Pour lire  la Lettre  sur le site  de Madinin'Art : cliquer sur le lien

Élections européennes en Outre-mer : résultats et abstention record

La Martinique : un cas particulier

 Les élections européennes ont révélé un tournant politique majeur dans les territoires ultramarins, avec le Rassemblement National (RN) en tête dans plusieurs régions. Jordan Bardella, président du RN, a triomphé lors du scrutin du 8 et 9 juin, obtenant près de 28,9 % des suffrages dans ces territoires selon les premiers résultats partiels. Ce succès renforce l’assise électorale de l’extrême droite en Outre-mer, après une progression déjà marquée lors des élections européennes de 2019 et de la présidentielle de 2022.

Une abstention historique

L’abstention a atteint des niveaux alarmants dans l’ensemble des territoires ultramarins, avec plus de 80 % des électeurs ne se rendant pas aux urnes. En Martinique, le taux de participation n’a été que de 12,32 %, un des plus bas jamais enregistrés.

Le professeur Justin Daniel a souligné que cette abstention massive est l’un des enseignements les plus marquants de ce scrutin. La désaffection des urnes traduit un désenchantement vis-à-vis des institutions européennes et peut-être un manque de connexion entre les propositions politiques et les préoccupations des citoyens ultramarins.

→   Lire Plus =>

Monchoachi

Les Kanaks face à un colonialisme attardé 

Une mise en cause décisive de la civilisation occidentale

— Par Monchoachi —

L’Occident est entré, depuis quelques temps, dans sa phase de décadence. Cela s’est signalé entre autres dernièrement par son regroupement défensif spectaculaire autour d’Israël dans le conflit qui oppose ce dernier aux palestiniens. Suite à ses revers répétés en Afrique, la France quant à elle, s’est précipitée sur ses Outremers, en vue de bien marquer aux yeux de tous les limites de son territoire et d’y renforcer en toute urgence sa présence. Cette manœuvre conduit à la situation actuelle en Nouvelle Calédonie où cette volonté colonialiste se heurte à l’opposition et à la résistance farouche du peuple kanak originaire. En quoi cette situation nous regarde t-elle nous autres Antillais ? Deux points fondamentaux semblent à nos yeux nous concerner : le premier de toute évidence est la politique de colonisation de peuplement et ses implications inéluctables à terme. Le second est non moins important présentement, et plus fondamental pour la vision de sociétés et d’un monde tout autre que celui légué par la civilisation occidentale, qui apparaît de plus en plus comme l’un des piliers de cette dernière et l’élément le plus insidieux de son idéologie, à savoir la démocratie.

→   Lire Plus =>

 

 

Politiques

La crise actuelle en Nouvelle-Calédonie : un rappel douloureux de la colonisation française

— Par Jean Samblé —
 

La crise actuelle en Nouvelle-Calédonie ravive profondément les mémoires de la colonisation française. Depuis la prise de possession de l’archipel par la France en 1853 jusqu’à la circulaire de Pierre Messmer en 1972, les Kanak ont constamment lutté contre la domination et les tentatives de marginalisation dans leur propre terre. La crainte des Kanak de devenir minoritaires est ravivée par la politique actuelle du gouvernement français visant à élargir le corps électoral pour les scrutins provinciaux, remettant ainsi en question l’accord de Nouméa de 1998 et la parole donnée aux aînés.

Les premiers habitants de la Nouvelle-Calédonie

Les Kanak habitent la Nouvelle-Calédonie depuis environ trois mille ans. Originaires du Sud-Est asiatique, leurs ancêtres ont migré d’île en île pour atteindre cet archipel mélanésien, qui comprend également la Papouasie-Nouvelle-Guinée, les îles Salomon, le Vanuatu, et une partie des îles Fidji. En 1774, lorsque le navigateur britannique James Cook accoste sur la Grande Terre, l’archipel est habité par environ 100 000 personnes. Les Kanak, horticulteurs par tradition, sont profondément enracinés dans leur terre mais aussi mobiles, s’adaptant au rythme des jachères.

→   Lire Plus =>

 

 

Ecologie, Politiques

« L’écologie fait les frais des ajustements sur les antennes du service public »

Un collectif de journalistes, de scientifiques et d’organisations signataires de la charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique plaide, dans une tribune au « Monde », pour que l’écologie reste un sujet central sur les chaînes et les antennes publics.

