Echos d’éco

Qu’en est-il du «retour protecteur de l’État-providence» en Martinique et Guadeloupe avec la crise du Covid-19  ? 

— Par Jean-Marie Nol, économiste —

En Martinique et en  Guadeloupe, les choses évoluent avec la crise du coronavirus sans qu’on n’y prête attention , car les Antillais  rétifs à se projeter dans l’avenir à l’aide de l’analyse prospective , ne se rendent pas compte que  le pouvoir économique qui a pour objet d’influencer, d’encadrer, de limiter ou de contrôler le jeu des acteurs économiques appartient plus que jamais au premier chef à l’Etat français.

La France consacre 31 % de son PIB aux dépenses sociales publiques, record du monde

En effet, La crise sanitaire consacre le retour de l’État sur la scène non seulement économique et sociale,  mais également politique en Martinique et Guadeloupe . Elle s’est  traduite ces derniers temps depuis l’ère du préfet Gustin en Guadeloupe (le gouverneur dixit certains commentateurs de la vie politique guadeloupéenne) par un dessaisissement du personnel politique local dont la parole est devenue inaudible, et une montée en puissance de l’État ainsi que de la société civile notamment sur la question de l’eau . Sans conteste, cette crise du Covid 19 consacre le retour, d’une certaine manière métamorphosée , de la question de l’évolution du rôle de l’État français  , quelque peu occultée au cours de ces dernières années par un surinvestissement des élus locaux dans le champ des revendications identitaires.

Lire Plus =>

« Chez nous, l’eau est un accident » : en Guadeloupe, les habitants n’en peuvent plus des carences du réseau d’eau potable

— Par Simon Auffret —

REPORTAGE Des décennies de négligence dans la réparation de fuites sur le système d’alimentation et de profonds conflits financiers entre communes pénalisent aujourd’hui des milliers de Guadeloupéens. Le Covid-19 est venu rappeler à l’Etat la précarité de la situation.

Dumé l’affirme avec fierté : à 84 ans, il est le plus vieux charpentier de Guadeloupe. Depuis la terrasse de sa maison, dans le sud de la Basse-Terre, il n’a qu’à tendre le bras pour désigner, à quelques mètres, l’un des grands chantiers de sa jeunesse : un réservoir d’eau potable, aux murs désormais noircis par le temps, construit en 1965 pour alimenter deux quartiers sur les hauteurs de la commune de Capesterre-Belle-Eau.

Dumé venait à peine de se marier quand il a érigé le coffrage en bois du château d’eau, bientôt relié à l’artère centrale du réseau d’adduction de l’île, la canalisation de Belle-Eau-Cadeau. Après huit mois de travaux, les logements sont raccordés à l’eau courante. Un terrain de football et des vestiaires sont établis en bas de l’ouvrage en face duquel Dumé construit sa maison. « Mes onze enfants ont grandi ici », raconte-t-il en dessinant de mémoire les plans du réservoir, cinquante-cinq ans plus tard.

Lire Plus =>

Confinement allégé : les sombres enjeux de la crise du Covid 19 pour les entreprises de Martinique !

— Par Jean-Marie Nol économiste et ancien directeur de banque —

Le 1er novembre 2020 , afin de lutter contre la propagation du virus Covid-19, la Martinique, comme l’Hexagone, a été placée dans une situation de confinement , et puis le 25 novembre dernier, sur décision du ministère de l’outre-mer, il a été procédé à la réouverture des commerces dit « non essentiels ». Mais le hic c’est que demeure en l’état, les restrictions de circulation, et subsiste la fermeture des bars et des restaurants. C’est là dans ce contexte que nous considérons que l’onde de choc de la
crise sanitaire est encore devant nous. Alors que se profile une crise économique , une troisième vague sociale risque de commencer à déferler bientôt sur la Martinique. Il n’y aura pas de reprise en V de l’économie martiniquaise , un rebond de la consommation immédiat. Le retour va être long, progressif, comme engourdi, le moral et l’enthousiasme débordant de travailler pour sauver encore ce qui peut l’être, n’y seront pas tout de suite.

