Sciences & Technologies

Technologies, informatique, téléphonie

L’éphéméride du 27 novembre

Invention des allumettes à friction par John Walker le 27 novembre 1826

Une allumette est une petite tige de bois (généralement du peuplier, parfois de saule), de carton ou de chiffon, destinée à créer une flamme par friction avec son extrémité enduite d’un produit chimique inflammable, après quoi elle n’est plus utilisable.

Le mot « allumette » date des environs de l’an 1200 pour désigner une petite bûche destinée à faire prendre le feu.

Les allumettes sont vendues généralement en nombre, conditionnées en boîtes ou en pochettes de carton.

Historique
Les origines
Les allumettes datent de l’Antiquité1.

Il a été retrouvé, à Saintes, datés du iie siècle, de petits bâtonnets de bois carbonisés à une extrémité2. On ne sait pas si ces « allumettes » ont simplement servi à transporter une flamme, à éclairer, ou si elles ont participé à la production de feu.

En revanche, en Chine est attesté dès le vie siècle, l’existence de bâtonnets de pin imprégnés de soufre, qui auraient eu cet usage3.

Contrairement aux allumettes actuelles, ces allumettes au soufre ne peuvent s’enflammer que secondairement, au contact d’une braise préalablement obtenue par les moyens classiques (briquet d’acier, par exemple, déjà connu des Romains).

Lire Plus =>

L’éphéméride du 25 novembre

Albert Einstein présente sa théorie de la relativité générale le 25 novembre 1915

La relativité générale est une théorie relativiste de la gravitation, c’est-à-dire qu’elle décrit l’influence sur le mouvement des astres de la présence de matière et, plus généralement d’énergie, en tenant compte des principes de la relativité restreinte. La relativité générale englobe et supplante la théorie de la gravitation universelle d’Isaac Newton qui en représente la limite aux petites vitesses (comparées à la vitesse de la lumière) et aux champs gravitationnels faibles.

Elle est principalement l’œuvre d’Albert Einstein, qui l’a élaborée entre 1907 et 1915 et elle est considérée comme sa réalisation majeure. Le 25 novembre 1915, il soumet son manuscrit de la théorie de la relativité générale à la section de mathématique et de physique de l’Académie royale des sciences de Prusse, qui la publie le 2 décembre1.

Les noms de Marcel Grossmann et de David Hilbert lui sont également associés, le premier ayant aidé Einstein à se familiariser avec les outils mathématiques nécessaires à la compréhension de la théorie (la géométrie différentielle), le second ayant franchi conjointement avec Einstein les dernières étapes menant à la finalisation de la théorie après que ce dernier lui en eut présenté les idées générales dans le courant de l’année 1915.

Lire Plus =>

Ces raccourcis clavier vont vous faciliter la vie

Ils vont vous faire gagner du temps ou accéder à des fonctionnalités dont vous ne soupçonniez pas l’existence. Tour d’horizon des raccourcis clavier les plus pratiques, tant pour naviguer sur internet que pour faire du traitement de texte.

À noter : les raccourcis ci-dessous sont ceux fonctionnant sous Windows, mais la plupart d’entre eux marchent également sous Mac à condition de remplacer la touche Ctrl par Cmd.

Les incontournables

Ctrl + C : copier
Ctrl + V : coller
Ctrl + Maj + V : coller en texte brut
Ctrl + X : couper
Ctrl + Z : annuler
Ctrl + Y : rétablir
Ctrl + S : enregistrer
Ctrl + O : ouvrir
Ctrl + F : rechercher
Ctrl + A : sélectionner tout le texte

Lire Plus =>

L’éphéméride du 11 octobre

Création officielle du parachute le 11 octobre 1802

Parachute
Le parachute est un dispositif destiné à freiner le mouvement, principalement vertical d’un objet ou d’un individu dans les airs. Historiquement, le parachute sert à rendre possible le retour au sol en bonne condition d’une personne abandonnant un aéronef, mais le terme a été appliqué à de nombreux dispositifs destinés à empêcher une chute ou à ralentir un appareil au moyen d’un dispositif semblable à un parachute de descente.

Le principal sport ou loisir qui en décline est le parachutisme. Il est utilitaire dans l’activité du parachutisme militaire.

