Catégorie : Cinéma

Pride : les militants gays au charbon

Pas de programmation prévue en Martinique

pride— Par Alexis Campion —

Dans l’Angleterre de Margaret Thatcher, une comédie mordante et pleine d’humour raconte le soutien d’activistes homosexuels aux mineurs en grève.

De Matthew Warchus, avec George MacKay, Ben Schnetzer, Bill Nighy, Imelda Staunton. 1 h 57. Sortie mercredi 17 septembre.

Synopsis : En 1984, à Londres, un groupe d’homosexuels politisés organise une collecte en aide aux mineurs britanniques en grève, alors exténués par leur bras de fer avec l’inflexible Margaret Thatcher. Confrontés à l’embarras du syndicat des mineurs, les activistes gays créent LGSM (Lesbians and Gays Support the Miners), organisent des concerts (Pits and Perverts) et décident de remettre l’argent en main propre aux grévistes, notamment dans un village du Pays de Galles… De cette histoire vraie, Pride tire une comédie grand public sans chichis, débordant d’énergie, entre ses nombreux personnages, son rythme et son humour joyeusement emballés. De quoi tirer quelques grosses ficelles mais surtout garantir la bonne humeur au défi de la dureté des faits. Finement pointé sur la solidarité entre les causes ouvrière et homo, alliance improbable vue d’aujourd’hui, Pride romance tout cela avec tact.

→   Lire Plus

Madiana : les sorties de la semaine du 19-09-14

sin_city-II«Sin City: j’ai tué pour elle»

 🙂 Quatre raisons de vous damner pour ce polar
CINEMA – Frank Miller et Robert Rodriguez donnent une suite à leur film culte avec ce nouveau polar en noir et blanc…

Dans « Sin City: j’ai tué pour elle », les hommes perdent la tête et la vie pour les beaux yeux d’Eva Green. 20 Minutes vous donne quatre bonnes raisons pour avoir envie de plonger dans ce monde sombre à souhait peuplé de créatures de rêves et de méchants de cauchemars. Bienvenue dans ce polar inspiré d’un comics culte…
C’est encore plus beau que le premier volet
En 2005, Sin City avait coupé le souffle des spectateurs en donnant l’impression de plonger dans les cases de la bande dessinée de Frank Miller. Dans le deuxième opus, l’auteur et son complice Robert Rodriguez vont encore plus loin. Ils signent une œuvre visuelle où la 3D relief est à couper le souffle.
http://www.20minutes.fr/cinema/1442863-20140917-cinq-raisons-damner-sin-city-tue

😥 Le maelström du premier épisode a laissé place à un empilage de vengeances et de cadavres. A un chaos de dessins, plus proches du jeu vidéo que de la BD — et la 3D n’arrange rien, au contraire !

→   Lire Plus

Le ravissement de Michel T. Houellebecq

« L’Enlèvement de Michel Houellebecq », un film de Guillaume Nicloux

L'enlèvement de M HouellebecqPar Selim Lander – On ne dira jamais assez ce que la littérature française du XXème siècle finissant a dû à Michel Thomas, dit Michel Houellebecq. Ses premiers romans, Extension du domaine de la lutte (1994) et Les Particules élémentaires (1998) sont apparus comme des OVNIs dans un ciel plutôt morne dominé par une autofiction plus ou moins avouée, un ciel que la présence remarquable de quelques stylistes talentueux ne suffisait pas à rendre éclatant, faute pour ces derniers d’avoir des choses vraiment passionnantes à raconter. Si le style n’est pas le premier souci de Houellebecq, il excelle, en particulier dans les premiers romans cités mais les suivants se sont encore laissés lire avec plaisir, dans deux genres qu’on n’attend pas à voir se conjuguer : la peinture désabusée de personnages – le narrateur au premier chef, pris dans un malaise existentiel et un pessimisme profonds – qui n’est néanmoins jamais pesante pour le lecteur ; une analyse sociologique percutante de la France et de ses habitants. Grâce à Houellebecq les lecteurs francophones ont ainsi accédé à une sorte de littérature décapante qu’ils devaient aller chercher, jusque-là, chez quelques romanciers nord-américains (on pense par exemple à Tom Wolfe).

