Arts de la scène

La Comédie continue ! mais s’adapte aux horaires du déconfinement

Grille de la 9ème semaine du 25 au 31 mai 2020

Après 8 semaines de diffusion, La Comédie continue !, première chaîne en ligne de la Comédie-Française, devient à partir du 25 mai 2020 La Comédie continue, encore !

En 8 semaines de diffusion de La Comédie continue !, la Comédie-Française a su maintenir le lien entre la Troupe et ses spectateurs et en créer de nouveaux, forts, directs et profonds, pendant la période de confinement, touchant ainsi des publics en dehors de toutes limites géographiques.

Toute la Troupe est restée mobilisée et a offert des programmes à la fois familiaux et pédagogiques (avec des programmes littéraires s’adressant aux enfants, aux élèves et aux étudiants), poétiques, divertissants et toujours théâtraux.

En parallèle à la création de plus de 1 000 programmes originaux, la Comédie-Française a su rester fidèle à sa ligne de programmation, comme en témoigne la diversité de la centaine de levers de rideau diffusés : grandes fresques de Troupe, spectacles pour le jeune public, cabarets, seuls-en-scène, écoles et portraits d’acteurs, greniers des maîtres ou encore bureaux des lecteurs.

Lire Plus =>

Le 22 mai, une date symbolique : à Tropiques-Atrium, Rézistans

RÉZISTANS, du 20 mai au 10 juin 2020, le beau programme éclectique de Tropiques-Atrium, en célébration de l’abolition de l’esclavage

Le Mot du Directeur de Tropiques-Atrium

Résistances historiques,

Résistances sociétales contextuelles ou structurelles,

Résistances culturelles,

Tropiques Atrium Scène nationale célébrera les abolitions, du 20 mai au 10 juin 2020.

Bien au-delà de ses salles, en s’adressant tout simplement… au Monde.

En tutoyant le monde par l’universalité qui habite notre culture et l’identité qui irrigue les racines de nos êtres.

Déclinant nos missions, ce véritable cycle en ligne, intitulé « Rézistans’ » sera pluridisciplinaire.

Tel un fromager défiant la fatalité, il plongera ses racines dans la musique à texte engagé, dans l’évocation picturale, chorégraphique, filmique du marronnage fertilisant.

Lire Plus =>

« La Comédie Continue, encore ! » Les spectacles de la Comédie Française en ligne.

Grille de la 9ème semaine du 25 au 31 mai 2020

Dimanche  24 mai 2020

Speakerin du jour Nâzim Boudjenah

18h30 Le Début de l’A texte et mise en scène Pascal Rambert
avec Alexandre Pavloff, Audrey Bonnet
Capté au Studio-Théâtre en février 2005
Durée 1h
Sur France 5 dans « Au Théâtre chez Soi », diffusion du deuxième lever de rideau

 

20h50 Roméo et Juliette de William Shakespeare, version scénique d’après la traduction de François- Victor Hugo mise en scène Éric Ruf

avec Claude Mathieu, Christian Blanc, Christian Gonon, Serge Bagdassarian, Bakary Sangaré, Pierre Louis-Calixte, Gilles David, Suliane Brahim, Nâzim Boudjenah, Jérémy Lopez, Danièle Lebrun, Elliot Jenicot, Didier Sandre et les comédiens de la promotion 2016-2017 de l’Académie Marina Cappe, Tristan Cottin, Ji Su Jeong, Amaranta Kun, Pierre Ostoya Magnin, Axel Mandron
Capté Salle Richelieu en octobre 2016 pour une retrans­mission en direct avec Pathé Live
Réalisation Don Kent
Production Comédie-Française
Durée 2h40

23h30 Comédie-Française, derrière le rideau documentaire deGérard Lafont
Réalisé par Gérard Lafont en 2020
Coproduction Artline Films – Comédie-Française, avec la participation de France Télévisions
Durée 52 min

Lire Plus =>

Théâtre et canapé : hommage à Michel Piccoli

Le roi Lear

Il y a quelques jours, nous apprenions avec un grande tristesse la disparition de Michel Piccoli. Il joua plusieurs fois à l’Odéon, notamment dans John Gabriel Borkman d’Ibsen mis en scène par Luc Bondy en 1993, et il fut un remarquable Roi Lear en 2006 dans une mise en scène d’André Engel, l’un de ses derniers rôles au théâtre. Jusqu’au 30 mai, découvrez ou redécouvrez ce spectacle.