Nous, journalistes, scientifiques, organisations de la société civile et citoyens, sommes alarmés par la disparition annoncée, ou la modification importante, de plusieurs programmes phares sur l’écologie dans le service public : « Nowu » [France Télévisions et la Westdeutscher Rundfunk], « Vert de rage » [France 5], « La Terre au carré » [France Inter], « Planète Bleu » [France Bleu], « C’est bientôt demain » [France Inter]… Alors que le bouleversement climatique s’accentue et que l’eau potable vient à manquer, engendrant une foule de conséquences désastreuses pour le vivant et une aggravation des inégalités sociales, le rôle des médias, en particulier des médias de service public, est crucial. Il doit être défendu et renforcé.

En septembre 2022, les services audiovisuels publics avaient annoncé un « tournant environnemental » bienvenu : des plans de formation ont été lancés, un « journal de la météo et du climat » a été créé sur France 2 et France 3, et des émissions et chroniques ont vu le jour sur Radio France.

→   Lire Plus =>

 

 

Ecologie

Réchauffement climatique : une accélération inquiétante et des conséquences dévastatrices

— Par Sabrina Solar —

Entre 2014 et 2023, le réchauffement climatique a connu une accélération alarmante, avec une augmentation de 0,26°C, le taux le plus élevé depuis le début des relevés. Cette hausse rapide est largement attribuée aux activités humaines, principalement les émissions de gaz à effet de serre provenant de la combustion des énergies fossiles. La planète n’a jamais été aussi chaude que durant cette dernière décennie, et l’année 2023 a été particulièrement marquée par une augmentation de température de 1,43°C, accentuée par le phénomène El Niño.

Un rythme sans précédent

Piers Forster, directeur du Priestley Center for Climate Futures à l’Université de Leeds, a souligné lors d’un rassemblement de 6 000 experts à Bonn que « les températures mondiales évoluent toujours dans la mauvaise direction… et plus rapidement que jamais ». Cette déclaration intervient alors que les préparatifs pour la COP29 à Bakou s’intensifient. La revue Earth System Science Data a récemment publié un rapport signé par plus de cinquante scientifiques renommés, confirmant que le réchauffement climatique causé par l’homme a atteint un « rythme sans précédent » dans les mesures instrumentales, atteignant 0,26°C entre 2014 et 2023.

→   Lire Plus =>

 

 

Les chroniques de Jean-Marie Nol

La montée du populisme d’extrême droite en Guadeloupe : Il y a besoin de tout ripoliner !

— Par Jean-Marie Nol, économiste —
Lors des récentes élections européennes en Guadeloupe, le verdict des urnes a de fortes chances de révéler une montée significative du populisme d’extrême droite, mettant en lumière une division de plus en plus profonde au sein de la société guadeloupéenne. Cette tendance inquiétante soulève des questions cruciales sur les causes de cette poussée et sur la réaction nécessaire pour y faire face.

D’un côté de l’orientation prévisible des votes , nous observons une Guadeloupe représentant une certaine élite connectée à la diversité mondiale, à l’ouverture sur le monde et aux valeurs de tolérance et d’inclusion,de l’autre, une Guadeloupe en souffrance, voire en colère marquée par la mutation sociétale et tentée par les idéaux propagés par les populistes de droite et de gauche . Cette division, exacerbée par la montée de la vie chère et de la persistance du chômage , constitue un défi majeur pour le vivre ensemble .La notion de « fracture sociale » résonne depuis des années en France, et même au delà en outre-mer reflétant les répercussions de la mondialisation et les menaces de la quatrième révolution industrielle de l’automatisation et de l’intelligence artificielle .

→   Lire Plus =>

 

 

Consommation

 

 

Cinéma

 

 
A l'affiche

 

→   Lire Plus =>   
 

En librairie

« Tu, c’est l’enfance » de Daniel Maximin, une nouvelle édition en collection de Poche

— Par Sarha Fauré —

La réédition en collection de poche du récit d’enfance de Daniel Maximin, « Tu, c’est l’enfance », nous offre une plongée captivante dans la jeunesse tourmentée mais enrichissante de l’auteur en Guadeloupe. À travers ce livre, Maximin nous dévoile son enfance marquée par les éléments naturels et les luttes historiques de son peuple.

