Accueil

Arts de la scène

Sorties Martinique

Agenda 972

Sorties Guadeloupe

 Abonnements

Omicron : une vague de spéculations pour très peu de certitudes

Paris – Omicron, un tournant dans la crise du Covid-19 ? Trop tôt pour le dire, insistent nombre de chercheurs, après plusieurs de jours de spéculations hasardeuses sur les risques réels de ce nouveau variant au profil certes inquiétant.

J’espère que nous pourrons aborder (…) Omicron avec empirisme, prudence et humilité, au lieu des pures spéculations de ces derniers jours“, a prévenu sur Twitter l’infectiologue canadien Isaac Bogoch, lors d’un week-end marqué par un déferlement de suppositions autour de ce variant récemment détecté en Afrique du Sud. 

Qu’est-ce qui est, pour l’heure, certain ? Ce variant présente un nombre exceptionnellement important de mutations et celles-ci se concentrent sur une partie, la protéine “spike“, qui est la clé d’entrée du virus dans l’organisme. 

Ces caractéristiques génétiques font craindre, sur le plan théorique, que ce variant soit plus contagieux et résiste mieux aux vaccins que ses prédécesseurs.  

C’est “un risque très élevé” au niveau mondial, comme l’a jugé lundi l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Plusieurs pays, comme Israël et le Japon, ont d’ores et déjà fermé leurs frontières.

→   Lire Plus

 

 

Féminismes

Les cas de violences faites aux femmes supérieurs aux cas de covid dans le monde

En cette Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes, l’ONG Oxfam publie un rapport mesurant l’impact de la crise sur ce problème de société à l’échelle mondiale. Avec des violences qui ont augmenté de 25 % à 111 % en fonction des pays.

La pandémie de Covid-19 a exacerbé les violences faites aux femmes. C’est ce qu’indique un nouveau rapport Oxfam, publié ce 25 novembre, à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes. Son titre : L’autre pandémie : Les crises interconnectées des violences basées sur le genre et de la COVID-19. Pour cette étude, l’organisation se base sur le nombre d’appels de personnes ayant été confrontées à des violences sur des lignes d’écoute spécialisées dans dix pays au cours des premiers mois de confinement.

Ce rapport indique que les violences basées sur le genre (VGB) ont augmenté de 25 % à 111 % en fonction des pays. 25 % en Argentine; 79 % en Colombie; 43 % en Turquie; 50 % en Chine; 69 % en Afrique du Sud; ou encore 73 % en Italie.

→   Lire Plus

 

Féminismes

En Haïti, l’horreur des viols commis par les gangs

Port-au-Prince – “Certaines femmes kidnappées n’arrivent même pas à savoir combien d’hommes les violaient”: Judith Fadois a beau travailler depuis plus de six ans en Haïti à la clinique de Médecins sans frontières dédiée à la prise en charge des crimes sexuels, la médecin s’avoue dépassée par l’horreur de certains cas.

Déjà minées par le tabou qui entoure ces crimes dans une société considérée comme machiste, la cruauté accrue des gangs haïtiens lors de certains enlèvements sidère les équipes médicales qui prennent en charge les victimes de violences sexuelles. 

Pour certains cas, je parlerais de mutilation, tellement elles ont été traitées en objet“, témoigne sobrement le Dr Fadois, responsable des activités médicales du centre MSF. 

Les bandes armées ont virtuellement pris le contrôle de Haïti depuis plusieurs mois, alors même que ce petit pays des Caraïbes faisait déjà face à une pauvreté endémique. 

– “Pure torture” –

Au coeur de la capitale Port-au-Prince, l’équipe du Dr Fadois offre l’assistance médicale d’urgence et le soutien psychologique vital aux victimes mais la gravité des récentes violences a personnellement affecté le personnel de MSF.  

