Féminismes

Les filles, au premier rang des sans-école

— Par Mina Kaci —
Quelque 65 millions de fillettes à travers le monde ne sont pas scolarisées en raison de leur genre. L’ONG Plan alerte l’opinion, 
alors que la 3e Journée internationale des filles est célébrée, samedi.

Des mains se lèvent. Chaque jour de plus en plus nombreuses. Elles sont des milliers, à la veille de la 3e Journée internationale des filles, ce samedi, à signer pour que ces dernières puissent jouir du droit fondamental à l’éducation. Des milliers de mains en France qui rejoignent tant d’autres dans le monde. La campagne de l’ONG Plan entend approcher les quatre millions pour que, d’ici à 2016, quatre millions de filles accèdent à la scolarité. Un chiffre ambitieux. Il est pourtant loin des soixante-cinq millions de fillettes discriminées dans ce domaine.

Lire Plus =>

«Madame la présidente» ou «le président» : quelle est la règle ?

mettre_au_femininAlors que « Culture Egalité » vient d’adresser à un certain nombre de rédactions, dont celle de Madinin’Art ( oups!) un rappel à l’ordre nominatif (!) accompagné d’un aide-mémoire,(!) à propos de la féminisation des titres et des fonctions (voir ci-après!) le débat sur ce thème rebondit avec la mise à l’amende d’un député de droite qui persiste ouvertement dans la masculinisation de son discours. Faudra-t-il instaurer une police de la langue?

— Par Marion Joseph —

Le débat sur la féminisation des fonctions politiques a rebondi lundi après la sanction d’un député UMP pour avoir appelé la présidente de séance «Madame le président». Quelles sont les règles en vigueur à l’Assemblée ? Que dit l’Académie française ? Le Figaro fait le point.

• «Madame le ou la président(e)», «le ou la député(e)»: que dit le règlement de l’Assemblée?

Le sujet est revenu sur la table lundi soir lorsque le député UMP Julien Aubert a apostrophé la présidente de séance, Sandrine Mazetier, en débutant son propos par «Madame le président».

Lire Plus =>

La Cour de cassation valide les adoptions d’enfants nés de PMA à l’étranger

p_m_aSaisie par les tribunaux de grande instance d’Avignon et Poitiers, la Cour de cassation a estimé, mardi 23 septembre, que le recours à la PMA à l’étranger, par insémination artificielle avec donneur anonyme, « ne fait pas obstacle à ce que l’épouse de la mère puisse adopter l’enfant ainsi conçu ».

Dans deux avis, la Cour de cassation écarte toute « fraude à la loi » : cet argument avait été avancé pour refuser une adoption par le tribunal de grande instance de Versailles, au printemps. En effet, précise la cour, « en France, certes sous conditions, cette pratique médicale est autorisée » : dès lors, elle a estimé que « le fait que des femmes y aient eu recours à l’étranger ne heurte aucun principe essentiel du droit français ».

La loi française autorise-t-elle la PMA ?

La PMA est réservée en France aux couples hétérosexuels infertiles. Mais aucune loi n’interdit explicitement aux lesbiennes d’y avoir recours⋅ Cependant le Conseil constitutionnel a rappelé, dans son arrêt du 17 mai 2013, que la PMA n’est pas ouverte aux couples de femmes en France.

Lire Plus =>

Résistance et engagement : sur les traces de Lumina Sophie

— Par Culture Egalité —

cult_egal_luminaDimanche 21 septembre 2014 une soixante de personnes, hommes, femmes, jeunes et moins jeunes, ont répondu à l’appel lancé par l’association féministe Culture Egalité et ont bravé une météo contraire pour marcher sur les traces de Lumina Sophie, la résistante, l’héroïne de la révolte du sud de 1870, la fanm- flamme de l’Insurrection.
Soutenue par la mairie de Rivière Pilote, cette initiative de Culture Egalité a bénéficié de l’aide précieuse des femmes adjointes au maire, mesdames Marcelline Perro et Rosalie Honoré (Présidente de OMPACS), de madame Geneviève Riga et bien sûr de l’engagement du maire de Rivière Pilote, monsieur Théodose.

