Catégorie : Cinéma

Sur les écrans de juillet : « L’enfant qui mesurait le monde »

– par Janine Bailly –

Quand les vies basculent

En dépit de leur présence en divers festivals, il est de “petits” films dont les médias ne se font guère écho, et qui pourtant par leur sujet, le traitement qui en est fait, la beauté et la singularité de leurs images, l’investissement de leurs acteurs aussi, mériteraient plus grande audience.

Adapté du roman éponyme de Martin Arditi paru en 2016, sélectionné au Festival dans la section « Cannes Écrans Junior 2024 », L’enfant qui mesurait le monde, du réalisateur Takis Candilis, est de ceux-là. Et si vous lassent les ordinaires activités estivales, échangez la plage pour une salle obscure, immergez-vous dans la chaude et généreuse lumière qui irradie de l’écran. Lumière des lieux, le film prenant pour décor les rivages d’une île grecque, au large d’Athènes. Évitant les clichés de cartes postales, Takis Candilis filme une île sans touristes visibles, se positionne au plus près des habitants du bourg de Kalamaki, s’attache aux gestes de la vie quotidienne, bateaux que l’on calfate, poissons que l’on vend à la criée, stations attardées et discussions au soleil à la terrasse des cafés, cérémonies de Pâques, réunions à la mairie si nécessaire… Rivages magnifiés par la transparence d’une eau claire, rues étroites et ruelles, où quand passe Yannis chacun lui adresse un amical salut, auquel il ne répondra pas, car le héros du film n’est autre que ce jeune enfant autiste – il dira lui-même être Asperger (un syndrome qui se caractérise par des difficultés dans les interactions sociales).

→   Lire Plus

« Le Comte de Monte-Cristo », un film de Matthieu Delaporte & Alexandre De La Patellière

À Madiana
Genre :Aventure, Historique 2h 58min
Avec : Pierre Niney, Bastien Bouillon, Anaïs Demoustier
Synopsis :
Victime d’un complot, le jeune Edmond Dantès est arrêté le jour de son mariage pour un crime qu’il n’a pas commis. Après quatorze ans de détention au château d’If, il parvient à s’évader. Devenu immensément riche, il revient sous l’identité du comte de Monte-Cristo pour se venger des trois hommes qui l’ont trahi.

La presse en parle :
La Voix du Nord par Christophe Caron
Absolue réussite que cette nouvelle adaptation du roman d’Alexandre Dumas, par ceux qui ont écrit Les Trois Mousquetaires (2023). Récit de vengeance universel et populaire auquel les comédiens, Pierre Niney en tête, donnent une vraie ampleur dramaturgique.

Le Parisien par Catherine Balle
Le film dure presque trois heures, mais au fil de cette intrigue foisonnante, la tension ne redescend jamais. Autour d’un Pierre Niney exceptionnel en acteur caméléon, Bastien Bouillon, Anaïs Demoustier, Laurent Lafitte ou Patrick Mille sont formidables et Anamaria Vartolomei totalement magnétique.

Paris Match par Christophe Carrière
Autant de libertés qui insufflent une modernité inédite au récit, enrichie par des comédiens plus charismatiques les uns que les autres.

→   Lire Plus

Sur les écrans, MARIA, de Jessica Palud

Au cinéma, l’ère des biopics et des réalités fictionnées

— Par Janine Bailly —

Il semblerait que, par les temps qui courent, un certain nombre de réalisateurs un tantinet en manque d’inspiration puisent, à d’autres sources qu’imaginaires et personnelles, le sujet de leurs films. Si le phénomène a toujours existé, il me paraît prendre de l’ampleur, qu’il s’agisse d’adapter un roman à succès – devenu classique ou se tenant en vogue –, de traiter d’événements qui marquent l’époque et défraient la chronique, de faire vivre enfin dans ce que l’on nommera “biopic” un personnage, mort ou vif, présentant plus ou moins d’intérêt pour le spectateur que nous sommes. Dans un autre domaine, on connaît depuis longtemps l’habileté des cinéastes américains à mettre en scène les malversations diverses, les affaires et scandales politiques, sociaux, voire écologiques, sous forme d’enquêtes plus particulièrement. On sait aussi que la grande Histoire, passée ou actuelle, est sous tous les cieux un réservoir où trouver des scénarios, plus ou moins fidèles, plus ou moins fictionnés, susceptibles de toucher un large public. Un genre nouveau, hybride, le docu-fiction – d’abord télévisuel, reconstitution de faits réels mêlant images de synthèse, scènes jouées pas des acteurs, archives et documents authentiques –  est adopté aussi par par un nombre croissant de cinéastes.

