Santé

Martinique: des masques doivent être fournis aux détenus en contact avec des intervenants extérieurs

Le conseil d’État a enjoint jeudi la ministre de la Justice et le chef d’établissement du centre pénitentiaire de Ducos en Martinique de fournir, à compter du 11 mai, un masque de protection aux détenus appelés à rencontrer des intervenants extérieurs.

La haute juridiction avait été saisie d’un recours de la ministre de la Justice lui demandant d’annuler une ordonnance du tribunal administratif de la Martinique le 5 avril, qui lui enjoignait, ainsi qu’à l’administration pénitentiaire, de fournir des masques aux détenus du centre pénitentiaire de Ducos et de se doter de tests de dépistage en nombre suffisant pour procéder au dépistage de toutes les personnes ayant été en contact avec une personne présentant les symptômes de la maladie de Covid-19.

» LIRE AUSSI – Covid-19: bataille autour des masques à livrer aux personnels des prisons

Lire Plus =>

« Mayotte peut et doit être déconfinée en même temps que la métropole » selon Mansour Kamardine, député de Mayotte

— Propos recueillis par Célia Cuordifede —

L’île de l’Océan Indien va devoir rester confinée plus longtemps que prévu, pour endiguer l’épidémie de Covid-19. Pour le député de Mayotte, Mansour Kamardine (LR), il est nécessaire d’entamer un déconfinement strict avec une distribution de masques gratuits, compte tenu de la difficulté de nombreux habitants à rester confinés. Entretien.

Sur la carte du déconfinement, Mayotte est le seul territoire d’Outre mer classé rouge. Les 280.000 mahaorais devront donc patienter au-delà du 11 mai avant d’être déconfinés. ”La prolongation du confinement est l’unique manière d’éviter la saturation d’un système hospitalier déjà très sollicité par l’épidémie de dengue”, a déclaré le Premier ministre Edouard Philippe devant les sénateurs, ce lundi 4 mai. Jusqu’ici, l’île de l’Océan Indien a recensé 854 cas, dont 10 décès. 47 personnes sont actuellement prises en charge dans le service de réanimation du centre hospitalier de Mamoudzou.

Mais pour le député de Mayotte, Mansour Kamardine (LR), le gouvernement ”doit prendre en compte les réalités du terrain, où le confinement est pour une grande majorité de la population très compliqué à respecter du fait de la pauvreté, de la promiscuité ainsi que du manque d’accès à l’eau courante”.

Lire Plus =>

Mayotte : «Tous les deux ou trois jours, il y a un doublement du nombre de cas» de Coronavirus

Le département d’Outre-mer où le virus circule activement doit faire l’objet «d’une vigilance particulière», selon Édouard Philippe.

Mayotte, «à contre-temps» de la métropole qui va entamer son déconfinement, «a besoin des mesures déployés en Alsace il y a deux mois» pour lutter contre le coronavirus, a souligné jeudi 7 mai la directrice de l’ARS, l’ancienne ministre Dominique Voynet.

Le premier ministre Edouard Philippe, qui avait déjà annoncé le report du déconfinement pour ce département d’Outre-mer où le virus circule activement, a indiqué jeudi qu’il devrait faire l’objet «d’une vigilance particulière». Un point doit être fait le 14 mai pour envisager un éventuel assouplissement du confinement, mais «le déconfinement est pratiquement de fait» dans l’île, a reconnu Dominique Voynet lors d’un point-presse avec des médias nationaux.

Selon elle, «depuis le discours d’Emmanuel Macron» amorçant le déconfinement et «depuis le début du ramadan», le confinement n’est presque plus respecté dans l’île, où 82% de la population vit sous le seuil de pauvreté.

Lire Plus =>

Nous, auxiliaires ! 4 décisions à prendre tout de suite pour valoriser notre métier

 Professionnels de l’aide à domicile a lancé cette pétition adressée à Décideurs publics

Nous, auxiliaires de vie, nous sommes en première ligne au contact des plus vulnérables, face au Covid. Pourtant, comme le montre notamment le sondage réalisé par Alenvi auprès de 1100 auxiliaires, plus de la moitié d’entre nous ne se sentent pas concernés par les applaudissements tous les soirs à 20h. Comment est-ce possible ?