Lire Plus =>

Les femmes elles aussi, ont marqué l’histoire de notre pays

— Par l’Union des Femmes de Martinique —

lumina_sophieLUMINA SOPHIE « femme flamme » de l’insurrection du sud – septembre 1870
« Tout comme en 1848, la logique de la guerre sociale favorisa l’irruption massive des femmes sur la scène publique. Elles devinrent plus actives, plus « visibles »  et ne se cantonnèrent pas à l’arrière-plan…Dans la lutte contre l’ordre de l’aristocratie blanche, la révolte avait besoin de la totale implication des femmes, de leur énergie, de leur dévouement et de leur dynamisme. Il devint nécessaire qu’elles descendent dans la rue, qu’elles marchent dans les traces des champs de canne et les chemins vicinaux, qu’elles s’arment, qu’elles combattent ; qu’elles prennent la parole et des initiatives. Toute aptitude, attitudes et actes, qu’on leur refuse en temps normal »
(extrait de « l’insurrection de Martinique » 1870-1871 – Gilbert PAGO – Ed.Syllepse.)

Lire Plus =>

Médias : les femmes toujours aussi invisibles

— Par Claude Baudry —

femmes_invisiblesMartinique 1ère Radio : la caricature!

« L’étude réalisée par l’Institut national de l’audiovisuel (INA), pour la deuxième année consécutive, à la demande du Conseil supérieur de l’audiovisuel, montre que la présence des femmes dans les éditions d’information reste marginale. » La sentence qui ouvre le compte rendu de l’étude est brutale mais hélas révélatrice. Oh, depuis la première vague portant sur le premier trimestre 2013, il y a eu des progrès pour la même période en 2014. Défense de rire. Il y a de « légères évolutions sur trois catégories d’indicateurs », nous dit-on : expertes et personnalités invitées, sujets signés par des femmes journalistes et présentatrices. Sur la première catégorie, experte, dont on ne sait si elle inclut la présentatrice météo, tout à fait respectable par ailleurs, une chercheuse ou une femme politique, la légère augmentation nous amène à 20,12 % en moyenne pour les chaînes généralistes et 17,73 % pour les radios⋅ Autrement dit, moins d’un expert sur cinq est une femme⋅ Et les chaînes d’information en continu sont encore plus à la traîne !

Lire Plus =>

Le gouvernement détricote la politique familiale !

— Par Marie-Josèphe Hardy Dessources Sellaye, pour l’UFM —

detricotageAprès les réformes décidées et appliquées par le gouvernement Ayrault : gel des allocations familiales et des aides à la garde d’enfants jusqu’en 2015, modulation de la prime de naissance, réduction des droits au congé parental et réforme du quotient familial, le premier ministre Manuel Valls annonçait en avril des économies supplémentaires de 800 millions d’euros dans la branche famille, dans le cadre du plan d’économies de 50 milliards d’euros prévu entre 2015 et 2017⋅

Un nouveau coup de rabot est donné aujourd’hui avec l’annonce de 2 mesures envisagées qui s’attaquent encore aux femmes et aux familles : le congé parental qui passerait de trois ans à un an, et la prime à la naissance qui serait réduite pour le deuxième enfant⋅
Ceci alors que la loi sur l’égalité entre les femmes et les hommes portée par l’ex-ministre du Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem, proposant un congé partagé entre les 2 parents, mieux indemnisé dès le deuxième enfant devait entrer en vigueur au 1er octobre !

Lire Plus =>

« Ce qui n’est pas nommé n’existe pas ! »

ufm_400Nous avons été fortement interpellées par le titre de l’article paru en page 10 de l’Edition du France-Antilles du vendredi 5 septembre intitulé : « Trinité – Sauvetage en mer : des hommes pour la vie » et signé « M.L. »
Cet article très intéressant traite de la mise en place à Trinité de volontaires de la Société Nationale de Sauvetage en Mer.