Étymologie
Le mot parachute est constitué du préfixe para- (du latin paro (« parer, contrer »)) et du mot français chute (fait de tomber) : protection contre la chute. Le mot a été inventé par Louis-Sébastien Lenormand en 1785.

Classification
Il existe quatre sortes de parachutes :

Le dispositif constitué d’une voile destiné à ralentir la chute d’une personne ou d’un objet, en vue de se poser sain et sauf sur le sol. Il s’agit du frottement fluide qui freine la chute.
Par extension, le « parachute » est un dispositif en toile qui freine certains engins à l’atterrissage (voir l’article frein).

Lire Plus =>

L’éphéméride du 28 septembre

  • Fondation de l’Association internationale des travailleurs (« Première Internationale ») le 28 septembre 1864
  • Découverte de la relativité restreinte par Einstein le 28 septembre 1905

La relativité restreinte est la théorie élaborée par Albert Einstein en 1905 en vue de tirer toutes les conséquences physiques de la relativité galiléenne et du principe selon lequel la vitesse de la lumière dans le vide a la même valeur dans tous les référentiels galiléens (ou inertiels), ce qui était implicitement énoncé dans les équations de Maxwell (mais interprété bien différemment jusque-là, avec « l’espace absolu » de Newton et l’éther).

La relativité galiléenne énonce, en langage moderne, que toute expérience faite dans un référentiel inertiel se déroule de manière parfaitement identique dans tout autre référentiel inertiel. Devenu « principe de relativité », son énoncé sera ensuite modifié par Einstein pour être étendu aux référentiels non inertiels : de « restreinte », la relativité deviendra « générale », et traitera de plus de la gravitation, ce que ne fait pas la relativité restreinte.

La théorie de la relativité restreinte a établi de nouvelles formules permettant de passer d’un référentiel galiléen à un autre.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 27 septembre

Richard Stallman annonce son projet GNU (système d’exploitation entièrement libre) le 27 septembre 1983

Le projet GNU est un projet informatique dont les premiers développements ont été réalisés en janvier 1984 par Richard Stallman pour développer le système d’exploitation GNU. Le projet est maintenu par une communauté de hackers4 organisée en sous-projets. Chaque brique du projet est un logiciel libre utilisable de par sa nature dans des projets tiers, mais dont la finalité est de s’inscrire dans une logique cohérente5,6,note 1 avec l’ensemble des sous-projets en vue de la réalisation d’un système d’exploitation complet et entièrement libre, et avec pour stratégie, l’utilisation de l’existant3.

C’est ainsi que la première version fonctionnelle du système GNU est construite en 1992 avec l’utilisation du noyau Linux, un projet développé indépendamment du projet GNU par Linus Torvalds. Mais si la « rencontre GNU/Linux » permet l’assemblage d’un système libre, le développement d’un micro-noyau reste aujourd’hui l’un des objectifs techniques du projet8.

Le projet est soutenu par la Free Software Foundation, en assurant notamment sa protection légale par la gestion de ses droits d’auteurs6,note 2. Les objectifs et la philosophie du projet sont par ailleurs définis dans le manifeste GNU, lequel représente l’acte fondateur du mouvement du logiciel libre9.

Lire Plus =>

Qu’est-ce qu’un bon mot de passe sur internet ?

Vous utilisez sans doute des mots de passe pour vos activités sur internet (messagerie, achats, banque…). Mais ces mots de passe sont-ils suffisamment sécurisés ? Réponses avec le site cybermalveillance.gouv.fr qui vous donne des règles simples à adopter pour protéger votre sécurité numérique et éviter d’être la proie de cybercriminels.