Les conditions dans lesquelles nous travaillons ne sont pas alignées avec la réalité de notre métier faite d’empathie et de responsabilité. Les rapports Libault et El Khomri avaient partagé ce constat en 2019. Nous avons donc pris la plume avec des encadrants et dirigeants du secteur afin de formuler 4 propositions pour changer les choses. Depuis 1 mois, le gouvernement a montré qu’il pouvait prendre des décisions rapidement : qu’il agisse dès maintenant pour notre profession, pour ne pas mettre en péril la cohésion sociale du pays !

1. Soyons inscrits dans les répertoires nationaux des professions de santé

“Quand on va à la pharmacie, on nous jette au visage : vous ne faites pas partie du personnel médical pour avoir un masque”

“On parle des soignants de l’hôpital et des ehpad mais rien sur les auxiliaires de vie”

Nous voulons être considérés de la même manière que les soignants, ce qui est le cas dans la majorité des pays européens.

Lire Plus =>

Quatorzaine obligatoire cet été pour les ultramarins de métropole allant en Outre-Mer

Interrogé à l’Assemblée sur ce sujet, le ministre de la Santé Olivier Véran a insisté sur le fait que la quatorzaine était « le seul moyen d’éviter qu’on transporte le virus ».

Cet été s’annonce particulier pour tous les Français. Y compris pour les ultramarins de l’Hexagone qui voudraient retourner en Outre-Mer pour passer leurs congés d’été. Interrogé sur cette question par la députée Georges-Pau Langevin, le ministre de la Santé a répondu avec fermeté, dans le cadre de l’examen du projet de loi de prolongation de l’état d’urgence sanitaire. « Oui, il y aura une possibilité de retourner dans les territoires d’Outre-Mer », a-t-il fait savoir, mais en soulignant une condition importante: « moyennement une quatorzaine. » « La quatorzaine est indispensable », a martelé Olivier Véran.

Pas d’exception

« Si on commence à considérer qu’il y a une exception parce qu’on a été soignants en métropole et qu’on a aidé… on peut le comprendre humainement. Mais on peut aussi ne pas le comprendre. L’idée n’est pas de punir ou de donner un bonus, la problématique est de protéger la population », a fait savoir le ministre. 

Lire Plus =>

 Au Brésil, les Noirs touchés de plein fouet par le coronavirus

Faible accès aux soins, emplois très exposés, logements précaires: les Noirs sont touchés de plein fouet au Brésil par le coronavirus, qui jette une lumière crue sur les inégalités raciales alors qu’ils représentent la majorité de la population. Dans l’Etat de Sao Paulo, le plus peuplé et le plus touché du pays, le risque de mourir du Covid-19 est 62% plus élevé pour les personnes de couleur. Le dernier bilan des autorités sanitaires locales fait état d’un taux de mortalité lié au virus de 15,6 pour 100.000 pour les Noirs, contre 9,6 pour les Blancs.

» LIRE AUSSI – Au Brésil, l’autoritarisme de Bolsonaro exacerbé par la «petite grippe»

Au niveau national, si 36,4% des malades transférés à l’hôpital pour syndrome respiratoire aigu sévère sont des Noirs, ils y représentent en revanche 45,3% des décès du Covid-19, ce qui montre que les Blancs ont plus de chances de sortir guéris de l’hôpital.

«Ces chiffres montrent que les Noirs ont plus de risques de mourir parce qu’ils arrivent trop tard à l’hôpital ou tout simplement parce qu’ils n’ont pas accès aux soins», estime Emanuelle Goes, chercheuse de l’institut Fiocruz, référence en santé publique.

