Politiques

Lettre aux lauréat-e-s récompensé-e-s et aux adultes pensant-e-s

— Par Philippe Pierre-Charles, Groupe Révolution Socialiste. 
Avec presque la larme à l’œil, dans une atmosphère ruisselant de bons sentiments, les élites politiques, économiques voire intellectuelles (cela va parfois ensemble !) multiplient les scènes de congratulations, ébahies de vos prouesses scolaires sous les flashs d’une presse aux anges, trop heureuse de montrer qu’à côté, voire à l’opposé, d’une poignée de délinquant-e-s dangereux/ses, il y a celles et ceux, en nombre, qui travaillent, réussissent et représentent l’espoir. Comme quoi, les choses ne vont pas si mal que çà …

Sans vouloir jouer les gâcheurs professionnels de fête, l’envie me prend de vous parler à hauteur du sérieux et de l’intelligence dont vous venez de faire preuve en réussissant brillamment vos examens.
D’abord pour vous avouer que la joie que j’éprouve pour vos succès prometteurs n’égale pas l’inquiétude que je partage avec beaucoup pour des générations entières dont vous n’êtes que l’écume florissante. Il y a quelques jours un million de jeunes lycéen-ne-s et collégien-ne-s dans le monde ont fait la grève des cours et ont pris les rues pour clamer : quel avenir nous réclame-t-on de préparer quand dans le même temps la destruction de l’espèce humaine (parmi des milliards d’autres !) s’accélère vertigineusement du fait des politiques menées et de l’irresponsabilité d’un système aveugle à tout ce qui n’est pas son profit égoïste ?

Lire Plus =>

Frantz Fanon a-il été déchu de sa nationalité française ?

— Par Sarah Boumghar —
Médecin et militant, l’homme avait rejoint les rangs des indépendantistes pendant la guerre d’Algérie.
Frantz Fanon, né à Fort-de-France le 20 juillet 1925 et mort le 6 décembre 1961 à Washington, aux Etats-Unis, était psychiatre, essayiste et militant anti-colonialiste. Il est connu pour ses œuvres traitant du racisme et du colonialisme, notamment Peau noire, masques blancs (1954) et Les damnés de la terre (1961).

Raoul Peck, réalisateur haïtien, prépare actuellement un long métrage sur cette figure de l’anticolonialisme. Un casting a d’ailleurs été lancé.

Le site Une autre histoire écrivait, dans sa page consacrée au psychiatre : «Frantz Fanon, déchu de la nationalité française, est enterré en Algérie.» Après avoir été contacté cette semaine par CheckNews, le site a modifié la page.

Selon son fils, Olivier Fanon, Frantz Fanon n’a jamais été déchu de sa nationalité par l’Etat français. «Il s’est auto-déchu de facto de manière symbolique en rejoignant le camp du FLN. Ce n’est pas une déchéance au sens juridique du terme», explique-t-il à CheckNews.

Lire Plus =>

Macron, « nous ne sommes pas en train de réussir » dans les outre-mer

— Par Patrick Roger —

L’Etat a signé lundi les premiers « contrats de convergence et de transformation » avec les territoires ultramarins pour la période 2019-2022.

« On ne fait pas d’économies sur les outre-mer. » Le propos était clair et la mise au point sans équivoque. Sous le chapiteau dressé dans les jardins de l’hôtel de Montmorin, siège parisien du ministère des outre-mer, Emmanuel Macron a coupé court, lundi 8 juillet, à ce qui pouvait devenir un sujet polémique et venir brouiller le message qu’il voulait adresser aux outre-mer.

Explication de texte. Par cette simple phrase glissée au début de son discours, le président de la République excluait de raboter certaines aides en faveur de l’économie ultramarine, comme envisageait de le faire le ministre de l’agriculture, Didier Guillaume, dans le cadre de la préparation de son budget pour 2020. Cela concernait notamment l’aide compensatoire de l’Etat à la filière de la canne à sucre, alors que la campagne de coupe a débuté le 1er juillet à La Réunion et que le groupe sucrier Tereos menaçait de fermer ses usines si le gouvernement ne tenait pas ses engagements.

