26 search results for "Chevalier de Saint-George"

« L’amant anonyme » du Chevalier de Saint-George : un joli cadeau

— Par Selim Lander —

L'amant anonyme (Saint-Georges)En offrant aux Martiniquais cet opéra du Chevalier de Saint-George (1739-1799), le seul de lui dont on ait conservé la partition intégrale, l’EPCC Atrium permet de mieux connaître ce musicien né esclave en Guadeloupe, qui devint la coqueluche de la Cour, puis s’illustra comme colonel des armées de la Révolution.  Au mois de décembre dernier, un spectacle musical consacré au « Nègre des Lumières » avait raconté sa vie aventureuse en l’illustrant par des extraits de ses compositions[i]. Cette fois, c’est donc une œuvre entière de lui qui est représentée, en formation d’opéra, avec une vingtaine de musiciens de l’orchestre de Pressbourg  (Bratislava, Slovaquie ) dans la fosse (essentiellement des cordes) et les chanteurs en costume d’époque. Pour le chœur, il a été à nouveau fait appel aux ressources locales, en l’occurrence la chorale de Sainte-Thérèse qui, malgré une partie plutôt restreinte, a séduit par son ampleur et sa justesse.

→   Lire Plus

Pourquoi la France doit sauver le portrait de Zaga Christ

— Par Claude Ribbe, écrivain —
TRIBUNE. Un portrait de Zaga Christ, peint vers 1700, […est passé ]  en vente publique samedi, à l’hôtel Drouot. Claude Ribbe, écrivain, auteur du « Chevalier de Saint-George » (éditions Tallandier) dénonce le fait que l’œuvre risque de probablement rejoindre les collections d’un musée étranger et non celles d’un musée français. 

Illustration : Il s’agit d’une rare copie d’un médaillon exécuté en 1635 à Turin par une femme peintre, Giovanna Garzoni. © Giquello et associés, commissaires-priseurs

Voici sa tribune : « Un exceptionnel portrait de Zaga Christ, peint vers 1700, va passer en vente publique le samedi 21 janvier 2023 à l’hôtel Drouot. Dans le monde de l’art, et parmi les personnes concernées par la mémoire de la diaspora africaine, c’est un évènement. Il s’agit d’une rare copie d’un médaillon exécuté en 1635 à Turin par une femme peintre, Giovanna Garzoni, qui fut une amie du modèle. Le médaillon a été acquis en 2021 par l’Alien Memorial Art Museum de l’Oberlin College. Aux États-Unis, dans l’Ohio.
Cette belle aquarelle et gouache sur papier vergé représente un jeune homme africain élégant, habillé en homme de qualité.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 25 décembre

Naissance à Baillif, près de Basse-Terre (Guadeloupe) du « chevalier de Saint-George » le 25 décembre 1745

Le lieu de naissance de Saint-George n’est pas attesté par une source écrite.
Joseph Bologne de Saint-George, plus connu sous le nom de « chevalier de Saint-George » ou, plus simplement, « Saint-George », né à Baillif, près de Basse-Terre (Guadeloupe) le 25 décembre 1745 (?) ou 1739(?), mort à Paris le 10 juin 1799, est un escrimeur, musicien (violoniste, compositeur, chef d’orchestre) français. Militaire, il participe activement à la Révolution française et s’engage au sein de l’armée de la République. Désireux de « continuer et de s’immortaliser par sa valeur et son enthousiasme pour la liberté », il se met à la tête de la Légion franche des Américains. Fréquentant les milieux abolitionnistes, Saint-George est, par sa position sociale, une figure de l’émancipation des esclaves des empires coloniaux européens dans la seconde moitié du xviiie siècle.

Lire aussi : Un destin exceptionnel — Par Georges-Henri Léotin —

  L’Amant anonyme : rafraîchissant et délicieusement désuet — Par Roland Sabra —

  « Le Nègre des Lumières » – Belle musique, ravissantes images — Par Selim Lander —

  « L’amant anonyme » du Chevalier de Saint-George : un joli cadeau — Par Selim Lander —

Mozart le jalouse mais s’inspire de ses œuvres.

→   Lire Plus

Le Festival Culturel de Fort-de-France 2022

Le Festival Culturel de Fort-de-France revient pour sa 51e édition qui a lieu du 3 au 30 Juillet 2022.La 51éme édition a préféré retenir une dédicace plutôt qu’un thème en rendant hommage Renaud Jouye de Grandmaison qui a pris l’initiative en 1971 de la création d’une semaine culturelle.