Lire Plus =>

Au Royaume-Uni, le coronavirus tue «deux à trois fois plus» les minorités ethniques

Les personnes noires, asiatiques ou d’autres minorités ethniques habitant au Royaume-Uni ont deux à trois fois plus de risque de mourir du nouveau coronavirus que la moyenne, selon une étude publiée jeudi qui s’ajoute à d’autres publications dans ce sens. L’analyse a été menée par l’University College London à partir des données officielles délivrées par les autorités sanitaires britanniques.

«Ce travail montre que, loin de frapper de façon égalitaire, le Covid-19 est disproportionnellement plus mortel» pour les minorités, a expliqué l’un des co-auteurs, Delan Devakumar, jugeant «essentiel de s’attaquer aux facteurs sociaux, économiques et aux freins dans l’accès aux soins qui conduisent à ces morts injustes». Les chercheurs de l’université se sont concentrés sur les patients testés positif au virus et décédés dans les hôpitaux anglais entre le 1er mars et le 21 avril, recensés le service public de santé britannique (NHS). L’analyse de ces données a montré que le risque de mourir du virus est «deux à trois fois plus élevé» pour les personnes noires, asiatiques ou d’autres minorités ethniques que pour l’ensemble de la population.

Lire Plus =>

Au Soudan, la cause des Femmes progresse.

L’excision déclarée hors-la-loi

En 2020, une loi juste à promulguer…

La pratique, ancestrale mais barbare de l’excision, qui touche dans ce pays d’Afrique près de 9 femmes sur dix, est désormais en passe de disparaître. En effet, le Soudan va adopter une loi contre l’excision. Une forme de reconnaissance, une grande victoire pour les Soudanaises ! Une victoire d’étape, mais une grande victoire tout de même pour les femmes, dont une des revendications les plus emblématiques va donc prendre force de loi : l’excision sera désormais interdite au Soudan. Un amendement au Code pénal, qui rend leurs auteurs passibles de trois ans d’emprisonnement et d’amendes, a été approuvé fin avril. Il se trouve désormais en attente d’une promulgation. La mesure intervient une année après la chute du régime d’Omar el-Béchir, sous la pression de la rue. Tout sauf un hasard, alors que l’ex-autocrate, à la tête du pays durant trente ans après un coup d’État soutenu par les Islamistes, avait écarté un projet de loi contre l’excision en 2015.

Les femmes soudanaises ont elles-mêmes joué un rôle de premier plan dans la révolte qui a débouché, après la chute de l’ancien dictateur en avril 2019, sur la formation d’un gouvernement de transition vers un pouvoir civil l’été suivant.

Lire Plus =>

Un appel de Vincent Lindon: «Comment ce pays si riche…»

— Par Fabrice Arfi —

Le comédien a confié à Mediapart une longue réflexion, lue face caméra chez lui, sur ce que la pandémie révèle du pays qui est le nôtre, la France, sixième puissance mondiale empêtrée dans le dénuement (sanitaire), puis le mensonge (gouvernemental) et désormais la colère (citoyenne). Un texte puissamment politique, avec un objectif: ne pas en rester là.

«Spécialiste en rien, intéressé par tout », comme il se définit lui-même, Vincent Lindon cultive une parole publique rare que la crise insensée que nous vivons a libérée. Radicalement absent des réseaux sociaux – il n’est ni sur Facebook, ni sur Twitter, ni Instagram, ni nulle part de ce genre –, le comédien a décidé de confier à Mediapart une longue réflexion, lue face caméra chez lui, sur ce que la pandémie révèle du pays qui est le nôtre, la France, sixième puissance mondiale empêtrée dans le dénuement (sanitaire), puis le mensonge (gouvernemental) et désormais la colère (citoyenne).

Ce n’est pas un comédien qui s’exprime ici, et encore moins un artiste coincé dans son écosystème, celui de la culture ; le mot est d’ailleurs absent de son texte.

Lire Plus =>

Guyane : une arrestation liée au vol de 40.000 masques au centre spatial

Un homme est soupçonné d’avoir vendu une partie des masques de protection volés dans un local du centre spatial à des commerces en libre-services de Kourou.