→   Lire Plus

« Débrouya », un film de Thaizen Ringuet, Hector Pindard

À Madiana  dès le 5 juillet à 19h

Avec Adams M’Backé, Emmanuella Laloi, Philippine Château
Durée : 1h 32min – Thriller D
Synopsis : Tyler, jeune guyanais, vivant dans la précarité aux côtés de ses deux sœurs et de sa mère, assiste à une arrestation dans son quartier. Il hérite d’un sac au contenu suspect juste avant que sa mère lui annonce que son état de santé se dégrade et que seule une opération onéreuse pourrait la sauver du pire. Impuissant face à l’adversité qui ne cesse de s’acharner contre lui, Tyler se résout à commettre l’irréparable. Parviendra-t-il alors à faire le “Débrouya” pour aider sa mère ?
Tawara production : Tawara production, c’est six ans d’existence, deux longs métrages, sept courts-métrages et une trentaine de vidéos. Dans le futur, la structure souhaiterait créer un studio de cinéma qui permettrait de produire des sitcoms de manière régulière. Une manière de valoriser la manière d’être des Guyanais.

Une ode à la Guyane

L’histoire de « Débrouya » reflète une réalité guyanaise où la fiction et la réalité se rencontrent, rendant le cinéma plus tangible.

→   Lire Plus

Sur les écrans : Rendez-vous avec Pol Pot, de Rithy Panh

Parce que le cinéma est aussi fait pour dénoncer et témoigner, fût-il autre que simple documentaire

–– Par Janine Bailly ––

Rithy Panh, de nationalité franco-cambodgienne, né à Phnom Penh au Cambodge en 1964, est réalisateur, producteur de cinéma, scénariste, monteur, acteur et écrivain. Échappé aux terribles camps de la mort des Khmers Rouges, alors qu’il n’a que quinze ans, il passe par la Thaïlande, arrive en France en 1980, où il étudiera à l’IDEC (après s’être essayé à la menuiserie). Parce que, pendant quatre ans, de 1975 à 1979, il a vécu sous le régime sanguinaire où toute la population était envoyée dans des camps de travail, qu’il a été, encore adolescent, témoin des pires atrocités, il rejette d’abord tout ce qui pourrait lui rappeler le cauchemar qu’il a connu, jusqu’à la langue khmère.

Par chance, et pour notre instruction et édification, Rithy Panh décide bientôt de se consacrer à un lourd et vital travail de mémoire, par l’intercession du cinéma. Artiste engagé, dès 1989 il signe son premier documentaire, Site 2, centré sur les camps de réfugiés cambodgiens au Vietnam.

→   Lire Plus

Revisiter le mythe du vampire au cinéma

Pour qui aime le genre fantastique : Un Festival au cœur de la forêt vosgienne

–– Par Janine Bailly ––

Cette année, la 31e édition du festival international du film fantastique de Gérardmer s’est déroulée, au cœur de l’hiver, du 24 au 28 janvier 2024. L’écrivain Bernard Werber, spécialiste entre autres choses de science-fiction, y présidait le jury des longs-métrages, et Bernard Minier celui des courts. Bien que n’étant pas “fan” de ce genre cinématographique, l’envie d’en parler ici est sans doute liée au fait que ce festival est original, qu’il a choisi pour cadre un des lieux les plus pittoresques et les plus recherchés de mes Vosges natales, cette petite ville touristique amarrée aux rives d’un mystérieux lac de montagne. Et du fond des eaux sombres, lorsque neige givre et gel enclosent la cité dans sa bulle hivernale, on imagine fort bien sortir des abysses quelque étrange et dangereuse créature, née de l’imagination féconde d’une ou d’un spécialiste du genre.

Or, si « le genre au cinéma c’est une boîte à outils narrative et formelle dans laquelle tu vas piocher », ainsi que le dit Jacques Audiard, il nous est loisible de nous interroger sur le film En attendant la nuit, de Céline Rouzet, qui cette année partage, avec Amelia’s Children de Gabriel Abrantes, le Prix du jury.

