Catégorie : Poésies

Lé radiolè

— Par Daniel M. Berté —

An lanmod a prézan, tout moun-an radiolè
Siw lé zond la radio, yo chef téléfonè
Pa ni gran choy a di, sa sé lé blablatè
Ka fè kwè yo pli fò, sé yo lé badjolè

Ni ka ba’y pawol swa, yo kriyé belpawlè
Dot ki sav sa pou fè, sé yo lé savantè
Ka palé anlè moun, sa sé lé milannè
Ka di’w tousa pou fè, sé yo lé lisonnè

« Appel illimité », sé la ki yo sirè
Plis ki radio-fey-chou, sé dé vré anmerdè
Yo ni la solision, sé dé gran éklérè
Yo konnet tout rimèd, yo kwè ki yo dòktè

Pou péyi-a vansé, sé yo lé konséyè
Kom yo ni enternet, yo jako-répétè
Si-o-ka yo pa sav, yo ka vini mantè
Kou-de-geul kou-de-keur, mi dé jan an-n-afè

Pou yo ayen pa bon, sé lé chef kritikè
Ni ka mandé tjersé, sa sé lé chouvalè
Pa lé ladjé lantèn, sé lé akaparè
Pou jwé tout jé kouyon, sé yo lé dimandè

→   Lire Plus

Manman éléman

— Par Daniel M. Berté —

An manman sé lé kat éléman
Ki ka liennen ansanm
Pou pé ba-nou lavi… An lavi lanmou

An manman sé dlo
Sé lè’w swef ou ka wè potalans-li
Dlo sé lavi… Donk Manman sé lavi

An manman sé difé
Sé lè’w fret ou ka wè nésésité’y
Difé sé lavi… Donk Manman sé lavi

An manman sé lè
Sé lè’w ka toufé ou ka konprann wol-li
Lè sé lavi… Donk Manman sé lavi

An manman sé latè
Sé lè’w pèdi’y ou ka konprann valè’y
Latè sé lavi… Donk Manman sé lavi

→   Lire Plus

« Née pour être libre », de Marie-Joé Lirus

— Par Marie-Joe Lirus —

Elle crie, elle crie depuis la nuit des temps, des douleurs de l’enfantement ;
Elle crie, d’un gosier plein de sève qui jaillit du plus profond de ses entrailles ;
Elle crie, pour que nul ne l’oublie.

De son passé douloureux,
De son présent incertain,
De son avenir inattendu,
Elle crie.

Les secrets de sa vie sont cachés dans son corps.
Le langage de son corps est caché dans son être.
La source de son être est cachée dans le secret de Dieu.
Elle est née pour être libre,
Libre de penser,
Libre de choisir,
Libre d’aimer.

→   Lire Plus

Chacha Lamémwa

— Par Daniel M. Berté —

Mémwa-mwen andidan an gro chacha kalbas
I sifi man soukwé’y pou pé tann an lo bwi…

Bwi fizi larazia adan an sel dézòd
Bwi lang-YO nou pa sav mé ki té ka ba’y lòd
Bwi kout baton an do Nèg YO maré épi kòd
Bwi chenn ki maré Nèg kondi bèt yonn-a-lòt

Bwi gran kannòt-bwa-a ki toulong ka kratjé
Bwi van ka fè gran-vwèl flaflaté san rété
Bwi kòwdaj ka grensé an pouli mal grésé
Bwi chenn ki maré Nèg anlè gran lanmè-a

Bwi ti-anmay ki fen an kal-a ka kriyé
Bwi Négrès ka pléré maren-YO anviolé
Bwi Nèg ki tro majò ki an dlo YO néyé
Bwi chenn ki maré Nèg an fenfon ladoulè

Bwi djèl- YO ka rélé pou la vant-o-anchè
Bwi koutla ka fann kann jiska tan i fè nwè
Bwi fret- YO an zo Nèg maten-midi-é-swè
Bwi chenn ki maré Nèg anlè bitasyon- YO

Bwi lanng kréyòl nou fè pou konprann yonn-a-lòt
Bwi chen ki YO ladjé an tjou Nèg a kout bòt
Bwi tanbou Nèg-mawon ka sonnen la révòlt
Bwi chenn ki Nèg pété pou trapé Libèté

Mémwa-mwen andidan an gro chacha kalbas
I sifi man soukwéy pou tann bwi Listwa-Nèg…

→   Lire Plus

Petit traité du vacillement suivi de Madou O de Serghe Kéclard,

Présentation

Petit traité du vacillement :

