Catégorie : Echos d’éco

Couple marié ou pacsé : qui paie les dettes fiscales ?

Vous êtes marié ou partenaire de Pacs ? Vous devez réaliser une déclaration commune et régler tous les deux les dettes fiscales, même en cas de séparation. C’est le principe de la solidarité fiscale. Quels sont les impôts concernés ? Explications avec Service-Public.fr.

Les personnes concernées par le principe de solidarité fiscale sont donc les époux, quel que soit leur régime matrimonial, et les partenaires liés par un Pacs.

En matière de solidarité fiscale, l’administration fiscale peut demander à l’un des époux ou partenaires de Pacs de payer le montant total de l’imposition, sans qu’il y ait lieu de procéder entre eux à une répartition préalable de la dette fiscale du foyer. Cette solidarité s’applique pendant l’instance de divorce, après le divorce et en cas de rupture de la vie commune, s’il reste des sommes à payer au titre de l’imposition commune.

Les impôts concernés par la solidarité fiscale sont :

  • l’impôt sur le revenu lorsque le couple est soumis à une imposition commune ;
  • la taxe d’habitation lorsque le couple vit sous le même toit, quel que soit le régime matrimonial des époux ;
  • et l’impôt sur la fortune immobilière.

→   Lire Plus

Martinique: une gestion calamiteuse des déchets

— Par Yvon Joseph-Henri, président le l’A3C —

L’Association des Consommateurs et des Citoyens de la Martinique dénonce une fois de plus l’incendie de la Trompeuse à Fort-de-France (Voir les photos sur France-Antilles) après les épisodes d’incendie au SMTVD du Robert.

Nous nous étonnons de ces décharges à ciel ouvert qui, selon les dires des autorités elles-mêmes ne devraient pas exister depuis plusieurs années.

Qu’on s’abrite derrière la panne d’une de broyeur qui aurait normalement dû éviter l’incendie. Mais pourquoi les incendies se déclenchent-ils sinon parce que les matières en décompositions, qui baignent dans de l’eau et se putréfient, produisent du méthane, gaz hautement inflammable. En même temps, cette eau putréfiée ne peut que polluer le sous-sol. Dès lors, le consommateur lambda est en droit de se demander si ce système de gestion des déchets est propre – il semble bien que non -, et s’il est sans danger – là encore il semble bien que non -. Outre les risques de développement des incendies, subsistent les fumées toxiques toujours dangereuses pour les agglomérations voisines.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 22 octobre

La panique bancaire américaine de 1907 débute le 22 octobre

La Panique bancaire américaine de 1907, aussi nommée Panique des banquiers, est une crise financière qui eut lieu aux États-Unis lorsque le marché boursier s’effondra brusquement, perdant près de 50 % de la valeur maximale atteinte l’année précédente. Cette panique se produisit au milieu d’une période de récession, marquée par d’innombrables retraits de fonds des banques de détail et d’investissement. La panique de 1907 se propagea à tout le pays, de nombreuses banques et entreprises étant acculées à la faillite. Parmi les premières causes de la crise, on peut citer le retrait de liquidités des banques de New York, la perte de confiance des dépositaires et l’absence d’un fonds de garantie des dépôts.
Illustration : Theodore Roosevelt lance deux ours nommés Interstate Commerce Commission et Federal Courts sur Wall Street. Puck Magazine, 8 mai 1907
La crise éclata en octobre après une tentative ratée de corner sur les actions de la compagnie United Copper. Les banques qui avaient prêté de l’argent pour réaliser le corner furent victimes de retraits massifs, qui se propagèrent aux établissements affiliés, causant en l’espace d’une semaine la chute de la société fiduciaire Knickerbocker Trust Company, troisième établissement en importance de ce genre à New York.

→   Lire Plus

Commerce en ligne : 63% des produits vendus sur internet sont “non-conformes”, selon une étude de la Répression des fraudes

Il s’agit de produits souvent fabriqués en Asie puis vendus par des géants du web comme Amazon, Ebay, Rue du Commerce ou la Fnac.