Au programme du Festival Culturel de Fort-de-France 2022, de nombreuses activités issues de plusieurs domaines comme des concerts, des spectacles et aussi des pièces de théâtre.

Le programme ci-dessous :

Infos réservation :

Billets en vente
Au Grand carbet du Parc Aimé CÉSAIRE de 8h30 à 19h du lundi au samedi et le dimanche de 9h à 13h à compter du 1er juillet 2022
A l’Atrium de 8h30 à 16h du lundi au samedi du 1er juillet au 16 juillet 2022
Sur datacaraibes.com
Une heure avant tous les spectacles les billets restants seront en vente.

Tous les artistes de Festival Culturel de Fort de France 2022

Virsky Ensemble National D’ukraineRavi ColtraneTanbou Bo Kannal • Mc Janick • La Perfecta • Uwi Arts Steel • Arewhana Gang • Jahlys • Maarcolme • Paille • Ozmoz Dance Crew • Dj Dav • Stonekilla • Célia Wa • Compagnie Zion B-boyz • Hiphop Bokay • Princess Lover • Asna • David Obadja • Malik Duranty • Lévity • Bikutsi 3000 • Sarah Camille • Qovop • Kolo Barst • Max Cilla • Wapwabap • Majokann • Jean-philippe Fanfan • Latin-jazz • Nu Look • Jet Live • Koézyon • Leïla Brédent • Spirituals • La Dorsale De L’iguane • Syto Cave • Daniel Marcelin •

→   Lire Plus

« Ustium », une ouverture. « Feu sacré », en sommeil

— Par Roland Sabra —

La Biennale de danse de Martinique a ouvert avec succès ses portes sous le chapiteau mobile de Tropiques-Atrium installé au Saint-Esprit. Le bien nommé spectacle «  Tremplin » a remporté un franc succès. Le rebond attendu s’est produit à Fort-de-France avec deux pièces «  « Ustium » et « Feu sacré ». Le chorégraphe guadeloupéen, Hubert Petit-Phar, ouvre une porte, (Ustium en bas latin) sur un domaine plutôt sensible, longtemps resté dans l’ombre, celui de la masculinité aux Antilles. Dans le clair obscur qui baigne le plateau ils sont trois que l’on découvre figés dans des arabesques corporelles lors d’une succession de plans fixes. Trois semblables et différents, trois ensembles et séparés, trois pour deux plus un tiers exclu, un tiers excluant, un tiers séparateur qui vont décliner le thème du double, celui de l’impossible fusion, mais aussi celui  de l’enfermement dans la binarité. Les mouvements des danseurs insistent : quand deux d’entre eux se déplacent sur un axe, le troisième prend le sens opposé, les heurtent et les séparent. Quand deux forment un couple le troisième s’assoit, sur le plateau, sur une chaise, immobile, ailleurs.

→   Lire Plus

« Feu Sacré » & « Ustium »

Vendredi 22 avril – 19h30 — Salle Aimé Césaire
Feu Sacré
Martinique / ITalie
Concept et chorégraphie : Ludovic Party
Musiques : Benat Achiary, Serguei Rachmaninov, Kodo, Steve Reich, Orestes Stasimos
Interprète : Antonino Filardo
Vidéos Mapping et lumières : Alice Felloni
Voix Off : Mauro Toscanelli
Costumes : Ludovic Party
Photos : Andrea D’Errico
Production : Ipazia Production

Le mythe de Prométhée a toujours fasciné les femmes et les hommes, les penseurs et les artistes. Probablement parce qu’il a symbolisé la lutte des forces amies du progrès humain et de la civilisation contre toute forme de pouvoir.

Dans cette pièce dansée par un seul homme, nous voulons faire un parallèle entre l’enchaînement de Prométhée, donc de tous les hommes et enquêter sur la privation de liberté par un pouvoir divin et politique ; le désir de liberté et donc de liberté mentale malgré les chaînes, de s’en débarrasser en affrontant un voyage à travers les émotions et l’expérience d’un titan d’aujourd’hui, qui fusionnera dans une extase libératrice.