→   Lire Plus

 

minismes

 

  • La Jepévkf

    Pou matjé 25 Novanm : Jounen enternasionnal pou éliminasion violans kont fanm

    Jounen enternasionnal pou éliminasion violans kont fanm

Publications

“S’adapter”, de Clara Dupont-Monod, Prix Goncourt des Lycéens 2021

Avec “S’adapter”, roman sur l’arrivée d’un enfant “inadapté” dans une fratrie cévenole, Clara Dupont-Monod remporte le Goncourt des Lycéens 2021, après avoir remporté le Prix Femina et le Prix Landerneau, il y a quelques semaines.

Le Goncourt des Lycéens 2021 a été attribué jeudi à Rennes à Clara Dupont-Monod pour son roman “S’adapter”, publié chez Stock, a annoncé le jury composé de lycéens de toute la France.
“S’adapter” a été élu dès le premier tour de scrutin, avec 8 voix sur 13, parmi les cinq romans finalistes, ont précisé les jeunes jurés.
Dans ce roman, déjà consacré par le Prix Femina, l’éditrice et journaliste, 48 ans, imagine une fratrie bouleversée par l’arrivée d’un enfant handicapé.
“Je suis vraiment très émue. C’est un peu comme s’ils accueillaient un peu cette fratrie qui a dû s’adapter, je suis vraiment très émue”, a réagi par téléphone Clara Dupont-Monod, des sanglots dans la voix.
Ce roman était aussi en lice pour le prix Goncourt.
Clara Dupont-Monod doit recevoir le prix jeudi soir à Paris au ministère de l’Education nationale.
Chaque année depuis la création du Goncourt des Lycéens en 1988, environ 2.000 lycéens de toute la France participent au choix du lauréat.

→   Lire Plus

 

Etudes Créoles

Controverse autour  du pronom « iel »

— Par Robert Berrouët-Oriol, linguiste-terminologue —


Depuis quelques jours, l’apparition du pronom « iel » dans la version en ligne du dictionnaire Le Robert suscite la controverse dans plusieurs pays francophones. La presse parlée et écrite s’en est fait l’écho en Belgique (La libre Belgique, RTBF), en Suisse (la Tribune de Genève, RTS), en France (le Nouvel Obs, Le Figaro, Le Monde, France culture, France inter, RFI) et au Québec/Canada (Le Devoir, Radio Canada, La Presse, Le Droit). En effet, Le Robert en ligne consigne le terme « iel » comme suit : « iel ​, iels ​​​pronom personnel / Rare – Pronom personnel sujet de la troisième personne du singulier et du pluriel, employé pour évoquer une personne quel que soit son genre. L’usage du pronom iel dans la communication inclusive. – Rem. On écrit aussi ielle ​, ielles ». Dans la presse écrite et parlée, des lecteurs/auditeurs, des linguistes et de lexicologues s’opposent à la « consécration » du pronom « iel » / « iels » dans Le Robert, dictionnaire généraliste de la langue française, tandis qu’un nombre indéterminé de locuteurs se dit en faveur sinon attentif à l’arrivée de ce nouveau-né… Le pronom « iel » visant à désigner, selon la définition du Robert, « une personne quel que soit son genre », les arguments avancés de part et d’autre sont de nature linguistique et lexicographique, ou relèvent d’une lecture « militante », principalement idéologique, de cette « évolution naturelle » de la langue dans la société.

→   Lire Plus

 

Critiques d'Art

 

Cinéma, Sociologie

“Retour à Reims [fragments]”, film essai de Jean-Gabriel Périot

En replay sur Arte.tv jusqu’au 28 mai 2022


— Par Mathieu Macheret —

Jean-Gabriel Périot plonge dans les archives de l’inconscient collectif

Le réalisateur associe le texte fondateur du philosophe et sociologue Didier Eribon à des extraits de films ou d’émissions télévisées

Il existe un cinéma sans caméra ; celui des réalisateurs-monteurs qui s’abreuvent aux archives mondiales, ce puits sans fond des images tournées par d’autres, pour leur donner t une nouvelle vie, les réassembler dans un autre ordre. Il s’agit à chaque fois de faire parler les images autrement, de faire surgir au fond d’elles d’autres significations – intimes, sociales, politiques ou historiques. L’un des spécialistes en la matière est le Français ]ean-Gabriel Périot, né en 1974, réputé pour avoir déjà revisité par ce biais l’histoire de la Fraction armée rouge dans Une jeunesse allemande (zor5) ou encore celle de l’épuration des femmes à la Libération dans Eût-elle été criminelle (2oo6).