En contradiction totale avec le titre, il montre que la vingtaine de volontaires ayant participé à la réunion comporte une grande part de femmes (5 sur les 12 photographié-es).

Dans ce cas, pourquoi l’intituler « des hommes pour la vie » ?

Oui, nous savons, on nous rétorque souvent qu’en grammaire « Le masculin l’emporte sur le féminin. »
Cette règle de grammaire apprise dès l’enfance sur les bancs de l’école façonne un monde de représentations dans lequel le masculin est considéré comme supérieur au féminin.

On nous dit aussi que nous nous attachons à des « détails » qui ne sont pas importants.
Mais nous savons que cette approche n’est pas neutre.

Lire Plus =>

Racisme, sexisme : Najat Vallaud-Belkacem, la cible idéale

— Par Le Nouvel Observateur —

sexisme_racismeLa ministre subit de nombreuses attaques depuis sa nomination au ministère de l’Education nationale.

Manuel Valls lui a rendu dimanche, à La Rochelle, un hommage appuyé : « La République sait reconnaître le travail et l’engagement », s’est réjoui le Premier ministre, saluant « une femme si jeune occuper cette si lourde fonction ». Dans la salle, l’intéressée, Najat Vallaud-Belkacem, a écrasé une larme. Il faut dire que depuis sa promotion il y a dix jours, sa jeunesse comme son genre féminin sont plutôt source d’insultes. Sexisme, racisme… Ses détracteurs, majoritairement de droite et d’extrême droite, s’autorisent tous les écarts pour mettre en cause la légitimité de la nouvelle ministre de l’Education. Retour sur les pires attaques.

Lire Plus =>

Les féministes françaises manifestent pour un ministère de plein droit Notre engagement en Martinique pour les droits des femmes

culture_egalite— Par Culture Egalité —

Les féministes françaises appellent à une manifestation le mardi 2 septembre 2014 devant Matignon où siège Manuel Valls, premier ministre du gouvernement français.
Comme elles, nous constatons avec ce gouvernement un recul pour les droits des femmes dont la prise en compte est associée au ministère de la santé et aux simples questions concernant le social. Mais les droits des femmes ne se réduisent pas à ce seul aspect d’autant plus que les problématiques qui nous concernent, sont autrement plus larges et importantes⋅
Nous appuyons et rejoignons la démarche des féministes françaises qui appellent à ce rassemblement qui exige : « un Ministère de plein exercice est nécessaire⋅⋅ Nécessaire car il marque la considération accordée à ce combat, nécessaire car lui seul peut prendre en compte cette approche transversale indispensable. »

Lire Plus =>

« Les femmes sont la cible principale de l’islam radical »

burqa— Par Guy Sorman, essayiste, —
Quel lien existe-t-il entre des mouvements islamistes aussi dispersés que le Hamas, Al-Qaida, le Hezbollah, Boko Haram, les talibans, l’Etat islamique ? Tous se réclament du Coran mais en proposent des interprétations variées⋅ Tous s’inscrivent dans des cultures dissemblables⋅ Mais un trait au moins les réunit, qui relève moins de la religion ou de l’idéologie que de ce que l’on pourrait qualifier de psychanalyse de groupe : la haine des femmes⋅

Voir la vidéo : Comprendre la montée en puissance de l’Etat islamique en cinq minutes

N’est-il pas étrange que la priorité de ces islamistes, partout où ils emportent des batailles ou s’emparent du pouvoir, est d’asservir les femmes ?

Lire Plus =>

Donnez une place aux femmes dans les programmes scolaires

femmes_philosophesPétition

Pétition lancée par une étudiante pour une place, à part égale, des femmes dans les manuels scolaires.

Actuellement, une seule femme a l’honneur de voir son nom figurer dans la liste officielle des philosophes à étudier en Terminale : Hannah Arendt. Est-elle donc la seule femme philosophe existante ? Ou bien la seule qui vaille la peine qu’on l’étudie ?

Le travail, par exemple, est pourtant l’un des objets d’études de ce programme: pourquoi n’écouterait-on pas ce que Simone Weil, aux côtés de Hegel et Marx, a pu dire sur la condition de l’homme au travail ?