Après une étude menée ces trois dernières années par la Répression des fraudes, les résultats montrent que 63% des produits vendus sur internet sont considérés comme “non-conformes”, a appris franceinfo jeudi14 octobre. Dans les 450 objets étudiés, on retrouve des bijoux, des peluches ou encore des guirlandes électriques qui présentent des risques d’incendies. Il s’agit de produits vendus par des géants du web comme Amazon, Ebay, Rue du Commerce ou encore la Fnac.

Des guirlandes, peluches ou bijoux potentiellement dangereux

Près des deux tiers des produits étudiés sont donc bien loin de respecter les normes françaises. “Dans les objets non-conformes, ça peut être des risques de différentes natures comme des chocs électriques pour les batteries, ou alors des produits chimiques“, explique Romain Roussel, porte-parole de la direction générale de la Répression des fraudes. “Mais aussi des peluches qui sont dangereuses pour les enfants parce que des pièces se détachent facilement et il y a un risque qu’elles soient avalées par les enfants”, poursuit Romain Roussel.

→   Lire Plus

Penser la Guadeloupe de 2030 , un débat salutaire !   

— Par Jean-Marie Nol —

Au delà des questions sanitaires, l’épidémie de Covid-19 et le confinement ont provoqué un élan de remises en question du modèle économique qui régit nos sociétés. Mondialisation, sur-consommation, souveraineté sanitaire et alimentaire, révolution technologique,  renouveau du thème de l’identité nationale, retour de l’autoritarisme … Autant de sujets que la crise a replacé sur le devant de la scène. L’année 2021 aura été marquée par un triple choc sanitaire, économique et financier pour les collectivités et entreprises (perte durable de recettes et de chiffre d’affaires). Le CEROM vient de publier une nouvelle étude sur les comptes économiques de la Guadeloupe et c’est un euphémisme de dire que la situation économique n’est pas réjouissante. La reprise d’activité de l’économie guadeloupéenne observée depuis 2014 suite à la chute brutale de la croissance en 2009 (– 4,8 %) a donc été stoppée. La croissance économique de la Guadeloupe recule ainsi à – 4,9 % en volume, après le ralentissement amorcé l’année précédente ( + 0,5 % en 2019 après + 1,3 %). Elle reste néanmoins supérieure à la dynamique nationale (– 7,9 %).

→   Lire Plus

Lettre ouverte de la Société Anonyme de la Raffinerie des Antilles suite aux blocages des zones

— Par Jean-François Rochefort, directeur général adjoint de la (SARA) —

Les transporteurs de marchandises, par la voix de leur porte-parole, déclinent leurs griefs quant au prix du gaz domestique, avec des propos erronés. Serions-nous dans une dissonance d’information ? Oui, l’information est complexe ; c’est la raison pour laquelle SARA s’engage depuis plusieurs années auprès des populations, médias, syndicats et politiques, pour partager en toute transparence la composition des prix des carburants à la sortie de SARA.

Malgré ces engagements, des erreurs d’interprétations subsistent, c’est pourquoi SARA poursuit ses efforts pédagogiques en ce sens.

Pour aller plus loin, nous avons décliné depuis plusieurs mois la décomposition des prix au travers d’infographies mensuelles. SARA déplore le blocage du rond-point de Californie et ses conséquences qui impactent à la fois la population martiniquaise et les activités des zones commerciales et industrielles.

Suites aux propos tenus, plusieurs contre-vérités ou inexactitudes doivent être rectifiées : — Chacun sait que les prix sont administrés selon une formule, certes complexe, mais transparente. Ce sont les politiques qui ont conçu et structuré la formule de calcul des prix, et ce mécanisme protège le consommateur.

→   Lire Plus

L’ex ministre Victorin Lurel prêt à abattre sa dernière carte pour rester dans le jeu politique !

— Par Jean-Marie Nol, économiste —

L’injonction au changement de la carte politique en France et en Guadeloupe nous renvoie tous à un sentiment diffus de l’accélération du temps. Et c’est notamment le cas pour Victorin Lurel qui s’apprête, selon notre toute récente analyse politique , à abattre sa dernière carte.
L’expression abattre sa dernière carte date du XIXe siècle et fait directement référence au jeu de cartes. A l’époque, le fait d’abattre ses cartes signifiait que l’on se dévoile totalement, que l’on ne cache rien aux autres joueurs, que l’on joue en toute franchise. Une règle importante, car le jeu amenait à affronter tant des amis que des ennemis.

