Education Formation

Nouveau bac : quel calendrier pour les classes de première en 2020 ?

Les élèves en classe de première (voies générale et technologique) inaugurent dès janvier 2020 la réforme du baccalauréat de la session 2021. Ils doivent passer dès cette année les nouvelles épreuves communes de contrôle continu (E3C) et l’épreuve anticipée de français.

Les élèves en classe de première préparant le nouveau baccalauréat 2021 passeront plusieurs épreuves dès cette année.

L’épreuve anticipée écrite et orale de français se déroulera le 17 juin 2020 de 14h à 18h.

Les deux premières séries des épreuves communes de contrôle continu (E3C) d’une durée de 2h (sauf pour les langues vivantes A et B) sont organisées en 1re  :

  • 1re série de mi-janvier à mi-mars : histoire-géographie, langues vivantes A et B et mathématiques (voie technologique) ;
  • 2e série d’avril à mi-juin : histoire-géographie, langues vivantes A et B, mathématiques (voie technologique), enseignement scientifique (voie générale), enseignement de spécialité (voie générale).

Le chef d’établissement choisit les dates des E3C et les lycéens doivent recevoir une convocation individuelle et nominative au moins 8 jours avant la date de l’épreuve.

Les sujets sont également choisis par le chef d’établissement sur proposition de l’équipe des professeurs de la discipline.

Lire Plus =>

La journée du jeudi 9 janvier 2020!

— Communiqué de presse du SNUEP-FSU : Renforcer notre mobilisation —

Le SNUEP-FSU Martinique appelle l’ensemble des personnels de l’Ecole à renforcer leur mobilisation contre cette prétendue réforme des retraites.
En choisissant le recteur de Martinique pour convaincre les personnels et les syndicats des bienfaits de la réforme, le ministre a définitivement tué les derniers crabes du baril de notre confiance.
Personne n’est dupe du petit jeu de JAN Pascal, porte-parole local du gouvernement.
Le SNUEP-FSU rappelle qu’avant de se transformer en un Docteur JEKYLL tropical, qui promet de mirobolantes hausses de salaire, JAN Pascal est le M. HYDE de notre Ecole qui, pour faire des économies, a même interdit le redoublement des élèves du lycée de Trinité.

Lire Plus =>

Union des étudiants réunionnais de l’hexagone (UERH)

– Malika –

L’union des étudiants réunionnais de l’hexagone (UERH) est une association créée par Valentin Chambon et un groupe d’amis. Créée le 07 avril 2017, cette association a pour but de resserrer les liens entre les étudiants durant leur mobilité dans l’hexagone.

Elle milite également en faveur du « retour au pays » des jeunes Réunionnais. Son action se matérialise entre autre sous forme de parrainages qui permettent d’accueillir et d’accompagner les nouveaux arrivants dans leur installation et leur intégration en France.

Forte d’un noyau dur de huit personnes et d’environ 400 sympathisants répartis dans toute la France, l’UERH souhaite créer un réseau de solidarité, établir un lien de proximité entre les étudiants réunionnais ou encore proposer des animations culturelles.

Les actions de l’UERH s’inscrivent dans une démarche de rayonnement de la Réunion. Ses initiatives méritent d’être encouragées.

 

Mail : contact.uerh@gmail.com

www.facebook.com/contactuerh

Lire Plus =>

Pisa 2018 : les résultats des élèves français évoluent peu

Publiés le 3 décembre 2019, les premiers résultats de l’enquête Pisa 2018 placent la France entre la 15e et la 21e place des 79 pays participants aux enquêtes de l’OCDE. Légèrement au-dessus de la moyenne des 36 pays membres de l’OCDE, ses résultats sont stables par rapport à 2015.

Mathématiques et français à l’école
Si l’écart de performance selon l’origine sociale des élèves est en baisse par rapport aux enquêtes précédentes, il reste néanmoins conséquent.