Lire Plus =>

Tentative de reconquête des Outre-mer par le gouvernement

Paris – Un président de la République, un Premier ministre, et huit ministres réunis à Paris autour des territoires ultramarins: Emmanuel Macron a défendu lundi « un engagement collectif » en signant avec 31 collectivités d’outre-mer des « contrats de convergence » destinés à « changer concrètement la vie de nos concitoyens ».

La succession de réglementations et de textes législatifs consacrés à l’Outre-mer et leurs effets insuffisants ont entamé la crédibilité de l’Etat auprès des ultramarins, a reconnu le chef de l’Etat. 

Le jour où « on aura réussi en proximité avec l’ensemble des ultramarins à bâtir des solutions qui changent le quotidien, à ce moment-là, nous serons à nouveau crus. Aujourd’hui je le dis pour nous tous, nous ne sommes plus crus« , a-t-il poursuivi lors d’un discours prononcé au ministère des Outre-mer. 

Héritiers des contrats de plan Etat-région, ces contrats de « convergence et de transformation » sont conçus pour rattraper les retards de développement économiques et sociaux des outre-mer. 

Lire Plus =>

Le Congrès de la quadrature du cercle

— Par Pierre Alex Marie-Anne —
C’est le défi que devaient relever les élus de la Guadeloupe réunis en congrès à Basse-Terre les 26 et 27 juin 2019.
Peut-on dire qu’ils y sont parvenus ? Ce serait faire montre de beaucoup d’optimisme ,tant la tâche s’apparentait à une mission impossible.
Concilier l’aspiration des dirigeants politiques locaux à une plus grande liberté d’action et à davantages de préogatives et de responsabités, sans risquer de remettre en cause les droits et acquis, notamment sociaux, auxquels la Population est légitimement attachée constitue une véritable gageure.
Plus facile assurémment ,à coup d’arguties juridiques ,et les juristes experts en la matière ne manquent pas pour ce faire , de tordre le cou à la Constitution et de lui faire dire ce qu’on veut bien qu’elle dise ( les articles 73 et 74 seraient quasiment interchangeables de même que les notions d’Etat Fédéral et Centralisé ), reste que le Principe de Réalité ,comme l’a souligné l’un des participants et non des moindres, demeure ne varietur.

Lire Plus =>

L’autonomie sans le dire : des symboles, des gestes, des coups de menton. C’est tout.

— Par Yves-Léopold Monthieux —
Jean-Marie Nol me permettra d’emprunter à sa tribune parue dans Madinin’art, Vers un statut d’autonomie pour la Guadeloupe sans le dire. Il fait une description honnête de l’embarras où se trouve la Guadeloupe qui n’est pas éloignée de celle de la Martinique, sauf que cette dernière prétend jouer les pionniers en voulant montrer le chemin aux autres DOM. Le geste de quitter en premier le statut départemental ne va pas au-delà d’une coquetterie sémantique, tant le changement est ténu. Au vu des résultats, on comprend les réticences de la Guadeloupe à suivre ce chemin. Autre geste, on sait que, quitte à inverser le calendrier, les historiens martiniquais sont quasiment parvenus à convaincre que, « par les seuls moyens » des esclaves martiniquais, ces derniers ont imposé la suppression de l’esclavage dans les DOM. Un mois cependant après la signature, en France, du décret d’abolition ; façon d’essayer de rattraper l’avance prise par la Guadeloupe avec Louis Delgrès.
Reste que dans les deux départements français des Antilles, on tire dans les deux sens sur la corde politique.

Lire Plus =>

Le n’importe quoi contre le BUMIDOM cache mal l’échec des politiques locales.

