Manifestations culturelles

Sélébrasyon 22 mé 1848

22 mai 2019 de 7h à 20h Domaine de Tivoli

Le 22 Mai 1848 une date importante de notre histoire
Nous célébrons le 22 mai 1848!
Pourquoi célébrer et non commémorer ?
Depuis quelques temps un collectif d’artistes engagés, d’historiens et d’anthropologues se penchent sur l’histoire de la Martinique et ont décidés d’écrire eux mêmes notre propre histoire car d’après eux, ceux qui ont écrit l’histoire pour nous, nous ont mentis…
Non nos ancêtres ne sont pas des Gaulois
Non ce n’est pas Victor Schœlcher qui a abolit l’esclavage
C’est pourquoi ils ont décidés d’interroger le peuple et d’aller aux sources anthropologiques de notre passé.
Concernant l’esclavage ce sont les esclaves eux mêmes qui au prix de nombreuses révoltes ce sont libérés. Nous n’attribuons pas à Schœlcher cette victoire qui en fait n’est pas une victoire pour nous car les colons ont été indemnisés et pas les esclaves qui devraient l’être pour les préjudices qu’ils ont subis. Si l’esclavage est un crime contre l’humanité nous attendons que ceux qui ont subi ce crime dont nous sommes les descendants aient une réparation financière et matérielle.

Lire Plus =>

La Nuit Européenne des Musées

Samedi 18 mai 2019: quatre musées participent

Musée du Père Pinchon
33 rue du professeur Raymond Garcin, Didier
Fort-de-France
Tél. +596 596 42 12 30
www.collectivitedemartinique.mq/lemusee-du-pere-pinchon/
18h30-22h

Visite commentée : les différents auteurs ayant participé au numéro 32 de la revue des « Cahiers du Patrimoine », publication scientifique de la Collectivité Territoriale de Martinique présentent un aspect méconnu du patrimoine : les plantes et les jardins. Depuis les Amérindiens à nos jours, certaines plantes occupent une place particulière. La notion de jardin et ses fonctions évoluent, les types de végétaux plantés également. Les espèces endémiques sont venues s’ajouter aux espèces venues d’ailleurs. Flux migratoires, transports, catastrophes naturelles, besoins utilitaires, modes, passion des jardins et du jardinage ont contribué à la construction d’un patrimoine fragile.

Lire Plus =>

Soirée Performance à la BU du campus de Schœlcher

 Mardi 21 mai 2019 à 18h 45

En préfiguration du 2e Festival International d’Art Performance, qui se tiendra en Martinique en novembre 2019, la Cie. ArtIncidence fera halte à la Bibliothèque universitaire du campus de Schoelcher, mardi 21 mai à 18h45, pour une soirée déclinée en quatre temps, par quatre artistes, en quatre espaces de la BU, et autant d’approches performatives singulières. Il s’agira, précise Annabel Guérédrat, coordinatrice de l’évènement de  » proposer des extraits de performances autour des rituels personnels et collectifs. Tour à tour, les artistes inviteront le public dans leur monde intime, sacré, mythologique…« .  Mais ménageons le mystère, et l’émotion de la découverte et de l’inattendu qui saisira chacune et chacune devant ces différentes manifestations de l’art en action ! Le parcours biographique et créatif des artistes présents suggère déjà le meilleur du genre :

Alicja KOREK

C’est dans une spartiate Pologne soviétique que grandit Alicja. Celle où son grand père, commandant de marine marchande, passait en contrebande jean Levis, paquets de chewing-gum et cassettes vidéo pirates.

Lire Plus =>

« Figures de l’animal ».

Le mardi 14 mai, à 18h, ESPE de Martinique

7° conférence du CEREAP, »Figures de l’animal« .

sur le thème
Intervenants : Lise Brossard, Frédéric Lefrançois et Henri Tauliaut.

Qu’est-ce qu’un animal ? La réponse à la question paraît simple : tout être vivant qui n’appartient pas à l’espèce humaine. Cette définition courte laisse pourtant des zones grises du coté du seuil où commence la vie et à l’autre bout où elle construit une frontière entre les espèces supérieures, dont la réalité s’amenuise sous l’effet de découvertes révélant des porosités tant en ce qui concerne l’habileté, que l’émotion, l’intelligence ou encore du langage.
Les récentes polémiques sur la souffrance animale, amplifiant celles antérieures portant sur l’usage des fourrures ou qualifiant de domination esclavagiste nos rapports aux animaux domestiques et plus encore familiers, montrent la fragilité et la complexité de notre position.

