92 search results for "berthet"

FIAP17 : Festival International d’Art Performance, 1ère édition

Du 17 au 23 avril 2017 à Fort-de-France

A l’initiative d’Artincidence l’association d’Annabel Guérédrat et Henri Tauliaut, va se tenir en Martinique le 1er Festival International d’Art Performance. Des « performeuses » et des « performeurs » venusdu bassin caribéen, des Etats-Unis, d’Amérique du Sud et d’Europe vont se rencontrer et aller à la rencontre du public martiniquais pendant trois jours à l’Hotel Impératrice de Fort-de-France mais aussi « hors les murs », in situ, dans la rue piétone de la ville capitale, aux alentours de la bibliothèque Schoelcher… Performance live en continu, tables rondes avec des spécialistes venus de différents horizons, exposition photo, projections de films vont animer ces trois jours dans un esprit d’ouverture au grand public.

Inventée par les dadaïstes il y a un siècle, cette forme d’art éphémère, où le corps du performeur est au centre de l’œuvre laisse peu d’objets derrière lui. Elle est essentiellement connue par ses traces : des photographies, le plus souvent, et parfois des films et des témoignages. (…) son l’origine se situe sans doute dans la pratique des rituels ou rites de passage observés depuis l’origine de l’Homme.

→   Lire Plus

6e conférence du CEREAP: Paul Gauguin en Martinique

Mardi 4 avril 2017 à 18 h

Salle polyvalente de l’ÉSPÉ de Martinique
Conférencières : Anne-Catherine Berry, Lise Brossard, Christelle Lozere
Modérateur : Dominique Berthet

En avril 1887 Paul Gauguin et son ami peintre Charles Laval s’embarquent pour Panama « pour vivre en sauvage. […] . J’emporte mes couleurs et mes pinceaux, et je me retremperai loin de tous les hommes.». Gauguin travaille au percement du Canal dans des conditions difficiles et cherche rapidement à quitter l’île.

En juin 1887 les deux amis débarquent à la Martinique où ils avaient fait escale et s’installent au Carbet dans une ancienne case-à-nègres. Gauguin y passe environ 5 mois.

C’est une révélation pour le peintre : « Je rapporterai une dizaine une douzaine de toiles dont quatre avec des figures bien supérieures à mon époque de Pont-Aven. […] malgré ma faiblesse physique, je n’ai jamais eu une peinture aussi claire, aussi lucide par exemple beaucoup de fantaisie)».

Malgré sa maladie – la malaria contractée à Panama – Gauguin peint une quinzaine de toiles et réalise de nombreux croquis, pastels et aquarelles. La Martinique est encore présente dans nombre d’œuvres réalisées à son retour en France : éventails, sculptures, zincographies…

Ainsi l’expérience martiniquaise a été un tournant dans la vie de l’artiste et a influencé sa peinture.

→   Lire Plus

« Art et hasard » conférence du CEREAP

Mardi 21 février 2017 , à 18 h

ESPE (Route du phare, Fort-de-France)

Intervenants : Anne-Catherine Berry, Dominique Berthet, Olivia Berthon

A cette occasion vous pourrez découvrir le nouveau numéro de la revue Recherches en Esthétique (n° 22) portant sur le même thème.

*****

Le hasard a toujours fasciné les artistes.
Conscient du formidable potentiel qu’il recèle, les artistes ont tenté à plusieurs reprise de le convoquer au coeur même de leur démarche afin de pouvoir jouir de ses bienfaits créatifs.

Le hasard reste avant tout une notion difficilement définissable. Néanmoins deux catégories de hasard peuvent être distinguées comme l’a établi avec justesse le biologiste et biochimiste Jacques Monod, dans la mesure où un hasard peut effectivement être soit subi, soit provoqué. Le premier répondant à « une incertitude essentielle » et le second à une « incertitude opération nelle ».
Dans le premier cas le hasard peut se donner à voir comme un accident et un événement fortuit, inexplicable et inattendu, pouvant s’inviter à tout instant dans l’acte créatif, aussi bien avant que pendant ou aussi après.
Il peut être alors perçu comme un acteur – important ou non – venant bouleverser l’oeuvre en bien ou en mal.

