Féminismes

Transports : Elles paient encore le prix fort!

— Par Culture Égalité, —

Les femmes c’est 80% des travailleurs pauvres, 85% des chefs de famille monoparentale, 70% des personnes qui font les courses, 70 à 80% des personnes âgées, et 70% des usagers et usagères des transports en commun !… Pas besoin de grandes investigations pour savoir que ces chiffres qui concernent la France sont encore aggravés sur notre territoire colonial !

Or, depuis bientôt 3 semaines, sur le territoire de la CACEM (Fort-de-France, Saint-Joseph, Lamentin, Schœlcher), les transports collectifs sont à l’arrêt.

Pour les femmes et pour toute la population modeste, c’est encore plus de difficultés pour aller travailler, pour se soigner, pour s’approvisionner, et pour que les enfants aillent étudier… Plus de marche à pied, des attentes plus longues, des trajets plus compliqués et plus onéreux, plus de stops à quémander !

Et cette situation dure ! Depuis le début de l’année cela fait une cinquantaine de jours de perturbations. A cela s’ajoute la non mise en marche du TCSP dans lequel nous avions mis tant d’espoirs : les femmes en ont assez !…

Lire Plus =>

Le label « Grande cause nationale » décerné aux associations contre les violences faites aux femmes

La Fédération nationale solidarité femmes pourra « obtenir des diffusions gracieuses de sa campagne de communication et d’information sur les radios et les télévisions publiques ».

Le label « Grande cause nationale 2018 » a été attribué lundi 16 avril à la Fédération nationale solidarité femmes (FNSV), groupement d’associations luttant contre les violences faites aux femmes, a annoncé Matignon.

« A travers cette distinction, le premier ministre, Edouard Philippe, a souhaité encourager et remercier toutes les associations regroupées au sein de la fédération, qui interviennent dans la lutte contre les violences faites aux femmes, notamment en venant en aide aux victimes », a expliqué Matignon dans un communiqué.

Par ce choix, le gouvernement « réaffirme son engagement en faveur de la lutte contre les violences faites aux femmes, qui s’inscrit dans le cadre de sa mobilisation pour l’égalité entre les femmes et les hommes, érigée en grande cause du quinquennat », ont ajouté les services du premier ministre.
L’attribution du label « Grande cause nationale » accorde, selon Matignon, « le droit à cette fédération d’obtenir des diffusions gracieuses de sa campagne de communication et d’information sur les radios et les télévisions publiques ».…

Lire Plus =>

UFM : un grand merci à vous !

 
— Par l’Union des Femmes de Martinique —

Oui, un grand merci !

 A vous tous et toutes qui avec entendu notre cri d’alarme, et nous avez témoigné votre solidarité pour passer ce cap difficile.
En effet, nous n’avions pas de quoi payer les salaires de mars de l’équipe professionnelle qui, tous les jours, accueille et accompagne avec engagement des femmes victimes de violences, mène des actions de sensibilisation et de formation à l’égalité et contre les discriminations et les violences sexistes auprès de jeunes et d’autres publics, ou effectue le travail administratif important.
Nous ne pouvions pas, déontologiquement, mettre dans l’angoisse et la précarité des salariées qui se dépensent sans compter pour aider des personnes elles-mêmes en détresse.En répondant vous-mêmes, en relayant auprès de vos réseaux …
Grâce à vos dons, entreprises, femmes, hommes, quel que soit le montant, sé grenn di ri ki plen sak la ! nous avons pu passer ce cap difficile.Cette semaine, nous avons reçu avec soulagement la décision de la CTM de rattraper le reliquat de subvention de 2016 qui ne nous avait pas été versé (60 000€), et de verser un acompte plus important sur la subvention de 2017 (60% au lieu de 40%, soit 60 000€).…

Lire Plus =>

Des moyens pour l’UFM !

— Par Culture Egalité –

Des moyens pour l’espace d’écoute de l’Union des Femmes de la Martinique et les associations de luttes contre les discriminations sexistes.

