Catégorie : Yékri

Yékri, le journal des effervescences créoles

L’éphéméride du 27 juillet

Première journée des « Trois Glorieuses » le 27 juillet 1830

Les Trois Glorieuses, une révolution confisquée par Gabriel Pornet
Les combats des 27, 28 et 29 juillet 1830 chassent du pouvoir le roi Charles X. Malgré l’action décisive du Paris populaire, l’événement est récupéré par la bourgeoisie, qui installe sur le trône Louis-Philippe.

«Paris ne bougera pas !» Dimanche 25 juillet 1830, le préfet Mangin balaie les inquiétudes de quelques ministres. La capitale étouffe sous la chaleur, des habitants flânent dans les jardins et beaucoup de députés sont en province. Ce matin-là pourtant, parmi des proches de Charles X réunis au château de Saint-Cloud, la tension est palpable (1). Le monarque de 72 ans semble hésiter un instant, le front posé dans ses mains et le regard perdu. «Plus j’y réfléchis, plus je suis convaincu qu’il est impossible de faire autrement.» Il se décide enfin, signe les ordonnances préparées depuis des semaines dans le plus grand secret : dissolution de la Chambre tout juste élue avec une majorité libérale, réduction du nombre d’électeurs, suspension de la liberté de la presse… «Messieurs, c’est désormais entre nous à la vie à la mort !»

→   Lire Plus

L’éphéméride du 26 juillet

Publication à Varsovie de l’ouvrage Langue Internationale par Louis-Lazare Zamenhof qui marque la naissance de l’espéranto le 26 juillet 1887.

L’espéranto est une langue construite internationale utilisée comme langue véhiculaire par des personnes provenant d’au moins 120 pays à travers le monde, y compris comme langue maternelle. N’étant la langue officielle d’aucun État, l’espéranto permet d’établir un pont neutre entre cultures ; certains locuteurs nomment « Espérantie » la zone linguistique formée des lieux géographiques où ils se trouvent. Nécessitant un court apprentissage pour être utilisable, l’espéranto est ainsi présenté comme solution efficace et économiquement équitable au problème de communication entre personnes de langues maternelles différentes.

Fondée sur une grammaire régulière sans exception, l’espéranto est une langue globalement agglutinante où les mots se combinent pour former un vocabulaire riche et précis à partir d’un nombre limité de racines lexicales et d’affixes. Ces particularités la rendent aisément adaptable aux exigences les plus variées et facilitent son apprentissage à tout âge. L’Académie d’espéranto contrôle en particulier l’introduction de mots découlant d’inventions ou de notions nouvelles et l’Association mondiale anationale publie le Plena Ilustrita Vortaro de Esperanto, dictionnaire tout en espéranto le plus vaste et reconnu internationalement.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 25 juillet

Wolfgang Amadeus Mozart termine la composition de sa Symphonie n°40 en Sol mineur (K550) le 25 juillet 1788

La Symphonie no 40 en sol mineur, K. 550 a été composée par Wolfgang Amadeus Mozart durant l’été 1788, alors âgé de 32 ans. C’est la plus célèbre de ses symphonies, y atteignant un équilibre exceptionnel entre le fond et la forme, la richesse thématique et la dynamique rythmique. Elle est parfois appelée la « Grande symphonie en sol mineur », pour la distinguer de la « Petite symphonie en sol mineur » no 25 qui a la même tonalité.
Historique
Écrite par le musicien trois semaines après la Symphonie no 39, elle est achevée le 25 juillet 1788 (ses trois dernières symphonies, dont celle-ci, sont terminées en moins de deux mois). Les circonstances précises de sa composition restent inconnues. La partition a été remaniée après 1791 par l’ajout de parties de clarinettes ce qui était inhabituel dans la symphonie classique jusqu’alors, jusqu’à ce que Beethoven impose définitivement ces pupitres dans l’orchestre symphonique. La rumeur à propos du fait que cette symphonie n’ait pas été jouée semble fausse ; en effet, si Mozart a modifié sa nomenclature en ajoutant une partie de clarinette, c’est bien qu’il avait entendu sa première version et qu’elle lui convenait mieux en ajoutant la partie de clarinette.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 24 juillet