Lear, ou la recherche de la base et du sommet. Au plus haut du sommet, un roi. Au plus bas de la base, un bâtard. Le roi se tient au centre et au cœur du pays ; le bâtard a grandi à l’ombre et à l’étranger. Un jour, le roi déchire son royaume et jette sa couronne à terre. Puis il sort. Et en sortant, il va rejoindre un ailleurs, un dehors, tel que nul roi n’en a encore connu. Quelque chose comme des ténèbres extérieures qui ressemblent peut-être au monde réel. Qu’est-ce à dire ? Est-ce possible ? Que s’est-il donc passé ?

Lire Plus =>

La cérémonie des Molières se tiendra à huis-clos le 23 juin, les nommés dévoilés

Fait rare, la cérémonie 2020 sera diffusée en prime time sur France 2 et non en fin de soirée, comme elle l’est habituellement. 

La Nuit des Molières, qui décerne les prix les plus prestigieux du théâtre français, se tiendra sans public et sera diffusée le 23 juin sur France 2. La cérémonie annuelle, qui devait se tenir le 11 mai au Châtelet, aura lieu au même endroit mais dans un format adapté à la crise sanitaire due au nouveau coronavirus.

« C’est un moyen de fêter le théâtre. Je voulais livrer ce message d’espoir alors qu’on n’a pour le moment aucune certitude », a affirmé Jean-Marc Dumontet, président des Molières, alors que les théâtres sont à l’arrêt depuis la mi-mars et malgré le début du déconfinement.

Adjani, nommée pour le prix de meilleure comédienne

Isabelle Adjani, qui avait commencé sa carrière à la Comédie-Française où elle triomphe à 17 ans dans L’Ecole des femmes de Molière, est nommée dans la catégorie meilleure comédienne dans un spectacle du théâtre public, pour son rôle dans Opening Night d’après John Cassavetes, mise en scène Cyril Teste. Il

Lire Plus =>

Mort de Lucky Peterson, musicien et chanteur de blues

Lucky Peterson, nom de scène de Judge Kenneth Peterson, né à Buffalo (État de New York) le 13 décembre 1964 et mort à Dallas (Texas) le 17 mai 20201, est un guitariste, organiste et chanteur américain de blues.

 Les causes de sa mort, à l’âge de 55 ans, n’ont pas été précisées dans le communiqué transmis par sa famille, indiquant que le musicien, qui était à son domicile, à Dallas, avait été « transporté d’urgence à l’hôpital, dans un état critique ».

Son père, James Peterson, chanteur et guitariste, tenait le Governor’s Inn, un club de blues dans lequel Lucky Peterson eut rapidement l’occasion de côtoyer nombre de musiciens tels que Buddy Guy, Koko Taylor, Muddy Waters ou encore Junior Wells2.

Il commence l’apprentissage de l’orgue en prenant des cours avec Bill Doggett et Jimmy Smith. Il n’a alors que 5 ans lorsque Willie Dixon le repère. Plus tard, il passe à la guitare qui deviendra son deuxième instrument de prédilection.

En 2009, il a une dizaine d’albums à son actif dont Double Dealin’ sorti en 2001.

Lire Plus =>

Un monde culturel déterminé et agissant

Emmanuel Demarcy-Mota : Stimuler la pulsion de vie et donner de l’espoir

Emmanuel Demarcy-Mota et la troupe du Théâtre de la Ville sont restés très actifs pendant ces dernières semaines, et comptent bien le rester dans les mois à venir. Voici quelques extraits de La Tribune publiée le 15 mai 2020, dans « Scenweb, l’actualité du spectacle vivant ».

« Tenir parole »

La santé a été notre priorité absolue ces derniers mois. La culture est notre priorité absolue au moment de la sortie du confinement.

Notre pays, certes affaibli, mais modifié profondément, a un désir fort de reconstruction vers un monde différent où la pensée solidaire est au coeur du débat. Pour que notre société puisse reprendre corps, nous voulons proposer un nouveau modèle qui puisse réunir les arts, les sciences et l’éducation avec comme pierre de voûte, l’union entre la santé et la culture. Nous avons souhaité réunir un ensemble d’alliés venus de la santé, de la justice, de l’éducation et des arts, pour créer un nouvel espace de dialogue et coordonner de nouvelles actions.