Lire Plus =>

L’éruption du 8 mai 1902 au CDST

Pourquoi la ville n’a pas été évacuée? Nouvelle hypothèse.

Ce mercredi 8 mai, le Centre de découverte des sciences de la Terre (CDST) organise différentes animations autour de la commémoration de l’éruption du 8 mai 1902 :
— de 9 à 17 heures : exposition philatélique « Collections ­ trésors » par l’association Philapostel Martinique – bureau temporaire de La Poste afin de collectionner ou d’offrir une enveloppe souvenir et chasse au trésor pour le jeune public ;
— 11 heures : conférence grand public : « Pour quelles raisons les habitants de SaintPierre n’ont-ils pas quitté la ville avant le cataclysme du 8 mai 1902 ? », par Maurice Henry, doctorant laboratoire AIHP (Archéologie industrielle, histoire, patrimoine, développement de la Caraïbe) et GEODE (Géographie, développement, environnement de la Caraïbe, Université des Antilles) ;
— 17 heures : prestation de danse du groupe Zion-B-Boyz, atelier de sensibilisation et de démonstration avec le public, en particulier les jeunes, et création chorégraphique.

L’éruption de la montagne Pelée en 1902 est l’éruption volcanique la plus meurtrière du xxe siècle ; sa nuée ardente paroxystique du 8 mai 1902 reste célèbre pour avoir en quelques minutes entièrement détruit ce qui était alors la plus grande ville de l’île de la Martinique, Saint-Pierre, exterminé ses habitants — environ 30 000 personnes, seulement trois rescapés certifiés — et coulé une vingtaine de navires marchands.

Lire Plus =>

Journée 2019 de commémoration de l’esclavage et de ses abolitions

Vendredi 10 mai 2019, Villers-Cotterêts (10h 30), Paris place du Général-Catroux 17e (17 h 30)

Le 10 mai se rapproche et les places sont limitées (déjà plus de 500 inscrits) : pensez à vous inscrire et à faire inscrire vos amis et vos proches pour participer à la journée nationale de commémoration des traites, de l’esclavage et de leurs abolitions. L’entrée est libre, mais l’inscription préalable est absolument obligatoire pour recevoir son invitation et figurer sur les listes.
à Villers-Cotterêtsà 10h30
à Paris, place du Général-Catroux (17e arrondissement) à 17h30

Pour cela, il vous suffit de cliquer ci-après : Je m’inscris aux cérémonies du 10 mai 2019

  Les deux cérémonies sont placées sous le haut patronage de M. Emmanuel Macron, Président de la République

Lire Plus =>

Nuit du Tout-Monde « Le regard invisible. À la rencontre des Batoutos »

Le 10 mai 2019, 18h30 Paris Musée d’Orsay.

Soirée poétique proposée par l’Institut du Tout-Monde et le Musée d’Orsay, à l’occasion de la Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions,

La Nuit du Tout-Monde au Musée d’Orsay est d’abord celle du 10 Mai, date consacrée chaque année en France aux mémoires de la traite, de l’esclavage, et de leurs abolitions. Nous y célébrerons cette nuit de la libération qui renversa l’invisibilité d’une part de l’humanité. Nous y célébrerons l’incroyable résistance d’un regard interdit, d’un nom imposé, d’une parole inaudible. Ce que les artistes ont perçu et révélé dans les représentations de ces « modèles », c’est d’abord cet audelà d’un regard que l’on n’avait jamais vu, et qui nous regarde enfin aujourd’hui.

En empruntant la vision de Jeanne Duval ou de Joseph nous entrons avec eux parmi le peuple des Batoutos, ce peuple imaginaire retrouvé par Édouard Glissant, qui traverse l’histoire du monde et ses tribulations, nouant la Relation : « Dans les temps démultipliés d’aujourd’hui, nous les voyons difficilement.

Lire Plus =>

Haïti autrement : l’enseignement autour de la littérature haïtienne

Le 6 mai 2019à 17 h à Paris, cours de Yanick Lahens au Collège de France

Entre l’ancrage et la fuite

Assister au cours
06 mai 2019 17:00 18:00 Cours Amphithéâtre Marguerite de Navarre – Marcelin Berthelot
Les cours et séminaires sont gratuits, en accès libre, sans inscription préalable.

