Tag Archive for Florent Grabin

Passer de l’Odyssi à l’Eaudela

— Par Florent Grabin de l’Association écologique Puma —

Dans les années 80, nous avons, avec Pierre DAVIDAS, dénoncé publiquement la situation de l’Eau en Martinique, dans l’association écologique A.P.P.E.L.S, tout a été dit, malheureusement nos prévisions nous rattrapent aujourd’hui, la population est excédée par les très nombreuses coupures dans la distribution de l’Eau.

À la demande de différents usagers de ce précieux et indispensable produit, nous allons vous livrer des éléments qui vous permettront de sortir de la logique de ces très nombreux récupérateurs qui perturbent l’information sur les problèmes de l’Eau.

La réserve de notre Eau se trouve majoritairement dans le Grand Nord de la Martinique, elle est principalement captée sur la Rivière la Capote au Lorrain, puis lavée dans l’usine de production de Vivé, enfin avant d’être mise dans le réseau de distribution elle reçoit une charge de chlore comme désinfectant ; à ce propos nous avons pendant des années combattu cette formule, pour enfin obtenir une chloration intermédiaire durant le transport jusqu’à Saint Anne.

Le 5 avril 2009, il y a eu un déboîtement sur la canalisation en fonte de 800 mm de diamètre, constituant la branche maîtresse Nord-Atlantique d’adduction d’eau potable de l’usine de Vivé, passant sur la propriété de Bernard BALLY à Séguineau au Lorrain ; la fuite pendant plus de 10 heures de 15000 m3 d’eau a engendré un glissement de terrain concernant au départ 2.5 ha de terres agricoles dévastées ; à ce jour, soit 10 ans après, la réparation reste toujours en suspens.

Lire Plus =>

Où est passée la Conscience ?

Bromates et pesticides dans l’eau du robinet!

— Association écologique P.UM.A. —

Lorsque dans les années 80, nous avons, avec Pierre DAVIDAS, dénoncé publiquement les méfaits des organochlorés dont la chlordécone, dans l’association écologique APPELS, nous avons eu droit à tous les noms d’oiseaux et lors de nos visites sur le terrain, il y avait toujours un comité d’accueil qu’il fallait calmer avant de convaincre sur le danger de l’utilisation de ces produits chimiques.

Dans le même temps, au sein des différents services de l’État, des spécialistes de la manipulation se sont servis des très nombreux bavards ignares locaux, pour diffuser des contre-vérités scientifiques afin de nous discréditer.

En termes de pollution de l’Eau de boisson et de baignade, il y a eu plusieurs séquences :

– Le non-respect de la loi no 92-3 du 3 janvier 1992 dite loi sur l’Eau, nous a obligé à dénoncer la qualité de l’eau au robinet.

– La DDASS produit le bilan 1994 de la qualité des eaux de distribution en Martinique à la suite de notre dénonciation de la surchloration liée à la présence de bactéries et des matières fécales dans l’eau.

Lire Plus =>

P.U.M.A. interpelle Francis Carole sur son silence!

— Par Florent Grabin, Pésident de l’Assopuma —

Bonjour Monsieur Francis CAROLE,

Nous sommes surpris par votre silence assourdissant sur ce scandale des différentes pathologies lourdes générées à terme par l’Eau du robinet, d’autant qu’il y a une aggravation de la situation du fait de la casse de Séguineau au Lorrain.

Il vous faut savoir que cette réparation est faisable dans le cadre d’un marché existant, donc démarrable sans délai et avec des fournitures, déjà sur place depuis 10 ans, donc sans délai de commande et livraison, sur moins de 100 m, soit 3 mois au plus au total ; contre 20 fois plus de travaux à commander après délais d’étude détaillée :

Dossier autorisation loi sur l’eau et d’utilisation d’emprises publiques, enquêtes publiques, appel d’offres européen, commande et livraison de pièces spéciales de tuyauterie normalisées en Europe de l’Est ou Turquie ou ailleurs, puis pose par une entreprise non martiniquaise, désinfection et essais, soit un délai minimal de 3 ans si tout se déroule sans surprise.