Lire Plus =>

Malgré tout, voir « Ton beau Capitaine », de Simone Schwarz-Bart

En des temps différents, en temps ordinaires, je veux dire quand nous n’étions pas condamnés à sortir masqués, que les masques étaient réservés à la seule scène, que nous pouvions nous retrouver dans les salles de Tropiques-Atrium et partager de beaux moments de théâtre… en temps de paix dirais-je, si je voulais reprendre la rhétorique martiale du président Macron… en ces temps qui déjà nous semblent enviables et si lointains, nos enfants des établissements scolaires de la Martinique auraient découvert, au mois de mai 2020, la pièce de Simone Schwarz-Bart, « Ton beau Capitaine ». Mais hélas, l’adage populaire selon lequel « en mai, fais ce qu’il te plaît », est devenu obsolète… Alors, comme le dit une autre maxime, faute de grives, mangeons des merles, et pour  nous consoler un peu, regardons la captation vidéo, proposée sur la plateforme Viméo.

Créée en Guadeloupe en 1987 à Pointe-à-Pitre, jouée ensuite au Théâtre National de Chaillot à Paris en décembre 1988 dans la mise en scène de Stylo Cavé, la pièce fut présente dans une autre mise en scène, celle de Maud Galet Lalande au Festival d’Avignon en juillet 2018, en tant que spectacle sélectionné par la Région Grand-Est dans le cadre de son soutien au Off d’Avignon.

Lire Plus =>

Relance culturelle : l’État laisse les collectivités en première ligne

— Par Yves Perennou —

Villes, Départements et Régions ont géré l’urgence de leurs structures culturelles pour leur éviter la déroute financière. Désormais, se profile l’organisation du futur « été apprenant ».

L’État reste attendu pour la définition du cadre sa­nitaire et d’un plan de re­lance. Pour l’heure, c’est vers les collectivités que les structures culturelles se tournent pour de l’aide concrète. Dès avril, bon nombre de Villes et quelques Dé­partements les ont assurées du maintien des subventions « y compris lorsque des spectacles et événements sont annulés d’ici au 31 août », comme on le précise au Havre, où les associations tou­cheront les subventions votées sans avoir à produire les justifi­catifs habituels. Même son de cloche à Besançon où la mairie indique que les dossiers ont été instruits sans tenir compte du taux d’activité ni de l’annulation des manifestations. Les associa­tions percevront leur subvention et un bilan au cas par cas sera fait en fin d’année au vu des aides perçues, des dépenses et des éco­nomies réalisées. Un ajustement se fera sur l’exercice 2021.

Lire Plus =>

Odéon-Théâtre de l’Europe : Théâtre et canapé

Pour spectatrices et spectateurs en manque en période de confinement

En ces temps de confinement, le théâtre de l’Europe Odéon se déplace directement à domicile. Réunis sous l’appellation théâtre et canapé, de nombreux événements sont organisés. Parmi les temps forts, la diffusion de trois pièces de Molière montées par Stéphane Braunschweig («Le misanthrope», «Tartuffe», «L’école des femmes»), une plongée dans les coulisses du montage d’un décor ou encore des entretiens de metteurs en scène. A noter également, des lectures de comédiens sont proposées. Depuis chez eux, ils partagent leurs textes favoris comme «Une chambre à soi» de Virginia Woolf, lu par Virginie Colemyn.

>> Retrouvez le cycle de captations autour de Luigi Pirandello ici

>> Retrouvez le cycle de captations autour d’Henrik Ibsen ici

>> Retrouvez le film Les Fausses Confidences ici

>> Retrouvez le cycle de captations autour des Trois Soeurs ici

>> Retrouvez le cycle de captations autour de Molière ici

Plus de contenus disponibles ici :

Lire Plus =>

Coronavirus : le service public au chevet du spectacle vivant

France Télévisions et Radio France s’efforcent d’inventer toutes sortes de programmations pour aider le théâtre.

— Par Sandrine Blanchard, Sandrine Cassini et Aude Dassonville —

« On pourrait perdre l’habitude des librairies, des cinémas, des festivals, des scènes musicales. Mais il ne faut pas laisser le silence et les mauvaises habitudes s’installer. » Cette inquiétude exprimée par Laurence Bloch, directrice de France Inter, chaque responsable de l’audiovisuel public s’est promis de l’atténuer. Alors que les salles restent fermées pour une durée encore indéterminée, France Télévisions et Radio France s’efforcent d’inventer toutes sortes de programmations permettant de tenir le spectacle vivant à bout de bras.