Décès à Paris de « L’étoile de la musique créole », Alexandre Stellio le 24 juillet 1939

De son vrai nom Alexandre Fructueux, il naît le 16 Avril 1885 à l’Anse Dufour, quartier de la commune des Anses d’Arlet. Vivant modestement de la pêche, sa famille décide de s’installer à Saint-Pierre, capitale économique et culturelle de l’île. En 1898, à l’âge de 13 ans , il s’embarque avec sa famille pour la Guyane. Le jeune Alexandre s’adapte très rapidement, développe ses talents de virtuose de la flûte et apprend rapidement à jouer de la clarinette. Il devient très vite une vedette dans les dancings les plus côtés de l’époque. C’est ainsi qu’il joue de la clarinette au « Petit Balcon » de Cayenne et contribue à l’expension de ce dancing. Il est aussi sollicité par le propriétaire d’une salle de cinéma de Cayenne, Monsieur Didier dont Eugène Zéphir était l’associé, pour y interpréter des morceaux lors de la projection des films muets. En 1919, à son retour à la Martinique il est engagé comme clarinettiste pour accompagner les films de cinéma Gaumont tout en exerçant son métier de clarinettiste.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 23 juillet

Plus de 300 personnes quittent Dieppe et émigrent pour coloniser la Nouvelle-France le 23 juillet 1632

La Nouvelle-France est un ensemble colonial français d’Amérique du Nord qui a existé de 1534 à 1763 avec le statut de vice-royauté. Sa capitale était Québec.

Son territoire était constitué des colonies d’Acadie, du Canada et de la Louisiane. À son apogée vers 1745, il comprenait le bassin versant du fleuve Saint-Laurent, des Grands Lacs et du Mississippi, le nord de la Prairie, et une grande partie de la péninsule du Labrador. Les descendants des habitants de cette ancienne colonie sont les Acadiens, les Brayons, les Cadiens, les Créoles louisianais, les Canadiens français (en majorité au Québec) et les Métis du Canada.

Ce fut d’abord une colonie-comptoir administrée par des compagnies coloniales, puis une colonie de peuplement sous le gouvernement royal du Conseil souverain de la Nouvelle-France.

La position géographique de la Nouvelle-France empêchait l’expansion vers l’ouest des treize colonies britanniques d’Amérique du Nord, ainsi que la liaison entre ces colonies et la Terre de Rupert. Cela entraîna des tensions qui culminèrent avec l’affaire Jumonville en 1754, événement déclencheur de la guerre de la Conquête, aspect nord-américain de la guerre de Sept Ans, qui se termina par la reddition de la Nouvelle-France en 1760, suivie du traité de Paris de 1763, en conséquence duquel la France cède à la Grande-Bretagne une part importante de son premier empire colonial.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 22 juillet

Première publication de ワンピース le 22 juillet 1997

One Piece (ワンピース, Wan Pīsu?) est une série de mangas shōnen créée par Eiichirō Oda. Elle est prépubliée depuis le 22 juillet 1997 dans le magazine hebdomadaire Weekly Shōnen Jump, puis regroupée en volumes reliés aux éditions Shūeisha depuis le 24 décembre 1997. En avril 2020, 96 tomes et plus de 980 chapitres sont commercialisés au Japon. La version française est publiée directement en volume reliés depuis le 1er septembre 2000 par Glénat. 95 volumes sont commercialisés en juillet 2020 en France. Depuis le 3 juillet 2013, une réédition a été éditée pour cause de problèmes de droit avec l’ancien traducteur.

L’histoire suit les aventures de Monkey D. Luffy, un garçon dont le corps a acquis les propriétés du caoutchouc après avoir mangé par inadvertance un fruit du démon. Avec son équipage de pirates, appelé l’équipage de Chapeau de paille, Luffy explore Grand Line à la recherche du trésor ultime connu sous le nom de « One Piece » afin de devenir le prochain roi des pirates.

