Education Formation

Qui bénéficie et comment est versée l’allocation de rentrée scolaire (ARS)

— Par Guillaume Errard —
L’Allocation de rentrée scolaire (ARS) est versée le 1er août à Mayotte et à la Réunion et le 20 août dans le reste de la France. Qui peut en bénéficier ? Quels sont les conditions ? Quel est le montant de l’ARS ? Explication.

Voir la vidéo ci-dessous.

Près de trois millions de familles vont bénéficier d’une allocation de rentrée scolaire dès demain, mardi 20 août. À quelles conditions peut-on la toucher? Quel montant puis-je espérer percevoir? Le Figaro vous répond.

Le coût de la scolarité stagne cette année. Comparé à la rentrée 2018, il n’a augmenté que de 0,17%, selon la Confédération syndicale des familles (CSF). Malgré cela, la CSF réclame une revalorisation de l’allocation de rentrée scolaire (ARS) qui sera versée à partir de ce mardi 20 août en métropole ainsi que dans les départements de la Guadeloupe, de la Guyane et de la Martinique. À Mayotte et à la Réunion, elle l’est déjà depuis le 1er août.

• À qui est versée l’allocation de rentrée scolaire?

Lire Plus =>

Étudiants : comment faire une demande d’aide au logement ?

Vous allez être étudiant à la prochaine rentrée universitaire et vous cherchez dès à présent un logement ? Connaissez-vous les aides au logement auxquelles vous pouvez prétendre ? Comment faire la demande ? Pour tout savoir (simulation, demande, suivi de dossier…), rendez-vous directement sur le site internet de la Caisse d’allocations familiales (Caf).

Pour vos démarches, suivez tout simplement le parcours en ligne proposé par la Caf avec :

le simulateur pour déterminer votre budget et calculer vos aides au logement étudiant (pour faire votre simulation, vous aurez besoin de donner un certain nombre d’informations notamment sur votre logement et vos revenus des 2 dernières années) ;
la demande de logement en elle-même (elle se fait en ligne) ;
l’application mobile de la Caf pour connaître l’avancement de votre dossier, la confirmation de vos droits ou encore la date du premier versement de votre aide au logement ;
les questions-réponses.

Afin de faciliter vos démarches, la Caf propose également toute une série de vidéos courtes et pratiques à destination des étudiants :

le simulateur pour quoi faire ?

Lire Plus =>

Des coupes afro interdites dans un lycée en Guadeloupe

Des coupes de cheveux en tout genre ont été interdites dans un lycée privé de Baie-Mahault en Guadeloupe, a indiqué la direction vendredi à Radio Caraïbes International (RCI), interrogée sur une polémique venue des réseaux sociaux.

Des coupes de cheveux en tout genre ont été interdites dans un lycée privé de Baie-Mahault en Guadeloupe, a indiqué la direction vendredi à Radio Caraïbes International (RCI), interrogée sur une polémique venue des réseaux sociaux. C’est notamment Twitter qui s’est animé après la publication d’une photo d’une affiche portant la mention «coupes de cheveux femmes / hommes non autorisées au lycée Bel Air», ceci pour la «rentrée 2019» de ce lycée technologique et professionnel.

Le tweet de @Dnl_Gab reproduit la photo d’une affiche de près de 30 coupes de cheveux très répandues en Guadeloupe: coupe afro, dreadlocks et teintures peu conventionnelles pour les femmes, waves, curls et locks ou même dégradés interdits également pour les garçons. Même Kit Harrington, l’acteur incarnant Jon Snow dans la série à succès Game of Thrones, se retrouve sur le panneau des coupes interdites.

Lire Plus =>

Interdiction de la fessée: que dit la nouvelle loi?

— Par Morgane Rubetti —
La loi relative à «l’interdiction des violences éducatives ordinaires» a été adoptée le 2 juillet par le Sénat. Comment cette loi sera-t-elle appliquée et quelles seront les sanctions pour les parents?

Le Sénat a adopté mardi 2 juillet la «loi anti-fessée». La France est le 56e pays à se doter d’une loi interdisant totalement ce type de violences, déjà adoptée par une large majorité des pays européens. La proposition de loi vise plus largement à interdire les «violences éducatives ordinaires».