Bouger, saisir les opportunités, étouffer les opposants. Fort de ses préceptes d’animal politique en reconquête du terrain électoral perdu par le PS , Victorin Lurel, qui depuis ses récents démêlés avec Josette Borel Lincertin a certainement eu le temps de méditer la leçon de Molière dans la pièce de théâtre don Juan selon laquelle ” l’hypocrisie est un vice à la mode et tous les vices à la mode passent pour vertus”.

→   Lire Plus

Covid-19 : la croissance mondiale sera plus faible qu’attendu et le fossé se creuse entre pays riches et pauvres, estime le FMI

La directrice générale du Fonds monétaire international s’inquiète du fossé grandissant entre les pays riches qui profitent globalement de la reprise et les pays pauvres affectés par le manque de vaccins et les poussées inflationnistes

Une croissance économique mondiale “légèrement” plus faible qu’attendu. Telles sont les prévisions pour cette année 2021, a prévenu mardi 5 octobre la directrice générale du FMI. “Nous sommes incapables d’avancer correctement, c’est comme si nous marchions avec des pierres dans nos chaussures !” a expliqué Kristalina Georgieva, qui s’inquiète du fossé grandissant entre les pays riches, qui profitent globalement de la reprise, et les pays pauvres, affectés par le manque de vaccins et les poussées inflationnistes. En juillet, le FMI (Fonds monétaire international) avait révisé à la hausse sa prévision de croissance mondiale à 6% cette année. Mais c’était avant que le variant Delta ne fasse de nouveaux ravages dans le monde.

“Nous sommes confrontés à une reprise mondiale qui reste entravée par la pandémie et son impact”, résume Kristalina Georgieva dans un discours qu’elle doit prononcer à l’université de Bocconi, à Milan (Italie), avant les réunions d’automne du FMI et de la Banque mondiale. 

→   Lire Plus

A Montserrat dans les Caraïbes, on refuse les touristes mais on accepte les télétravailleurs aux revenus confortables

Montserrat est un petit territoire britannique située en mer des Caraïbes. Cette île de 102 km2 est peuplée de moins de 5000 habitants mais accueille chaque année entre 18.000 et 20.000 visiteurs.

Mais alors que l’épidémie de Covid-19 a commencé à se propager à l’ensemble de la planète dès le printemps 2020, les autorités de l’île ont décidé de prendre des mesures drastiques pour protéger sa population. Les frontières de Montserrat sont restées longtemps totalement fermées aux voyageurs étrangers avant de rouvrir progressivement en avril 2021, mais seulement sous certaines conditions.

Un programme spécialement pensé pour les télétravailleurs

Quarantaine obligatoire, revenus très confortables exigés (70.000 dollars mensuels), tests à l’entrée mais aussi nécessité de rester minimum deux mois sur le territoire, Montserrat n’a rien laissé au hasard.

Ainsi, seules sept familles d’étrangers ont pu profiter de la douceur de l’île depuis le lancement de ce programme.

L’ouverture des frontières aux touristes prévue pour le 1er octobre

Ce contrôle drastique a permis à l’île d’être relativement épargnée par le Covid-19 avec seulement 33 personnes testées positives au 15 septembre dernier, sur les 18 mois écoulés.

→   Lire Plus

Pourquoi la querelle entre Mme Josette Borel Lncertin et le parti socialiste est une tempête dans un verre d’eau ?

— Par Jean-Marie Nol —

Tout d’abord pour bien comprendre ce qui se cache en toile de fond dans le règlement de comptes actuellement en cours au parti socialiste, il faut nécessairement récapituler les faits. Les bisbilles entre Josette Borel Lincertin ancienne présidente du conseil départemental et ancienne tête de liste Payi Gwadloup aux dernières élections régionales, et le parti socialiste se sont déroulés pour une sombre histoire d’argent à savoir le paiement des dettes de la campagne électorale des régionales . Les promesses soit disant non tenues d’un Victorin Lurel , les fourberies selon Mme Borel d’un premier secrétaire de la fédération hilaire Brudey et l’irrévérencieuse attitude de la fédération du PS au sortir de la cuisante défaite électorale, il n’en fallait pas plus pour que Josette Borel-Lincertin sorte de ses gonds et tire en rafale rapprochée sur tous ses anciens camarades désormais ennemis révélés. Il faut savoir qu’il s’agissait de faire tout bonnement de faire exploser le parti socialiste sous un feu roulant de bombes à fragmentation. Pour ce faire une longue explication au vitriol par courrier sera mise sur la place publique et qu’elle ponctuera par l’annonce surprise de sa démission du parti socialiste.