→   Lire Plus

« Art et hasard » 21e colloque du CEREAP

 26 & 27 novembre 2016 au Mémorial ACTe

art__hasard-2Programme ci-dessous.

Hasard et aléatoire, Dada et art génératif

— Par Augustin Manaranche —

Le hasard a toujours fasciné les artistes.
Conscient du formidable potentiel qu’il recèle, les artistes ont tenté à plusieurs reprise de le convoquer au cœur même de leur démarche afin de pouvoir jouir de ses bienfaits créatifs.
Au travers de l’exemple du mouvement Dada et de l’art génératif nous chercherons à découvrir la signification de leurs rapports au hasard.

Introduction au hasard et à l’aléa dans le champ de l’art
Le hasard reste avant tout une notion difficilement définissable. Néanmoins deux catégories de hasard peuvent être distinguées comme l’a établi avec justesse le biologiste et biochimiste Jacques Monod, dans la mesure où un hasard peut effectivement être soit subi, soit provoqué. Le premier répondant à « une incertitude essentielle » et le second à une « incertitude opérationnelle(1).

Dans le premier cas le hasard peut se donner à voir comme un accident et un événement fortuit, inexplicable et inattendu, pouvant s’inviter à tout instant dans l’acte créatif, aussi bien avant que pendant ou aussi après.

→   Lire Plus

Le mai de Saint-Pierre

 

Dimanche 22 mai 2016

le_mai_de_st_pierre_2016Programme des commémotations
À SAINT-PIERRE (MARTINIQUE), en commémoration de l’abolition de l’esclavage, colloque dimanche 22 mai 2016 au CDST (Centre des Découvertes des Sciences de la Terre), Habitation Périnelle :
(Entrée libre)
10 h 45 à 11 h 15 : Accueil des invités (inscription au déjeuner offert). Buffet offert au public (pain-beurre chocolat/café/viennoiseries créoles). Exposition d’ouvrages et dédicaces.
11 h 15 à 11 h 30 : Discours de bienvenue du directeur du CDST Charles-Henri Fargues et présentation du colloque.
11 h 30 à 11 h 45 : « L’esclavage aux Antilles françaises avant 1789 », Sophie Relouzat.
11 h 45 à 12 h 30 : Carte blanche à Marie-France Massembo : « L’histoire d’une anthropologie sociale et culturelle guadeloupéenne « Grap a kongo » – Rites d’une identité préservée ».
12 h 30 à 13 h : Carte blanche à Suzanne Dracius : « Youma… un rêve…Témoin des rapports antagoniques et équivoques qui unissent maîtres et esclaves ».
13 h à 13 h 30 : Dédicaces et échanges avec les auteurs.
13 h 30 à 14 h 45 : Ti punch & déjeuner créole offert par l’association Promolecture.

→   Lire Plus

Wifredo Lam, la construction d’une esthétique

le 27 avril 18h Campus Schoelcher

berthet_lamLe peintre cubain Wifredo Lam (1902-1982), de renommée internationale, est l’initiateur d’une peinture métissée alliant modernisme occidental et symboles africains ou caribéens. Il a côtoyé tous les mouvements d’avant-garde de son époque – cubisme, surréalisme, CoBrA – qui incitent à la liberté, favorisent l’accès à l’inconscient ou explorent le merveilleux, à travers l’automatisme graphique… Mais Lam affronte également les problèmes du monde ; il poursuit dans son œuvre le même combat que son ami, Aimé Césaire : « peindre le drame de son pays, la cause et l’esprit des Noirs ». Il a ainsi inventé un langage propre, unique et original, pour « défendre la dignité de la vie » et « saluer la Liberté ». (http://www.wifredolam.net/)

*****

L’oeuvre de Wifredo Lam occupe une place singulière et paradoxale dans l’art du 20ème siècle, exemplaire des circulations plurielles des formes et des idées dans le contexte des avant-gardes, échanges et mouvements culturels inter et transnationaux qui ont constitué le « modernisme élargi » décrit par Andreas Huyssen autrement et bien avant que la question de la globalisation ne soit posée dans les années 1990.