→   Lire Plus

71ème Mostra de Venise : les films américains à l’honneur

mostra_veneze_2014La 71ème Mostra affiche ses couleurs et elles sont américaines. Cinq films hollywoodiens, pas moins, sont cette année en compétition dont Birdman, le film d’ouverture du festival ce mercredi. Dans cette super production signée Alejandro Iñarritu, Michael Keaton joue un ancien acteur déchu qui tente de renouer avec le succès.

Autres stars américaines attendues sur le Lido : Al Pacino qui joue dans Manglehorn de David Gordon Green. Récompensé par un Lion d’or en 1994 pour l’ensemble de sa carrière, l’acteur de 74 ans incarne dans Manglehorn un homme excentrique hanté par un crime passé qui lui a coûté l’amour de sa vie. Et aussi Willem Dafoe, acteur principal du Pasolini d’Abel Ferrara, portrait du célèbre cinéaste italien assassiné en 1975.

→   Lire Plus

Mort de Richard Attenborough, grande figure du cinéma britannique

— Par Mathilde Bergon —
richard_attenboroughDISPARITION – Oscarisé huit fois en 1983 pour son film Gandhi, le cinéaste était un grand ami de Steven Spielberg qui lui donnera le rôle de John Parker Hammond dans le premier volet de Jurassic Park en 1993.

Richard Attenborough est décédé dimanche à l’âge de 90 ans dans une maison de repos de Londres, à la suite d’un accident vasculaire cérébral. Endossant les casquettes d’acteur, de producteur et de réalisateur et raflant sur son passage de nombreuses récompenses, le cinéaste était une figure aimée et admirée du cinéma britannique. De son premier rôle dans le film de guerre Ceux qui servent en mer à La Grande Évasion, en passant par le célèbre rôle du scientifique créateur de Jurassic Park dans le film de Steven Spielberg en 1993, Richard Attenborough était un grand nom du septième art.

→   Lire Plus

« Les gardiens de la galaxie », des superhéros cosmiques et comiques

garidiens_de_la_galaxieA Madiana

Adaptation fantaisiste et décalée d’une bande dessinée américaine, ce film de science-fiction séduit par son esprit potache et picaresque.

Des super-héros au diapason de l’histoire

James Gunn, film américain, 2 h 01

Ne vous fiez pas à l’affiche ! Sur une toile de fond cosmique, un aventurier en pardessus carmin, une amazone couleur chlorophylle, un colosse bleu canard tatoué de toutes parts, un tronc d’arbre vivant et un raton laveur armé d’un gros calibre arborent des mines guerrières. Rien de bien engageant, il est vrai. Et pourtant, on aurait tort de se détourner des aventures picaresques de cette troupe de carnaval que James Gunn réussit à rendre attachante et drôle.

Le choix de ce réalisateur de parodies de films d’horreur ou de superhéros, adepte du « nanar » volontaire, était pour le moins audacieux. Après avoir parié sur Joss Whedon, créateur de séries télévisées fantastiques, pour les Avengers (succès planétaire en 2012), les studios Marvel, chargés des adaptations cinématographiques des BD de superhéros éditées par la vénérable maison d’édition éponyme, ont eu le nez creux en recrutant ce cinéaste qui a le mérite de ne jamais se prendre au sérieux.

→   Lire Plus

Lauren Bacall : la mythique actrice hollywoodienne s’est éteinte à 89 ans

— Par Eugenie Barbezat avec AFP —
lauren_bacallSon regard bleu acier, son élégance légendaire, l’inimitable « tombé » de sa chevelure, son histoire d’amour avec Humphrey Bogart, tout chez celle que l’on surnommait « the look » confinait à la perfection.
L’actrice américaine qui incarnait la femme fatale hollywoodienne par excellence vient de s’éteindre, mardi à New York.
«C’est avec un profond chagrin mais avec beaucoup de gratitude pour sa vie incroyable que nous confirmons le décès de Lauren Bacall», a indiqué mardi soir la famille Bogart⋅
Citant un membre de sa famille, le site TMZ, spécialisé dans la vie des célébrités, a précisé que l’actrice, à la voix et au regard bleu envoûtant inoubliables, était décédée chez elle à New York «d’un accident cardio-vasculaire massif»⋅ Elle habitait le Dakota, célèbre immeuble en bordure de Central Park⋅
Lauren Bacall a envoûté le cinéma hollywoodien par sa voix grave et son regard bleu glacé pendant plus de 60 ans de carrière⋅
Née le 16 septembre 1924 à New York, Betty Joan Perske de son vrai nom est la fille unique d’immigrants juifs roumano-polonais, de la famille de l’ancien président israélien Shimon Peres⋅
Elle a été révélée au grand public dans «Le port de l’angoisse», de Howard Hawks, à l’âge de 19 ans, en 1944⋅ Face à elle, Humphrey Bogart, 44 ans, qu’elle épousera l’année suivante et avec qui elle a formé un couple mythique au cinéma et à la ville.