→   Lire Plus

« Paradis Paris », un film de Marjane Satrapi, à Madiana

Lundi 24, mardi 25 , jeudi 26 : 14h | 16h30 | 21h30
Mercredi 26 : 21h30

Avec Rossy de Palma, André Dussollier, Eduardo Noriega
12 juin 2024 en salle | 1h 49min | Comédie, Drame
Synopsis :
Tout public avec avertissement
Ex-star de l’opéra, Giovanna fulmine : alors qu’elle a été déclarée morte par erreur, les hommages de la presse tardent à venir. Mike, cascadeur anglais, peut-il décemment trembler devant la mort alors qu’il la défie tous les jours ? Fumer tue, mais Dolorès s’en fout : le jour des 15 ans de sa petite-fille, elle passe unilatéralement un pacte avec Dieu. Alors qu’elle essaie de se suicider, Marie-Cerise, ado harcelée, humiliée et déprimée, est kidnappée et va tout naturellement faire de son ravisseur son psy. Edouard, bien qu’il présente depuis des années une célèbre émission criminelle à la télé, accuse le coup quand sa mortalité se rappelle à lui.
Dans les rues vivantes et cosmopolites de Paris, ces destins s’entremêlent et se répondent, connectés les uns aux autres par des figures universelles du quotidien : une femme de ménage, un flic, un cafetier.

→   Lire Plus

« La Belle de Gaza », un film de Yolande Zauberman

Le 19 juin à 19h à Madiana
| 1h 16min | Documentaire | 29 mai 2024 en salle
De Yolande Zauberman | Par Yolande Zauberman
Synopsis :
« Ils ont eu une vision fugace une nuit pendant le tournage de M. Beautiful. L’une d’entre elles a raconté en arabe à Selim Nassib qu’elle avait quitté Gaza à pied pour devenir transsexuelle à Tel Aviv. Je l’ai appelée La Belle de Gaza. Avec ma caméra, je l’ai cherchée partout.. »

La presse en parle:
Bande à part par Olivier Pélisson
Le nouveau documentaire de Yolande Zauberman fascine autant qu’il émeut. Par sa tentative de réconciliation de l’irréconciliable, par sa générosité humaniste, par son scintillement dans la nuit.

Dernières Nouvelles d’Alsace par Nathalie Chifflet
Ces femmes, en quête d’un refuge queer, rappellent que même dans l’ombre, la vie peut éclater.

Franceinfo Culture par Thierry Fiorile et Matteu Maestracci
La façon de filmer, dans un chaos organisé, où Yolande Zauberman fait confiance au hasard, tend toujours vers la lumière, vers une possible réconciliation. Ces femmes, qu’elles soient juives, chrétiennes ou musulmanes, nous donnent une leçon de vie, de résilience, c’est bouleversant.

→   Lire Plus

« Border Line », un film de Juan Sebastián Vásquez, Alejandro Rojas

Le 20 juin à 14h à Madiana
1 mai 2024 en salle | 1h 17min | Drame, Thriller
Avec Alberto Ammann, Bruna Cusí, Ben Temple
Titre original Upon Entry (La llegada)

Synopsis :
Projetant de démarrer une nouvelle vie aux États-Unis, Diego et Elena quittent Barcelone pour New-York. Mais à leur arrivée à l’aéroport, la Police des Frontières les interpelle pour les soumettre à un interrogatoire. D’abord anodines, les questions des agents se font de plus en plus intimidantes. Diego et Elena sont alors gagnés par le sentiment qu’un piège se referme sur eux..

La presse en parle :
20 Minutes par Caroline Vié
La justesse de situations (les interprètes se sont renseignés auprès de véritables agents de l’immigration pour adopter leurs attitudes) rend profondément mal à l’aise avant un dénouement aux allures de coup de théâtre remarquablement orchestré.

Bande à part par Isabelle Danel
Un premier film aussi minimaliste qu’impressionnant.

CinemaTeaser par Emmanuelle Spadacenta
1h17 de cinéma précis et tendu. Et surtout politique.

Ecran Large par Alexandre Janowiak
Paranoïaque, absurde et tristement réel, Border Line est une petite pépite de suspense impressionnante pour un premier film.

→   Lire Plus

« L’Échappée », un film d’Antony Chen

Les 18 & 20 juin à Madiana

24 avril 2024 en salle | 1h 33min | Drame, Romance
De Anthony Chen | Par Susanne Farrell, Alexander Maksik
Avec Cynthia Erivo, Alia Shawkat, Ibrahima Ba
Titre original Drift

Synopsis :
Sur les plages paradisiaques d’une île grecque, personne ne remarque Jacqueline. Personne sauf Callie, une guide touristique américaine. Leur amitié naissante pourrait guérir Jacqueline d’un traumatisme enfoui et lui permettre d’affronter les fantômes de son passé.
La presse en parle :
La Septième Obsession par Maryline Alligier
La singularité de L’Échappée est d’être le portrait sensible d’une jeune femme qui a traversé l’innommable, alors même que son statut aurait dû la protéger d’une disgrâce et d’en montrer toute la violence par touches, par réminiscences qui affleurent dans le corps et le cœur.