Nous vous rappelons que près d’une fois par semaine, on coupe 2 jours l’alimentation actuelle en Eau qui délivre la moitié du débit normalement nécessaire, pour réparer une des 3 canalisations souples provisoires (durée de vie calée à 6 mois) qui perdurent au-delà de leur durée d’exploitation depuis plus de 10 ans ; donc en moyenne 14 000 m3/j au lieu de 34 000 m3/j, donc sans possibilité de remplir les réservoirs, ceci en période de sécheresse.

Lire Plus =>

Les réparations au quartier Séguineau en questions

— Par Florent Grabin, Président de P.U.M.A. —

Les travaux de réparation de la principale canalisation de transport d’eau de boisson de la Martinique, se trouvant au quartier Séguineau au Lorrain posent de nombreuses questions :

– Quand l’intérêt du consommateur sera-t-il pris en compte ?
– Quand va-t-on arrêter cette méthode de déconstruction des décisions politiques des prédécesseurs lors des alternances ?
– Quand va-t-on prendre en compte les règles de l’art qui s’imposent pour la réparation de cette canalisation ?
– Quand le pouvoir décisionnel va-t-il prendre en compte l’existence d’une possibilité technique pour réparer cette tuyauterie sur les 83 mètres pour un coût nettement moindre que ce qui est actuellement projeté ?
– Quel est l’intérêt financier, technique, qui pousse à détourner cette réparation sur deux kilomètres de trajet ?
– Pourquoi ne pas respecter les deniers publics ?
– Quand va-t-on vouloir respecter le débat contradictoire, technique et environnemental sur la modernisation du réseau d’eau ?
– Quand la CTM va-t-elle sortir de ce conciliabule engagé entre ses représentants et sa direction politique ?

Lire Plus =>

L’Eau peine à arriver au robinet…

— Par Florent Grabin, Président de P.U.M.A. —

Sous décision préfectorale du 18 mars 2019, portant la Martinique en zone d’alerte sécheresse et limitant les usages de l’eau, en vue de la préservation de la ressource, nous avons immédiatement réagi en saisissant Monsieur le Préfet sur le risque sanitaire et aussi sur l’une des raisons à l’origine de cette situation. Si cette décision présente un intérêt écologique, il n’a pas été pris en compte l’étranglement du réseau de transport de 800 cm de diamètre, au quartier Séguineau au Lorrain, qui ne laisse passer que 17 500 m3 jour, avec tous les problèmes collatéraux.
En effet, en avril 2009, ce plus important tuyau d’eau transportant 35 000 m3 d’eau /jour, produite à l’usine de Vivé au Lorrain s’est desemboîtée, afin d’éviter tout retard de réparation du fait des contraintes des procédures, constatant que l’exploitant, la SMDS ne pouvant pas faire face, la SME s’est immédiatement engagée à faire rentrer des tuyaux par avion spécialement affrété pour l’occasion, pour une valeur de 150 000 € environ ; c’est ainsi que les spécialistes de ce type d’installation sont venus sur place pour installer ce raccordement provisoire, prévu pour six mois.

Lire Plus =>

Pesticides : passer du discours aux actes!

— Par Florent Grabin Président de P.U.M.A.

Lettre ouverte à Monsieur le Directeur général de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail,

La Préfecture nous a informés de votre venue en Martinique et de votre participation au COPIL du 1er juillet 2019, c’est avec le plus grand intérêt que nous souhaitons avoir votre regard sur la pollution chimique aux pesticides.

C’est avec insistance que nous persistons à ne pas être caution de la logique de l’Etat qui consiste à ne travailler que sur la molécule Chlordécone, sans tenir compte des autres pesticides organochlorés, qui sont présents dans la nourriture importée ou produite localement, sans occulter la molécule Glyphosate qui représente 41,5% de la préparation Roundup Pro 360 et en constitue la substance active, tandis que le composé d’ammonium quaternaire en représente 9,5%.

