Étiquette : Groupe Révolution socialiste

Appel de Fort-de-France : en marche vers de nouvelles illusions ?

— Le n°262 de « Révolution Socialiste », journal du G.R.S. —

En fin de compte, les élu-e-s (majoritaires), signataires de l’Appel de Fort-de-France, affichent leur satisfaction. Ils ont vu le ministre de l’intérieur, son sousministre des colonies et Macron en personne. Des rencontres sont promises pour examiner tous les problèmes économiques, sociaux, culturels, politiques, institutionnels…, sous l’angle des rapports de la France avec ses colonies (pardon, ses « outremers » !).

Macron leur suggère même, de profiter de la perspective d’une révision de la constitution française envisagée pour fin 2023/début 2024, en liaison avec le processus ouvert en Kanaky. Ainsi la porte serait ouverte, pour des changements statutaires non bridés par le faux choix entre les fameux articles 73 et 74 de ladite constitution.

Ce bel ordonnancement pose en réalité, un double problème : d’abord, il repose sur une croyance dans la sagesse d’un colonialisme censé accepter de desserrer son étreinte par le simple jeu de conversations au sommet entre gens raisonnables.

→   Lire Plus

Les élu-e-s, le pouvoir, les masses

— Le n°261 de « Révolution Socialiste », journal du G.R.S. —

Y a t il quelque chose de nouveau sous les cieux coloniaux ? L« Appel de Fort-de-France », signé par les responsables des Collectivités des dernières colonies (ce qu’ils appellent « territoires ultramarins »), réclame au pouvoir une discussion sur les enjeux de la situation et les rapports entre la France et les pays en question.

Macron leur ayant proposé une rencontre dinatoire, les présidents des Collectivités de Martinique et de Guyane ont réclOKamé une « vraie réunion de travail », au lieu d’un dîner. Le mot de « négociation » est lancée, dans les médias il est vrai.

En Guyane, l’option autonomiste est clairement avancée par la majorité des forces politiques, en concertation avec les « forces vives » du territoire.

En Martinique, le congrès des élu-e-s poursuit ses travaux en promettant une consultation des organisations politiques et de la société civile. On serait donc devant l’ouverture d’un processus dont la durée n’est pas donnée d’avance. 

→   Lire Plus

Préfet et procureure contre l’éthéphon…

— — Le n°260 de « Révolution Socialiste », journal du G.R.S. —

Le communiqué commun du préfet nouveau et de la procureure sur l’utilisation d’un produit pour accélérer le mûrissement des bananes jaunes (ou donner l’apparence du mûrissement ??), fait du bruit. C’etait bien, on suppose, le but recherché !

Les services de l’État se déclarent mobilisés pour mettre fin à cet emploi illégal de l’éthephon et enquêter pour définir les responsabilités et punir les contrevenants.

 Des réflexions nous viennent à l’esprit.

 L’appât du gain est en cause, comme toujours. L’apparence de belles bananes bien jaunes et mûres comme il faut, est un argument de vente. D’ailleurs, si une petite « aide chimique » peut y contribuer sans qu’on sache le procédé utilisé, certains n’hésitent pas longtemps. D‘autres se disent très vite que si le voisin le fait… ( et pas besoin d’être béké quand on connait les difficultés de beaucoup d’agriculteurs et agricultrices.

 Nous condamnons ces pratiques dès lors que la santé est en jeu.

→   Lire Plus

Flashs sur un monde dans la tourmente

— Le n°259 de « Révolution Socialiste », journal du G.R.S. —

(2) L’espoir africain ?

Au Bénin, une statue géante honore désormais les Amazones, ces guerrières d’hier héroïquement debout face au colonisateur. Soixante ans après l’indépendance, cette statue fait le buzz et… s’ajoute aux symboles à la gloire du colon, encore présents dans le même pays.

Une fronde grandissante en Afrique, dénonce le franc C.F.A. qui, même rebaptisé, reste un instrument de contrôle et d’exploitation géré par le colonialisme français.

Le Mali chasse les troupes françaises et, les uns après les autres, les pays africains questionnent voire secouent la fameuse « Françafrique », nom de code du néocolonialisme français. L’un de ces moyens, c’est la diversification de leurs partenaires extérieurs.

En écho à ces nouvelles tendances, des fractions grandissantes de la jeunesse africaine dénoncent le néocolonialisme « occidental » et ses valets locaux.

