Manifestations culturelles

Napoléon et l’esclavage : grand débat en ligne

Samedi 8 mai 2021 à partir de 14H (heure de Paris).

Depuis le 23 mai 2020, huit opérateurs de mémoire se sont regroupés pour mutualiser leurs actions en faveur de la connaissance de l’histoire de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions et d’en valoriser les patrimoines matériels et immatériels.

Le 5 mai 2021 marquera le bicentenaire de la mort de Napoléon Bonaparte.

Ce dernier a laissé une empreinte profonde dans l’histoire de France et du monde. Son rôle dans le rétablissement de la traite négrière et de l’esclavage dans les colonies françaises reste encore trop méconnu.

Lire aussi : Pourquoi et comment Napoléon a t-il rétabli l’esclavage ?

Trois tables-rondes apporteront un éclairage sur les raisons et les circonstances qui l’ont conduit à ce choix. Sur la base de la recherche historique nous répondrons aux questions du public dans le cadre de trois tables rondes.

Cette manifestation prendra la forme de webinaire ouvert à tous les publics, avec la participation de 18 historiens français et internationaux.

 14H Napoléon Bonaparte : le rétablissement de la traite négrière et de l’esclavage

La première table-ronde sera consacrée aux facteurs et aux mécanismes qui ont amené Napoléon Bonaparte à rétablir la traite négrière et l’esclavage.

Lire Plus =>

Lettre d’information de la Direction des Affaires Culturelles de Martinique

Édition du 3 mai 2021

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Pellentesque non gravida augue. Morbi rhoncus lacus vitae lorem pharetra, quis faucibus lorem pulvinar. Vestibulum et leo lorem. Nullam eleifend risus in magna aliquet ultricies. Morbi eleifend lorem sit amet neque venenatis blandit. Nulla mattis nec urna et sollicitudin. Maecenas iaculis a ligula at tempor. Cras condimentum augue nec tellus pretium molestie. Ut a est id magna consectetur pharetra. Donec ornare, neque ut viverra blandit, ipsum metus sodales tortor, ut aliquam quam nisl ultricies mauris.

Sed at tortor vulputate, sagittis elit at, posuere velit. Curabitur nec lorem ut erat molestie facilisis vel vitae risus. Quisque sagittis tempus justo, vel ornare mi consequat tristique. In commodo dui vel rhoncus varius. Phasellus consectetur lacinia metus, eu egestas orci dignissim sed. Suspendisse elementum convallis porta. In imperdiet, magna non dapibus facilisis, tortor purus fringilla massa, cursus venenatis magna ligula non purus. Pellentesque pharetra sagittis est, semper accumsan quam viverra ut. Orci varius natoque penatibus et magnis dis parturient montes, nascetur ridiculus mus. Nunc laoreet malesuada magna nec aliquam. Quisque mollis mattis diam, vehicula efficitur sapien aliquam sed.

Lire Plus =>

Séminaire René Maran en ligne

Séance ouverte à toutes et tous le 9 avril 2021 de 14h 30 à 16h 30. Heures de Paris.

Pour participer à la séance, copiez le jour J le lien zoom ci-dessous sur votre navigateur :
https://us02web.zoom.us/j/86391171941?pwd=UnRVZTFNTnZmOHQ1WndVQ2h6YTdldz09

ID de réunion : 863 9117 1941
Code secret : 507593

Cette intervention du prof. Charles W. Scheel veut faire le point sur les documents disponibles dans les diverses archives pour la période entre fin 1909 (départ de Maran pour l’Afrique) et juillet 1921 (publication à Paris de Batouala avec sa préface). Il s’agit surtout des nombreuses correspondances de l’écrivain à cette époque. Mais on souhaite également relever les mentions concernant ces genèses dans les nombreuses études consacrées à l’œuvre de René Maran depuis la sortie de Batouala. Toutes indications seront appréciées dans la discussion, suite à la présentation du thème !