→   Lire Plus

Le Venezuela réforme à nouveau sa monnaie avec six zéros en moins

Caracas – Les Vénézuéliens se sont réveillés vendredi avec six zéros en moins sur leur monnaie, le bolivar, ce qui rendra plus facile les transactions quotidiennes, mais ne devrait pas bouleverser la vie du pays en proie à l’inflation la plus élevée au monde.

C’est la troisième conversion en treize ans. Depuis 2008, quatorze zéros ont été supprimés.  

J’ai été faire mes courses sans problèmes ce matin. Les nouveaux prix étaient affichés au-dessus des anciens. Et, il y avait toujours le prix en dollars. Le prix (réel en dollars) n’a pas changé“, raconte Josefina Galindo, 52 ans, femme de ménage qui a fait quelques achats dans le quartier huppé de Chacao, à Caracas, en se rendant au travail. 

J’ai payé en carte. Il y avait des plateformes (de paiement par carte) qui ne fonctionnaient pas, mais la mienne a marché“, précise-t-elle.  

Auparavant, elle avait pris le bus de son quartier populaire de Coche vers Chacao et payé… avec les anciens prix et les anciens bolivars.  

– Nouvelles coupures – 

Une nouvelle pièce de 1 bolivar et surtout de nouveaux billets de 5, 10, 20, 50 et 100 devraient commencer à circuler.

→   Lire Plus

Syndics : une fiche d’information obligatoire sur les prix et les prestations

À partir du 1er janvier 2022, les syndics professionnels devront remettre aux copropriétaires une fiche d’information standardisée sur le prix et les prestations qu’ils proposent. C’est ce que précise un arrêté paru au Journal officiel le 9 septembre 2021. Quelles informations les propriétaires trouveront-ils sur la fiche qui doit accompagner le projet de contrat de syndic ? Le détail avec Service-Public.fr.

Les informations qui doivent figurer sur la fiche du syndic sont :

  • les principaux éléments sur l’identification du contrat du syndic (par exemple, le numéro de matricule du syndic, le titulaire de la carte professionnelle…) ;
  • les éléments sur la copropriété concernée (le numéro d’immatriculation, le nombre de lots de la copropriété…) ;
  • la durée du contrat ;
  • la quotité des heures ouvrables et les horaires de disponibilité ;
  • le contenu du forfait (prestations obligatoires relatives aux assemblées, prestations optionnelles comme les assemblées supplémentaires et les réunions avec le conseil syndical) ;
  • les prestations particulières non comprises dans le forfait, en précisant si elles sont rémunérées au temps passé ou tarif forfaitaire total proposé : prestations relatives aux réunions et visites supplémentaires, aux travaux et aux études techniques, aux litiges et contentieux (hors frais de recouvrement), et les prestations de gestion administrative et matérielle relatives aux sinistres ;
  • la tarification pratiquée pour les principales prestations applicables au seul copropriétaire concerné (frais de recouvrement, frais et honoraires relatifs aux mutations que sont l’état daté ou l’opposition, frais relatifs à la tenue d’une assemblée à la demande d’un ou plusieurs copropriétaires pour des questions concernant leurs droits et obligations).

→   Lire Plus

Une retraite décente pour vivre!

— Le Collectif des Syndicats de Retraités et Association des Personnes Agées de la Martinique —

Exprime toute sa solidarité aux mobilisations et action « Bien Vivre sa Retraite » engagées le 01 octobre 2021 par les 9 Organisations Syndicales Nationales

Septembre, octobre, novembre, seront des mois clés pour les retraités.