Les droits de la série sont acquis par la société Toei Animation qui adapte le manga en anime, cette version est diffusée au Japon chaque dimanche depuis 1999.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 21 juillet

Neil Armstrong pose le pied sur la lune le 21 juillet 1969

Le 16 juillet 1969 à 13 h 32 UTC, le lanceur Saturn V, pesant plus de 3 000 tonnes, décolle du complexe de lancement 39 de Cap Canaveral en emportant Neil Armstrong et ses coéquipiers à bord du vaisseau Apollo 11. Au début du décollage, le pouls d’Armstrong atteint un maximum de 109 battements par minute. Il trouve le premier étage de la fusée très bruyant, beaucoup plus que celui des fusées Titan II GLV utilisées pour Gemini 8. Par contre, le module de commande et de service Apollo lui semble particulièrement spacieux par rapport à la capsule Gemini. Certains spécialistes pensent que le volume habitable disponible est à l’origine du « mal de l’espace » qui a frappé les membres de l’équipage de la mission précédente, mais aucun des équipiers de l’équipage d’Apollo n’en souffre. Armstrong en est particulièrement heureux, car il était sujet, enfant, à la cinétose et pouvait avoir des nausées après de longues périodes de mouvements.

Après un transit entre la Terre et la Lune d’une durée de quatre jours sans anomalie, Armstrong et Aldrin embarquent à bord du module lunaire Apollo, baptisé Eagle pour entamer leur descente vers le sol lunaire.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 20 juillet

À Phnom Penh début de la « Révolte des Ombrelles » le 20 juillet 1942

La « révolte des ombrelles » du 20 Juillet 1942 est déclenchée par l’humiliation de deux moines bouddhistes, défroqués et arrêtés par les autorités coloniales françaises au Cambodge. Cette dénomination fait référence aux ombrelles jaunes brandies par les moines lors de la manifestation.

Au cour de la seconde guerre mondiale, le Japon met la France en difficulté en s’alliant avec les indigènes cambodgiens, notamment avec le clergé bouddhiste partisan des thèses indépendantistes. Les Japonais jouent la carte de l’alliance avec le clergé bouddhiste, s’attirant la sympathie d’une partie des bonzes, et notamment celle du dignitaire Hem Chieu, professeur de l’Institut bouddhique. Le 18 juillet 1942, Hem Chieu et un autre bonze sont soupçonnés d’activités subversives et arrêtés par les Français, qui ne prennent pas la peine d’avertir la hiérarchie bouddhiste comme le voudrait la coutume. Deux jours plus tard, Pach Chhoeun, rédacteur en chef de Nagaravatta, prend la tête dans les rues de Phnom Penh de deux mille manifestants, dont de nombreux moines, pour protester auprès du résident général.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 19 juillet

L’exposition « Art dégénéré » est inaugurée à Munich le 19 juillet 1937.

Art dégénéré (en allemand : Entartete Kunst) était l’expression officielle adoptée par le régime nazi pour interdire l’art moderne en faveur d’un art officiel appelé l’« art héroïque ».

La théorie était la suivante : l’art héroïque a symbolisé l’art racial pur, la libération de la déformation et de la corruption, alors que les modèles modernes déviaient de la norme prescrite de la beauté classique. Les artistes de races pures ont produit l’art racial pur, et les artistes modernes d’une contrainte raciale inférieure ont produit les travaux qui étaient dégénérés. Paradoxalement, les nazis ont repris le terme « dégénéré » des écrits du penseur juif Max Nordau, alors que le régime nazi mettait un point d’honneur à rejeter tout concept émanant d’un intellectuel juif, et que la « dégénérescence » théorisée par Nordau comprenait, entre autres, l’antisémitisme. Dans l’adaptation nazie, elle a été employée pour défendre les vues d’une théorie culturelle de déclin et de racisme.

D’abord appliqué aux arts plastiques, le terme d’« art dégénéré » est ensuite étendu à la musique (Schönberg, Kurt Weill, Ernst Křenek, Erwin Schulhoff par exemple, mais aussi la musique swing), à la littérature ou encore au cinéma (Max Ophüls, Fritz Lang, Billy Wilder).