  • Utiliser un mot de passe différent pour chaque accès : si l’un est piraté, seul le service concerné sera vulnérable ;
  • Créez des mots de passe suffisamment longs et complexes : un bon mot de passe doit comporter au minimum 12 signes mélangeant majuscules, minuscules, chiffres et caractères spéciaux, afin de freiner les attaques réalisées par des ordinateurs qui testent des dizaines de milliers de combinaisons par seconde ;
  • Créez des mots de passe impossibles à deviner : évitez d’employer des informations personnelles faciles à retrouver, comme le prénom de votre enfant, une date anniversaire, votre groupe de musique préféré. Évitez également les suites logiques simples comme 123456, azerty, abcdef… qui font parties des mots de passe les plus courants et qui sont les premières combinaisons qu’essaieront les cybercriminels pour essayer de forcer vos comptes. Par exemple, choisissez la première lettre des mots d’une citation ;
  • Utilisez un gestionnaire de mots de passe sécurisé : il se chargera d’enregistrer vos mots de passe à votre place et vous évitera ainsi de les noter dans un endroit non sécurisé.

Lire Plus =>

Comment la technologie française peut contrôler le port du masque obligatoire

Caméras intelligentes, radars laser… Plusieurs technologies sont testées pour aider à contrôler le respect du port du masque, suscitant parfois des inquiétudes concernant la vie privée.

— Par Valentin Hamon-Beugin —

À partir de la semaine prochaine, le port du masque deviendra obligatoire dans les lieux publics clos. Comment dès lors contrôler que des milliers d’individus respectent ou non la consigne? Plusieurs start-up françaises ont développé des solutions, qui ont commencé à être testées.

Certaines entreprises ont élaboré des outils qui nécessitent l’utilisation de caméras. Un logiciel est installé et détecte, grâce à l’intelligence artificielle, les visages masqués. «Il ne s’agit pas de reconnaissance faciale. On reconnaît simplement la forme humaine derrière le masque, mais nous n’avons pas accès à l’identité des personnes filmées», explique Virginie Ducable, chef de projet au sein de RedLab, une start-up normande qui propose ce type de solution. Aucune image n’est stockée sur des serveurs, seules les données statistiques sont envoyées au client. «Ces statistiques pourront leur servir de manière concrète. Par exemple, s’ils constatent que trop peu de personnes portent un masque à un moment donné, ils pourront lancer automatiquement des annonces vocales incitant à respecter les consignes sanitaires», ajoute-t-elle.

Lire Plus =>

Covid-19 : attention aux arnaques !

Faux sites de vente de masques chirurgicaux, de gels hydroalcooliques ou de médicaments, cagnottes frauduleuses, messages bancaires trompeurs… Face à la prolifération des escroqueries profitant de la peur des Français pendant la crise du Coronavirus, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) appelle à la vigilance.

La situation de crise sanitaire suscite des inquiétudes légitimes. Vous voulez rester informé malgré le confinement et cherchez les moyens de vous protéger. Cependant, les arnaques de la part de sociétés et d’individus malveillants se multipliant, la DGCCRF rappelle que :

  • il n’existe pas à ce jour de vaccin, d’aliments, de purificateurs d’air, de lampes, de compléments alimentaires ou encore d’huiles essentielles qui protègent ou permettent de guérir du Covid-19. Toute proposition affirmant le contraire relève de la pratique commerciale trompeuse ;
  • l’État ne propose pas de kit de dépistage directement aux citoyens. Toute offre de dépistage semblant émaner des services de l’État est une arnaque pour obtenir vos données personnelles, en particulier vos coordonnées bancaires ;
  • des sites internet frauduleux cherchent à vendre certains médicaments, notamment destinés au traitement d’autres maladies.

Lire Plus =>

Une adolescente de 15 ans morte électrocutée à cause de son téléphone portable

— Par GB —
C’est le deuxième drame de ce type dans le département en un mois et demi. Dimanche vers 18h30, les marins-pompiers sont intervenus dans un appartement de la rue Paradis à Marseille, pour porter secours à une adolescente, électrocutée dans sa salle de bain.
En arrêt cardiaque
La jeune fille était en arrêt cardiaque à l’arrivée des secouristes qui ont pratiqué les gestes de premier secours, indique le Bataillon des marins-pompiers. Elle a été transportée en service de réanimation aux Urgences de l’hôpital de la Timone mais n’a pas survécu.

Selon les premières constatations, l’accident serait dû à l’utilisation de son téléphone portable, précise la direction de la sécurité publique qui a diligenté une enquête sur les circonstances du décès.
Une fillette de 9 ans morte à Vitrolles
Le 15 décembre dernier, une fillette de 9 ans est décédée à Vitrolles, alors qu’elle prenait son bain.