Depuis 2000, tous les trois ans, l’évaluation PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves) apprécie les compétences des élèves de 15 ans dans trois domaines : la compréhension de l’écrit, les mathématiques et la culture scientifique. En 2018, 600 000 élèves représentatifs des quelques 32 millions d’élèves âgés de 15 ans scolarisés dans les 79 pays participants, ont passé les épreuves dont les premiers résultats viennent d’être publiés(nouvelle fenêtre).

Deux notes d’information(nouvelle fenêtre) du ministère de l’Éducation nationale reviennent sur les résultats spécifiques pour la France.

Des résultats stables depuis 2012 mais loin derrière les pays les plus performants

En France, 6 300 élèves issus de 252 collèges et lycées ont été testés.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 6 décembre

Acte de naissance du futur Lycée Victor-Schœlcher le 6 décembre 1880.

Un arrêté crée à Saint-Pierre un établissement d’enseignement secondaire. Il porte dans un premier temps le nom de Collège national. Premier lycée de Martinique il portera à partir de 1902 le nom de l’abolitionniste français.

En septembre 1902, après la destruction du lycée Victor-Schœlcher de Saint-Pierre par l’éruption de la montagne Pelée du 8 mai 1902, l’enseignement secondaire est transféré dans les locaux de l’externat colonial, à la caserne Bouillé à Fort-de-France. En 1919, une commission choisit d’établir le nouveau lycée Victor-Schœlcher sur une partie de l’ancien domaine de Bellevue à Fort-de-France, à l’emplacement de l’ancienne maison du Gouverneur. Initialement prévue pour le tricentenaire de la colonie en 1935, l’ouverture du nouveau lycée a lieu à l’issue des travaux en 1937.

Le bâtiment a été construit par les architectes Jean et Joseph Soupre et l’ingénieur Honoré Donat.

En 1938 l’établissement offre un internat aux élèves et devient mixte en 1973.

Alors que le bâtiment est menacé de destruction compte tenu de son état, le député maire honoraire de Fort-de-France, Aimé Césaire, demande en octobre 2007, à la ministre de la Culture, le classement du lycée comme monument historique5.

Lire Plus =>

Petit illustré des droits de l’enfant à l’adresse de tous

— Par Camille Bauer —

Le Dictionnaire des droits de l’enfant Marie-Françoise Lücker-Babel, illustrations Pauline Kerleroux La Joie de lire, 293 pages, 19,90 euros
De « abandon » à « zoom », 580 définitions sont à la disposition du lecteur pour découvrir et comprendre les droits de l’enfant, le droit à la protection et au respect, les libertés et les devoirs. Presque tous les domaines sont abordés : l’éducation, la famille, la santé, la protection des données personnelles, la salubrité de l’environnement, les migrations, le développement durable, l’égalité, la non-discrimination, la justice et la paix.
Un livre complet mais tout à fait accessible à un enfant de 10 ans.

Lire Plus =>

Étudiants : quelles aides financières ?

Bourse sur critères sociaux, aide au logement, prêt étudiant, aide au mérite, bourse Erasmus, accompagnement social… Vous voulez en savoir davantage sur les bourses et les aides financières auxquelles vous pouvez prétendre ?

La rubrique Vos aides financières du site etudiant.gouv.fr vous informe sur les différentes aides financières ainsi que sur vos droits :

Quelles aides ? Combien ? Comment ?

  • La bourse sur critères sociaux
    Pour tout savoir sur la bourse sur critères sociaux : quand et comment faire sa demande, les critères d’attribution, les avantages…
  • L’aide au mérite
    Complémentaire à la bourse sur critères sociaux, il s’agit d’une aide pour les étudiants ayant obtenu une mention « Très bien » au Bac.
  • Les aides spécifiques
    Vous traversez une période difficile et avez besoin d’une aide financière en urgence : il existe des aides spécifiques sous forme d’allocation annuelle ou d’aide ponctuelle.
  • L’aide à la mobilité Parcoursup
    C’est une aide de 500 €, cumulable avec d’autres aides, pour les lycéens boursiers qui ont formulé au moins un vœu sur Parcoursup hors de leur académie d’origine.