• Que dit le nouveau texte?
À l’origine d’un nouveau débat sur le sujet des châtiments corporels en France, la proposition de loi sera intégrée à au Code civil. À la suite du deuxième alinéa de l’article 371‑1 relatif à l’autorité parentale, un autre alinéa sera inséré indiquant: «L’autorité parentale s’exerce sans violences physiques ou psychologiques».

Une modification sera également apportée au deuxième alinéa de l’article 421‑14 du code de l’action sociale et des familles. Celui indique qu’actuellement, «une initiation aux gestes de secourisme ainsi qu’aux spécificités de l’organisation de l’accueil collectif des mineurs est obligatoire pour exercer la profession d’assistant maternel».

Lire Plus =>

Le SNUEP-FSU Martinique demande la mise à l’écart du Recteur

À Monsieur le Ministre de l’Éducation nationale Monsieur BLANQUER Ministère de l’Éducation Nationale 110, rue Grenelle 75 357 PARIS SP 07

FDF le 26 juin 2019

Objet : Mise à l’écart de M JAN Pascal

Monsieur le Ministre de l’Éducation Nationale,

J’ai l’honneur de vous saisir sur le cas de M JAN Pascal, recteur de l’académie de mon île..

Comme vous le savez, M JAN Pascal est accusé de faits extrêmement graves, qui se seraient déroulés quand il était en poste comme professeur de l’IEP. Ces accusations ont fait le tour de Bordeaux et ont même été relayées sur facebook et twitter, devenant virales également en Martinique.

Lire Plus =>

Une affaire embarrassante pour le Recteur de Martinique

L’affaire débute avec une série de clichés pris en mars dernier sur le site de Sciences Po Bordeaux. C’est sur la page Facebook de INFOS LUTTES BORDEAUX et ALENTOURS que le cliché en question est toujours visible. Il s’agit de la page de la Coordination Jeunes Bordeaux, un groupe militant bordelais qui se bat contre le racisme, le sexisme, le patriarcat, les violences policières et le capitalisme.

Sur cette photo, on peut lire « PASCAL JEAN COUCHAIT AVEC SES ELEVES » peint sur un des murs de l’établissement, suivi du fameux #balancetonporc.

Une situation qui pousse le SNU.EP-FSU à s’interroger sur la légitimité du Recteur.

Le Recteur a réuni ce mercredi les chefs de division pour tenter de fournir des explications. Mais selon nos informations, pour le moment, aucune plainte n’a été déposée par Pascal JAN contre ces tags.

Source : Orange / RCI

Lire Plus =>

Collège Tartenson : des craintes sérieuses

 Lettre ouverte à Monsieur le Recteur

— Les Représentants du Personnel du Collège Tartenson —
Monsieur le Recteur de l’Académie Martinique, Nous avons le regret de constater qu’en dépit de nos nombreuses sollicitations, vous n’avez jusqu’à maintenant pas daigné nous recevoir. Nous avons en effet, par trois fois, demandé une entrevue avec vos services. Pourtant, depuis plus de 2 mois, nos courriers restent sans réponse. Votre silence ne nous laisse d’autre choix que de nous adresser à vous par le biais de cette lettre ouverte. Peut-être alors réussirons-nous à vous faire vous entendre l’urgence de la situation.

Lire Plus =>

La portée positive du jeu de domino

— Par Éric Marie-Calixte, président de l’Échiquier Foyalais Monsieur —

Cela ne vous a certainement pas échappé, à l’Échiquier Foyalais nous sommes loin du monde du jeu d’échecs et pourtant, nous venons vous évoquer la portée positive que pourrait avoir le jeu de domino sur l’éducation et la scolarité.