→   Lire Plus

L’éphéméride du 18 juillet

L’Exodus arrive dans les eaux territoriales de la Palestine le 18 juillet 1947

Exodus 1947 (en hébreu Yetzi’at Eiropa Tashaz, c’est-à-dire Exode d’Europe 5707 suivant le calendrier hébraïque) est un bateau qui transporta en 1947 des Juifs vers la Palestine mandataire, connu pour avoir été l’acteur d’un événement marquant de l’alya d’après-guerre.

À l’issue de la Seconde Guerre mondiale, de nombreux survivants de la Shoah cherchent à émigrer clandestinement d’Europe vers la Palestine, alors sous mandat britannique. Les Britanniques limitaient l’immigration juive en Palestine afin d’éviter les tensions avec les populations arabes.

Le Mossad Le’aliyah Bet organise des opérations destinées à faciliter le voyage des migrants vers la Palestine. L’organisation arme secrètement le President Warfield, qui sera le plus important navire en termes de capacité, armé dans ce but. Le navire quitte le port de Sète4 (France) le 11 juillet 1947 avec 4 500 personnes à bord, en ayant pour destination officielle la Colombie5. Le cap est alors mis sur la Palestine et le navire rebaptisé.

La marine royale britannique prend en chasse le navire et l’arraisonne alors qu’il approche des côtes de la Palestine.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 17 juillet

Lecture au Cloître du Palais Royal de La tragédie du roi Christophe le 17 juillet 1989.

La Comédie Française considère Aimé Césaire comme son « Shakespare noir ».

La Tragédie du roi Christophe est une pièce de théâtre d’Aimé Césaire publiée en 1963 et créée le 4 août 1964 par Jean-Marie Serreau, lors du festival de Salzbourg. Elle est ensuite représentée l’année suivante à l’Odéon, grâce au soutien actif d’une association des Amis du roi Christophe, qui réunit plusieurs personnages dont Pablo Picasso et Gaëtan Picon. La pièce a été également jouée à Berlin, où elle a connu un vif succès, puis à Bruxelles, à la Biennale de Venise, dans les Maisons de la Culture en France, au Festival mondial des Arts nègres à Dakar, à l’Exposition internationale de Montréal, en Yougoslavie et au Piccolo Teatro de Milan.

Présentation
Enjeux du texte et contexte historique
Cette pièce met en scène le destin tragique d’un homme et d’un pays. Elle décrit la lutte du peuple haïtien pour sa liberté, mais aussi le combat mené par un homme politique qui voulait restaurer la grandeur de son pays.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 16 juillet

Bonaparte officialise le rétablissement de l’esclavage en Guadeloupe le 24 messidor an X ( 16 juillet 1802)

Le rétablissement de l’esclavage en Guadeloupe, d’abord imposé militairement et illégalement par le général Richepanse, sera ensuite officialisé par une autre mesure législative, l’arrêté consulaire du 16 juillet 1802 (27 messidor an X), longtemps ignoré de l’historiographie, et dont l’original n’a été découvert qu’en 2007 dans les Archives nationales

« Pour que le 16 juillet devienne un jour de mémoire…. locale et nationale. »

Dans l’historiographie française du rétablissement de l’esclavage en 1802, seule la loi du 20 mai (30 floréal an X) était traditionnellement évoquée par les historiens « nationaux ». Or, en ce qui concerne la zone des Amériques, cette loi ne s’appliquait qu’aux colonies restituées à la France par le traité d’Amiens, ce qui exclut la Guadeloupe, redevenue française depuis 1794, et dans laquelle l’abolition de l’esclavage avait été appliquée.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 15 juillet

Mort à Paris d’Anne-Marie Jahouvey le 15 juillet 1851

Anne-Marie Javouhey, née le 10 novembre 1779 à Jallanges (Côte-d’Or) en Bourgogne, morte le 15 juillet 1851 à Paris, est la fondatrice de la congrégation des Sœurs de Saint-Joseph de Cluny.