Lire Plus =>

« Nos adolescents d’aujourd’hui », un livre de Julie Ostan-Casimir(*)

L’éducation bien-traitante contre le violence

Julie Ostan-Casimir est psychologue clinicienne, docteur en psychologie de l’enfant et de l’adolescent (1983), docteur en psychopathologie et psychologie clinique (2006).
Après Ces enfants en échec scolaire massif (2009), Adolescents dans la tourmente, Troubles des conduites et des comportements
(2013), L’éducation bientraitante contre la violence (2015), elle analyse dans Nos adolescent d’aujourd’hui l’épineuse question des adolescents.

Sur un plan général, les jeunes ne semblent pas bénéficier d’une place hospitalière dans nos sociétés. Le concept adolescent semble porter des représentations négatives. Ces jeunes feraient l’objet de stigmatisations d’adultes.
En Martinique, une partie de la population vieillissante, chimérique, regrettant le pays antan lontan, pourrait avoir tendance à porter un avis généralisé sur toute une classe d’âge. Actuellement, 58 % des adultes ont entre 20-64 ans et les plus de 65 ans représentent 17 %.
Les parents aussi appréhendent la période. « Mon Dieu ! disent certains. Comment vais-je le protéger des mauvaises fréquentations ? J’ai peur de la drogue pour lui. »

““Pour le salut des adolescents, pour le salut de leur immaturité,
ne favorisez pas leur accession à une fausse maturité
en leur transmettant une responsabilité
qui ne leur incombe pas encore,
même s’ils luttent pour l’obtenir.

Lire Plus =>

L’absence de sécurisation du Lycée Professionnel Léopold Bissol au Lamentin.

— Communiqué de presse du SNUEP-FSU —
Le SNUEP-FSU Martinique dénonce la non réalisation des réparations promises au LP BISSOL.
Ces travaux pourtant concernent la sécurisation et la sanctuarisation si légitimes de l’établissement.
Aujourd’hui, tous les dispositifs mis en place aux entrées et sorties des élèves, ainsi que ceux pour encadrer leur séjour intra-muros sont obsolètes.
Les élèves pour certains très durs, bien conscients de la situation, en profitent et se livrent à toute sorte de méfaits. Le jeudi 23 mai 2019, l’un d’entre a introduit puis utilisé une arme de poing contre un de ses camarades.
La vie d’un lycéen de BISSOL pèse-t-elle si peu ? Faut-il qu’il y ait un mort pour qu’enfin les autorités prennent leurs responsabilités ?
Le SNUEP-FSU appelle donc la Collectivité mais aussi le recteur à la raison et à leur responsabilisation, pour qu’enfin ils se montrent à la hauteur des obligations qui leur incombent : Entre autres de garantir la sécurité des personnels et des élèves.

Christophe THEGAT
Co-secrétaire du SNUEP-FSU Martinique

Lire Plus =>

Cours de dessin et de peinture au Centre d’interprétation Paul Gauguin au Carbet !

Les cours de dessin et peinture pour 2019/ 2020 reprennent au Centre d’Interprétation Paul Gauguin, Anse Turin, LE CARBET (face à la plage des raisiniers).

Pour les enfants à partir  de 6 ans les mercredis  de 14h à 16h ( sauf vacances scolaires)

40 euros par mois. 120 euros le trimestre. Réductions pour les familles.

Pour les adultes  avec Auguste André-Charlery le samedi de 10h 12h à partir du  16 novembre 2019

8 participants minimum. Matériel fourni. 65 euros par mois. Formules de 3, 5 ou 8 mois payables en 2, 3 ou 4 fois.