Tous ces éléments sont positifs et contribuent, dans une nouvelle géopolitique, à un monde plus multipolaire.

Mais la géopolitique ne saurait remplacer… la politique tout court !

→   Lire Plus

Flashs sur un monde dans la tourmente

—  Le n°258 de « Révolution Socialiste », journal du G.R.S. —
(I) L’Amérique du centre et du sud

Cette Amérique, « Notre Amérique », pour parler comme le grand cubain José Marti, que la majorité des gens continue de baptiser « latine » alors qu’elle est autant indigène et afro descendante, entre dans une nouvelle phase de son histoire politique.

Une description traditionnelle de cette évolution, la résume à un basculement « à gauche » de cette partie du monde. On ajoute que ce basculement se réalise au grand dam des U.S.A. On liste alors, les président-e-s « de gauche » nouvellement élu-e-s (AMLO, Xiomara Castro, Pedro Castillo, Luis Arce, Alberto Hernandez, Gabriel Boric, Gustavo Petro) et on souligne l’échec retentissant subi par Biden, au récent Sommet des Amériques ; de plus, le boycott du président mexicainAMLO en abrégé – protestant contre l’exclusion de Cuba, du Venezuela, du Nicaragua a pris l’allure d’un camouflet pour lui, pour s’exclamer alléluia !

→   Lire Plus

Dossier sur les politique publiques face aux risques naturels majeurs chez nous

—  Le n°257 de « Révolution Socialiste », journal du G.R.S. —

« Avoir peur… Révélations… Secrets…Tabou… Cataclysme… Mensonges mortels… Catastrophe inéluctable… » Il faut surmonter la méfiance instinctive créée par cette avalanche racoleuse et lire la vingtaine de pages du dossier d’Eddy Marajo dans BUSINESS NEWS de juillet-aout 2022.

En cette ouverture de période cyclonique, l’auteur souligne opportunément que, parmi les 12 risques naturels et biologiques majeurs listés par les experts mandatés par les États de la Caraïbe, les principaux dangers menaçant notre zone sont plutôt dans la trilogie : séismes-volcans-tsunamis.

Les tsunamis sont les moins présents dans les craintes populaires, quoique liés aux deux précédents. Et pourtant, ils ne sont pas les moindres. Les cyclones n’ont jamais détruit la totalité d’une ville de notre région. Les volcans en ont anéanti deux ! Les géologues répètent depuis un certain temps, que nous devons nous attendre à de méga séismes plus terribles que celui qui a mis par terre Haïti, en laissant 300 000 de ses enfants sous les décombres. Ils savent et disent aussi, qu’une bonne vingtaine de volcans actifs nous menacent, parmi lesquels des volcans sous-marins, dont deux au large de Grenade et Sainte-Lucie, et un pas très loin de… Schœlcher.

→   Lire Plus

Le petit tour aux colonies antillaises de Jean-François Carenco, ministre délégué aux Outre-mer

—  Le n°256 de « Révolution Socialiste », journal du G.R.S. —

24h en Guadeloupe, 24h en Martinique. Jean-François Carenco, en coup de vent, était venu nous dire combien « la France aime les outremer» !

Quelques heures consacrées aux syndicats, histoire de jauger ceux à qui il aura affaire, vues les  attaques ciblées de la Macronie.

 Nous avons choisi pour l’occasion, de reproduire la déclaration de la C.D.M.T. envoyée à la presse. Elle fait un tour d’horizon des défis qui, en réalité, attendent le mouvement populaire.

La C.D.M.T. salue comme une courtoisie démocratique de bon aloi, l’invitation faite aux organisations syndicales à une rencontre avec J-F Carenco. Elle ne se fait cependant, aucune illusion sur la politique qui sera menée par un gouvernement dont la composition même évoque une manière de conseil d’administration du grand capital, sil n’est confronté à un très puissant mouvement social.

Un gouvernement, qui aurait à cœur de poser sérieusement les problèmes des couches laborieuses de la population, n’aurait aucun mal à définir une feuille de route.