→   Lire Plus

Résonances Classiques

Du 1er au 15 Avril Salle Frantz Fanon & Salle mobile au Saint-Esprit

Salle Frantz Fanon à 19h :

Vendredi 8 avril : Atahualpa Ferly & Valéry Scholastique (Guitare)
Samedi 9 avril :  Loïc Lafontaine et Yolanda Suarez (Piano)

Tropiques Atrium propose un focus sur la musique classique avec 5 soirées dont une à la Salle mobile au Saint-Esprit.
Ce rendez-vous mettra en lumière des artistes de Martinique (Anne-Estelle Médouze, Loïc Lafontaine, Valéry Scholastique), Guadeloupe (Atahualpa Ferly) et Cuba (Yolanda Suarez) qui mènent une carrière internationale comme instrumentiste et enseignant.
Le Paris Urban Quartet, composé de solistes de l’Orchestre national d’Ile-de-France, démystifie la vision élitiste de la musique classique, en jouant et menant des actions de sensibilisation dans toute cette région.
Un travail mené ici aussi par le groupe QCM (Quatuor Classique Martinique) qui se produit dans des établissements scolaires ou de santé, voire des restaurants !
Cette dimension de transmission et de vulgarisation de ce genre musical se traduira par des concerts pour les scolaires et notre décentralisation dans notre salle mobile au Saint-Esprit.
Et de rappeler que la Martinique a offert au monde de grands talents de la musique classique tels que : Frédéric Lodéon, Georges Rabol, Christiane Eda-Pierre, Fabrice Di Falco…

→   Lire Plus

« Festival Filao » : une invitation à découvrir et à penser la musique ensemble.

20, 21 & 22 décembre 2019 à Saint-Pierre. Gratuit.

La ville de Saint-Pierre accueille le festival Filao
Opéra, jazz, théâtre, poésie et le fabuleux chanté Nwel pour un week-end festif avec des artistes de renoms.
Pour cette première édition du festival Filao de Saint-Pierre, Fabrice di Falco a réuni sur scène :
– Greg Germain (acteur guadeloupéen dans la série Cherif, la voix française de Will Smith, metteur en scène, directeur du théâtre d’outre-mer en Avignon)
– Ray Lema (Pianiste de jazz, guitariste et compositeur congolais)
– Jeff Cohen (pianiste classique, compositeur, arrangeur et accompagnateur de stars d’opéras dont Roberto Alagna)
– Richard Martet (Critique musical spécialisé dans l’art lyrique, fondateur d’opéra Magazine, auteur d’un ouvrage consacré à Luciano Pavarotti et récemment sur les grandes divas du XX siècle)
– Le groupe Ravine Plate pour un chanté Nwel d’exception à Saint-Pierre
Une programmation de qualité avec de grands interprètes :
Vendredi 20 décembre
17h : Conférence sur l’ouvrage « Les Grandes Divas de l’opéra » par Richard Martet, rédacteur en chef d’opéra Magazine / Salle de délibération de la Mairie de Saint-Pierre
19h : Concert Jazz du pianiste Ray Lema / Cathédrale Notre-Dame-de-l ’Assomption
Samedi 21 décembre
18h : Messe musicale / Cathédrale Notre-Dame-de-l‘Assomption
20h30 : Chanté Nwel avec le groupe Ravine Plate / Place Bertin de Saint-Pierre
Dimanche 22 décembre
16h : Voyage dans une mémoire, un spectacle seul en scène de Greg Germain entre Théâtre et Poésie avec entre autres des textes de Aimé Césaire, Victor Hugo, Édouard Glissant, Sonny Rupaire, Patrick Chamoiseau, Shakespeare / Cathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption
18h : Concert lyrique avec Fabrice di Falco et le pianiste Jeff Cohen autour des œuvres de Mozart, du Chevalier de Saint-Georges et Montsalvatge

Croiser les propositions artistiques et mêler les publics.

→   Lire Plus

«La culture, outil de résistance et de transmission.», un festival riche, intense et plaisant.

— Par Roland Sabra —

La foule nombreuse se pressait à l’hôtel Batelière de Schœlcher dès 8h 30 ce samedi 19 octobre 2019 pour le Festival culturel et Scientifique consacré à «La culture, outil de résistance et de transmission.» à l’initiative d’Aimé Charles-Nicolas, président de FIRST Caraïbes. Danse, musique, peinture, sculpture étaient largement représentées, il fallut attendre la dernière intervention de Myram Moïse pour que la littérature, plus précisément la poésie soit évoquée. C’est Audrey Célestine qui eut l’honneur d’ouvrir les débats en nécessité d’une transmission d’autant plus difficile qu’elle se heurte au vieillissement de la population, à l’exode de toute une partie de la jeunesse dont on sait qu’elle gonflera les bataillons de la diaspora avec peu d’espoir de retour au pays. Elle rappelle l’importance du SERMAC, de son son atelier théâtre au cours duquel elle fût appelée à jouer le rôle d’une esclave moment d’une prise de conscience de la distance entre le personnage qu’elle incarnait et l’apprentie comédienne, la jeune femme qu’elle était. Le thème du biface autour du passé/avenir l’amène à s’interroger sur ce qu’il en est de ce dernier.