Lire Plus =>

Au Brésil, la télé-réalité à la folie avec Big Brother

Rio de Janeiro – Cela fait deux mois que Neymar intrigue ses fans non lusophones avec ses tweets quasi quotidiens sur le « BBB »: non, ce n’est pas une filiale brésilienne du PSG, mais Big Brother Brasil, l’émission de télé-réalité qui captive tout un pays.

Le BBB en est déjà à sa 21e saison et les Brésiliens ne s’en lassent pas: 40 millions de spectateurs en moyenne, 5,1 millions de plus que l’an dernier, et 50% de part d’audience pour l’émission quotidienne, diffusée vers 22h30, après la sacro-sainte télénovela.  

Le diffuseur TV Globo, plus grande chaîne du pays, se frotte les mains: présenté comme le « Big des Bigs« , le BBB 21 sera le plus long de tous, avec 100 jours d’émission prévus, et surtout le plus lucratif. 

Les logos des sponsors sont omniprésents dans la villa avec piscine où des candidats coupés du monde sont scrutés en permanence par 11 caméras depuis le 25 janvier. 

Trois spots de publicité de 30 secondes suffisent à payer la prime de 1,5 million de réais (environ 220.000 euros) versée au vainqueur. 

Lire Plus =>

L’appel du théâtre de Nice pour la création d’une filière spectacle vivant dans la fonction publique

Avec CGT-NMCA territoriaux, les occupants du théâtre national de Nice portent la revendication de la création d’une filière des travailleurs du spectacle vivant dans la fonction publique, ce qui garantirait à tous, intermittents et permanents, une reconnaissance de la qualification personnelle et la sortie de la précarité. Nous publions leur appel.

Nous, intermittent.e.s, de l’emploi, du spectacle, artistes, technicien.ne.s, agents territoriaux de la culture, étudiant.e.s, chômeurs et chômeuses, occupons depuis ce lundi 15 Mars 2021 le Théâtre National de Nice. Nous nous inscrivons dans la continuité des occupations de théâtres et de salles de spectacle partout en France insufflées par celle du Théâtre de l’Odéon à Paris le 4 Mars 2021. Depuis un an, la crise sanitaire a laissé des pans entiers de notre société basculer dans une urgence sociale à laquelle les pouvoirs publics n’ont pas souhaité répondre. Nous sommes loin des promesses d’Emmanuel Macron qui disait qu’il ne laisserait personne au bord de la route. Les étudiant.e.s laissé.e.s à leur détresse économique et à leur isolement social, le monde de la culture désigné comme non essentiel et qui n’a toujours pas été déconfiné, les deux millions d’intermittent.e.s

Lire Plus =>

Annulation de l’appel à candidatures pour le Mémorial des victimes de l’esclavage

*****

Réjouissons-nous de l’annulation du concours du Mémorial des Tuileries, lequel éradiquait du récit national l’essence même de notre africanité.

— Par Joëlle Ferly, Artiste et Fondatrice de L’Artocarpe, —

Avoir pu faire entendre ma position, est pour moi une victoire…

Ma candidature s’est retrouvée au cœur de la polémique du Mémorial en hommage aux esclaves, dont le cahier des charges imposait l’inscription des 200 000 noms attribués aux nouveaux affranchis. Avec 10 experts(1), j’ai rédigé, pas moins de quinze pages démontrant mes réserves à voir ces noms exposés, ce qui aurait nécessairement oblitéré à jamais notre origine africaine. Le risque alors était que ce projet pouvait également attiser de nouvelles tensions.
Ma proposition consistait en partie à renommer cette liste par des noms africains en impliquant des milliers de scolaires.

Lire Plus =>

« Les féminismes de Sappho de Mytilène à nos jours »

Café littéraire sur le lieu de l’exposition « Palimpseste » le mercredi 10 mars de 18H30 à21hOO

L’évaporation est un phénomène qui décrit la disparition des femmes artistes dans l’art. Et pourtant de tout temps les femmes ont créée, écrit. Pas exposées, pas publiées , leurs œuvres sont tombées dans l’oubli laissant ainsi penser que les artistes étaient exclusivement des hommes. Pourtant il y a eu des femmes peintres, autrices de grande qualité que le sexisme des milieux intellectuels a relégué au rang de muses , de modèles, ou effacé de l’histoire de la littérature.