→   Lire Plus

« Crachat et lutte de classes » & « Cyniques et indécents »

—  Le n°258 de « Révolution Socialiste », journal du G.R.S. —

CRACHAT ET LUTTE DE CLASSES

RCI nous apprend qu’à l’occasion d’une séance de signatures pour le livre qu’il à coécrit avec le militant afrodescendant Steeve Gadet, un « activiste » aurait craché sur le béké Emmanuel de Reynal. On sait que ce débat improbable entre les deux hommes, a réjoui ou choqué, suivant les points de vue. Parmi les mécontents, il y en a qui ont choisi l’invective virulente contre Steeve Gadet. L’activiste du jour a, lui, visé physiquement de Reynal.

Pendant ce temps, les élu-e-s réuni-e-s en congrès, lancent un débat d’où elles et surtout ils, espèrent tirer un ou des plans « pour la Martinique », pour le plus grand bien « de tous les Martiniquais ». Et comme il se doit pour une si généreuse intention, les premiers pas de ce nouveau départ sont salués par une unanimité de bon aloi. On se croirait en plein « Gran Sanblé pou ba péyi a an chans » des débuts !

→   Lire Plus

Salaires, Prix & Profit

 Le n°255 de « Révolution Socialiste », journal du G.R.S. —
Le titre de cet article n’est pas seulement un clin d’œil au petit ouvrage de Karl Marx. (on ne saurait trop en recommander la (re) lecture). C’est aussi l’indication des trois notions liées, dont l’examen est indispensable si l’on veut s’orienter dans le débat actuel sur la vie chère, et les moyens de la réformer. Ce débat, en effet, ne peut faire abstraction de la division en classes sociales de la société.

Tout récemment, un intellectuel engagé dans le débat économique et social, a proposé une trouvaille : on supprimerait l’abattement de 30% du revenu imposable dont bénéficient les contribuables, et on consacrerait ce supplément de recettes fiscales encaissé au financement de paniers repas de produits agricoles locaux au bénéfice des défavorisés.

 Ainsi, on réaliserait le transfert d’un avantage des classes moyennes vers les plus pauvres. Quand on lui demande ce que mettraient de leur côté dans le pot, les grosses fortunes des colonies, déjà fort allégées en matière d’impôts, il répond que « la révolution sociale » n’est pas à l’ordre du jour !

→   Lire Plus

Pour la mobilisation contre le chlordécone : un sursis à mettre à profit !

 Le n°253 de « Révolution Socialiste », journal du G.R.S. —

Dans sa conférence de presse de retour au pays, le trio de nouveaux députés partis ensemble (Nadeau, Nilor, William) a signalé les 3 sujets qu’ils ont tenu à évoquer en urgence, avec les ministères parisiens : les sargasses, les nominations de professeurs loin du pays, la nécessaire réintégration des personnels non vaccinés. Trois sujets urgents, et on ne peut plus légitimes.

Ils n’ont rien dit d’un quatrième tout aussi réel, et qu’une pancarte leur rappelait le jour de leur départ : notre empoisonnement au chlordécone, le risque du nonlieu ! Ontils pensé que « la séparation des pouvoirs » les privait d’interlocuteur ? que le sujet est trop lourd et trop ancien pour donner lieu à une évocation sur un coin de table ? Ils nous diront sans doute ! Toutefois, une chose est sûre : la « réparation » de la catastrophe chlordécone restera au niveau des « miettes » (Letchimy), si la population n’augmente pas la pression et si tout le personnel politique digne ne s’y met pas !

→   Lire Plus

Martinique post-électorale : Le retour de la politique ?

— Communiqué de «Révolution Socialiste» le journal du GRS —

Bien que les trois quarts du corps électoral aient ignoré les urnes, battant à nouveau les records d’abstention, les gislatives en Martinique amènent une nouvelle donne politique.

Depuis une date que peu de gens situent avec précision, la vie politique dans notre pays est stérilisée par une guerre de religions insipide entre P.P.M. et M.I.M., ou si on préfère entre Marie-Jeannistes et Letchimystes : disparition de tout débat politique hors des questions de gestion, alignement de toutes les composantes de chaque camp sur la position de chaque chef, examen de toutes les questions taraudant la vie quotidienne, non pas sous l’éclairage des idées mais à travers le prisme de la concordance avec la position du clan, et les intérêts de boutiques électorales.

Cette situation était le fruit de la combinaison de deux choses : un système électoral non démocratique (absence de proportionnelle intégrale) et de l’opportunisme évident d’une bonne partie du personnel politique.