Lire Plus =>

Une femme égorgée aux Terres Sainville. Pourquoi?

— Par Cuture Egalité, association féministe —

femme_assassineeFort-de-France, le 13 Août 2014

Dimanche 3 août une femme a été assassinée aux Terres Sainville. Elle a été égorgée. Comme on égorge un animal.
Ici, ce matin, les membres de Culture Egalité et beaucoup d’entre nous ne connaissaient pas Ramona. Mais nous savons une chose : cette fois-ci nous pouvons ajouter un nom et un visage à la triste cohorte de femmes qui par millions, sont victimes de violences dans le monde. Parce qu’elles sont vulnérables. Parce qu’elles sont des femmes.

D’après un rapport des Nations Unies sorti en 2013, 70% des femmes sont victimes de violences, contre 30% des hommes.
Regardons autour de nous, regardons les femmes présentes dans cette assistance : sur 10 d’entre nous, 7 peuvent être victimes de violence, simplement parce que nous sommes des femmes.
Qu’un être humain ait 100% plus de chance d’être victime de violence qu’un autre être humain, simplement parce qu’il est de sexe féminin, est une injustice insupportable et nous ne devons pas la supporter.

Lire Plus =>

L’UFM dénonce le lâche assassinat d’une femme, mère de 3 enfants aux Terres-Sainville

assassinatCommuniqué
Fort de France, le 6 AOUT 2014
L’UFM condamne cet acte barbare, commis à l’encontre de cette femme mère d’enfants des Terres-Sainville.
Quelqu’en soit les circonstances, quelque soit l’origine, le statut de la femme, rien ne justifie les actes odieux dont sont victimes de trop nombreuses femmes.
L’UFM, association féministe, militant pour la dignité et le respect et des droits des femmes dénonce à nouveau ces horribles crimes commis à l’encontre des femmes.
Nous nous associons aux manifestations de condamnation de cet acte de violence.

Lire Plus =>

Turquie : les femmes qui rient fort en public manqueraient de décence

— Source AFP —
femme_qui_ritLe vice-Premier ministre turc, Bülent Arinç, a déclenché la polémique en déclarant que les femmes ne doivent pas rire trop fort, et qu’elles ne doivent pas non plus partir en vacances sans leur mari ou pratiquer la pole dance.

« Une femme doit conserver une droiture morale, elle ne doit pas rire fort en public« , a affirmé le vice-Premier ministre turc, Bulent Arinç, suscitant une polémique mardi en Turquie, un pays musulman, mais laïque qui fête l’Aïd el-Fitr. « L’homme doit être moral, la femme aussi, elle doit savoir ce qui est décent et ce qui ne l’est pas« , a dit lundi Bulent Arinç influent membre du gouvernement islamoconservateur, dont il est aussi le porte-parole, lors d’un déplacement dans sa circonscription de Bursa (nord-ouest), rapportent les journaux.

Et d’ajouter : « Elle ne doit pas rire fort devant tout le monde, doit absolument conserver sa décence à tout moment. » Cette petite phrase a provoqué une avalanche de réactions – pour la plupart, indignées – dans les réseaux sociaux où les internautes dénonçaient l’intervention « de plus en plus flagrante » du régime turc dans la sphère privée.

Lire Plus =>

Pour en finir avec les clients

prostitution— Rosen HICHER Ancienne prostituée —

TRIBUNE

A l’heure où le Sénat protège les clients (1), moi, ancienne prostituée, je vais vous dire pourquoi je veux que la France fasse tout pour en finir avec ces hommes qui ont détruit ma vie pendant plus de vingt ans. J’ai trouvé la force de faire le calcul. Ecoutez bien. J’ai eu plus de 30 000 clients dans ma carrière de prostituée, à raison d’une moyenne de quatre par jour.