En dépit du talent évident de nombreuses femmes artistes, leur position fut longtemps jugée moins crédible que celle des hommes en raison de leur genre les contraignant à travailler dans l’anonymat et dans l’obscurité.

L’artiste peintre plasticienne Hélène Jacob dans son exposition « Palimpseste »* ne supporte pas cette injustice de l’histoire et décide d’exhumer les portraits de femmes autrices, peintres, poétesses, cinéastes, de déterrer leurs histoires et de réécrire à sa manière sur son palimpseste pictural !

Lire Plus =>

Femmes de Martinique, fanm doubout : le programme d’un week-end prolongé

La journée internationale des droits des femmes est inscrite dans l’agenda international le 8 mars. Cette année, la journée tombant un lundi, les autorités et autres associations ont décidé de fêter les femmes durant tout un week-end prolongé, par des manifestations diverses, qui peuvent aller du vendredi 5 au lundi 8 mars. Les occasions de plébisciter les actions des fanm doubout seront nombreuses et variées : théâtre, exposition, film, mise en lumière des artisanes et créatrices, etc.

Union des Femmes de Martinique, communiqué publié le 02/03/202 :  un collectif pour “hisser” haut les droits des femmes ! L’UFM propose deux rendez-vous inédits, les 7 et 8 mars !

À l’occasion de cette journée spéciale, l’UFM appelle au rassemblement le plus large possible afin de poursuivre activement la lutte pour les droits des femmes. « C’est ensemble et solidairement, autour d’une idée, celle de l’urgente nécessité de continuer à se mobiliser pour revendiquer nos droits, que nous ferons avancer notre société ! »

Dimanche 7 mars : à 14 h, les féministes et symapthisant·es sont invité-es à participer à une visio-conférence internationale, en présence de nombreuses féministes du monde : « Oliwon latè, fanm ka goumen » , à l’Hôtel de la CTM

♦ En présence d’Angela Davis et 16 autres féministes de 17 pays différents : Dominique, Sainte-Lucie,  Trinidad, République Dominicaine, Haïti, Guadeloupe, Guyane, Brésil, Argentine, états-Unis, Algérie, Sénégal, Nouvelle Calédonie, Océanie, Kurdistan, France.

Lire Plus =>

Cap sur les patrimoines !

 Lettre d’information de la Direction des Affaires Culturelles de Martinique

Mars 2021
Après le succès de l’inscription de la Yole au Registre des bonnes pratiques de sauvegarde au Patrimoine Culturel Immatériel de l’UNESCO en décembre 2020, la France a déposé officiellement le dossier de la candidature des « Volcans et forêts de la Montagne Pelée et des pitons du nord de la Martinique » à l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce dossier est emblématique de la richesse de notre patrimoine naturel et culturel. La décision est attendue lors de la 45ème session du Comité du patrimoine mondial en juillet 2022.
 
Patrimoine de la Martinique encore avec la sélection par la Fondation du Patrimoine, dans le cadre du Fonds Impact, du Voilier Le Toumelin qui sera restauré pour participer à la promotion du tourisme à la Martinique.
 
Une convention pluriannuelle de partenariat a été signée le 10 décembre 2020 entre le ministère de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, le ministère de la Culture et la Fondation du patrimoine.
Cette convention prévoit notamment une aide à l’ingénierie et des conseils aux collectivités territoriales et aux élus, un programme de 10 prix par an « Engagés pour le patrimoine », et un programme d’embellissement des centres-villes lauréates du programme « Petites villes de demain ».

Lire Plus =>

Sonjé 24 maws 61 : projections du film « La tuerie du 24 mars »

Le Maire de la Ville du Lamentin et l’Office de la Culture vous invitent aux manifestations dans le cadre des 60 ans des évènements de la tuerie du 24 mars 1961

Un peu plus d’un an après les émeutes de Décembre 1959 qui avaient fait 3 morts et de nombreux blessés à Fort de France, c’est au Lamentin que le 24 mars 1961, 3 Martiniquais sont tués et plus d’une vingtaine blessés par les balles des mitraillettes des forces de répression coloniale française.