C’est ainsi que, contre toute attente, la Fête de la musique ou la 32e cérémonie des Molières auront bien lieu. La première sera tournée en toute intimité sur une scène parisienne, tandis que la seconde, initialement prévue le 11 mai, se déroulera fin juin (sans doute le 22), sur la scène du Châtelet à Paris, dans une forme totalement inédite puisqu’elle se passera de public. Le principe du prime time, une première pour ce rendez-vous diffusé sur France 2, a été maintenu. 

Lire Plus =>

Producteurs, attachés de presse, régisseurs… Les «oubliés de la culture» appellent à l’aide

Ces travailleurs de l’ombre du secteur culturel demandent à être «remis en lumière» dans un communiqué. On estime à 1,3 millions le nombre de «travailleurs invisibles» des industries culturelles.

Ils sont dans l’ombre mais ne veulent pas le rester pendant la crise sanitaire. Après les artistes et les intermittents, ce sont les producteurs, attachés de presse, régisseurs et autres travailleurs indépendants de la culture qui appellent le gouvernement à l’aide.

À lire aussi : Emmanuel Macron prolonge les droits des intermittents jusqu’à août 2021

«Nous sommes les artisans qualifiés qui soutenons, accompagnons, gérons les spectacles vivants, les événements, les divertissements, les festivals» tous à l’arrêt depuis la mi-mars en raison de l’épidémie du Covid-19 et non concernés par le début du déconfinement lundi, rappelle le collectif «Les Artisans du spectacle», créé il y a quelques jours.Dans un communiqué transmis à l’AFP, ce collectif affirme que les annonces du président Emmanuel Macron mercredi dernier, notamment «l’année blanche» en faveur des intermittents, «vont dans le bon sens» mais regrette qu’elles ne concernent pas «toute la profession».

Lire Plus =>

L’opéra La Traviata s’invite chez vous !

 
La Traviata

L’opéra La Traviata s’invite chez vous ! Ce spectacle sera disponible dans son intégralité* dès lundi matin et jusqu’au 9 novembre 2020 sur operadeparis.fr et france.tvculturebox, grâce à France Télévisions et à son offre Culturebox.

Certaines scènes peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes ainsi que des personnes non averties.
* Diffusion géobloquée en France.

Lire Plus =>

Nous aimerions pouvoir nous réjouir, Mr Macron

Lettre de La Coordination Nationale des Intermittent.e.s et Précaires (CNIP)

Monsieur le Président.

Quitte à vous surprendre, nous aimerions, en premier lieu, vous remercier : grâce à vous, nous savons que lamobilisation paye. C’est un message important à envoyer à tou.te.s.

Nous avons entendu vos robinsonnades.

Nous vous prenons au mot sur votre annonce d’une année blanche. Vous l’avez citée comme étant votre concession à la demande unanime du monde culturel. Soit. Mais, tel le diable se cachant dans les détails, la ministre du travail cache trop souvent dans les décrets vosintentions, et trop rarement nos revendications.

Ainsi, nous vous rappelons que cette année blanche (dont vous n’aimez pas le nom) représente une demande précise: celle d’un renouvellement des droits à date anniversaire, a minima au taux d’indemnisation précédent, dèsmaintenant, et jusqu’à un an après la reprise normale de nos activités. Il ne s’agit pas de prolonger de quelques mois, jusqu’en août 2021, les indemnisations, mais de permettre, durant toute cette période, le renouvellement sur douze mois.

Vous n’avez surtout évoqué qu’une partie de nos revendications, ne répondant qu’aux intermittent.e.s

Lire Plus =>

Les terres souffrantes de Martinique

— par Janine Bailly —

De Florence Lazar : « Tu crois que la terre est chose morte »

Non, je ne suis pas de ceux qui disent les avantages supposés de cette étrange période de confinement ! Non, je n’ai pas attendu que Monsieur Macron me conseille d’utiliser ce temps mort pour m’adonner à la lecture, et je ne mets pas à profit les heures pour faire tout ce qu’en temps normal j’aurais remis aux calendes grecques. Non, je  ne dirai pas, comme ceux-ci qui vont s’épanchant dans les médias, ce que sera « le monde d’après », je ne sais s’il y aura un autre monde ni ce qu’il pourrait bien être, ni si les hommes auront changé ou s’ils retomberont dans leurs ornières coutumières. Je songe seulement à Woody Allen écrivant « Je ne sais pas si Dieu existe, mais s’il existe, j’espère qu’il a une bonne excuse. » Parce que je suis plutôt dans la sidération. Parce que je ressens d’abord le tragique de la situation, et que je sais ceux qui souffrent.