→   Lire Plus

Autour de « 40 entretiens d’artistes » et « La Réception de l’art »

le 14 avril 2016 de 18h 30 à 21h 30 Bibliothèque Schoelcher à Foyal

Rencontre autour des ouvrages « La réception de l’art » , le 21ème numéro de la revue Recherches en Esthétique et « 40 entretiens_&_receptionentretiens d’artistes : Martinique et Guadeloupe » — Tome 1 & 2, publiés sous la direction de Dominique Berthet

Intervenants :

Dominique Berthet, Directeur de Recherches en Esthétique

Anne-Catherine Berry, enseignante

Yolande Salomé Toumson, enseigmante

 

→   Lire Plus

La prégnance du lieu dans la Caraïbe

les 14 et 15 avril 2016

Co-organisateurs : Cécile BERTIN-ELISABETH et Dominique BERTHET

Amphithéâtre Hélène Sellaye, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines

Université des Antilles, Campus de Schoelcher

Jeudi 14 avril

8h00 : Accueil.

8h15 : Ouverture officielle avec Mme Corinne MENCE-CASTER, Présidente de l’Université des Antilles ; M. Jean-Emile SYMPHOR, VP Pôle Martinique et M. Raphael CONFIANT, Doyen de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines.

8h45 : Ouverture scientifique avec Cécile BERTIN-ELISABETH, PR, UA et Dominique BERTHET, PR, UA, co-organisateurs

9h15 : Invitée d’honneur : Luz SEVERINO, plasticienne (République Dominicaine) : Dialogue avec Cécile BERTIN-ELISABETH :

→   Lire Plus

Recherches en Esthétique n° 21, « La Réception de l’art ». Présentation.

— Par Olivia Berthon —

recherche_en_esthetique_n°21Le mardi 14 mars 2016, ESPE Martinique

Considérer l’art dans sa dimension sociale, s’interroger sur ce que l’art représente pour nous, pour moi, pour eux, pour les autres, voilà une des acceptions de la réception de l’art.

L’éditorial de ce 21e volume de la revue Recherches en Esthétique nous le précise : ce sont les évènements tragiques, survenus en janvier 2015, les tristement célèbres attentats de Charlie Hebdo qui ont incité Dominique Berthet et son équipe de chercheurs, contributeurs et collaborateurs, à s’interroger sur cette notion, celle de la réception de l’art, qui aujourd’hui, à l’ère d’Internet et des nouveaux médias de communication, se pose en de nouveaux termes.

En s’appuyant, sur la réception d’un dessin qui aurait pu porter la mention « ceci n’est pas le Prophète », pour faire référence à une des trahisons les plus célèbres, celle des images de René Magritte, la question posée se concentre, entre autres, sur la manière dont seront reçus différents « objets » qui tendent à se déployer dans un contexte donné. Contexte qui, à l’heure actuelle ne cesse de se développer, de s’étendre, grâce, comme je le disais à l’instant, à Internet, qui permet une diffusion massive et instantanée d’images flux, au-delà des cultures et des frontières.

→   Lire Plus

Recherches en Esthétique n° 21 : « La réception de l’art »

Mardi 15 mars, à 18h, ESPE de Martinique (route du phare, Fort-de-France)

recherche_esthetique_n°21Lancement du 21° numéro de la revue Recherches en Esthétique,

sur le thème « La réception de l’art »

Intervenants : Cécile Bertin-Elisabeth, Olivia Berthon et Dominique Berthet.

Vente de la revue / dédicaces ce soir là

La réception de l’art

*****

DIRE LA RÉCEPTION
Culture de masse , expérience esthétique et communication
— Par Laurence Allard —

La question de la réception semble devenue centrale depuis quelques années dans de nombreuses études sur les productions de la culture des médias de masse (cinéma, télévision…). En effet, à la croisée des approches critique (« cultural studies ») et empirique (« recherche sur les effets », « uses and gratifications »…), un courant d’études de réception (1) des textes des médias de masse a maintenant sa place, aux côtés des théories de la réception en littérature. Ces études nous semblent contribuer à affirmer la valeur des textes de la culture de masse, principales sources d’expérience esthétique pour la plupart d’entre nous.
Néanmoins, la notion de réception que ces études déploient paraît, au regard de celle forgée par certaines théories littéraires, quelque peu appauvrie.