Il faut rappeler que cette période était celle de la décolonisation surtout en Afrique où nombre de pays sous domination coloniale française accèdent à l’indépendance. C’est la période où courageusement, les Algériens luttent les armes à la main pour recouvrer leur souveraineté.

Le pouvoir colonial a peur que la Martinique aussi ne s’émancipe de cette tutelle coloniale. D’autant que la revendication nationale commence à s’exprimer ici et dans l’émigration.

Ainsi a-t-il pris l’ordonnance d’Octobre 1960 visant à museler ceux qu’il considère comme dangereux pour son système, qu’il va appliquer à Dufond, Guitteaud, Mauvois, nicolas .

En Mars 61, les ouvriers agricoles étaient en grève pour réclamer des augmentations du salaire de misère qui leur était versé, ainsi que des améliorations des conditions de travail et de paiement des salaires.

Lire Plus =>

Covid-19 : concerts-tests, spectacles « en bulles »… Comment rouvrir les lieux de spectacle sans risque

— Par Gaël Vaillant —

La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, a annoncé lundi soir des concerts-tests en mars et avril, à Marseille et Paris, afin de trouver un modèle permettant la réouverture des lieux de spectacle malgré l’épidémie. Nos voisins européens expérimentent également.

Après les musées, les salles de concert. Chacun leur tour, les secteurs culturels cherchent la parade pour contourner les dangers du Covid-19 et tentent de convaincre le pouvoir de les autoriser à tester différentes initiatives. Et la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, les a entendus en donnant son feu vert, lundi, à des « expérimentations » en mars et avril, à Marseille et Paris, pour des concerts « debout » afin de trouver le bon modèle permettant la réouverture des lieux de spectacle.

« Je suis très optimiste pour les festivals assis, a déclaré la ministre sur LCI. Pour les spectacles debout, c’est plus compliqué, c’est pour cela que je mène des expérimentations et ces expérimentations sont destinées à bien tester ce qui se passe. »

Voici comment se passeront les deux expériences françaises

« Sous réserve d’une situation sanitaire catastrophique » et si les protocoles sont validés, deux concerts-tests auront lieu « dans la deuxième quinzaine de mars », avec un millier de personnes, dans la salle de spectacle du Dôme à Marseille, « assis avec la possibilité de se lever », a détaillé Roselyne Bachelot.

Lire Plus =>

La Saison AFRICA 2020

Mme N’Goné Fall : « Laissez-nous vous dire qui nous sommes »

Annoncée officiellement par le Président de la République lors de son voyage à Ouagadougou, en novembre 2017, la Saison Africa2020 a pour objectif de mieux nous faire connaître l’Afrique contemporaine. En France, elle était à l’origine prévue du 1er juin à mi-décembre 2020, sur tout le territoire, hexagone et territoires ultra-marins. L’Institut français, en accord avec le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et le Ministère de la Culture, a décidé de la reporter : après concertation avec tous les partenaires, il a été dit qu’elle se déroulerait de décembre 2020 à mi-juillet 2021.

Emmanuel Macron avait déclaré à l’université de Ouagadougou au Burkina Faso, le 28 novembre 2017 : « Je considère que l’Afrique est tout simplement le continent central, global, incontournable car c’est ici que se télescopent tous les défis contemporains. C’est en Afrique que se jouera une partie du basculement du monde. » Portée par l’Institut français, la Saison est coordonnée par un commissariat général, sous le pilotage de Mme N’Goné Fall. L’organisation en France d’événements marquants s’inscrit dans le cadre d’un partenariat renouvelé avec l’Afrique.