Le regard de l’enfant et l’universel

Daniel Maximin s’efforce de préserver la pureté et l’innocence du regard enfantin, refusant d’écraser les événements de l’enfance sous le poids du regard adulte. Cette dualité entre le « tu », l’enfant d’autrefois, et le « je », l’adulte d’aujourd’hui, permet de commenter et d’explorer les souvenirs qui ont forgé l’auteur. L’objectif est de respecter cette innocence et de montrer l’universalité de tous les regards d’enfants à travers le monde. Chaque enfant, en affrontant les éléments – l’air, la terre, l’eau et le feu – trouve une vitalité essentielle pour se construire en tant qu’adulte, tout en faisant face aux malheurs et douleurs qu’ils imposent. Maximin illustre cela par ses propres expériences : cyclone, éruption volcanique, tremblement de terre et raz de marée.

→   Lire Plus =>

 

 

En librairie, Musiques

Gwoka et décolonisation culturelle : 1930 – 2009 

Des femmes et des hommes de Guadeloupe à l’œuvre

Auteur : Marie-Héléna LAUMUNO 

Marie-Héléna Laumuno est docteure en Histoire contemporaine. Passionnée de Gwoka, pratique culturelle aux tambours de racine africaine en  Guadeloupe, l’auteure en fait sa pratique artistique ( chant, danse) et l’objet principal de ses recherches et publications. Sa thèse intitulée Les gens du Gwoka en Guadeloupe, Devenir acteur de décolonisation, 1931-1994 a été soutenue en décembre 2019 à  l’Université des Antilles, sous la direction du Professeur Jean-Pierre Sainton. L’auteure est membre du GRiiim, Groupe de Recherche internationale, interdisciplinaire, interlaboratoires sur la musique, intégré au Centre de recherches intercontinental sur la musique (Québec/Antilles/Aix-Marseille) et favorisant les projets avec les Amériques et l’Afrique. 

Le Gwoka en Guadeloupe est-t-il juste ce qui se donne à voir, c’est-à-dire un ensemble de musiques, chants et danses aux tambours, vécu comme un amusement ou encore ne constitue-t-il pas un langage artistique par lequel s’exprime une rupture avec les représentations coloniales du tambour de racine africaine et de ses attributs ? Tel est le questionnement du présent ouvrage. 

Des années 1930 à 2009, alors que la question de la décolonisation politique de la Guadeloupe est pressentie puis posée par des acteurs politiques d’horizons divers, ces 80 années de pratique et de participation au Gwoka en Guadeloupe et à Paris, relatent une histoire révélatrice du Gwoka comme un cas  de décolonisation culturelle.

→   Lire Plus =>

 

 

Poésies

O lé Loa

— Par Daniel M. Berté —
 

O lé Loa libéré Ayiti

Legba
Olicha
Kouzen-Zaka
Gédé-Masaka
Baron-Lakwa
Mété lanmen ba Ayiti

Ogou
Agaou
Agasou
Gédé-Ousou
Entèwsédé ba Ayiti

Ewzili
Ogou-Badagri
Baron-Samdi
Gédé-Vi
Vwéyé limiè ba Ayiti

Danmbala-Wèdo
Aîda-Wèdo
Agoué-Taroyo
Balindjo
Loko
Chango
Gédé-Nibo
Trasé larel ba Ayiti

Azaka-Médé
Sobo ek Badé
Kaptenn-Gédé
Pòté soukou ba Ayiti

 

→   Lire Plus =>

 

 
Poésies

« La poésie, sans aucun doute! » & « Parturition »

— Par Patrick Mathelié-Guinlet —

La poésie, sans aucun doute!

Malgré les guerres et trahisons,
la misère, les déceptions
et quand l’amour, les religions
sont remplis de désillusions,

la Poésie rend la vie belle
et aux hommes donne des ailes
parce qu’en vers tout comme en prose,
elle fait voir la vie en rose

même quand elle a des épines…
Elle est comme un vin de l’oubli
de l’amertume de la lie
qui pourrit le fond du tonneau,

la couleur au bout du pinceau
qui change en rêve un cauchemar
et dissipe les idées noires
en faisant renaître l’espoir

au sein même du désespoir.
De la baguette la magie,
une mystérieuse alchimie
transformant le vil plomb en or.

Chassant les ombres de la mort,
la lumière éclairant la route…
Et je le dis sans aucun doute :
on n’peut vivre sans Poésie !