→   Lire Plus

Allaitement : cessons de culpabiliser les femmes

allaitement— Par Titiou Lecoq, Auteure , Elisabeth Bost, Journaliste , Pénélope Bagieu , Auteure de bandes dessinées , Lauren Bastide, Journaliste , Delphine Manivet , Créatrice de mode , Alix Girod de l’Ain , Journaliste , Nadia Daam, Journaliste , Alexandrine Duhin, Editrice , Marlène Schiappa, Présidente de «Maman travaille» et Sophie de Closets, Editrice —

L’allaitement au sein ou au biberon doit rester un choix personnel. Chaque femme mérite un respect égal dans ses choix. Nous demandons de conserver notre droit à décider sans devoir affronter une culpabilisation permanente.

Je n’ai pas allaité mes enfants au sein.

Et je trouve inquiétant que ce choix soit socialement de plus en plus difficile à assumer. C’est le signe à la fois d’une remise en cause profonde des droits des femmes et d’une assignation à un idéal maternel oppressant.

Nous qui avons choisi le biberon serions de mauvaises mères, privilégiant notre confort au détriment de celui de nos enfants, refusant d’assumer nos fonctions biologiques. En réalité, nous considérons simplement que notre corps nous appartient. Les progrès permettent à celles qui le souhaitent de ne pas allaiter au sein.

→   Lire Plus

« Une esthétique du trouble »

Présentation de l’ouvrage réalisé sous la direction de Dominique Berthet, le vendredi 23 Octobre à 18h30 à la Bibliothèque Schoelcher (FdF).

une_esthetique_du_trouble

Intervenants : 

Dominique Berthet

Olivia Berthon

Christelle Lozere

UNE ESTHÉTIQUE DU TROUBLE
Dominique Berthet
Sous la direction de Dominique Berthet
Ouverture Philosophique – Sri Lanka
ARTS, ESTHÉTIQUE, VIE CULTURELLE SOCIOLOGIE

Quelles relations l’art entretient-il avec le trouble ? Cette notion renvoie au moins à trois acceptions : le trouble des éléments, le trouble des émotions et le trouble social. Trois aspects qui renvoient à l’ambiguïté, l’étrange, l’imprévu, au surprenant, au bouleversant, au malaise. Les œuvres troublantes déstabilisent, dérangent le regardeur. Cet art perturbe et fait vaciller les codes, il déjoue les positions morales, malmène les convenances, la morale, les règles. En cela, cette esthétique du trouble relève d’une posture de résistance.

*****

***

*

Sur le même thème :
Dominique Berthet
Recherches en Esthétique n°17. Le trouble

Extrait de l’éditorial, par Dominique Berthet (p.5)

Dans le prolongement des réflexions sur l’imprévisible (n°15) et sur l’insolite (n°16), ce nouveau numéro de Recherches en Esthétique porte sur la notion de trouble. A quoi ce terme renvoie-t-il?

→   Lire Plus

Un atelier dans la jungle : Ernest Breleur

— Par Selim Lander —

Ernest Breleur (le Christ rouge)Sous les tropiques, la conjonction du soleil et de la pluie produit facilement une végétation luxuriante ; un bout de terre suffit pour faire pousser un rideau de verdure impénétrable. La villa du plasticien martiniquais Ernest Breleur[1] a beau être située dans un lotissement assez récent à la périphérie de Fort-de-France, pour qui a le privilège de partager un moment avec lui dans sa véranda, l’écoutant s’exprimer sur sa démarche artistique, sa maison cernée par les plantes en rangs serrés nommées oiseaux de paradis, semble perdue dans une jungle[2].

L’œuvre d’Ernest Breleur mérite qu’on s’y intéresse. J’ai souligné ailleurs la fécondité des arts plastiques en Martinique, seulement comparable à sa fécondité littéraire[3]. Ce n’est pas un hasard si je mettais alors Breleur en premier. Il est à coup sûr le plus « chercheur » de tous les plasticiens martiniquais, celui qui a le plus su (et voulu) se renouveler au fil des années. Une visite dans son atelier le confirme : aucun des lecteurs de l’ouvrage – par ailleurs remarquable mais qui date déjà de 2008[4] – qui lui a été consacré ne pourrait anticiper l’état actuel de ses recherches, au vu de son œuvre telle qu’elle se présentait il y a une dizaine d’années.