→   Lire Plus

Robin Williams : « Ô capitaine, mon capitaine »

robin_williamAvec son tonitruant “Goooooood morning Vietnam” en 1987 dans le film de de Barry Levinson et son rôle de professeur brillant et anticonformiste en 1989 dans “Le Cercle des poètes disparus” de Peter Weir, Robin Williams avait conquis un large public dans le monde entier.
Le comédien lauréat d’un Oscar pour « Will Hunting », est mort lundi à 63 ans, après s’être vraisemblablement suicidé⋅
Après avoir étudié l’art dramatique, Robin Williams a débuté sa carrière aux Etat-Unis par des spectacles de one-man show dans des night-clubs puis dans dans des séries télévisées, « Happy Days » en 1974 et « Mork and Mindy », dans laquelle il jouait Mork, un extra-terrestre, rôle pour lequel il reçut son premier Golden Globe⋅ C’est grâce à sa performance dans « Will Hunting » qu’il a reçu son seul Oscar en 1998, dans la catégorie meilleur second rôle⋅ Robin Williams s’est aussi illustré dans le registre comique avec des films comme Madame Doubtfire.

→   Lire Plus

« Lucy » et « Nos pires voisins » : boursoufflure et médiocrité à Madiana

— Par Guillaume Loison —
lucy_bessonMalgré le charisme de Scarlett Johansson, le nouveau film du nabab d’Europacorp est un objet informe et trépané.

Vers la fin des années 90, quand Luc Besson était davantage un réalisateur qu’un ponte de l’audiovisuel, il répétait à l’envi qu’il prendrait sa retraite de réalisateur au bout de dix films. Promesse non tenue (il en est à 16) mais qui révélait néanmoins l’idée que pour lui, la maturité créative était un oxymore, à tout le moins que les fruits de l’expérience et de la culture ne pèsent rien face à la vigueur de la jeunesse. Dans la logique Bessonienne, la créativité peut se voir comme un capital qui se réduit comme peau de chagrin, qui se frelate même, à mesure qu’on la sollicite⋅ A l’aune d’une œuvre hantée par un idéal de pureté et d’innocence, il y a tout lieu de lui donner raison : aussi naïfs et neuneux qu’étaient ses premiers films, ils avaient pour eux d’être portés par une indéniable envie de cinéma, fraicheur dont on ne trouve plus la trace depuis l’impayable « Angel-A », nanar archi perso – les plus récents comme « The Lady » ou « Malavita » ressemblent à des produits paresseux, des commandes sans âme ni jus.

→   Lire Plus

Lauryn Hill, voix de Frantz Fanon pour dénoncer le colonialisme

— Par Marie OTTAVI —

concerning_violenceDOCU
La chanteuse, que l’on devrait revoir sur scène le 13 septembre au Zénith, participe à «Concerning Violence», documentaire inspiré des «Damnés de la terre».

Göran Hugo Olsson, réalisateur suédois de Göteborg, présente dans plusieurs festivals Concerning Violence, Nine Scenes From the Anti-Imperialistic Self-Defense, un documentaire sur le colonialisme et ses effets dévastateurs. Son film, nourri d’images d’archives, est inspiré de l’ouvrage les Damnés de la terre, du martiniquais Frantz Fanon, écrit après le putsch des généraux et la répression sanglante du 17 octobre 1961, à Paris, opposant la police française aux manifestants algériens.

→   Lire Plus

« La planète des singes : l’affrontement » : malin et bien fichu

la_planete_des_singes-2A Madiana

Dans un futur proche, l’humanité, réduite de trois quarts par un virus, a perdu son leadership sur le monde alors que César, chimpanzé de laboratoire émancipé, s’est établi avec les siens dans la forêt de San Francisco, régnant sur une société simiesque pacifique et prospère.