→   Lire Plus

La culture : outil de résistance et de transmission

Samedi 19 Octobre 2019 à partir de 8h 30 Hôtel la Batelière

Organisé par FIRST CARAÏBES,

A l’initiative du Professeur Aimé Charles-Nicolas

A force de sacrifier l’essentiel pour l’urgence, on finit par oublier l’urgence de l’essentiel (Edgar Morin).

Nous savons l’importance « essentielle » et « urgente » de la Culture dans l’émancipation des peuples. Nous le savons dans la Caraïbe mais aussi dans tous les pays post-esclavagistes grâce aux historiens, grâce aux Césaire, Malcolm X, Frantz Fanon, Bob Marley, etc., mais aussi grâce aux grands passeurs de culture et aux artistes.

C’est pourquoi à la suite du colloque scientifique international qui s’est tenu en Martinique et Guadeloupe en octobre 2016 « L’Esclavage, quel impact sur la psychologie des populations ? », plusieurs manifestations scientifiques qui ont été organisées par les invités du Colloque dans plusieurs pays ont également programmé un évènement culturel notamment à Kingston (Jamaïque), à Miami, à Växjö (Suède), à Washington et au Bénin.

Nous savons aussi que « pour sauvegarder une mémoire il faut la confier aux enfants… » La démonstration en a été faite –s’il en était besoin- par l’exposition (Canopé) dans le cadre de ce Colloque, à La Pagerie, des travaux admirables de peintures et sculptures réalisés par des écoliers sur la thématique de l’esclavage.

→   Lire Plus

La Culture, outil de résistance et de transmission

Samedi  19 octobre 2019 à partir de 8h 30. Hôtel La Batelière

Le Professeur Aimé Charles-Nicolas, Président de First Caraïbes, a le plaisir de vous convier au Festival Culturel et Scientifique.

Ce festival innovant interroge sur la puissance de l’art, sur la puissance de la mémoire, sur la légitimité de l’histoire, sur le rôle de l’artiste dans la transmission ou encore sur le pouvoir de la musique et de la danse. Il rend hommage aux passeurs d’art, à ceux sans qui l’histoire et l’art resteraient confinés à un petit groupe d’initiés, c’est d’ailleurs le sens du parrainage de la Fondation Clément et du Mémorial ACTe. Car le sens de leur action et de celle de FIRST Caraïbes est justement de diffuser, de transmettre. Les artistes, les musiciens, les danseurs seront présents pour vous éclairer et bavarder avec vous.Résistance hier et aujourd’hui.Résistance à quoi? Au «décervelage». Sûrement pas à la modernité. Transmission des savoirs. Transmission ouverte et généreuse. Transmission aux petits et aux grands, à tous et à toutes. En effet First Caraïbes a la chance de présenter aujourd’hui des artistes plasticiens martiniquais de très grande envergure, reconnus par les académies et les musées internationaux.

→   Lire Plus

Yékri n°3 – Janvier 2017

 —  Par Malika —
Yékri … Yékra ! Comme ce cri poussé par les conteurs au début des contes créoles d’antan lontan pour solliciter l’attention de leurs auditoires, la newsletter Yékri veut attirer l’attention sur la culture créole, sur les talents ultramarins au sens large. Elle reprend l’objectif de la newsletter Elokans dont elle se veut l’héritière : « représenter une effervescence kréyol en diffusant des informations socio-culturelles
liées à l’Outre mer, particulièrement de la Caraïbe et de l’Océan indien. » (Véronique LAROSE, créatrice de la publication Elokans). Elle en reprend également les principes :

BOUCLAGE DE Yékri n° 04 de février 2017 : le vendredi 27 janvier 2017

CONDITIONS de diffusion de vos actualités socio-culturelles. Yékri paraît mensuellement. Ainsi, pour le relais de vos actualités, adressez-moi ces infos un mois avant :
descriptif complet de l’événement : textes en version WORD de préférence, images en JPG ;
indications nécessaires : date et horaire, adresse précise de la manifestation, accès-transports,
personne(s) à contacter.
chaque structure, chaque particulier s’exprime en son nom propre.