→   Lire Plus

Joseph René-Corail : le talent et l’engagement

— Par Selim Lander —

ChèvreUn artiste sorti du peuple et qui y est resté, ce n’est pas si fréquent, surtout quand cet artiste fut aussi prolifique que talentueux. Faut-il y voir l’influence du soleil des Antilles ? Toujours est-il que Joseph René-Corail (dit Khokho), né en 1932 (la Martinique est encore une colonie ; elle ne deviendra département français qu’après la Deuxième guerre mondiale) dans une pauvre masure de paysans, mourra dans la misère, en 1998[1].

Enfant brillant, reçu premier de son école au certificat d’études, boursier de la République jusqu’à la fin de ses études, faut-il pourtant conclure de son échec au BEPC qu’il était déjà un rebelle ? Quoi qu’il en soit, c’est au cours complémentaire qu’il a découvert l’art, grâce à son professeur de dessin. Il a seize ans quand il entre à l’École des Arts appliqués de Fort-de-France, expédie le cursus en deux années au lieu des trois prévues, et intègre alors l’École nationale des Arts appliqués, à Paris. Il reviendra en Martinique en 1956 et enseignera, brièvement, la céramique dans l’école dont il fut l’élève.

→   Lire Plus

La rencontre des arts : Performance-DéamBUlation à la BU !

Mardi 19 mai 2015 à 19h

rencontres_des_artsJean-Hugues Miredin et  Laurent Troudart (Cie Art&Fact), Yna Boulangé, Fred Lagnau, Michel Beroard,David Gumbs

La performance se prolongera par une intervention du professeur Dominique Berthet portant précisément sur l’esthétique de la rencontre.
Les arts, les lieux, le rapport à l’autre… La rencontre est de tous les champs et de tous les instants, matière plurielle par excellence, « tout autant associée à l’éblouissement, à l’enthousiasme, au vertige qu’au désastre, à la catastrophe, au drame »*
Entrée libre et gratuite, venez nombreux !

→   Lire Plus

Peintres de Martinique

Par Selim Lander

La peinture en martiniqueLa Peinture en Martinique, sous la direction de Gerry L’Étang, préface d’Alfred Marie-Jeanne, Conseil régional de la Martinique et HC Éditions, Paris, 2007, 376 p., 50 €.

Pratiques artistiques contemporaines en MartiniqueEsthétique de la rencontre (I), par Dominique Berthet, L’Harmattan, Paris, 2012, 201 p., 21 €.

Ernest Breleur, texte de Dominique Berthet, préface de Jacques Leenhardt, Fondation Clément et HC Éditions, Paris, 2008, 192 p., 45 €.

Hélénon – Lieux de peinture, texte de Dominique Berthet, préface d’Édouard Glissant, Fondation Clément et HC Éditions, Paris, 2006, 192 p., 45 €.

Louis Laouchez, textes de Joëlle Busca et de Jean Marie-Louise, préface de Bernard Zadi Zaourou, Fondation Clément et HC Éditions, Paris, 2009, 208 p., 45 €.

Grâce au mécénat du Conseil régional d’une part, de la Fondation Clément d’autre part, quelques beaux livres permettent de se faire une bonne idée de la production picturale martiniquaise. L’ouvrage plus modeste de Dominique Berthet, publié en 2012, développe les commentaires consacrés à quelques-uns des artistes retenus dans l’ouvrage de référence dirigé par Gerry L’Étang, tout en introduisant certains nouveaux peintres (ou plasticiens).