En effet, c’est à cette période que seront votés les budgets de la Sécurité sociale et de la loi des finances singulièrement pour la retraite et la dépendance.

Nous rappelons que la retraite de base a augmenté de 0,4 % et 1% pour la complémentaire alors que les prix ne cessent d’augmenter d’où une perte du pouvoir d’achat des retraités en Martinique.

Une étude du CESE (Conseil Economique Social et Environnemental) d’octobre 2020 précise, que la moitié des plus de 65 ans ayant de faibles revenus en Outre-mer, consacre 28 % de leur consommation totale à l’alimentation qui est de loin, le premier poste de dépenses des aînés défavorisés. En outre, L’INSEE a estimé que la téléphonie mobile était plus chère de 60 % environ aux Antilles-Guyane, et assombrit un peu plus le décor, en indiquant, que la Martinique paie l’eau la plus chère de France.

→   Lire Plus

La reprise économique de la Caraïbe passe par la vaccination de la population et la diversification des produits

— Par Caroline Popovic —

Dans la caraïbe, le faible taux de vaccination contre la COVID-19 freine la reprise économique de la région. Selon les experts caribéens, le secteur touristique, pilier des économies de la majorité des pays de la région, ne peut pas rebondir si les habitants refusent d’être inoculés.

Le taux de vaccination dans la caraïbe est parmi les plus bas au monde. En Haïti, il est de 0,3%, à Sainte Lucie 16%. A contrario, Les Iles Caïmans (75,23%) et St. Kitts et Nevis (46%) sont les bons élèves de la région.

Les économistes de la caraïbe estiment qu’un taux de vaccination élevé est directement lié à la bonne santé financière des états de la région.

La pandémie a placé Sainte-Lucie, Barbade, les Bahamas, la Grenade dans une situation de grande vulnérabilité. Ces pays vivent du tourisme et la COVID19 a anéanti le secteur. Le refus des habitants à se faire vacciner retardera la reprise économique. Les chiffres élevés d’infection, les confinements à répétition et la perte de productivité sont les conséquences des faibles taux de la vaccination.

Les économies des pays qui ont un taux de vaccination élevé auront une meilleure chance d’affronter la reprise.

→   Lire Plus

Les bons gestes à adopter pour consommer plus raisonnable

Quels réflexes adopter pour vos achats ? Quels logos privilégier ? Quels appareils et produits privilégier ? Au moment de l’achat, de l’utilisation et du recyclage des produits, vous pouvez agir au quotidien pour préserver l’environnement. Découvrez toutes les astuces pour consommer utile et raisonnable avec les « conseils aux consommateurs » du ministère de l’Économie.

La fiche du ministère de l’Économie, Les gestes simples pour consommer plus responsable détaille :

  • Les gestes écologiques au moment de l’achat des produits avec les produits à privilégier : les produits durables et réparables ; les appareils à faible consommation d’énergie ou d’eau ; les produits à base de matières renouvelables, recyclées ou recyclables ; les fruits et légumes de saison, de préférence produits localement ; les produits portant des labels environnementaux et les transports à utiliser pour faire vos courses (minimiser les trajets en groupant ses achats, transports en commun, vélo).
  • Les gestes écologiques au moment de l’utilisation des produits : bien organiser son réfrigérateur pour éviter le gaspillage des aliments ; prolonger la durée de vie des produits en les entretenant et en les faisant réparer.

→   Lire Plus

Pourquoi y a-t-il urgence à penser dès maintenant l’avenir de la Guadeloupe?

—Par Jean-arie nol, économiste —

L’année 2021 aura été marquée par un triple choc sanitaire, économique et financier pour les collectivités et entreprises (perte durable de recettes et de chiffre d’affaires). Elle se traduit par des changements de tendance économique qu’il faut savoir décrypter et intégrer rapidement. Pour cela il n’a jamais été aussi urgent de mobiliser les experts économistes pour mieux comprendre les grands enjeux sociétaux du 21ème siècle, notamment ceux de la révolution technologique et du développement des compétences collectives pour augmenter la maîtrise de chacun et appréhender les changements à venir. Ces enjeux d’aujourd’hui doivent être revisités par la prospective. La prospective doit permettre de se poser les bonnes questions sur l’avenir du territoire de la Guadeloupe en se fixant symboliquement un horizon temporel de réflexion. Il est conseillé de travailler sur une échelle de temps d’au moins 10 à 20 ans (une génération), ce qui permettra de s’affranchir des carcans du quotidien et en particulier des échéances électorales.
Mieux accompagner les entrepreneurs, anticiper les mutations de l’économie et préparer aux ruptures à venir… Telle doit être l’ambition de nos responsables politiques avec pour projet celui d’anticiper les défis à relever afin de construire la Guadeloupe de demain.