→   Lire Plus

 

 
 

Expositions

La galerie Bonne Espérance : une fenêtre sur l’art contemporain de l’Afrique australe

Rêves des San jusqu’au 29 juin 2024

— Par Sarha Fauré —

Située au cœur de Paris, au 3 rue Notre Dame de Bonne Nouvelle dans le deuxième arrondissement, la galerie Bonne Espérance offre une plongée captivante dans l’effervescence créative de l’Afrique australe. Fondée en 2019 par Scott Billy, un Américain résidant depuis 25 ans à Johannesburg, et son associée Kari Smith, la galerie expose des œuvres d’artistes, designers et artisans émergents et confirmés, représentant la diversité et l’authenticité de la scène artistique africaine contemporaine.

Bonne Espérance est une vitrine unique pour les artistes du Cap à Johannesburg, de Durban à Pretoria, et même au-delà des frontières de l’Afrique du Sud, englobant des créateurs du Lesotho, du Swaziland, du Botswana et de la Namibie. La galerie se distingue par sa programmation régulière qui attire les curieux, les amateurs et les collectionneurs désireux de découvrir des œuvres à la croisée de l’art, de l’artisanat et du design.

Les San : gardiens d’une tradition artistique millénaire

L’une des expositions phares de la galerie Bonne Espérance met en lumière les œuvres contemporaines des artistes San, autrefois connus sous le nom de « Bushmen ».

→   Lire Plus =>

 

 

Echos d'éco

La 23e édition du Concours Talents des Cités : les inscriptions sont ouvertes !

— Par Jean Samblé —

La 23e édition du Concours Talents des Cités vient d’être lancée, portée par le secrétariat d’État chargé de la Ville et de la Citoyenneté et Bpifrance. Ce concours prestigieux vise à mettre en lumière l’énergie entrepreneuriale des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) en récompensant une trentaine de créateurs d’entreprises exemplaires.

Un soutien inestimable pour les entrepreneurs des quartiersprioritaires

Doté de 456 millions d’euros sur quatre ans, le programme Entrepreneuriat Quartiers 2030 se concentre sur l’inclusion économique et sociale au sein des QPV. Il soutient les initiatives qui favorisent la création d’emplois et le renforcement du lien social dans ces quartiers. Ce programme s’articule autour de deux catégories :

  • Jeune pousse : pour les entrepreneurs en activité immatriculés depuis moins d’un an.
  • Création : pour les entrepreneurs en activité immatriculés depuis plus d’un an et moins de trois ans.

Modalités de participation

Qui peut participer ?

Le concours est ouvert aux candidats résidant ou ayant installé une entreprise dans un quartier prioritaire de la ville, et suivis par un organisme d’accompagnement ou de financement à la création d’entreprise.

→   Lire Plus => =>

 

 

Comment mettre La Lettre de Madinin’Art en liste blanche

Même si vous êtes abonné à La Lettre de Madinin’Art, elle peut souvent arriver par erreur dans le dossier spam de votre messagerie ! Afin d’éviter cela, vous devez placer l’adresse de l’expéditeur dans votre liste blanche. La procédure diffère légèrement selon le programme ou service de messagerie que vous utilisez.

 

 

Le site de Madinin'Art
est   mis à jour continûment

 

 

 

 

____

 

Echos d'éco

L’ octroi de mer : « Réforme » nécessaire ou impasse budgétaire, économique et statutaire ?

— Par Mireille Pierre-Louis

Contribution à titre personnel

Résumé exécutif

La « réforme » de l’Octroi de mer ouvre la porte à une période d’instabilité majeure pour les DOM. La présente étudei vise à alerter sur les conséquences ravageuses d’un démantèlement de l’Octroi de mer, sur fond de misère sociale grandissante, doublée d’une hémorragie démographique aux Antilles.

L’étude explicite les enjeux de cette réforme, décidée de manière unilatérale par l’État, au motif de lutter contre la « vie chère ». Il apparaît qu’en dépit de leurs défis hors-normes, les DOM sont utilisés comme variable d’ajustement budgétaire par l’Etat dont les dettes culminent à 3 000 milliards d’euros. Et, pour justifier que ce dernier appauvrisse les territoires les plus pauvres, l’administration centrale bâtit des schémas sur la « richesse » des DOM (et son corollaire « la mauvaise gestion » ii); par ce procédé fallacieux, les communes ultramarines sont déjà privées de 200 millions d’euros de recettes de fonctionnement par an.

Le recours à la « norme » budgétaire, établie par l’administration, permet également de légitimer la mainmise de l’État sur l’Octroi de mer.