Lire Plus =>

Pap Ndiaye nommé à la direction du Palais de la Porte Dorée

Le Palais de la Porte Dorée :

L’Établissement public du Palais de la Porte Dorée réunit aujourd’hui le Musée national de l’Histoire de l’Immigration et l’Aquarium tropical. C’est un lieu d’échanges, fort d’une programmation culturelle et scientifique interdisciplinaire, croisant beaux-arts et histoire, sciences et société, mais aussi patrimoine et arts vivants. En 2019, il a accueilli jusqu’à 525 594 visiteurs, et se situe désormais au 25e rang des monuments et musées les plus visités de France. Pap Ndiaye, qui en a été nommé Directeur général, prendra officiellement ses fonctions le 1er mars 2021. Il succèdera, pour un mandat de trois ans, à Hélène Orain. À la tête de l’établissement depuis 2015, celle-ci est arrivée au terme de ses deux mandats.

Connu parfois sous son ancien nom de “Musée national des Arts d’Afrique et d’Océanie”, le bâtiment du musée a été construit pour l’Exposition coloniale de 1931. D’abord “Musée des Colonies” – avec sa dédicace « À la France colonisatrice et civilisatrice » –, il changera plusieurs fois de nom : “Musée de la France d’Outre-mer” en 1935, “Musée des Arts africains et océaniens” en 1960 et “Musée national des Arts d’Afrique et d’Océanie” de 1990 à 2003, année au cours de laquelle il ferme ses portes.

Lire Plus =>

« Le (dé)plaisir », conférence du CEREAP

Mardi 9 février 2021 à 18h00 à l’Inspé

Avec Dominique Berthet, Laurette Célestine, Sophie Ravion D’Ingiani, Hugues Henri, Christelle Lozère

Le plaisir est une sensation, agréable, recherchée et de courte durée, essentielle au fonctionnement du système de récompense (aussi appelé système hédonique) propre aux mammifères mais qui pourrait être partagée par d’autres vertébrés1. Cette sensation est principalement le résultat de la production, dans l’aire tegmentale ventrale, de dopamine et d’opiacés endogènes mais le plaisir peut également être généré par la consommation de certaines drogues comme l’héroïne, d’autres opiacées exogènes ou encore des opioïdes (dérivés synthétiques), ce qui active artificiellement le système de récompense et provoque l’addiction à ces substances. La notion de plaisir est différente de la notion de bonheur qui ne désigne pas une sensation de courte durée mais un état agréable de satisfaction, durable et équilibré et reposant essentiellement sur la production de sérotonine et non de dopamine. Le plaisir a un grand nombre de termes plus ou moins synonymes (contentement, volupté, satisfaction, délices, régal, jubilation…) qui désignent des variétés plus ou moins subtiles de l’expérience.

Le concept de plaisir est employé en philosophie et en psychologie, souvent associé à un qualificatif : plaisir sexuel, alimentaire, intellectuel, professionnel, parental, moral, civique (ou du devoir accompli), etc.

Lire Plus =>

« La nuit des idées »

Jeudi 28 janvier 2021 à partir de 18h, Villa Chanteclerc, Fort-de-France

Volens nolens… Qu’on le veuille ou non… Cette expression latine, composée des deux participes présents « volens » (voulant) et « nolens » (ne voulant pas), était employée dans la Rome antique pour qualifier la fatalité : quoi que l’on dise ou fasse, si une chose devait arriver, elle arrivait. Sa signification traverse les siècles, et notre temps veut que l’on utilise cette formule pour désigner les choses sur lesquelles on ne peut influer et celles que l’on doit subir.

Voir le programme ci-dessous

Une autre expression latine, mutatis mutandis (signifiant « ce qui devait être changé ayant été changé, une fois effectuées les modifications nécessaires, en écartant les différences pour rendre une comparaison possible »), indique que les situations sont similaires et que l’on ne pourra s’écarter consciemment ou inconsciemment de comportements similaires, dorénavant dans les rapports sociaux.

C’est peut-être à cela que font allusion les organisateurs de cette 6e édition de la Nuit des Idées, évènement national et international du Ministère français des Affaires étrangères, dédié au partage des idées et de la pensée, en choisissant cette année la thématique de « PROCHES », écrit au pluriel, en relation avec la crise de ce satané coronavirus.

Lire Plus =>

Serions-nous vraiment « Les Damnés de la terre » ?