Ce jeu ponctué de rires et de bluff reflète très bien l’esprit joueur du Martiniquais, et principalement l’estime qu’il a de lui-même. Ce jeu peut prendre le contre-pied d’une certaine actualité qui tend à démontrer qu’être craint est la norme…

L’idée est que vous puissiez amener chaque quartier composant votre commune, à prendre part à un tournoi de domino qui mettra en scène le quartier, le valorisera et fera connaître ses atouts et surtout, la fierté que vous avez, Monsieur le Maire, à l’administrer. Il se dit qu’un nombre important de jeunes ne trouve que peu d’intérêt à la chose enseignée. Du siècle de l’immédiateté, leur éducation n’en n’est que la résultante. Ce monde du tout, et tout de suite, nous, du siècle passé, l’avons souhaité et induit.

Lire Plus =>

« La tête hors de l’eau » de Laurence Laborde

La réalité m’a bien fait retomber sur terre. L’insouciance et mes rêves de jeune fille; Cendrillon, la Belle au bois dormant, même la Belle et sa bête m’a fait rêver à une vie parfaite!
Il faut se méfier des contes de fées, on devrait nous le dire avant de commence l’histoire.
Il était une fois, attention ce que vous allez voir est une pure fiction, les similitude avec la réalité ne sont que pures coïncidences.
Cette insouciance a disparu avec l’apparition des premiers cris perçants de bébé dans la nuit!
Cette insouciance n’est pas revenue dès les premiers pas, car les premiers pas ne venaient pas.
Nous allons réécrire cette histoire, ce conte de fées, la fin du conte  » ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants ».
On s’était accrochés à cette fin, mais qu’en est-il après?
Comme diraient les profs de français, imaginez une suite :
Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants, certes, mais beaucoup… d’emmerdes…
J’ai deux enfants handicapés, c’est officiels.
J’ai deux enfants handicapés et je vous emmerde.

Lire Plus =>

Vus sous L’Œil du Doc

Mardi 11 juin 2019 à19h, campus de Schoelcher

Fin de saison culturelle en images à la BU du campus de Schoelcher, avec, mardi 11 juin, 19h, la projection des mini documentaires réalisés par des élèves de l’académie de Martinique dans le cadre de l’Oeil du doc 2019. Lancé en 2016, cet atelier d’éducation à l’image – et au sens critique- est renouvelé chaque année depuis, avec des établissements différents.

Durant trois mois, de janvier à avril 2019, d’un côté ou de l’autre de la caméra – jusques et y compris durant la phase de montage-, des écoliers et collégiens de l’académie de Martinique se sont attachés à réaliser six courts films documentaires les mettant en scène à partir de thèmes choisis par eux après un vote démocratique en classe : l’historique de leur établissement, la question du handicap en milieu scolaire, la culture du cacaoyer et les secrets de la chocolaterie Lauzéa, le métier de pêcheur ou encore la visite guidée du centre historique de Fort-de-France.

Chaque saison de L’Œil du doc dévoile ainsi son lot de personnalités qui, au contact de la caméra, émergent, émeuvent et interpellent nos certitudes d’adultes cuirassés et omniscients.

Lire Plus =>

« L’illusion méritocratique », de David Guilbaud

« Bravo, tu l’as bien mérité ! » Tous ceux qui ont rejoint le camp des vainqueurs du jeu scolaire et universitaire voient ainsi salués leurs efforts et leur « mérite », leurs « capacités » et leurs « talents ». Mais ces éloges ont un revers : en élevant les uns, ils rabaissent les autres, définis précisément par ce qu’ils ne sont pas.

David Guilbaud, lui-même issu de ce système méritocratique, montre comment, en dépit des travaux de Bourdieu et de ses successeurs, en dépit des dispositifs d’« égalité des chances » qui se développent, tout concourt à maintenir un statu quo inégalitaire dès les premières années du parcours scolaire.

C’est cette discordance entre les discours et la réalité que ce livre examine. Avec une question : pourquoi ce système est-il si ardemment défendu non seulement par les gagnants du jeu « méritocratique », mais aussi par ceux qu’il a laissés de côté ? Bref, quels sont les ressorts de cette illusion méritocratique et pourquoi est-il important de la dissiper ?