Les associations féministes sont contraintes d’assurer un service public qui normalement revient à l’État et aux collectivités : missions d’accueil, d’hébergement, de formation  et de solidarité envers les femmes victimes de violences.

Or, l’État ne donne pas à ces associations des moyens pérennes et réguliers pour fonctionner dignement. Aussi, elles sont obligées, par exemple, d’embaucher des employées en contrat aidé, lesquelles, de ce fait, se trouvent elles-mêmes dans des situations presqu’aussi précaires que les femmes qu’elles reçoivent.

De plus, aujourd’hui, malgré les effets d’annonce de l’ex-candidat Macron proclamant la violence faite aux femmes comme grande cause nationale, ces associations féministes voient leurs subventions arriver tardivement et être catastrophiquement réduites, de telle sorte qu’elles ont du mal à programmer leurs activités et à payer leurs charges.

Ainsi une association travaillant sur notre terrain,  l’UFM se trouve en difficultés financières, dans l’incapacité de rémunérer ses salariées.…

Lire Plus =>

Situation financière dramatique de l’UFM. Appel à vos dons !

Aidez-nous !
C’est un cri d’alarme que nous vous lançons aujourd’hui, sur la situation financière dramatique de l’Union des Femmes de Martinique.
L’Union des Femmes de Martinique est une association qui oeuvre pour lutter contre les discriminations envers les femmes.
Elle agit au quotidien sur 3 champs :
 
1 – L’accueil et l’accompagnement des femmes victimes de violences
Nous assurons un accompagnement correct à des femmes victimes de toutes types de violences (majoritairement dans le couple), souvent perdues, déstructurées, traumatisées, et à partir de leur vécu, leur permettons d’être accueillies, accompagnées, et les aidons à se reconstruire, ainsi bien souvent que leurs enfants.
L’activité ne faiblit pas :
– en 2016, le nombre de passages est de 4 610 (appels téléphoniques et venues sur place), avec 400 nouvelles femmes venues.
– en 2017, le nombre de passages est de 4 620 (appels téléphoniques et venues sur place), 151 rendez-vous d’avocates, avec 405 nouvelles femmes venues.
Cette structure est la seule à exister en Martinique, depuis 2000 (pour l’Espace d’Ecoute) et 2008 (pour l’Accueil de Jour).…

Lire Plus =>

Regard renouvelé et décomplexé.

— Marcel Luccin (*) —

Les affaires liées aux violences faites aux femmes plongent nos sociétés dans une sorte de panique morale, comme s’il s’agissait d’un phénomène récent. La parole libérée devrait plutôt nous inciter à revisiter notre histoire, à repenser les frontières entre différentes formes de violences en fonction des époques et à mettre fin à des invisibilités entretenues. A l’heure où les femmes osent susciter une défiance inédite, c’est aussi le moment ou jamais de mesurer la férocité de certains comportements actuels, d’apparence anodine et de se placer au cœur des changements en cours.

Quoi qu’il en soit, tout désir de changement est forcément alimenté par une quête d’égalité réelle. Dynamique qui apparaît comme le moteur du perfectionnement humain à utiliser avec discernement. A la question : Qui je suis ? Térence (poète) répond ; « Je suis un homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ». Plus près de nous, un autre poète confesse : « J’habite une blessure sacrée, j’habite des ancêtres imaginaires, j’habite un vouloir obscur, j’habite un long silence, j’habite une soif irrémédiable, j’habite un voyage de mille ans, j’habite une guerre de trois cents ans /…/.…

Lire Plus =>

Droits des femmes. Les Tunisiennes exigent l’égalité successorale

L’émancipation des femmes est l’oeuvre des femmes elles-mêmes!

— Par Rosa Moussaoui —

Plusieurs milliers de personnes ont défilé samedi à Tunis pour exiger que soit inscrite dans la loi l’égalité entre hommes et femmes devant l’héritage.

Elles ont défilé de Bab Saadoun, à l’orée de la vieille ville, jusqu’au Bardo, sous les fenêtres de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP). Plusieurs milliers de femmes ont manifesté samedi, à Tunis, pour exiger que l’égalité successorale soit inscrite dans la loi.