Infos et réservation : contact@paulgauguinmartinique .fr.

Tel 0596 515 313 / 0696 808 096

Lire Plus =>

Troubles de l’attention, du sommeil, du langage… « La multiplication des écrans engendre une décérébration à grande échelle »

Pour le neuroscientifique Michel Desmurger, laisser les enfants et les adolescents face à des écrans relève de la maltraitance. Il alerte sur ce qu’il considère comme un problème majeur de santé publique.

— Propos recueillis par Pascale Santi et Stéphane Foucart —

Michel Desmurget dirige, au CNRS, une équipe de recherche sur la plasticité cérébrale. Il vient de publier La Fabrique du crétin digital. Les dangers des écrans pour nos enfants (Seuil, 425 pages, 20 euros).

En se fondant sur la littérature scientifique disponible, le neuroscientifique y détaille les effets de l’omniprésence des outils numériques sur la cognition, le comportement et le bien-être des enfants.
Vous abordez dans votre livre les différents types d’écrans classiques, les jeux vidéo, etc. Qu’est-ce qui est le plus délétère pour l’enfant ?

C’est la convergence de tout cela. De nombreuses études mettent en évidence l’impact des écrans, quels qu’ils soient, sur des retards dans le développement du langage, sur le sommeil et l’attention. Le cerveau – surtout lorsqu’il est en construction – n’est pas fait pour subir ce bombardement sensoriel.

Lire Plus =>

Concours de plaidoiries des lycéens

Inscriptions jusqu’au 6 novembre 2019. Finale le 24 janvier 2020

Art. 1 : L’organisateur du 23e concours de plaidoiries des lycéens sur les droits de l’homme est le Mémorial de Caen (Esplanade du général Eisenhower, CS 55026, 14050 Caen cedex 4).

Objectif du concours
Art. 2 : Les candidat(e)s doivent prononcer une plaidoirie illustrant une situation d’atteinte aux droits de l’homme. Le sujet de la plaidoirie devra être librement choisi par le lycéen et ne pas résulter d’un travail de l’ensemble de la classe ou du lycée. La plaidoirie devra porter sur une cause concrète et d’actualité. Elle devra obligatoirement s’appuyer sur un ou plusieurs cas particulier(s) concernant une (ou des) personne(s) persécutée(s).

Qui peut participer ?
Art. 3 : Le concours est ouvert aux élèves de seconde, première et terminale des lycées d’enseignement général, technologique, professionnel ou agricole, publics et privés, de France métropolitaine, des départements d’Outre-mer et des lycées français à l’étranger.
Art. 4 : Les plaidoiries pourront être préparées et présentées soit par un(e) candidat(e) seul(e), soit par une équipe constituée de 2 candidat(e)s maximum.

Lire Plus =>

Établissements scolaires : ça branle dans le manche en Martinique!

— Communiqué mobilisations des établissements scolaires —
Des mouvements de mécontentement d’élèves affectent plusieurs établissements scolaires de notre île.
Ces mouvements sont relayés et soutenus légitimement par les personnels qui vivent au quotidien, les mêmes difficultés :

 Conditions déplorables de sécurité, d’encadrement et d’accueil
 Salles surchauffées sans ventilation suffisante, ou équipement en état de fonctionner
 Salles trop petites aux boiseries et menuiseries obsolètes

Dans certains établissements, et comme si l’on n’apprenait rien du passé, ce sont des vies scolaires exsangues, qui ont dû faire face à la rentrée de centaines d’élèves.
Le sempiternel manque de personnels d’encadrement (PEC) s’est conjugué à l’inquiétante et irresponsable absence d’ Accompagnants d’Elèves en Situation de Handicap (AESH).

Le SNUEP-FSU demande aux décideurs de se montrer responsables et à la hauteur de leurs fonctions, en répondant rapidement, aux revendications remontées par les élèves ainsi que les personnels.