Lire Plus =>

Solidarité avec EcoloJah, école pilote du Bénin

Samedi 1er juin 2019  de 18h à minuit au TOM (Croix-Mission) FdF

— Par Ali Babar Kenjah —

Le 24 avril dernier EcoloJah a brûlé. Un appel international à la solidarité a été lancé pour assurer la rentrée de septembre 2019. EcoloJah est une école pilote fondée il y a près de vingt ans par la Famille Jah, dans la région de Ouidah (Bénin) sur une concession octroyée par le gouvernement béninois dans une zone protégée. Cette structure hors norme accueille près de deux cents enfants orphelins, déshérités ou non-scolarisés. On y applique une pédagogie originale axée sur l’éveil aux défis que doit relever la jeunesse africaine du XXIème siècle : l’autonomie alimentaire et énergétique, la transmission des savoirs traditionnels, la connaissance de l’histoire panafricaine, l’estime de soi et l’action collective. En dépit de la faiblesse des moyens disponibles, les résultats sont spectaculaires et reconnus par les populations et institutions du pays. EcoloJah est une luciole qui illumine comme un phare la renaissance de la jeunesse africaine ; cette école ne doit pas mourir.

Lire Plus =>

Pour une école publique de qualité

— Par Régine Bellay, Secrétaire départementale du Snuipp-FSU —

Marqué par une restructuration majeure de l’organisation de l’école et un autoritarisme manifeste distillé au fil de ses articles, le projet de loi dit « l’école de la confiance » ne s’attaque à aucune des difficultés du système éducatif. Au contraire, il risque bien de les creuser. Le SNUipp-FSU ne laissera pas faire. Pour un ministre qui dès son installation rue de Grenelle avait claironné que son nom ne serait pas associé à une énième loi sur l’école, Jean-Michel Blanquer se distingue.

Annoncé à l’origine pour donner un cadre législatif à l’instruction obligatoire dès 3 ans, le texte a enflé au fil des semaines pour devenir, à l’issue des débats à l’Assemblée nationale, un projet de loi qui inquiète à bien des égards.

Silence dans les rangs !

Le ministre avait bien promis de modifier l’article 1 de son projet de loi pour lever toute ambiguïté sur une possible volonté de mise au pas des enseignants.

Il n’en a finalement rien été.

Lire Plus =>

Cantines : 50 % de produits durables de qualité (dont 20 % de bio) dans les assiettes d’ici 2022

Les repas servis en restauration collective devront, d’ici le 1er janvier 2022, compter 50 % de produits alimentaires durables de qualité dont au moins 20 % de produits issus de l’agriculture biologique. C’est ce que prévoit en effet l’article 24 de la loi dite EGalim du 30 octobre 2018. Un décret publié au Journal officiel du 24 avril 2019 vient pour sa part apporter notamment un certain nombre de précisions sur les catégories de produits durables de qualité.

Les signes ou mentions pris en compte concernant la qualité des produits alimentaires ou la préservation de l’environnement sont :

  • le label rouge ;
  • l’appellation d’origine ;
  • l’indication géographique ;
  • la spécialité traditionnelle garantie ;
  • la mention « issu d’une exploitation de haute valeur environnementale » ;
  • la mention « fermier » ou « produit de la ferme » ou « produit à la ferme », pour les produits pour lesquels existe une définition réglementaire des conditions de production.

noter :

En France, la restauration collective sert chaque année 3,7 milliards de repas.

Lire Plus =>

Formation Culturelle et Artistique 2019/2020

Date limite le 31 mai 2019

Les dossiers de bourse à la Formation Culturelle et Artistique pour l’année scolaire 2019/2020 peuvent être expédiés ou remis à l’accueil de l’Hôtel de la CTM jusqu’au vendredi 31 mai 2019, au plus tard. Ces bourses sont attribuées, selon des critères définis, à des jeunes qui envisagent de suivre des formations non dispensées en Martinique dans les domaines de la musique, de la danse, du théâtre, des arts visuels et de l’audiovisuel. La limite d’âge est fixée à 26 ans dans le cadre de ce dispositif. La liste des pièces est consultable sur le site de la CTM  ou peut être retirée auprès de la Direction des politiques culturelles – site de la Pointe de Jaham. Passé cette date, les dossiers seront examinés dans le cadre de la rentrée scolaire 2020/2021.

Date limite vendredi 31 mai 2019.