L’enfant avait été retrouvée inanimée dans la baignoire. Malgré l’intervention des pompiers, assistés d’une équipe du Samu, la jeune victime n’avait pas pu être réanimée.

Le téléphone portable qui était en charge sur le bord de la baignoire aurait glissé dans l’eau.

Lire Plus =>

Une amende de 25 millions d’euros infligée à Apple pour pratique commerciale trompeuse en France

Le parquet reproche au constructeur américain le manque d’information sur le ralentissement [volontaire?] des iPhone à la suite d’une mise à jour logicielle.

Apple, visé par une enquête pour « obsolescence programmée », s’est vu infliger une amende transactionnelle de 25 millions d’euros, a annoncé vendredi la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) au terme d’une enquête qui a conclu à des « pratiques commerciales trompeuses par omission » du géant américain de la technologie.

« A la suite d’une enquête de la [DGCCRF] et après accord du procureur de la République de Paris, le groupe Apple a accepté de payer une amende de 25 millions d’euros dans le cadre d’une transaction pénale », se félicite l’instance dans un communiqué.

Le parquet avait ouvert le 5 janvier 2018 une enquête préliminaire pour « obsolescence programmée » − finalement non retenue au terme des investigations − à la demande de l’association Halte à l’obsolescence programmée (HOP), qui accusait Apple de ralentir volontairement ses anciens modèles de smartphones pour accélérer leur remplacement.

Lire aussi Obsolescence programmée : HOP la petite association qui s’est attaquée à Apple et à Epson

« Une première victoire historique » pour l’association

L’enquête, qui a été confiée à la DGCCRF, a « montré que des détenteurs d’iPhone n’avaient pas été informés que les mises à jour du système d’exploitation iOS (10.2.1 et 11.2) qu’ils installaient étaient susceptibles de conduire à un ralentissement du fonctionnement de leur appareil », précise le communiqué.

Lire Plus =>

Comment charger son téléphone le plus vite possible sans l’abîmer

— Par Céline Deluzarche —
L’autonomie reste le gros point noir des téléphones portables. Si une recharge complète nécessite plusieurs heures, il existe des astuces pour accélérer le processus et profiter rapidement de son appareil.

Le conseil de base lorsqu’on recharge son téléphone est… de ne pas l’utiliser. « Encore mieux : le laisser éteint », préconise Florence Paour-Mauffre, directrice Terminaux et Services Associés chez Orange.

En effet, l’écran et les autres composants électroniques consomment de l’énergie qui ne servira donc pas à remplir la batterie. « Coupez également toutes les connexions inutiles (Bluetooth, wifi, GPS) ou mettez le téléphone en mode avion », indique la spécialiste.

Une recommandation d’autant plus pertinente que la recharge induit une surchauffe de la batterie qui est aggravée si on utilise de manière intensive le smartphone pendant ce temps. Pour cette même raison, la recharge est plus longue l’été, un mécanisme ralentissant automatiquement la recharge pour éviter que la batterie ne surchauffe.

Des recharges fréquentes de quelques minutes plutôt qu’un long temps de charge

Il faut une heure et demie à trois heures pour recharger à 100 % la batterie vide d’un téléphone portable.

Lire Plus =>

« L’exploitation de données de santé sur une plate-forme de Microsoft expose à des risques multiples »

Alors que le gouvernement compte s’appuyer sur le géant américain pour stocker les données de santé, un collectif initié par des professionnels du secteur et de l’informatique médicale s’inquiète, dans une tribune au « Monde », de ce choix du privé. Si vous partagez leurs inquiétudes, il est toujours possible de signer cette pétition! Voici le lien : https://forms.interhop.org/node/3.

Le gouvernement français propose le déploiement d’une plate-forme nommée Health Data Hub (HDH) pour développer l’intelligence artificielle appliquée à la santé. Le HDH vise à devenir un guichet unique d’accès à l’ensemble des données de santé.