Un homme a été placé en garde à vue mardi dans le cadre de l’enquête sur le vol fin mars de «près de 40.000 masques» chirurgicaux au Centre spatial guyanais, a indiqué mercredi soir à l’AFP le parquet de Cayenne. Interpellé mardi 5 mai à son domicile, l’homme, dont l’identité n’a pas été révélée, est soupçonné d’avoir vendu une partie des masques de protection volés dans un local du centre spatial à des commerces en libre-services de Kourou. Il a été placé en garde à vue au sein de la compagnie de gendarmerie de cette ville, qui a été chargée de l’enquête.

À lire aussi : La Guyane en proie à de fortes inondations

«Des masques de protection référencés, provenant du centre spatial guyanais de Kourou» ont été retrouvés par les enquêteurs mardi à son domicile, selon le site Guyaweb. Une information confirmée à l’AFP par une source judiciaire.

Lire Plus =>

Le coronavirus accroît les risques de traite d’êtres humains, avertit l’ONU

L’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a mis en garde mercredi contre les risques accrus de trafics d’êtres humains en raison de la crise du coronavirus qui rend les victimes encore plus vulnérables.

«Alors que le Covid-19 restreint les déplacements, absorbe les ressources chargées de faire respecter la loi et réduit les services publics et sociaux, les victimes de trafics d’êtres humains ont encore moins de chances de pouvoir s’échapper et trouver de l’aide», estime Ghada Waly, directrice exécutive de l’ONUDC, citée dans un communiqué. Ghada Waly souhaite que les pays s’assurent de garder ouverts les abris et les lignes téléphoniques d’urgence, de maintenir l’accès aux tribunaux et la capacité d’action des unités luttant contre les trafics d’êtres humains.

Au-delà du risque d’attraper le virus, une récente étude de l’ONUDC montre que les fermetures de frontière empêchent certaines victimes de rentrer chez elles. Les victimes doivent en outre affronter des ralentissements dans les procédures légales et risquent des mauvais traitements supplémentaires ou bien d’être laissées à l’abandon par leurs ravisseurs.

Lire Plus =>

Emmanuel Macron, la culture et le confinement

Une culture sinistrée

C’est peu dire que le secteur de la Culture est laminé par la crise liée au Covid-19. À ce titre, la prise de parole du président de la République Emmanuel Macron cet après-midi, 6 mai 2020, aux côtés de Frank Riester, le Ministre de la Culture, était très attendue. Au terme d’un échange de deux heures par visioconférence avec douze talents issus de différents secteurs de la Culture (littérature, danse, cinéma, théâtre…), dont Eric Toledano, Olivier Nakache et Sandrine Kiberlain, le président a esquissé les très grandes lignes d’un plan de sauvetage pour le secteur. A charge pour son ministre de détailler ultérieurement les différents dispositifs adoptés.

Si Emmanuel Macron s’est refusé à employer l’expression « d’année blanche » pour le secteur, il n’en a pas moins adopté le principe (…)

Cinéma : Le président de la République a notamment confirmé la création d’un fond d’indemnisation pour les tournages, « qui reprendront au cas par cas » fin mai.

http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18689901.html

(D’après Olivier Pallaruelo, le 6 mai 2020, dans « ALLOCINÉ » )

 Macron  souhaite voir les artistes à l’école

Le président s’est laissé filmer sur BFMTV en bras de chemise dans de grandes envolées en faveur des artistes ce mercredi, tandis que Franck Riester a ensuite détaillé ses mesures… sur Internet.

Lire Plus =>

Coronavirus : intermittents, aide aux séries annulées… les annonces de Macron pour la culture

Le chef de l’État s’est entretenu ce mercredi matin avec des représentants de ce secteur en crise à cause de l’épidémie de Covid-19.

L’Elysée avait promis de premières orientations d’un « plan pour la culture » que « le gouvernement sera amené à mettre en œuvre rapidement ». Emmanuel Macron a dévoilé ce mercredi plusieurs mesures pour soutenir ce secteur très pénalisé par la crise sanitaire du coronavirus.