Plus de 30 000 rapports sexuels dont je ne voulais pas, que je refusais de tout mon corps. 30 000 fois la sensation d’être niée, réduite à néant, d’être une femme robot. 30 000 fois, j’ai subi le défilé de ces hommes indifférents, sûrs de leur bon droit ; dans un coin de bar à hôtesses, dans des salons insalubres, dans l’odeur du champagne renversé sur les banquettes et du sexe entêtant.

Vous qui parlez des clients comme de pauvres hommes esseulés ou timides, si vous saviez ! La vérité, c’est celui qui vous menace si vous refusez l’acte sans préservatif ; le violent qui vous laisse avec vos blessures pendant quinze jours ; le fou furieux qui tire à la carabine au milieu du bar ; le malade qui s’habille en femme et vous fait subir toutes les humiliations ; celui qui met de la drogue au fond de votre verre ou qui affiche des obscénités sur votre porte pour se venger ; celui qui finit par se pendre parce qu’il s’est ruiné à force de payer des corps de femmes.

Lire Plus =>

GPA : luttes utérines

gpa_&_ppa— Par Martine Gross, sociologue, CNRS

TRIBUNE

Marie-Josèphe Bonnet, dans sa tribune du 1er juillet, remarquant que la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) condamne la France pour avoir refusé d’inscrire la filiation paternelle, estime que la mère «biologique» devrait être inscrite également sur l’acte de naissance de son enfant. Les situations où la femme qui a accouché de l’enfant n’est pas mentionnée interpellent la plupart des opposants à l’encadrement légal de la gestation pour autrui (GPA), parce qu’elles heurtent leur profonde conviction qu’une femme qui a porté un enfant, et en a accouché, en est la mère.
Sur le même sujet

Lettre ouverte
GPA : Monsieur le président de la République…
Par Jacques Delors et Lionel Jospin

Or, cette conviction ramène les femmes à la «nature». Dans notre droit, les femmes sont mères, non parce qu’elles reconnaissent leur enfant, non parce qu’elles expriment leur volonté d’être mère, mais seulement du fait d’un événement charnel, l’accouchement ; tandis que les hommes sont pères en exprimant leur volonté d’être père (reconnaissance, mariage).

Lire Plus =>

Des films espagnols rappellent que pour les femmes, rien n’est jamais acquis !

condition_femme— Par Michèle Levieux —
La plus grande révolution du 20e siècle concerne la condition des femmes. Avec des hauts et des bas. Avec Con la Pata quebrada (retourne à tes fourneaux), Diego Galán démontre a quel point le cinéma en est un des meilleurs témoins, tout comme Yo decido, un film collectif et militant.
Con la Pata quebrada (retourne à tes fourneaux) est une analyse des péripéties de l’image de la femme dans le cinéma espagnol, du parlant à nos jours, précédé de Yo decido – El tren de la Libertad, un film collectif contre la réforme infâme en cours de la loi sur l’avortement.
Une soixantaine de femmes du cinéma espagnol, parmi lesquelles Chus Gutiérrez, Gracia Querejeta, Mabel Lozano, Ana Diez ou Georgina Cisquella, ont filmé dans Yo decido, l’arrivée à Madrid, le 1er février dernier, du train de la contestation parti des Asturies et des manifestations à Barcelone, Valladolid, Séville, Valence. Iciar Bollain a tourné à Edimbourg, Laura del Sol à Paris…
Avec Yo decido, un collectif de femmes joue l’actualité alors que Diego Galán, critique et historien de cinéma – il a aussi été directeur du Festival international du film de Saint-Sébastien -, avec Con la Pata quebrada joue l’Histoire.

Lire Plus =>

Publicités sexistes : oui ils le font exprès !

ufm_corps_fem

Et nous, que faisons-nous ?

— Par l’Union des Femmes de Martinique —

Une nouvelle publicité vient s’ajouter au palmarès des pubs sexistes de Martinique.
On peut penser qu’elle disputera la première place à d’autres, tant elle est navrante de sexisme primaire, de bêtise et d’absurdité.
Une marque de vêtements en grande majorité portée par des jeunes. 2 jeunes hommes habillés et porteurs de tricots à vendre. Une jeune femme en maillot (la marque ne vend pas de maillot de bain) dans une posture d’écartement des jambes, portée par les 2 jeunes qui lui tiennent chacun une jambe.