→   Lire Plus

Les vingt ans de « Recherches en Esthétique »

— Par Pierre Juhasz —

recherches_esthetique_01-20La revue Recherches en Esthétique, avec son vingtième numéro, fête sa vingtième année d’existence. Étant un fidèle lecteur de cette revue depuis sa naissance et contribuant, depuis cinq ans, par des articles ou des recensions, à alimenter ses pages, je souhaite, par les quelques lignes qui suivent, participer à cette célébration en évoquant, à travers les vingt numéros parus, ce qui constitue, à mes yeux, la très grande qualité de cette revue et, dans le champ des publications sur l’art, son unicité. Célébration que je souhaiterais sous le signe, non d’une commémoration, mais, comme le dirait Walter Benjamin, d’une remémoration, afin que se dessinent – en plasticien que je suis – les contours du territoire et des horizons ouverts et couverts par Recherches en Esthétique, afin d’esquisser brièvement l’histoire et la géographie qui lui ont donné naissance.

En tant qu’enseignant d’arts plastiques, en tant que plasticien et aussi, parfois, critique d’art, ma réflexion porte sur l’enseignement artistique, sur l’approche discursive des œuvres d’art et plus généralement sur les questions relatives à l’art. C’est ainsi qu’à travers les numéros successifs, l’occasion m’a été donnée de m’interroger sur l’imprévisible dans l’enseignement artistique, sur l’insolite dans l’œuvre de Jean-Jacques Lebel, sur la notion de trouble dans l’Assomption du Titien ou encore, de me pencher sur la question de l’engagement dans l’œuvre de Joan Fontcuberta, ou encore, j’ai eu l’occasion de présenter, dans le dernier numéro, le très bel ouvrage de Jean Lancri sur Etant donné de Duchamp : De l’ombre chez (ou sur) Marcel Duchamp.

→   Lire Plus

Shirley Rufin – Abstractions photographiques sur corps évanescents

— Par Selim Lander —

Shirley RufinQui a dit que la photographie était un art mineur ? Deux expositions récentes à la Fondation Clément, celle de Philippe Virapin[i], l’année dernière, et celle de Shirley Rufin[ii] actuellement en cours démontrent le contraire. Rien de plus dissemblable pourtant entre les approches de ces deux artistes : le premier, plus « photographe », expose des paysages urbains parfaitement reconnaissables, alors que la seconde, plus « plasticienne », retravaille ses clichés dans les bains, sous la presse et dans l’ordinateur jusqu’à faire s’évanouir le sujet initial. Le point commun, c’est, dans les cas les plus réussis, la fête des couleurs chaudes qui jaillissent du fond noir : celui de la nuit chez Virapin, celui de la toile sur laquelle elle photographie ses modèles chez Rufin.

Les œuvres de cette dernière exposées à la Fondation Clément se présentent en effet comme des abstractions pures. Nul moyen, si l’on n’est au préalable averti, de deviner qu’un corps féminin se cache derrière les taches de couleur de ses tableaux photographiques. Et de fait, le processus de transformation, parfois très lent (quand un tirage papier est soumis à l’attaque de poudres chimiques sous la presse), a opéré une véritable transmutation du sujet initial en quelque chose d’entièrement différent que l’on peut interpréter à sa guise, comme par exemple, si l’on est quelque peu mystique, « l’aura » du corps disparu.

→   Lire Plus

De l’influence de la marche du monde sur la création artistique

— Par Janine Bailly —

mendozaL’Association pour la Promotion de l’Hispanisme en Martinique nous invitait, ce mercredi 25 mars, sur le campus de Schœlcher, à découvrir la place occupée par la Guerre Civile d’Espagne (1936-1939) dans les arts : littérature et peinture. En cette semaine consacrée aux interventions sur l’île d’Edwy Plenel, il ne fut pas facile de se réserver une plage de temps libre pour répondre à l’invitation, mais ce qui nous fut offert valait largement l’effort consenti !

Tout d’abord, la communication de Solange Bussy, intitulée « Traitement de la mémoire de la guerre civile dans la fiction romanesque », et s’appuyant sur deux œuvres éloignées dans le temps, « Primera memoria, Première mémoire »  de Ana Maria Matute (1959) et « El Año del diluvio, L’Année du Déluge » de Eduardo Mendoza (1992), nous montra comment la violence mortifère et paroxystique de cette guerre a nourri, et continue à nourrir l’imagination des romanciers. Pour rendre compte de ce déchaînement de violence, pour montrer la permanence de la division fratricide de l’Espagne après la guerre, le mythe biblique d’Abel et Caïn est convoqué.

