Yékri

Yékri, le journal des effervescences créoles

L’éphéméride du 8 août

À Bruxelles, Paul Verlaine est condamné à deux ans de prison le 8 août 1873. Il avait tiré deux coups de revolver sur Arthur Rimbaud, et la justice belge avait mis en lumière son homosexualité (raison majeure de cette condamnation).

Pourquoi Verlaine a-t-il tiré sur Rimbaud ?

Par Basile Perrin-Reymond

C’est une histoire d’amour passionnel qui finit en (presque) crime entre deux immenses poètes. L’intrigue se déroule dans leur chambre d’hôtel de Bruxelles, ce 10 juillet 1873…

Illustration : Verlaine et Rimbaud à Bruxelles en 1873

Enfin ! Veux-tu que je t’embrasse en crevant ? La phrase de Verlaine est restée célèbre, qu’il adresse à Rimbaud dans une lettre affirmant qu’il est prêt à se “brûler la gueule”. Son amant – 17 ans à l’époque – accourt à Bruxelles et ici comme à Londres, reprennent les disputes et l’ivresse quasi permanente.

Le 10 juillet 1873, Paul Verlaine entre à 9 heures du matin chez Montigny, une armurerie du centre-ville, où il achète, pour 23 francs, un six coups de marque Lefaucheux, un petit revolver à la crosse en bois comme s’en payaient les bourgeois à l’époque.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 7 août

Lancement de la DeviantArt le 7 août 2000

DeviantArt (stylisé deviantART de 2001 à 2014) est une communauté artistique en ligne, où chacun peut s’inscrire et exposer ses propres créations, graphiques ou littéraires. Le jour de son 15e anniversaire (7 août 2015), le site comptait plus de 36,4 millions d’inscrits et plus de 200 millions de deviations.

Description
Lancé le 7 août 2000, ce site permet à chacun d’y mettre des œuvres graphiques ou littéraires. Il est possible de surveiller ce que postent les deviants dont on a apprécié les œuvres.

Une inscription est nécessaire pour y participer. Celle ci est gratuite de base mais une inscription payante (nommée Premium puis Core depuis 2015) donne le droit à certains avantages, tels que des statistiques plus précises et nombreuses, des options de navigation, une personnalisation de votre page plus poussée, la disparition des publicités et des interactions avec votre téléphone portable.

Certains décident de créer un compte qui n’est pas géré par une personne mais par plusieurs. C’est un groupe. Ensuite toute personne peut faire partie du groupe (les modalités changent selon les groupes, mais ce n’est qu’informel ; rien ne différencie techniquement un compte personnel d’un compte de groupe).

Lire Plus =>

L’éphéméride du 6 aout

Bombardement d’Hiroshima au Japon par les États-Unis avec une bombe à l’uranium, causant 80 000 morts et de nombreux blessés le 6 août 1945

Hiroshima, un crime de guerre?
Hiroshima, la véritable histoire (Vidéo à revoir sur Arte)

Le 6 août 1945, sur ordre du président américain Truman, un bombardier B-29 largue sur Hiroshima, au Japon, la première arme nucléaire jamais utilisée lors d’une guerre. Le document revient sur les conséquences sociales, sanitaires et environnementales de cette catastrophe, mais aussi sur les motivations réelles des États-Unis. Témoignages d’experts, agents secrets et de survivants enrichissent cette enquête qui dévoile la véritable histoire et dissipe les écrans de fumée ayant détourné (en grand partie à cause de l’habile désinformation occidentale) le monde de la réalité des faits.
Ce programme est disponible en vidéo à la demande ou DVD.
Hiroshima, le 6 août 1945, Nagasaki, trois jours plus tard. Cette enquête de grande ampleur éclaire aussi bien les motivations réelles des Américains que les conséquences sociales, sanitaires et environnementales du désastre. Un regard indispensable sur un événement qui a provoqué tant d’aveuglement.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 5 août

« Massacre » de Lachine, où 97 colons français furent tués par des Iroquois à Lachine le 5 août 1689

Le massacre de Lachine est l’événement durant lequel des colons de la Nouvelle-France furent massacrés par des Iroquois, le 5 août 1689 à Lachine. Le nombre de victimes est incertain. Louis de Buade de Frontenac rapporte 200 personnes tuées et 120 enlevées; des recherches historiques confirment 97 morts.
Contexte
Le déploiement des Français vers l’Ouest au cours des années 1670 et 1680 empêche la confédération des Iroquois d’avoir accès à de nouvelles sources de castors et menace la traite des fourrures de New York. À cette époque, la France et l’Angleterre sont en paix, mais les colonies des deux puissances se méfient.