Jusqu’ici, en Tunisie, malgré l’adoption en 1956 du Code du statut personnel (CSP), le plus progressiste du monde arabe, la succession est toujours régie par un usage coranique qui prévoit que la part d’héritage dévolue à la femme représente la moitié, seulement, de la part de l’homme. L’égalité successorale est une vieille revendication du mouvement féministe tunisien et, depuis la fin des années 1990, elle fait l’objet d’âpres luttes. En 2005, l’Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD) et l’Association des femmes tunisiennes pour la recherche sur le développement (Afturd) lançaient une vase campagne pour mettre fin au privilège masculin dans la répartition de l’héritage.…

Lire Plus =>

Hommage aux femmes

— ParFrançois Reffin(*) —

Ce matin, on a tapoté à la porte de ma chambre-bureau, au 101 rue de l’Université.
J’étais encore au lit, je n’ai pas réagi.

La porte s’est ouverte, j’ai grogné un “Je suis là”, et la porte s’est refermée avec un “Oh, pardon !”

Comme j’étais réveillé, je suis descendu au petit déjeuner.

Quand je suis remonté, les tapis de douche ne trainaient plus dans la salle de bain, la cuvette des toilettes était récurée, les serviettes changées, les poubelles vidées.

Le même miracle se reproduit tous les jours.
Ce n’est pas l’œuvre d’une fée, non, mais de femmes.

J’ai échangé avec elles, rapidement, dans les couloirs.
Elles arrivent à 6 h, elles repartent à 10 h.
Assez tôt pour ne pas déranger le travail des députés.
Du lundi au vendredi, ça leur fait une vingtaine d’heures par semaine.
A raison de 9 € de l’heure, leur paie s’élève à 600 € et quelques par mois.

Bénéficient-elles de tickets-restau ?…

Lire Plus =>

Sondage : une femme sur trois victime d’une forme de harcèlement sexuel pendant sa carrière

Les risques de harcèlement s’accroissent pour les citadines célibataires ayant un statut de cadre ou de profession intellectuelle supérieure.

Près d’une femme sur trois (32 %) dit avoir été victime d’une forme de harcèlement sexuel au cours de sa carrière, selon un sondage IFOP pour le site VieHealthy.com, publié mercredi 28 février.

Les formes verbales ou visuelles de harcèlement sont les atteintes les plus répandues, à commencer par les sifflements, gestes ou commentaires grossiers (34 % des femmes interrogées disent en avoir été victimes au moins une fois), suivis des remarques gênantes sur la tenue ou le physique (27 %).
la suite après cette publicité

24 % des femmes disent avoir été victimes au moins une fois de contacts physiques légers, comme par exemple un effleurement des mains, des cheveux, du visage ou des jambes, et 13 % de contacts de type « main aux fesses ».

Les pressions psychologiques visant à obtenir un acte de nature sexuelle constituent une pratique plus limitée, 8 % des femmes disant les avoir subies…

Lire la Suite & Plus => LeMonde.fr

Lire Plus =>

L’Islande, le pays où le combat des femmes pour la parité paie

Katrin Jakobsdottir, Première ministre islandaise

Après des années de volontarisme, l’égalité salariale est obligatoire depuis janvier en Islande. La petite île a toujours été très en avance sur la parité mais il reste quelques plafonds de verre.
C’est donc lui. Le député Thorsteinn Viglundsson, ex-ministre des Affaires sociales et de l’Egalité, celui que les femmes surnomment gentiment « Féministe papa ». Lui qui, parce qu’il est marié et père de trois filles, aurait enfin compris le sort de la gent féminine. Et se serait ainsi mis en tête de faire bouger les lignes et de s’attaquer, une bonne fois pour toutes, au concept le plus controversé qui soit : à travail égal, salaire égal pour les femmes et les hommes. Jusqu’à en faire une loi, votée à 80% par le Parlement et effective depuis le mois de janvier. « Le monde nous regarde, c’est vrai, dit-il avec amusement. J’en suis fier, mais nous avons aussi une énorme responsabilité doublée d’une obligation : celle de réussir. …

