A l’affiche

Respectons les principes fondamentaux de l’école publique, mixte et laïque de Martinique

L’école publique et laïque, une institution singulière par ses origines, en Martinique

Par Yvon Joseph-Henri —

L’école en France, et donc en Martinique en particulier, est gratuite, obligatoire et ouverte à tous selon la loi Mitterrand de 1989 qui n’est qu’un prolongement de l’école de Jules Ferry.

En Martinique, l’école est issue de luttes importantes à Saint Pierre pour obtenir de descendants d’esclaves noirs, la création d’écoles privées laïques malgré les résistances violentes des fiefs religieux comme le couvent de Cluny, et les frères de Ploërmel. Par la suite, à Fort-de-France, avec la reconstruction du lycée Schoelcher détruit à Saint Pierre par l’éruption de la Montagne Pelée, mais aussi par la mise en place du Pensionnat colonial, et même une formation juridique, l’école publique, plébiscitée par Joseph ZOBEL, a connu son heure de gloire.

C’est dire l’importance de l’école publique pour les Martiniquais, à la fois source d’émancipation de nos esclaves libérés, mais aussi source d’aspiration à la liberté, l’égalité, la fraternité.

Fallait-il remettre en cause les principes fondamentaux de l’école et de la République ?

Aujourd’hui, c’est gravement que monsieur le Recteur et monsieur le Préfet, vous détruisez ce pacte.

Lire Plus =>

«Dieu Gou, le retour d’une statue» ou comment sortir d’un débat de spécialistes?

— Par Siegfried Forster —

Lorsqu’on regarde l’histoire de l’exploitation coloniale, on oublie souvent la spoliation des œuvres d’art. « Dieu Gou, le retour d’une statue », le documentaire de Laurent Védrine, programmé au Festival Vues d’Afriques au Canada, se concentre sur une pièce unique, la sculpture du dieu Gou, chef-d’œuvre de l’art africain, côté symbolique « comparable à l’armure de Jeanne d’Arc », et qui ne fait pas partie des 26 pièces que la France va restituer au Bénin. Autrement dit : même par rapport au Bénin, la France accuse un très grand retard.

Lorsque votre enquête, du Pavillon des Cessions du Louvre où se trouve actuellement cette statue du dieu Gou jadis admiré par Picasso et Apollinaire, jusqu’au Bénin, avez-vous rencontré des difficultés de recueillir la parole ?

Laurent Védrine : Nous n’avons rencontré aucune difficulté au Bénin. Les gens ont déjà des avis différents. Il y a l’avis du gouvernement, l’avis des militants, l’avis des historiens, l’avis des gens qui sont directement concernés par leur histoire familiale ou par l’histoire de leur groupe social. En France, on nous a refusé un entretien au ministère de la Culture ainsi qu’au musée du Quai Branly.

Lire Plus =>

« La Chronique des Bridgerton » : voir ou ne pas voir les couleurs

— Par Jean-Luc Bonniol, anthropologue —

Article paru initialement dans The Conversation

Depuis sa sortie le 25 décembre 2020 sur la plate-forme Netflix, la série La Chronique des Bridgerton connaît un indéniable succès, tempéré par quelques réserves face à ce que certains jugent comme une bluette superficielle…

Série américaine qui fait revivre un pan de l’histoire de la société britannique au temps de la Régence (au tout début du XIXe siècle), elle s’inscrit dans la veine des romans de Jane Austen, ainsi que dans la ligne des séries « en costume » à succès, comme Downton Abbey. Elle présente en effet le destin de deux familles de l’aristocratie britannique de l’époque, les Bridgerton et les Featherington, autour de la vie des enfants (notamment l’aînée des filles Bridgerton, Daphne), et de l’entourage de ces familles, avec la reconstitution des bals fastueux qui étaient donnés à l’occasion de la « saison » de présentation des jeunes filles à marier dans la bonne société de l’époque.

Lire Plus =>

Covid-19: l’Afrique est « dans une impasse » pour son approvisionnement en vaccins

Addis Abeba – L’Afrique est « dans une impasse » pour son approvisionnement en vaccins contre le Covid-19, qui pourrait affecter les campagnes de vaccination dans certains pays, a déclaré jeudi le directeur pour l’Afrique des Centres de contrôle et de prévention des maladies (Africa CDC).

De nombreux pays africains dépendent des livraisons de vaccins AstraZeneca produits en Inde, notamment par le Serum Institute of India, et distribués dans le cadre du programme Covax qui vise à fournir un accès équitable en particulier aux pays les plus pauvres. Mais l’Inde a annoncé fin mars qu’elle allait retarder ses exportations pour lutter contre une nouvelle vague de contaminations. 

« Nous sommes dans une impasse en tant que continent« , a déclaré jeudi le Dr John Nkengasong lors d’une conférence de presse. 

« L’accès aux vaccins a été limité pour nous en tant que continent et cela affecte la manière dont nous déployons notre programme de vaccination« , a-t-il ajouté. 

Lundi, les 55 États membres de l’Union africaine (UA), dont dépend l’Africa CDC, avaient acquis 34,6 millions de doses de vaccin et en avaient administré 13,9 millions, a détaillé M.

Lire Plus =>