La fondatrice d’une nouvelle congrégation

Anne-Marie Javouhey naît au sein d’une famille qui comptera dix enfants (quatre mourront jeunes). En pleine Révolution française, elle se consacre à Dieu lors d’une messe clandestine. Adolescente, elle instruit les enfants pauvres de son village de Chamblanc et des alentours. Elle catéchise également et prie longuement devant l’oratoire familial qui se trouve dans le jardin.

Après avoir cherché sa voie auprès de congrégations religieuses, elle est encouragée par l’évêque d’Autun à rédiger en 1804 les règles d’une nouvelle union pieuse regroupant autour d’elle quelques jeunes filles, ainsi que ses trois sœurs, qui prononcent leurs vœux ensemble à l’église Saint-Pierre de Chalon-sur-Saône, en 1807. C’est la naissance d’une congrégation nouvelle, sous le patronage de saint Joseph, pour s’occuper d’enfants pauvres.

En 1809, elle s’installe au grand séminaire d’Autun (actuel lycée militaire d’Autun) des classes mixtes afin de pourvoir à l’éducation des enfants issus du milieu pauvre.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 14 juillet

14 juillet 1755 : le patriote Corse et homme des lumières Pascal Paoli, révolté contre Gênes, est proclamé général en chef de la Nation Corse au couvent Saint-Antoine de Casabianca. Il fait de la Corse un état indépendant, et la première démocratie du monde moderne.

Pascal Paoli (en corse et en italien, Pasquale Paolin 1) (Morosaglia, 5 avril 17251,2 – Londres, 5 février 1807) est un homme politique, philosophe et général corse.

La Guerre d’indépendance de la Corse (1729-1743) et la République corse (1755-1769) fondent une large partie de l’identité corse d’aujourd’hui. Pascal Paoli est l’une des figures les plus représentatives de cette période.

Contraint de suivre son père Giacinto en exil à l’âge de 15 ans, il part à Naples avec lui (1739). De retour en Corse en 1755 il crée la première constitution corse, il perd l’ultime bataille qui l’oppose à l’armée royale française en 1769. Sa personnalité et son action intéressent bien au-delà des seuls Corses ou des historiens. Son fort attachement à son île natale et à sa culture font de lui une figure inscrite dans son temps et un homme des Lumières qui a tissé des relations d’amitié ou épistolaires à travers toute l’Europe.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 13 juillet

Naissance le 12 ou le 13 juillet 100 av J.-C. de Jules César

Jules César (latin : Caius Iulius Caesar IV à sa naissance, Imperator Iulius Caesar Divus après sa mort), aussi appelé simplement César, est un général, homme politique et écrivain romain, né à Rome le 12 ou le 13 juillet 100 av. J.-C. et mort le 15 mars 44 av. J.-C. (aux ides de mars)7 dans la même ville.

Son parcours unique, au cœur du dernier siècle de la République romaine, bouleversée par les tensions sociales et les guerres civiles, marqua le monde romain et l’histoire universelle : ambitieux, il s’appuya sur le courant réformateur et démagogue qui traversait la cité romaine pour favoriser son ascension politique ; stratège et tacticien, il repoussa à l’aide de ses armées les frontières de la République romaine jusqu’au Rhin et à l’océan Atlantique en conquérant la Gaule, puis utilisa ses légions pour s’emparer du pouvoir au cours de la guerre civile qui l’opposa à Pompée, son ancien allié, puis aux républicains.

Acclamé comme un imperator favorisé des dieux, seul maître à Rome après une suite de victoires foudroyantes sur ses adversaires, il entreprit de réformer l’État et de modifier l’organisation de la classe politique dirigeante afin de satisfaire les revendications de la mouvance des populares dont il se revendique.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 12 juillet

Pose de la première pierre de la statue de Joséphine, place de la Savane le 12 juillet 1856.

La statue de l’impératrice Joséphine est un monument commémoratif en marbre blanc élevé en mémoire de Joséphine de Beauharnais (1763-1814) et situé sur la place de la Savane à Fort-de-France, en Martinique.