Du côté des Français, en « 1688, Callière va exposer à la Cour les plans qu’il a élaborés en vue de l’invasion de la Nouvelle-York »1. En avril 1689, Frontenac est nommé Gouverneur de la Nouvelle-France. Le 25 juin 1689, le roi Louis XIV déclare la guerre à l’Angleterre après que Guillaume III eût « usurpé » le trône de Jacques II.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 4 août

Date présumée de découverte du procédé de fabrication du champagne, ce « vin du diable », par Dom Pérignon  le 4 août 1693

Pierre Pérignon, dit dom Pérignon, né à Sainte-Menehould en décembre 1638 ou janvier 1639 et mort dans l’abbaye Saint-Pierre d’Hautvillers le 24 septembre 1715, est un moine bénédictin qui, selon la légende, a importé de Limoux la méthode de la prise de mousse du vin dite méthode champenoise — il est de ce fait considéré comme l’inventeur du champagne. Presque exactement contemporain de Louis XIV, il n’était ni vigneron ni alchimiste. Au monastère d’Hautvillers, près d’Épernay, il assurait le contrôle des vignes et des pressoirs de l’abbaye. Son apport à la méthode était d’assortir avant de les pressurer des raisins de diverses origines.

Pierre Pérignon naît en décembre 1638 ou janvier 1639, à Sainte-Menehould dans une famille aisée de sept enfants : son père Pierre Pérignon a la charge du greffe de la Prévôté, sa mère Marguerite Le Roy meurt sept mois après sa naissance, son père se remariant trois ans plus tard avec Catherine Beuvillon, veuve d’un marchand de la ville2.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 3 août

Dernière prestation des Beatles dans le Cavern Club à Liverpool le 3 août 1963.

The Cavern Club (La caverne en français) est une salle de spectacle située au 10, Mathew Street, une petite rue du centre de Liverpool, ville portuaire du nord de l’Angleterre. Ouvert le 16 janvier 1957 comme club de Jazz. il doit son nom à l’allure sombre du local dans un sous-sol fait de voûtes au sous-sol d’un bâtiment commercial.
Histoire
C’est là que, pour la première fois, Brian Epstein (leur futur manager) vit jouer les Beatles, le 9 novembre 19613. Bien avant, les Quarrymen y avaient déjà joué plusieurs fois en 1957 et, avec Paul McCartney, le 24 janvier 1958. En deux ans et demi – du 9 février 1961 au 3 août 1963 – les Beatles y donnèrent 292 représentations, souvent à l’heure du déjeuner selon les traditions anglaises, attirant une foule de spectateurs de plus en plus grande, créant un premier noyau de fans. De nombreux autres groupes et artistes y ont joué (notamment les représentants du style Merseybeat comme Billy J.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 2 août

Einstein alerte sur la bombe A  le 2 août 1939

C’est par une lettre d’Einstein à Roosevelt qu’a démarré le projet Manhattan, qui aboutira aux bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki.

Les physiciens nucléaires Leó Szilárd, Edward Teller et Eugene Wigner (tous les trois des réfugiés juifs hongrois) étaient convaincus que l’énergie libérée par la fission nucléaire pouvait être utilisée dans des bombes par l’Allemagne nazie.

Ils persuadèrent Albert Einstein, le plus célèbre physicien de l’époque, d’avertir de ce danger le président des États-Unis, Franklin Roosevelt, dans une lettre datée du 2 août 1939 dont Szilárd fit le brouillon.

La lettre ne sera remise par l’économiste Alexander Sachs au président que le 10 octobre, en raison de l’invasion de la Pologne par les armées allemandes.

Après avoir pris connaissance du contenu de la lettre, Franklin Roosevelt autorise la création du Advisory Committee on Uranium, dont les membres se réunissent pour la première fois le 21 octobre. À sa tête se trouve Lyman Briggs, alors directeur du National Bureau of Standards. Un budget de 6 000 $ est alors alloué à Enrico Fermi de l’Université de Chicago pour ses expériences sur les neutrons.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 1er août

Marie-José Pérec devient triple médaillée olympique le 1er août 1996

Marie-José Pérec, née le 9 mai 1968 à Basse-Terre en Guadeloupe, est une athlète française.