Dans le même temps, l’annexe VI du règlement n°1272/2008 classe la Glyphosate dans la catégorie H411 « toxique pour les organismes aquatiques – Entraîne des effets néfastes à long terme. » et la fiche de sécurité du Roundup Pro 360 indique que le composé d’ammonium quaternaire a une « toxicité chronique aquatique ».

Lire Plus =>

Résistons à la tromperie

— Par Florent Grabin, Président de l’Association P.U.M.A.

Nous parlons de la ‘’Chlordécone’’ en Martinique depuis 61 ans déjà, pour certains c’était l’un des meilleurs produits connus pour traiter les maladies tropicales de notre production agricole ; on avait donc en main l’arme qu’il fallait pour faire reculer la forêt et avancer la culture afin d’alimenter la planète.

Il y a un HOMME que nous tenons à saluer c’est Pierre DAVIDAS qui nous a quittés en 1999 et c’est avec réalisme que nous constatons que cet HOMME avait eu raison de nous entraîner dans la dénonciation de l’ensemble des produits chimiques de synthèse utilisés dans la production de notre alimentation. Malheureusement, il a été combattu par ceux-là même qui s’étaient servis de lui pour se faire élire par ici, ou exister par là, en pratiquant la récupération afin d’imposer l’écologie de la peur.

Quarante-cinq ans après, nous constatons avec amertume, que la manipulation reste de mise et que le mensonge par omission a prise sur ceux qui se servent de leur notoriété ou de leurs titres pour tromper notre population.

Lire Plus =>

L’Eau à tout prix…

— Par Florent Grabin de l’Asso PUMA —

L’Eau, ce ‘’don du ciel’’, est un élément indispensable à la vie, bizarrement très méconnu par le grand public. Pour certains, elle doit être livrée gratuitement au consommateur, pour d’autres, cette livraison au robinet est trop chère. Ce qu’il faut retenir c’est que la production de l’Eau est un MÉTIER, et nécessite un service qui évidemment se paye.

En Martinique, la ressource en Eau provient principalement des rivières du Grand Nord, puis elle est captée pour être ‘’lavée’’ de tout ce qu’elle aura charrié sur son passage (alluvions, polluants de tous ordres, oligo-éléments, et bien d’autres composants…).

Ce qui est assez curieux, c’est que les périmètres de sécurité des captages ne sont pas, à ce jour, mis en place comme l’exige la loi sur l’eau.

Le prix de l’eau.

Dire que le prix de l’eau est plus élevé en Martinique qu’en France hexagonale, relève de la plus grande farce, d’autant plus que l’on fait comprendre à la population que c’est le Fermier (entreprise chargée de la production d’eau du robinet) qui fixe et module le tarif, ce qui est entièrement faux ; cependant il n’est pas tenu compte de la configuration topographique de notre territoire très vallonné qui impose un pompage électrique pour remplir les réservoirs avant la distribution, contrairement au niveau national qui fonctionne majoritairement par gravité.

Lire Plus =>

Réchauffement climatique, où en est-on ?

— Par Florent Grabin, pour l’association écologique P.U.M.A. —

Nous avons relevé dans la revue FUTURA PLANETE que selon Météo France, la température moyenne enregistrée en France en 2018 est de 13,9 °C, un record absolu pour notre pays. Au niveau mondial, la situation ne semble pas bien meilleure. Le Copernicus Climate Change Service (le programme d’observation de la Terre de l’Union européenne) annonce en effet une température moyenne sur l’année de 14,7 °C. C’est seulement 0,2 °C de moins qu’en 2016, l’année la plus chaude jamais enregistrée. C’est aussi plus de 0,4 °C de plus que la moyenne sur la période 1981-2010. Cela place 2018 en 4e position au palmarès des années les plus chaudes jamais enregistrées dans le monde.

Concernant la Martinique où en est-on ? Nous sommes en attente des chiffres.

Les conséquences d’un réchauffement climatique pour la planète.

Plusieurs conséquences possibles qui font l’objet d’un consensus scientifique, certaines ont déjà pu être observées, dont la fonte des glaces de la banquise arctique qui a enregistré des fontes record en 2016.