→   Lire Plus

Mieux que des coups de gueule, s’organiser

— Par Max Dorléans ( GRS) —

Dès le début de la grève du 22 novembre dernier, et surtout depuis qu’ont fleuri aussitôt des barrages sur toute la Martinique, on a entendu toutes sortes de commentaires. Sur la grève comme sur les barrages.

Si évidemment nous entendons en général les coups de gueule concernant les incivilités de nature variée, les dénonciations relatives aux carences et/ou dysfonctionnements des diverses institutions, services publics…, n’en rester qu’à ce niveau, c’est ne pas s’aider soi-même à résoudre sérieusement les choses dénoncées. Ça vaut pour les incivilités et autres, comme pour les coups de gueule proférés récemment à l’encontre de beaucoup de barrages, et précisément les exactions et autres violences à l’endroit de la population qui s’y sont déroulées.

Aussi, si comme nous l’avons par ailleurs écrit, nous nous opposons aux exactions et violences faites à cette occasion – dont il faut saisir la racine – il reste que sur la grève, sur la faible mobilisation du monde des salarié/es, beaucoup de ceux qui vocifèrent, sur les médias comme ailleurs, devraient s’interroger sur eux-mêmes, sur leur propre responsabilité (et irresponsabilité), plutôt que constamment vouer aux gémonies, critiquer allègrement et sans recul, l’intersyndicale, sa direction, et ce que certain/es ont appelé ses faiblesses, voire pire….

→   Lire Plus

Mobilisation contre les mesures Macron : contre l’obligation vaccinale et le pass sanitaire, sur nos propres bases !

Le journal « Révolution socialiste », du G.R.S., nous parvient maintenant. en version texte. Voici le n° 211 du 26 juillet 2021

Ce que nous avons écrit ici-même est devenu un lieu commun. La défiance à l’égard de la macronie, plus forte encore dans les colonies que dans leur métropole, est un des problèmes créés par le pouvoir lui-même. Le système présidentiel qui ramène tout à l’Exécutif, à son chef et donc qui cristallise et personnifie les oppositions, ne fait qu’accentuer les choses.

L’outrance verbale est souvent l’indice d’une défaite de la pensée. Elle va souvent avec les simplifications abusives et la substitution de l’émotionnel au rationnel. La répétition en cœur de l’expression «dictature sanitaire» mérite à cet égard d’être interrogée. Si c’est une «dictature » il vaudrait mieux dire qu’elle est anti-sanitaire ! Car qu’y a t il de sanitaire dans la gestion de la crise par Macron ? Les mensonges du début, comme la volonté de passer en force aujourd’hui, vont clairement à l’encontre de l’impératif sanitaire. . Nous avons souhaité depuis longtemps que l’exigence sanitaire fut moins facultative du côté du pouvoir !

→   Lire Plus

La défaite du pouvoir est possible ! Imposons la et poursuivons la lutte !

Le journal « Révolution socialiste », du G.R.S., nous parvient aussi en version texte maintenant. Voici le n° 210 du 19 juillet 2021

La montée en puissance de la protestation populaire aux mesures Macron, par sa rapidité et son extension, prend racine dans une indignation et une colère profondes. On doit se souvenir d’une phrase prémonitoire prononcée par le prince lui même. Il disait en fin 2020, qu’il pourrait être amené à ne pas pouvoir se présenter en 2022, du fait de mesures extrêmes qu’il pourrait être amené à prendre en 2021. Nous y sommes ! La simultanéité des mobilisations dans tous les territoires est d’autant plus symptomatique qu’on ne peut pas parler de coordination. La nécessité de celle-ci n’en est pas moins évidente. La précipitation vers les vaccins dont la presse nous rabat les oreilles, relève plus de calculs utilitaires que de conviction réelle dans le bien-fondé d’une vaccination qui est devenue plus suspecte par le fait même du chef d’orchestre et de ses méthodes. Beaucoup se vaccinent et manifestent !
Toutes sortes d’idéologies se croisent dans la mobilisation en cours de construction.

→   Lire Plus

Pas d’envers « racisme anti-blanc » au racisme anti-noirs.

— Par Max Dorléans du GRS —

Une polémique s’est récemment développée en France à partir de propos tenus par l’ex-footballeur professionnel Lilian Thuram sur la question du racisme anti-noirs et anti-arabes. Racisme anti-noirs et anti-arabes, sont-ils le symétrique de ce que certains nomment « racisme anti-blancs » ?