Marianne par Olivier De Bruyn
Le réalisateur singapourien Anthony Chen adapte avec subtilité un roman de l’écrivain américain Alexander Maksik : La mesure de la dérive

aVoir-aLire.com par Laurent Cambon
Récit de reconstruction personnelle après un traumatisme, récit de renaissance amicale, L’échappée est juste un petit joyau de sincérité et d’émotion.

→   Lire Plus

« Le deuxième acte », un film de Quentin Dupieux

Les 17 & 20 juin à Madiana
France | 2024 | 1h20
Comédie
Avec Léa Seydoux, Vincent Lindon, Louis Garrel, Raphaël Quenard, Manuel Guillot

Synopsis :
Florence veut présenter David, l’homme dont elle est follement amoureuse, à son père Guillaume. Mais David n’est pas attiré par Florence et souhaite s’en débarrasser en la jetant dans les bras de son ami Willy.
Les quatre personnages se retrouvent dans un restaurant au milieu de nulle part.

La presse en parle :
Les Fiches du Cinéma par Thomas Fouet
Sous couvert d’une satire du monde du cinéma, un Dupieux souvent très drôle, parfois vertigineux, et comme toujours teinté d’inquiétude.

Télé 2 semaines par Margot Loisel
Roi des concepts non dénués de fond, Quentin Dupieux livre avec Le Deuxième Acte un absolu de cinéma dont il est difficile de parler sans en dévoiler les surprises. Il y suit Vincent Lindon, Léa Seydoux, Louis Garrel et Raphaël Quenard qui jouent des versions d’eux-mêmes et questionnent le pouvoir du cinéma sur le réel.

Télé Loisirs par Margot Loisel
Vincent Lindon, Léa Seydoux, Louis Garrel et Raphaël Quenard qui jouent des versions d’eux-mêmes et questionnent le pouvoir du cinéma sur le réel.

→   Lire Plus

« Salem », un film de Jean-Bernard Marlin

Les 9 (à 11h), 16, 17, 18, & 20 juin à Madiana
29 mai 2024 | Avec Dalil Abdourahim, Oumar Moindjie, Wallen El Gharbaoui

Synopsis :
Djibril est un jeune comorien des Sauterelles, un quartier difficile de Marseille. Il est amoureux de Camilla, une gitane du quartier rival des Grillons. Lorsqu’elle lui apprend qu’elle est enceinte, Djibril lui demande d’avorter pour ne pas déclencher une guerre des clans. Mais l’assassinat d’un ami de Djibril, sous ses yeux, va embraser les deux cités. Traumatisé, Djibril sombre peu à peu dans la folie. Il est persuadé qu’une malédiction s’est abattue sur le quartier et décide de garder à tout prix son enfant : pour lui, seule sa fille pourra les sauver du chaos.

La presse en parle :
Les Fiches du Cinéma par Gaël Reyre
Un film fin, drôle et généreux, porté par un Ramzy Bedia exceptionnel. Une réussite totale.

20 Minutes par Caroline Vié
Cette comédie savoureuse s’appuie notamment sur les performances de l’acteur et de sa sœur Melha pour une réflexion sur les aléas de la célébrité.

CNews par La rédaction
Ce film qui s’interroge aussi sur la question de la religion et la double culture, plonge les spectateurs dans les secrets d’une famille attachante qui ressemble en définitive à beaucoup d’autres.

→   Lire Plus

« Tax Wars », un documentaire de Hege Dehli & Xavier Harel

 Sur Arte, mardi 4 juin à 20h55

Chaque année, les multinationales privent les États de près de 600 milliards de dollars d’impôts légitimes, exacerbant les défis mondiaux tels que le réchauffement climatique, l’insécurité alimentaire, et les pandémies. Ces pratiques d’évasion fiscale créent un déséquilibre profond, notamment pour les pays en développement qui en sont les premières victimes. Face à cette situation, un groupe de figures influentes, comparables aux chevaliers Jedi, s’élèvent pour rétablir la justice fiscale.