— Par Yves-Léopold Monthieux —
En ce début de siècle bien entamé, la Martinique se retrouve dans une situation politique qui inquiète et provoque le départ massif de jeunes de tous niveaux d’études et de formation. Le sujet est pris en charge par la sénatrice Catherine Conconne, à travers une formule qui sonne comme un slogan électoral, alé – viré (aller – retour), le viré rappelant la lettre « A » du RMA (Revenu minimum d’activité) qui se fait toujours attendre. Bref, l’élue nationale française l’a compris que c’est en marchant qu’on se fait un chemin.
Reste que la Martinique est à un moment de vérité né de la conjonction de plusieurs phénomènes. D’abord, les progrès obtenus au rythme des conflits sociaux ont permis d’élever l’indice de développement humain (IDH) au rang le plus élevé. Par ailleurs, de l’école maternelle à l’université, les progrès obtenus dans le domaine éducatif ont été exceptionnels. Le succès ne fut pas moindre, s’agissant de la formation des adultes par le SMA et l’AFPA. En revanche, l’échec de l’économie paraît consubstantiel au statut de département d’Outre-Mer.

Lire Plus =>

Pour une autre Guadeloupe!

Discours de René Beauchamp pour le KSG au congrès des élus départementaux et régionaux 
(26 juin 2019)

Ce 15ème Congrès, comme vous le dîtes Mme La Présidente : c’est une opportunité offerte par la volonté du Président Macron d’engager une révision constitutionnelle. Et puisqu’apparait la notion de « Droit à la différenciation territoriale », pourquoi ne pas en profiter ?
À vous entendre, ce Congrès serait le Congrès du « Pourquoi pas » Nous préférons quant à nous qu’il devienne le Congrès du « Parce que »:
– Parce que nous sommes le Peuple Guadeloupéen
– Parce que nous sommes déjà différents en étant nous-mêmes, sans autorisation de quiconque.

Lire Plus =>

Un jardin suspendu à Fort-de-France?

Un jardin suspendu faisant office de parking pour renforcer l’attractivité de Fort-de-France

— Par Pierre Alex Marie-Anne —

Le stationnement dans la Ville-Capitale est devenue rédhibitoire pour tous ceux qui la fréquentent, au grand dam de ses commerçants qui voient poindre avec crainte la menace d’un prochain dépôt de bilan.
Des iniatives radicales et hardies s’imposent en matière d’amélioration du stationnement pour inverser la tendance : le grand espace, excellemment situé à l’entrée de la ville , actuellement occupé en partie par les anciennes messageries postales, répond indéniablement à cette nécessité.
Disons-le tout de suite, le précédent projet dit des « Terrasses « pêchait par une trop grande densité immobilière ,motivée par l’obsession de la rentabilité financière à tout prix ( alors que FDF ne manque pas de disponibilités foncières !) ,ce qui n’était pas de nature à favoriser son insertion dans le site ; l’architecte en chef des bâtiments de France y à donc mis ,sans surprise,bon ordre.
Par contre on voit mal ce qui pourrait s’opposer à une initiative beaucoup plus réaliste ,en même temps que novatrice ,cherchant à faciliter l’accessibilité au Centre-Ville et donc le regain de ses activités commerciales, par l’affectation au stationnement de l’ensemble de l’îlot concerné (entre rue et canal Bouillé), mais en privilégiant le respect et la valorisation de la nature grâce à des techniques constructives plus souples et mieux adaptées.

Lire Plus =>

Différenciation vs décolonisation

Déclaration de l’UPLG au congrès des élus de la guadeloupe
Madame la Présidente du Conseil départemental, Présidente du Congrès,
Monsieur le Président de la Région Guadeloupe,
Mesdames, Messieurs les élus,
Mesdames, messieurs de la société civile,
Mes chers Compatriotes

Je voudrais en tout premier lieu vous remercier de nous avoir associé à ce débat qui concerne l’avenir de la Guadeloupe.
Nous y participons avec l’espoir que cette fois nous réussirons à aborder les vrais problèmes qui concernent ce pays qui nous est cher à tous. Ce n’est pas peu que de pouvoir échanger sur les questions qui nous préoccupent et sur lesquelles nos institutions actuelles montrent leurs limites quand ce n’est pas leur défaillance pour y porter solution.
Bien évidemment, l’UPLG a son analyse de la société guadeloupéenne, des relations avec la France et sa vision de l’avenir qui n’est pas partagée par tout le monde. Toutefois ,cela ne doit pas nous empêcher de discuter avec d’autres guadeloupéens et de rechercher quand il le faut le consensus le plus large pour faire avancer le pays.