Lire Plus =>

Les vœux de P.U.M.A.

Bonjour à toutes et tous, et bienvenue à cette année 2019 qui commence.

Nous voulons profiter de ce moment pour remercier chaleureusement chacune et chacun d’entre vous, pour avoir participé aux actions de P.U.M.A. Cette année encore, vous avez contribué à faire progresser les consciences sur les dangers des pesticides et autres produits chimiques toxiques et sur la possibilité de développer des alternatives à leur utilisation. Grâce au réalisme des producteurs de bananes le retrait massif de certains pesticides à permis le retour de notre biodiversité.

Grâce à vous,  à votre générosité, traduite par un soutien financier, par un engagement bénévole à nos côtés, par des encouragements écrits ou oraux, par la diffusion de nos actions à votre réseau, etc., grâce à tous ces gestes quotidiens, qui témoignent de votre confiance en notre association, vous avez renforcé la conviction qui est la nôtre, de ne jamais baisser les bras, ni même la tête face à l’adversité.

Vous êtes exigeants, en attente de résultats et vous avez raison, car il y a urgence, mais vous êtes aussi positifs, de bons conseils, pertinents, engagés, pour faire face à la complexité de nos pathologies environnementales.

Lire Plus =>

Chlordécone… un mensonge d’État!

— Par l’association écologique PUMA —

Ce qu’il est bon à savoir : La prostate est une glande de l’appareil reproducteur masculin, elle est située tout juste sous la vessie et, comme un anneau, elle entoure l’urètre, ce canal par lequel l’urine et le sperme sortent à l’extérieur du corps. Le rôle de la prostate est de produire le liquide prostatique, un des composants du sperme avec le liquide séminal et les spermatozoïdes, de stocker temporairement le sperme avant l’éjaculation, puis de se contracter au moment de l’éjaculation, participant ainsi à l’expulsion du sperme.

Les expositions professionnelles aux pesticides suggèrent leur implication en tant que perturbateurs endocriniens dans certains cancers, dont celui de la prostate. Parmi ces pesticides il y a la chlordécone, (classé ‘’cancérogène possible’’ par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) qui est associée à un risque augmenté de cancer de la prostate.

Voilà un pesticide qui est un organochloré comme bien d’autres, que nous avons utilisés tant dans la production agricole locale que nationale et qui fait l’objet d’un délire sans précédent, le tout teinté de mensonges les plus éhontés.

Lire Plus =>

L’Eau pose-t-elle problème ?

— Par Florent Grabin, président de l’Association écologique P.U.M.A. —

Nous poursuivons nos travaux afin de faire de la Martinique un pôle d’excellence écologique, pour y parvenir, nous considérons qu’il est impératif d’associer, économie, environnement et santé ; dans ce but, notre priorité doit être de changer nos comportements. Les dégâts sanitaires causés par l’ingestion des pesticides se trouvant dans la nourriture et l’Eau du robinet sont particulièrement préoccupants.

Pour information : selon les différents scientifiques qui accompagnent P.U.M.A. les molécules de pesticides ont un rôle fondamental dans les études sur les différents cancers qui touchent notre population ; ces molécules doivent être dosées dans le sang et la graisse pour prévenir et diminuer les facteurs de risques.

Ce n’est pas incompatible ni contradictoire avec la toxicogénomique, car en mettant les cellules humaines dans des puces à ADN, on démontre dans les trois mois, la perturbation des gènes ainsi que celle de leurs voies métaboliques ; les molécules particulièrement toxiques et dangereuses pour l’être humain interviennent aussi dans les domaines cancérologiques immunitaires, les maladies neurodégénératives circulatoires, ostéo-articulaires et cutanées.