Elle est la seule athlète française à être triple championne olympique : en 1992 aux Jeux de Barcelone sur 400 mètres et deux fois aux Jeux d’Atlanta en 1996 sur 400 mètres et 200 mètres. Elle est également la deuxième à avoir réalisé le doublé aux Jeux olympiques sur 200 et 400 mètres (la première étant l’Américaine Valerie Brisco-Hooks), et la première athlète, hommes et femmes confondus, à avoir remporté, lors de deux Jeux olympiques consécutifs, le titre sur 400 mètres. Le temps qu’elle a signé en finale à Atlanta 1996, 48 s 25 est encore à ce jour la quatrième meilleure performance de tous les temps et durant 23 ans, le seul temps réalisé à moins d’une seconde après le record du monde de Marita Koch (47 s 60 en 1985), ainsi que le record olympique sur le tour de piste. Marie-José Pérec est également double championne du monde du 400 m, à Tokyo en 1991 et à Göteborg en 1995.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 31 juillet

Christophe Colomb débarque sur l’ile de la Trinité le 31 juillet 1498

Trinité-et-Tobago, en forme longue la république de Trinité-et-Tobago, en anglais : Republic of Trinidad and Tobago, est un État insulaire des Caraïbes situé dans la mer des Caraïbes, au large du Venezuela.

Membre du Commonwealth, la langue officielle du pays est l’anglais ; le créole trinidadien, à base lexicale française est en déclin. Sa capitale est Port-d’Espagne.

Trinité-et-Tobago est composée de deux îles distantes de 35 km l’une de l’autre : Trinité et Tobago dont Scarborough est le chef-lieu.

En 2015, Trinité-et-Tobago avait le troisième plus important PIB par habitant en parité de pouvoir d’achat d’Amérique, derrière les États-Unis et le Canada. Son économie repose principalement sur l’industrie pétrolière et pétrochimique, grâce aux grandes réserves en hydrocarbures que possède le pays.

Histoire
700 ans avant l’arrivée de Christophe Colomb à Trinité, l’île était peuplée par les peuples Caraïbes ou Arawaks. Au moment de la colonisation par le royaume de Castille, on comptait 40 000 Amérindiens. Pour cette population, l’île de Trinité servait de transit entre l’Amérique du Sud et les Caraïbes.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 30 juillet

Naissance de George « Buddy » Guy le 30 juillet 1936 en Louisiane

George « Buddy » Guy, né le 30 juillet 1936 à Lettsworth (Louisiane), est un musicien américain de blues et de musique rock. Il est le père de la rappeuse Shawnna.
Influencé dès son enfance par John Lee Hooker, Muddy Waters et Howlin’ Wolf qui lui donneront plus tard envie d’émigrer vers Chicago, il se fabrique à l’âge de treize ans une guitare de fortune à partir d’une moustiquaire et d’un morceau de bois. Mais, c’est à seize ans que son père lui offre sa première vraie guitare, une deux cordes. Buddy joue alors simplement de la guitare pour passer le temps.

Quelque temps plus tard, alors qu’il est assis sur le seuil de sa maison en train de jouer de la guitare, un inconnu l’aborde, lui dit qu’il le regarde jouer chaque soir et qu’il voudrait lui offrir une guitare neuve. Et c’est ainsi que Buddy se retrouve le lendemain avec une guitare flambant neuve, plus motivé que jamais pour imiter ses idoles.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 29 juillet

Promulgation de la Loi sur la liberté de la presse le 29 juillet 1881

La loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse est une loi française, votée sous la IIIe République, qui définit les libertés et responsabilités de la presse française, imposant un cadre légal à toute publication, ainsi qu’à l’affichage public, au colportage et à la vente sur la voie publique.

Elle est souvent considérée comme le texte juridique fondateur de la liberté de la presse et de la liberté d’expression en France, inspirée par l’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789. Elle est, dans le même temps, le texte qui en limite l’exercice et incrimine certains comportements, prise en réaction à la Commune de Paris, le dépôt d’un fort cautionnement comme préalable obligatoire à la parution de journaux fut rétabli. Avec l’arrivée des républicains au pouvoir en 1876, se sont engagées d’âpres négociations avec la droite, conservatrice d’un certain « ordre moral », et la presse d’opinion.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 28 juillet