Lire Plus =>

8 mars 2018 : journée internationale de luttes des femmes

Nous femmes, nous voulons être ce que nous sommes, et ne point être ce qu’on nous fait.
Maria Deraismes – 1869

 

Le féminisme
n’a jamais tué personne.
Le machisme
tue tous les jours.
Benoîte Groult

Les femmes n’ont pas tort du tout quand elles refusent les règles de vie qui sont introduites au monde, d’autant que ce sont les hommes qui les ont faites sans elles.
Montaigne, Essais, III, 5

Il ne s’agit pas d’opposer les petits avantages des femmes aux petits acquis des hommes, mais bien de tout foutre en l’air.
Virginie Despentes, extrait de King Kong Théorie

8 mars : dates clés



Lire Plus =>

Programme Week-End : Rue culturelle !

— Par Culture Egalité —
À la suite de la journée internationale du droit des femmes du 8 mars, nous avons voulu prolongé l’évènement et organiser une manifestation pour sensibiliser et soutenir l’association martiniquaise « Culture et Égalité » qui oeuvre depuis des années pour le droit des femmes.
Le week-end sera ponctué d’exposition-vente d’artistes locaux, de performances artistiques, de projection et de concerts…

VENDREDI 9 MARS

19h00: Vernissage de l’exposition CARITATIVE éphémère
La totalité des bénéfices de la vente des oeuvres sera reversée à l’Association Culture Égalité Martinique, qui oeuvre depuis de nombreuses années pour la cause des femmes.
Artistes participants : Drey Sorensen, Monique Agricole, Mathieu Guerart, Am Sampeur, Jo Théotiste, Jean-Luc Toussaint, Johan Berger… et bien d’autres.
19h30: « Bien Griyé » / CONCERT au chapeau
21h00: Scène Ouverte Musicale « BOEUF CAROTTES »…

Lire Plus =>

Les entrepreneures

Les Semaines de sensibilisation des jeunes à l’entrepreneuriat féminin démarrent ce vendredi 2 mars 2018 avec l’intervention de Mme Annick Girardin, Ministre des Outre-Mer au lycée Carnot de Pointe-à-Pitre
Du 5 au 16 mars 2018, les femmes entrepreneures et intrapreneures sont invitées à témoigner de leur parcours professionnel dans les collèges (à partir de la 4e), lycées, établissements de l’enseignement supérieur et missions locales.
L’objectif : Diffuser l’esprit d’entreprendre et permettre aux jeunes de découvrir le monde professionnel (et/ou numérique) à travers le parcours d’entrepreneures issues de divers horizons. Encourager la mixité et les jeunes filles à faire des choix d’orientation moins stéréotypés et plus ambitieux.
Temps forts en Guadeloupe
10 femmes entrepreneures et des interventions à la Cité des Métiers (14/03/2018), dans des établissements scolaires, à la Mission Locale
Cette opération a été créé à l’initiative de l’association 100 000 entrepreneurs et du Secrétariat des Droits des femmes, en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le ministère de l’Économie et des Finances, le ministère de l’Agriculture, l’AFE, Les Premières, France Active et PEPITE.…

Lire Plus =>

Événement exceptionnel : annou kozé ansanm

Vendredi 2 mars 2018 à partir de 19h

L’Union des Femmes de Martinique organise son
1° dîner-débat entre femmes et hommes
vendredi 2 mars 2018 à partir de 19h
Comment agir au quotidien pour faire progresser l’égalité femmes-hommes ?

Comment nous aider à construire une société respectueuse de chacune et de chacun ?