D’une histoire personnelle née de l’expérience charnelle d’un mot s’élabore une aventure – une poétique partagée. L’auteur construit alors une cosmogonie riche de l’enfance et du divers du monde qui se veut une invitation pour lectrice et lecteur, à entrer en poésie comme ces poètes pour lesquels « poésie n’est point silence on crée de la beauté /mais bruit et fureur /orgie et chaos /fragments et ruines/ lie et fange /d’où fleurit le miracle »

Ainsi s’énonce la parole hors toute liturgie, affranchie de la tutelle d’un Dieu tout-puissant. La verticalité s’estompe alors pour rejoindre un jubilatoire vacillement « mantjé tonbé sé bel pa» (trébucher, c’est encore un beau pas de danse) qui, néanmoins, interroge le sacré, le «pétulant tumulte» de l’amour, de la mort, de la «bles» du désastre originel et de la Beauté «pour acclamer les mystères de la vie». C’est de magie et de ré-enchantement du Réel dont il s’agit ici…. N’est-ce pas l’ultime fonction qu’on est en droit d’assigner à la poésie ?

→   Lire Plus

« Labimsolo » de Daniel Boukman, chez K.Editions

Labimsolo (équivalant à spleen en français) est une expression du créole martiniquais quasiment aujourd’hui disparue et dont l’emploi littéraire peut en permettre comme une résurrection… Quand, pour annoncer la publication de ce nouveau recueil, j’ai utilisé le terme de haïku, je ne cherchais pas à reproduire la rigueur métrique de ce genre poétique japonais ; je n’en ai épousé que la concision de mots assemblés pour dire – à voix basse – ce qu’ils disent.

Ecrire des haïkus suppose un détachement de l’auteur ; tel ne fut pas du tout l’état d’esprit présidant à l’écriture de LABIMSOLO, comme le révèle la préface que voici :

An tan lontan, té ni an jaden oti, anpami an lablanni flè santibon, an bann zwézo tout koulè té ka bay lavwa bay lavwa. Pannan tan-an, anbafey, an laposésion zòti té ka aladous vansé-vansé, paré pou toufé jaden-an oti an bann zwézo tout koulè té ka bay lavwa.

Alos, andidan tjè-mwen, an pawol nef wè jou pou dénonsé jes-makak, kouto dé lanm, manti-mantè, fidji masié… an pawol nef pou gloriyé nonm ek fanm vayan, wosé wo flanm flanbo libèté.

→   Lire Plus

Forfaiture en réseau

— Par Marie-Joé Lirus —

… ! J’ai besoin d’un AVOCAT qui ne me trahira pas,
Dis-moi ! où il est ?
… ! J’ai besoin d’un MEDECIN qui ne me trahira pas,
Où est-il ?
… ! J’ai besoin d’un CURÉ qui ne me trahira pas,
…?
… ! J’ai besoin d’un PASTEUR qui ne me trahira pas,
…?
… ! J’ai besoin d’un ÉLU qui ne me trahira pas,
…?
… ! J’ai besoin d’un POLITIQUE qui ne me trahira pas,
… ?
… ! J’ai besoin d’un COMMERCANT qui ne me trahira pas,
… ?
… ! J’ai besoin d’une POLICE qui ne me trahira pas,
… ?
… ! J’ai besoin d’une GENDARMERIE qui ne me trahira pas,
… ?

→   Lire Plus

Vaksen vs Viris « Veni vidi vici »*

— Par Daniel M. Berté —

Viris vini an Vandrédi

valid valéré valsé

vann a vil pri lavi avan

viktim vilnérab volé

pran lavol jik o Valala

Viris vandal viris violè

« Veni vidi vici »

Vorien-a gaté lé vayan

vevvié kon lé vwazen

viris vini anpéché viv

Vakabon viré mové van

vilen varian ki pli violan

i vréyé vivan kay vermin

« Veni vidi vici »

→   Lire Plus

« Parenthèse virale » & Écrire…

— Patrick Mathelié-Guinlet —

Parenthèse virale
 
Comme gouttes de pluie
absorbées par le sable
s’écoule ainsi le temps
en jours bien trop semblables
pour que tout bonnement

les retienne l’esprit
et pire sont les nuits
quand nous saisit l’ennui
lors de nos insomnies…
 
Ma mémoire est en berne
dans ces moments si ternes
comme un grand brouillard gris
fait un philtre d’oubli…
 
Mais que cela nous pèse
quand ce virus a mis
tout simplement nos vies
entre deux parenthèses !