→   Lire Plus

Lalin Plenn pour Khokho René Corail

lalin_plenn

Le samedi 28 mars 2015 à 18h30 sur la place Gabriel Hayot du front de mer des Trois-Ilets.

Le conteur Serge Bazas, la chanteuse Nénéto, le musicien Max Télèphe, les ballets TiFermasc des Trois Ilets, les étudiants du Campus Caribéen des Arts, des artistes, des critiques d’art, des amis et des proches de l’artiste … animeront la soirée autour de contes, de chants, de performances, de films documentaires, d’interviews et d’images. LALIN PLENN est un concept culturel du Grand Saint Pierre/ Embellie des Trois Ilets qui permet de rencontrer d’une autre manière un artiste, un écrivain et un créateur. Qu’est-ce que Lalin Plenn ?

Il s’agit d’un concept culturel et artistique du Grand Saint-Pierre/L’Embellie des Trois-Ilets, inscrit dans la métamorphose culturelle de ces villes pour qu’elles redeviennent des lieux de création et de diffusion culturelles. Une animation culturelle particulière est ainsi organisée régulièrement dans chaque ville afin d’ériger à terme, en un lieu précis, des Spectacles dits vivants et de présentation des Arts visuels.

Ces Lalin plenn : Littérature ou Arts plastiques et du Spectacle vivant se dérouleront autant que possible lors d’une pleine lune calendaire, en référence aux « veillées » que tenaient nos ancêtres.

→   Lire Plus

La guerre

guernica

A l’invitation de L’Association pour la Promotion de l’Hispanisme en Martinique

25 mars à la Fac des Lettres, campus de Schoelcher, amphi Sellaye, 18h

Les intervenants :

Dominique Berthet : « Picasso et la guerre« 

Solange Bussy : «  Le traitement de la mémoire de la guerre civile (1936-1939) dans la ficyion romanesque. »


Histoire des arts :GUERNICA de Pablo Picasso

La guerre d’Espagne

En février 1936 les républicains ( rassemblement de républicains, socialistes, communistes, anarchistes ) sont au pouvoir. En juillet 1936, un coup de force fasciste dirigé par Franco a contraint l’Espagne à la guerre civile, qui devait provoquer des remous nombreux et divers dans le monde entier. Les nationalistes ( conservateurs, monarchistes, nationalistes ) craignant une révolution communiste, prennent le parti de l’armée derrière Franco.

Tandis que l’Allemagne d’Hitler et l’Italie prenaient le parti de Franco, les républicains sont quant à eux progressivement équipés d’armes soviétiques . La plupart des intellectuels et des artistes de l’époque se sont ralliés à la cause de la république espagnole. Beaucoup d’entre eux s’engagèrent dans la résistance contre Franco et y laissèrent leur vie.

→   Lire Plus

Des giboulées de mars…culturelles !

— Par Janine Bailly —
giboulees_culture_marsSur l’île, le mois de mars est celui où débute la saison nommée Carême, sèche et gorgée de soleil, tandis que là-bas, sur le sol hexagonal, des averses subites marquent le passage de l’hiver au printemps. Pour nous, les giboulées de mars furent… culturelles ! Une effervescence de bon aloi s’est en effet emparée de divers lieux, parfois mythiques et de belle esthétique. À tel point que l’on dut faire des choix, certes douloureux, entre les activités qui nous étaient offertes ! De ce « bouillon de culture », je ne puis partager que quelques bribes sur la toile, tant il faudrait de pages pour rendre compte de cette surprenante déferlante d’expositions, de spectacles, de films en VO, de colloques et conférences, tous événements passionnants. Qui oserait déclarer, comme on l’entend parfois encore, qu’il « ne se passe rien à la Martinique ?», alors qu’on ne savait plus où donner ni de l’oreille ni des yeux ?
Venu de France, Guillaume Pigeard de Gurbert, qui a enseigné quelques années sur l’île, a donné une série de conférences aux Foudres Habitation Saint-Étienne (Foudres HSE), en cette salle sur laquelle plane toujours l’esprit protecteur d’Édouard Glissant, et qui accueille diverses manifestations culturelles.