Avec Retour à Reims [Fragments], son dernier long-métrage en date (présenté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes en juillet), il donne sans doute la meilleure adaptation possible à L’essai éponyme de Didier Eribon (Retour à Reims, Fayard, 2009), autoanalyse débouchant sur une lecture sociopolitique de la société française.

→   Lire Plus

 

Consommation, Ecologie

Mini Marché de l’association CCPYPM

Samedi 4 décembre à l’Ecolieu de Tivoli.

Fêtons la fin d’année en investissant le lieu de vie et d’apprentissage qu’est l’Écolieu de Tivoli !

Amenez vos cantiques pour le Chanté nwel du groupe SIWO GWOSEY !

Profitez de l’atelier créatif pour fabriquer vos propres cadeaux en récup’ (bois, tissu).

En entrée libre, redécouvrez le site, le parcours sur la berge, la plantothèque médicinale … Et l’équipe… Mini marché mensuel de l’association CCPYPM et de ses invités : plantes, fruits, légumes, viande locale de porc (élevage plein air sans OGM, pesticides ou antibiotiques) sur commande (par message au 0696 173474 avant le 2 décembre), artisanat bijoux, crochet, calebasse, savons et produits cosmétiques sains!

Notre « Guide des Jardins partagés engagés et responsables en Martinique » sera également disponible à la vente !

Restauration réunionnaise et eau de coco.

Entrée libre, portez masques, cabas et chaussures fermées !

Samedi 4 décembre à l’Ecolieu de Tivoli de 8 à 12H, chemin Desbrosse la vallée, Fort de France.

Contact SMS WHATSAPP 0696 19 78 92 FB Le Jardin partagé de Trenelle Citron .
A propos de l’association CCPYPM – Centre de culture populaire Ypiranga de Pastinha Martinique –

CCPYPM vise à favoriser la cohésion sociale et l’insertion par le travail et gère actuellement deux sites : le Jardin urbain partagé expérimental de Trenelle Citron et l’Ecolieu de Tivoli.

→   Lire Plus

 

Chroniques de J-M Nol

 

Psy...

 

Santé

Covid-19 : où se contamine-t-on le plus ?

Dans une étude publiée vendredi 26 novembre, l’Institut Pasteur souligne que les soirées à domicile, dans des bars ou en discothèque sont le plus à risque.

Quels sont les lieux à éviter en raison d’un risque de contamination au Covid-19 plus important ? Alors que la situation sanitaire se dégrade en France, une nouvelle étude, parue dans The Lancet Regional Health vendredi 26 novembre et menée par l’Institut Pasteur, apporte des réponses. Les travaux portent sur la période du 23 mai au 13 août, qui correspond à la réouverture progressive des lieux publics après le troisième confinement et à l’apparition du variant Delta sur le territoire.

Sans surprise, les endroits les plus risqués pour la contamination étaient les lieux clos mal aérés : soirées pour regarder les matchs de l’Euro de football (à domicile ou dans des bars), discothèques ou, dans une moindre mesure, transports (ce qui n’était pas le cas avec les précédents variants, sans doute parce que Delta est plus transmissible).

+ 350 % de risque lorsque la personne a participé à une fête

Ainsi, une personne âgée de moins de 40 ans qui a fréquenté un bar avait 90 % de chances supplémentaires qu’une autre d’être infectée, rapporte Le Parisien.

→   Lire Plus

 

Santé

 

Sociologie

 

Manifestations
culturelles

 

 

Éducation

 

 

Technologies

Comment mettre La Lettre de Madinin’Art en liste blanche

Même si vous êtes abonné à La Lettre de Madinin’Art, elle peut souvent arriver par erreur dans le dossier spam de votre messagerie ! Afin d’éviter cela, vous devez placer l’adresse de l’expéditeur dans votre liste blanche. La procédure diffère légèrement selon le programme ou service de messagerie que vous utilisez.