Avec une finesse d’exécution si rare pour ce type de blockbuster, « la Planète des singes : l’affrontement » (deuxième volet d’un prequel au roman de Pierre Boule, sorti en 2011), s’amuse à rapprocher puis à confronter les deux communautés, jouant d’un équilibre malin entre grand spectacle hollywoodien et tragédie shakespearienne, instinct et calcul, destins individuels et répercutions collectives⋅ De ce programme intelligent mais un chouïa trop mécanique (sur la fin), il émerge pourtant une force émotionnelle qui doit autant à la puissance du récit qu’à celle générée par la pureté cristalline des effets spéciaux⋅ Le singe César, créature numérique à qui le comédien Andy Serkis prête sa gestuelle et son impayable regard, est un formidable héros de cinéma.

→   Lire Plus

Tous à la plage avec le Petit Nicolas

vacances_pt_nico

A Madiana

INTERVIEW – Le jeune héros des années 1960 quitte les bancs de l’école pour la mer, toujours sous la direction de Laurent Tirard.

Cinq ans après Le Petit Nicolas et ses 5,6 millions de spectateurs, Laurent Tirard retrouve le célèbre gamin créé dans par Sempé et Goscinny, pour une aventure estivale, entre châteaux de sable et plongeons. Il raconte.

Quels souvenirs gardez-vous de vos premières lectures du Petit Nicolas?
Celui d’une identification très forte. En le découvrant petit, j’ai eu le sentiment d’avoir trouvé quelqu’un qui voyait le monde comme moi, de façon décalée, naïve et poétique. C’est ce qui explique qu’il continue à parler aux enfants d’aujourd’hui, et de tous les pays. Je me souviens d’une projection du film devant des gamins des favelas à Rio : ils étaient morts de rire devant les facéties de ces personnages en culottes courtes des années 1960 pourtant si loin d’eux.

Pourquoi avoir choisi, cette fois, d’adapter Les Vacances du Petit Nicolas?
Je voulais quitter l’atmosphère et le décor de l’école du premier long métrage. Je trouvais que c’était une bonne idée de mettre le cap sur la plage.

→   Lire Plus

« Jersey Boys » : du grand Clint

— Par Guillaume Loison —

Clint Eastwood réussit un excellent biopic sur l’histoire du groupe The Four Seasons, auteur de grands tubes pop dans les années 1960. A Madiana en VF ( 😈 )

jersey_boysDu FBI géré en micro-entreprise dans “J. Edgar” à la formation hétéroclite des « Four Seasons », débiteurs de tubes sixties à l’honneur dans ce “Jersey Boys”, les récents biopics eastwoodiens racontent surtout la vie d’un groupe et la manière dont il structure et affecte les individus qui le composent. C’est le grand sujet qui transcende cette évocation de la vie de Frankie Valli et de ses boys, petits mafieux de Newark devenus chanteurs à succès aussi synchrones sur scène que minés en coulisses par leur invraisemblable mesquinerie.

Où commence la solidarité et la trahison, sur quelles bases se fondent l’amitié, le professionnalisme et l’altérité, autant de questions qu’Eastwood soulève dans le tempo syncopé d’un destin collectif que les querelles individuelles, les frustrations et les mystères de la vie ne cessent de nourrir et d’étioler. En résulte un film plus fantasque et bouleversant qu’il n’en a l’air, à la fois relâché et dur, plein de mélancolie, de noirceur et d’ironie affectueuse.

→   Lire Plus

“Sous les jupes des filles” : atroce comédie

Un déferlement de vulgarité, un final conservateur. Une comédie atroce. A Madiana 👿

sous_les_jupesMauvais timing pour Sous les jupes des filles : le premier film
réalisé par l’actrice Audrey Dana arrive peu après le très réussi Les Gazelles, écrit et interprété par Camille Chamoux.

Au jeu des comparaisons, cette nouvelle tentative de comédie populaire destinée à un public féminin, et traitant de sujets dits féminins, sortira battue par K.-O. devant sa concurrente, tant elle ressemble en tout point à un accident industriel.

L’échec du projet est inscrit dès sa première scène : couchée sur un lit, l’actrice-réalisatrice manipule en close-up un tampon hygiénique tandis que des gouttes de sang numériques s’élèvent dans le ciel pour former les lettres du titre au générique.

→   Lire Plus

« 14°N 61°W » : entre Exposition d’œuvres d’art et Ciné-Club

 — Par Roland Sabra —

sao_paulo« São Paulo, Sociedade Anônima  » : un petit bijou des sixties!