→   Lire Plus

Volkan Sézè (Dorsal bosal)

— Par Daniel M. Berté —

I ni dé volkan ki ka mò
I ni dé volkan ki ka rété
I ni dé volkan ki la selman pou van-an
I ni dé volkan fou
I ni dé volkan boulé an sann
I ni dé volkan ki ka viv an bann ek ka rodé
I ni dé volkan ki ka pwenté djol-yo anlè dlo detanzantan
vré chien lanmè
I ni dé volkan ki ka séré fidji-yo
toulong dan lé niyaj
I ni dé volkan lonjé kon rinoséros fatidjé
dontokel yo pé taté poch galaktik-yo
I ni dé volkan kwayan ki ka fè moniman
pou gloriyé pep ki disparet
I ni dé volkan véyatif
I ni dé volkan ka japé,
an montan lagad an palapot kay lépep ki ka dòmi
I ni dé volkan avous ki ka paret ek disparet
(sa sé jes makak)
I fo pa bliyé sa ki pa lé pli piti
lé volkan pies dòwsal pa janmen lokalizé
ek dontotjel lé rantjin ka konstwi lannuit
I ni dé volkan dontotjel djol-yo ka miziré kantékant
épi déchiraj antan-lontan-a.

Mofwazaj Dorsale bossale de Aimé Césaire ki paret dan Moi, laminaire
Daniel M.

→   Lire Plus

Celui qui se réfugia dans la montagne. Monchoachi.

— Par Widad Amra

S’il est des personnages qui avancent dans la vie, entourés d’un halo de mystère, par leur rapport à l’existence, par ce qu’ils donnent peu à voir, peu à entendre, mais tellement à comprendre, il en est un qui incarne cette alchimie mystérieuse, le poète Monchoachi.

Dans le film d’Arlette Pacquit : « La Parole Sovaj », présenté en avant-première à Tropiques – Atrium le 30 mars dernier et en première diffusion sur Martinique la 1ère, le 6 avril, André-Pierre Louis, alias Monchoachi, nous est présenté dans toute sa complexité et toute sa clarté. Chose étonnante, l’homme solitaire est descendu de la montagne du Vauclin, lui qui refuse tout projecteur, cultive l’absence plus que la présence. Il nous est apparu dans sa simplicité, son apparente fragilité, son sourire malicieux, sa modestie, son élégance.

Ce documentaire d’une belle poésie, est un voyage qui brise les codes habituels pour offrir ce que la poésie a de plus éclaté et de plus rassemblé, de plus libre, de plus primitif, voire subversif, dans ce qu’elle offre à voir de ce qu’est la beauté.

→   Lire Plus

Wou tou… Moun tou

— Par Daniel M. Berté —

Menm si’w kon juiféran
Ou ka ba lari chenn
Ou ka mandé chen pen
Pas dé poch-ou krévé
Wou tou… ou sé Moun tou

Menm si’w kon griyav vet
An didan djel an bef
Ou dé digré pli ba
Ki an kabann vètè
Wou tou… ou sé Moun tou

Menm si’w pran wonm pou soup
Epi ou ka tété’y
Ka trennen an dalo
Ka santi makriyo
Wou tou… ou sé Moun tou

Menm si ou pèd lakat
Epi’w touni an tet
Ek pran Mango Vilsen
Pou lotel katétwal
Wou tou… ou sé Moun tou

→   Lire Plus

Hommage au poète de l’île Maurice, Edouard Maunick

— Par Marie-Hélène Léotin —

Edouard Maunick, chantre mauricien de la négritude métisse et de la créolité, poète de l’insularité, est décédé à Paris le 10 avril 2021 à l’âge de 89 ans. Natif de l’île Maurice, il laisse derrière lui une importante œuvre poétique riche d’inventions lexicales et de souffle baroque. Compagnon et héritier de Césaire et de Senghor, Grand Prix de la francophonie pour l’ensemble de son œuvre, Edouard Maunick était inspiré par son île, le lieu, la mer, les aromes, le parfum des épices, sans jamais tomber dans le doudouisme. Révolté, métis à la recherche de la beauté du monde, de l’Océan indien à la capitale des lettres françaises, on retiendra d’Edouard Maunick le magnifique recueil intitulé « Ensoleillé vif » (1976), préfacé par Senghor.