Tous les spectacles, concerts et séances de cinéma sont en effet annulés depuis début mars et les différentes salles doivent rester fermées pendant une durée encore indéterminée, contrairement aux commerces qui peuvent rouvrir lundi.

Aide au chômage prolongée pour les intermittents

Les intermittents du spectacle, qui craignaient pour beaucoup d’être sans ressources et radiés de Pôle emploi, peuvent un peu souffler. « Beaucoup ne pourront pas faire leurs heures. Je veux qu’on s’engage à ce qu’artistes et techniciens intermittents soient prolongés jusqu’à fin août 2021 », a indiqué Emmanuel Macron, alors qu’ils revendiquaient l’instauration d’une « année blanche » en prolongeant de 12 mois les droits à l’assurance chômage.

Lire Plus =>

L’eau en Martinique, la situation au mercredi 6 mai

La plainte des abonnés d’Odyssi

Exaspérés par les coupures d’eau récurrentes, ils attaquent l’opérateur chargé notamment de la distribution dans le centre de l’île, par la voie d’un référé heure à heure devant le tribunal judiciaire.

Ils avaient prévenu, de guerre lasse. Réunis en collectifs, de nombreux abonnés d’Odyssi (environ 160 personnes), des Lamentinois en grande partie, ont décidé d’attaquer leur fournisseur d’eau. C’est ce mercredi matin, 6 mai 2020, à dix heures, que leur requête, un référé heure à heure, devrait être examiné par le tribunal judiciaire. 

Sept avocats — Me Ludovic Romain, Me Fabrice Merida, Me Nathalie Nadir, Me Georges-Emmanuel Germany, Me Alban-Kevin Auteville, Me Louis-Philippe Sutty, Me Alik Labejof-Lordinot — ont été saisis pour mener à bien cette action collective. Ils ont fait délivrer l’assignation par un huissier ce mardi 5 mai au siège d’Odyssi. 

Pour les requérants, il s’agit purement et simplement de faire respecter le contrat les liant à l’opérateur. Ils ont choisi une procédure d’urgence car certains habitants sont privés d’eau depuis au moins une dizaine de jours.

Lire Plus =>

Déconfinement: les élus de Guadeloupe votent une reprise de l’école en septembre

Les élus de Guadeloupe s’opposent à un retour des élèves en établissement scolaire le 11 mai prochain comme annoncé par le gouvernement.

Les élus de Guadeloupe ont voté lundi une motion favorable à la reprise de l’école en septembre, plutôt qu’à partir du 11 mai comme le prévoit le plan de déconfinement voulu par le gouvernement.

Ce sont « 29 maires » (sur 32), « la présidente du département, le président de région », qui s’opposent « à un retour des élèves en établissement scolaire le 11 mai prochain comme annoncé par le gouvernement, tout en prenant en compte la volonté de certaines collectivités qui seraient prêtes pour une rentrée avancée », selon la motion votée par les élus, réunis en conférence territoriale.

Des voix discordantes

Seules quelques voix discordantes se sont élevées pour mentionner un nécessaire retour à l’école, à condition que les conditions sanitaires soient respectées. Du côté de l’Etat, le recteur Mostafa Fourar, a fait valoir que le « droit à l’éducation », tout comme « la santé des élèves et des personnels » n’étaient pas antinomiques.

Lire Plus =>

Coronavirus : les intermittents du spectacle bénéficieront d’un dispositif de protection pendant l’été, assure Franck Riester

Le ministre de la culture n’a cependant pas encore tranché sur l’éventualité de leur accorder l’« année blanche » qu’ils réclament.

Durement touché par les mesures de confinement, le secteur de la culture attend des réponses de son ministre, Franck Riester. Mardi 5 mai au matin, ce dernier a assuré être en train de travailler à un dispositif de protection des intermittents du spectacle durant les mois d’été.

Interrogé par un auditeur au micro d’Europe 1, le locataire de la rue de Valois a réfuté rester inactif, alors qu’Emmanuel Macron doit annoncer des mesures pour le monde de la culture mercredi.