Le principal problème des entreprises pendant la crise du COVID-19 reste en effet le manque de trésorerie: Baisse du chiffre d’affaires, craintes de faillites, demandes de financement auprès des banques, retards de paiement…notre enquête personnelle auprès d’ anciens clients chefs d’entreprises témoigne des nombreuses difficultés auxquelles sont confrontés les dirigeants de TPE-PME depuis le début de la crise.

Lire Plus =>

Crise du Covid 19 : Quid de la mutation en cours de l’économie Antillaise et de ses futures conséquences ?

— Par Jean-Marie Nol, économiste —

La crise du Covid-19 fera inévitablement plonger l’économie martiniquaise et guadeloupéenne en récession en 2020. Les premiers indicateurs disponibles – hausse des inscriptions au chômage ou au chômage partiel – témoignent déjà d’un ralentissement inédit de l’activité, et qui devrait s’aggraver en 2021.

Au niveau macroéconomique, les perspectives ne sont pas plus réjouissantes. Le gouvernement français, la CTM et les autorités régionales ont, certes, réagi vite sur la plupart des fronts pour parer au plus pressé de la crise . Mais trois menaces au moins pèsent sur l’économie Antillaise : l’apparition exponentielle d’entreprises zombies et une succession de bulles prêtes à éclater du fait même de la surliquidité provoquée par la réaction des autorités ; une stagflation qui va peut-être à terme conduire au grand « décrochage » de la déflation ; et, pire encore, une baisse des gains de productivité conduisant inexorablement à une chute de la croissance potentielle donc de long terme. Il faudra alors être attentif à la double dynamique de l’investissement productif et de l’emploi privé. Il est inévitable que l’épidémie ait un impact considérable à terme sur l’économie et la société Antillaise.

Lire Plus =>

Les Antilles vont bien payer la dette de la crise du Covid-19 !

— Jean-Marie Nol, économiste —

En Martinique et Guadeloupe, la problématique de la dette et des déficits, on connaît déjà à travers la situation financière très dégradée des collectivités locales. Ainsi les deux-tiers des communes des deux îles sont dans une très mauvaise passe financière en raison notamment d’une masse salariale importante qui a augmenté de 14% en trois ans, selon la direction générale des finances publiques . La dette fournisseurs, fiscale et sociale des communes se creuse également, car début 2020 , elle avoisinait les 185 millions d’euros en Guadeloupe et un peu plus de 150 millions d’euros en Martinique .

Il y a un vrai mur de dettes et de déficits devant nous. Ce sera un sujet brûlant en 2021. Ayons toujours en mémoire qu’un pessimiste est un optimiste bien informé.

Les hommes et femmes politiques de la Martinique et de la Guadeloupe ne sont pas conscients qu’ils sont dans la situation d’un alpiniste qui est sur une paroi très raide et qui ne sent pas que les prises sont en train de lâcher : ont-ils bien pris la mesure de la crise économique et sociale à venir en 2021 du fait des mesures d’austérité qui vont être prises pour rembourser les dettes accumulées lors de la pandémie du covid 19 et qui vont mécaniquement entraîner une réduction des dotations de l’Etat ainsi qu’une progression inéluctable des dépenses notamment sur le plan social ?

Lire Plus =>

La Martinique, la Guadeloupe et l’économie : un grand malentendu ou un marché de dupes ?

— Par Jean-Marie Nol, économiste —

A l’heure où la pandémie du Covid 19 ne cesse de nous mettre à l’épreuve, on oublie parfois la crise intellectuelle qu’une Martinique, voire dans une moindre mesure, une Guadeloupe mal à l’aise est en train de subir. L’intérêt des intellectuels pour le fonctionnement de l’économie et pour la prospective ( AU SENS DE PENSER LA MUTATION DU FUTUR ) , s’est dissout en France et s’est révélé mort né aux Antilles . On n’entend pas les économistes de l’université des Antilles. Pourquoi sont-t-ils muets sur les grands sujets économiques inhérents à la Martinique et à la Guadeloupe ? 
Qui diffuse ou est responsable de ce sentiment d’inconscience et ce manque de lucidité diffus au sein de la population plus apte à jouir du présent que préparer l’avenir ?

Pourquoi les Martiniquais et Guadeloupéens n’ont pas confiance dans l’économie de marché ? Pourquoi se méfient-ils autant  des politiciens, que des entrepreneurs, ou des intellectuels ? Et surtout quelles sont les conséquences pour notre capacité à faire société et à dégeler notre économie en crise ?