Le combat d’Edouard Maunick concernait aussi la langue. Produit de la francophonie mauricienne, il avait fait du français sa langue d’expression privilégiée, n’oubliant jamais de rappeler qu’il était venu à la langue de Voltaire par le créole. Le français que le poète a pratiqué est nourri des mots et des structures de la pensée créole, sans jamais tomber pour autant dans l’exotisme facile.

→   Lire Plus

« Poisson d’avril! » & « Pak nou » de Patrick Mathelié-Guinlet

“Poisson d’avril!”

On aurait souhaité que ça ne soit en gros
qu’une plaisanterie, la blague d’un potache
et, si on l’avait eu quand même dans le dos,
un poisson de papier que, discret, l’on accroche

tel un mauvais rêve, dissipé aussitôt
au réveil à l’instar des brumes matinales
par le soleil levant de l’île tropicale…
Mais ce poisson d’avril, hélas, est un poison

qui pour bien plus longtemps menace nos poumons,
un virus qui n’aurait jamais dû débarquer
des bateaux, des avions, du moins sans précautions,
pour mieux nous confiner ensuite à la maison…

******

Pak nou

Pak, ti tak, ti tak Pak,
ti tak, ti tak Pak.
Pak atak, Pak atak,
matoutou krab !

Krab pa ni mak,
chak krab an lak,
chak krab an bak,
chak krab an sak,
chak krab an pak
èk san di hak,
krab pak an pak
èk bonda-man-jak…

→   Lire Plus

Lalfabé Kovidien

— Par Daniel M. Berté —

A-r-s Asiré ni Asentomatik
Atansion, pa antré an-panik
Bariè-fisik pou Baré Bet-la
Bien apliké pou sa dékalé sa

Chimen Chomaj Chajé
Chak fanmi konnèt an moun ki touché
Distansiyasion ek Dépistaj avan Dékonfinman
Donk respektasion pou pa ni lantèwman

Enterdiksion sòti pou Estentjé Epidémi
Ek siwtou pa bliyé viris pa ka dòmi
Fwayé-enfeksion fè Fèmen lé Frontiè
Fout sa red moun pé pa fè kon yo té ka fè

Gan pou lé Gérié ka Goumen lopital
Gran bel woulo pou yo, sé dé moun kapital
Hihihi ! Hohoho ! Hahaha ! ni ka motjé di sa
Hihihi ! mé sonjé, viris, pa ni zanmi la

Identifikasion-kontak ek Izòlman Ich-manman
I fo nou protéjé tout moun, sa potalan
Jes-bawriè tou lé Jou pou lé Jen kon lé vié
Janmen bliyé tousa pou nou pé protéjé

Konfinman pou Koré Korona viris-la
Ki paré kapoté tout pèp anlè tè-a
Lavé Lanmen Lontan
Lè’w pé épi savon oben gel an frotan

Mask a Mété Maten-midi-oswè
Men bien pozé’y sirtou, pa nenpot ki manniè
Ni test ki Négatif, Ni test ki pozitif
Nou sav ki fo dabò nou rété véyatif

→   Lire Plus

Maché

— Par Daniel M. Berté —
Maché manniè ou lé
Janr mita’w-mi tamwen
O zeb man ka vini
Woch pangad pié-mwen

Maché konsi’w pilé
An kracha italien
Oben kon jwif-éran
Ki ka ba lari chenn

Maché vitman présé
Konsi’w ni djab dèyè’w
Oben an maniè flouz
An prenan tout ti-tan’w

Maché adan lari
Larout o lotorout
Tras, ti-wet, koridò
O adan chimen-chien

Maché kon vidéyè
An kannaval-kovid
Adan stad Aliker
O anlè lotorout

Maché kon lé kwayan
Adan pélérinaj
O adan chimenn-kwa
Pandan périod karenm

→   Lire Plus

J’impose le respect

— Par Marie Joé Lirus —
Inspiration divine

Lire sans les articles

– Art 1 : J’impose le respect, à tous ces fils et filles de nulle part.
– Art 2 : J’impose le respect, à tous ceux qui oublient qu’ils sont nés d’une femme.
– Art 3 : J’impose le respect, à toutes celles qui oublient qu’elles ont été conçues par un homme.
– Art 4 : J’impose le respect, à tous ceux qui se disent hommes et femmes de Dieu.
– Art 5 : J’impose le respect, à tous les porteurs de titres ronflants sans consistances ni profondeurs.
– Art 6 : J’impose le respect, à tous ceux qui croient qu’ils savent plus que les autres.
– Art 7 : J’impose le respect, à tous ceux qui croient vous connaître, mieux que vous-mêmes, sans se connaître eux-mêmes.
– Art 8 : J’impose le respect, à tous ceux qui tout en servant Dieu, font du commerce avec le diable.
– Art 9 : J’impose le respect, à toutes les amitiés subtiles en hypocrisie.
– Art 10 : J’impose le respect, à tous ceux qui prônent ou enseignent, la liberté, tout en étant encore esclave d’eux-mêmes.