Première titulaire de la chaire Mondes Francophones, Yanick Lahens donne une série de cours qui interrogent l’apport de l’expérience haïtienne au monde francophone. Rédigée en trois langues autres que le français, la littérature haïtienne atteste que les langues sont appelées à cohabiter. De 17h à 18h, Collège de France, place Marcelin-Berthelot, 75005 Paris, retransmis sur Collège de France, RFI, TV5Monde, AUF. Autres dates : 13-20-27 mai.

Programme
Dire Haïti et sa littérature autrement à travers l’ensemble des cours, c’est se demander à travers sa littérature quel éclairage peut apporter aujourd’hui au monde francophone sinon au monde tout court l’expérience haïtienne ? Comment dans l’impasse qui suit son indépendance, des hommes et des femmes dépossédés, déplacés, déstabilisés linguistiquement créent une civilisation dont la littérature sera un élément majeur ?

Lire Plus =>

À Paris Michelle Obama galvanise son public

— Par Annick Cojean —
Entre leçons de vie et humour décapant, l’ancienne première dame des Etats-Unis a ranimé mardi soir cette petite « flamme » qui l’a menée d’une banlieue modeste aux dorures de la Maison Blanche.

Elle a du chien, Michelle Obama. Et du charisme. Une spontanéité décoiffante. Mais l’ex-première dame américaine a bien plus que cela. Il fallait entendre les réactions passionnées des jeunes femmes venues l’écouter mardi 16 avril, dans la vaste salle de l’Accorhotels Arena à Paris, pour comprendre l’impact de ses propos et l’importance de son rôle de mentor et de modèle. « On a tous vibré à “Yes we can”, disait Dzaelea, 32 ans, assistante de gestion, venue avec ses deux sœurs et sa mère originaire du Congo. Son parcours et ses paroles nous boostent. Elle s’est construite et élevée dans un milieu pauvre et un pays raciste. Elle prêche la force des femmes et leur sororité. Qui, mieux qu’elle, pourrait inculquer de l’espoir à des filles de la banlieue ? »

C’est d’ailleurs à elles, les filles et puis leurs mères, qu’elle s’est essentiellement adressée.

Lire Plus =>

Quinzaine Culturelle de Sainte-Luce

 Du 2 au 14 avril 2019 

Pour fêter son anniversaire, du 2 au 14 Avril, l’Office Municipal Lucéen en partenariat avec Tropiques Atrium scène nationale, vous invite à partager tout un programme d’animations, dans la salle mobile de l’Atrium qui sera positionnée sur le terrain de football, à l’Esplanade des fêtes de Sainte Luce.
Cinéma, danse, théâtre et musique, vont animer cette première édition de la Quinzaine Culturelle de Sainte Luce.
Pour plus d’information, contacter l’OML au 0596 62 26 00 ou Tropique Atrium au 0596 70 79 29

Le programme

Cinéma : Mercredi 10 avril à 17 heures : « Tout en haut du monde de Rémi Chayé » (2 euros)

Danse : Mercredi 3 avril à 19 heures (entrée libre) : « Poto mitan » de Murielle Bedot et atelier de l’OML avec JeanFélix Zaïre et Flexx.

Samedi 6 avril à 19 heures (entrée libre) : Zion B-Boyz

Dimanche 7 avril à 17 heures : ballet Tchè Kréyol (15 euros)

Théâtre Vendredi 5 avril à 19 heures (entrée libre) : « Cette punition » de Valer’ Egouy

Mardi 9 avril à 19 heures (10 euros) et mercredi 10 avril à 19 heures (5 euros) : « Oreste aime Hermione qui aime Pyrrhus qui aime Andromaque qui aime Hector qui est mort… », d’après « Andromaque » de Jean Racine.

Lire Plus =>

Les archipels de Patrick Chamoiseau

Du 13 au 14 avril 2019 au MUCEM Entrée libre

Le Mucem invite l’écrivain et penseur Patrick Chamoiseau (prix Goncourt en 1992) pour deux journées de rencontres, lectures et spectacles. Il s’agit de revenir sur le parcours, l’œuvre et les thématiques chères à l’auteur : l’esclavage et la créolité, l’héritage d’Édouard Glissant et le « Tout-Monde », ainsi que la question migratoire, qu’il évoque avec force dans l’essai Frères migrants (Le Seuil, 2017).