La route vers l’égalité est longue ….
Mesdames, gardons le Cap !
Messieurs nous avons besoin de vous, l’égalité Femmes-hommes ne se fera pas sans vous !
La démarche n’est pas simple, mais elle essentielle pour notre société martiniquaise, qu’il nous appartient de faire progresser …

 
Un débat « Fanm ek fanm » – un débat « Nonm ek nonm » en parallèle

avant de discuter ensemble

Participation 15€

Inscriptions sur www.unionfemmesmartinique.com
ou au 0596 71 19 64…

Lire Plus =>

Annou kozé ansanm

Vendredi 2 mars 2018 à partir de 18h

L’Union des Femmes de Martinique vous invite à son premier dîner-débat femmes et hommes vendredi 2 mars 2018 à partir de 18h.
Comment agir au quotidien pour faire progresser l’égalité femmes-hommes ? Comment nous aider à construire une société respectueuse de chacune et de chacun ?
Avant de discuter ensemble, un débat « Fanm ek fanm » animé par Nathalie CHILLAN et Nadia CHONVILLE, un débat « Nonm ek nonm » animé par Steve GADET et Fred GALVA.
Participation 15€ – Inscriptions sur www.unionfemmesmartinique.com ou au 0596 71 19 64 au plus tard le 27 février…

Lire Plus =>

Le déguisement des mots et les mots aiguisés pour euphémiser les réalités

« La langue française est truffée de sexisme. Elle porte en elle l’héritage d’une histoire marquée par la domination des hommes. Elle a été sculptée, structurée, modelée, réglementée par les hommes au travers des époques où les femmes étaient tenues à l’écart de la littérature, des institutions linguistiques et de l’espace public ».

Des mots comme affront, des mots insultes, des locutions utilisées couramment dans l’oubli de leurs sens réels, des mots pour l’ornement et la maternité, des mots invisibilisant les violences faites aux femmes. Une invitation à tourner sept fois sa langue avant de parler, « Parler féministe, c’est l’activisme de chaque instant », à se réapproprier un langage en respect des autres, des femmes.

Mais une langue reste malléable, en constante évolution. Donc susceptible d’une transformation démocratique.

« À vous de vous approprier ces connaissances, de faire vôtres nos colères, de vous attaquer à votre tour à l’injustice en refusant de participer au sexisme linguistique. À vous d’accorder vos paroles à la mélodie de vos valeurs.…

Lire Plus =>

Refus de toute complicité avec le patriarcat et le machisme

— Par Huguette Emmanuel Bellemare, militante de l’association féministe martiniquaise Culture Egalité —

Un fait divers défraie la chronique en ce moment, en Martinique. Une mère a alerté la police à propos de la disparition de sa fille à la sortie d’une boîte de nuit. La jeune femme ayant réapparu après 4 jours passés avec un homme, l’opinion publique se déchaîne et s’indigne ! En particulier, un message qui circule sur les réseaux dits sociaux, conseille – à sa mère, mais certainement aussi à toute personne « responsable » qui la croiserait – de lui administrer « an volée baton griyav, baton clous », et propose de faire de cette affaire le sujet du prochain vidé, de fabriquer un bwa-bwa à l’effigie de la jeune femme, afin que chacun.e le roue de coups de « liann’ tomarin » !
A celles et ceux qui se montrent surpris, voire inquiets d’un tel accès de violence, il est répondu par plusieurs sortes d’arguments, essayons d’examiner ceux-ci un à un.
D’abord, la jeune femme, mère de deux enfants, se serait montrée très irresponsable en les abandonnant ainsi 4 jours, sans se soucier non plus de l’inquiétude de sa propre mère.…

Lire Plus =>

S’atteler – oui, mais comment ? – à éradiquer les violences faites aux femmes.

— George Arnauld, militante de l’association féministe martiniquaise Culture Égalité —

La population martiniquaise entière est en colère après ce crime affreux perpétré quatre mois seulement après le meurtre de Leïla et de ses deux enfants. Chaque fois, nous nous mobilisons, nous défilons, nous disons : PLUS JAMAIS ÇA – C’est utile et absolument nécessaire, mais ce n’est pas suffisant !

Que faire pour arrêter ces drames qui ne sont que l’expression d’une société machiste, de domination masculine, rarement remise en question par le plus grand nombre et dans laquelle nous vivons entre plusieurs drames successifs sans nous poser de plus amples questions ?

Quelle est cette société dans laquelle nous vivons ? Sur quoi s’appuie-t-elle pour se maintenir ?