— Par Bernard Dendelé Leclaire —

« Les concitoyens font le Peuple. Si nous voulons « décoloniser » ce peuple il est clair que chaque être faisant alors « peuple » est en devoir immédiat tout d’abord de se libérer mentalement. Il y va que seul le chemin de l’individuel nous permettra in fine d’accéder au destin du collectif ». Frantz Fanon.

S’agissant d’un Centre des Arts plus rentable en l’état à être rasé que d’être terminé.

Lire aussi : L’avenir incertain du Centre des Arts et de la culture de Pointe-à-Pitre

En pays colonisé il faut savoir que chaque fois que l’argent public est jeté par la fenêtre nous perdons en capacité d’infrastructure, nous reculons et nous oblitérons notre possibilité d’émancipation. Chaque pièce dilapidée est un jeune guadeloupéen qui s’en va du pays, un compatriote qui perd son travail ou une famille en deuil de son devenir. Quand nos Politiques guadeloupéens comprendront-ils vraiment cela ? 

En 2021 nous n’avons plus droit à l’erreur et chaque seconde devient vitale pour la survie de la Guadeloupe.

Au sujet de ce Centre des Arts inachevé nous avons là, encore une fois, malheureusement l’exemple flagrant de ce que nous ne devons plus jamais faire.

Lire Plus =>

2021 : Cinquième édition de « La nuit de la lecture », rebaptisée au pluriel ! 

La vie culturelle ayant repris à la Martinique, l’événement peut y avoir lieu cette année encore, tant en live  qu’en virtuel ! Mais de quoi s’agit-il ?

Ouverte à tous les publics, plébiscitée par les professionnels, cette manifestation nationale entend fêter la lecture et conforter les liens entre tous les acteurs du livre, en premier lieu bibliothécaires et libraires, mais aussi auteurs, éditeurs, enseignants, chercheurs, acteurs associatifs, médiateurs de la lecture, lecteurs…

Les Nuits de la Lecture

Cette année, la manifestation poursuit son développement et propose à l’occasion de sa cinquième édition, de célébrer, de manière festive, le plaisir de lire, et ce sur quatre soirées, du 21 au 24 janvier, avec un temps fort le samedi… Toutes les animations célébrant le livre et la lecture sont attendues : ateliers, concours, dictées, jeux d’évasion, spectacles, lectures, contes chuchotés, rencontres avec des auteurs, visites guidées…

Pendant le premier confinement, près d’un tiers des lecteurs disent avoir lu plus de livres que d’habitude, et 17% ont même acheté plus de livres que d’ordinaire. Bonne nouvelle pour tous ces anciens et nouveaux amoureux de la lecture : malgré le couvre-feu et les mesures sanitaires, les Nuits de la lecture se dérouleront bien, partout en France et dans le monde.

Lire Plus =>

Un projet artistique innovant et itinérant ! Imaginé par l’association Un Œuf

Un Œuf c’est quoi ?

Depuis sa création, en 2016, le collectif d’ “Un Oeuf » a pour objectif de valoriser la création martiniquaise en permettant à des artistes émergents de se produire et de développer leur processus de création

+ de 150 artistes accueillis

250 représentations artistiques

2 grands projets monumentaux d’Art dans la ville

60 bénévoles mobilisés

Des interventions auprès de public scolaire (30 à 40)

Plus de 6000 spectateurs

Le projet AN POUL C’est quoi?

Le concept d’An Poul’ a été conçu à l’issu de plusieurs constats :

Lire Plus =>

«Noël, une invention de la bourgeoisie du XIXe siècle»

L’anthropologue Martine Perrot revient sur les éléments constitutifs de la fête chrétienne devenue rituel familial. Notre Noël «traditionnel» s’est en réalité constitué au fil du dernier siècle, même s’il puise certains de ses composants jusqu’à l’Antiquité

De quand date le Noël que l’on présente aujourd’hui comme une tradition?