Lire Plus =>

Dolor Banidol, Évremont Gène et 60 personnes, délibéremment tués.

— Par Gilbert Pago —

Une série de 3 articles de 2minutes 30 de Guadeloupe la première au journal télévisé ont porté à la connaissance du public une affaire resté bien enfouie depuis 50 ans ; le crash le 3 décembre 1969 d’un vol Air France venant du Vénézuéla. Martinique la première n’a passé que l’émission concernant la Martinique le 9 juin dernier, ce qui ne permettait pas de comprendre tout l’enjeu de cette affreuse tragédie.

Lire aussi : Dolor Banidol a disparu « parce qu’il était l’un des meilleurs d’ »entre nous » par Yves-Léopold Monthieux

Ce jour du 3 décembre 1969, 62 passagers et personnel d’équipage, venant du Chili, transitant au Vénézuela pour se rendre à Pointe à Pitre, meurent en mer. Il avait été doucement dit à l’époque que tout cela paraissait trouble mais les dénégations n’étaient restées finalement qu’à ce seul stade. Quand on reprenait la liste des passagers, il n’y avait pas de personnalités attirant l’attention médiatique. On y relevait cependant deux membres des partis communistes : l’un secrétaire général du PC Guadeloupéen (Évremond Gène), l’autre membre de la direction du PC Martiniquais (Dolor Banidol, ex ouvrier agricole, petit planteur et syndicaliste).

Lire Plus =>

Toussaint Louverture, la dignité révoltée

— Par Salim Lamrani—

Brève histoire du précurseur de l’indépendance d’Haïti par Salim Lamrani, université de La Réunion (première partie).

Introduction

Depuis la révolte de Spartacus en 73 avant Jésus-Christ contre l’oppression de l’esclavage dans la Rome antique, aucun peuple asservi ne s’était soulevé avec succès contre le joug des chaînes. En 1791, Toussaint Louverture, fidèle au principe selon lequel les droits naturels de l’être humain étaient imprescriptibles, reprit le flambeau de la lutte pour l’émancipation, tout comme le légendaire gladiateur romain, revendiquant ainsi le droit du peuple noir à la liberté[1].

L’insurrection des exploités brisa les chaînes de l’asservissement colonial et ouvrit la voie à l’indépendance d’Haïti, première nation du Nouveau-Monde à conquérir sa liberté. L’influence décisive de Toussaint Louverture et du peuple haïtien dans l’indépendance de l’Amérique latine n’est toujours pas considérée à sa juste valeur. Les esclaves noirs de Saint-Domingue, en menant une lutte acharnée contre les oppresseurs français, montrèrent le chemin de l’affranchissement aux peuples assujettis du continent et changèrent le cours de l’Histoire.

Quelle fut la trajectoire du héros national haïtien ?

Lire Plus =>

États-Unis 2020: indemnisation des Afro-Américains sur l’agenda des démocrates

— Par Tirthankar Chanda —

À l’approche de l’élection présidentielle de 2020, les revendications pour une reconnaissance des méfaits de l’esclavage ont refait surface aux États-Unis. Ces revendications assorties de demandes de compensations financières ont trouvé des oreilles compatissantes au sein du Parti démocrate. S’agit-il de calculs électoraux ou de tendances de fond ? Toujours est-il qu’à l’initiative de la majorité démocrate, le sous-comité juridique du Congrès auditionnera ce mercredi Ta Nehisi-Coates et Danny Glover, avocats passionnés de la cause afro-américaine.