Les données concernées sont celles des centres hospitaliers, des pharmacies, du dossier médical partagé et les données de recherche issues de divers registres. La quantité des données hébergées est amenée à exploser, notamment avec l’émergence de la génomique, de l’imagerie et des objets connectés. Il est prévu que ces données soient stockées chez Microsoft Azure, cloud public du géant américain Microsoft. Ce choix est au centre de nos inquiétudes.

Les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft), les start-up et même les assureurs pourraient accéder aux données de santé et au pouvoir financier qu’elles représentent, si ces entreprises démontrent que leurs projets de recherche peuvent avoir un usage pour “l’intérêt public”, un concept relativement flou.

Lire Plus =>

«Parents, la nocivité des écrans pour vos enfants est avérée!»:

TRIBUNE – Un enfant de plus de 3 ans doit regarder des écrans moins d’une heure par jour, tous écrans confondus, et bénéficier de temps et de lieux sans écran, argumentent les auteurs.

Il n’est plus possible d’affirmer qu’«il n’y a pas d’étude» sur le danger que représente l’exposition précoce des enfants aux écrans,
comme l’avait soutenu voilà près d’un an le gouvernement en réponse à une proposition de loi du Sénat. Michel Desmurget, chercheur à l’Inserm et au CNRS, a publié un livre au titre évocateur, La Fabrique du crétin digital. Et il existe
bien des études qui vont toutes dans le même sens: les écrans sont délétères pour l’enfant.

Une recherche dans une base de données scientifiques (PubMed), certes en anglais, est à la portée de tous. Or une recherche associant les mots-clés «enfant» et «temps d’écran» («screen time» and «children») conduit à découvrir que 1656 études ont été publiées sur ce sujet ces cinq dernières années dans des revues scientifiques partout dans le monde.

Nous avons effectué une synthèse à partir de plus de 120 de ces études.

Lire Plus =>

Troubles de l’attention, du sommeil, du langage… « La multiplication des écrans engendre une décérébration à grande échelle »

Pour le neuroscientifique Michel Desmurger, laisser les enfants et les adolescents face à des écrans relève de la maltraitance. Il alerte sur ce qu’il considère comme un problème majeur de santé publique.

— Propos recueillis par Pascale Santi et Stéphane Foucart —

Michel Desmurget dirige, au CNRS, une équipe de recherche sur la plasticité cérébrale. Il vient de publier La Fabrique du crétin digital. Les dangers des écrans pour nos enfants (Seuil, 425 pages, 20 euros).

En se fondant sur la littérature scientifique disponible, le neuroscientifique y détaille les effets de l’omniprésence des outils numériques sur la cognition, le comportement et le bien-être des enfants.
Vous abordez dans votre livre les différents types d’écrans classiques, les jeux vidéo, etc. Qu’est-ce qui est le plus délétère pour l’enfant ?

C’est la convergence de tout cela. De nombreuses études mettent en évidence l’impact des écrans, quels qu’ils soient, sur des retards dans le développement du langage, sur le sommeil et l’attention. Le cerveau – surtout lorsqu’il est en construction – n’est pas fait pour subir ce bombardement sensoriel.

Quelles sont les données disponibles sur le temps d’écran ?

Lire Plus =>

Images virtuelles, vidéos truquées… Peut-on encore croire ce que l’on voit ?

— Par Benjamin Jérôme —
Aujourd’hui, les deepfakes, vidéos truquées hyper-réalistes, mentent mieux que jamais. Décryptage d’un phénomène aussi bluffant qu’alarmant.

L’association Solidarité Sida a créé une « fake news » où Donald Trump annonce que le VIH est éradiqué. Solidarité Sida

Son travail a de quoi inquiéter. Hao Li, chercheur allemand installé en Californie, est un pionnier des deepfakes, ces vidéos trafiquées grâce à l’intelligence artificielle qui permettent de faire dire n’importe quoi à n’importe qui. Comme de montrer Donald Trump annonçant l’éradication du sida. Ce clip choc, qui a fait le buzz début octobre, était une fake news imaginée à dessein par l’association française Solidarité Sida pour relancer la mobilisation contre la maladie.