Il s’est construit dans la seconde moitié du 19è siècle, ce qui est relativement récent. Il est contemporain de l’émergence d’une bourgeoisie, qui à travers cette célébration, rend hommage à ses propres membres. Cela correspond à l’Angleterre victorienne ou à la France de Louis-Philippe. Noël devient le prétexte à se réunir à la fin de l’année au même titre que la villégiature en été. On renouvelle à cette occasion notre adhésion aux valeurs familiales. Jusque là, Noël était une fête domestique mais pas une grande réunion de famille. On assiste au 19è à un glissement du rituel religieux au rituel familial. Cela ne concerne évidemment que les milieux aisés car cela suppose un certain faste. Pour les autres, il y a toujours eu au cœur de l’hiver un moment festif parce que l’on avait terminé de constituer les réserves de nourriture pour les mois à venir.

Lire Plus =>

Une bonne nouvelle pour la Martinique !

– Communiqué de presse de Christophe Pomez, Directeur des affaires culturelles de la Martinique —

La candidature de la Yole de Martinique au Patrimoine mondial culturel immatériel de l’UNESCO, premier dossier en son genre présenté par la France en 2019, vient d’être retenue : le Comité intergouvernemental de la Convention de l’UNESCO de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine immatériel vient de sélectionner la Yole de Martinique du titre du Registre des bonnes pratiques de sauvegarde durant sa 15ème session annuelle.

C’est une belle récompense pour le Comité de Pilotage de la Yole à l’UNESCO coordonné par Monsieur Edouard Tinaugus avec de nombreux passionnés.

C’est aussi une reconnaissance déterminante pour la Martinique dans sa capacité à porter des projets à l’UNESCO.

Que cette réussite collective permette d’envisager celle de la candidature qui porte l’inscription de la Martinique au registre des réserves de Biosphère, celle qui concerne le titre de Patrimoine Mondial Naturel pour les volcans et forêts de la montagne Pelée et les Pitons du nord de la Martinique, celle enfin de son inscription dans le réseau mondial de littératie du futur.

Lire Plus =>

Lettre d’information de la Direction des affaires culturelles de la Martinique du 01/12/2020

Face à l’épreuve de la crise sanitaire, accompagner le secteur culturel

— Par Christophe Pomez, Directeur des affaires culturelles de la Martinique —

Toute l’équipe de la Direction des affaires culturelles de la Martinique continue de se mobiliser pour accompagner le secteur culturel : si les librairies, les galeries, les bibliothèques, les médiathèques et les services des archives ont pu recommencer leur activité dès la fin novembre 2020, les établissements recevant du public (ERP) dans le domaine culturel pourront accueillir du public à compter du 8 décembre 2020 à savoir les musées, les salles de spectacle et les cinémas.

Parallèlement aux aides et dispositifs mis en œuvre pour les différentes filières culturelles, la DAC Martinique agit au plus près des acteurs culturels pour que la création et la diffusion culturelle se poursuivent avec notamment des captations et des retransmissions de « Chanté Nwel » durant les fêtes de fin d’année.

Cette InfoLettre fait le point sur quelques-unes des mesures mises à disposition des acteurs culturels en Martinique et donne quelques perspectives pour un nouvel horizon en 2021.

Ce mois de décembre sera aussi celui de la 15ème session du Comité intergouvernemental de la Convention de l’UNESCO de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine immatériel.

Lire Plus =>

Les représentants de la société civile adoptent une motion de soutien au monde de la culture en Martinique

L’institution consultative de la Collectivité Territoriale de la Martinique, composée de 68 conseillers, s’est penchée sur la situation du secteur culturel.

Réunis en plénière, hier (jeudi 26 novembre 2020), les 68 conseillers de l’organisme, ont rappelé que la situation insulaire de la Martinique pénalise fortement les artistes locaux.

Le Conseil Économique, Social, Environnemental, de la Culture et de l’Éducation de Martinique a proposé 5 grands points dans sa motion :

 – « La généralisation des procédures de soutien financier et leur application immédiate en cette fin 2020 à l’ensemble des professionnels identifiés du secteur.

 – La mise en oeuvre d’une étude prospective permettant de cerner avec précision les problématiques de ce secteur et les solutions permettant, après stabilisation de l’environnement sanitaire et socio-économique de Martinique, entre autre, de mettre en place un système spécifique pour nos intervenants des arts et de la culture.