Les élèves et leurs professeurs ne caressent que cet unique objectif : Pour les premiers, avoir des conditions dignes pour apprendre et pour les autres, conduire leurs élèves à la réussite.

Lire Plus =>

Séminaire Schwarz-Bart 2019-2020

13 novembre 2019, 14h30 – 16h30 ENS – Salle Weil
Malka Marcovich & Jean-François Ferdinand
Hommage à la femme noire de Simone Schwarz-Bart avec la collaboration d’André Schwarz-Bart : parcours d’une encyclopédie pionnière

3 décembre 2019, 14h30 – 16h30 ENS – Pavillon Pasteur 1er étage
Kathleen Gyssels
Entre fusion et confusion : l’écriture associative et l’oeuvre participative chez les Schwarz-Bart

29 janvier 2020, 14h30 – 16h30 ENS – Salle IHMC
Francine Kaufmann
La musique comme métaphore de l’écriture de la Shoah dans L’Etoile du matin

26 février 2020, 14h30 – 16h30 ENS – Salle Weil
Nicole Lapierre
André et Simone Schwarz-Bart, de la mémoire juive à la mémoire noire

13 mai 2020, 14h30 – 16h30 ENS – Pavillon Pasteur 1er étage
Elie Duprey
Articulation de l’individuel et du collectif chez les Schwarz-Bart

12 juin 2020, après-midi, à la BnF
Richelieu (Dans le cadre du séminaire Manuscrits francophones)
En présence de Simone Schwarz-Bart
Jérôme Villeminoz
Exploration de la bibliothèque d’André Schwarz-Bart
Jean-Pierre Orban
Bibliothèque, carnets, annotations d’André Schwarz-Bart dans la genèse de l’oeuvre

3 juillet 2020, 14h30 – 16h30 ENS – Salle IHMC
Fanny Margras
Les avant-textes d’Adieu Bogota

Toutes les séances se donnent à l’ENS, 45 rue d’Ulm Paris, sauf celle du 12 juin.

Lire Plus =>

Frais d’inscription, bourses, logement, sécurité sociale… : tout sur la rentrée universitaire 2019

Bourses, aides au logement, resto U, sécurité sociale étudiante, frais d’inscription, programme Erasmus +… : tout sur la rentrée universitaire 2019.

Rentrée universitaire 2019 : combien ça coûte ?

170 € pour les diplômes nationaux relevant du cycle de licence, 243 € pour les diplômes nationaux relevant du cycle de master… Les nouveaux montants des droits d’inscription à l’université (droits de scolarité) ont été fixés par un arrêté publié au Journal officiel du 21 avril 2019.

Rentrée universitaire 2019 : quels frais d’inscription ?

 

Contribution vie étudiante et de campus (CVEC)

Les étudiants non boursiers doivent également régler la Contribution vie étudiante et de campus (CVEC) d’un montant annuel de 91 €.

Contribution vie étudiante et de campus : qui doit la payer et comment ?

 

Lire Plus =>

9ème édition des forums métiers et carrières

Mercredi 25 septembre 2019 à partir de 8h Campus de Schœlcher

Fondation Université des Antilles et GBH avec Contact-Entreprises : engagés en faveur de l’employabilité de jeunes martiniquais

Mercredi 25 septembre 2019 sur le Campus de Schœlcher se déroule la 9ème édition des forums métiers et carrières à l’initiative de La Fondation Université des Antilles et GBH en partenariat avec Contact-Entreprises. Cette action vise à faciliter les échanges d’expérience et de compétences entre les cadres d’entreprises et les étudiants pour une meilleure intégration professionnelle.

Ce forum s’adresse aux étudiants de l’Université, de l’EGC, de BTS et de classes préparatoires. L’objectif est de créer des rencontres interactives entre étudiants, enseignants et cadres d’entreprises afin d’apporter aux étudiants des informations concrètes sur différents métiers, sur les moyens d’y accéder et les carrières potentielles.