Tout au long de ce week-end, l’installation Archipélique nous plongera dans les récits et les imaginaires de Patrick Chamoiseau.

Lire Plus =>

Quatrième centenaire de l’arrivée de l’Anonyme de Carpentras en Martinique

12 et 13 avril 2019. Conférence-débat Exposition et visites guidées au Musée d’Archéologie et de Préhistoire

—Communiqué de presse de Marie-Hélène Léotin, Conseillère exécutive en charge de la culture et du patrimoine à la CTM —

Le 21 avril 1619 arrivait en Martinique « L’Anonyme de Carpentras »

Jusqu’à cette année 2019, on ne connaissait pas son nom, d’où le terme « L’Anonyme ». Ce personnage nous a laissé un récit de son voyage dans la mer des Antilles, un manuscrit retrouvé dans la bibliothèque de l’évêque du diocèse de Carpentras, Monseigneur d’Inguimbert, d’où le nom « de Carpentras ».
Ce manuscrit est précieux car c’est le premier récit complet d’une expédition de pirates et de flibustiers dans la Mer des Antilles. C’est un des plus anciens documents connus sur la Martinique.
Ce manuscrit a été retrouvé, transcrit, revu, annoté, commenté par Jean-Pierre Moreau, archéologue, et publié sous le titre :
« Un flibustier français dans la mer des Antilles »
L’intérêt de ce manuscrit est de mieux nous faire connaître les premiers contacts entre Caraïbes (Kalinas) et Français, « ces rencontres de mer, des îles et de la terre, de ces hommes infiniment divers, de ces humanités qui se côtoient sans jamais vraiment se connaître… errances de mer de marins français…, rencontres entre deux civilisations, des dialogues qui s’ébauchent… » (Jean Meyer).

Lire Plus =>

Salon du livre 2019 : déambulations et rencontre avec JB Desnel éditeur

— Par Dominique Daeschler —

Porte de Versailles, un salon polissé et bien rôdé, aux visages multiples, ouvert au-delà des grosses maisons d’édition et des libraires aux cultures du monde (Bratislava en vedette ainsi que le sultanat d’Oman). Focus important sur l’Europe : actualité oblige !

Dix scènes thématiques (Polar, Jeunesse Grande scène, Young adult, Agora, BD, Europe, Sciences, coulisses de l’édition) ont organisé pendant quatre jours, des conférences, des débats, des ateliers, créant une dynamique de réflexion auprès des lecteurs et des professionnels du livre, au-delà des rencontres et des signatures dans les stands.

D’un picorage sélectif autour des tables rondes lors de la journée professionnelle, à l’exemple de celle de l’Institut français au stand du Centre National du Livre, à laquelle a participé la romancière martiniquaise Suzanne Dracius, déléguée par le Parlement des Écrivaines francophones, dans le cadre des États généraux du livre en langue française, on retient quelques données et quelques questions. En 10 ans le nombre de lecteurs a considérablement diminué, 32% de personnes ne lisent pas.

Lire Plus =>

Les Ateliers de Saint-Pierre

Les 28 & 29 mars 2019 au CDST à Saint Pierre

Après les Ateliers de la Mer, les Ateliers du Rhum et de la Canne et les Ateliers du BTP, Contact-Entreprises lance, en collaboration avec la ville et d’autres partenaires, les Ateliers de Saint-Pierre, les 28 et 29 mars 2019 au Centre de Découverte des Sciences de la Terre. Ouverts à tous, ils réuniront pendant deux jours société civile, acteurs économiques, techniciens, scientifiques et politiques sur la question : Et si Saint-Pierre était l’atout touristique majeur de la Martinique ?

Michel Onfray, philosophe, essayiste, et grand admirateur de Saint-Pierre, animera une conférence inaugurale le 28 mars.

Quatre ateliers thématiques (Ville d’Art et de l’Histoire de France, Pompéi des Caraïbes, Ville de la mer, Action citoyenne des Martiniquais) se tiendront le 29 mars.

Jeudi 28 mars 2019 au CDST ( Centre des Sciences de la Terre) à Saint-Pierre
17h 30 : accueil.
18 heures : discours d’ouverture.
18 h 15 18 h 45 : conférence de Marie Chomereau-Lamotte, historienne.
18 h 45 19 h 15 : conférence de Michel Onfray, philosophe et essayiste.