La chose est bien connue chez nous. Il suffit qu’un martiniquais (noir), pointe par exemple, en réunion de travail (surtout dans une réunion de direction et de cadres d’administration ou d’entreprises où l’immense majorité des présents sont blancs (métropolitains ou békés) – un problème particulier de vision du quotidien, ou porte une appréciation identitaire et/ou historique (colonialisme, question béké et rapport de classe et d’inégalités sociales, énoncé d’un comportement ou discours méprisant, arrogant ou condescendant d’un chef blanc…) pour expliquer une situation ou un phénomène, pour se voir aussitôt taxer d’« anti-blanc », de raciste primaire, de révolutionnaire ou d’anticolonialiste, de xénophobe, quand bien même il s’agirait d’un vrai partisan du système en place, d’un démocrate ou d’un humaniste sincère et clairvoyant .

Ainsi, dans le monde d’aujourd’hui, dans la France et l’Europe actuelles, évoquer en étant soi-même noir ou arabe, le racisme anti-noirs et anti-arabes, conduit presque inévitablement sinon fatalement, à se voir taxer par certains blancs, de « raciste anti-blanc », d’écorché vif et complexé, de frileux, d’ultra susceptible, dès lors qu’il est fait état ou dénoncé un racisme et des pratiques racistes bien réels, à l’origine de vraies souffrances, de vraies douleurs et de réels complexes.

→   Lire Plus

Lettre aux lauréat-e-s récompensé-e-s et aux adultes pensant-e-s

— Par Philippe Pierre-Charles, Groupe Révolution Socialiste. 
Avec presque la larme à l’œil, dans une atmosphère ruisselant de bons sentiments, les élites politiques, économiques voire intellectuelles (cela va parfois ensemble !) multiplient les scènes de congratulations, ébahies de vos prouesses scolaires sous les flashs d’une presse aux anges, trop heureuse de montrer qu’à côté, voire à l’opposé, d’une poignée de délinquant-e-s dangereux/ses, il y a celles et ceux, en nombre, qui travaillent, réussissent et représentent l’espoir. Comme quoi, les choses ne vont pas si mal que çà …

Sans vouloir jouer les gâcheurs professionnels de fête, l’envie me prend de vous parler à hauteur du sérieux et de l’intelligence dont vous venez de faire preuve en réussissant brillamment vos examens.
D’abord pour vous avouer que la joie que j’éprouve pour vos succès prometteurs n’égale pas l’inquiétude que je partage avec beaucoup pour des générations entières dont vous n’êtes que l’écume florissante. Il y a quelques jours un million de jeunes lycéen-ne-s et collégien-ne-s dans le monde ont fait la grève des cours et ont pris les rues pour clamer : quel avenir nous réclame-t-on de préparer quand dans le même temps la destruction de l’espèce humaine (parmi des milliards d’autres !)

→   Lire Plus

Pour un service de transport de passagers public et gratuit

— Par Max Dorléans (Groupe Révolution Socialiste)

Dans une tribune datant de quelques bonnes années (Service public ou délégation de service public !), nous exprimions clairement à la fois notre opposition à la délégation de service public passée entre la Région dirigée par S. Letchimy et une société privée de transport maritime, et notre parti-pris total au service public, dans le transport comme ailleurs.

Voir  la vidéo ci-dessous : Est-ce une bonne chose de rendre les transports gratuits ?

Nous indiquions fondamentalement que la bataille pour la défense, l’amélioration et l’extension des services publics en général, avait à voir avec une certaine idée de la société martiniquaise que nous voulons construire. Une Martinique où « un certain nombre de besoins sociaux essentiels pour la population doivent être satisfaits en dehors de toute logique de profit. ».

Aujourd’hui, cette problématique non seulement garde toute son actualité, mais est de surcroit renforcée sous les coups de boutoir des années supplémentaires de politiques libérales à haute teneur, avec Sarkozy, Hollande, et Macron, ultime et grand maître en matière de libéralisme à tout crin.