Description

La statue en marbre de Carrare représente l’impératrice Joséphine en grand manteau impérial, tenant le médaillon de Napoléon Ier. La statue repose sur un piédestal en marbre architecturé avec corniches et pilastres corinthiens, sur les quatre côtés duquel se trouvent des plaques en bronze commémorant la date de naissance de Joséphine (1763), celles de son mariage avec Bonaparte (1796), de son couronnement à Notre-Dame de Paris (1804) et de l’érection de la statue (1859).

Lire aussi : Joséphine, responsable du rétablissement de l’esclavage par Napoléon?

Lire aussi : La mémoire blessée de la Martinique, par Marion Van Renterghem

Historique
Un premier projet d’établissement d’une statue à la mémoire de Joséphine de Beauharnais, née Marie Rose Tascher de la Pagerie, baptisée aux Trois-Îlets le 27 juillet 1763 et impératrice des Français de 1802 à 1809, date de 1837.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 11 juillet

Sécession du Katanga le 11 juillet 1960

État du Katanga est le nom pris par la province du Katanga, lorsqu’elle déclara unilatéralement son indépendance de la République démocratique du Congo le 11 juillet 1960, soit moins de deux semaines après l’accession de la République du Congo (actuelle République démocratique du Congo) à l’indépendance, dans le cadre de la Crise congolaise.

La sécession katangaise se fit sous l’impulsion de Moïse Tshombé, qui fut son unique président, et des milieux d’affaires pro-occidentaux, au premier rang desquels la toute-puissante Union minière du Haut Katanga (UMHK). L’État du Katanga finit par être réuni de force au Congo-Kinshasa, trois ans plus tard, avec la participation des troupes de l’ONU.

Le contexte de l’indépendance
En mai 1960, dans le cadre du processus de préparation de l’indépendance, les premières élections législatives du futur Congo-Léopoldville donnent la victoire au MNC de Patrice Lumumba, qui, après la proclamation de l’indépendance à Léopoldville le 30 juin 1960 confie la présidence à Joseph Kasa-Vubu.

Dès cette date, les violences de ce qui deviendra la crise congolaise se multiplient, car les partis exclus du gouvernement suscitent des troubles et les forces armées congolaises se mutinent.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 10 juillet

Sabotage du Rainbow Warrior le 10 juillet 1985

L’affaire du Rainbow Warrior désigne le sabotage du navire amiral de l’organisation écologiste Greenpeace, le Rainbow Warrior, par les services secrets français le 10 juillet 1985, ainsi que ses suites médiatiques, politiques et judiciaires. Le navire, à quai en Nouvelle-Zélande, était paré à appareiller pour l’atoll de Moruroa afin de protester contre les essais nucléaires français. L’opération de sabotage fut commanditée par le ministre de la Défense français Charles Hernu, avec l’autorisation explicite du président de la République française François Mitterrand (selon le témoignage de Pierre Lacoste, patron de la DGSE). L’opération fit un mort : Fernando Pereira, photographe, membre de l’équipage de Greenpeace.

Cet acte, qui constituait une violation de la souveraineté de l’État néo-zélandais, fut à l’origine de tensions entre les deux pays et eut des conséquences sur leurs relations politiques et économiques.

Protection du nucléaire français
Le 19 mars 19852, le directeur de cabinet du ministre de la Défense Charles Hernu, Patrick Careil, est convoqué par son ministre qui lui demande de préparer une opération contre le Rainbow Warrior, bateau de l’organisation écologiste Greenpeace amarré à Auckland en Nouvelle-Zélande.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 9 juillet

Le manifeste Russell-Einstein est rendu public à Londres le 9 juillet 1955

Le manifeste Russell-Einstein est rendu public à Londres le 9 juillet 1955, au milieu de la guerre froide, par Bertrand Russell. Ce manifeste met en lumière les dangers créés par les armes nucléaires et appelle les principaux dirigeants du monde à rechercher des solutions pacifiques aux conflits internationaux. Il est signé par onze intellectuels et scientifiques de premier plan, parmi lesquels Albert Einstein qui le signe en avril 1955 (quelques jours avant sa mort). Quelques jours après la publication du manifeste, le philanthrope Cyrus S. Eaton (en) offre de financer un congrès, demandé par le manifeste, à Pugwash (en) en Nouvelle-Écosse, son lieu de naissance. Le premier congrès de Pugwash sur la Science et les Affaires du Monde (Pugwash Conferences on Science and World Affairs) s’est tenu en juillet 1957.