Une première explication peut être avancée pour comprendre le phénomène de défiance qui sape les fondements de la société Antillaise , c’est le fait que nous vivons au sein d’une société stratifiée par l’histoire où chacun soupçonne les entreprises de tirer avantage du système, de chercher à  faire un maximum de profit sur le dos du peuple quitte à provoquer des désordres sociaux et des catastrophes sanitaires .

Lire Plus =>

#NoëlSansAmazon

Cher Père Noël,

Cette année, nous prenons l’engagement d’un #NoëlSansAmazon.

En 2020, chaque jour, l’urgence sociale et écologique s’est rappelée à nous. La crise sanitaire que nous traversons a déjà eu des conséquences dramatiques en France : des milliers d’emplois ont disparu, le chômage atteint 9% et un million de personnes ont basculé dans la pauvreté. Cette situation inédite est la conséquence directe de nos modes de production, mondialisés, et de notre consommation de ressources naturelles, déraisonnée. Pour sortir de cette crise, il nous faut retrouver deux choses : notre souveraineté nationale et européenne, et notre esprit de solidarité. C’est promis, Père Noël : à partir de maintenant, nous allons tous faire plus d’efforts.

Et nous commencerons par cette bonne résolution : cette année, nous fêterons #NoelSansAmazon. Pour les fêtes, nous nous engageons à n’acheter aucun cadeau sur cette plateforme.

Nous ferons sans. Sans cette entreprise prédatrice des emplois (1 emploi créé chez Amazon, c’est entre 2,2 et 4,6 emplois détruits sur nos territoires), prédatrice du commerce, prédatrice des terres (en comptant les entrepôts Amazon actuellement en projet, l’entreprise occupera à elle seule 2 000 000 m2 de terres en France, soit l’équivalent de 185 terrains de football !),

Lire Plus =>

L’exil des jeunes et des retraités , un défi économique pour  les Antilles françaises ?

— Par Jean-Marie Nol, économiste —

La Guadeloupe et la Martinique ont entamé depuis les années 1970 un mouvement de vieillissement aussi massif que rapide et les choses vont aujourd’hui en s’accélérant. Selon les prévisions, 40 % de la population auront plus de 60 ans à l’horizon 2040 et les jeunes de moins de 20 ans ne seront plus que 22 %.

Les conséquences en sont lourdes en termes de structure de l’économie, de dépendance et de santé, de solidarités et de cohésion sociale.
L’exil des guadeloupéens et martiniquais et la baisse de la démographie influe-t-elle sur l’économie ?
Oui, dirions nous, sans risque de se tromper, car le constat actuel est alarmant. En effet, ce qui est important à signaler c’est ce chiffre de 62%, qui représente le pourcentage des actifs âgées de 15 à 29 ans déclarant être insatisfaits de leur situation,et qui seraient prêts à quitter la Guadeloupe et la Martinique pour un emploi ou une formation qualifiante.
(Source INSEE)
Comment transmettre aux jeunes et aux retraités d’aujourd’hui , le sens du pays et l’amour de la « valeur patriotique » dans le contexte déprimé du modéle sociétal de la Guadeloupe et la Martinique   ?

Lire Plus =>

La crise du Covid 19 va-t-elle faire basculer la Martinique et la Guadeloupe  dans la pauvreté de masse ?

— Par Jean-Marie Nol, économiste —

La crise économique qui frappe le pays en cette période de pandémie de la Covid-19 rend les Martiniquais très majoritairement pessimistes quant à la situation économique et sociale de la Martinique surtout en cette période de confinement et de dégâts climatiques . Les chiffres sont alarmants. On sent en effet une vive inquiétude quant à l’augmentation de la pauvreté. Aujourd’hui, le pays Martinique protège plus que d’autres les plus pauvres, et ce du fait du modèle social français. Ce modèle est plus coûteux que d’autres dans le monde , mais il protège mieux et évite la plus grande pauvreté à un grand nombre, notamment parmi les familles et les personnes âgées. L’utilisation des fonds publics est une nouvelle fois au coeur des interrogations en Martinique après les dernières intempéries . 
Mais qu’en sera-t-il demain avec l’alourdissement de la dette et les dégâts financiers sur les comptes publics de l’Etat causés par la crise du Covid 19 ? 
Pour l’instant, en Martinique , on procrastine, on s’endette, on retarde autant qu’on peut l’effondrement économique et social qui découlera peut-être de cette pandémie du coronavirus .