→   Lire Plus

Elections présidentielles et Cie :ou « Qu’est-ce que la politique ? »

— Par Philippe Pierre-Charles pour le « Groupe Révolution Socialiste » — 
Pour une militante ou un militant politique digne de ce nom, la politique c’est le combat pour l’amélioration du sort du plus grand nombre au bénéfice des générations d’aujourd’hui et de demain. Pour une politicienne ou un politicien, la politique se réduit aux élections. Mais il y a pire : pour ce beau monde les élections n’auraient rien à voir avec la lutte des classes qui d’ailleurs n’existerait plus depuis le dix neuvième siècle !
Ainsi se trouveraient évacuées toutes les questions concernant la façon dont le petit peuple gagne sa vie, sa situation matérielle et morale. Or, en évacuant tout cela d’un revers de main aristocratique, que reste-t-il ? il reste les phrases creuses, les promesses démagogiques, le combat des égos, la lutte des places. Trop souvent le spectacle des empoignades pour ambitions personnelles ou politiciennes envahit tout l’espace, entrainant avec lui le dégout pour la chose politique. Mais dans les périodes de crise politique comme celle que vit en ce moment la France (et de façon moins spectaculaire, la Martinique), rien ne peut plus être caché sous les tapis.

→   Lire Plus

CMT : une nouvelle période politique?

— Déclaration du Groupe Révolution Socialiste —

rubiconIl y a celles et ceux qui voient dans le changement de majorité dans la direction des affaires martiniquaises une « véritable libération », une « ère nouvelle », etc. L’avenir ne tardera pas à montrer l’outrance du propos. Mais en ce qui concerne l’autre nouveauté de la période, à savoir l’alliance Marie-Jeanne/Monplaisir, les mêmes commentateurs se divisent en deux: celles et ceux qui y voient une transformation importante inaugurant  une coopération profonde, durable, riche de promesses ; et celles et ceux pour qui cette simple manœuvre électorale ne modifiera en rien la ligne des « Patriotes ».
En réalité nous avons affaire là, à une accentuation assez radicale d’une tendance largement présente dans les orientations marijeannistes. Du fameux « blan douvan/blan dèyè » qui a prolongé le pouvoir RPR d’Émile Maurice en 1989, jusqu’à l’alliance avec Pierre Petit, il y un fil conducteur d’alliance avec telle ou telle fraction de la droite. L’incorporation ici ou là d’un ou d’une politicienne de droite dans telle ou telle liste « patriotique » avait valeur de confirmation.

→   Lire Plus

Réagir droit dans ses bottes !

— Déclaration du Groupe Révolution Socialiste —

Ce deuxième tour des élections à la Collectivité territoriale de Martinique accouche d’un véritable séisme politique.
L’histoire politique de la Martinique tant ancienne sur un siècle et demi que récente sur les vingt-septièmes dernières années a connu, tant des partis de la gauche classique que de groupes dits patriotes, des rapprochements de la mangouste et du serpent. Cependant aujourd’hui, sur deux orientations politiques se disant radicalement et viscéralement opposées, nous voyons, pour la première fois entre deux tours d’élection, la mise en place d’une coalition inattendue.
Les griefs avancés par ces surprenants et nouveaux alliés, sont ceux faits à un président de région sortant qui couvre les évidentes casseroles de quelques-uns de ses élus et s’accommode de la sortie de propos grossiers de ses plus expansifs porte-paroles. Cela est rigoureusement condamnable et totalement inacceptable mais les casseroles et les outrances verbales sont bien présentes aussi dans le camp adverse. Les autres sur ce sujet ne manquent pas de leur faire des « retour à l’envoyeur » sur l’air « nous sommes pareils, malgré nos chamailleries ».

→   Lire Plus

TCSP : un leurre incommensurable

par Max Dorléans, Groupe Révolution socialiste (GRS)

Avec la reprise ces mois passés des travaux concernant l’aménagement du TSCP (Transport en commun en site propre), on entend de nouveau un discours sur l’amélioration du cadre de vie de la population que va constituer le fameux TCSP. En effet, par le biais de Thierry Fondelot, l’actuelle Région reprend à son compte, le même laïus que celui tenu par la précédente Région initiatrice de ce projet, pour le légitimer. Il est vrai, que sur cette question, aucun désaccord de fond n’existait entre les différentes composantes politiques de la Région d’hier (MIM/CNCP, PPM, Batir, RDM, Modemas…).
Et pourtant, contrairement aux affirmations des uns et des autres, le TCSP en tant que tel n’apportera pas le mieux-être indiqué à la population.

→   Lire Plus