Contexte
La première explosion d’une bombe atomique a lieu le 16 juillet 1945 dans le désert du Nouveau-Mexique au nord d’Alamogordo. Le 6 août 1945, l’armée américaine bombarde Hiroshima, puis trois jours plus tard Nagasaki. De 110 000 à 250 000 personnes sont tuées lors de ces deux explosions atomiques.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 8 juillet

Naissance de Jean de La Fontaine le 8 juillet 1621

Jean de La Fontaine, né le 8 juillet 1621 à Château-Thierry et mort le 13 avril 1695 à Paris, est un poète français de grande renommée, principalement pour ses Fables et dans une moindre mesure pour ses contes. On lui doit également des poèmes divers, des pièces de théâtre et des livrets d’opéra qui confirment son ambition de moraliste.

Proche de Nicolas Fouquet, Jean de La Fontaine reste à l’écart de la cour royale mais fréquente les salons comme celui de Madame de La Sablière et malgré des oppositions, il est reçu à l’Académie française en 1684. Mêlé aux débats de l’époque, il se range dans le parti des Anciens dans la fameuse Querelle des Anciens et des Modernes.

C’est en effet en s’inspirant des fabulistes de l’Antiquité gréco-latine et en particulier d’Ésope, qu’il écrit les Fables qui font sa renommée. Le premier recueil qui correspond aux livres I à VI des éditions actuelles est publié en 1668, le deuxième (livres VII à XI) en 1678, et le dernier (livre XII actuel) est daté de 1694.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 7 juillet

Naissance de Marc Chagall le 7 juillet 1887

Il dort
Il est éveillé
Tout à coup, il peint
Il prend une église et peint avec l’église
Il prend une vache et peint avec une vache
Avec une sardine
Avec des têtes, des mains, des couteaux…

— Blaise Cendrars, 19 poèmes élastiques, Portrait de Chagall 1919

Marc Chagall (russe : Марк Захарович Шагал, Mark Zakharovitch Chagal ; biélorusse : Марк Захаравiч Шагал, Mark Zakharavitch Chagal), né Moïche Zakharovitch Chagalov (russe : Мойшe Захарович Шагалов), est un peintre et graveur, né le 7 juillet 1887 à Liozna, près de Vitebsk, en Biélorussie (alors intégrée à l’Empire russe), naturalisé français en 1937, et mort le 28 mars 1985, à Saint-Paul-de-Vence, où il est enterré.

Sépulture de Marc Chagall, cimetière de Saint-Paul-de-Vence
Chagall est l’un des plus célèbres artistes installés en France au xxe siècle, avec Pablo Picasso. Son œuvre, sans se rattacher à aucune école, présente des caractéristiques du surréalisme et du néo-primitivisme. Inspirée par la tradition juive, la vie du shtetl (village juif en Europe de l’Est) et le folklore russe, elle élabore sa propre symbolique, autour de la vie intime de l’artiste.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 6 juillet

Début de la guerre du Biafra le 6 juillet 1967

La guerre du Biafra est une guerre civile au Nigeria qui s’est déroulée du 6 juillet 1967 au 15 janvier 1970 et a été déclenchée par la sécession de la région orientale du Nigeria, qui s’auto-proclame République du Biafra sous la direction du colonel Ojukwu.

Le blocus terrestre et maritime du Biafra par les troupes gouvernementales provoque, dans la région, une famine qui aurait entraîné la mort d’un à deux millions de personnes. Cette guerre est largement couverte par les médias étrangers, d’autant que le photojournalisme est en plein essor, et expose aux populations occidentales le dénuement du tiers monde. Une des conséquences de cette guerre sera l’évolution de la doctrine de l’aide humanitaire qui prônera la médiatisation intense du conflit et une ingérence directe pour venir en aide aux réfugiés, couronnée par la fondation en 1971 de l’organisation caritative d’origine française Médecins sans frontières

Causes et déclenchement du conflit
Ex-colonie britannique, le Nigeria, qui acquiert son indépendance en 1960, est le pays le plus peuplé d’Afrique avec 40 millions d’habitants20.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 5 juillet

Abolition de l’esclavage en Mauritanie le 5 juillet 1980 (!)