L’espace 14°N 61°W est animé par Caryl Ivrisse-Crochemar, un jeune passionné d’art contemporain, qui a vécu en Europe, à Paris, Berlin et à Londres où il fut correspondant culturel de « L’Événement du Jeudi » . De retour en Martinique il ouvre dans un ancien entrepôt familial désaffecté un espace d’art contemporain au 19, rue du Mérite Artisanal (cela ne s’invente pas!)– Z.A Dillon à Fort de France qui non seulement accueille des artistes mais organise deux mardis soirs par mois une projection « art & essai » gratuite ouverte aux amoureux du cinéma et aux autres. 14°N 61°W a d’ailleurs accueilli quelques temps une autre association cinéphile, « Fewos » qui aujourd’hui est hébergée dans les locaux de la Guest’s house Packit au Rond Point Emma Ventura.

→   Lire Plus

14°N 61°W – CiNémAtYpic!

sao_pauloEspace d’art contemporain 14°N 61°W poursuit  en 2014, ses résidences audiovisuelles et invite Yusi Etiman & basso berlin pour 6 mois de projection de films inédits..
projection de films atypiques, cinéma d’auteur, d’art et d’essai en V.O sélectionnés avec Yusi Etiman (basso berlin)
tous les 15 jours, le mardi!
avec / with basso berlin & l’association art unlimited
projection à 20.30/screening at 8.30pm

Le mardi 01 juillet 2014 à 20h

Sao Paulo, Sociedade Anonima

un film de un film de Luis Sergio Person
Brésil, 1965
Synopsis :
São Paulo, entre 1957 et 1961. Carlos, un gestionnaire en pièces automobiles, tente de donner un sens à sa vie – la perfection formelle d’un film d’Antonioni, traversée d’une émotion et d’un sentiment profond de compassion pour l’œuvre majeure d’un cinéaste mort à 39 ans.
PERSON (Luiz Sergio)
cinéaste brésilien (São Paulo 1936 – id. 1976).

→   Lire Plus

Tchok En Doc : « Retour au Cahier » & « Marcel Manville, d’homme à hommes » en juillet 2014

fewos_coussin-875

La sélection 2014 se clôture avec un mois « Spéciales sœurs KANOR » !! Un duo prolifique que nous explorons à travers 5 de leurs documentaires et fictions.
Véronique Kanor Photographe, réalisatrice et poète originaire de la Martinique, nourrit depuis dix ans une œuvre précieuse où, entre révoltes et rêveries, les mots donnent à voir et les images à s’émouvoir.  » Je suis une réalisatrice qui fuit le didactique ou l’encyclopédique. Je cherche un climat, à faire surgir le mouvement d’une vie. Lorsque vous regardez un tableau, vous voyez d’abord le trait d’un peintre. Puis, vous découvrez les éléments que présentent la toile et ceux qu’elle ne fait que suggérer. Ma toile à moi est faite de questions, de suspension. Je m’attarde là où d’autres bifurquent pour suivre le panneau « toutes directions ».[Source France-Antilles Martinique] Fabienne Kanor est originaire de la Martinique. Après des études supérieures en littérature comparée et en sémiologie, elle se lance dans le journalisme, portant plusieurs casquettes à diverses adresses (reporter à Radio France International, à Canal France International, journaliste à Nova et à France 3).

→   Lire Plus

Madiana : les séances en V.O. jusqu’au 03 juillet 2014

seances_vo_juin-2014Voir la programmation.

THE ROVER
 
Réalisé par David Michôd
Avec Guy Pearce, Robert Pattinson, Scoot McNairy

STATES OF GRACE
Destin Cretton
Avec : Brie Larson, John Gallagher Jr., Kaitlyn Dever
Genre :Drame
Nationalité : Américain

NIGHT MOVES

Réalisé par Kelly Reichardt
Avec :Jesse Eisenberg, Dakota Fanning, Peter Sarsgaard plus
Genre :Drame , Thriller
Nationalité :Américain

JOE

Réalisé par David Gordon Green

Avec Nicolas Cage, Tye Sheridan, Adriene Mishler plus
Genre Drame
Nationalité Américain.

→   Lire Plus

« The homesman » : aimer les femmes… à la folie ?