Lire Plus =>

À propos de la posture « indépendantiste » dans la gestion des pesticides

Lettre ouverte de l’ASSOPUMA au Préfet

Monsieur le Préfet,
 
Nous venons par la présente vous informer que notre association ne prendra pas part à la réunion du GREPHY, du 25 Avril 2018 en l’état actuel de son entêtement à vouloir poursuivre ses travaux sur une seule molécule, ce qui est contraire aux États généraux de l’alimentation (EGA), qui ont permis au gouvernement, de proposer un projet de loi (n° 627) relatif à  »l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable ». 
C’est forts de ce projet de loi que nous avons interpellé les élu(e)s de notre Territoire, particulièrement nos parlementaires, dans une lettre ouverte, pour espérer une évolution intéressante de ce texte, notamment sur la question des pesticides.
Nous nous permettons de vous faire savoir que nous avons toujours rencontré de fortes oppositions lorsque, avec feu Pierre DAVIDAS, nous avons tout fait pour dénoncer l’utilisation des organochlorés en agriculture. Malheureusement, ce sont ces mêmes groupuscules qui, avec la complicité de certaines personnes de vos services, manipulent l’opinion publique en ne parlant que de la seule molécule chlordécone.

Lire Plus =>

Résidus de pesticides : lettre ouverte à nos parlementaires

Par Florent Grabin, PUMA

Au moment où le gouvernement a présenté le 18 janvier 2018 le projet de futur  »PLAN PESTICIDES », (dont la date limite de dépôt des propositions est fixée au 30 mars 2018), nous remarquons qu’aucune communication n’a été faite à ce sujet par les Services de l’État, contrairement à la surmédiatisation sur la molécule Chlordécone, savamment orchestrée en Martinique par nos médias.

Cette manipulation de l’opinion publique, n’est pas recevable et ne peut pas se poursuivre ; d’autant plus qu’au niveau national nous notons dans la Priorité 1 du plan pesticides :  »Il est nécessaire d’interdire rapidement l’usage de tous les pesticides de synthèse dont les substances actives sont les plus préoccupantes pour la santé et l’environnement les cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques certains, probables ou possibles ainsi que perturbateurs endocriniens avérés ou suspectés ».

Depuis des années nous vous interpellons sur l’urgence de diminuer très rapidement l’utilisation des substances les plus préoccupantes pour la santé et l’environnement, que nous retrouvons dans l’eau du robinet dans certaines zones de notre département.

Lire Plus =>

Quand la bêtise durable s’installe dans notre île.

— Pa Florent Frabin, Président de l’Asso PUMA —

Décidément, durant encore combien de temps la Martinique restera-t-elle victime de ses enfants, particulièrement de ceux qui nous dirigent. Parfois nous nous interrogeons sur la motivation de ceux qui acceptent d’expérimenter chez nous, des solutions qui n’ont aucun retour d’expérience.

C’est ainsi que nous découvrons le projet NEMO qui est une centrale de production électrique en mer sur laquelle il est très difficile, voire impossible, d’obtenir tous les détails techniques, dans le but de comprendre où et comment peut survenir un éventuel danger.

L’élément le plus important, qui a retenu toute notre attention, c’est la présence massive dans cette installation, d’ammoniaque, servant à produire l’électricité ; là, ça devient très inquiétant.

Les solutions commerciales d’ammoniaque sont concentrées et très dangereuses. Une exposition brutale à l’ammoniaque par inhalation, par ingestion ou par contact sur la peau ou les yeux peut occasionner différentes pathologies.

Si d’aventure le projet NEMO nous fait défaut, soit au lancement, ou pendant sa période d’essais, qu’a-t-on prévu pour son démantèlement ?

Lire Plus =>

Au-delà du discours : Que fait-on ?

— Par Florent Grabin président de PUMA —

C’est avec un très grand intérêt que nous avons suivi la plénière du vendredi 9 février 2018, se tenant à la Collectivité Territoriale de Martinique, (CTM), où Monsieur le Préfet a débattu avec les élus de cette collectivité sur la question de la Chlordécone. C’est un fait inédit que nous saluons très fortement, en espérant que l’épilogue de cette controverse ne tarde pas trop .