→   Lire Plus =>

 

 

Politiques, Santé

Plus de 180 millions d’enfants de moins de cinq ans souffrent de « pauvreté alimentaire sévère »

Une crise mondiale de la pauvreté alimentaire chez les enfants

— Par Jean Samblé —

Un rapport alarmant de l’Unicef publié récemment met en lumière une situation préoccupante : plus de 180 millions d’enfants de moins de cinq ans souffrent de « pauvreté alimentaire sévère ». Ce phénomène est particulièrement concentré dans vingt pays, dont la Somalie, la Guinée, la Guinée-Bissau et l’Afghanistan, où les taux de malnutrition infantile sont alarmants.

La gravité de la situation

Selon l’Unicef, un quart des enfants de moins de cinq ans dans le monde, soit 27%, consomment un régime alimentaire limité à deux groupes d’aliments ou moins. Ces enfants, qui se nourrissent principalement de riz et de lait par exemple, ont un risque accru de malnutrition sévère, pouvant conduire à des formes graves telles que l’émaciation, et un amaigrissement extrême pouvant être fatal. Catherine Russell, directrice générale de l’Unicef, souligne que ces enfants ne peuvent pas se développer correctement et sont piégés dans un cycle de pauvreté intergénérationnelle.

Disparités régionales et causes multiples

L’Asie du Sud et l’Afrique subsaharienne sont les régions les plus touchées.

→   Lire Plus =>

 

 

Santé

Habitudes nutritionnelles des centenaires : des manies à prendre avec des pincettes

— Par Bradley Elliott(*)
 

Il est un question qui revient fatidiquement dans la plupart des interviews de personnes centenaires : « qu’avez-vous fait pour vivre aussi longtemps ? » Inévitablement, la réponse mise en avant se veut inattendue et décalée : manger des fish and chips chaque vendredi. Boire quotidiennement un verre de liqueur. Se préparer chaque matin un petit déjeuner à base de bacon. Sans oublier les traditionnelles consommations de vin et chocolat.

Pour populaires qu’elles soient auprès du public, ces réponses, et la question qui les amène, ne nous aident en rien à comprendre pourquoi ces centenaires ont vécu si longtemps. Pour saisir les raisons pour lesquelles leurs conseils diététiques n’ont aucune utilité, permettez-moi de convoquer des pilotes de bombardiers, d’anciens chefs-d’œuvre architecturaux, ainsi que la science statistique.

Bombardiers et biais du survivant

Pendant la Seconde Guerre mondiale, des statisticiens alliés ont mis leurs connaissances à contribution afin de tenter de faire diminuer au maximum le nombre de bombardiers abattus par le feu ennemi. Leur idée était que s’ils parvenaient à établir une cartographie des dommages subis par les avions revenant de mission, il deviendrait possible de déterminer quelles étaient les zones des appareils les plus fréquemment endommagées, et de les renforcer plus spécifiquement.

→   Lire Plus =>

 

 

Education Formation, Santé

 25% des enfants accueillis en crèche ne sont pas à jour de leur vaccination

— Par Estelle Ledon —

Dans le cadre des 49èmes Journées Nationales d’Étude des infirmières puéricultrices (IPDE) qui se sont déroulées du 15 au 17 mai au Havre, l’ANPDE (Association Nationale des Puéricultrices Diplômées et des Étudiantes) a dévoilé les résultats de son enquête visant à évaluer la couverture vaccinale des enfants accueillis en crèche. Cette enquête, réalisée du 1er février au 30 mars 2024 par les infirmières puéricultrices – Référente Santé Accueil Inclusif (RSAI), a été menée auprès de 575 structures d’accueil sur le territoire national, recueillant des données sur un échantillon de 12 347 enfants nés entre 2021 et 2024. Rappelons que ce sont 11 vaccins qui sont désormais obligatoires chez les nourrissons nés à partir du 1er janvier 2018.

Les objectifs de l’enquête

Par cette enquête, l’ANPDE souhaite objectiver et évaluer par des données quantitatives la conformité aux vaccinations obligatoires pour les enfants accueillis, comprendre les défis et obstacles éventuels à une vaccination complète, et fournir des données probantes pour orienter les politiques de santé publique et trouver les leviers permettant une couverture vaccinale optimale.

Des chiffres inquiétants

L’enquête, menée du 1er février au 30 mars 2024, a permis de sonder 12 347 enfants dans 575 structures d’accueil sur le territoire.