Lire Plus =>

Trois rencontres avec Gerty Dambury

Gerty Dambury, née le 27 février 1957 à Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, est une dramaturge, metteuse en scène, romancière et poétesse française. Elle a reçu plusieurs prix: Prix SACD de la dramaturgie en langue française en 20081, Mention spéciale du Prix Carbet pour l’ensemble de son œuvre en 20112. Prix Carbet de la Caraïbe et du Tout-Monde 2015 pour son ouvrage Le rêve de William Alexander Brown .

Lire sur Madinin’Art à propos de Gerty Dambury

Son œuvre couvre divers champs : théâtre, nouvelles, poésie, roman.
Gerty Dambury naît dans une famille d’origine modeste. Son père, Pierre Dambury, fut d’abord tailleur d’habits, tandis que sa mère, née Chaville-Budon, a d’abord été vendeuse dans un magasin de tissus de Pointe-à-Pitre.

Lire : Décolonisons les Arts ! Le livre choc de la rentrée— par Stéphane Capron —

Nous sommes face à une ubérisation de l’art

Le 27 février 1957, après la naissance de sept autres enfants, arrive la petite dernière, Gerty, qui, très vite, montre des aptitudes au dire poétique et théâtral. La famille vit à Pointe-à-Pitre jusqu’aux années 1970, puis quitte la Guadeloupe pour la région parisienne.

Lire Plus =>

Décolonisons les arts ! : Rencontre-débat avec Gerty Dambury et Patricia Donatien

Mardi 26 mars, 18h45 à la BU du campus de Schoelcher

Aux côtés de la chercheuse Françoise Vergès et de la comédienne Leïla Cukierman, Gerty Dambury, dramaturge et romancière, a co-dirigé un ouvrage collectif dont le titre est à lui seul un manifeste : Décolonisons les arts ! (Ed. L’Arche, 2018). G. Dambury sera l’invitée d’une conférence à la BU du campus de Schoelcher mardi 26 mars, 18h45, où elle dialoguera avec Patricia Donatien, professeure des universités (UA), spécialiste de littérature et d’art caribéens. Cette rencontre est réalisée en partenariat avec ETC Caraïbe

S’appuyant sur les témoignages et récits d’expériences d’une douzaine d’artistes français issus, selon une terminologie topique venue du Canada, des « minorités visibles », ce livre interroge la place –ou plutôt la non-place- qui leur est faite, en vertu d’héritages culturels et intellectuels pesants, tant dans les perspectives d’accession à des postes de haute responsabilité dans les institutions publiques de ce secteur d’activité, que dans les possibilités d’accéder à des rôles qui ne les confinent pas dans des emplois subalternes de troisième zone en raison de leurs origines.

Lire Plus =>

“Pouvoirs du détournement”

Mardi 13 mars, 18h, ESPE de Martinique

Intervenants : Anne-Catherine Berry, Dominique Berthet, Martine Potoczny

******

Une pratique artistique et politique
Cet acte se retrouve par exemple au cœur de démarches très tôt liées à l’art moderne et contemporain, par la réutilisation d’images, d’objets et de textes.

Marcel Duchamp fait appel dès 1913 au détournement des fonctions utilitaires premières d’objets et d’images, lorsqu’il invente le ready-made. Certains artistes liés au pop art y font appel massivement comme Roy Lichtenstein qui détourne des images extraites de comics pour en faire de grandes toiles.

Lire Plus =>

Les rendez-vous de février à la B.U. du campus de Schoelcher

Mardi 26 février  2019 à 18 h

Rencontre artistique avec Gaël Octavia

Touche-à-tout autodidacte , romancière, Gaël Octavia nous fera partager ses autres passions artistiques :le cinéma, l’écriture théâtrale et la peinture…

À lire sur Madinin’Art

Gaël Octavia : dernières nouvelles de la guerre

« Cette guerre que nous n’avons pas faite »— par Janine Bailly —

« Cette guerre que nous n’avons pas faite » de Gaël Octavia — Par Selim Lander —

RPLL, Carte blanche : Lucette Salibur passe le relai à Gaël Octavia

« Congre et homard » de Gaël Octavia dans une mise en scène de Dominik Bernard : une vraie réussite — Par Roland Sabra —