Lire Plus =>

#Culturecheznous, deux nouveaux spectacles !

#Culturecheznous – SAMO, a tribute to Basquiat de Koffi Kwahulé

Laëtitia Guédon, un parcours sans faute

Formée à l’École du Studio d’Asnières et au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris, Laëtitia Guédon fonde la Compagnie 0,10 et dirige de 2009 à 2014 le « Festival au Féminin » à Paris. Elle met en scène des textes de Koffi Kwahulé, Kevin Keiss, Patrick Chamoiseau… 

Riche d’un métissage singulier, elle est en quête d’une esthétique indisciplinée où se mêlent en permanence les arts et en particulier le théâtre, la danse et la musique live. Elle accorde une attention particulière aux écritures contemporaines en associant des auteurs vivants à l’écriture des spectacles.

En 2016, elle est nommée à la direction des « Plateaux Sauvages », fabrique artistique de la Ville de Paris, établissement culturel situé au coeur du XXème arrondissement. « Dans la capitale, peu de lieux de résidence sont disponibles pour les artistes. Heureusement, voici ce nouvel espace, une vaste fabrique dédiée à la création et au partage artistiques : 2 600 m², répartis sur 4 niveaux … » (Télérama)

https://www.envotrecompagnie.fr/accompagnement-administration-production/laetitia-guédon/

Lire Plus =>

Emmanuel Macron accorde l’année blanche et demande d’inventer la reprise

—Par Yves Perennou —

En posture régalienne, le président rassure le secteur culturel sur l’intermittence et lui fixe une mission d’adaptation à la crise et de refondation, mais sans engagement financier.

Sous la forme d’une vague de lettres ou­vertes, la pression est montée avant la rencontre, le 6 mai, entre le président de la République et une douzaine d’artistes dont Catherine Ringer, Sébastien Daucé, Mathilde Mon­nier, Stanislas Nordey, Abd al Malik, Sabine Devieilhe, Norah Krief… Emmanuel Macron a cherché à transformer un sauve­tage en grand chantier de refon­dation. Il a répondu à l’inquié­tude principale du milieu de la culture, accordant la prolonga­tion des droits des intermittents sur une année après l’arrêt de l’activité, posant le terme en août 2021. Comme pour compenser un cadeau, il a redoublé d’in­jonctions : « réenchanter notre pays », « retrouver l’envie [pour les artistes] d’aller au contact des jeunes », « réinventer un été artis­tique et culturel ». Impossible de promettre une date de retour aux saisons normales, mais le prési­dent demande un programme d’éducation artistique et cultu­relle (EAC) copieux pendant l’été, notamment pour les en­fants de banlieue, et une impul­sion collective sur le territoire : « Nous n’aurons pas les festivals, mais rien ne nous interdit de faire autre chose, avec moins de pu­blic ».

Lire Plus =>

Emmanuel Macron et la culture : « Des engagements assez flous, sans vision politique »

— Recueilli par Sabine Gignoux —

Critique à l’égard des annonces du chef de l’État en faveur de la culture, Jean-Michel Tobelem (1) professeur en sciences de gestion, appelle à des États généraux pour repenser, avec tous les acteurs, les objectifs de démocratisation de la culture.

La Croix : Comment réagissez-vous aux premières annonces du chef de l’État en faveur de la Culture ?

Jean-Michel Tobelem : La prolongation des droits des intermittents était attendue et c’est un point de satisfaction. Mais le chef de l’État a évoqué ensuite quelques mesures de détails sans annoncer de plan global, précis et chiffré en faveur du secteur culturel. Au total, ses engagements sont restés assez flous.

On les attendait pourtant. Dans cette crise, l’État s’est déjà impliqué très fortement pour soutenir certaines grandes entreprises comme Air France ou Renault. Pourquoi pas la culture ? Les grandes institutions soutenues par la puissance publique continueront probablement à l’être mais il y a lieu d’être inquiet pour toutes les autres structures, privées ou associatives, des festivals, des théâtres, des orchestres qui dépendent largement de la billetterie.