Tax Wars, diffusé sur Arte, plonge dans l’univers complexe de l’évasion fiscale, s’inspirant de l’imagerie de Star Wars pour illustrer cette lutte. Le documentaire suit la Commission indépendante pour la réforme de la fiscalité internationale des entreprises (Icrict), formée en 2017 par des personnalités telles que Joseph E. Stiglitz, Thomas Piketty, Eva Joly, et Jayati Ghosh. Leur mission : combattre les pratiques d’optimisation et d’évasion fiscale qui échappent encore largement aux sanctions légales.

En retraçant l’histoire de la fiscalité mondiale et ses récents bouleversements, Tax Wars met en lumière des scandales tels que les LuxLeaks et les Panama Papers, et des événements clés comme la crise financière de 2008.

→   Lire Plus

« Les routes de l’esclavage », une série documentaire par Daniel Cattier, Juan Gélas et Fanny Glissant

Dimanche 2 juin à 17h30 et Lundi 3 juin à 20h55 sur Planète +

« Les routes de l’esclavage » est une série documentaire ambitieuse réalisée en 2018 par Daniel Cattier, Juan Gélas et Fanny Glissant, à l’occasion du 170ᵉ anniversaire de l’abolition de l’esclavage en France. Cette œuvre collective se distingue par sa portée historique, couvrant une période de plus de 1 400 ans, et par son approche systémique de l’esclavage, considéré non seulement comme une tragédie humaine, mais aussi comme un processus complexe ayant façonné notre monde actuel.

Une tragédie millénaire

L’histoire de l’esclavage remonte bien avant les plantations de coton en Amérique. La série commence au Vᵉ siècle, après la chute de l’Empire romain, et se poursuit jusqu’à la fin du XIXᵉ siècle. Elle met en lumière comment l’esclavage a traversé différentes époques et régions, de l’Antiquité au Moyen Âge, de l’Afrique à l’Amérique, en passant par l’Europe et le Moyen-Orient.

Épisode 1 : 476 – 1375, Au-delà du désert

Le premier épisode explore la période suivant l’effondrement de Rome, lorsque les Arabes construisent un nouvel empire qui s’étend des rives de l’Indus au Sahara.

→   Lire Plus

Les Docs de La grande librairie : Colette

Diffusion : Mercredi 29 mai 2024 à 21h sur France 5

Ce mercredi 29 mai, « Les Docs de La Grande Librairie » consacre son cinquième volet à une figure emblématique de la littérature française : Colette. Réalisé par Catherine Aventurier et Margaux Opinel, ce documentaire inédit propose une exploration profonde et sensible de la vie et de l’œuvre de Colette, l’une des écrivaines les plus appréciées des Français.

Une vie de liberté et de paradoxes

Colette, de son vrai nom Sidonie-Gabrielle Colette, est célèbre pour ses œuvres devenues des classiques, telles que « Claudine à l’école », « Chéri », « Le Blé en herbe » et « Gigi ». Elle a écrit environ soixante ouvrages, plus de deux mille articles de presse et une abondante correspondance couvrant plus d’un demi-siècle. Pourtant, au-delà de son impressionnante production littéraire, Colette incarne une figure de liberté et de paradoxe. Insaisissable et féroce, elle mène sa vie littéraire, artistique et amoureuse en s’affranchissant des conventions et des attentes, forgeant ainsi une trajectoire unique et souvent scandaleuse.

Une émancipation totale des codes

Colette a toujours suivi une seule ligne de conduite : la sienne.

→   Lire Plus

Russie, Chine, Iran – La revanche des empires

94 min Disponible jusqu’au 27/06/2024  Sur Arte le mardi 28 mai à 20h55

Russie, Chine, Iran : trois régimes autoritaires qui s’unissent pour prendre leur revanche contre l’Occident et restaurer leur puissance impériale. Ce documentaire aussi dense que glaçant déroule l’anatomie de cette alliance.

Depuis le début de la guerre en Ukraine, clarification inédite de leur coopération, jamais la Chine, la Russie et l’Iran n’avaient été aussi alignés sur la scène internationale contre un ennemi commun : l’Occident. Après des années de rapprochement silencieux, ils signent des partenariats historiques et cherchent à peser sur l’échiquier mondial. Ces trois régimes autocratiques ont une feuille de route commune : mettre fin à l’hégémonie occidentale et restaurer leur zone d’influence respective, particulièrement au Moyen-Orient, en Eurasie et en Asie du Sud. Ils souhaitent aussi imposer une vision du monde remettant en cause le système de droit international d’après-guerre – à commencer par les droits de l’homme, dont ils récusent l’universalisme. Contournement des sanctions internationales, guerres en Ukraine et en Israël, sommets internationaux comme celui des Brics (que l’Iran a intégré en 2024), obstruction au sein des instances mondiales, ingérence dans les démocraties occidentales pour en déstabiliser l’opinion… En menant un affrontement hybride, à la fois militaire, technologique, commercial, géostratégique, informationnel et civilisationnel, cette alliance menace de faire entrer le monde dans une ère d’instabilité.