Le thème du Forum 2019 s’intéresse à l’art oratoire : de bien s’exprimer au quotidien à l’art de s’exprimer en public. Savoir bien s’exprimer est déterminant dans le milieu professionnel, notamment lors d’un entretien de recrutement, dans le cadre d’un stage ou d’un emploi.

Lire Plus =>

« Il y a une dimension politique dans le fait de rétablir la taille véritable du clitoris » dans les manuels scolaires

Odile Fillod a œuvré à réhabiliter le clitoris dans les manuels scolaires.Les travaux de l’auteure du blog Allodoxia ont conduit quatre éditeurs scolaires à intégrer en cette rentrée des croquis de l’anatomie complète de l’organe.

— Par Claire Legros —

A quoi ressemble vraiment l’anatomie d’un clitoris ? En cette rentrée scolaire, quatre éditeurs de manuels de sciences de la vie et de la Terre (SVT) – Hatier, Nathan, Bordas et Lelivrescolaire.fr – ont profité d’une refonte des programmes pour rompre avec des années d’ignorance. Dans les ouvrages destinés aux classes de seconde, les croquis illustrant les chapitres sur la sexualité présentent désormais l’anatomie complète de l’organe (environ 10 cm depuis le gland jusqu’au bout de ses piliers) et non plus un simple « bouton », voire rien du tout, comme c’était le cas jusqu’à présent.

Rendez-vous au Monde Festival : De #Metoo à Trump : rencontre avec Eve Ensler sur les nouveaux combats du féminisme

Cette réhabilitation bienvenue mais tardive doit beaucoup à Odile Fillod qui, ces dernières années, a entrepris de rendre justice à l’organe jusque-là délaissé par les éditeurs.

Lire Plus =>

Violence juvénile : engageons le débat de fond!

— Par Marie-Laurence Delor —

Je veux d’abord saluer la volonté commune affichée de nos députés et sénateurs (cf. déclaration commune du 29 juillet 2019 à l’initiative du Maire de Fort-de-France) – qui nous a tant fait défaut sur d’autres dossiers cruciaux – de ne parler que d’une seule voix face au fléau de la violence qui endeuille tant de familles et les plonge dans la détresse. Si l’exigence d’une « solution globale », au delà de l’urgence, fortement exprimée par nos parlementaires dans leur déclaration commune est une position à laquelle on ne peut que souscrire, elle se trouve, malheureusement, quelque peu biaisée par une posture qui me semble équivoque, puisqu’on à l’air de s’en remettre complètement à Paris, et par une tonalité sécuritaire dominante. C’est là, on peut le présumer, la marque d’une absence de stratégie territoriale localement et collectivement pensée, l’aveu d’une impuissance à influer sur le cours des choses. C’est sans doute cela, qui associé à sa propre inertie, explique que la société civile martiniquaise est encore dubitative, d’autant que « le mal » continue à progresser…

Il faut, j’en suis absolument convaincue, engager le débat de fond pour lever toutes les hypothèques.

Lire Plus =>

Portable à l’école : enseignants et surveillants peuvent vous le confisquer.

Portable à l’école : le point

C’est l’une des questions de la rentrée : le portable est-il interdit ou autorisé dans les écoles, les collèges et les lycées ? Pour tout comprendre sur l’utilisation du portable en classe, dans la cour de récréation ou dans les couloirs, on vous explique les règles en 1 minute.

Que dit la loi ?

Depuis 2018, l’utilisation du portable est interdite à l’école.

École maternelle, primaire et collège

L’usage du portable est interdit jusqu’au collège. Mais le règlement peut prévoir des exceptions pour un usage pédagogique.

Les enseignants et surveillants peuvent vous les confisquer.

Lycée

Au lycée, l’utilisation du portable est autorisée. Mais le règlement peut en interdire l’usage dans certains cas (en classe par exemple), sanctions à la clé.