Lire Plus =>

La hausse controversée des frais d’inscription pour les étudiants étrangers a été publiée au Journal officiel

Les étudiants extra-européens devront ainsi s’acquitter de 2 770 euros en licence et 3 770 euros en master et doctorat, soit plus de dix fois plus que leurs homologues européens.

La mesure avait été vivement contestée après son annonce. La hausse des frais d’inscription universitaires pour les étudiants non-européens entrera en vigueur à la rentrée prochaine, selon deux textes publiés dimanche 21 avril au Journal officiel. Les étudiants extra-européens devront ainsi s’acquitter de 2 770 euros en licence et 3 770 euros en master et doctorat, soit plus de dix fois plus que leurs homologues européens, selon l’arrêté du ministère de l’Enseignement supérieur.
Des exceptions citées

Un décret publié dimanche liste par ailleurs une série de cas selon lesquels les étudiants hors-UE pourraient être exonérés de cette hausse, notamment en raison de leur « situation personnelle » ou s’ils répondent « aux orientations stratégiques de l’établissement ». La hausse ne s’appliquera par ailleurs pas aux doctorants étrangers, avait également indiqué la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal fin février, ni aux étudiants non-Européens ayant déjà entamé leurs études en France.

Lire Plus =>

Écrans : appel à la « vigilance » pour les enfants… et pour les parents

L’usage des écrans par les enfants et les adolescents doit faire l’objet d’une « vigilance raisonnée », avertissent mardi des scientifiques, invitant aussi les parents à s’interroger sur l’impact de leur propre relation aux nouvelles technologies.

Comportements addictifs, sommeil perturbé, troubles du développement, éventuelle toxicité pour la rétine… Les académies des sciences, de médecine et des technologies ont passé en revue les principaux sujets d’inquiétude.

Dans leur appel, les auteurs prennent soin de souligner qu’on a encore peu de certitudes scientifiques sur d’éventuels effets délétères. Ils refusent également de tomber dans la diabolisation des nouvelles technologies, qui « constituent des outils de connaissance et d’ouverture sur le monde » si elles sont bien utilisées.

Mais les trois académies, qui ont auditionné 12 médecins, sociologues, chercheurs en sciences de l’éducation et spécialistes des jeux vidéo, mettent en garde contre l’excès inverse, qui serait un « fétichisme » d’une société 100% numérique forcément meilleure.

La « surexposition » aux écrans et le « mésusage » qu’en font certains enfants et adolescents – et leurs parents – sont une claire source de préoccupation.

Lire Plus =>

Les enfants pourront bientôt passer leur «permis vélo»

Le 17 avril, quatre ministères annonceront le lancement de «savoir rouler». Le but: apprendre aux enfants à respecter le code de la route.

Et si les enfants aussi passaient le permis? Mercredi 17 avril, les ministères des Sports, des Transports, de l’Intérieur et l’Éducation nationale doivent annoncer la mise en place d’un nouvel apprentissage de la conduite à vélo, d’après les informations du Parisien confirmées au Figaro.

Les enfants de 6 à 11 ans pourront donc apprendre le code de la route, les règles de sécurité et s’entraîner à rouler sur le bitume lors d’une formation de 10 heures, «le temps minimum» selon Olivier Schneider, président de la fédération française des usagers de la bicyclette (FUB).

La démarche sera dans un premier temps, individuelle. Les parents souhaitant que leurs enfants bénéficient de la formation devront les inscrire dans certaines organisations. Les ministères doivent présenter une liste de 1200 associations ou clubs via le site savoirrouleravelo.fr en ligne mercredi prochain. Le certificat d’aptitude sera ainsi remis aux enfants par les organisations habilitées à le faire, «un peu comme s’il s’agissait d’un permis vélo», résume Emmanuel Barbe au Parisien.

Lire Plus =>

Bourse de lycée : c’est le moment de faire votre demande en ligne

Vous avez un enfant collégien qui intègre un lycée à la prochaine rentrée ou bien un lycéen qui n’est pas encore boursier et vous avez besoin d’une aide financière ? La campagne des demandes de bourse de lycée pour l’année scolaire 2019-2020 est ouverte et se terminera le jeudi 4 juillet 2019.