Nous remercions l’État d’avoir fait le choix de mener la recherche, avec des scientifiques indépendants, ce qui permettra de se fixer sur les orientations de la détoxification de tout ce qui est vivant sur notre territoire.

Nous avons noté que pour certains, il y a encore du travail à faire pour arriver à la bonne compréhension de ce dossier, d’autres nourrissent un grand espoir de voir une profusion de condamnations dans nos deux îles, mais ils sont dans l’incapacité de dire sur quelle base scientifique et juridique.

Nous, P.U.M.A., poursuivons notre stratégie pour qu’à terme la Martinique devienne un pôle d’excellence écologique, à charge pour nos dirigeants de mettre en place les outils pour atteindre cet objectif.

Lire Plus =>

Que peut-on manger ?

— Par Florent Grabin, pour l’association écologique P.U.M.A.

Un pesticide est une substance chimique utilisée pour lutter contre des organismes considérés comme nuisibles. C’est un terme générique qui rassemble les insecticides, les fongicides, les herbicides, les parasiticides. Ils s’attaquent respectivement aux insectes ravageurs, aux champignons, aux  »mauvaises herbes  » et aux vers parasites.  »cf wikipedia »

Ces pesticides se retrouvent dans les produits agricoles et ont des Limites Maximales Réglementaires (LMR) qui sont fixées sur le respect des bonnes pratiques agricoles et garantissent la sécurité des consommateurs. La teneur en résidus de pesticides dans les produits est règlementée au niveau européen (règlement 396/2005 et ses annexes : règlement 178/2006, règlement 149/2008 et modifications). Ces règlements concernent à la fois les denrées alimentaires (alimentation humaine) et les aliments pour animaux.

De très grosses sommes d’argent circulent dans la production de ces pesticides qui suscitent de nombreuses polémiques débattues à l’échelle internationale, ainsi que des controverses scientifiques. Les enjeux économiques, politiques, sociaux et environnementaux, voire moraux, étant majeurs, ce qui conduit à de très nombreux procès et autres scandales sanitaires.

Lire Plus =>

L’usine du Galion n’est pas un terrain de jeux.

— Par Florent Grabin, pour PUMA —

La défense de la santé publique, c’est ce que nous avons entendu tous ces derniers temps de la part de certains qui s’imaginent qu’ils ont le monopole de la protection de notre environnement.

D’autres se sont transformés en rabatteurs de souk du Moyen-Orient ou du Maghreb, pour tenter de se refaire une santé financière.

Qui n’a pas dans sa famille, dans ses relations diverses, une personne ayant travaillé, soit à l’usine, soit dans nos champs de cannes ?

Nous, P.U.M.A., avons en toute responsabilité pris part à l’installation de l’usine de production électrique, ALBIOMA, dite Galion 2 et à son raccordement à la S.A.E.M. du Galion. Après étude et demande d’autorisation, cette installation prévue au départ, pour fonctionner avec de la bagasse de canne et du charbon avait été acceptée par toute la classe politique de la Martinique ; Un arrêté de permis de construire n°2013-280-0005 a été délivré par la Préfecture, pour la création d’une unité de production d’électricité et une digue. Celui-ci n’ayant pas fait l’objet de recours dans le délai légal.

Lire Plus =>

Qualité des eaux de baignade: Qui dit vrai?

— Par Florent Grabin , président de L’association écologique PUMA —

La pollution microbiologique des eaux de baignade est essentiellement d’origine fécale. Les eaux usées, provenant des habitations, les déjections des animaux et les effluents d’élevages rejetés dans le milieu et qui pollueraient des sites de baignades peuvent être la cause d’une mauvaise qualité de l’eau.
La pluie peut également provoquer des débordements des ouvrages de collecte et de traitement des eaux usées ou des ruissellements importants sur des surfaces souillées.

Les troubles de santé liés à la qualité microbiologique de l’eau sont généralement bénins (ex : gastro-entérites, affections de la sphère ORL). Plusieurs textes prévoient les dispositions applicables pour le contrôle sanitaire des eaux de baignade, dont la Directive 2006/7/CE.