Dans ce deepfake, les postures et le visage du président américain permettaient de deviner l’imposture. Mais pour combien de temps encore? « Nous sommes déjà capables de générer des vidéos dont il est pratiquement impossible de savoir, à l’œil nu, si le contenu est réel ou non », prévient Hao Li, qui nous répond depuis l’un de ses deux laboratoires de recherche. L’homme, qui passe son temps en conférence ou auprès de ses étudiants, a aussi monté sa start-up, Pinscreen, spécialisée dans la création sur ordinateur d’avatars photoréalistes.

Lire Plus =>

Comment améliorer votre sécurité sur les réseaux sociaux ?

La question : « Ma fille vient d’ouvrir un compte sur un réseau social et je suis inquiète pour sa sécurité. Quels conseils puis-je lui donner pour qu’elle apprenne à être vigilante ? »

La réponse de Service-public : « Vous pourrez trouver des conseils utiles pour comprendre et lutter contre les différents dangers sur cybermalveillance.gouv.fr, un site d’assistance et de prévention du risque numérique. Il propose de bonnes pratiques à conseiller à votre enfant. »

  • Protégez l’accès à vos comptes et vérifiez régulièrement les connexions
    Pour vous assurer que personne ne puisse utiliser votre compte à votre insu ou usurper votre identité, protégez-en bien l’accès en utilisant des mots de passe différents et suffisamment robustes. Si le service le propose, activez également la double authentification. La plupart des réseaux sociaux offrent des fonctionnalités qui vous permettent de voir les connexions ou sessions actives sur votre compte depuis les différents appareils que vous utilisez. Consultez régulièrement ces informations. Si vous détectez une session ou une connexion inconnue ou que vous n’utilisez plus, déconnectez là. Au moindre doute, changez votre mot de passe.
  • Vérifiez vos paramètres de confidentialité
    Les paramètres de visibilité de vos informations personnelles (numéro de téléphone, adresse email…) et de vos publications sont souvent réglés par défaut et vos données peuvent se trouver partagées avec tous les abonnés du réseau social.

Lire Plus =>

Radars : les conducteurs sans assurance traqués

Selon les chiffres du gouvernement, 700 000 automobilistes roulent sans assurance. L’an dernier, 175 personnes ont été tuées par un véhicule non assuré.

Les automobilistes qui roulent sans assurance vont désormais être repérables via les radars automatiques qui contrôlent déjà la vitesse. L’heure est encore à la prévention mais les sanctions devraient tomber d’ici quelques mois, d’une amende forfaitaire de 500 euros jusqu’à 7 500 euros en cas de récidive, à éventuellement, une inscription sur le casier judiciaire, la suspension ou l’annulation du permis et l’interdiction de le repasser.

L’an dernier 175 personnes ont été tuées sur la route par des conducteurs dont les voitures n’étaient pas assurées. Et rembourser les dommages causés équivaut parfois à une condamnation à vie pour le responsable.

Qu’est-ce qui change ?  

Si un automobiliste est flashé sur la route pour excès de vitesse ou pour avoir grillé un feu, le fichier des véhicules assurés (FVA) sera automatiquement consulté. En cas de défaut d’assurance constaté, « dans un premier temps, nous allons envoyer des courriers de prévention », explique mercredi 16 octobre sur franceinfo Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière.

Lire Plus =>

Téléphones mobiles et tablettes : quelle sécurité ?

Qu’il s’agisse de votre téléphone mobile (smartphone) ou de votre tablette, vos appareils contiennent des informations précieuses à sécuriser.

Dans le cadre du cybermois d’octobre 2019 visant à améliorer les connaissances de chacun en matière de sécurité numérique, retrouvez tout ce qu’il faut savoir sur la sécurité des appareils mobiles grâce au site cybermalveillance.gouv.fr.

Rappel de 10 bonnes pratiques :

  • mettre en place des codes d’accès suffisamment difficile à deviner ;
  • chiffrer les données de l’appareil ;
  • appliquer les mises à jour de sécurité ;
  • faire des sauvegardes ;
  • utiliser une solution de sécurité contre les virus, les rançongiciels et l’hameçonnage ;
  • n’installer des applications que depuis des sites ou des magasins officiels ;
  • contrôler les autorisations de vos applications ;
  • ne pas laisser votre appareil sans surveillance ;
  • éviter les réseaux wifi publics ou inconnus ;
  • ne pas stocker d’informations confidentielles sans protection.