→   Lire Plus

« Eugénie Eboué-Tell, une héroïne française », de Camille de Brèvedent, Haussman Vwanderday

Lundi 27 mai à 20h05 sur Guadeloupe 1ère. Disponible jusqu’au 04/06/2024

Titre : Eugénie Eboué-Tell, une héroïne française
Réalisateurs : Camille de Brèvedent, Haussman Vwanderday
Maison de production : Bo Travail / France Télévisions
Date de publication : 27 mai 2024

— Par Hélène Lemoine —

Synopsis

« Eugénie Eboué-Tell, une héroïne française » est un documentaire qui retrace la vie et les combats d’Eugénie Eboué-Tell, une figure méconnue mais influente de l’histoire française. Souvent éclipsée par son mari, Félix Éboué, le premier gouverneur noir des colonies françaises, Eugénie est pourtant une femme de pouvoir et une pionnière du féminisme noir et de la décolonisation au XXe siècle.

Origines et éducation

Née en Guyane en 1891, Eugénie Tell est la fille d’Herménégilde Tell, ancien esclave devenu le premier directeur noir du bagne de Saint-Laurent-du-Maroni. Son éducation en métropole au lycée de jeunes filles de Montauban lui permet de devenir la première institutrice noire de Guyane à son retour.

Engagement et résistance

Le documentaire explore sa rencontre et son mariage avec Félix Éboué, marquant un tournant dans sa vie. Elle accompagne et seconde son mari dans ses fonctions administratives en Oubangui-Chari, au Soudan français et aux Antilles.

→   Lire Plus

« Les Faux British », une pièce de Henry Lewis, Jonathan Sayer et Henry Shields

Dimanche 26 mai à 21h sur France 4

— Par Hélène Lemoine —

 « Les Faux British », proposée par la Compagnie des Femmes à barbe, est une pièce de théâtre hilarante qui se joue depuis près de 10 ans. Ovationnée par le public depuis de nombreux mois, elle a remporté le Molière de la Comédie en 2016. La pièce, qui reprend les codes de l’absurde à la manière des Monty Python, promet une soirée de rire et de bonne humeur.

L’histoire tourne autour du club des admirateurs de Conan Doyle, qui décide de monter une pièce inédite, supposément écrite par le célèbre romancier anglais. Cependant, l’amateurisme de cette troupe va transformer la représentation en un véritable chaos comique, où tout ce qui peut mal tourner le fait. Dès l’arrivée des spectateurs, les imprévus se multiplient : un chien perdu, une cheminée qui s’écroule et des accessoires défectueux.

La pièce débute avant même que les spectateurs ne soient assis, avec des éléments de décor qui tombent en morceaux et des acteurs qui se présentent maladroitement. Les comédiens, incarnant des amateurs, exagèrent leurs traits et leurs performances deviennent grotesques, ajoutant une couche supplémentaire d’humour.

→   Lire Plus

« Paris au temps du bal nègre », un film de Martine Delumeau

Dimanche 26 mai à 23h20 sur France 5. Disponible en replay=>

— Par Hélène Lemoine —

« Paris au temps du bal nègre » est un documentaire inédit réalisé par Martine Delumeau, qui plonge dans l’histoire du Bal de la rue Blomet, également connu sous le nom de Bal Nègre. Ce film utilise un mélange d’archives et de reconstitutions pour transporter les spectateurs dans les Années folles de Paris, précisément en 1924, au 33, rue Blomet dans le 15e arrondissement, près de Montparnasse.

Une époque effervescente

À cette époque, le 33, rue Blomet, une maison du XVIIIe siècle reconvertie en cabaret sous le nom de Bal Blomet, devient le lieu de rendez-vous incontournable de la génération avide de distractions après la Grande Guerre. Nommé Bal Nègre par le poète Robert Desnos, ce lieu voit se côtoyer des célébrités comme Joséphine Baker, Foujita, Ernest Hemingway, Man Ray, et Mistinguett, ainsi que des anonymes, des ouvriers et des intellectuels.