Mort de Savinien Cyrano dit Cyrano de Bergerac le 28 juillet 1655

Poète et libre-penseur, Hercule Savinien Cyrano dit Cyrano de Bergerac, né à Paris le 6 mars 1619, est surtout connu pour sa comédie Le Pédant joué, son Histoire comique des États et Empires de la Lune, première partie de l’Autre Monde, et particulièrement pour avoir inspiré à Edmond Rostand le personnage central de sa pièce Cyrano de Bergerac (écrite à Paris en 1897 et jouée pour la première fois le 28 décembre de la même année à Paris, au Théâtre de la Porte-Saint-Martin), qui reprend des éléments de la biographie du poète, mais s’en écarte par des aspects non négligeables. Les écrits de Cyrano indiquent, certes, qu’il possédait un nez anormalement grand, dont il était fier. S’il est vrai que, poète populaire et fine lame, il s’est battu dans de nombreux duels et a combattu cent hommes à la porte de Nesle, ses capacités furent enjolivées par Rostand. Le modèle pour le personnage de la Roxane de la pièce de Rostand, était Catherine de Cyrano, la cousine de Cyrano, qui vivait avec sa tante au couvent des Filles de la Croix, où celui-ci fut soigné pour les blessures consécutives à la chute de la poutre.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 27 juillet

Première journée des « Trois Glorieuses » le 27 juillet 1830

Les Trois Glorieuses, une révolution confisquée par Gabriel Pornet
Les combats des 27, 28 et 29 juillet 1830 chassent du pouvoir le roi Charles X. Malgré l’action décisive du Paris populaire, l’événement est récupéré par la bourgeoisie, qui installe sur le trône Louis-Philippe.

«Paris ne bougera pas !» Dimanche 25 juillet 1830, le préfet Mangin balaie les inquiétudes de quelques ministres. La capitale étouffe sous la chaleur, des habitants flânent dans les jardins et beaucoup de députés sont en province. Ce matin-là pourtant, parmi des proches de Charles X réunis au château de Saint-Cloud, la tension est palpable (1). Le monarque de 72 ans semble hésiter un instant, le front posé dans ses mains et le regard perdu. «Plus j’y réfléchis, plus je suis convaincu qu’il est impossible de faire autrement.» Il se décide enfin, signe les ordonnances préparées depuis des semaines dans le plus grand secret : dissolution de la Chambre tout juste élue avec une majorité libérale, réduction du nombre d’électeurs, suspension de la liberté de la presse… «Messieurs, c’est désormais entre nous à la vie à la mort !»

Lire Plus =>

L’éphéméride du 26 juillet

Publication à Varsovie de l’ouvrage Langue Internationale par Louis-Lazare Zamenhof qui marque la naissance de l’espéranto le 26 juillet 1887.

L’espéranto est une langue construite internationale utilisée comme langue véhiculaire par des personnes provenant d’au moins 120 pays à travers le monde, y compris comme langue maternelle. N’étant la langue officielle d’aucun État, l’espéranto permet d’établir un pont neutre entre cultures ; certains locuteurs nomment « Espérantie » la zone linguistique formée des lieux géographiques où ils se trouvent. Nécessitant un court apprentissage pour être utilisable, l’espéranto est ainsi présenté comme solution efficace et économiquement équitable au problème de communication entre personnes de langues maternelles différentes.

Fondée sur une grammaire régulière sans exception, l’espéranto est une langue globalement agglutinante où les mots se combinent pour former un vocabulaire riche et précis à partir d’un nombre limité de racines lexicales et d’affixes. Ces particularités la rendent aisément adaptable aux exigences les plus variées et facilitent son apprentissage à tout âge. L’Académie d’espéranto contrôle en particulier l’introduction de mots découlant d’inventions ou de notions nouvelles et l’Association mondiale anationale publie le Plena Ilustrita Vortaro de Esperanto, dictionnaire tout en espéranto le plus vaste et reconnu internationalement.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 25 juillet

Wolfgang Amadeus Mozart termine la composition de sa Symphonie n°40 en Sol mineur (K550) le 25 juillet 1788

