A l’affiche

« Le Dernier jour d’un condamné », de Victor Hugo

— Par Janine Bailly —  

La lumière est crue, blanche, parfois bleue mais plus rarement. Rouge quand est évoquée la séquence attendue de la guillotine, suggérée par le bruit métallique du couperet qui descend sur son rail, et par le mouvement qui jette au sol le comédien avant que ne se fasse le noir. La lumière est dure, agressive, elle s’oppose à l’idée d’un cachot humide et sombre, qui apitoie lorsque l’on pense aux geôles d’antan. Car ce n’est pas par l’émotion que Victor Hugo entend mener principalement ce réquisitoire contre la peine de mort, mais bien en faisant appel à notre faculté de raisonnement. Le texte est d’abord un plaidoyer, à jouer de façon à ce que les mots fassent en nous leur chemin de réflexion, ces mots d’une langue parfaite et acérée qui viennent sous la plume courroucée de l’auteur. Celui-ci, qui dans la préface ajoutée en 1832 met en avant la « fonction politique et morale de son roman », ne déclarait-il pas en effet : « Le Dernier jour d’un condamné n’est autre chose qu’un plaidoyer, direct ou indirect, comme on voudra, pour l’abolition de la peine de mort » ?

Lire Plus =>

Réparer dans l’urgence la canalisation de Séguineau, dont la CTM à la charge!

Attention ! Nous allons trop loin…

— Par Florent Grabin de l’Association écologique PUMA —

En 2019, la Préfecture a renouvelé pendant le Carême le programme de répartition de la distribution de l’EAU ce qui a, à juste titre, énervé certains usagers privés de cet élément vital à la vie ; selon la Météo, nous aurons en 2020 un carême très chaud, avec pour conséquence une rupture prévisible de l’approvisionnement en Eau.
Dans l’échange que nous avons avec l’État, il reconnaît dans son courrier du 15 novembre 2019, partager nos préoccupations en ce qui concerne la nécessité d’un rétablissement définitif des capacités de transit de la conduite d’adduction de Séguineau ; dans le même temps il nous rejoint sur la disponibilité de la ressource en Eau de la Rivière Capot, y compris en période de Carême, ce qui permet de satisfaire les besoins en Eau d’une partie de la Martinique.
Nous avons toujours affirmé que l’usine de Vivé a une capacité de traitement de 35 000 m3/j, et que la non-réparation de la canalisation de Séguineau au Lorrain prive la population de 14 000 m3/j, avec toutes les conséquences en termes de santé.

Lire Plus =>

« OFFRANDES », de Philippe Bourgade

Exposition de photographies, Galerie André Arsenec, à Tropiques Atrium

« Offrandes », l’exposition vue par…

Claude Cauquil

Un parcours artistique s’évalue sur la durée d’une vie et l’on ne peut appréhender l’Œuvre d’un créateur que dans sa totalité ; pourtant certaines périodes, séries s’identifient dès leur réalisation comme marquantes. Il est des expositions charnières qui s’imposent comme l’aboutissement d’une recherche avant même d’accéder aux cimaises.

OFFRANDES que nous soumet Philippe Bourgade est de celles-là. Elle baigne d’un éclairage nouveau son travail photographique et l’ancre définitivement dans le patrimoine culturel caribéen.

Sa grande sensibilité plastique est évidente dans la somme d’images qu’il nous a livrée depuis trois décennies, mettant en place la transmission visuelle d’une Martinique des Mornes, travail en noir et blanc pour pérenniser le souvenir. Philippe nous a raconté son pays d’une manière qui a permis à beaucoup d’éclairer leurs propres réminiscences d’une aura de poésie. Aujourd’hui, les personnages ont déserté le visuel pour laisser la place à de simples éléments de nature. Ici ce n’est plus le photographe qui tel un réalisateur construit son image.

Lire Plus =>