Pour recevoir Yékri : transmettez-moi votre demande d’inscription par mail mycol5@gmail.com.
Je vous inscrirai alors aussitôt.

MERCI AUX CONTRIBUTEURS ET AUX LECTEURS DE YEKRI !

→   Lire Plus

Parutions : nouveautés du 28 novembre au 7 décembre 2016

Littératures et arts postcoloniaux dans l’émergence civilisationnelle caribéenne

Alexandre Alaric, Rodolphe Solbiac
Cet ouvrage examine le dynamisme des sociétés caribéennes postcoloniales par le biais de leurs différentes productions artistiques. Ces contributions révèlent un ensemble de productions littéraires, musicales, plastiques et performatives, de la région et de ses diasporas au XXème siècle. Les travaux passent en revue les démarches créatives et les conceptualisations qui contribuent à la construction du sujet caribéen et accompagnent son émancipation dans les champs littéraires anglophones, francophones et hispanophones. Ils examinent aussi les formes musicales populaires du reggae, du compass et du zouk.Broché(19 euros, 180 p., décembre 2016) EAN : 9782343107707
EAN PDF : 9782140024818 

 … Voir les nouveautés du 28 novembre au 07 décembre 2016…

→   Lire Plus

Un destin exceptionnel

— Par Georges-Henri Léotin —

anton_wilhelm_amoUn docteur en philosophie africain, noir, aux universités de Halle (Prusse) et de Wittenberg (Saxe), dans les années 1727/1734 : cela pourrait être une aubaine pour un ouvrage de Serge Bilé, ou un titre d’un magazine à sensation en quête de destins hors du commun. Nous voulons parler d’Anton Wilhelm Amo. Lilian Thuram lui consacre 4 pages dans Mes étoiles noires (collection « Points »), entre le général en chef de l’armée impériale russe Hannibal et le Chevalier de Saint-Georges. C’est à ce parcours effectivement exceptionnel que la revue « Philosophie-Magazine » de ce mois de septembre consacre un intéressant dossier, à lire absolument, croyons-nous, pas seulement en raison de l’aspect extraordinaire de ce destin, mais aussi pour les réflexions qu’il peut inspirer.

Pour ce qui concerne la vie et l’œuvre d’Amo, nous renvoyons à l’excellent dossier de « Philosophie Magazine ». (On peut remarquer que son nom africain, Amo, pourrait être considéré comme prédestiné puisqu’il signifie en latin : j’aime, je désire, et correspond en grec à « philo ».) .

Ce sur quoi nous voudrions faire méditer, c’est le sens de la réussite universitaire d’Amo, ce qu’on pourrait tirer comme enseignement de ce parcours : de quoi Amo est-il le nom, pour paraphraser Alain Badiou.

→   Lire Plus

Quintet Classic de Martinique (QCM) : le retour

— Par Christian Antourel —

q_c_mNous avons déjà eu à apprécier cet ensemble musical lors de son précédent passage toujours au théâtre Aime Césaire. Nous avons découvert une identité à la verve éloquente et précise dans une mobilité harmonique et dynamique, toute débordante d’une joie communicative.
Quelque soit la formation choisie en fonction des œuvres interprétées, la musique en duo, en trio, en quartet et quintet, le QCM exprime dans son interprétation personnelle des œuvres proposées une certaine idée du merveilleux autant par sa vivacité que par la retenue de son phrasé, plus encore par les « syak » ces zigzags courtois, sésame sans doute de mesures mélodiques vivaces, allegretto, voire humoresques dans des rythmes aussi variés que. « Hasta la guitarr ilora » de R.M de Ayarza du Pérou, « Volver » de C. Gardel d’Argentine, « Quatuor N°1 allegro » du Chevalier de Saint-Georges, ou « Summertime » de G. Gershwin Etats unis, ou encore dans un arrangement de « Samba para marcia O.Miquel » du Brésil C’est à une visite surprise mais néanmoins guidée que le groupe nous invite à le suivre à travers différents pays d’Amérique.