La Symphonie no 40 en sol mineur, K. 550 a été composée par Wolfgang Amadeus Mozart durant l’été 1788, alors âgé de 32 ans. C’est la plus célèbre de ses symphonies, y atteignant un équilibre exceptionnel entre le fond et la forme, la richesse thématique et la dynamique rythmique. Elle est parfois appelée la « Grande symphonie en sol mineur », pour la distinguer de la « Petite symphonie en sol mineur » no 25 qui a la même tonalité.
Historique
Écrite par le musicien trois semaines après la Symphonie no 39, elle est achevée le 25 juillet 1788 (ses trois dernières symphonies, dont celle-ci, sont terminées en moins de deux mois). Les circonstances précises de sa composition restent inconnues. La partition a été remaniée après 1791 par l’ajout de parties de clarinettes ce qui était inhabituel dans la symphonie classique jusqu’alors, jusqu’à ce que Beethoven impose définitivement ces pupitres dans l’orchestre symphonique.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 24 juillet

Décès à Paris de « L’étoile de la musique créole », Alexandre Stellio le 24 juillet 1939

De son vrai nom Alexandre Fructueux, il naît le 16 Avril 1885 à l’Anse Dufour, quartier de la commune des Anses d’Arlet. Vivant modestement de la pêche, sa famille décide de s’installer à Saint-Pierre, capitale économique et culturelle de l’île. En 1898, à l’âge de 13 ans , il s’embarque avec sa famille pour la Guyane. Le jeune Alexandre s’adapte très rapidement, développe ses talents de virtuose de la flûte et apprend rapidement à jouer de la clarinette. Il devient très vite une vedette dans les dancings les plus côtés de l’époque. C’est ainsi qu’il joue de la clarinette au « Petit Balcon » de Cayenne et contribue à l’expension de ce dancing. Il est aussi sollicité par le propriétaire d’une salle de cinéma de Cayenne, Monsieur Didier dont Eugène Zéphir était l’associé, pour y interpréter des morceaux lors de la projection des films muets. En 1919, à son retour à la Martinique il est engagé comme clarinettiste pour accompagner les films de cinéma Gaumont tout en exerçant son métier de clarinettiste.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 23 juillet

Plus de 300 personnes quittent Dieppe et émigrent pour coloniser la Nouvelle-France le 23 juillet 1632

La Nouvelle-France est un ensemble colonial français d’Amérique du Nord qui a existé de 1534 à 1763 avec le statut de vice-royauté. Sa capitale était Québec.

Son territoire était constitué des colonies d’Acadie, du Canada et de la Louisiane. À son apogée vers 1745, il comprenait le bassin versant du fleuve Saint-Laurent, des Grands Lacs et du Mississippi, le nord de la Prairie, et une grande partie de la péninsule du Labrador. Les descendants des habitants de cette ancienne colonie sont les Acadiens, les Brayons, les Cadiens, les Créoles louisianais, les Canadiens français (en majorité au Québec) et les Métis du Canada.

Ce fut d’abord une colonie-comptoir administrée par des compagnies coloniales, puis une colonie de peuplement sous le gouvernement royal du Conseil souverain de la Nouvelle-France.

La position géographique de la Nouvelle-France empêchait l’expansion vers l’ouest des treize colonies britanniques d’Amérique du Nord, ainsi que la liaison entre ces colonies et la Terre de Rupert.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 22 juillet

Première publication de ワンピース le 22 juillet 1997

One Piece (ワンピース, Wan Pīsu?) est une série de mangas shōnen créée par Eiichirō Oda. Elle est prépubliée depuis le 22 juillet 1997 dans le magazine hebdomadaire Weekly Shōnen Jump, puis regroupée en volumes reliés aux éditions Shūeisha depuis le 24 décembre 1997. En avril 2020, 96 tomes et plus de 980 chapitres sont commercialisés au Japon. La version française est publiée directement en volume reliés depuis le 1er septembre 2000 par Glénat. 95 volumes sont commercialisés en juillet 2020 en France. Depuis le 3 juillet 2013, une réédition a été éditée pour cause de problèmes de droit avec l’ancien traducteur.

L’histoire suit les aventures de Monkey D. Luffy, un garçon dont le corps a acquis les propriétés du caoutchouc après avoir mangé par inadvertance un fruit du démon. Avec son équipage de pirates, appelé l’équipage de Chapeau de paille, Luffy explore Grand Line à la recherche du trésor ultime connu sous le nom de « One Piece » afin de devenir le prochain roi des pirates.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 21 juillet