Les symboles ont leur importance dans l’imaginaire historique. Ce ne sont pas les démocrates du Capitol Hill qui ont choisi la date du 19 juin pour auditionner l’essayiste Ta-Nehisi Coates et l’acteur Danny Glover sur la question controversée des réparations de l’injustice faite aux Afro-Américains, qui diront le contraire. En effet, ce n’est sans doute pas accidentel si ces auditions se déroulent un 19 juin, le jour de la commémoration de la fin de l’esclavage aux États-Unis, survenue il y a plus de 150 ans au terme d’une guerre civile dévastatrice.

Lire Plus =>

Dolor Banidol a disparu « parce qu’il était l’un des meilleurs d’ »entre nous » »

— Par Yves-Léopold Monthieux —

« Dolor Banidol victime « désignée » du crash de 1969 ». C’est le titre de l’article de Guadeloupe-la-1ère, suite à l’interview vidéo qui a été accordée à l’un de ses journalistes par l’ancien secrétaire général du Parti communiste martiniquais (PCM), historien, père de l’Histoire martiniquaise et du 22 mai. Martinique-la-1ère a partiellement retransmis cet entretien le 9 juin 2019.

Dans le crash de l’avion qui les ramenait d’un congrès au CHILI, le 4 décembre 1969, le secrétaire général du Parti communiste de Guadeloupe Euvremont Gene et le militant du PCM Dolor Banidol ont trouvé la mort. Le CHILI traversait alors une période politique sulfureuse qui allait, sur fond de guerre froide, conduire à l’élection du socialiste Salvador Allende en 1970, puis à son assassinat en 1973. Bien que l’enquête sur le crash ait été classée SECRET-DEFENSE, des fuites ont eu lieu qui militent en faveur de l’hypothèse de l’attentat que des « avertissements » prémonitoires auraient précédé.

En Guadeloupe, pour l’histoire et la famille d’Euvremont Gene, un comité se bat pour que soit faite toute la lumière sur cette affaire couverte par la « raison d’Etat ».

Lire Plus =>

L’interpellation du journaliste Taha Bouhafs : une « atteinte à la liberté de la presse »

L’arrestation suivie d’une garde à vue est « une nouvelle atteinte à la liberté de la presse », dénonce une vingtaine de sociétés de journalistes et de rédacteurs.

Une vingtaine de sociétés de journalistes et de rédacteurs ont dénoncé, vendredi 14 juin, l’arrestation du journaliste militant Taha Bouhafs comme « une atteinte à la liberté de la presse », dans un communiqué publié par Libération. Cette arrestation suivie d’une garde à vue est « une nouvelle atteinte à la liberté de la presse, mais aussi au secret des sources, pierre angulaire de notre profession », soulignent les signataires du communiqué.

Les journalistes ne peuvent tolérer d’être régulièrement pris pour cible par les forces de l’ordre dans le cadre de l’exercice de leur métier.Communiqué d’une vingtaine de sociétés de journalistes et de rédacteurs

Le texte a été signé par 17 sociétés de journalistes ou de rédacteurs d’Arte, BFMTV, Courrier international, Les Echos, L’Express, France Culture, Franceinfo.fr, France 24, L’Humanité, Libération, Mediapart, Le Monde, L’Obs, Sud-Ouest, Télérama, TV5 Monde, l’AFP, et la rédaction du site Les Jours.

Lire Plus =>

La surveillance, stade suprême du capitalisme ?

— Par Frédéric Joignot —

Depuis vingt ans, un capitalisme mutant mené par les géants du Web s’immisce dans nos relations sociales et tente de modifier nos comportements, analyse l’universitaire américaine Shoshana Zuboff dans son dernier ouvrage. Mais son concept de « capitalisme de surveillance » ne fait pas l’unanimité.

Elle s’appelle Shoshana Zuboff. Elle occupe la chaire Charles Edward Wilson à la Harvard Business School et ses travaux racontent les enthousiasmes, les déceptions et les inquiétudes de tous ceux qui ont vu les nouvelles technologies conquérir nos sociétés.