Attention, film désormais en VF ! Madiana

the_homesman-400— Par Roland Sabra —

The Homesman est une adaptation cinématographique qui devait être à l’origine réalisée par Paul Newman, qui en avait acquis les droits bien avant que le roman ne sorte en librairie et ne connaisse un succès couronné par deux prix prestigieux, le Western Writers of America’s Spur Award et le Western Heritage Association’s Wrangler Award. Traduit une première fois en français sous le titre « Le Charlot des Damnés » il fait l’objet d’une nouvelle traduction en gardant son nom d’origine (HOMESMAN aux Éditions Gallmeister ). C’est la septième fois qu’un roman de l’écrivain Glendon Swarthout est porté à l’écran.

Nébraska, au milieu du 19ème siècle, trois femmes, épuisées par des conditions d’existence d’une extrême précarité, plongent dans la folie⋅ Elles sont confiées à Mary Bee Cuddy ( Hilary Swank), une pionnière ayant un tempérament de « pot de fer », « autoritaire » afin qu’elle les ramène vers l’Est, en Iowa afin d’être rapatrier dans leurs familles⋅ « Rapatrieur » serait sans doute le néologisme le plus approprié pour traduire « Homesman ».

→   Lire Plus

The Rover : dévastateur et bouleversant !

— Par Aurélien Allin —

Le 30 juin 19 h Madiana

the_rover-400Trois ans après ANIMAL KINGDOM, Michôd confirme la puissance de son cinéma avec ce ROVER pesant, dévastateur et bouleversant.

« Vous devez y tenir à cette voiture. C’est fou de s’énerver pour si peu », dit une femme au Vagabond (Guy Pearce) qui, depuis qu’un gang a volé son véhicule, n’a plus qu’une idée : retrouver les malfrats et récupérer son bien. THE ROVER conte la mission absurde d’un homme dénué de toute émotion perceptible. Pourtant, David Michôd, qui avait déjà démontré son talent pour la dissection de la complexité humaine dans ANIMAL KINGDOM, va mener le spectateur vers la compréhension de cet homme insondable. Il l’oppose à Rey (Robert Pattinson), membre du gang que le Vagabond va utiliser pour retrouver sa bagnole. Quand l’un, idiot du village, affirme sa foi en Dieu, l’autre lui rétorque : « Dieu t’a laissé avec moi qui n’en a rien à foutre de toi ». Quand le Vagabond fait montre d’un pragmatisme clinique, l’autre affirme : « Y a pas besoin d’une raison pour tout ».

→   Lire Plus

« Le procès de Viviane Amsalem », un divorce à l’israélienne

— Par Corinne Renou-Nativel —
proces_vivianeLa magnifique Ronit Elkabetz incarne Viviane, qui tente d’obtenir devant un tribunal de rabbins, en Israël, le divorce que lui refuse depuis des années son mari, en toute légalité.

Depuis trois ans et demi, elle demande le divorce. Depuis trois ans et demi, il refuse. Mariée à 15 ans, Viviane a quitté Elisha après trois décennies de vie commune. Installée chez son frère depuis plusieurs années, elle continue d’exercer son métier de coiffeuse et de préparer les repas de son mari et de ses enfants, que sa belle-sœur leur apporte. Seul le divorce lui permettrait d’obtenir une vraie liberté.

→   Lire Plus

« Triple alliance » : trois femmes et un navet!

triple_alliance

Prenant sans doute prétexte de l’imminence des vacances, certains films semblent vouloir s’affranchir de la plus élémentaire envie de captiver le spectateur. Si quelques réalisateurs français se sont fait une spécialité de ce genre cinématographique estival, Hollywood n’est pas en reste, ainsi que le démontre Triple alliance, le nouveau film de Nick Cassavetes.

Inutile, bien évidemment, de chercher noise à ce réalisateur américain en raison de son patronyme illustre. Depuis longtemps, la génétique nous a appris quelle part d’acquis pouvait interférer dans le génie créateur d’un individu. Pour le dire autrement, être le fils de John Cassavetes et de Gena Rowlands n’implique pas forcément que l’on doive se situer au niveau, disons, d’Une femme sous influence.

→   Lire Plus

Tchok en Doc : le cinéma autrement !