À savoir :

Le code PIN bloque l’accès à la carte SIM, ce qui empêche de pouvoir l’utiliser sur un autre téléphone sans connaître le code.

Lire Plus =>

Avec l’arrivée de l’IA, 120 millions d’actifs pourraient voir leur job disparaître

Durant les 3 prochaines années, les plus grandes économies du monde vont être touchées par ces changements majeurs.

— Par Valentin Cimino —

Une récente étude d’IBM laisse penser que l’intelligence artificielle pourrait remplacer des millions de travailleurs à travers le monde : 120 millions pour être exact. Cette fois-ci ça y est, l’intelligence artificielle est prête pour faire son entrée sur le monde du travail. Au cours des 3 prochaines années, les 12 plus grandes économies du monde pourraient bien être totalement chamboulées par ce changement majeur.

L’IA arrive-t-elle trop vite dans le monde du travail ?
Pour Amy Wright, co-directrice d’IBM Talent & Transformation : « les entreprises sont confrontées à des préoccupations croissantes face à l’arrivée de l’intelligence artificielle sur le marché du travail. Le fossé se creuse entre les compétences d’une IA et d’un humain. Une prise de conscience sur l’impact que ces nouvelles technologies pourraient avoir sur l’économie mondiale est seulement en train d’émerger. Cependant l’intelligence artificielle n’arrivera pas demain dans notre quotidien, mais bien aujourd’hui ».

Lire aussi : L’IA devrait détruire 120 millions d’emplois d’ici 3 ans

Effectivement, d’après le rapport, la moitié des PDG interrogés estiment ne pas avoir les ressources financières nécessaires pour remplacer leur main d’œuvre par des machines.

Lire Plus =>

La Fabrique du crétin digital

Les dangers des écrans pour nos enfants

Dans son dernier livre La fabrique du crétin digital, le docteur en neurosciences Michel Desmurget s’attaque à plusieurs idées reçues sur les bienfaits de la révolution numérique. Il rappelle les effets délétères des nouvelles technologies sur l’attention et la réussite scolaire.
La Fabrique du crétin digital

Michel Desmurget
La consommation du numérique sous toutes ses formes – smartphones, tablettes, télévision, etc. – par les nouvelles générations est astronomique. Dès 2 ans, les enfants des pays occidentaux cumulent chaque jour presque 3 heures d’écran. Entre 8 et 12 ans, ils passent à près de 4 h 45. Entre 13 et 18 ans, ils frôlent les 6 h 45. En cumuls annuels, ces usages représentent autour de 1 000 heures pour un élève de maternelle (soit davantage que le volume horaire d’une année scolaire), 1 700 heures pour un écolier de cours moyen (2 années scolaires) et 2 400 heures pour un lycéen du secondaire (2,5 années scolaires).
Contrairement à certaines idées reçues, cette profusion d’écrans est loin d’améliorer les aptitudes de nos enfants. Bien au contraire, elle a de lourdes conséquences : sur la santé (obésité, développement cardio-vasculaire, espérance de vie réduite…), sur le comportement (agressivité, dépression, conduites à risques…) et sur les capacités intellectuelles (langage, concentration, mémorisation…).

Lire Plus =>

Ecosia : le moteur de recherche écolo qui cartonne

Les feux en Amazonie provoquent un engouement spectaculaire pour Ecosia, le moteur de recherche alternatif qui permet de planter des arbres grâce aux revenus publicitaires générés par les requêtes de ses utilisateurs. Il a franchi le seuil des 15 millions d’utilisateurs en cette fin août.

Ecosia est un métamoteur de recherche solidaire allemand. Il reverse 80 % de ses bénéfices4 selon un programme de reforestation présent partout dans le monde. Ecosia plante des arbres au Burkina Faso, au Pérou, en Tanzanie, à Madagascar et dans douze autres pays. L’entreprise, certifiée B corporation, travaille avec différents partenaires dont WeForest et OZG au Burkina Faso, PUR Projet au Pérou et Eden Projects à Madagascar. En février 2019, plus de 50 millions d’arbres avaient été plantés depuis sa création, ce qui représente plusieurs milliards de recherches au total, à raison de 45 recherches en moyenne pour planter un arbre; soit environ: 2,25 milliards de recherches.