« Congre et Homard » de Gaël Octavia par Alvina Ruprecht

« La fin de Mame Baby » : un essai transformé ! — par Janine Bailly —

« Cette guerre que nous n’avons pas faite » : belle traversée, en immersion dans un bar et des mots

 

Lire Plus =>

Séminaire « Génétique et anthropologie »

Vendredi 15 février 2019, 14h30-16h30 Rue d’Ulm

Cette proposition de séminaire de l’équipe « Manuscrits francophones » cherche à confronter, comparer et surtout à mettre en relation génétique et anthropologie, deux disciplines dont l’Afrique et la Caraïbe constituent déjà le « terrain » commun. Si l’anthropologue s’est lui-même observé « comme auteur » (Geertz), producteur de textes et donc d’avant-textes relevant d’une étude génétique, l’écrivain africain, à l’inverse, s’est défini comme un « guetteur » dont la première phase de travail est « l’enquête » (Sony Labou Tansi) dont les traces peuvent être repérées par l’anthropologie de l’écrit (politique, religieux, historique, culturel, etc.). Outre ces « branchements » (Amselle) évidents situés en amont du processus, celui-ci peut être interprété au croisement de concepts typologiques élaborés dans les champs disciplinaires distincts, mais qui finissent par entrer en résonance, tels le prophétisme scripturaire et l’écriture à processus. Il s’agira aussi de mettre en commun les moyens et méthodes (entretiens, archives, films) pour explorer ensemble de nouveaux terrains, notamment les réseaux sociaux.

L’ensemble des matériaux réunis pour chaque séance (interventions, documents commentés, y compris extraits vidéos ou œuvres plastiques) sera mis en ligne en flux continu dès le lendemain de la séance, pour documenter les travaux du séminaire, alimenter le débat et faire émerger progressivement une réflexion commune.

Lire Plus =>

« Recherches en Esthétique : Art et détournement »

Vendredi 15 février 2019 – 18h 30 – Bibliothèque Schœlcher à FdF

La Bibliothèque Schœlcher vous invite à la rencontre autour du 24ème numéro de la revue du CEREAP : « Recherches en Esthétique : Art et détournement » publié sous la direction de Dominique BERTHET.

« Dans le domaine artistique, le détournement concerne généralement les images, les œuvres, les objets, les matériaux industriels et naturels quelles que soient leur taille et leur matière. Le détournement consiste alors en une modification du sens de l’image ou de la fonction de l’objet. Le contexte et le lieu peuvent également jouer un rôle dans le détournement. Celui-ci modifie donc ce qui existait antérieurement.

Le détournement est une modalité de l’appropriation qui consiste à utiliser une source, un référent déjà existant dans la réalisation d’une œuvre nouvelle. En l’occurrence, il s’agit là d’une appropriation productrice d’un écart plus ou moins significatif, débouchant sur une transformation. Le détournement consiste à transformer l’usage d’un objet, ou l’apparence d’une œuvre, connue de préférence. Dans une certaine mesure, le détournement est une affaire de connaisseurs qui sont en mesure de saisir ce en quoi il y a détournement, d’en mesurer l’importance et la portée.

Lire Plus =>

4 février 2019 : 225e anniversaire de l’abolition de l’esclavage

À l’occasion du 225e anniversaire de l’abolition de l’esclavage
4 février 1794 – 4 février 2019

L’association des amis du général Dumas
et Claude Ribbe
vous invitent à vous rassembler symboliquement à Paris

Lundi 4 février 2019
à 12 heures 30
précises

devant le monument au général Dumas Place du général-Catroux 75017 Paris Métro Malesherbes ligne 3 bus 94

« Périssent les colonies plutôt que nos principes ! »

Robespierre

Lire Plus =>

Projet Mi Bel Madam // « L’Art dans la Ville »

Samedi 26 janvier 2019 à 16h au Marché au poisson

Toute l’équipe d’un Oeuf / Maison d’artistes et l’association pour l’Amour des Arts vous invite à l’ Inauguration Mi Bel Madam / L’Art dans la Ville
Projet de réhabilitation des berges du canal LEVASSOR, avec la réalisation d’une fresque artistique murale de plus de 500m.