Shoshana Zuboff a été l’une des premières à analyser la manière dont l’informatique transformait le monde du travail. Cette pionnière dans l’étude détaillée des bouleversements du management s’est félicitée, au départ, de l’arrivée de « travailleurs du savoir ». Elle a perçu très tôt que l’extension d’Internet et la généralisation des ordinateurs personnels permettraient de fonder une « économie nouvelle » capable de répondre aux besoins des individus et de renforcer le pouvoir des consommateurs.

Puis elle a été terriblement déçue. En janvier, Shoshana Zuboff a résumé ses craintes dans The Age of Capitalism Surveillance (Public Affairs, non traduit).

Lire Plus =>

S’inscrire au-delà du rififi entre frères ennemis !

— Par Max Dorléans (G.R.S.) —

Une énième bataille vient d’opposer, lors de la discussion sur le budget de la CTM, sur la question de la gestion/répartition de fonds européens, deux représentants de fractions différentes de la droite martiniquaise, Yann Monplaisir et Miguel Laventure.
Deux représentants de la droite martiniquaise, n’appartenant ni l’un, ni l’autre à aucun des partis dominants de cette droite (LREM, Les Républicains), responsables tous deux du développement économique à la CTM, et chefs de file l’un et l’autre d’orientations économiques (et politiques) en défense d’intérêts immédiats de fractions différentes de la bourgeoisie martiniquaise.
Deux dirigeants de droite, biberonnés au libéralisme, à l’économie de marché, à la concurrence libre et non faussée, aux privatisations, gagnés à la casse des droits sociaux, au moins d’Etat (sauf pour l’obtention, pour les leurs, d’aides et subventions toujours plus importantes)…bref défenseurs des intérêts généraux de la classe dominante dans le cadre de la République française . Défenseurs d’orientations politiques libérales ayant pour contrepartie, l’austérité, la précarité, les difficultés de tous ordres pour l’immense majorité.

Lire Plus =>

Sachez que la Martinique n’intéresse pas le Président de la République.

— Yves-Léopold Monthieux —
Le billet du 28 mai dernier de Montraykréyol à propos des résultats des élections européennes m’avait échappé. Davantage qu’un commentaire, j’y vois l’expression d’une réalité politique et d’une naïveté inquiétante de la part d’universitaires. Ceux-ci se sont dit « médusés » d’entendre de la bouche d’une ministre la déclaration suivante :
« Ecoutez, la Martinique a toujours refusé d’avoir des secrétaires d’état et des ministres, elle a la population la plus vieille de France, elle est d’ailleurs dirigée par un vieillard sénile qui est indépendantiste en plus, elle n’a aucun projet d’avenir ». Les professeurs ont-ils été estébékwés au point d’attendre un an et demi avant de divulguer la déclaration de la ministre, laquelle n’est toujours pas désignée par son nom. Complice de cette réserve, la presse n’est pas prompte à relayer ce genre d’information susceptible de faire des vagues dans la mare politico-médiatique.
A vrai dire, seul le motif du grand âge de la population me paraît inapproprié car non opposable à la politique locale. C’est la conséquence mécanique de la « démographie galopante » des années 1950 – 1960, stimulée par les progrès sociaux qui commençaient.

Lire Plus =>

Le préfet interdit les exhibitions d’armes factices

Le préfet de Martinique a publié ce jeudi un arrêté interdisant formellement sur la voie publique l’exhibition de toute «arme factice», après la parution de plusieurs vidéos sur les réseaux sociaux montrant de fausses armes, qui ont «choqué» la population. L’arrêté interdit le port visible de tout objet ayant l’apparence d’une arme à feu «sur la voie publique, dans les transports publics et les établissements recevant du public, notamment dans les établissements scolaires, les débits de boissons ou discothèques et salles de spectacles, ainsi que dans les lieux privés ouverts à la libre circulation du public».