D’abord, sur une répartition attribuant des rôles différents aux femmes et aux hommes. Ces rôles différents impliquent des responsabilités différentes, valorisées de manière inégale. Ce partage arbitraire et pérennisé depuis des siècles est le fondement de l’inégalité.

La hiérarchie des rôles maintient les femmes dans une perpétuelle dévalorisation.…

Lire Plus =>

Où sont les jazzwomen? La chercheuse Marie Buscatto a enquêté.

— Propos recueillis par Fara C. —

Malgré leur succès croissant, mis en lumière par Jazz à Saint-Germain-des-Prés et Jazz’Hum’ah notamment, les femmes du jazz peinent à obtenir la reconnaissance qu’elles méritent. Interview avec Marie Buscatto, auteure de l’édifiant livre « Femmes du jazz »
Le bilan de l’édition 2014 de Jazz à Saint-Germain-des-Prés confirme, année après année, le succès des femmes artistes que ce festival s’attache à mettre à l’affiche : concerts à guichets fermés (ou quasiment) pour Tricia Evy, Kellylee Evans, Sofie Sörman, Youn Sun Nah, Eliane Elias, Natalia M. King… De même, les rencontres publiques programmées et animées par Helmie Bellini (voir vidéo ci-dessous), par ailleurs talentueuse chanteuse, ont pour la plupart rempli la salle mise à disposition dans le cadre d’un partenariat par le café Les éditeurs.

Nous avions observé un engouement similaire lors de l’édition 2013 de Jazz’Hum’ah à la Fête de l’Huma, pour les prestations scéniques d’Airelle Besson, Anne Paceo, Elise Caron, Laïka, Macha Gharibian, Géraldine Laurent…

Pourtant les « jazzwomen » de talent n’obtiennent pas autant de travail, ni la même médiatisation, que leurs homologues masculins.…

Lire Plus =>

Pour Jessica : Grande Marche Rouge à Ducos

Contre cette barbarie machiste qui l’a tuée ce dimanche 21, qui blesse, rabaisse, prive de leurs droits des centaines de femmes au quotidien.

Rassemblons-nous pour dire que nous n’en voulons plus !

Pour une vraie politique locale de lutte contre les violences envers les femmes

Nous ne voulons plus de résignation !

 L’Union des Femmes de Martinique,

avec l’accord de sa famille, en partenariat avec l’Association La Canne

et le soutien de ses collègues,

appelle femmes et hommes à venir nombreux-ses

à une Grande Marche rouge

JEUDI 25 JANVIER – RDV A 18H

à DUCOS LIEU DE NAISSANCE ET DE VIE DE JESSICA

DEVANT L’EGLISE DE DUCOS

ATTENTION LE LIEU A CHANGE A LA DEMANDE DE LA FAMILLE

Lire Plus =>

Pétition pour la mise en place d’une véritable politique locale de lutte contre les violences envers les femmes

En Martinique, aujourd’hui, la barbarie machiste a encore frappé :

Une fois de plus, ce dimanche 21 janvier 2018, une femme est tombée chez nous, de façon horrible, sous la violence machiste ;
Une fois de trop, le meurtrier présumé est son compagnon.

 A peine 4 mois après le meurtre de Leila, nous pleurons aujourd’hui Jessica, portant à 29 le nombre de femmes assassinées depuis 1998 en Martinique.



Lire Plus =>

« 10 décembre » : Toutes et tous différent·es, mais égales et égaux en droits

— Par Culture Égalité —

Qu’est-ce que les droits humains ?

Les droits humains sont les droits fondamentaux que chaque personne possède du seul fait de sa qualité d’être humain. Ils reposent sur le principe que tous les êtres humains sont différents, mais égaux en dignité et en droits.

A quoi servent les droits humains ?

Les droits humains affirment notre droit de vivre dans la dignité qui inclut le droit à la vie, à la liberté, à la sécurité.
Tous les droits humains sont indivisibles, intimement liés et interdépendants : La remise en cause de l’un de ces droits fragilise tous les autres. Les droits humains invitent au respect mutuel. Ils nous poussent à agir afin de nous assurer que les droits des autres ne sont pas bafoués et à être vigilant·es pour ne pas discriminer les humains qui nous entourent.