→   Lire Plus

Cadres: les inégalités salariales femmes/hommes s’aggravent

L’écart de rémunération au détriment des femmes s’est creusé jusqu’à 15% l’an dernier, après 13% en 2019. Les femmes cadres ont gagné 46.000 euros en 2020, quand leurs collègues masculins récoltaient 53.000 euros.

La rémunération des cadres du secteur privé est «restée stable» globalement en 2020, mais la crise sanitaire a «accentué les inégalités salariales» entre les femmes et les hommes, tandis que la rémunération des jeunes a baissé, selon une étude de l’Apec publiée mercredi 22 septembre.

L’an dernier, «malgré les difficultés économiques des entreprises», le chômage partiel et «l’arrêt de certaines activités lors des différents confinements», la rémunération annuelle brute médiane (la moitié gagne plus, l’autre moitié gagne moins) des cadres du privé, incluant la part fixe et la part variable, a atteint 50.000 euros, comme en 2019 et 2018, a indiqué l’Association pour l’emploi des cadres (Apec).

Si les augmentations de salaire «se sont faites plus rares» en 2020 avec la crise (38% des cadres augmentés, contre 48% en 2019), la moitié des cadres (52%) ont touché la part variable de leur rémunération, soit une proportion «comparable aux années précédentes», note l’Apec.

→   Lire Plus

La Chine infectée par le capitalisme financier

— Par Michel Santi (*) —

CHRONIQUE. Le poids de l’immobilier est, aujourd’hui, considérable dans l’économie chinoise. Par Michel Santi, économiste (*).

Tandis que ce secteur constituait 5% de son PIB en 1995, il est devenu l’un des moteurs principaux de la croissance du pays, car il pèse désormais 30% de l’activité économique chinoise. Sensiblement aux mêmes niveaux que le poids du marché immobilier en Espagne et en Irlande préalablement à l’implosion de la bulle.

Dans un environnement où les taux d’intérêt du pays furent exceptionnellement comprimés à la baisse durant une longue période et où les liquidités furent abondantes, l’investissement en direction de l’immobilier prit très rapidement une tournure essentiellement spéculative en Chine, sans aucun rapport avec une demande liée à des besoins en logements ou en bureaux. C’est simple : les prix dans les grandes villes y ont été multipliés par près de 7 en 20 ans quand, en comparaison, l’immobilier américain n’avait (en moyenne nationale) même pas doublé entre 2000 et 2007 avant les subprimes.

Tension sur les financements immobiliers

Pour illustrer cette fièvre, l’exemple d’Evergrande est éloquent, car l’action de ce qui fut le plus important promoteur immobilier chinois fut souscrite près de 50 fois lorsqu’il s’est agi de le faire coter en bourse en 2009.

→   Lire Plus

L’intolérable appauvrissement intellectuel et culturel de la Guadeloupe et dans une moindre mesure de la Martinique !

— Par Jean-Marie Nol, économiste —
La crise économique multiforme que nous vivons avec la covid s’impose avec la force d’une évidence, mais qu’est-il fait pour prévenir, éviter ou même contenir la « crise aiguë intellectuelle et culturelle » qui se profile depuis déjà un long moment en Guadeloupe et présentement en Martinique ?
Cette crise du Covid interroge les rouages de notre humanité à l’aune de questionnements tant éthiques que métaphysiques. Avec, en toile de fond, la question de la mort ravivée par la pandémie et ses dégâts collatéraux au CHU . Mais aussi celle de la survie de notre économie , entendu comme propension très historique à la destruction créatrice de l’économiste Shumpeter . Pour autant, le débat est biaisé tant en Guadeloupe qu’en Martinique par l’outrance et la vacuité des propos tenus sur les réseaux sociaux. Si on ne fait rien, le biais dans la tendance est plutôt vers le bas, car le débat intellectuel et idéologique aux Antilles est comme un théâtre d’ombres. En Guadeloupe : Plus de structures culturelles opérandes à ce jour , plus d’autorités universitaires vers qui se tourner, plus de dirigeants politiques manieurs d’idées, lanceurs de thèmes.