→   Lire Plus

Rodolf Étienne : « Aujourd’hui encore, nous avons affaire à un lectorat créole quasi analphabète… »

traite_sur_la_tolerance

A l’occasion de la publication du Traité sur la tolérance » de Voltaire qu’il a traduit en créole Rodol Étienne nous a accordé un entretien.

Madinin’Art : Le Traité sur la tolérance connaît un succès de librairie non démenti à ce-jour, suites aux attaques terroristes qui ont bouleversé la France en 2015. Vous publiez aujourd’hui une traduction en créole. La première question qui vient est : quelle nécessité avez-vous éprouvée pour ce faire?

Rodolf Étienne : Ce texte est une commande de l’éditeur Idem Editions. Son directeur, qui est un ami personnel et pour qui j’ai un grand respect pour son engagement littéraire et éditorial, m’a présenté le texte en me demandant si cela m’intéresserait. Et c’est à partir de là que tout semble provenir de la magie. Parce que ce texte, après ma première lecture, répondait parfaitement aux questionnements liés à la langue, sur plusieurs aspects essentiels, que je me posais justement. J’étais justement en pleine réflexion et écriture d’un colossal exposé sur les problématiques de traduction créole que je devais présenter à l’Université Birmingham en Angleterre. Le projet n’a pas abouti, je me suis consacré à la traduction du Traité sur la Tolérance.

→   Lire Plus

L’Amant anonyme : rafraîchissant et délicieusement désuet

— Par Roland Sabra —

chevalier_de_saint_georgeC’est à la générosité de la Fondation d’Entreprise SPHERE, que l’on doit la présentation de l’Amant anonyme le seul opéra du Chevalier de Saint-George qui nous soit parvenu complet. L’argument est d’une grande minceur. Qu’on en juge : Alain Guédé, apôtre zélé de la cause de Joseph Boullongne de Saint-George, rapporte ainsi les circonstances de la création de L’Amant anonyme : « Valcour, un riche aristocrate, est secrètement amoureux de la belle Léontine dont il est devenu le confident depuis que son mari l’a quitté. Mais, n’osant lui déclarer son amour, il lui adresse anonymement fleurs, présents et lettres enflammées. Le cœur de la prude Léontine finit bien vite par balancer entre la présence douce et rassurante d’un Valcour et la passion qui éclate dans les lettres de son amant anonyme. Le dilemme est tranché lorsqu’elle découvre que les deux ne forment qu’une seule et même personne. ».
Le livret est issu d’une comédie homonyme en cinq actes écrite par Stéphanie Félicité du Crest de Saint-Aubin, autrement connue sous son nom de plume  de Félicité de Genlis.

→   Lire Plus

L’amant anonyme

 Atrium : Jeudi 16 & Vendredi  17 avril à 20h

amant_anonyme-afficValcour, riche aristocrate, aime en secret Léontine dont il est le meilleur ami. Il se confie à Ophémon, son ami. De peur d’être rejeté, il n’ose se déclarer et lui envoie d’une manière anonyme des cadeaux et des lettres enflammées, ce qui intrigue fortement Léontine qui se confie à son amie Jeannette et à Valcour pour chercher à savoir qui est cet homme.
Jeannette, elle, est amoureuse de Colin mais elle est aussi sensible au riche et puissant Ophémon, l’ami et confident de Valcour. Léontine ne sait plus que faire entre les lettres enflammées de l’inconnu et la douce amitié de Valcour. Perdue dans ses sentiments, elle revit lorsqu’enfin Valcour se déclare comme étant l’amant anonyme pendant que le coeur de Jeannette fond pour Colin.
L’amour triomphe tandis que les villageois chantent la joie de voir les amants et qu’Ophémon laisse les amoureux à leur heureux destin.

*****

Le Chevalier de Saint-George
Né esclave en Guadeloupe en 1739, il sera l’une des figures de la société parisienne des Lumières. Escrimeur, cavalier, séducteur… Premier violoniste de Paris, il sera sacré, en 1775, meilleur chef d’orchestre d’Europe.

