration de la démocratie et des droits humains depuis 2016. Le Bénin, autrefois considéré comme un exemple démocratique en Afrique de l’Ouest, connaît actuellement une régression alarmante sous votre présidence, Monsieur le Président Patrice Talon.

Depuis 2016, les observateurs internationaux ont constaté la dégradation de la démocratie béninoise, marquée par des actes répressifs, des violences policières et des manœuvres visant à museler toute opposition légitime. La condamnation de l’opposante Reckya Madougou à une peine de 20 ans de prison pour des accusations de terrorisme soulève de sérieuses préoccupations quant à l’équité et à l’indépendance du système judiciaire.

→   Lire Plus

« Révélation ! Art contemporain du Bénin », à la Fondation Clément

— Par Fernand Tiburce Fortuné —

Bernard Hayot, Président et fondateur de la FONDATION CLEMENT, espace muséal et historique, a invité dans ce cadre prestigieux (et aussi chargé d’histoire) de grands artistes béninois et le Président de la République du Bénin.

L’affiche de l’événement est somptueuse et a toute la magnificence de celle, en 1989 déjà, composée par l’artiste trinidadienne Carol Maugé, lors de la rencontre à l’Université de Howard, Washington DC, qui célébrait la communion extraordinaire « Fwomajé-Africobra ».

A la baguette, le téléphone en action, l’œil partout sur l’organisation qui fut remarquable, le Maître de cérémonie, l’incontournable Florent Plasse.

On a voulu transformer cette invitation en événement politique, et la violente polémique contestataire autour de cette manifestation culturelle de haut niveau pictural, intellectuel, spirituel et esthétique a révélé que certains d’entre nous, assurément de bonne foi et campés sur leurs intimes convictions, veulent nous faire accroire, en 2023, que les différences sont toujours irréductibles, alors que Bernard Hayot, notre hôte, un Martiniquais, clamait haut et fort que les différences ne sont pas des contraires.

Je ne veux retenir de l’un des contestataires, un vieux camarade de combat à Zanma, la Parole au Peuple, le MIM et l’Assaupamar, que l’image du brillant rapporteur efficace, rassembleur au moment décisif des débats sur l’adoption par le Congrès de l’article 74, qui nous gardait – malgré tout -dans le giron de la France néo-coloniale.

→   Lire Plus

Lors de leurs rencontres avec Patrice Talon, Serge Letchimy et Didier Laguerre ont-t-ils évoqué le sort des prisonniers politiques détenus au Bénin?

Lors de la réception officielle du président de la République du Bénin, à la CTM, Patrice Talon a exprimé des regrets concernant l’histoire de l’esclavage, reconnaissant la part de responsabilité de l’Afrique dans cette tragédie. Cependant, il encourage la construction de liens solides sur les plans économique et culturel.

Serge Lecthimy a souligné que la dernière visite d’un chef d’État africain remontait à celle de Léopold Sédar Senghor, président du Sénégal, qui avait été invité par Aimé Césaire.

En tenant compte du passé, Serge Letchimy exprime le souhait d’établir une maison en Martinique, envisageant même une possibilité au Bénin.

Patrice Talon a exprimé son désir de voir une liaison aérienne régulière établie entre le Bénin et la Martinique.

Bien que les deux hommes soient d’accord sur l’essentiel, Patrice Talon inaugurera l’exposition consacrée aux artistes béninois à l’Habitation Clément sans la présence de Serge Letchimy. Ce dernier n’apprécie pas l’endroit, le considérant toujours hanté par les âmes tourmentées des esclaves.

Poursuivant sa visite le Président du Bénin a rencontré ce samedi matin le maire de Fort-de-France, Didier Laguerre. L’entretien a eu lieu à l’Hôtel de Ville aux environs de 9 heures, où le Maire et son conseil municipal ont accueilli le dignitaire béninois.

→   Lire Plus

« La pli bèl anba la bay »

Jusqu’au 22 décembre 2023

« La pli bèl anba la bay » signifie : « La plus belle est sous le tonneau ».
Je me suis inspirée d’un conte antillais qui raconte l’histoire de deux sœurs : Joséphine et Cècène. Cècène était mal aimée. Elle était condamnée à des tâches domestiques. Mais, plus elle travaillait, plus elle devenait belle. Un jour Cècène partit travailler dans les champs. Tandis qu’elle coupait la canne, un élégant jeune homme s’approcha d’elle et lui offrit une fleur d’hibiscus. Rentrée à la maison, elle raconta à sa mère ce qu’il s’était passé.
La mère qui désirait, avant tout, marier Joséphine sa fille aînée, mit en place une stratégie pour écarter Cècène. Elle cacha celle-ci sous un tonneau. Le lendemain, lorsque le jeune homme se présenta et voulut voir Cècène, la mère lui répondit qu’elle n’était pas là et lui présenta Joséphine parée de sa plus belle robe. Á ce moment, un perroquet aux couleurs chatoyantes se mit à crier : « La pli bèl anba la bay !!! ».« La pli bèl anba la bay !!!