– le développement de la commande publique aussi bien que privée, d’œuvres en tout genre auprès des artistes durant l’année budgétaire 2021

 – un plan d’aide à l’export des oeuvres et des artistes pour compenser les restrictions locale d’exercer.

Lire Plus =>

Confinement : 15 idées pour s’évader sans sortir de chez soi

Par Redaction JDD

Face à la pandémie de coronavirus, les lieux publics « non indispensables à la vie du pays » comme les musées et salles de spectacles sont fermés. Voici donc une sélection d’autres activités à faire chez vous, pour se détendre et se cultiver en toute sécurité.

1/ Christo et Jeanne-Claude en vidéo

Si vous n’avez pas pu admirer l’exposition « Christo et Jeanne-Claude » au Centre Pompidou, voici une séance de rattrapage. Dans une vidéo instructive, la commissaire Sophie Duplaix vous offre une visite guidée à travers les œuvres du couple d’artistes et vous raconte la folle aventure de l’empaquetage du pont Neuf.

centrepompidou.fr/fr/lib/En-direct

2/ Bande dessinée numérique

Paris, 1940. Un mystérieux convoi tente de cacher les tableaux de Jakob et Roni Blum aux nazis. Soixante-dix ans plus tard, leur petite-fille enquête sur ce passé douloureux. Cette fiction est racontée dans Le Portrait d’Esther, une bande dessinée numérique conçue par les musées d’Angers. Les lecteurs peuvent ensuite enrichir leurs connaissances.

portrait-esther.fr

3/ Danse sur les toits

Bien connu pour l’univers merveilleux de ses films d’animation, Michel Ocelot signe Pablo Paris Satie, son premier court métrage en prises de vues réelles.

Lire Plus =>

La lettre d’information de la DAC

Martinique

Édition du 04/11/2020

Version web 

Accompagner le secteur culturel durant le confinement

« La culture, c’est beaucoup d’émotion, mais c’est aussi un secteur économique puissant qui va être bouleversé dans les semaines à venir après avoir déjà beaucoup souffert », a déclaré Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Culture, le 29 octobre à l’occasion de la conférence de presse du Premier ministre sur la situation sanitaire.

Une attention portée à « toutes les situations »

Consciente de l’impact du confinement sur le monde de la culture, la ministre a souligné que « la mobilisation sans précédent du Gouvernement en faveur d’un accompagnement des acteurs culturels » allait être amplifiée.

La ministre de la Culture a rappelé que les soutiens apportés par les « mesures transversales », qui s’appliquent pleinement au secteur culturel, sont « massifs », notamment en ce qui concerne le recours à l’activité partielle, les exonérations de charges ou les aides au loyer.

Lire Plus =>

Kapwani Kiwanga remporte le prix Marcel Duchamp 2020 avec des compositions florales très politiques

Le prix Marcel Duchamp, qui fête cette année ses 20 ans, a récompensé l’artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga pour son installation « Flowers for Africa » créée à partir de compositions florales décorant des événements liés aux indépendances africaines.

Le prix Marcel Duchamp, qui fête cette année ses vingt ans, a été décerné lundi 19 octobre à l’artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga pour son installation Flowers for Africa, réalisée avec des compositions florales et végétales décorant les événements diplomatiques liés à l’indépendance des pays africains.

A la frontière entre art et anthropologie, le projet de Kapwani Kiwangé a débuté en 2013 lors d’une résidence au Sénégal et se poursuit aujourd’hui. En faisant des recherches iconographiques dans des archives officielles ou d’agences de photo, elle s’est intéressée à la présence de fleurs lors d’événements diplomatiques liés aux indépendances.

Posées sur les tables de négociations, sur les estrades lors de discours ou dans la ville lors de parades, elles sont pour l’artiste des témoignages de ces moments historiques. Recréées pour chaque exposition, ces compositions sont vouées à faner tout au long de leur présentation et invitent à une réflexion sur le temps et l’histoire, dans la tradition des vanités.

Lire Plus =>