Lire Plus => 

 
 

 Le site Madinin'Art
est mis à jour continûment www.madinin-art.net
   

 

 

______

Opéra

"L’opéra des opéras" donné pour la première fois en Guadeloupe !

Pour la première fois en Guadeloupe, trois représentations du célèbre opéra Don Giovanni de Mozart. Cette prouesse, aussi bien économique, artistique, technique que logistique, rassemblera une distribution volontairement antillaise, ainsi que le Jeune Chœur de Guadeloupe constitué par des lycéens et étudiants de l’île, le tout dans un contexte COVID qui aura tout complexifié. Ce projet est mené par le collectif Carib’Opera, fondé en 2014, engagé dans la promotion de l’art lyrique et la culture de l’opéra dans les départements ultramarins, en proposant dans ce domaine une offre équivalente à celle existante en métropole, accessible à tous, et mobilisant compétences et parties prenantes sur place.

03 décembre 2021 Hall des Sports Paul Chonchon 19h

04 décembre 2021 Hall des Sports Paul Chonchon 19h

08 décembre 2021 L’Artchipel 19h

Un deuxième opéra en Guadeloupe

De l’expérience de La Flûte enchantée en 2018 (plus de 2000 spectateurs, de nombreux artistes lyriques professionnels antillais sur scène, et la participation du Jeune Choeur de Guadeloupe), tout le monde a réalisé combien fédérer autour d’un grand événement culturel (et dans ce cas, un opéra jamais donné en Guadeloupe) était révélateur des potentiels d’un territoire.

→   Lire Plus

 

Théâtre

Tartuffe-Théorème Un spectacle de Macha Makeïeff

— Par Michèle Bigot —

Contrairement à ce que le titre laisse entendre ( en vertu du tiret qui unit Tartuffe et Théorème) il ne s’agit nullement d’une création dans laquelle Macha Makeïeff aurait confronté les deux textes pour en tirer une troisième œuvre originale. Première déception: il ne s’agit que d’une mise en scène de plus de la pièce de Molière et le rapprochement avec Pasolini reste superficiel et inexploité. Tout se passe comme si on s’était avisé après coup que les deux œuvres traitaient de l’emprise!

Encore est-ce l’aspect le plus intéressant, mais il aurait fallu respecter l’ambiguïté du Tartuffe de Molière, son caractère manipulateur, sa duplicité, son hypocrisie et la modalité insidieuse de son influence, au lieu d’en faire un prédateur brutal! A cet égard, on attendait la scène de la séduction d’Elmire en craignant le pire, compte tenu de la débauche de gesticulations à laquelle on assiste depuis le début. Et le pire est advenu. Au lieu de l’approche doucereuse d’un séducteur cauteleux on a droit aux manœuvres brutales d’un prédateur. Peu s’en faut qu’il ne la viole sur scène.

→   Lire Plus

 

Théâtre

Cinéma

 

Poésies

Baraj

— Par Daniel M. Berté —

Baraj laraj…
Dépi yonndé-twa jou
Nonbré yo ka fléri
Ka fè moun vini fou
Ka chanboulé lavi
An lawout toupatou
Won-pwen menm-pri-isi

Baraj strikti…
Souvan yo ka paret
Ek ni moun ka siwpri
Poubel épi palet
Né-loto ek débri
Lésans ek zalimet
Vié loto kochonni

Baraj paradoks…
Pou défann Libèté
Gran rèvandikasion
Yo blotjé Libèté
Tout an popilasion
Ki bizwen siwkilé
Pou tout kalté mision

Baraj filtran…
Ka kité traversé
Lé personel swagnan
Ek de sékirité
Mé lézot travayan
Manmay lékol lisé
Yo piès yo pa adan

→   Lire Plus

 

Poésies

 

 

Politiques

Guadeloupe grève toujours, responsables jamais !