Pourquoi nous engager dans la défense des droits humains ?

Violences faites aux femmes, violences économiques, discriminations, racisme, traitement inhumains infligés aux réfugié·es… En ces temps où la crise économique et les bouleversements climatiques accroissent les inégalités entre les humains, augmentent les violences sociales, où certain·es veulent nous dresser les un·es contre les autres, il nous paraît urgent de rappeler que… 
L’ÉGALITÉ ENTRE ÊTRES HUMAINS

…quelle que soit leur couleur, leur religion, leur sexe, leur orientation sexuelle, leur origine sociale ou géographique est LE principe fondateur qui garantit le respect des droits humains.…

Lire Plus =>

Violences faites aux femmes: au commencement était l’inégalité nutritionnelle

— Par Christophe Carmarans —

Une étude interdisciplinaire récente suggère que l’écart de taille entre les hommes et les femmes (de 6 à 18 cm en moyenne suivant les populations) aurait pour origine l’appropriation de la meilleure nourriture par les mâles aux dépens des femelles chez les Homo Sapiens depuis la nuit des temps. Spécialiste de l’anthropologie évolutive, la chercheuse Priscille Touraille montre que ce dimorphisme sexuel de stature n’est pas une adaptation « positive » du point de vue de la sélection naturelle. Elle estime que ce sont les femmes qui devraient être aussi grandes, voire plus grandes, que les hommes. Une remise en question de la pensée commune.

Et si la première violence faite aux femmes, depuis la préhistoire, était la privation de nourriture, ou plus précisément l’inégalité nutritionnelle ? C’est ce que l’on peut déduire de la thèse qu’a soutenue Priscille Touraille, socio-anthropologue au CNRS (Centre national de la recherche scientifique), une étude révolutionnaire qui mérite que l’on s’y attarde au moment où l’on célèbre ce 25 novembre la Journée internationale de la violence à l’égard des femmes, événement placé sous l’égide des Nations unies.…

Lire Plus =>

Elsa Dorlin, philosopher à mains nues

— Par Par Jean Birnbaum —
Dans « Se défendre », la chercheuse rend justice à la violence que les opprimés déploient face à leurs oppresseurs. Un superbe retour à la vérité charnelle de la politique.

C’est le quotidien Ouest-France qui nous l’apprend : le 25 novembre, à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, elles étaient une quarantaine à se rassembler dans un dojo de Plougoumelen, au fond du golfe du Morbihan, pour participer à un stage (non mixte !) de krav maga. Cette technique de combat rapproché, qui attire aujourd’hui de plus en plus de femmes à travers toute la France, permet d’acquérir quelques gestes utiles si l’on veut prendre au sérieux, et à la lettre, le mot d’ordre « balance ton porc » : il s’agit de bien placer son genou pour que celui du monsieur touche terre…

L’objectif est d’apprendre à se battre mais aussi, et peut-être surtout, de désapprendre à ne pas se battre.…

Lire Plus =>

Pawol Fanm

Samedi 9 décembre 2017 de 17h à 20h

Après le #balance ton porc et #meetoo beaucoup de femmes se sont manifestées en France et aux USA. Ici nous avons été nombreuses à adhérer par le biais des réseaux sociaux à apprécier ce mouvement et à dire OUI cela existe bien chez nous. Certains.es disaient : mais oui on ne peut plus draguer, être dans la séduction….oui certes mais quelle est la différence entre drague et harcèlement. Comment dire NON ? Pourquoi n’arrivons-nous pas à dire NON haut et fort ? Pourquoi notre non n’est pas entendu ? Pourquoi ne portons-nous pas plainte ?
et aussi et surtout comment faire pour que les choses changent ?
quelles actions collectives ?
Inscrivez-vous très vite. Les places sont limitées.

 Au Garage Popular

Inscriptions : 0696537116…

Lire Plus =>