Neil Armstrong pose le pied sur la lune le 21 juillet 1969

Le 16 juillet 1969 à 13 h 32 UTC, le lanceur Saturn V, pesant plus de 3 000 tonnes, décolle du complexe de lancement 39 de Cap Canaveral en emportant Neil Armstrong et ses coéquipiers à bord du vaisseau Apollo 11. Au début du décollage, le pouls d’Armstrong atteint un maximum de 109 battements par minute. Il trouve le premier étage de la fusée très bruyant, beaucoup plus que celui des fusées Titan II GLV utilisées pour Gemini 8. Par contre, le module de commande et de service Apollo lui semble particulièrement spacieux par rapport à la capsule Gemini. Certains spécialistes pensent que le volume habitable disponible est à l’origine du « mal de l’espace » qui a frappé les membres de l’équipage de la mission précédente, mais aucun des équipiers de l’équipage d’Apollo n’en souffre. Armstrong en est particulièrement heureux, car il était sujet, enfant, à la cinétose et pouvait avoir des nausées après de longues périodes de mouvements.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 20 juillet

À Phnom Penh début de la « Révolte des Ombrelles » le 20 juillet 1942

La « révolte des ombrelles » du 20 Juillet 1942 est déclenchée par l’humiliation de deux moines bouddhistes, défroqués et arrêtés par les autorités coloniales françaises au Cambodge. Cette dénomination fait référence aux ombrelles jaunes brandies par les moines lors de la manifestation.

Au cour de la seconde guerre mondiale, le Japon met la France en difficulté en s’alliant avec les indigènes cambodgiens, notamment avec le clergé bouddhiste partisan des thèses indépendantistes. Les Japonais jouent la carte de l’alliance avec le clergé bouddhiste, s’attirant la sympathie d’une partie des bonzes, et notamment celle du dignitaire Hem Chieu, professeur de l’Institut bouddhique. Le 18 juillet 1942, Hem Chieu et un autre bonze sont soupçonnés d’activités subversives et arrêtés par les Français, qui ne prennent pas la peine d’avertir la hiérarchie bouddhiste comme le voudrait la coutume. Deux jours plus tard, Pach Chhoeun, rédacteur en chef de Nagaravatta, prend la tête dans les rues de Phnom Penh de deux mille manifestants, dont de nombreux moines, pour protester auprès du résident général.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 19 juillet

L’exposition « Art dégénéré » est inaugurée à Munich le 19 juillet 1937.

Art dégénéré (en allemand : Entartete Kunst) était l’expression officielle adoptée par le régime nazi pour interdire l’art moderne en faveur d’un art officiel appelé l’« art héroïque ».

La théorie était la suivante : l’art héroïque a symbolisé l’art racial pur, la libération de la déformation et de la corruption, alors que les modèles modernes déviaient de la norme prescrite de la beauté classique. Les artistes de races pures ont produit l’art racial pur, et les artistes modernes d’une contrainte raciale inférieure ont produit les travaux qui étaient dégénérés. Paradoxalement, les nazis ont repris le terme « dégénéré » des écrits du penseur juif Max Nordau, alors que le régime nazi mettait un point d’honneur à rejeter tout concept émanant d’un intellectuel juif, et que la « dégénérescence » théorisée par Nordau comprenait, entre autres, l’antisémitisme. Dans l’adaptation nazie, elle a été employée pour défendre les vues d’une théorie culturelle de déclin et de racisme.

D’abord appliqué aux arts plastiques, le terme d’« art dégénéré » est ensuite étendu à la musique (Schönberg, Kurt Weill, Ernst Křenek, Erwin Schulhoff par exemple, mais aussi la musique swing), à la littérature ou encore au cinéma (Max Ophüls, Fritz Lang, Billy Wilder).

Lire Plus =>

L’éphéméride du 18 juillet

L’Exodus arrive dans les eaux territoriales de la Palestine le 18 juillet 1947

Exodus 1947 (en hébreu Yetzi’at Eiropa Tashaz, c’est-à-dire Exode d’Europe 5707 suivant le calendrier hébraïque) est un bateau qui transporta en 1947 des Juifs vers la Palestine mandataire, connu pour avoir été l’acteur d’un événement marquant de l’alya d’après-guerre.

À l’issue de la Seconde Guerre mondiale, de nombreux survivants de la Shoah cherchent à émigrer clandestinement d’Europe vers la Palestine, alors sous mandat britannique. Les Britanniques limitaient l’immigration juive en Palestine afin d’éviter les tensions avec les populations arabes.