→   Lire Plus

La lente plongée de la Martinique dans les pièges de l’outrance et de la radicalisation !

— Par Jean-Marie Nol, économiste —

Depuis quelques mois, la Martinique s’embrase en marge du mouvement des activistes nationalistes rouge-vert-noir dans une dérive antivax . Émeutes, pillages, incendies criminels d’un vaccinodrome et très récemment d’un centre de la poste avec la destruction de 25 véhicules , menaces envers les médecins, et pour couronner le tout, injures et insultes à l’aéroport envers les soignants de la réserve sanitaire venus de la France hexagonale pour aider à désengorger le CHUM : déjà quelques années que l’île est le théâtre d’une flambée de violences diverses. Pourquoi une telle inflation de violence ? Est il besoin de souligner à l’attention de certains esprits critiques que la Martinique est actuellement le seul territoire français d’outre-mer à connaître ce type de désagréments. Certains font valoir que la résurgence du débat sur la vaccination vise peut-être à faire oublier les effets sociaux de la crise économique engendrée par la COVID-19. L’explication demeure insuffisante. Cette disjonction entre « l’obligation vaccinale » et les questions sociales et économiques est cruciale pour comprendre le débat actuel en Martinique. Faut-il pour autant relativiser ces événements sous prétexte que ces faits sont commis par une poignée d’individus , que l’immense majorité de la population désapprouve, même si bien sûr elle demeure passive ?.

→   Lire Plus

Agression d’un conducteur de bus

Ce mercredi 15 septembre 2021, un conducteur d’une ligne de la Cacem a été victime d’une agression. AUTM condamne avec la plus grande fermeté cette violence et apporte son soutien au conducteur de bus.
L’association des usagers du transport réclame, depuis de longues années, des  caméras dans les bus. Cela permettrait de réduire les actes de malveillance et de sanctionner les contrevenants. AUTM réclame également la présente des contrôleurs absents depuis le début de la crise sanitaire. Devons-nous attendre l’inévitable ?
Devons-nous pénaliser doublement les usagers, en mettant à l’arrêt 9 lignes affectées par cet acte d’incivilité. Sachant que les usagers subissent quotidiennement les manquements dûs aux trop longues attentes entre deux fréquences de ligne, bien que nous soyons rentrés dans un mois de reprise scolaire et professionnelle.
Quand aurons-nous un transport de meilleure qualité ?
Quand aurons-nous, enfin, la mise en place d’un service minimum ?

AUTM rappelle la mission de MARTINIQUE TRANSPORT : permettre à la population de se déplacer dans les meilleures conditions.

La présidente
Manuéla AMABLE-POTIRON

→   Lire Plus

L’éphéméride du 14 septembre

Première parution par Karl Marx du “Capital. Critique de l’économie politique” le 14 septembre 1867

Le Capital. Critique de l’économie politique (du titre original allemand Das Kapital. Kritik der politischen Ökonomie) est l’ouvrage majeur du philosophe et théoricien de l’économie politique allemand Karl Marx.

Marx a consacré plus de 20 ans de sa vie à l’écriture de cette œuvre, mais n’en a achevé qu’une partie : le premier livre, publié le 14 septembre 1867 et dédicacé à Wilhelm Wolff, consacré au développement de la production capitaliste. Des brouillons de Marx ont été utilisés par Friedrich Engels pour publier les livres 2 et 3, en 1885 et 1894. Les ébauches de Marx consacrées à l’histoire des doctrines économiques ont été publiées par le socialiste allemand Karl Kautsky sous le titre Les Théories de la plus-value (4 vol., 1905-1910).