« Nous avons pris dans l’urgence la décision de repousser de trois mois le délai pour regarder le nombre d’heures obtenues par les intermittents du spectacle pour bénéficier de leur régime d’assurance-chômage et de leur protection sociale. »

 Lire aussi  « Monsieur le Président, cet oubli de l’art et de la culture, réparez-le ! »

Mais Franck Riester n’a pas encore tranché sur l’éventualité de leur accorder l’« année blanche » qu’ils réclament, c’est-à-dire une mise à zéro des compteurs sur le décompte des droits. 

Lire Plus =>

Coronavirus : en Guadeloupe, la double peine des communes privées d’eau potable

Dans un archipel au système de santé déjà affaibli, plusieurs communes sont régulièrement privées d’eau, parfois plusieurs jours d’affilée.

— Par Olivier Lancien —

Le coronavirus en outre-mer (6/6). La Guadeloupe espère pouvoir sortir du confinement le 11 mai. Les services de l’Etat et l’Agence régionale de santé (ARS) le martèlent tous les jours : si le nombre d’hospitalisations flambe, pas question d’envisager le premier palier d’un retour à la normale dans l’archipel. Au dernier point épidémiologique en milieu hospitalier, dimanche 3 mai, 152 personnes avaient été prises en charge depuis le début de l’épidémie, auxquelles s’ajoutent 38 à Saint-Martin et 6 à Saint-Barthélemy. Sur la dernière semaine, un seul patient, en détresse respiratoire, a été admis au centre hospitalier universitaire (CHU) de la Guadeloupe. Une lueur d’espoir.

Malgré tout, le virus continue à circuler dans l’île, comme le souligne le dernier point hebdomadaire de Santé publique France. Le directeur du CHU de la Guadeloupe, Gérard Cotellon, s’est félicité de la réponse mise en place pour lutter contre l’épidémie. Le système de santé est monté en puissance avec l’activation du plan blanc élargi, qui prévoit la collaboration de tous les établissements hospitaliers de l’archipel, publics et privés.

Lire Plus =>

Sur la mer, au temps du coronavirus

Les croisières sur la sellette

Les parlementaires américains s’interrogent sur la gestion de la crise « Covid-19 », concernant la Croisière Carnival, mais plus largement sur la propagation du virus dans la Caraïbe.

Les compagnies de croisière sont-elles responsables de la propagation du coronavirus dans la Caraïbe ? C’est la question que le Congrès américain se pose. La puissante Commission du Transport et des Infrastructures de la Chambre des Représentants a annoncé l’ouverture d’une enquête. Les parlementaires s’intéressent à la gestion de l’épidémie sur les paquebots de « Carnival Corporation », numéro un mondial de la croisière.

Des paquebots encore en quarantaine

Le géant américain, dont le siège social est à Miami, est propriétaire de 104 paquebots qui opèrent sous 10 marques différentes. Parmi les plus connues, « Carnival Cruise, Costa, Seabourn, Princess. »

L’un des bâtiments de cette compagnie, le « Diamond Princess », a constitué en février le plus important foyer de Covid-19 hors de Chine, avec plusieurs centaines de passagers contaminés. La direction de Carnival a essuyé de sévères critiques sur les mesures, ou plutôt l’absence de mesures, mises en œuvre pour préserver la santé des passagers et de l’équipage.

Lire Plus =>

La Martinique, par le petit bout de la lorgnette

— par Janine Bailly —

Un drôle de 5 mai 2020 à la Martinique, et… des histoires d’eaux !

« En mai, fais ce qu’il te plaît », prétendait l’adage populaire, qui ne semble hélas ! plus avoir désormais raison d’être, le métaphorique « En avril, ne te découvre pas d’un fil » me paraissant davantage à l’ordre du jour ! 