Un creuset d’identité noire

Le Bal Blomet se transforme en un creuset où une nouvelle identité noire émerge. Les créoles de Paris, allant des petits-bourgeois assimilés aux travailleurs manuels, en passant par les intellectuels et les révolutionnaires, se retrouvent pour danser la biguine.

→   Lire Plus

« Borgo », un drame de Stéphane Demoustier

Vendredi 24 mai à 19h (Tropiques Atrium)
| 1h 58min |
De | Par Stéphane Demoustier
Avec Hafsia Herzi, Moussa Mansaly, Louis Memmi
Synopsis :
Mélissa, 32 ans, surveillante pénitentiaire expérimentée, s’installe en Corse avec ses deux jeunes enfants et son mari. L’occasion d’un nouveau départ. Elle intègre les équipes d’un centre pénitentiaire pas tout à fait comme les autres. Ici, on dit que ce sont les prisonniers qui surveillent les gardiens. L’intégration de Mélissa est facilitée par Saveriu, un jeune détenu qui semble influent et la place sous sa protection.
Mais, une fois libéré, Saveriu reprend contact avec Mélissa, il a un service à lui demander. Une mécanique pernicieuse se met en marche.
La presse en parle :
Les Échos par Olivier De Bruyn
Stéphane Demoustier signe un film noir magistral et offre à Hafsia Herzi l’un des plus beaux rôles de sa carrière.

Marianne par Olivier De Bruyn
Dans un film noir captivant, Stéphane Demoustier détricote les clichés cinématographiques associés à l’île de beauté. Cette fiction magistrale s’impose comme l’une des plus belles réussites de l’année du côté du cinéma français.

→   Lire Plus

« Emilie Schindler : une liste, une héroïne”, un documentaire d’Annette Baumeister

Lundi 20 mai à 23h45 sur Arte & disponible jusqu’au 18 août 2024

Émilie Schindler : l’héroïne de l’ombre

— Par Hélène Lemoine —

Dans le film de Steven Spielberg de 1993, elle n’apparaît que dans de rares scènes, toujours réduite au rôle d’épouse trompée et délaissée. Ce qu’elle était. Mais pas que. Un documentaire diffusé ce lundi 20 mai au soir à 23h45 sur Arte redonne enfin sa juste place à Émilie Schindler, l’épouse d’Oskar Schindler, connu du grand public grâce au film « La Liste de Schindler ».

L’histoire a retenu que ce dirigeant d’entreprise d’armement à Brünnlitz, dans l’actuelle République tchèque, avait permis le sauvetage de 1 200 juifs des camps de concentration, en les faisant travailler, dans des conditions moins indignes qu’ailleurs, dans son usine. Mais sa femme est restée dans l’ombre alors qu’elle a fait partie intégrante du projet.

« Le film de Spielberg a complètement dépossédé Émilie Schindler de sa version des faits, insiste l’historienne Kirsten Heinsohn, qui intervient dans le documentaire. Ça ne s’est pas passé comme ça. » « Elle était bien plus qu’une simple épouse bafouée », insiste une fille de rescapés de l’Holocauste.

→   Lire Plus

« Le cochon de Gaza », une comédie de Sylvain Estibal

Mardi 21 mai à 19h au Teyat Otonom Mawon (Tom)
Par Sylvain Estibal
Avec Sasson Gabai, Baya Belal, Khalifa Natou
21 septembre 2011 en salle | 1h 39min | Comédie

Distinction :
– César du meilleur premier film 2012
– ⁠Prix du public au festival international du film de Tokyo

Synopsis
Après une tempête, Jafaar, un pêcheur palestinien de Gaza, remonte par hasard dans ses filets un cochon tombé d’un cargo. Bien décidé a se débarrasser de cet animal impur, il décide toutefois d’essayer de le vendre afin d’améliorer son existence misérable. Le pauvre Jafaar se lance alors dans un commerce rocambolesque et bien peu recommandable…
Dans cette tragi-comédie, l’ensemble du petit peuple de Gaza, coincé entre sa misère absolue au quotidien, les contraintes des militaires Israéliens et le diktat des barbus aux commandes, est représenté par ce pauvre pêcheur dont l’unique souci est de survivre au jour le jour et qui, pour cela, est prêt a tout. Jafaar, dans une permanente dérision de lui-même, même dans les moments tragiques, évolue dans cette histoire a l’humour mordant… et nous laissera espérer que si l’on peut s’entendre, malgré toutes les différences, à l’échelle individuelle, on peut s’entendre in fine, à l’échelle collective.