La bourse de lycée est une aide financière accordée sous conditions de ressources pour permettre aux parents éligibles d’assumer les frais liés à la scolarité de leur enfant (fournitures, manuels scolaires, etc.). Elle se décline en 6 échelons qui déterminent le montant qui sera alloué selon le nombre d’enfants à charge composant le foyer et les revenus des parents.

Quels sont les critères ?

  • Les ressources de la famille : le revenu fiscal de référence inscrit sur l’avis d’imposition 2018 concernant les revenus de 2017 (en cas de modification substantielle de votre situation entraînant une diminution de ressources, vos revenus de l’année 2018 peuvent être pris en compte) ;
  • Les enfants à charge : le nombre d’enfants mineurs ou en situation de handicap et le nombre d’enfants majeurs célibataires à votre charge.

Lire Plus =>

Projet de loi Blanquer: les points qui coincent avec les syndicats enseignants

—Par Clémence Barra —

Le 19 février dernier, le projet de réforme du ministre de l’Éducation nationale était voté en première lecture à l’Assemblée nationale. Depuis, c’est l’incompréhension entre les enseignants et Jean-Michel Blanquer.

Samedi 30 mars, ils étaient 36.000 enseignants d’écoles maternelles et élémentaires, de collèges et de lycées à défiler en France contre le projet de réforme de l’Éducation nationale. Quelques jours plus tard, jeudi 4 avril, entre 15% et 25% des professeurs des écoles étaient en grève, soutenus par sept syndicats. La confiance n’est clairement pas au rendez-vous entre le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, et les enseignants du premier cycle. Le nom de son projet de loi était pourtant plein d’espoir: «Pour une école de la confiance». Depuis son vote en première lecture le 19 février dernier, le projet de loi fait l’objet de nombreuses polémiques. «La loi telle qu’elle est présentée est une loi fourre-tout», affirme Francette Popineau, secrétaire générale de Snuipp-FSU, le syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et PEGC, le syndicat majoritaire dans cette profession.

Lire Plus =>

La Martinique aura-t-elle son université à l’insu de son plein gré ?

— Par Yves-Léopold Monthieux —
Dans la concurrence que se font en divers domaines la Guadeloupe et la Martinique, le département-région sait se faire aider par le gouvernement grâce à ses parlementaires et son lobby d’anciens ministres, de gauche et de droite. De ce fait, la mésestime de la collectivité martiniquaise pour les partis nationaux ainsi que son dédain pour les fonctions ministérielles sont perçus par Gwada comme des reproches en creux pour sa propre participation à des gouvernements français. Celle-ci se tait mais n’en pense pas moins. En tout cas, les postures de rupture du pouvoir local martiniquais ont un coût politique. La plupart des arbitrages gouvernementaux effectués entre les deux territoires se font au détriment de la Martinique.
S’agissant de l’enseignement supérieur, la Guadeloupe a le beau rôle. Alors que la Martinique est toute entière préoccupée par son statut politique, son drapeau et son hymne, le pôle universitaire de la collectivité voisine a su, préférant le concret au panache, développer des unités d’enseignement jusqu’à atteindre 70% des équipements de l’Université des Antilles (UA) et des activités afférentes.

Lire Plus =>

Transparence de Parcoursup : une bataille gagnée en Guadeloupe, mais pas la guerre…

— Par Alexandra Saviana —

L’université des Antilles doit communiquer le détail de ses critères de classement des candidats dans Parcoursup, selon une décision rendue par le tribunal administratif de Guadeloupe. Mais la transparence des algorithmes locaux est encore loin d’être acquise.

C’est une première victoire pour les avocats de la transparence de Parcoursup : le tribunal administratif de Guadeloupe a demandé, lundi 4 février, à l’université des Antilles de rendre publics les algorithmes locaux utilisés pour classer les candidats via la plateforme. L’établissement doit obtempérer dans un délai d’un mois, sous peine d’une astreinte de 100 euros par jour de retard. Le jugement a été salué par l’Union nationale des étudiants de France (Unef), à l’origine du recours, comme une victoire pour « rompre l’opacité » de la très critiquée procédure d’affectation post-bac Parcoursup, entrée en application en 2018. La transparence des algorithmes locaux de la plateforme est toutefois loin d’être acquise, alors que l’université des Antilles a déjà annoncé se pourvoir en cassation.