Les communes sont responsables des eaux de baignades. Elles sont chargées de :

* Recenser les zones fréquentées par un grand nombre de baigneurs.
* Déclarer ces zones de baignade.
* Prendre les mesures de gestions protégeant la santé des baigneurs.
* Définir, en lien avec les communautés d’agglomérations, les priorités en matière d’assainissement.

Lire Plus =>

Usine du Galion : la filière canne n’est pas un terrain de jeux!

— Par Florent Grabin de l’association écologique PUMA —

Lettre aux élu(e)s

Messieurs, Mesdames nos élus,

Nous avons assisté à la diffusion de la plénière du mercredi 20 décembre 2017, qui s’est tenue à la CTM. Ce débat démocratique, autour de la question du raccordement ou pas de l’usine de la SAEM du Galion à Albioma, nous a permis de constater le niveau de connaissances sur le sujet, des différents intervenants.

Nous sommes restés sans voix, choqués, quand un élu a déclaré :  » concernant cette opération, c’est un système mafieux  ». Puis il a développé sur l’absence de permis de construire…

Vous comprendrez aisément que nous ne pouvons pas passer sous silence de telles affirmations, d’où notre saisine pour tenter de démonter les allégations qui ont été proférées lors de cette séance.

Concernant le permis de construire il est en pièce jointe et porte le numéro 2013280005 signé daté du 7 octobre 2013, il n’a pas fait l’objet de contentieux devant le Tribunal Administratif de Fort-de-France,

Concernant le rapport du prétendu expert, il y a de très nombreux points à démonter, mais restons sur les plus importants :

* La société Babcock Wanson n’est pas le constructeur de la chaudière, Babcock Wanson est spécialisée dans la construction de petites chaudières industrielles d’un type complètement différent (dites à tubes de fumées) de celle du Galion.

Lire Plus =>

À propos du dysfonctionnement de l’usine du Galion

— Par Florent Grabin, Association PUMA —

À propos du problème suscité par le dysfonctionnement de l’usine  du Galion de production sucrière et rhumière.

Nous rappelons que l’Usine Galion est exploitée par la  »Société Anonyme d’Économie Mixte » de production sucrière et rhumière de Martinique (SAEM) créée à l’époque pour restructurer la production du même nom au plan local. La particularité de l’économie mixte est d’associer, en vue de préserver l’intérêt général, des acteurs publics et privés dans le but, notamment, d’assurer la pérennité de certains secteurs essentiels de l’économie, tel celui de l’industrie rhumière et sucrière en Martinique . Dès les années 1980 et dans cette optique, l’État et les collectivités locales ont été autorisés à prendre des participations financières dans la Société Anonyme d’Économie Mixte de production sucrière et rhumière de la Martinique et sont représentés au conseil d’administration. De même, la SAEM est soumise en tant que telle au contrôle économique et financier de l’État, à l’instar de toute institution d’économie mixte.
Nous mobiliserons donc les acteurs publics éminents de ce dossier, État compris, afin que tous les mécanismes institutionnels soient utilisés pour conduire la C.T.M.

Lire Plus =>

Le climat peut-il réchauffer notre économie ?

— Par Florent Grabin, président de l’Association P.UM.A. —

Le réchauffement climatique, également appelé réchauffement planétaire, est un phénomène d’augmentation des températures sur la plus grande partie des océans et de l’atmosphère terrestre. Il traduit une augmentation de la quantité de chaleur retenue à la surface terrestre. Il est mesuré à l’échelle mondiale sur plusieurs décennies. Dans son acception commune, ce terme est appliqué à une tendance au réchauffement global observé depuis le début du XXe siècle entraînant, entre autres conséquences, un changement (ou dérèglement) climatique global.
En prenant en compte ce constat, nous devrions nous attendre à voir monter le niveau de la mer des Antilles. Les enjeux économiques, politiques, sociaux et environnementaux, voire moraux étant majeurs, ils suscitent de nombreuses controverses débattues à l’échelle internationale, ainsi que des controverses.
Le Climat pourrait-il réchauffer notre économie ?
Les experts sont unanimes pour affirmer que notre économie est dans le rouge et qu’il y a urgence à tout mettre en œuvre pour éviter l’irréversible : dans ces conditions, que faire ? C’est à ce titre que nous P.U.M.A., avons modestement tenté de comprendre en installant le débat autour de nous, il en ressort que nous devrions tirer bénéfice du réchauffement climatique.