→   Lire Plus

« Le Nègre des Lumières » – Belle musique, ravissantes images

Par Selim Lander

Le Nègre des LumièresLe chevalier de Saint-George (1739-1799) fut l’un de ces hommes que leurs multiples talents entraînent au-dessus de leur état ; il parvint à s’affranchir de sa condition méprisée de mulâtre, gagner ses entrées à la Cour et devenir l’une des personnalités les plus en vues de l’Ancien Régime finissant. On connaît la phrase de Sartre : « Nous sommes ce que nous faisons de ce que les autres veulent que nous fassions ». Ce qui signifie que nous ne sommes rien si nous nous contentons de suivre le chemin qui nous est indiqué par l’habitude, le conformisme, la paresse ; et que nous ne commençons à exister et à devenir quelqu’un (puisque « l’existence précède l’essence », autre moto sartrien) qui si nous nous montrons capables de forger nous-mêmes notre propre destin. Saint-Georges fut l’un de ces êtres d’exception, comme, plus près de nous, Jean Genet et quelques autres parias qui ont refusé les cartes pipées trouvées dans leur berceau et inventé un jeu à leur manière.

Non que cela se passât pour Saint-George sans difficulté ni retour en arrière, au contraire.

→   Lire Plus

Misyé Tousen : an transbòdaj « Monsieur Toussaint » Edwa Glisan

monsieur_toussaintMiss Baylavwa, militant culturel de Guadeloupe et qui s’intéresse à la culture créole a consacré une interview à la récente publication de Rodolf Etienne « Monsieur Toussaint – Misyé Tousen », traduction créole (Martinique) de « Monsieur Toussaint » d’Edouard Glissant. Une interview menée en créole dont Madininart retranscrit la substance. La version française figure en bas de page.

***

*

M. B : Ki jan ou touvé’w ka woulé épi kréyòl ?

R.E. : Sé an bel listwa. Mwen toujou enmen li dépi jenn ti manmay. An jou, oliwon dizuit lanné mwen, an kanmarad fè mwen kado « Kod yanm » Rafael Konfyan ek i di mwen konsa « Wou ki toujou ka li liv gran blan (Chal Bodlè, Jan-Jak Wouso), mi an liv pou enstwui kò’w ti bren. I di mwen sa pou pitjé mwen. Ki di ki fet, mwen tonbé jaja liv tala. Apré sa mwen koumansé konprann ki kréyol sé té an lang poutoulbon ki té mérité yo ékri’y.

M. B : Ou sé on makè mé pasé kréyé sa ou pi plis chwazi sé chalviré tèks ant fransé é kréyòl. 

→   Lire Plus

Marronnage et poétique contemporaines – Avignon 2014

marronnageMarronnage et poétique contemporaines
Sorbonne Nouvelle – Paris 3
L’université d’été des théâtres d’outremer en Avignon

20-22 juillet 2014

organisée par le laboratoire SeFeA avec le soutien de la Région Guadeloupe en partenariat avec Le Festival Off, La Chapelle du Verbe Incarné, et le Théâtre des Halles
les 20 et 22 juillet 2014
Responsabilité scientifique : Sylvie Chalaye, directrice du laboratoire SeFeA
Coordination : Pénélope Dechaufour et Axel Artheron
1er volet, le 20 juillet à la Chapelle du Verbe Incarné
Afrique, terre de retour ?
Conçue autour de Maryse Condé, la fabuleuse romancière qui a écrit Ségou et que la programmation du TOMA 2014 met à l’honneur, entre La vie sans fard et La faute à La vie, cette rencontre interrogera les liens complexes, paradoxaux, voire inconscients que les identités diasporiques entretiennent avec l’Afrique. Terre de retour ? Terre de fantasmes ? Territoire d’amputation mémorielle… Nous évoquerons les enjeux des multiples détours amenant les corps afrodescendants à tendre inéluctablement vers une Afrique appréhendée comme la terre promise du recouvrement de soi. De l’intime au collectif, nous verrons comment les créateurs d’aujourd’hui bousculent le motif du « retour » vers la terre des origines ancestrales.

→   Lire Plus

Festival de musique classique des Nuits Caraïbes

—  D’après le dossier de presse—

nuit_caraibesPour cette 12è édition du festival de musique classique des Nuits Caraïbes, Bernadette Beuzelin a souhaité retrouver tout à la fois l’esprit d’origine du festival en renouant avec des lieux de concert intimes, ancrer encore plus la programmation autour de la Guadeloupe et de la Martinique en mettant en avant le Chevalier de Saint-George et Saint-John Perse, étendre les échanges entre artistes invités et artistes locaux, tout ceci pour faire de ces Nuits Caraïbes une succession de moments magiques à partager avec le plus grand nombre.

Ce sont donc dix concerts d’exception qui vous sont proposés du 13 au 28 février.

Bernadette Beuzelin, présidente du festival, remercie tous les partenaires qui l’accompagnent dans ce beau projet.