→   Lire Plus

O lé fanm !

— Par Daniel M. Berté —

Ki zot sé Bònanman
Sésé oben Manman
Marèn oben Tati
Kouzin oben Tifi
Manzel oben Madanm
Kouté-mwen zot lé fanm

Yo di zot machapia
Ratbal ek manawa
Piten ek vakabòn
Bòbò ek charderòn
Kochonni ek fanm-cho
Vèrdigri an dalo

Yo di zot milannèz
Vivèz ek kankannièz
Mantèz ek toupétèz
Kokèz ek bòrdèlèz
Sirèz ek madradjèz
Goglèz ek prétansièz

Pa faché pou tousa
Jalouzi neg souba
Pé pa fè zot ped fwa
Pa bliyé zot di dwa
Ignoré jans-kaka
Ek tout moun pa kon sa

→   Lire Plus

À Hamid

— Par Parick Matheliè-Guinlet —

Au clair de la lune,
mon Hamid Pierrot,
du bout de ta plume
et de ton pinceau,

tu traces des chiffres
comme une prière…
Si on la déchiffre,
est libre l’oiseau !

Et de l’homme-chien,
cet homme de bien,
lors l’âme s’envole
pour que prenne fin

son odyssée folle
que fut cet exil
au loin sur une île
de l’autre côté

de la grande mer.
N’en sois pas amer :
du rêve éveillé
faut se réveiller !

Trop petite Terre
pour tous les poètes,
nomades qui errent
dont le cœur, la tête

→   Lire Plus

Dòmi !…

— Par Daniel M. Berté —

Dòmi !… Pandan YO fè welto
Pou fou’w an chingpontong
O mété’w an banmbanm
Pou lavi’w tjoupoutet

Dòmi !… Pandan YO kon mangous
Ki ka chayé piti’w
Ek YO ka vòlè tè’w
Adan an ti bat-zié

Dòmi !… Pandan YO pa lé tann
Bri motè kannot-ou
Bri mizik ki ta’w menm
Bri kok-ou ka chanté

Dòmi !… Pandan YO ka ba frè’w
Dé-twa ti-tap an do
Ek ki YO ka fè’y pran
Vié dlo mousach pou let

Dòmi !… Pandan ki YO ka di
YO lé fè preskripsion
Apré YO prézonnen’w
Tjidonk YO pa koupab

→   Lire Plus

Lé nouvo mas rivé !

Par Daniel M. Berté

Mas silili pran mama ?… Ya pa !
Mas koulou pété kiki ?… Fini !
Mas soukwel twa gro tété ?… Pa rété !
Mas sibol djol sinobol ?… Pad bol !

Mas nef pou lé vidé rivé siw le marché
Présé kouri achté stok-la près épizé
Dan konmès ésansiel lé vandè risansé
Lé sa ki ka vann plis parmi lé nouvoté

Mas kron ron kon an makaron
Pou dansé kon vonvon
O tounen ron-an-ron
Kon an bisui norman

Mas castèt pou mété kon kaskèt
Pou pa trapé maltèt
Apré an vidé ronm
Oben kou anlè tèt

Mas viran pou sa ki lé douvan
Ek rété an santé
Andidan an vidé
Aléliron-violon

Mas darma épi an nen biza
Ki ka sanm an tonfa
Polisié ka sèvi
Konsi sé boutou bwa

→   Lire Plus

Annus horribilis 2020

En clôture de La Nuit des Idées », à la Villa Chanteclerc, le 28 janvier 2021  le texte suivant de Patrick Mathelié-Guinlet a rencontré un certain succès.

— Par Patrick Mathelié-Guinlet —

..2020 : “annus horribilis” avec 2 “haines”, quoiqu’avec un seul n ça fonctionne aussi

..car on peut dire qu’on l’aura quand même eue bien dans le cul, cette année-ci…

..Si je n’avais la poésie de l’écriture pour vous crier sans masque tout ce que je ressens OK

..et m’inventer un ailleurs meilleur dans un lendemain mélomane,

..la vie ne serait qu’une routine irrespirable sans aucun espoir de changement

..et d’un ennui bien plus mortel que le virus !