→   Lire Plus =>

 

 

Féminismes

Notre colère

— Par Koumbit Fanm Karayib, Culture Égalité, Forces ( Guadeloupe), #Nous Toutes Guadeloupe —

Mardi 28 mai 2024, une femme, une fille, une sœur, une mère, un(e) être humain(e), a été assassiné.e par son compagnon à Capesterre-Belle-Eau.

Elle a été tuée parce qu’elle est une femme et qu’elle avait décidé de lui échapper, après de multiples violences. Ce crime, lié au sexe, s’appelle un féminicide. Les violences conjugales ne sont pas des différends ; ce sont des atteintes à la dignité, à la sécurité, à l’intégrité et à la vie des femmes.

Être une femme en 2024, expose encore au risque de mourir parce que des hommes considèrent la femme (et son corps) comme leur propriété, leur objet, leur territoire qu’ils peuvent posséder, marquer, ravager, sacrifier, sur lequel ils ont un droit de vie ou de mort car on leur a appris que c’était possible de le faire : c’est un crime possessionnel, permis par le système patriarcal.

Le féminicide est le moyen le plus efficace du patriarcat pour maintenir le contrôle des femmes en les terrorisant et les sanctionnant quand elles veulent s’y soustraire.

→   Lire Plus =>

 

 

Féminismes

Le choc des valeurs traditionnelles et modernes au Burundi : la lutte contre le concubinage !

— Par Sabrina Solar —
 

À travers le monde, la collision entre les préceptes religieux et les comportements perçus comme non conformes génère de vifs débats. Des mouvements de droite à inspiration chrétienne aux États-Unis à l’essor de l’extrême droite en Europe, une quête de retour aux valeurs traditionnelles se manifeste avec force. Souvent ancrés dans des convictions religieuses, ces mouvements prônent une stricte adhésion aux doctrines morales et éthiques, entraînant une réévaluation des normes sociales et familiales.

Au Burundi, cette quête de conformité aux valeurs traditionnelles a pris une tournure particulière autour de la problématique du concubinage. Influencé par des convictions chrétiennes profondes, le gouvernement actuel, dirigé par un couple présidentiel fervent pratiquant, a lancé une campagne pour éradiquer cette pratique, vue comme un obstacle au développement national. Cette initiative a suscité des réactions variées au sein de la population, révélant les tensions sous-jacentes entre tradition et modernité.

L’intervention gouvernementale dans les provinces du Nord

Depuis janvier 2024, dans deux provinces du nord du Burundi, les autorités locales appliquent cette politique avec zèle. Après une phase initiale de sensibilisation en novembre 2023, elles ont commencé à séparer de force les couples non mariés.

→   Lire Plus =>

 

 

Yékri

La loi somptuaire du 4 juin 1720 codifie l’habillement aux Antilles

Les lois somptuaires (en latin : sumptuariae leges) sont des lois qui réglementent ou imposent des habitudes de consommation (alimentation, mobilier et notamment la manière de se vêtir spécifique en fonction de la catégorie sociale à laquelle un individu appartient).

Elles servent principalement à rendre visible l’ordre social et, généralement, à interdire la consommation ostentatoire, l’usage de produits de luxe ou d’importation, dans une optique mercantiliste de protection des industries nationales et de protection de la balance commerciale. Cette interdiction frappe en priorité les membres du commun et vise à les empêcher d’imiter l’aristocratie.

En Martinique dans la loi somptuaire du 4 juin 1720, les « mulâtres, Indiens ou nègres affranchis ou libres de naissances » n’ont pas exactement les mêmes obligations que leurs homologues esclaves. Le texte différencie les obligations de chacun dans la hiérarchie sociale en place : Blancs, Libres de couleur, esclaves.

Pour bien marquer la différence de classe et l’infériorité des libres, la loi somptuaire réglemente la tenue vestimentaire de ces derniers, leur interdisant les trop belles parures.

→   Lire Plus =>

 

 
 

Agenda culturel de la semaine

Martinique : agenda culturel des jours qui viennent… et plus encore!