« Cette décision récompense le travail que nous menons avec l’Unef depuis un an et demi sur les algorithmes locaux, c’est une première victoire », savoure auprès de Marianne Pierre Ouzoulias, féroce partisan de la transparence de Parcoursup.

Lire Plus =>

Université des Antilles : le chaos était prévisible.

— Par Yves-Léopold Monthieux —
Le  renoncement de la Guadeloupe et de la Guyane à s’unir pour quoi que ce soit à la Martinique a connu sa première expression dans leur refus caractérisé de participer à la Grande région Antilles-Guyane envisagée il y a environ 50 ans. La Martinique y était seule favorable et elle avait raison, selon moi. La création de plusieurs institutions ou organismes régionaux pouvait paraître aller en ce sens. Mais il est évident que les autres collectivités craignaient que le statut de chef de file de la Martinique ne se prolonge dans la Grande région. Ce qui était d’autant plus insupportable que la conscience d’être des « pays » s’opposait à toute perte de souveraineté d’un DFA par rapport à l’autre. On a retrouvé le même réflexe quand se sont présentées les  dissensions à l’égard de l’académie et de l’université.
Il fallait être terriblement naïf et aveugle pour ne pas constater la volonté de la Guadeloupe d’avoir la haute main sur l’Université des Antilles et de se mettre en position de force pour créer sa propre université, au besoin par la mutilation du pôle Martinique.

Lire Plus =>

À propos de la soi-disant « sur-rémunération  » des fonctionnaires

— Communiqué du SNUEP-FSU —

Le SNUEP-FSU, une nouvelle fois, condamne fermement les propos tenus vendredi par E. MACRON, cette fois-ci lors du débat sur l’outremer.

Le Président de la République a en effet choisi de continuer sa croisade contre la partie d’entre nous, qui, suite à des concours difficiles, a choisi d’embrasser la carrière de fonctionnaires. Ces derniers sont accusés-et manifestement le ridicule n’étrangle pas Président- d’être responsables de la « vie chère » en outremer.

Cette incroyable mise à l’index s’est déroulée devant un parterre de premiers édiles, préférant lâchement s’engoncer dans un mutisme impardonnable, feignant ne pas savoir qu’ils ont pour mission de défendre ceux qui les ont élus.
Ils participaient pourtant à un débat « à bâtons rompus où ils devaient dire les choses de façon directe » dixit le Président. Leurs réactions et réprobation étaient donc permises. Même les plus sanguines…Même les plus épidermiques… .

Personne n’est dupe de la politique stérile menée par E.MACRON et de ses tentatives pour braquer les Martiniquais les uns contre les autres.

Lire Plus =>

Vers la fin de l’Université des Antilles ?

— Par Danielle Laport (*)——

L’Université est le lieu privilégié de la connaissance, de la dialectique, de l’éveil des consciences, de la recherche pour combattre l’obscurantisme. L’Université contribue à donner les outils et clés de lecture nécessaires pour comprendre, réajuster intelligemment « aujourd’hui » et construire utilement « demain ». L’Université permet de s’ouvrir au Monde avec discernement et tolérance. En tout cas, c’est ce que l’on attend de cette institution.

Depuis maintenant 5 ans, notre Université est au cœur d’une actualité pour le moins perturbante. Entre suspicion de scandale financier avec le CEREGMIA en attente d’un procès judiciaire, éclatement de l’unité Martinique / Guadeloupe / Guyane conduisant à une Université Martinique / Guadeloupe, aujourd’hui nous entendons le sifflement d’un vent d’une possible Université Martinique.

A l’heure où les Universités se structurent sur les territoires en se regroupant pour créer des pôles puissants interdisciplinaires d’enseignement et de recherche afin d’attirer le plus grand nombre d’étudiants pour démultiplier les recherches, misant ainsi sur l’adage « le plus large contre le plus étroit », notre Université aurait-elle alors choisi le plus étroit ?

Lire Plus =>