..Je ne supporte plus la décadence du moment,

..cette mise en parenthèses de la plus élémentaire humaine intelligence et du bon sens dans une sorte de boucle du temps…

..Pour les uns, le virus est un prétexte,

..voire une aubaine, source de pouvoir et de profit

..(ainsi n’est-il pas par exemple au sens littéral la cause qui précède l’écriture de ce texte ?),

..pour d’autres un révélateur, une catalyse, voire une catharsis…

→   Lire Plus

Maladi Zannimo

— Par Daniel M. Berté —

An maladi mové ki té ka fè bet pè
Té ka fann-tjou a mò tout lé popilasion
La rimè té ka di sété malédision
Pou té pini lé krim konmet asou Latè

Kovid 19 varian pis fo kriyé’y konsa
Té ka fè gro malè parmi bet ozabwa
Yo tout pa té ka mò, men yo tout té touché
Pis sa ki pa té pri, zafè-yo té mélé

Wa Lion fè réinion ek di : « Mé cher zami
Sé Siel-a ki permèt ki tousa rivé-nou
Pou la kolè séles moli an may ba-nou
Fo ni an sakrifis pou nou pé sa djéri

Listwa ka aprann ki an parey sirkonstans
Dévouman pli méchan pé sové tou lézot
I fo zot koumansé ekzamen konsians-zot
Ek san pies mantézon, nou pé ni an ti chans

Man sav ki parmi zot yo kriyé-mwen glouton
Tousa, pas man manjé an bon-épé mouton
Man jis manjé berjé ; yo pa té fè’m ayen
Pli koupab-la pou mò, mé fo zot fè kon-mwen »

→   Lire Plus

Chyen dalo é chyen à kolyé

En hommage au méconnu car trop discret poète disparu, mon ami Maurice Orel, une de ses merveilleuses adaptations créoles (et non traductions) des fables de La Fontaine (à savoir « Le loup et le chien ») Patrick Mathelié-Guinlet

Dapré “Le loup et le chien” de Jean de La Fontaine

Té ni an fwa an chyen
ki pa té konnèt manjé byen.
I té mèg kon an taso,
tout kò’y, sété lapo épi zo.

I té ka alé-vini an tout ti kwen Chèlchè
ka chèché an ti zo oben an ti lachè.

I té sal, tout kò’y sété yenyen
é pèsonn pa té ka ba’y ayen.

Sèl bagay i té ni dwa,
sété kout pyé, kout woch èk kout bwa.

An jou, i vini jwenn épi an lot chyen
ki, li, té sav sa sa yé manjé byen.

Vyé chyen mèg-la rété estébékwè.

I pa té lé kwè sa zyé’y té ka wè.

Bèl chyen-an, non pli, pa té ka konpwann.

I rété doubout akondi i té ka atann.

Pandan tan-an, vyé chyen-an té ka réfléchi
pou wè sa i té pé di.

→   Lire Plus

La jeune poétesse Amanda Gorman fait sensation lors de l’investiture de Joe Biden

La jeune femme de 22 ans seulement a déclamé des vers célébrant une « Amérique unie » lors de l’investiture de Joe Biden, mercredi. Sa prestation a été saluée par de nombreuses personnalités.

Elle était partout sur les réseaux sociaux au lendemain de l’investiture de Joe Biden et Kamala Harris. La jeune poétesse afro-américaine Amanda Gorman a captivé le public mercredi 20 janvier, avec ses vers appelant à l’unité des États-Unis.

Vêtue d’un manteau jaune et d’une coiffe rouge, la jeune femme de 22 ans, originaire de Los Angeles, a récité un poème de sa composition, « The hill we climb » (« La colline que nous gravissons »), une référence à la colline du Capitole, où des partisans de Donald Trump ont envahi le siège du Congrès le 6 janvier.

Son texte, qu’elle a écrit d’une traite après cet assaut meurtrier, évoque « une force qui va briser notre Nation, plutôt que la partager ». « Cet effort a presque réussi mais si la démocratie peut être par instant retardée, elle ne peut pas être définitivement supprimée ».

« Maya Angelou se réjouit »

D’une voix calme, elle a scandé ses rimes, en les accompagnant de mouvements graciles, ne laissant pas percer un bégaiement qui, comme Joe Biden, l’a affectée dans son enfance.

→   Lire Plus