Dans tous les cas, les élèves en situation de handicap peuvent les utiliser si leur état de santé le nécessite.

Et aussi

Fournitures, programmes, bac 2021, téléphone portable, calendrier des vacances… : tout comprendre sur la rentrée scolaire 2019

Publié le 12 septembre 2019 – Direction de l’information légale et administrative (Premier ministre)

Lire Plus =>

L’inacceptable démantèlement de notre système éducatif

— Par Madeleine de Grandmaison —

Aucun Martiniquais ne devrait être insensible à ce qui se passe au niveau de notre système éducatif. Je dis notre car, comme tous les acquis sociaux, nous l’avons gagné et nous les payons d’une façon ou d’une autre, et de l’éducation, de l’instruction, de la formation, nous en avons le droit.

– L’esclavage n’avait pas droit à l’instruction

– L’esclavage évangélisé (christianisé) bravait son maître pour aller à la messe, au catéchisme et autres moments d’enseignement, les recueils de textes religieux, parce qu’ils pouvaient, d’une certaine façon, ouvrir les portes de la connaissance ou donner envie d’en savoir plus, étaient plus que suspects et Dieu sait si « l’évangélisation » des esclaves et des peuples coloniaux n’est pas ma tasse de thé, il faut se souvenir que bien des prêtres, un tant soit peu progressistes, se sont trouvés en butte avec les hiérarchies et plus près d’eux, les autorités locales, maîtres, représentants de la puissance coloniale…

Si nous revenons à notre problème, la Martinique a mis près d’un siècle pour se voir doter d’un système éducatif, un tant soit peu structuré.

Lire Plus =>

France-Allemagne : le grand écart des salaires des profs

— Par Gilles Fumey —
La longue crise du recrutement des enseignants en France peut-elle être mise en regard avec l’Allemagne ? Curieux qu’il n’y existe pas de crise. Les professeurs débutants sont rémunérés plus du double des stagiaires français : 24 580 € de ce côté-ci du Rhin, 50125€ de l’autre côté. Etonnant, mais il y a un biais géographique.

Partons d’abord de ce constat qu’un étudiant dont on exige un master 2, donc cinq ans d’études post-bac, a du mal à accepter un job avec un salaire à 135% du Smic en début de carrière pour 268% en Allemagne. Oui, le salaire est bien pour les jeunes professeurs (pas les vocations tardives) un repoussoir pour ce métier qui ne reconnaît pas les efforts des études longues et exigeantes.

En outre, l’Allemagne ne subit pas l’humiliation annuelle de l’enquête Pisa, publiée par l’Ocde, comparant le niveau de formation des collégiens. L’Allemagne était dans les mêmes clous que la France il y a vingt ans. Aujourd’hui, elle est très loin devant alors que la France après avoir reculé fait du surplace (26e rang sur soixante-dix pays).

Lire Plus =>

Assurance scolaire : à quoi sert-elle ?

Une attestation d’assurance scolaire vous est demandée par l’école, le collège ou le lycée de votre enfant et vous vous demandez s’il est utile de souscrire une telle assurance. Est-elle indispensable ou même obligatoire ? Que couvre-t-elle exactement ?

Une fiche pratique de l’Institut national de la consommation (INC) répond à ces questions.

La souscription d’une assurance n’est pas exigée pour les activités scolaires obligatoires inscrites dans l’emploi du temps de l’élève (sorties à la piscine ou au gymnase par exemple).

En revanche, pour les activités facultatives organisées par l’établissement (visites de musée, séjours linguistiques, classes de découverte), l’assurance est obligatoire afin de couvrir à la fois les dommages dont l’enfant serait l’auteur (responsabilité civile) et ceux qu’il pourrait subir (assurance individuelle-accidents corporels).

Cette assurance est également nécessaire pour l’enfant qui fréquente la cantine mais aussi pour les activités périscolaires organisées par les communes.