Lire Plus =>

L’éphéméride du 12 novembre

L’abrogation de la loi Glass-Steagall Act par l’administration Clinton le 12 novembre 1999 conduira à  (l’aggravation de) la crise financière de 2007-2010

Le Glass-Steagall Act est le nom sous lequel est généralement connu le Banking Act de 1933 aux États-Unis par lequel sont instaurés :

l’incompatibilité entre les métiers de banque de dépôt et de banque d’investissement ;
le système fédéral d’assurance des dépôts bancaires ;
le plafonnement des taux d’intérêt sur les dépôts bancaires (règlementation Q).
Il tient son nom d’un sénateur démocrate de Virginie, Carter Glass, ancien secrétaire au Trésor, et du représentant démocrate de l’Alabama, Henry B. Steagall, président de la commission Banque et Monnaie de la Chambre des représentants. Cette loi du Congrès est votée sous majorité démocrate, puis signée par le président Franklin D. Roosevelt.

Battu en brèche depuis le milieu des années 1970 et largement contourné par l’ensemble de la profession bancaire, il est finalement abrogé « sous l’administration Clinton, le 12 novembre 1999 » par le Financial Services Modernization Act, dit Gramm-Leach-Bliley Act, juste à temps pour permettre la fusion constitutive de Citigroup.

Contexte historique
L’application tardive du principe de séparation des pouvoirs
Selon Nicolas J.

Lire Plus =>

Grève au crédit agricole où l’histoire non encore écrite d’une mutation à marche forcée ?

— Par Jean-Marie Nol, économiste et ancien directeur de banque —

Voilà maintenant plusieurs jours qu’une grève a débuté au Crédit agricole. la banque verte de la Guadeloupe est paralysée par un mouvement social. La quasi-totalité des agences sont depuis fermées et l’intersyndicale affiche un taux de grévistes de 70 %. L’intersyndicale avance un chiffre d’une quinzaine d’agences fermées sur les 19 du département, en raison de cette mobilisation pour exiger des garanties de maintien de l’emploi et d’acquis sociaux.

Lire aussi  : Fin de grève au crédit agricole : Les tenants et aboutissants d’un effroyable gâchis à venir ! — Par Jean-Marie Nol, économiste financier

Cette grève risque de durer, tant le désaccord des partis en présence est patent. C’est là, dans ce contexte de crise larvée, que j’ai jugé bon de reprendre la trame d’une de mes anciennes tribunes sur l’évolution du secteur bancaire aux Antilles , et d’écrire un nouvel article traitant de la problématique à l’usage de nos lecteurs.
La grève actuelle au crédit agricole peut s’apparenter à l’histoire de l’arbre qui cache la forêt.
En réalité, un dangereux déni de réalité est en cours au crédit agricole, dans la mesure où les revendications des salariés masquent un phénomène beaucoup plus prégnant à savoir la mutation du secteur bancaire en Guadeloupe.

Lire Plus =>

Avec ou sans contrat de mariage les époux doivent participer aux dépenses de la vie commune

Vous vous mariez ou vous souhaitez changer de contrat de mariage ? Une jurisprudence vient rappeler que même dans un régime de séparation de biens, la contribution aux charges du mariage est une règle obligatoire à laquelle les époux ne peuvent déroger. La contribution aux charges du mariage est l’obligation qu’ont les époux de participer à l’ensemble des dépenses de la vie courante : dépenses de logement, nourriture, habillement, santé, éducation des enfants, loisirs…

Deux époux se marient sous le régime de la séparation des biens. Leur contrat de mariage comporte une clause sur la contribution aux charges du mariage. Cette clause indique que « chacun des époux sera réputé avoir fourni au jour le jour sa part contributive, en sorte qu’aucun compte ne sera fait entre eux à ce sujet ». Elle précise également qu’« ils n’auront pas de recours l’un contre l’autre pour les dépenses de cette nature ».