Lire Plus =>

Emmanuel Macron, la culture et le confinement

Une culture sinistrée

C’est peu dire que le secteur de la Culture est laminé par la crise liée au Covid-19. À ce titre, la prise de parole du président de la République Emmanuel Macron cet après-midi, 6 mai 2020, aux côtés de Frank Riester, le Ministre de la Culture, était très attendue. Au terme d’un échange de deux heures par visioconférence avec douze talents issus de différents secteurs de la Culture (littérature, danse, cinéma, théâtre…), dont Eric Toledano, Olivier Nakache et Sandrine Kiberlain, le président a esquissé les très grandes lignes d’un plan de sauvetage pour le secteur. A charge pour son ministre de détailler ultérieurement les différents dispositifs adoptés.

Si Emmanuel Macron s’est refusé à employer l’expression « d’année blanche » pour le secteur, il n’en a pas moins adopté le principe (…)

Cinéma : Le président de la République a notamment confirmé la création d’un fond d’indemnisation pour les tournages, « qui reprendront au cas par cas » fin mai.

http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18689901.html

(D’après Olivier Pallaruelo, le 6 mai 2020, dans « ALLOCINÉ » )

 Macron  souhaite voir les artistes à l’école

Le président s’est laissé filmer sur BFMTV en bras de chemise dans de grandes envolées en faveur des artistes ce mercredi, tandis que Franck Riester a ensuite détaillé ses mesures… sur Internet.

Lire Plus =>

Coronavirus : les intermittents du spectacle bénéficieront d’un dispositif de protection pendant l’été, assure Franck Riester

Le ministre de la culture n’a cependant pas encore tranché sur l’éventualité de leur accorder l’« année blanche » qu’ils réclament.

Durement touché par les mesures de confinement, le secteur de la culture attend des réponses de son ministre, Franck Riester. Mardi 5 mai au matin, ce dernier a assuré être en train de travailler à un dispositif de protection des intermittents du spectacle durant les mois d’été.

Interrogé par un auditeur au micro d’Europe 1, le locataire de la rue de Valois a réfuté rester inactif, alors qu’Emmanuel Macron doit annoncer des mesures pour le monde de la culture mercredi.

« Nous avons pris dans l’urgence la décision de repousser de trois mois le délai pour regarder le nombre d’heures obtenues par les intermittents du spectacle pour bénéficier de leur régime d’assurance-chômage et de leur protection sociale. »

 Lire aussi  « Monsieur le Président, cet oubli de l’art et de la culture, réparez-le ! »

Mais Franck Riester n’a pas encore tranché sur l’éventualité de leur accorder l’« année blanche » qu’ils réclament, c’est-à-dire une mise à zéro des compteurs sur le décompte des droits. 

Lire Plus =>

Tropiques-Atrium: imaginer la suite

— Par Manuel Césaire —
Imaginer la suite,
Interroger aujourd’hui pour inventer demain,
Un lendemain pour notre communauté culturelle et humaine.
Cette communauté à laquelle nous participons,
Nous, acteur culturel,
Vous, public et partenaires de notre action,
Avec les créateurs et artistes du spectacle vivant, des arts visuels et du cinéma.

Depuis le confinement, si les portes physiques de Tropiques Atrium sont restées closes, notre action s’est déployée grâce au numérique afin de vous faire vivre, autrement, quelques effluves du CinéMartinique Festival, de voir ou revoir les créations théâtrales des précédentes saisons et les temps forts du Martinique Jazz Festival 2019.

Nous avons également maintenu nos engagements et notre accompagnement auprès des artistes en résidence, à Tropiques Atrium ainsi qu’auprès des formateurs et intervenants artistiques en milieu scolaire. « Culture chez vous » vous a également amené dans l’intimité des créations et résidences en cours.

Nous avons communiqué autrement et nous nous sommes rencontrés différemment.

Nous souhaitons maintenir ce lien et continuer d’être les invités de vos journées et soirées confinées et au-delà du confinement.

Lire Plus =>

Tropiques-Atrium, #Culturecheznous, plus que jamais !

Cinémartinique, festival online. Des films pour aller plus loin : documentaire et débat

Un film de Chloé Glotin : « Gros sur mon cœur » (France / 2011 / 52 mn / VF / Ciné-Sud Promotion)

1 – Découvrez le film.

2 – Posez vos questions à nos invités avant le 5 mai 2020, posez vos questions dès maintenant à nos grands témoins et historiens.