Voir aussi l’Agenda de l’ExÎle

Lundi 10 juin à 14 h
Jeudi 13 juin à 19h
Vendredi 14 juin à 14h
« L’échappée »,
de Anthony Chen
Madiana

Lundi 10 juin – 19h
Mardi 11 juin – 14h
Vendredi 14 juin – 19h
Lundi 17 juin – 14h
Jeudi 20 juin – 14h
« Border Line », un film de Juan Sebastián Vásquez, Alejandro Rojas
Madiana

Mardi 11 juin à 19h
Dimanche 16 juin à 11h
Lundi 17 juin à 19h
Jeudi 20 juin à 19h
« Le deuxième acte », un film de Quentin Dupieux
Madiana

Mercredi 12 juin de 9h à 11h
Comprendre l’intelligence artificielle
Maison de la culture, le CCAS du Lorrain

Mercredi 12 juin à 19h
Jeudi 13 juin à 14h
Mercredi 19 juin à 19h
« La belle de Gaza »  deYolande Zauberman
Madiana

Jeudi 13 juin à 19h
Vendredi 14 juin à 14h
« L’échappée »,
de Anthony Chen
Madiana

Vendredi 14 juin à 14h
« L’échappée »,
de Anthony Chen
Madiana

Vendredi 14 juin à 19h
Ali Boulo Santo Cissoko en tournée en Martinique!

Samedi 15 juin de 6h à 14h
Ducos, terre de miel
Place du marché de Ducos

Samedi 15 juin 2024 de 9h à 20h
Limiè Kréyol 2024
CGOSH Pointe Faula, 97280 Vauclin

Samedi 15 juin – 19h –
« Que demande le peuple »
Centre Culturel du Bourg du Lamentin 68 rue Ernest André

Mercredi 19 juin à 19h
« La belle de Gaza »  deYolande Zauberman

Jeudi 20 juin à 18h
« Ce qui est pour toi, la rivière ne l’emporte pas » de Viktor Lazlo
Lina’s de Manhity
 

Voir les détails =>

 

 

Yékri

Agenda de l’ExÎle

• À PARIS :
— Vendredi 14 juin de 17h30 à 19 h 30 :
Vernissage de Bernard de Wolff, qui a réalisé le tableau illustrant la gracieuse couverture de l’anthologie DE GRÂCE dirigée par Suzanne Dracius ; lectures d’extraits et dédicaces par plusieurs des 67 poètes qui y figurent.
Galerie AI
38, rue Saint-Louis-en-l’Île, 75004 PARIS (Métro ligne 7, station Pont Marie – Cité des Arts – Île Saint-Louis, Bus 67, 75 arrêt Institut du Monde arabe, 87 arrêt Cardinal Lemoine)
dans le cadre de « Parcours de l’art et de l’artisanat de l’Île Saint-Louis ».

— Mercredi 19 juin de 18 h 30 à 20 h 30
À la MAIRIE DU 6e ARRONDISSEMENT,
78, rue Bonaparte, 75006 PARIS (place Saint-Sulpice, métro Saint-Sulpice)
Centenaire d’ANABASE : de l’Anabase du Grec Xénophon (IVe siècle av. J-C) au premier recueil de Saint-John Perse (Prix Nobel de littérature 1960) publié en 1924 :
lectures par l’écrivaine Suzanne Dracius et le comédien Luc Saint-Éloy en chants amœbées (lectures en alternance).
Présentation de l’anthologie DE GRÂCE dirigée par Suzanne Dracius, par plusieurs des 67 poètes qui la composent, Juan Alarson, Nora Atalla, Marilyne Bertoncini, Sylvestre Clancier, Chantal Danjou, Giovanni Dotoli, Mona Gamal El Dine, Marie-José Salas de Ballesteros.

→   Lire Plus =>

 

 

Théâtre

« Des jours entiers, des nuits entières »,
dans une mise en scène de Guillaume Malasné

« Des jours entiers, des nuits entières » de Xavier Durringer, est une œuvre théâtrale singulière composée de fragments, de monologues et de dialogues sans lien narratif évident. Xavier Durringer, réputé pour sa capacité à créer une langue orale et instinctive, nous livre ici une série de « bouts de textes » et de petits événements croqués à chaud, tel un grand jeu de cartes où chaque texte apporte sa propre fin. Cette structure éclatée reflète la vie moderne et ses complexités, mêlant des histoires d’amours et de fric, de crises et de résolutions.

Photo : Peggy  Leblanc Fargues

La pièce explore principalement les relations amoureuses, avec des personnages qui ont évolué au fil des ans, traversant des expériences variées : amourettes, crises, paternité, maternité, abandons et reconstructions. Les thèmes abordés vont des scènes de ménage aux flirts surréalistes, des désirs aux espoirs, des violences aux sourires cachés. Durringer puise son inspiration dans les mots de la rue et les errances individuelles, créant ainsi un réalisme poétique saisissant.