« Amours aveugles » un film de Juraj Lehotsky

— Par Roland Sabra —

tchok_en_doc-400Née en 2008, l’association Tchok en Doc organise depuis une quinzaine d’années l’événement cinématographique, le Mois du Documentaire. Mise en lumière de films rares ou inédits, hommages à des réalisateurs, rencontres, avant-premières, débats, expositions et concerts sont organisés pour mettre en valeur un « cinéma du réel » explique la page d’accueil du site. Si l’association fonctionne plutôt en réseau fermé, c’est qu’elle n’est pas très douée pour la communication. Comme beaucoup d’associations elle n’a pas de service de presse attitré et elle repose sur le bénévolat. Le canal de circulation des informations est le bouche-à-oreille. Serait-on dans le monde du même celui de l’auto-référentialité, peu enclin, par définition à s’ouvrir à l’hétérogène, à l’altérité? Pas vraiment. Ouverte à tous Tchok En doc accueille chaleureusement les nouveaux venus comme nous en avons fait l’expérience il y a peu lors de la projection de « Slepe lasky», un documentaire slovaque de Juraj Lehotský que l’on peut traduire sous le nom « Amours aveugles »⋅⋅
Le lieu de la projection se situe dans la Packit’s guest house à For-de France au 142 bld de la Pointe des Nègres tout près du Rond Point Emma Ventura⋅ L’entrée est libre et l’on peut moyennant deux euros prendre un verre avant ou après la séance⋅ « Féwòs, amène ton coussin » est le principe qui règle la soirée.

→   Lire Plus

« Maps to the Stars » de Cronenberg flingue magistralement Hollywood

— Par Jacky Bornet —

the_map_of_the_starLes 25 et 26 juin 2014 à 19h. Madiana

Après l’accueil mitigé de « Cosmopolis » il y a deux ans en compétition, David Cronenberg revient en grande forme avec « Maps to the Stars », violent pamphlet contre la starification à Hollywood, nanti d’une belle distribution : Julianne Moore, Robert Pattinson, John Cusack, Mia Wasikowska. Un bûcher des vanités au sens propre du terme…

Synopsis : A Hollywood, se télescopent les étoiles : Benjie, 13 ans et déjà star; son père, Sanford Weiss, auteur à succès et coach des célébrités; sa cliente, la belle Havana Segrand, qu’il aide à se réaliser en tant que femme et actrice. Complètent le tableau : Agatha, une jeune fille devenue, à peine débarquée, l’assistante d’Havana et le séduisant chauffeur de limousine avec lequel elle se lie, Jerome Fontana, qui aspire à la célébrité.Mais alors, pourquoi dit-on qu’Hollywood est la ville des vices et des névroses, des incestes et des jalousies ⋅ La ville des rêves fait revivre les fantômes et promet surtout le déchainement des pulsions et l’odeur du sang⋅

Fantômes
Il est bien loin le temps où David Cronenberg touchait un groupuscule de fans de films fantastiques, avec lesquels il a pris le large, suite à une reconnaissance critique de plus en plus importante.

→   Lire Plus

Tom à la ferme, une certaine image du Québec

Par Selim Lander – Quelques mots en plus de l’article magistral de Roland Sabra, pour un film qui mérite tous les éloges.

Tom à la ferme1Adapté d’une pièce de théâtre, Tom à la ferme est un film de Xavier Dolan sorti en 2012, juste après Lawrence Anyways que les Martiniquais ont pu voir naguère à l’Atrium. Mais Tom à la ferme est tourné dans un Québec rural, avec des champs à perte de vue, une pâle lumière, et tandis que le premier film était une comédie douce-amère, le second montre une violence qui fait d’autant plus mal qu’elle est celle d’un malade rejeté par tous. Francis est un jeune fermier habité par un sentiment de puissance pathologique qui l’empêche d’exprimer ses désirs autrement que par l’intimidation et les coups. En face, Tom est le citadin branché, homo, qui s’est rendu à la ferme pour l’enterrement de son amant, le frère de Francis, qui avait coupé les ponts avec sa famille   Tom débarque donc en milieu inconnu  Il est d’abord accueilli par la mère, Agathe, un personnage à la normalité fragile, puis par Francis qui se montre tout de suite brutal

Le film se concentre sur ces trois personnages, les autres n’étant là que pour éclairer la personnalité des deux frères  Son amant n’était pas le pur amour que pleure Tom ° Quant à Francis, son machisme dissimule une homosexualité latente qui fascine Tom et l’incite à rester à la ferme plus que de raison.

→   Lire Plus