Des craintes diverses liées à l’épidémie

Les craintes, justifiées ou non, se font jour à la Martinique, crainte d’un déconfinement qui ne serait pas vraiment préparé, crainte de voir se rouvrir prématurément les écoles, crainte de manquer du nécessaire — alors même que des annonces sont entendues dans certains supermarchés, qui rassurent sur leurs capacités d’approvisionnement — crainte de manquer de gaz pour la cuisine, crainte de ne pas trouver de masques en suffisance… Ce dernier sujet révélant nos inégalités car, si dans les files longues qui patientent aux portes des grandes surfaces chacun ou presque s’avance masqué, il est des enseignes plus populaires devant lesquelles les porteurs de masques se font rares, si ce n’est inexistants.

Lire Plus =>

En Martinique, la crainte d’un déconfinement sans préparation ni moyens

Le collectif Martinique contre le Covid-19, composé de syndicats de la santé, considère que les directives nationales ne peuvent pas s’appliquer intégralement sur le territoire et préconise la généralisation du port du masque sur l’île.

— Par Hervé Brival —

En Martinique, la perspective du déconfinement suscite autant d’espoir que d’appréhension au sein de la population. Selon le dernier bilan de l’agence régionale de santé (ARS), dimanche 3 mai, le département comptait 181 cas confirmés, dont cinq en réanimation, et quatorze décès sont à déplorer depuis le début de l’épidémie. Dans l’île, on craint les conséquences d’une sortie de confinement sans une véritable préparation et sans moyens. En attendant, on s’organise.

Après sept semaines de confinement, pendant lesquelles l’économie de l’île a tourné au ralenti, s’il y a un secteur qui ne souffre pas de cette épidémie, c’est bien celui de la grande distribution. Il faut s’armer de patience dans les longues files d’attente qui serpentent devant les différentes enseignes de l’île. Alors qu’il n’y a jamais eu de rupture dans le ravitaillement des grandes surfaces et que l’industrie locale peut – même modestement – compenser l’absence de tel ou tel produit dans les rayons.

Lire Plus =>

Un point de vue argumenté sur la situation épidémique

À la recherche de solutions

Je ne relaie pas ces articles pour affirmer une quelconque prise de position qui serait mienne. La situation est grave, complexe, et nous y perdons notre latin ! Il ne doit pas être bien facile à l’heure présente de prendre des décisions qui soient justes, utiles, et sans danger. Je n’envie pas les responsables, qui ne s’attendaient pas à être confrontés à ce genre de fléau, qui doivent néanmoins trouver dans l’urgence des solutions, savoir comment réagir au mieux, tenter d’endiguer l’épidémie, sauvegarder nos vies, sauvegarder la culture et  l’économie, assurer enfin l’avenir des jeunes générations… Je vis à la Martinique, où le virus progresse petit pas après petit pas, mais l’ensemble de ma famille réside dans le Grand Est où il s’est imposé dans toute sa férocité après y avoir pris pied, et c’est sans doute la raison pour laquelle les témoignages qui suivent m’ont plus que d’autres interpellée… (Janine Bailly)

« Je ne fais plus du tout confiance à ce gouvernement »

Mais…« Je continue à garder ma confiance dans le président ».

Lire Plus =>

Covid-19 Riposte

Actions pour soutenir les médias, améliorer l’accès à l’information, et tirer parti des technologies numériques dans la lutte contre la pandémie
Les médias libres et professionnels, le droit à l’accès à l’information, ainsi que les technologies numériques jouent un rôle essentiel dans la lutte mondiale contre la pandémie de COVID-19.

En tant qu’agence des Nations Unies ayant pour mandat spécifique de promouvoir « la libre circulation des idées par le mot et par l’image », l’UNESCO se félicite des efforts immenses déployés par les communautés de la communication et de l’information afin de faire face à la crise actuelle du COVID-19, notamment en :

partageant des informations vitales, en démystifiant la désinformation,
garantissant le droit fondamental à l’information,
tirant parti de l’utilisation des médias d’intérêt public, des TIC et des REL pour les formations en ligne, ainsi qu’en connectant les gens en ligne.

L’UNESCO suit également de près l’impact de cette crise sur la liberté des médias, la sécurité des journalistes, ainsi que sur le droit fondamental à l’accès à l’information.