Le Mossad Le’aliyah Bet organise des opérations destinées à faciliter le voyage des migrants vers la Palestine. L’organisation arme secrètement le President Warfield, qui sera le plus important navire en termes de capacité, armé dans ce but. Le navire quitte le port de Sète4 (France) le 11 juillet 1947 avec 4 500 personnes à bord, en ayant pour destination officielle la Colombie5. Le cap est alors mis sur la Palestine et le navire rebaptisé.

La marine royale britannique prend en chasse le navire et l’arraisonne alors qu’il approche des côtes de la Palestine.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 17 juillet

Lecture au Cloître du Palais Royal de La tragédie du roi Christophe le 17 juillet 1989.

La Comédie Française considère Aimé Césaire comme son « Shakespare noir ».

La Tragédie du roi Christophe est une pièce de théâtre d’Aimé Césaire publiée en 1963 et créée le 4 août 1964 par Jean-Marie Serreau, lors du festival de Salzbourg. Elle est ensuite représentée l’année suivante à l’Odéon, grâce au soutien actif d’une association des Amis du roi Christophe, qui réunit plusieurs personnages dont Pablo Picasso et Gaëtan Picon. La pièce a été également jouée à Berlin, où elle a connu un vif succès, puis à Bruxelles, à la Biennale de Venise, dans les Maisons de la Culture en France, au Festival mondial des Arts nègres à Dakar, à l’Exposition internationale de Montréal, en Yougoslavie et au Piccolo Teatro de Milan.

Présentation
Enjeux du texte et contexte historique
Cette pièce met en scène le destin tragique d’un homme et d’un pays. Elle décrit la lutte du peuple haïtien pour sa liberté, mais aussi le combat mené par un homme politique qui voulait restaurer la grandeur de son pays.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 16 juillet

Bonaparte officialise le rétablissement de l’esclavage en Guadeloupe le 24 messidor an X ( 16 juillet 1802)

Le rétablissement de l’esclavage en Guadeloupe, d’abord imposé militairement et illégalement par le général Richepanse, sera ensuite officialisé par une autre mesure législative, l’arrêté consulaire du 16 juillet 1802 (27 messidor an X), longtemps ignoré de l’historiographie, et dont l’original n’a été découvert qu’en 2007 dans les Archives nationales

« Pour que le 16 juillet devienne un jour de mémoire…. locale et nationale. »

Dans l’historiographie française du rétablissement de l’esclavage en 1802, seule la loi du 20 mai (30 floréal an X) était traditionnellement évoquée par les historiens « nationaux ». Or, en ce qui concerne la zone des Amériques, cette loi ne s’appliquait qu’aux colonies restituées à la France par le traité d’Amiens, ce qui exclut la Guadeloupe, redevenue française depuis 1794, et dans laquelle l’abolition de l’esclavage avait été appliquée. Le retour au système esclavagiste en Guadeloupe ne pouvait juridiquement se faire en vertu de cette loi.

Un historien et juriste local du XIXe siècle, Auguste Lacour, avait évoqué un autre texte, un arrêté consulaire de Bonaparte du 16 juillet 1802, mais sans en donner la source.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 15 juillet

Mort à Paris d’Anne-Marie Jahouvey le 15 juillet 1851

Anne-Marie Javouhey, née le 10 novembre 1779 à Jallanges (Côte-d’Or) en Bourgogne, morte le 15 juillet 1851 à Paris, est la fondatrice de la congrégation des Sœurs de Saint-Joseph de Cluny.

La fondatrice d’une nouvelle congrégation

Anne-Marie Javouhey naît au sein d’une famille qui comptera dix enfants (quatre mourront jeunes). En pleine Révolution française, elle se consacre à Dieu lors d’une messe clandestine. Adolescente, elle instruit les enfants pauvres de son village de Chamblanc et des alentours. Elle catéchise également et prie longuement devant l’oratoire familial qui se trouve dans le jardin.

Après avoir cherché sa voie auprès de congrégations religieuses, elle est encouragée par l’évêque d’Autun à rédiger en 1804 les règles d’une nouvelle union pieuse regroupant autour d’elle quelques jeunes filles, ainsi que ses trois sœurs, qui prononcent leurs vœux ensemble à l’église Saint-Pierre de Chalon-sur-Saône, en 1807. C’est la naissance d’une congrégation nouvelle, sous le patronage de saint Joseph, pour s’occuper d’enfants pauvres.

En 1809, elle s’installe au grand séminaire d’Autun (actuel lycée militaire d’Autun) des classes mixtes afin de pourvoir à l’éducation des enfants issus du milieu pauvre.

Lire Plus =>