La langue de Xavier Durringer est percutante, familière et poétique. Elle est spontanée et immédiate, les personnages s’exprimant sans détours, « sans fleurs ni fards ».

→   Lire Plus =>

 

 

Photographie

Partenariat Culturel : Lancement de la Nouvelle Saison FotoKontré

Soirée au Studio Lumina le 14 juin 2024 dès 17h

La Station Culturelle, en partenariat avec la Bibliothèque Nationale de France (BnF), La Tête Dans les Images (Guyane) et Artistik Rézo Caraïbes (Guadeloupe), est fière d’annoncer sa participation à un événement unique qui croise les perspectives caribéennes, amazoniennes, réunionnaises, saint-pierraises et miquelonaises, ainsi que néo-calédoniennes et françaises accueillie par le Studio Lumina.

FotoKontré 2024-2025 : Un Programme de Résidences Artistiques Croisées

Le programme FotoKontré, initié par les Rencontres photographiques de Guyane en 2017, fédère aujourd’hui ces trois structures culturelles pour dynamiser la scène contemporaine antillo-guyanaise de l’art et de la photographie. Ce programme offre aux artistes un cadre de création et de discussion adapté à leurs besoins, favorisant ainsi le développement de leurs compétences artistiques et élargissant leurs perspectives professionnelles.

Annonce des Lauréats et Projections Artistiques
Lors de la soirée du 14 juin, La Station Culturelle, La Tête Dans les Images et Artistik Rézo Caraïbes annonceront en direct les nouveaux lauréats du programme 2024-2025. Leurs créations seront dévoilées lors de la biennale 2025 en Guyane.

→   Lire Plus =>

 

 

Education Formation, Politiques

Maltraitance et violence dans les écoles haïtiennes

— Par Dr Charles Tardieu, Ph.D.,  Ex Ministre de l’éducation —
 

Port-au-Prince le 30 mai 2024

Bonjour aux éducatrices et éducateurs d’Ayiti.

Je suis un enfant des années 1950-60. Un adolescent des années 1965.

Aujourd’hui, on observe une recrudescence des actes de violence physique et de maltraitance dans le système éducatif à travers le pays. On signale aussi une recrudescence de la violence sexuelle sur les filles dans les écoles un peu partout dans notre pays. Ces pratiques de violence semblent se multiplier et les ministères y répondent par des sanctions ciblées contre les contrevenants et des communiqués informant le public.

Qui aime bien châtie bien !

Notre génération, parents et éducateurs, adultes aujourd’hui, nous avons bien appris, pour les avoir vécues, les deux vérités sur l’arsenal disciplinaire, répressif, à la disposition des responsables chargés de notre éducation. Nous avons tous entendu parler des pratiques encore plus sévères peu avant notre époque :

– qui aime bien châtie bien, et

– ti nèg se ak baton ou leve sa.

Dans les années 1976-80, à la faveur de la « Réforme Bernard », de grandes dispositions, mesures et campagnes ont été adoptées et mises en œuvre pour contrer ces pratiques répressives largement utilisées en guise de méthodes disciplinaires dans le système éducatif.

→   Lire Plus =>

 

 

 Formation

 

 

Consommation, Santé

Airbags défectueux : Citroën dans la tourmente en Guadeloupe

—Par Sarha Fauré —

L’affaire des airbags défectueux de la marque Takata continue de provoquer des vagues, cette fois en Guadeloupe. Dix enquêtes ont été ouvertes, portant des chefs d’accusation d’« homicide » ou de « blessures involontaires », suite à des incidents graves impliquant des airbags de véhicules Citroën, Ford, Toyota et Nissan.

La genèse du scandale

L’affaire remonte à 2014, lorsque les autorités américaines ont confirmé que la détérioration d’un gaz dans les airbags Takata les rendait potentiellement dangereux, surtout dans les climats chauds et humides. En cas d’accident, le déploiement de l’airbag pourrait projeter des fragments métalliques, causant de graves blessures. Depuis, des millions de véhicules ont été rappelés mondialement.

Un déploiement chaotique en Guadeloupe

 

 

→   Lire Plus =>  

 

 

La Lettre de Madinin'Art est publiée le 1er, le 10 et le 20 de chaque mois