Les époux vivent séparément à compter de l’année 2013. En 2016, l’épouse assigne son époux en contribution aux charges du mariage. Parallèlement, l’époux engage une procédure de divorce. Un jugement rendu par le juge aux affaires familiales le condamne à verser à son épouse une somme au titre de la contribution aux charges du mariage.

Lire Plus =>

Confinement, croissance zéro, déflation : quelles conséquences économiques et sociales pour la Martinique ?

Jean-Marie Nol, économiste —

La Covid 19 resserre son étau sur la Martinique , laissant augurer des lendemains qui déchantent dans l’île aux belles fleurs !
Ce que nous vivons aujourd’hui n’est pas une décroissance mais une récession.
Reconfinement en Martinique : le couperet est tombé avec l’annonce de nouvelles mesures annoncées par le président Emmanuel Macron. Dans la foulée, le premier ministre Jean Castex a annoncé jeudi après-midi que le confinement serait à nouveau en vigueur sur tout le territoire national. Le chef du gouvernement a précisé que la Martinique était le seul territoire d’outre-mer qui subirait aussi cette mesure.
De fait, l’angoisse est palpable chez beaucoup de chefs d’entreprises Martiniquais . Des pans entiers de l’économie risquent l’effondrement. Un difficile équilibre va devoir être trouvé entre restrictions sanitaires et préservation de l’activité économique.
Mais force est de constater un ralentissement de la croissance économique en Martinique depuis plusieurs années. Selon les dernières données publiées par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), et nos propres calculs prévisionnels la Martinique va connaître en 2020 le plus fort recul de son activité depuis au moins la crise sociale de 2009 , avec une chute envisagée du produit intérieur brut (PIB) de – 15, 2% .

Lire Plus =>

Prenons garde à la fin de la croissance économique en Guadeloupe !

— Par Jean-Marie Nol, économiste —

L’économie de la Guadeloupe devrait nettement marquer le pas en 2020 . Cette détérioration des chiffres serait avant tout liée à une conjoncture défavorable. S’agit-il d’un trou d’air dans l’activité ou d’une tendance sur plusieurs années ?
Seul l’avenir nous le dira, mais pour le moment, l’incertitude gagne et détruit l’économie à petit feu . Jour après jour, la crise sanitaire du Coronavirus se transforme et devient une crise économique et sociale . Plus qu’un virus, la crise du coronavirus est une expérience de décroissance et de démondialisation accélérée. Qui pouvait penser que le coronavirus ferait basculer le pays Guadeloupe entier dans la récession et bousculerait complètement nos certitudes sur le mythe d’un progrès social infini dans le cadre de la départementalisation ?
Parmi ces certitudes, il en va désormais du questionnement de la survie même de l’Etat providence avec un modèle social français en grande difficulté financière . Il en est également de la question de la croissance.
La croissance économique peut se définir comme une augmentation durable de l’activité économique d’un pays. Pour mieux comprendre, c’est la richesse totale produite par la Guadeloupe.

Lire Plus =>

L’impossible transformation de l’agriculture martiniquaise ?

— Par Nicaise Monrose, maire de Sainte-Luce —
C’est désormais une évidence : une autre agriculture est souhaitable et attendue.
L’enjeu de cette autre agriculture n’est plus seulement la diversification de la production pour l’autosuffisance alimentaire.
Les enjeux sont aussi désormais : la modification des pratiques culturales par l’agroécologie ; la vitalité des territoires ruraux ; la résilience face au changement climatique ; l’identité et la qualité de l’offre alimentaire et malheureusement… la disparition à bas bruit de la paysannerie martiniquaise.
Étude après étude, enquête après enquête, le désir de la population en faveur d’une autre agriculture se confirme.

Face à cette évidence, les autorités publiques semblent prendre position.

En réponse, sans doute préoccupé par la contestation du « modèle agricole » qui a cours à la Martinique, l’État n’hésite plus à reprendre à son compte le mot d’ordre « d’autonomie alimentaire ». Une révolution…
Le président du Conseil exécutif de la Collectivité Territoriale de Martinique, dans son discours devant l’Assemblée de Martinique du 5 mai 2020, affirmait que « la réflexion sur un nouveau modèle de développement est incontournable »…
Dès l’année 2000, la Chambre d’agriculture de Martinique organisait un colloque caribéen sur le thème de « l’Agriculture autrement ».