  À noter :

Il existe principalement deux formules de contrat d’assurance scolaire :

  • « Scolaire et trajet » : elle couvre uniquement l’école et le trajet aller et retour du domicile à l’école.

Lire Plus =>

La Fabrique du crétin digital

Les dangers des écrans pour nos enfants

Dans son dernier livre La fabrique du crétin digital, le docteur en neurosciences Michel Desmurget s’attaque à plusieurs idées reçues sur les bienfaits de la révolution numérique. Il rappelle les effets délétères des nouvelles technologies sur l’attention et la réussite scolaire.
La Fabrique du crétin digital

Michel Desmurget
La consommation du numérique sous toutes ses formes – smartphones, tablettes, télévision, etc. – par les nouvelles générations est astronomique. Dès 2 ans, les enfants des pays occidentaux cumulent chaque jour presque 3 heures d’écran. Entre 8 et 12 ans, ils passent à près de 4 h 45. Entre 13 et 18 ans, ils frôlent les 6 h 45. En cumuls annuels, ces usages représentent autour de 1 000 heures pour un élève de maternelle (soit davantage que le volume horaire d’une année scolaire), 1 700 heures pour un écolier de cours moyen (2 années scolaires) et 2 400 heures pour un lycéen du secondaire (2,5 années scolaires).
Contrairement à certaines idées reçues, cette profusion d’écrans est loin d’améliorer les aptitudes de nos enfants.

Lire Plus =>

Une rentrée sous le signe du changement

L’année débutera par un nouveau mouvement social de plusieurs syndicats d’enseignants qui s’oppposent à la réforme du bac. Des préavis de grève seront déposés dès septembre.

Instruction obligatoire dès 3 ans, priorité à l’école primaire et à l’apprentissage de la lecture, réforme du baccalauréat… C’est une rentrée placée sous le signe du changement pour les 12,4 millions d’écoliers, collégiens et lycéens et leurs enseignants, lundi 2 septembre. 

Les 871 000 enseignants ont découvert leurs salles de classe et pris connaissance de leur emploi du temps (pour le secondaire) dès vendredi, puisqu’ils commencent traditionnellement leur année un jour avant les élèves.

Inquiets face à la réforme du bac, plusieurs organisations syndicales ont d’ores et déjà annoncé en juillet le dépôt de préavis de grève sur l’ensemble du mois de septembre pour d’éventuelles actions. Lors de sa conférence de presse de rentrée, mardi 27 août, Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Education nationale, a préféré jouer la carte de l’apaisement, plaçant l’année à venir « sous le signe de la maturité et de la réussite » et insistant sur la nécessité de renforcer le bien-être des professeurs. 

Lire Plus =>

En Guadeloupe, Romario, 21 ans, est rentré dans le rang

Originaire de Pointe-à-Pitre, le bachelier est entré au régiment service militaire adapté (RSMA) de Guadeloupe pour éviter la « dégringolade ». Il y a dix-huit mois, il a décroché un CDI dans une distillerie.
Il fait 34 degrés Celsius et le taux d’humidité de l’air approche les 100 % près d’une plage de Basse-terre (Guadeloupe). Romario saute de son fourgon de livraison et rejoint, guilleret, le bureau de son patron. Dix-huit mois qu’il tient son premier Graal : un contrat à durée indéterminée. Pas question de succomber à la tentation de la sieste.

Sourire accroché aux lèvres, boucles dorées grosses comme des billes aux oreilles, chaîne du même métal au cou et montre scintillante au poignet, un pas faussement nonchalant. Ce midi, le jeune homme est le premier livreur de la distillerie Longueteau à terminer sa tournée. Le petit gars de Pointe-à-Pitre chambre un peu ses collègues moins diligents. Puis, brutalement, se fige, menton levé, regard dardé sur la ligne d’horizon ; sa main gauche frappe sa cuisse. Sans une injonction, Romario est au garde-à-vous.

Lire Plus =>