— Par Dominique Domiquin —

— Avant-propos de Jaky Dahomay —

Je vous transmets ce texte que m’a communiqué Dominique Domiquin et qui me semble bien exprimer l’état dans lequel nous sommes plongés.
J’en profite pour exprimer mes regrets concernant ma dernière prestation télévisée. J’avoue que j’avais du mal à saisir la pertinence des questions de la journaliste.
Je remercie Dominique Domiquin de me considérer comme un Ancien. Il y a là le témoignage du respect dû à un ainé. Cela tranche avec les qualifiquatifs qu’on m’a jetés antérieurement ; Il y a 15 ans Gaby Clavier m’avait mis dans une ambulance “on ne tire pas sur une ambulance” avait-il déclaré me concernant. Puis en 2009, Domota m’avait qualifié d'”intellectuel moribond”. Aujourd’hui, un brillant intellectuel, le dénommé Georges Boucard, surgi d’on ne sait où, écrit me concernant: “M.Dahomay est plus près du trou que du berceau, il est plein de morbidité.”. Je ne sais pas ce qu’il entend par “trou” mais depuis je ne cesse de chanter -et je ne sais pourquoi- un air sur lequel on dansait quand nous étions plus jeunes :”Sé manzel Nana qui ni on gran twou…si ou vwè ou tombé an twou a Nana, ou pa sèten soti la vivan..”

→   Lire Plus

 

Politiques

Voilà où nous sommes rendus

Par Marie-Laurence Delor —

Constat 1

« Nous n’accepterons pas que de gens vivent leur vie alors que nous sommes en train de souffrir ». Cette phrase prononcée par une leader syndicale du monde agricole est la pus terrible que nous ayons entendue. Terrible parce qu’elle exprime une frustration et une haine incandescentes et aveugles portées par cette alliance tacite entre syndicat et voyous ; terrible parce qu’elle dit l’intention de ces gens : établir la terreur, faire payer à tous ce qu’on a subi. Une terreur dont personne ne sait jusqu’à quelle extrémité elle ira et jusqu’où elle sera acceptée par ceux qui en sont victimes. Une terreur dont se félicite un généralissime de pacotille en Guadeloupe et dont un petit chef martiniquais affirme l’utilité pour faire céder l’ennemi.

Constat 2

Un Président en campagne qui pour ne pas faire de vagues ne pose pas les limites, biaise et louvoie. Le problème est que l’interprétation qu’en fait le bric-à-brac protestataire guadeloupéen et martiniquais est que le pouvoir hésite, il a peur. On a vu ainsi s’installer une situation surréaliste où la Martinique comme la Guadeloupe sont quasi sous contrôle d’individus improbables qui en plein délire de toute puissance décident selon leur bon plaisir sur des barrages de ceux qui passeront ou pas tandis que d’autre brûle et pillent la nuit tombée.

→   Lire Plus

 

Politiques

Entre vents et marées, cap sur demain.

— Tribune libre de Philippe Pierre-Charles et de Marcel Sellaye du G.R.S. —

L’épreuve que vit en ce moment la Martinique, s’inscrit dans le cadre de la crise permanente d’un système, dont les soubresauts se répètent à un rythme accéléré, même si leurs formes varient. Cette marche est inexorable. Seule son issue est inconnue. Les forces progressistes et révolutionnaires ont juste le devoir de peser de toutes leurs forces pour le seul dénouement qui vaille : un lendemain meilleur pour la grande majorité de la population. Et le temps est compté !

On voit bien que la position de l’État consistant à repousser la date de la mise en application de sa loi inadaptée, irréaliste et injuste d’obligation vaccinale et de pass sanitaire, ne résout rien. L’entêtement colonial dans toute sa splendeur !

Plusieurs possibilités existent pourtant pour débloquer la situation, et entrer en négociation sur tous les problèmes mis sur le devant de la scène à la faveur de la crise actuelle :

  • Moratoire sur l’application de cette loi sur les territoires la refusant.

  • Possibilité offerte aux personnes acceptant des vaccins non ARN messagers dont le vaccin cubain.

