Cinéma

La saga « Star Wars » est -elle de droite? De gauche ? Libérale ? Altermondialiste ? Chrétienne? Bouddhiste?

— Par Roland Sabra —

Les combats font rage autour de la Guerre. Quelle lecture faut-il en faire? Peut-on y emmener nos enfants impunément? Ou plutôt nos enfants peuvent-ils nous y emmener sans craintes? Certains conservateurs étasuniens ont placé le film sur la liste des films à éviter? Certains alter-mondialistes voient la saga comme une parabole de la lutte qu’ils mènent pour un autre monde. Si la problématique centrale, à savoir comment une République, fût-elle intergalactique, peut se transformer en Empire, semble confirmer la thèse progressiste, c’est-à-dire libérale au sens étasunien, les explications et les remèdes suggérés, ou si l’on préfère l’idéologie véhiculée par George Lucas sont sujettes à caution.

Tout commence donc par un blocus que la cupide Fédération du Commerce (OMC) impose à la vaillante petite planète Naboo ( José Bové), très républicaine et très démocratique.. La FC-OMC veut libéraliser le commerce et supprimer la taxation des routes commerciales qui relient les systèmes les plus éloignés de la République. Dans l’épisode 2 « L’attaque des clones » les méchants séparatistes ne sont rien d’autre que la FC-OMC, la guilde du commerce, le clan bancaire, la « corporate alliance ».

Lire Plus =>

La brûlure des cordes et les brûlures de la vie : Million Dollar Baby

— Par Roland Sabra —

Américain (2h12). Réalisation : Clint Eastwood. Scénario : Paul Haggis, d’après F.X. Toole. Avec : C. Eastwood (Frankie Dunn), Hilary Swank (Maggie Fitzgerald), Morgan Freeman (Eddie « Scrap »), Anthony Mackie (Shawrelle Berry).

C’est un film binaire, entre ténèbres et lumière, entre vieillesse et maturité, entre un monde d’homme et une vie de femme, entre sunlights de la gloire et crépuscule du destin, entre gagnants et « loosers ». Un film de clair-obscur fidèle à l’écriture de F.X. Toole,l’auteur des nouvelles, « La brûlure des cordes » (Albin Michel, traduit de l’américain par Bernard Cohen.302 pages. Prix : 20,9 €) dont est tirée la dernière livraison de Clint Eastwood, Million dollar baby, dûment récompenssée aux Oscars.

Le style des phrases, des répliques de F. X. Toole, se retrouvent dans les plans, le montage ramassé de C. Eastwood. Tout est vif , dur, resserré, efficace comme un uppercut. Et pourtant il ne s’agit pas pas d’un film sur la boxe, ou tout au moins la boxe sert de prétexte à raconter une autre histoire qui elle ne débute qu’au dernier quart de la projection.

Lire Plus =>