→   Lire Plus

Up Sapiens : l’art de l’upcycling

Devant le succès, « Up Sapiens sublimer le recyclage », la nouvelle exposition du PABE se prolonge jusqu’au 25 janvier 2024  au Créole Arts Café de Saint-Pierre.

— Par Philippe Charvein —

Célébrer l’art dans ses multiples facettes créatrices : tel est le leitmotiv de cette exposition collective, articulée autour de la question centrale du recyclage des matériaux. Le recyclage des matériaux qui s’impose comme une urgence au regard des dérèglements auxquels l’humanité est confrontée. Élément capital de cette exposition : montrer que le recyclage n’est pas uniquement une action à entreprendre en réaction aux phénomènes qui nous menacent. Il est aussi – et peut-être surtout – un art en lui-même ; susceptible de dégager et révéler la beauté et la quintessence inhérentes aux choses, aux objets dont nous ne voyons plus l’usage… choses et objets qui se réinscrivent donc dans une dynamique vitale… et salutaire.

L’art devient ainsi le modèle, la métaphore d’un art de vivre où chaque réalisation, chaque objet est individualisé, personnalisé ; cela, à l’encontre de la production de masse standardisée. Ce n’est pas seulement la nostalgie des temps anciens, où artistes et artisans étaient réunis chez un même concepteur.

→   Lire Plus

Exposition Diversalité (3ème édition)

Jusqu’au 27 janvier 2024, du lundi au vendredi 8h/19h

— Par Philippe Charvein —

Dire le monde dans ses différents aspects, ses éléments les plus divers ; permettre l’expression de multiples approches dans l’appréciation d’un monde lui-même multiple, avec, peut-être pour ligne de mire, la quête d’une unité improbable : tel est le leitmotiv de cette exposition réunissant quatorze artistes. Quatorze artistes, de sensibilités différentes certes, mais qui se rejoignent dans une même volonté : mettre en évidence un monde au pluriel ; saisi dans son espace géographique et naturel, son patrimoine, son histoire, son évolution.

Un monde au pluriel, qui laisse affleurer les questions essentielles et urgentes que sont la préservation des ressources, la communication moderne, les interrogations sur nos origines. Un monde multiple enfin qui suscite nos propres réflexions s’agissant de la place qui est la nôtre, du rôle que nous y jouons pour un avenir et un devenir viables, sans oublier les régressions qui nous menacent. Autant de toiles et de réalisations artistiques diverses, mises en dialogue et en relation les unes avec les autres afin de mieux faire ressortir une vitalité à la fois commune et diverse.

→   Lire Plus

Décembre en estampes

Salon d’art contemporain du 4 décembre 2023 au 30 janvier 2024 aux Archives

L’association ÔDIS7 et l’association Armataplanet invitent à l’exposition de gravures « Décembre en estampes“ qui aura lieu du 4 décembre 2023 au 30 janvier 2024, vernissage le 1er décembre 2023, pour découvrir la collection de l’association Armataplanet de Guadeloupe, les gravures de quelques artistes internationaux ainsi que des artistes de Martinique.

L’Estampe : Entre Tradition et Modernité

L’estampe, un terme hérité de l’italien « stampa » (presse), désigne l’impression à l’encre sur un support souple à partir d’une matrice gravée ou dessinée. L’URDLA, Union Régionale pour le Développement de la Lithographie en Art, explore trois procédés majeurs : en relief, en creux, et à plat, illustrant une riche histoire de l’estampe qui remonte au XIIIe siècle en Europe.

Émergence et Évolution de l’Estampe

Au XIIIe siècle en Europe (dès le Ve siècle en Orient), l’estampe a révolutionné la reproduction d’images, permettant une diffusion à grande échelle dans une société largement illettrée. De la taille d’épargne à la taille-douce, elle a été utilisée pour des images pieuses, politiques, et plus tard, commerciales.

→   Lire Plus