Lire Plus =>

Que fait-on pour la santé de notre population ?

— Par Florent Grabin de l’association écologique PUMA —

La santé publique peut être définie de diverses manières. En effet, on peut la présenter comme l’étude, des déterminants physiques, psycho-sociaux et socio-culturels de la santé de la population, d’une part ; d’autre part, comme des actions en vue d’améliorer la santé de la population ; ou encore, comme une activité organisée de la société visant à promouvoir, à protéger, à améliorer et, le cas échéant, à rétablir la santé de personnes, de groupes ou de la population entière.

Qui n’a pas dans sa famille, dans ses relations diverses, une personne victime de maladie, qui vit très difficilement un cancer ; ou est malheureusement décédée après de longues souffrances ?

Pour répondre à cette inquiétude, P.U.M.A. s’est fait accompagner de scientifiques et autres intervenants spécialisés dans le domaine médical et dont la renommée internationale n’est plus à démontrer. À notre demande, certains se sont rendus en Martinique et se sont faits traiter de tous les noms d’oiseaux, pour avoir tenté de nous montrer d’où venait notre mal.

Lire Plus =>

Le coût de nos déchets.

— Par Florent Grabin de l’association écologique PUMA —

La gestion de nos déchets est l’une des préoccupations du législateur et de l’administration centrale. Cette ressource devient une forte valeur ajoutée dans l’économie circulaire et nous devrions la mettre en lumière pour l’amélioration de notre quotidien. Alors, ne serions-nous pas condamnés à organiser autour de nos déchets ces filières et leurs financements pour un développement durable.

Tout d’abord, voyons en quoi consiste l’économie circulaire, dans le BTP par exemple. Dans ce domaine, comme le stipule la loi, la gestion des déchets est désormais prise en compte. En effet, les donneurs d’ordres publics doivent insérer un volet environnemental dans le cahier des charges afin d’utiliser les produits issus des filières de recyclage. Pourtant, ils sont nombreux à ne pas respecter cette règle. Ainsi, concernant le projet du lycée Schoelcher, selon lequel 90 000 m3 environ de terre sont à évacuer, soit 7 500 camions en circulation, il n’existe pas de lieu prévu pour la réception de la matière valorisable. Il semble que nous nous retrouvions donc avec des remblais sauvages.

Lire Plus =>

Sommes-nous prêts pour la biomasse ?

Ce qu’il faut savoir..

— Par Florent Grabin, pour l’association PUMA —

Les arbres ont tous un rôle important dans le développement de notre biotope*, aussi avons nous l’impérieux devoir de les préserver. Depuis la nuit des temps, l’Homme a su s’adapter à cette forêt qui lui a assuré nourriture, toit, et eau, mettant ainsi à sa disposition les sources d’énergie nécessaires à son cadre de vie.

L’une de ces sources d’énergie est la biomasse. C’est, selon le LAROUSSE : la « masse totale des êtres vivants subsistant en équilibre sur une surface donnée du sol ou dans un volume d’eau océanique ou douce ».

A notre sens, la biomasse est dans le domaine de l’énergie, et plus particulièrement des bioénergies, la partie de la biomasse utilisée ou utilisable comme source d’énergie. On parle alors de biomasse énergie. On peut tirer profit de cette dernière soit directement, par combustion (ex : bois énergie) ; soit indirectement, après méthanisation ( on a le biogaz ou sa version épurée, le biométhane) ou d’autres transformations chimiques (biocarburants, aussi appelés  »agrocarburants  »)

La biomasse peut être toute matière organique d’origine végétale (microalgues incluses), animale, bactérienne ou fongique (champignons).

Lire Plus =>