3 – Nous les poserons à ces grands témoins lors d’un débat qui sera diffusé en ligne le 8 mai 2020. 

Qui est Chloé ?

Elle se présente ainsi sur Linkedin :

« Réalisatrice, productrice, chef opératrice, assistante de réalisation, attachée de presse. J’ai construit au fil de mes expériences dans les secteurs de l’audiovisuel et du cinéma, une grande polyvalence. Cheffe d’un projet d’éducation à l’image initié depuis 2015 en Martinique, L’oeil du doc, j’attache aussi beaucoup d’importance à la transmission. »

Le documentaire , « en hommage aux résistants ultramarins »

« Il y a quelques années, je retrouvais des documents qui m’apprenaient que mon grand-père faisait partie de ces soldats martiniquais qui ont rejoint la France Libre en 1943.

Lire Plus =>

IDIR, le baladin chantre de son pays, s’en est allé

« Ambassadeur éminent des cultures berbère et kabyle », selon l’UNESCO

Le chanteur Idir, l’un des principaux ambassadeurs de la chanson kabyle, est mort, ce samedi 2 mai à Paris, à l’âge de soixante-dix ans. Hospitalisé vendredi à Paris, il a succombé à une maladie pulmonaire et devrait être enterré en région parisienne, selon son entourage.
« Nous avons le regret de vous annoncer le décès de notre père [à tous], Idir, le samedi 2 mai à 21 h 30. Repose en paix, papa », est-il écrit dans un message publié sur la page Facebook officielle du chanteur, installé en France.
« J’ai appris avec une immense tristesse la nouvelle du décès d’Idir, une icône de l’art algérien », a salué dans un tweet le président algérien, Abdelmadjid Tebboune. « Avec sa disparition, l’Algérie perd un de ses monuments. »

 

De l’Algérie à la France

Si Idir connaît une carrière internationale et vient s’installer à Paris, c’est sa chanson, « A Vava Inouva, Papa  Inouva », berceuse en langue berbère qui traduite en 15 langues, diffusée dans 77 pays et faisant le tour du monde, assied sa célébrité.

Lire Plus =>

« Sankara n’est pas mort », sur les traces d’une utopie africaine

— Par Céline Rouden —

Ce road-movie poétique au « pays des hommes intègres », le Burkina Faso, nous entraîne dans un voyage hypnotique sur les traces de l’utopie révolutionnaire incarnée par Thomas Sankara

Sankara n’est pas mort

en e-cinema sur www.25eheure.com

Sankara n’est pas mort. Au Burkina Faso, il est encore bien présent : en ombre chinoise sur les tee-shirts des jeunes burkinabés à la manière de Che Guevara, dans les slogans des manifestants de Ouagadougou réclamant justice contre ses assassins, et dans le souvenir de ses habitants comme un âge d’or lointain et révolu. Jeune réalisatrice formée à la Femis, Lucie Viver a été frappée par l’immense espoir né en 2014 de la chute de Blaise Compaoré, après 27 ans de pouvoir et la survivance, dans l’imaginaire collectif de ce pays, de l’utopie révolutionnaire et anti-impérialiste incarnée par Thomas Sankara.

Lire Plus =>

Le festival « Vues d’Afrique », version virtuelle 2020

Le cinéaste sénégalais Mamadou Dia et son acteur Alassane Sy ont reçu les prix de la Meilleure fiction long métrage et du Meilleur acteur au festival « Vues d’Afrique », à Montréal, pour « Le père de Nafi ». 

Le 27 avril 2020 à Montréal, le 36e festival de cinéma « Vues d’Afrique » a dévoilé les lauréats des prix et des mentions de sa compétition, lors d’une cérémonie de clôture virtuelle accessible en direct, ce jour-là, sur sa page Facebook. Ce support a permis à tous les festivaliers et à un large public d’assister à cette cérémonie, et aux réactions des gagnants à travers le monde entier, sur sa plateforme. Animée par Eric M’Boua (animateur canadien d’origine ivoirienne) de Prodzitiv (organisateur d’événements), avec le concours de l’organisation du Festival, la soirée a été l’occasion de célébrer la vitalité et le dynamisme des cinématographies africaines et caribéennes, mises à l’honneur lors de cette 36e édition.

Depuis 36 ans en effet, « Vues d’Afrique » est une vitrine pour tous les grands cinéastes africains et créoles.

Lire Plus =>