1. Jeudi 13 février / 20h / Madiana / Schœlcher « La voix et le violon », dialogue musical autour du Chevalier de Saint-George.

2. Vendredi 14 février / 20h / La Poterie / Les Trois Îlets «concert voix et piano sur le thème de l’amour» à l’occasion de la Saint-Valentin…

3. Mercredi 19 février / 20h / Salle George Tarer / Bergevin « La voix et le violon », dialogue musical autour du Chevalier de Saint-George.

→   Lire Plus

Ouverture de l’année Césaire

—Par Selim Lander. —

L’année Césaire a commencé. Après la reprise par Hervé Deluge de son Gueuleur (voir l’article de Roland Sabra), voici Paroles et Silences conçu et mis en scène par José Alpha. Jean-Claude Duverger interprète des textes des « classiques » de la Martinique (Ménil, Lucrèce et bien sûr, et surtout Césaire lui-même) et au-delà (Amadou Hampaté Bâ et Khalil Gilbran).  Après un prologue en voix off, J.-Cl. Duverger ne quittera plus la scène, ni la parole – à l’exception de deux intermèdes assurés par cinq jeunes danseurs et danseuses du groupe Mouv’men Danc’z (sic). L’accompagnement musical, très efficace, est assuré par le percussionniste Christian Charles, bien connu du public martiniquais, accompagné cette fois par Michel Beudard qui a su tirer de son saxophone des accents mélancoliques bien en rapport avec la situation du personnage joué par J.-Cl. Duverger. Lequel personnage, armé d’un balai et d’une poubelle, est en effet chargé du nettoyage d’une gare parisienne. En fond de scène, une vidéo de Raphaël Thine donne à voir les mouvements des trains et des passagers.

→   Lire Plus

Impressions sur les Békés

Par Dominique DOMIQUIN

–C’est difficile pour un Guadeloupéen de prendre position dans une querelle entre Martiniquais. Encore plus lorsqu’il s’agit d’un contentieux entre blancs et noirs. Ce qui suit n’engage que moi. Je ne suis ni un universitaire ni une sommité littéraire mais je vais tâcher d’être honnête : Des chansons du répertoire traditionnel antillais à Petitjean-Roget en passant par Guy Cabort (Masson), Drasta Houël et Clémence Cassius de Linval, on aura tout dit, tout écrit sur les békés.

Pour que la société martiniquaise fonctionne il faut que le béké demeure… le béké ! Et si un béké tente de marronner la bitasyon (un béké riche, s’entend), si les plus conservateurs de ses compères békés ne l’ostracisent pas, les noirs se chargeront de systématiquement l’y renvoyer afin qu’il continue d’occuper son rôle indispensable d’être-à-détester, sans qui tout partirait à vau-l’eau… Je risque une hypothèse : en 2009, au plus fort d’une crise politico-sociale sans précédent aux Antilles, aucun noir Martiniquais n’est allé « koupé tèt boulé kay » du vieux béké symbole, Alain Huygues-Despointes, après sa performance hallucinante, hallucinée et hallucinogène dans le reportage de R Bolzinger, Les derniers maîtres de la Martinique.

→   Lire Plus

Le business des spectacles pour enfants

Le théâtre « jeune public » a le vent en poupe et les grandes salles s’y mettent, fleurant le bon filon. Rien qu’à Paris, plus de 200 pièces se disputent l’affiche cet hiver. Il y aura de la casse.

Embarquer dans les aventures musicales d’Emilie Jolie, s’essayer aux tours de passe-passe avec L’Ecole des petits magiciens, entendre les mots d’un grand auteur grâce à Tout Molière, découvrir en chair et en os les héros de Disney, de Peter Pan au Livre de la jungle, voir sur scène ceux de ses livres préférés, T’choupi et Petit Ours brun, se prendre pour un héros du Moyen Âge grâce à Chevaliers, revisiter les contes de Perrault avec Pauvre Méchant Loup…

Rien qu’à Paris, plus de 200 spectacles pour enfants, dont une quinzaine à gros budget, se disputent l’affiche et tournent désormais, pour certains, en province. Il y en a pour tous les goûts, tous les âges, toutes les bourses. Idéal pour faire décoller quelques heures nos gamins de leurs écrans, les mettre au chaud pendant les longs week-ends d’hiver, et s’offrir une sortie en famille.

→   Lire Plus