L’esclavage en Mauritanie concernerait environ 43 000 personnes soit 1,06 % de la population en 2016 (estimation des ONG sans études). Cependant, les autorités tentent officiellement d’éradiquer ce phénomène. La Rapporteuse spéciale de l’ONU sur les formes contemporaines de l’esclavage Urmila Bhoola (en) a salué le 21 août 2015 les mesures adoptées par le gouvernement mauritanien pour éradiquer toutes les formes d’esclavage dans le pays. En effet la nouvelle loi rectifie et endurcit les peines de celle de 2007 incriminant l’esclavage mais qui n’avait pu être appliquée en raison du coup d’État de 2008. Néanmoins, la veille, le 20 août 2015, Biram Dah Abeid, figure emblématique de la lutte contre l’esclavage moderne, était condamné en appel à 2 ans d’emprisonnement.

L’esclavage en Mauritanie : Enquête menée par Amnesty International

Histoire, abolitions et résiliences
L’esclavage dans la région remonte à l’antiquité. Il a été aboli au xxe siècle, la première fois en 1905 par un décret des autorités coloniales françaises. La Constitution de la Mauritanie de 1961 proclame l’égalité entre les citoyens mais ne mentionne pas l’esclavage.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 4 juillet

Création de la Communauté Caribéenne le 7 juillet 1973

La Communauté caribéenne, ou Communauté des Caraïbes en abrégé CARICOM (en anglais : Caribbean Community, en néerlandais : Caribische Gemeenschap et en espagnol : Comunidad del Caribe), est une organisation supranationale qui regroupe plusieurs États anglophones des Caraïbes, le Suriname néerlandophone et Haïti à la fois francophone et créolophone. L’organisation a quatre langues officielles, mais sa seule langue de travail est l’anglais. Cependant, le président haïtien Michel Martelly a demandé en 2011 que le français devienne également langue officielle en insistant sur le fait que son pays représente à lui seul la moitié de la population de l’organisation.

Elle est née le 4 juillet 1973 du traité de Chaguaramas entre quatre pays (la Barbade, le Guyana, la Jamaïque et Trinité-et-Tobago) avec pour objectifs de renforcer les liens interétatiques dans la Caraïbe, et de construire un espace de libre-échange autour d’un marché unique : le CSME (économie et marché unique caribéen, en anglais : Carribean Single Market and Economie) dont la mise en pratique est prévue par la révision de 2001 du Traité de Chaguaramas.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 3 juillet

Vote par la Chambre des députés de la loi de séparation des Églises et de l’État le 3 juillet 1905

La loi concernant la séparation des Églises et de l’État est une loi française codifiant la laïcité. Adoptée le 9 décembre 1905 à l’initiative du député républicain-socialiste Aristide Briand, Elle est un des actes fondateurs de la sécularisation de l’État, concluant un affrontement violent qui a opposé deux conceptions sur la place des Églises dans la société française pendant presque vingt-cinq ans.

Elle abroge le régime du concordat de 1801, qui est cependant resté en vigueur en Alsace-Moselle pour des raisons historiques (les élus alsaciens en faisaient une des trois conditions d’acceptation de leur rattachement à la France en 1919, sans quoi ils demandaient un référendum, que la France ne pouvait prendre le risque de perdre après une guerre si meurtrière).

Elle fut complétée en 1924 par l’autorisation des associations diocésaines, qui permit de régulariser, 18 ans plus tard, la situation du culte catholique.

Genèse
À la suite de John Locke, les philosophes des Lumières relancent à travers l’Europe du xviiie siècle la question de la séparation de l’Église et de l’État.

→   Lire Plus