Alors nous posons la question à la boutique :
Pourquoi est-ce une femme, de surcroit dénudée, avec une telle posture -grand écart ou…écartelée que vous avez-vous retenu pour votre campagne publicitaire !? Quel est son rôle ? Que vend-elle aubpublic ?
Il n’y a qu’à voir certains commentaires déjà apparus sur internet. Ironiques, ils montrent bien la portée et l’impact d’une telle image : « elle est en solde ? » « portes grandes ouvertes » « gran ouvè mem » « Mé non c’est un jeu !!

Lire Plus =>

Harcèlement sexuel au travail, des femmes brisent l’impunité

— Par Fanny Doumayrou —

harcelement_au_wSelon un sondage Ifop publié en mars, 20 % des femmes ont subi du harcèlement sexuel sur leur lieu de travail au cours de leur carrière. La peur de perdre leur emploi les incite à se taire. Une infime minorité ose saisir la justice pour faire condamner les harceleurs. Témoignages.

Cristina  : « Si on se tait, on donne encore plus de pouvoir à ces hommes pour continuer »

En vue de notre entretien, elle est descendue à la cave chercher le gros sac noir contenant toutes les pièces de son dossier. L’arrêt de la cour d’appel de Versailles, reconnaissant le harcèlement sexuel et moral dont elle a été victime, ne date que de février. Mais elle a déjà remisé cette masse de papier, comme pour tenter d’enfouir et d’oublier. Le chemin sera long.

Lire Plus =>

UFM : 1944 – 2014 : 70 ans de solidarité féministe

ufm_325L’Union des Femmes de Martinique fête cette année ces 70 ans.
C’est en effet le 11 juin 1944 que s’est tenue la réunion constitutive de l’association, avec quelques femmes déterminées, à l’initiative de Jane Lero.
L’UFM se créait avec le premier vote des femmes aux élections municipales.
Peu d’associations en Martinique ont autant contribué à notre histoire, pas seulement l’histoire des femmes, mais l’histoire sociale, à travers toutes les actions menées. Sur la citoyenneté, les conditions de travail, les conditions de vie, la santé, l’image des femmes, l’histoire, la solidarité caribéenne et internationale, contre les violences en tous lieux …
Nous souhaitons à travers les différentes manifestations rendre hommage à toutes celles qui ont partagé, durant ces 70 ans, cette conviction que la société doit réserver un meilleur sort aux femmes.

Lire Plus =>

Sexisme langagier

le_ou_la_maire-2Par l’Association féministe Culture & Égalité

Lettre ouverte  de Giralde Giron au Maire et au Conseil Municipal de sa commune,
Monsieur le Maire,
Mesdames et Messieurs les Conseillères et les Conseillers Municipaux,

Depuis votre élection, trois invitations en provenance de la mairie sont parvenues à mon domicile : l’une à la célébration de votre victoire, une autre à l’inauguration d’un parcours santé et enfin la troisième à l’inauguration de la Maison de la Parentalité. J’apprécie ces deux dernières réalisations qui contribueront au mieux être de vos administé-e-s et je salue votre volonté d’impliquer la population.
Un regret cependant : ces invitations ne s’adressent qu’à « Monsieur Giron ». Dois-je comprendre que ma présence (de même peut-être que celle de toutes les citoyennes mariées) n’est pas souhaitée ? Ou bien, plutôt, que n’ayant pas d’existence propre, je suis « l’accessoire » que Monsieur Giron emporte avec lui dans ses bagages (ou emmène par le licol ?)
Pourtant, lorsqu’il s’agit de voter, je suis invitée à le faire en mon nom propre ; c’est encore en mon nom propre que j’ai collaboré aux actions culturelles de la mairie puisque, par exemple, j’ai fait partie pendant plusieurs années de suite du jury du prix de poésie de notre ville.