Rdv sur le Canal Levassor / Boulevard Allègre
(Départ au niveau du Marché au poisson)

Visite du Canal en présence des artistes

À partir de 17h, rdv à Un Oeuf/Maison d’artistes
Vernissage & bilan du projet

Lire Plus =>

« Corps marron ! » : conférence de Sylvie Chalaye

Lundi 21 janvier à 19h Tropiques-Atrium. Entrée libre

Les poétiques de marronnage des dramaturgies afro-contemporaines

En marge des dramaturgies contemporaines, sont nées des écritures dramatiques dont les auteurs afro-descendants, sans territorialité d’appartenance reconnue par la Nation, autre que la francophonie, l’Afrique, les Outre-mer ou leur couleur de peau, ont entrepris de faire du corps le théâtre du drame et de déconstruire cette territorialité fantasmée et ses frontières en produisant un « autre » théâtre.

Le corps où se joue le drame est un corps sorti de l’enfermement de la cale des idées reçues et des couleurs plaquées au front, un corps qui entreprend sa mue dans le regard de l’autre, un corps qui est sorti de l’enclos des prêts-à-porter identitaires. Le corps-champ-de-bataille de ces dramaturgies inédites est un corps marron, celui qui n’appartient pas au maître, le corps du rêve, corps sacrificiel et eucharistique, celui qui nous ramène à l’essence même de la cérémonie théâtrale.

Ce livre propose de découvrir cet « autre » théâtre et ouvre quelques entrées théoriques pour en appréhender les enjeux esthétiques, politiques et philosophiques.

Lire Plus =>

Art & Société : L’Artocarpe fête ses 10 ans en conférences!

Jeudi 17 janvier 2019 à partir de 15h 30 Le Moule

Pour célébrer ses 10 ans, L’Artocarpe vous invite à une journée de conférences sur l’Art et la Société avec une belle fourchette d’invités!
Le CAGI (Fred Réno et Julien Mérion) présenteront leurs analyses des 10 ans du LKP. En abordant les problèmes sociaux de l’île à travers une grève de 44 jours, le LKP a propulsé, en 2009, la Guadeloupe sur la carte du monde…
Un RDV à ne pas manquer! INVITE SURPRISE

Une date pour votre agenda! / Not to be missed!

Programmation de la journée:
à la Médiathèque du Moule – centre-ville
15h30 – 16h00: Projection d’images photographiques des événements 2009 (par Hélène Valenzuela)
16h00 – 16h45: Intervention de Joëlle Ferly – artiste, fondatrice de L’Artocarpe: L’œuvre d’art à l’ère de sa décolonialité? Analyse des productions artistiques contemporaines au sein d’une structure d’artistes (Bilan de L’Artocarpe depuis 2009)
16h45 – 17h30: Intervention de José Lewest – artiste, chercheur et conférencier: Tendances et structuration de l’art en Guadeloupe de 2009 à 2018
18h00 – 19h30: Mr Fred Réno et Mr Julien Mérion du CAGI (Centre d’Analyse Géopolitique et Internationale): La contagion LKP dans les possessions françaises : mobilisation sociale et faillite politique?

Lire Plus =>

« Groupes/collectifs d’artistes » 4° conférence du CEREAP

Mardi 8 janvier 2019, à 18h, ESPE de Martinique

intervenants : Anne-Catherine Berry, Dominique Berthet et Lise Brossard.

Les objectifs d’un collectif d’artistes comprennent tout ce qui est pertinent ou presque, pour l’activité de chacun d’entre eux ; cela peut aller, concrètement, de l’achat de matériaux en gros, le partage de matériel, de lieux ou de fournitures, en passant par le rapprochement d’idéologies partagées, d’approches esthétiques ou d’opinions politiques ou, même, l’organisation d’une vie commune, notamment de travail, comme dans une famille élargie.

Le partage de la propriété — avec ses risques, ses avantages, ses statuts — est souvent implicite.

Des collectifs d’artistes ont existé à toutes les époques historiques, souvent rassemblés autour d’un centre de ressources ; tel était le cas, par exemple, des ateliers de sculpture de l’Antiquité dans les carrières de marbre de Milos en Grèce ou de Carrare en Italie.

Des collectifs se sont constitués pendant la révolution russe, parfois mis en place par l’État, ou sous la Révolution française lorsque le Louvre à Paris fut occupé par un collectif d’artistes.

Lire Plus =>