Lire Plus =>

Un transport qui fonctionne  : sé sa nou lé !

Trois jours de retrait de la part des conducteurs de la Régie des Transports de Martinique,  rien n’est proposé pour palier au manquement sur 21 lignes.


Lors d’un entretien du 16 Octobre 2020 avec le président de la Régie,  Mr Lucien Adenet disait   qu’il y avait des conducteurs de réserve,  qu’il y avait plus de conducteurs que de bus !  Alors que fait la Régie ?

Les usagers jugeront sur pièces.


AUTM exige :

La confirmation de la gratuité du mois de Novembre

Des informations sur la défaillance de certaines lignes dès l’ouverture du réseau et

Un affichage dans les abris bus et sur les poteaux,

Une écoute téléphone puisque les kiosques sont fermés.

La présidente,

Manuéla AMABLE-POTIRON

Lire Plus =>

Prix Nobel d’économie 2020 : la récompense d’une science économique hors sol

— Par David Cayla —

David Cayla est économiste à l’université d’Angers et membre du collectif des Économistes atterrés. Il a publié en 2018 « L’Économie du réel » (De Boeck Supérieur). Son prochain livre « Populisme et néolibéralisme » paraîtra le 27 octobre chez le même éditeur.

Après avoir récompensé l’année dernière des économistes empiriques qui travaillent sur la pauvreté (dont la Française Esther Duflo), le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel, la plus prestigieuse distinction académique en économie, vient de remettre à Paul Milgrom et Robert Wilson, pour leurs travaux sur les enchères. L’institution de Stockholm renoue ainsi cette année avec une tradition fort prisée de la discipline, celle qui consiste à récompenser des économistes mathématiciens adeptes de modèles formalisés censés représenter le fonctionnement des marchés.

Certes, on n’est plus dans le dogmatisme néolibéral d’un Friedrich Hayek (prix Nobel 1974) ou d’un Milton Friedman (prix Nobel 1976) ni dans le mythe de l’efficience des marchés financiers (Eugene Fama, lauréat en 2013) ou la critique de l’action de l’État (James Buchanan, prix Nobel 1986 qui entendait constitutionaliser l’interdiction des déficits publics).

Lire Plus =>

Fraude bancaire : l’UFC-Que choisir dénonce les « manœuvres des banques pour ne pas rembourser »

— Par AFP  —

Alors que les fraudes sur les paiements en ligne et sans contact devraient bondir de 20% en 2021, l’UFC Que Choisir dévoile dans une enquête que les clients des établissements bancaires sont de moins en moins remboursés en cas de fraude. L’association de défense des consommateurs français s’inquiète car la situation ne cesse de s’aggraver : au total, 30% des victimes de fraudes n’ont pas été remboursées cette année, contre 26% l’année précédente.

Près d’un tiers des victimes de fraudes n’ont pas été remboursées par leur établissement bancaire sur les douze derniers mois, un chiffre en augmentation malgré une réglementation plus protectrice pour les consommateurs, a alerté jeudi l’association UFC-Que Choisir.

Meilleur cadre juridique et remboursement moindre? Un paradoxe préoccupant

Au total, 30% des victimes de fraudes n’ont pas été remboursées cette année, montre une enquête réalisée par l’association de défense des consommateurs, contre 26% l’année précédente ou contre 20% selon un chiffre du ministère de l’Intérieur diffusé à l’époque.

Cette enquête a été réalisée entre le 2 et le 9 septembre auprès de 1.535 consommateurs victimes de fraude au cours des douze derniers mois et abonnés à la newsletter de l’UFC-Que Choisir.

Lire Plus =>

La France se meurt !

— Par Jean-Marie Nol, économiste —

Halte au feu ! Il est vrai que cette fois-ci la consigne de la classe politique française était claire: “ les terroristes on va les terroriser ”. Ça m’a rappelé des souvenirs! … Pour l’heure, nous n’en sommes pas là.