Fonctionnement
Ecosia propose un service gratuit de recherche. Les résultats affichés par le moteur de recherche sont générés par Bing, améliorés par des algorithmes particuliers développés par Ecosia et via des encarts publicitaires par Yahoo!,

Lire Plus =>

Olivier Babeau: «Facebook écoute nos conversations pour mieux nous manipuler!»

— Par Olivier Babeau, professeur d’université et président de l’Institut Sapiens —

Entretien mené par Paul Sugy

Olivier Babeau a publié Éloge de l’hypocrisie (éd. du Cerf, mars 2018).

Le réseau social a reconnu avoir fait écouter et retranscrire de nombreuses conversations vocales d’usagers de son application Messenger. Les plateformes numériques améliorent sans cesse leurs outils pour cerner au mieux les préférences des consommateurs et manipuler leurs comportements d’achat, explique Olivier Babeau.

FIGAROVOX.- Facebook a reconnu avoir payé des centaines de sous-traitants pour écouter et retranscrire des conversations sonores d’usagers de Messenger. Cette information vous surprend-elle?

Olivier BABEAU.- Non. Souvenons-nous que Google, Amazon, Microsoft et Apple ont fait exactement la même chose. Et comprenons surtout qu’il s’agit de la traduction logique d’un impératif pour ces entreprises. Les géants du Web offrant des services gratuits vivent à 90 % de la publicité. Or la valeur d’une publicité dépend de deux paramètres: le nombre de personnes touchées et la précision du ciblage. Attirer une audience massive n’est que la première partie du modèle économique: la seconde, plus fondamentale, est d’atteindre le plus haut degré possible de connaissance des consommateurs ciblés.

Lire Plus =>

Amazon et Microsoft pointés du doigt pour leur rôle dans le développement des armes autonomes

Selon le rapport d’une ONG, les deux entreprises font partie des géants de la tech qui pourraient mener à une gigantesque course aux armements dans le secteur de l’intelligence artificielle.

Le film de science-fiction Terminator peut-il devenir réalité ? Selon un rapport de l’organisation non gouvernementale PAX, les entreprises américaines Amazon et Microsoft pourraient chercher à participer au développement des armes de destruction autonomes.

 L’organisation néerlandaise a sondé les principaux acteurs du secteur hautement stratégique de l’intelligence artificielle et a classé cinquante entreprises selon trois critères :

  • Développent-elles des technologies permettant de créer des « robots tueurs » ?
  • Travaillent-elles sur des projets militaires liés à ces technologies ?
  • Ont-elles promis de s’abstenir d’y contribuer dans le futur ?

« Tuer sans implication humaine »

L’usage de l’intelligence artificielle pour permettre à des systèmes d’armement d’automatiquement choisir et attaquer des cibles a provoqué d’importants débats éthiques au cours des dernières années. Pour certains critiques, on pourrait même assister à la troisième révolution de l’art de la guerre après les inventions de la poudre et de la bombe nucléaire.

Lire Plus =>

Applications de retouche photo et données personnelles : le point avec la Cnil

Vous utilisez peut-être des applications de retouche photo pour vous rajeunir, vous vieillir ou encore tester un effet esthétique à partir de l’une de vos photos ? Mais que faut-il savoir sur ces applications en matière de respect de vos données personnelles notamment avant de les télécharger ? Les réponses avec la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil).

Avant tout téléchargement, la Cnil recommande :

  • de passer par un site marchand officiel proposant ce type d’applications ;
  • et de vérifier les éventuelles contreparties concernant l’utilisation de vos données personnelles.

En effet, rappelle la Cnil, vous devez être en mesure de savoir si vos photos sont conservées dans l’Union européenne ou hors UE, si elles sont communiquées à des partenaires commerciaux, si elles sont réutilisées à des fins publicitaires et s’il existe des moyens d’exercer vos droits RGPD (droit d’accès, opposition, suppression…).

Au moment de l’utilisation de l’application, il est également conseillé de vérifier les permissions demandées par l’application pour accéder à votre appareil photo et à vos albums photos.

Lire Plus =>