Lire Plus =>

« Je suis le Covid » : des psychiatres face aux « pathologies du confinement »

« Je suis le Covid » : depuis le confinement, des psychiatres de Seine-Saint-Denis voient arriver à l’hôpital des jeunes sans antécédents atteints de « bouffées délirantes aiguës », des profils auxquels ces soignants « ne s’attendaient pas du tout ».

Il y a ceux qui clament « avoir trouvé le traitement contre le coronavirus », ceux qui pensent que « tout est de leur faute », ceux qui « partent dans des délires messianiques ». Et ceux qui affirment carrément « être le virus ».

« En psychiatrie, on appelle cela un +coup de tonnerre dans un ciel bleu+ : il s’agit de gens qui fonctionnaient très bien et décompensent tout d’un coup. Leurs proches expliquent ne plus les reconnaître », décrit Marie-Christine Beaucousin, chef d’un des 18 pôles à l’hôpital psychiatrique de Ville-Evrard, qui couvre 80% de la Seine-Saint-Denis, département d’Ile-de-France parmi les plus touchés par l’épidémie.

Fin mars, l’hôpital s’est totalement réorganisé pour éviter la propagation du virus. Le pôle d’Aubervilliers, dirigé par le docteur Beaucousin, est devenu une unité « sas » où sont accueillis des patients pendant 5 à 7 jours, le temps de s’assurer qu’il ne sont pas contaminés.

Lire Plus =>

AlloCovid : un nouvel assistant vocal pour diagnostiquer le Covid-19

Lancé le 27 avril par des chercheurs de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et de l’Université de Paris, le numéro de téléphone 0 806 800 540 permet de dialoguer avec un robot doté d’intelligence artificielle et de savoir, en fonction des symptômes décrits, si l’on est susceptible d’être porteur du virus Covid-19. Une orientation médicale adaptée est alors proposée. La plateforme téléphonique permet également d’identifier les foyers de propagation de l’épidémie en se basant sur le code postal de l’appelant.

Comment ça marche ?

Vous composez le 0 806 800 540 (prix d’un appel local), c’est un robot qui vous répond et vous pose des questions comme « Avez-vous de la fièvre ? », « Avez-vous des difficultés à manger ou à boire ? », « Avez-vous une toux persistante ? », « Avez-vous des problèmes respiratoires ? » auxquelles vous répondez par « oui » ou par « non ».

En fonction de la réponse, le robot peut demander des relevés de température ou des compléments d’information.

En analysant les réponses données, le robot doté d’intelligence artificielle va vous orienter, en trois minutes en moyenne, vers la solution médicale appropriée aux symptômes décrits : appeler le 15 sans tarder, contacter votre médecin traitant ou rester confiné chez vous en protégeant vos proches.

Lire Plus =>

Pas de bel été au Théâtre du peuple !

Le Théâtre du Peuple de Bussang annule sa saison estivale

L’équipe du Théâtre : 

« Nous travaillons chaque jour afin de trouver des solutions pour nous permettre d’honorer les engagements pris auprès de nos salariés de la saison d’été (intermittents et saisonniers) et nous espérons être en mesure de rouvrir à l’automne, de quelque manière que ce soit. Nous tenions enfin à vous remercier pour vos nombreux messages de soutien. Prenez soin de vous, nous avons hâte de vous retrouver à Bussang. »

Maurice Pottecher (créateur du théâtre), Le Diable marchand de goutte, 1895

« Maintenant le silence est retombé sur l’enclos, le théâtre de bois et de feuillages a remisé pour un an ses portants rustiques (…).
Mais au-dessus de la vision effacée, l’idée reste ; elle couve sous la cendre d’un foyer éteint : elle attend un nouveau souffle qui la fasse jaillir en brillantes étincelles.
Le Théâtre du Peuple est rentré (…) sous la terre à la façon du grain que le semeur confie au sol dans cette saison recueillie pour que l’été prochain en lève la moisson ; il renaîtra, il portera sa récolte. 

Lire Plus =>