L’ ivresse des mots, comme ceux prononcés par le chef de l’Etat à la Sorbonne lors de l’hommage à Samuel Paty, a longtemps placée la France hors de la réalité, et nous sommes en train de l’apprendre à nos dépends. Pour exemple, les médias écrivent régulièrement : « selon la formule prêtée à l’ancien président de la République, François Mitterand, , « on ne sort de l’ambigüité qu’à son détriment ». Elle renvoie à l ‘ambiguïté , à la dissimulation du mal par les hommes politiques à une période très récente . L’auteur en est le Cardinal de Retz, qui voulait chasser le cardinal Mazarin du pouvoir et empêcher que s’installe un despotisme d’État. Selon nous, si rien ne bouge, ce despotisme est déjà virtuellement sur une rampe de lancement en France, à horizon de la prochaine décennie, avec le terrorisme.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 22 octobre

La panique bancaire américaine de 1907 débute le 22 octobre

La Panique bancaire américaine de 1907, aussi nommée Panique des banquiers, est une crise financière qui eut lieu aux États-Unis lorsque le marché boursier s’effondra brusquement, perdant près de 50 % de la valeur maximale atteinte l’année précédente. Cette panique se produisit au milieu d’une période de récession, marquée par d’innombrables retraits de fonds des banques de détail et d’investissement. La panique de 1907 se propagea à tout le pays, de nombreuses banques et entreprises étant acculées à la faillite. Parmi les premières causes de la crise, on peut citer le retrait de liquidités des banques de New York, la perte de confiance des dépositaires et l’absence d’un fonds de garantie des dépôts.
Illustration : Theodore Roosevelt lance deux ours nommés Interstate Commerce Commission et Federal Courts sur Wall Street. Puck Magazine, 8 mai 1907
La crise éclata en octobre après une tentative ratée de corner sur les actions de la compagnie United Copper. Les banques qui avaient prêté de l’argent pour réaliser le corner furent victimes de retraits massifs, qui se propagèrent aux établissements affiliés, causant en l’espace d’une semaine la chute de la société fiduciaire Knickerbocker Trust Company, troisième établissement en importance de ce genre à New York.

Lire Plus =>

L’AUTM rencontre M. Brino de la DEAL

Toujours sur le terrain, faisons le point sur notre travail

Nous avons rencontré Mr BRINO Laurent de la Deal, fraîchement arrivé en Martinique,

chargé de mission des politiques de mobilité et observation des Transports.

 Un entretien réalisé en visio,  sur la problématique de notre transport 

Nous avons échangé sur les  points suivants :

La situation du transport en Martinique, la responsabilité des collectivités :

Martinique transports et les communautés d’ agglomération en particulier la CACEM

Notre responsabilité en tant citoyen et notre rapport avec la voiture.

Nous avons terminé sur notre association AUTM

Présentation de l’association, son rôle

Nos rapports  avec  les collectivités et la difficulté à faire entendre la voix des usagers et de leur bien vivre,

La difficulté de mettre en place plus de deux rotations par ligne
Le  manque d’infrastructures et (gares, abris bus poteaux,  horodateurs  ainsi que de l’entretien) ; Le manque d’entretien quand elles existent

De la timide communication de la Régie des Transports et de Martinique Transport
De la semaine européenne de la mobilité
Une  mise en place d’un service minimum qui tarde …

Cet entretien a permis de mettre en évidence le rôle important de AUTM et des usagers.

Lire Plus =>

Le « quoi qu’il en coûte » de Macron ou l’illusion d’un monde meilleur !

— Jean-Marie Nol, économiste —
Autonomie ou indépendance, la question du changement politique des institutions de la Martinique et de la Guadeloupe devra nécessairement être tranchée par le peuple en son temps. Mais pour l’instant , nous vivons un étrange moment, à travers la France et l’outre-mer qui doit nous interpeller avec acuité sur une autre problématique plus d’actualité … des gens meurent plus que jamais de maladies vicieuses comme la covid 19 ; d’autres, que rien ne préparait à ces tourments, voient venir le chômage, la pauvreté, la faim, même ; des secteurs économiques stratégiques entiers sont en passe de s’effondrer.
Toute l’économie mondiale est en train de basculer dans la récession, à tel point que Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances déclare : « Ce que nous vivons n’a pas d’autre comparaison que la grande dépression de 1929. » Cette grande crise financière qui a présidé et préparé la deuxième guerre mondiale et qui avait à l’époque fait basculer des millions de gens dans la très grande pauvreté et la soupe populaire.
Après des années très récentes à compter avec parcimonie les millions qu’il fallait économiser ici ou là pour boucler les fins de mois de l’Etat , voici venu le temps des milliards déversés sur l’économie pour limiter la pandémie du coronavirus et minimiser les conséquences néfastes (sur le plan économique et social ) du confinement et de l’actuel couvre feu .