→   Lire Plus

Recherches en Esthétique n° 20 : « Créations insulaires »

Présentation par Scarlett Jesus

recherches_esthetique_01-20

Je remercie Dominique Berthet de la confiance qu’il me témoigne en me sollicitant, pour la seconde fois, afin de présenter, aujourd’hui, le n° 20 de la revue du CEREAP Recherches en esthétique, consacrée aux « créations insulaires ».
Cette présentation ne s’adresse aujourd’hui ni à un public universitaire, ni à des étudiants. Mais à un public d’amateurs d’art éclairés ou désireux de l’être.
Il ne s’agira pas néanmoins d’un simple compte-rendu journalistique, présentant objectivement les éléments les plus significatifs de cette revue. Mon intention est de vous donner envie de lire cette revue en suggérant le plaisir qui vous attend, sans en déflorer la découverte. Et pour ce faire, je vous dévoilerai ma propre démarche de lecture, démarche qui est le fruit de ce que je suis. Ni une artiste, ni une historienne d’art, mais une critique d’art. Ayant moi-même collaboré à ce numéro ma lecture était précédée d’attentes particulières. Consciente de la part de subjectivité que j’introduirai de la sorte dans ma présentation, j’en assume pleinement la responsabilité.
Révéler son processus de lecture ne constitue-t-il pas un acte impudique ?

→   Lire Plus

L’art dans la ville

Conférence du CEREAP le 17-03-2015 à 18h à l’ESPE

cereap_4eme-2015

Dés l’Antiquité les artistes se sont intéressés à la ville. Ils ont voulu la représenter, agir sur elle. Le passage d’une perspective empirique à un perspective mathématisée, œuvre du Quattrocento et qui avait permis une floraison de représentations plus ou moins prodigieuses est aujourd’hui un lointain souvenir. Le constat d’une vulnérabilité de la ville est l’objet d’études multiples que celles-ci relèvent de l’urbanisme, de l’architecture, de la sociologie, de l’économie qui dans leur ensemble partent d’un substrat idéologique qu’il faut interroger : celui de la disparition d’un prétendu âge d’or au cours duquel populations citoyennes et lieux de vies auraient été en symbiose, en harmonie. On retrouve là le mythe de la cité idéale qui, de la Tour de Babel aux Nymphéas de Vincent Callebaut et son projet d’une « écopôle flottante multiculturelle dont le métabolisme serait en symbiose parfaite avec les cycles de la nature, anticipant le réchauffement climatique et la montée des eaux« , n’en finit pas de réinventer Atlantis et Utopia. Le désir fusionnel comme symptôme du travail de la pulsion de mort?

→   Lire Plus

20 ans de « Recherches en Esthétique »

— Par Selim Lander —

ESTHETIQUE_20_pages_couv_BD1« Loin de la vitre du train, je pense à la parole électrique des flamboyants,
que les pilotes de loin croient encore des  nappes de sang
/ demeurées sur les touches du crime » (Edouard Glissant)[i].

La revue Recherches en Esthétique, créée et animée par Dominique Berthet, professeur à l’Université des Antilles en Martinique, fête son vingtième anniversaire. Cette revue de très bon aloi, qui paraît suivant un rythme annuel, s’organise autour de thèmes successifs. Par exemple « La critique » (n° 3), « L’audace » (n° 8), « Utopies » (n° 11), « Le trouble » (n° 17), « Art et engagement » (n° 19). Si la place principale revient aux arts plastiques, la littérature est également bien représentée. Tel est en particulier le cas dans le dernier numéro consacré aux « Créations insulaires » : les articles passant en revue les formes de l’art contemporain dans les îles de l’outremer français (les fameux « confettis de l’empire ») ainsi que dans les Grandes Antilles (Cuba, Haïti, Saint-Domingue) sont précédés par un dossier qui explore le concept d’insularité en faisant largement appel aux romanciers, aux philosophes et à Edouard Glissant, lequel se révèle une référence incontournable pour la plupart des contributeurs de ce numéro.

→   Lire Plus