Lire Plus =>

13 juin : Journée Martiniquaise de lutte contre les violences dans le couple

violences_couple_ufmCommuniqué de l’UFM

Il y a 9 ans, le 13 juin 2005 …
Il y a 9 ans, le 13 juin 2005, Sandra était arrosée d’essence et brûlée vive devant son lieu de travail, par son ex-compagnon, à 7 heures du matin, en plein centre-ville de Fort de France. Elle devait décéder quelques jours plus tard.

L’émotion provoquée par cet horrible assassinat a touché toute la population martiniquaise.
Des manifestations ont rassemblé des centaines de femmes et d’hommes qui disaient « plus jamais ça ».
L’Union des Femmes de la Martinique proposait alors que le 13 juin devienne Journée martiniquaise de lutte contre les violences dans le couple, en mémoire de toutes ces femmes assassinées en Martinique, pour toutes ces femmes qui ne peuvent vivre en toute liberté.

Mais ces réactions de condamnation face à la férocité de la violence masculine sexiste, ont-elles fait évoluer les mentalités et les agissements ?
–       8 autres femmes ont été tuées après cet acte barbare par leur compagnon ou ex-compagnon.
–       Ces meurtres ne doivent pas occulter les centaines de femmes, dont  beaucoup souffrent en silence ou sont contraintes à se taire de peur de représailles qui sont encore victimes au quotidien de violences dans ce couple, qui au lieu d’être un lieu d’épanouissement, représente un lieu de souffrance.

Lire Plus =>

« Pa rété san di ayen Sé zafè nou tout ».

culture_egalite_non_viole-3

13 Juin Journée martiniquaise de lutte contre les violences dans le couple. « Culture Égalité » association féministe

La violence faite aux femmes n’inclut pas toujours de la violence physique
L’éventail des types de violence va des insultes à des blessures corporelles extrêmement graves, voire même au meurtre. Le but de l’agresseur est d’utiliser son pouvoir physique, économique ou tout autre pouvoir afin de dominer la victime et de faire en sorte qu’elle soit dans une position d’impuissance. La violence faite aux femmes peut se manifester sous l’une ou deux ou plusieurs des formes suivantes…
violence psychologique
Commentaires, insultes ou sarcasmes humiliants traitant la victime de nulle, paresseuse, grosse, laide ou stupide, lui dicter comment elle doit s’habiller, menacer de se suicider ou de lui enlever les enfants, la surveiller, être jaloux sans fondement, l’empêcher de voir sa famille ou ses ami(e)s, maltraiter l’animal de la maison, détruire des objets précieux ou à valeur sentimentale.
abus économique
Retenir ou prendre l’argent de la victime, dépenser de façon frivole alors que les enfants ont besoin de choses nécessaires, faire tous les achats importants, l’empêcher d’avoir accès aux comptes en banque et l’empêcher d’obtenir ou de conserver un emploi.

Lire Plus =>

Un sommet sans précédent sur le viol en temps de guerre

— Par AFP —
viol_arme_de_guerre

blobul1ePlus de cent pays se réunissent à Londres sous l’égide d’Angelina Jolie et de William Hague pour sensibiliser à ce mal souvent dissimulé dans les conflits.

L’actrice Angelina Jolie et le chef de la diplomatie britannique William Hague ouvrent mardi à Londres un sommet « sans précédent » sur les violences sexuelles pendant les conflits et l’utilisation du viol comme « arme de guerre ». La star d’Hollywood, ambassadrice de bonne volonté du Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés, et le ministre britannique vont présider jusqu’à vendredi le plus grand événement jamais consacré au sujet. Il réunit des délégations de plus de cent pays, représentants gouvernementaux, ONG, religieux, experts militaires et juridiques, associations humanitaires et membres de la société civile.

Seront présents 48 ministres des Affaires étrangères, mais aussi ceux qui étaient et continuent à être en première ligne : des victimes, des témoins et des acteurs sur le terrain, tel le gynécologue-obstétricien congolais Denis Mukwege, qui soigne les femmes violées en République démocratique du Congo (RDC).

Lire Plus =>