Lire Plus =>

Demain, la Martinique et la Guadeloupe à l’heure de la grande stagnation économique ?

— Par Jean-Marie Nol, économiste —

La crise du coronavirus va créer une rupture et transformer en profondeur l’économie de la Martinique et de la Guadeloupe ainsi que nos modes de vie, si bien que rien ne sera plus jamais comme avant. Nous sommes à la veille d’une vraie secousse et disons-le net « Au bord du gouffre ». C’est en somme ce que pense la plupart des économistes et spécialistes concernant l’impact de la crise sanitaire actuelle liée au Covid- 19 sur l’économie de la Martinique et de la Guadeloupe . D’ailleurs, la France est déjà entrée en récession selon une étude de la Banque de France annonçant une chute du PIB à 9% à fin 2020 . Les répercussions en Martinique et Guadeloupe se font déjà ressentir. Le tourisme est à l’arrêt. L’inactivité hôtelière sera difficilement rattrapable selon les principaux acteurs de la filière et la reprise ne s’annonce pas sans difficulté. Le tourisme est totalement sinistré en Martinique et Guadeloupe et les productions agricoles sont en berne et plus que jamais sous perfusion des aides et subventions publiques .

Lire Plus =>

« Le capital au XXIè siècle », un film de Justin Pemberton, Thomas Piketty

Mercredi 14 octobre 2020 à 13h. Salle Frantz Fanon.

Nationalités Français, Néo-Zélandais
22 juin 2020 / 1h 43min / Documentaire

Synopsis :
Le capital au XXIè siècle est l’adaptation d’un des livres les plus importants de ces dernières années.
En mélangeant références à la pop culture et interventions d’experts parmi les plus influents de notre époque, le film est un voyage à travers l’histoire moderne de nos sociétés. Il met en perspective la richesse et le pouvoir d’un côté, et de l’autre le progrès social et les inégalités. Une réflexion nécessaire pour comprendre le monde d’aujourd’hui.

La presse en parle :
Culturebox – France Télévisions par Carine Azzopardi
Ce documentaire sur l’histoire des inégalités […] reste plus que jamais d’une actualité mordante en disséquant les ressorts historiques et économiques des différentes crises qui jalonnent le capitalisme. L’adaptation très efficace d’un essai paru en 2013.

Les Fiches du Cinéma par Gilles Tourman
Adaptant pour le grand écran le best-seller de Thomas Piketty, Justin Pemberton décrypte avec virtuosité, pédagogie et un sens narratif lumineux, le système capitaliste depuis le XVIIIe siècle et ses enjeux pour demain.

Lire Plus =>

Qu’est-ce que le PAM, le Programme alimentaire mondial de l’ONU qui vient de recevoir le Nobel de la paix ?

Les Nations unies ont été récompensées par le comité Nobel, ce vendredi. Le PAM, né en 1962, a permis de nourrir des dizaines de millions de personnes depuis sa création. La pandémie a encore renforcé son indispensabilité.

Le Programme alimentaire mondial (PAM ; en anglais : World Food Programme, WFP) est l’organisme d’aide alimentaire de l’ONU et de la FAO. Le PAM est la plus grande agence humanitaire qui lutte contre la faim dans le monde en distribuant une assistance alimentaire dans les situations d’urgence et en travaillant avec les communautés pour améliorer leur état nutritionnel et renforcer leur résilience. Chaque année, le PAM apporte une assistance à 80 millions de personnes dans près de 80 pays.

Son siège se situe à Rome, en Italie.

Historique

Suite à la demande du président américain Dwight Eisenhower, un programme humanitaire temporaire de 3 ans est créé par des résolutions Nations-Unies et à la FAO ayant eu lieu respectivement le 24 novembre et le 19 décembre 1961. L’idée première du programme est d’alimenter les pays en développement souffrant de la faim, par les surplus alimentaires des pays développés.

Lire Plus =>