→   Lire Plus

 

Politiques

Musiques, Politiques

De la “Revue nègre” au Panthéon, comment Joséphine Baker «a pris le pouvoir sur le regard du Blanc»

En reprenant les clichés racistes, la chanteuse s’est rapidement imposée sur la scène parisienne et a «transcendé» les imaginaires xénophobes.

Dans un décor de jungle, elle se déhanche presque nue avec sa fameuse ceinture de bananes : en reprenant les clichés racistes visant les Noirs, Joséphine Baker a imposé sa couleur de peau sur les scènes parisiennes mais surtout «transcendé» ces imaginaires xénophobes. «Si on la regardait aujourd’hui, nous serions tous probablement choqués», prévient l’historien Pascal Blanchard, co-auteur du livre Le Racisme en images: déconstruire ensemble, publié aux éditions de La Martinière.

L’artiste, qui entrera au Panthéon le 30 novembre, est née dans le Midwest américain en 1906. Elle est repérée par un membre de la Revue nègre, un spectacle de music-hall, alors qu’elle se produit à Broadway. Son visage, ses mimiques, son corps… Séduis immédiatement, l’imprésario la persuade de venir à Paris.

Sa première apparition au théâtre des Champs-Élysées en 1925 va lancer sa légende. Elle y danse seins nus et ceinture de plume à la taille. C’est un triomphe pour la danseuse discriminée dans son pays, qui vit alors sous le régime de la ségrégation raciale.

→   Lire Plus

 

 

Économie

 

Ecologie, Religions

« La religion la plus anthropocentrique » : les racines chrétiennes de la crise écologique

— Par Youness Bousenna —

Le christianisme nous aurait-il coupés de la nature ? Le débat est vif depuis que l’interprétation occidentale de cette religion a été dénoncée, dans les années 1960, comme la « matrice » de la modernité et de l’exploitation brutale des ressources de la planète.

Certains dialogues se nouent sur des décennies, parfois des siècles. En 2015, les initiés n’ont pas seulement lu Laudato si ( « Loué sois-tu ») comme une encyclique révolutionnaire, la première jamais consacrée à l’écologie par un pape. Ils ont aussi compris que François entendait affronter l’une des plus graves mises en cause intellectuelles de l’Église, formulée un demi-siècle plus tôt. L’historien américain Lynn Townsend White (1907-1987), lui-même presbytérien, n’était pourtant pas un ennemi du christianisme. Mais, en publiant dans la grande revue américaine Science l’article « Les racines historiques de notre crise écologique », en mars 1967, ce médiéviste spécialisé dans l’histoire des techniques allait ouvrir une controverse qui, aujourd’hui encore, reste vive.

Dans ce texte, issu d’une conférence prononcée en décembre 1966, Lynn White émet une thèse particulièrement subversive : la crise écologique a été rendue possible par l’émergence, au cours du Moyen Age européen, d’une interprétation du christianisme qui en a fait « la religion la plus anthropocentrique que le monde ait connue ».

→   Lire Plus

 

Retour gagnant pour Sébastien Lecornu

Conflit social en Martinique : intersyndicale, élus et ministre discutent..

Les Forces de l’ordre toujours engagées dans le rétablissement de la…

Des millions d’euros de dégâts après les violences en Martinique

Une ancienne de la majorité présidentielle considère que l’État a négligé la Martinique

La Barbade proclame la république et ne reconnaît plus Elizabeth II comme cheffe d’État

Visite de Sébastien Lecornu en Guadeloupe : «On a eu un ministre hors sol», dénonce Élie Domota

La Copa City, club huppé de Miami et berceau du combat pour les droits civiques de Joséphine Baker

L’Empire State Building en bleu, blanc, rouge pour Joséphine Baker

Coronavirus en Martinique : 529 nouveaux cas entre le 22 et le 28 novembre 2021

Barrages routiers, évolution des discussions : suivez en direct la…

Journée mondiale de la lutte contre le SIDA en Guyane : baisse du taux de…

 

La Lettre de Madinin'Art
est publiée le
1er, le 10 & le 20
de chaque mois.