→   Lire Plus

« La Couleur de l’Esclavage », un documentaire de Patrick Baucelin

Une plongée sobre mais profonde dans l’horreur de l’histoire
Le documentaire « La Couleur de l’Esclavage », réalisé par Patrick Baucelin, offre une exploration détaillée et précise de l’horreur de l’esclavage colonial. Avec une durée de 1 heure et 33 minutes, ce film documentaire, à la fois dramatique et historique, révèle les souffrances endurées par des millions de captifs africains pendant plus de quatre siècles.

Entre le XVIe et le XIXe siècle, des milliers de convois transportant entre 300 et 450 captifs africains traversèrent l’océan Atlantique, avec plus d’un million d’entre eux perdant la vie au cours de ce voyage inhumain vers les Antilles. Ce documentaire plonge profondément dans les réalités brutales de l’esclavage colonial, décrivant avec précision les conditions inhumaines à bord des bateaux négriers et la vie quotidienne des esclaves dans les plantations.

Patrick Baucelin, réalisateur martiniquais, a entrepris cette démarche conscient du besoin urgent de témoigner de cette tragédie historique. Son film, autofinancé et tourné en trois ans et demi avec la participation de 222 bénévoles, offre une représentation authentique et détaillée de l’histoire de l’esclavage dans les Caraïbes.

→   Lire Plus

« Origine Kongo », un documentaire de Laura Chatenay-Rivauday

Vendredi 17 mai à 19h à OMCLR Bd Henri Auzé au Robert

— Par Sarha Fauré —

Synopsis : « Origine Kongo » plonge au cœur de l’histoire méconnue des Kongos, ces hommes et femmes africains envoyés aux Antilles pour travailler après l’abolition de l’esclavage. À travers des récits poignants et des témoignages émouvants, le documentaire explore les différentes façons dont les descendants des Kongos retracent leur héritage et revendiquent leurs racines africaines dans les sociétés antillaises d’aujourd’hui.

Voir le Documentaire : https://www.france.tv/documentaires/4774522-origine-kongo.html#section-about

Lire aussi : Origine : Kongo (madinin-art.net)

Approche narrative : Laura Chatenay-Rivauday adopte une approche intime et diversifiée pour raconter cette histoire complexe. En mettant en lumière les histoires individuelles de plusieurs protagonistes, le documentaire offre un aperçu captivant de la manière dont chaque personne s’approprie son identité Kongo de manière unique. Des artistes aux agriculteurs en passant par les militants culturels, chaque protagoniste du film apporte une perspective précieuse sur la manière dont les Kongos et leurs descendants ont façonné la culture et l’identité des Antilles.

Thèmes abordés : « Origine Kongo » aborde une multitude de thèmes essentiels, notamment l’héritage culturel, l’identité, la transmission intergénérationnelle et la résilience.

→   Lire Plus

Hold-up sur les vieux | Documentaire de Laurence Delleur, Nathalie Amsellem

Mardi 14  Mai à 20h 55 sur Arte | 1h 30min |

— Par Sarha Fauré —

Le documentaire « Hold-up sur les vieux » réalisé par Laurence Delleur et Nathalie Amsellem offre un regard percutant sur la manière dont les pouvoirs publics européens délèguent la prise en charge des personnes âgées au secteur privé. Diffusé sur Arte et disponible sur arte.tv, ce documentaire plonge dans un voyage à travers plusieurs pays européens, dont la France, l’Espagne, l’Allemagne, le Royaume-Uni et le Danemark, pour explorer les différentes facettes de cette réalité préoccupante.

Alors que le vieillissement de la population s’intensifie en Europe, la question de la prise en charge des personnes âgées se pose avec une acuité croissante. Le documentaire met en lumière les conséquences de cette délégation au secteur privé, où le profit semble primer sur le bien-être des résidents des maisons de retraite. À travers des témoignages poignants et des analyses approfondies, les réalisatrices dressent un constat sans appel : nos aînés deviennent progressivement des marchandises, sacrifiés sur l’autel du capitalisme.

En explorant des cas concrets dans différents pays européens, le documentaire révèle les diverses dérives de ce système, allant de la maltraitance dans les établissements privés à l’exploitation des travailleurs migrants dans le secteur de l’aide à domicile.

→   Lire Plus