C’est en observant l’industrie britannique contemporaine et ses conditions de travail ainsi qu’en s’appuyant sur les précédents théoriciens de l’économie politique (tels que David Ricardo ou Adam Smith) et en les critiquant que Marx entend démontrer la nature réelle du capitalisme, et mettre l’accent sur les contradictions internes de ce système.

→   Lire Plus

Nos médecins libéraux sont-ils incultes & infantiles?

Une tribune, diffusée par France Antilles, donne à s’interroger sur le degré de responsabilités de ces médecins libéraux, anonymes par peur de sanctions, qui s’autorisent de sanctionner l’ordre qui leur indique comment soulager la fin de vie d’un patient à l’agonie.
Outre le fait que même en Russie, les opposants ouvrent leur bouche quitte à se retrouver au goulag, nos médecins libéraux se voilent la face pour donner des leçons. Et bien non ! Dans la vie, on affronte ses responsabilités. Et s’opposer à l’ordre des médecins fait partie des actes qu’un médecin qui véritablement porte un sujet essentiel, doit assumer avec son identité. Un médecin peureux ? Mais alors, peut-il affronter la mort ? On s’étonne. Peut-il affronter l’idée qu’il puisse aider son patient à faire face dignement sans souffrance excessive à la mort ? Et puis, après tout, combien de temps le médecin libéral passe-t-il auprès de son patient ? Toute cette comédie est sidérante.
Récemment, un médecin du Robert, celui qui avait invité le préfet à déjeuner à sa table pour humer le fumet des sargasses, s’est exprimé à visage découvert pour dire et sa lassitude de voir mourir des patients, et son refus d’avoir à choisir, entre ceux-ci, celui qu’on tentera de sauver au détriment de tel autre, condamné à mourir…
Cette démarche-ci est honnête, humaine et humaniste.

→   Lire Plus

Les idéologies malsaine de apprentis sorciers incultes

Samedi 4 septembre, l’Association des Consommateurs et des Citoyens de la Martinique a une affiche abondamment illustrée de sigles SS et traitant de SS un nombre important de pharmaciens qui pratiquaient la vaccination contre le Covid-19. Pour inciter une certaine fange de la population au lynchage, les adresses de ces pharmacies étaient fournies. En fait on leur distribuait la sinistre étoile jaune !
Le sigle SS désigne les Schutzstaffel, les « escadrons de protection » sous le régime nazi (nazi = national-socialiste. Sic !). Loin de protéger la population, les SS étaient les plus virulents et les plus dangereux qui se chargeaient au nom d’une idéologie proprement raciste de régénérescence de la race Aryenne, d’éliminer les juifs en particulier à l’aide des fours crématoires.
On veut donc brûler nos pharmaciens !
Et forcément, on est soi-même nazi, prêt à saigner les autres en incitant les autres à le faire pour soi ! Les récentes élections régionales où activistes et fascistes étaient représentés1 qui ont vu leur effondrement ; certains ont cherché un nouveau slogan dans la vaccination. Pourtant, peu à peu les coqs ont chanté poules.

→   Lire Plus

La politique de relance de la région est-elle à fonds perdus et contre-productive pour la croissance ?

— par Jean-Marie Nol économiste et ancien directeur de banque —

Nous connaissons depuis début 2020 une situation inédite, liée à la pandémie mondiale, qui bouleverse nos repères. Cette crise est avant tout un défi humain et surtout économique pour la Guadeloupe . Ainsi avec la révolution numérique, l’e-commerce, la robotisation, et le télétravail, l’on va bientôt assister à une transformation de l’économie guadeloupéenne à marche forcée. Dans les années qui viennent, il sera question de transformer le modèle économique en Guadeloupe pour le mettre au diapason du changement de paradigme dans le monde actuel. Un monde où la transition écologique est l’affaire de l’État, des collectivités locales, mais aussi des entreprises, des agriculteurs, des citoyens ; un monde où le numérique a réduit les distances et pose de nombreuses questions dans la sphère du travail ; un monde où les bouleversements de la robotisation, de l’e commerce et du télé-travail auront des incidences directes sur notre croissance .
C’est dans ce contexte que nous estimons que le plan de relance de la région en Guadeloupe manque d’ambition réformatrice et est trop trop beau pour être vrai.

→   Lire Plus