Cet arrêté intervient après que les réseaux sociaux «ont colporté des vidéos montrant des armes factices exhibées sur la voie publique», précise le communiqué de la préfecture. Ces images qui ont «profondément choqué», dit le communiqué, montrent tantôt quatre collégiens se promener calmement devant la mairie de Fort-de-France avec un faux pistolet à la main, tantôt des collégiens de Saint-Joseph (centre) qui tournent un clip de trap music (forme de rap) en brandissant des armes factices.

Lire Plus =>

Les propos de Christine Angot sur l’esclavage sur France 2

— Communiqué de l’association des Amis du général Dumas —
Propos de Christine Angot sur l’esclavage sur France 2 : l’association des amis du général Dumas, organisatrice des commémorations du 10 mai à Paris et Villers-Cotterêts (journée nationale des mémoires de la traite et de l’esclavage) sous le haut patronage du Président de la République, et présidée par l’écrivain Claude Ribbe, dépose plainte contre X pour apologie de réduction en esclavage (article 24 de la loi du 29 juillet 1881).

L’association des amis du général Dumas, déclarée à la préfecture de police de Paris (récépissé du 28 juin 2006) a pour objet de « faire connaître la vie du général Thomas-Alexandre Davy de La Pailleterie, dit Alexandre Dumas (1762-1806), figure emblématique issue de l’esclavage, général républicain, d’origine africaine par sa mère, né esclave à Saint-Domingue (république d’Haïti), mort libre à Villers-Cotterêts (Aisne) ; honorer et défendre sa mémoire, au regard notamment de ses origines africaines et de la condition d’esclavage qui fut la sienne dans sa jeunesse ; honorer et défendre la mémoire de sa famille : ascendants, descendants ou collatéraux » (journal officiel de la République française du 5 août 2006, p 3812)

Lire Plus =>

Quatre prix Nobel lancent un manifeste pour la paix

A l’avant veille des commémorations du 75e anniversaire du Débarquement, la Normandie organise ce mardi 4 et ce mercredi 5 juin la deuxième édition de son forum international pour la Paix. « Il n’y a pas plus légitime que nous (ndlr: pour porter un message de paix) », estime le casque bleu en chef Hervé Morin, « Ce n’est pas par hasard que, à rythme régulier, les grands de ce monde viennent le 6 juin pour célébrer ce qui s’est passé chez nous, ce n’est pas par hasard que nous avons cinq millions de touristes qui viennent chaque année sur les plages du Débarquement au titre du tourisme de mémoire. »
ne permettons pas que le corps des femmes soit un champ de bataille.

Le « Davos pour la paix » normand propose durant deux jours cette année une série de débats et de conférences autour du thème « Les faiseurs de paix ». Et des faiseurs de paix, la Région en accueillait quatre dignes représentants comme le gynécologue congolais Denis Mukwege, prix nobel de la paix 2018 et surnommé « le réparateur des femmes ».

Lire Plus =>

Manifeste Normandie pour la paix dans le monde

« Allons‐nous mettre fin à la race humaine, ou l’humanité renoncera‐t‐elle à la guerre ? »

Manifeste Russell‐Einstein, 1955

En pleine guerre froide, le Manifeste Russel‐Einstein posait une question existentielle, dont l’urgence résonne avec encore plus d’intensité aujourd’hui. Les armes nucléaires sont des milliers de fois plus meurtrières qu’alors. Plus de 2 500 ogives sont en état d’alerte immédiate. Des agents pathogènes mortels menacent potentiellement la vie telle que nous la connaissons. Alors que de grandes puissances se préparent à déployer des robots tueurs, nous nous trouvons au bord de l’abîme. Moralement, l’éventualité de voir des machines déterminer nos destinées est abjecte. Les dépenses militaires mondiales ont doublé depuis la fin de la guerre froide. Et l’augmentation est appelée à se poursuivre, avec des programmes de modernisation des armes existantes et de développement de nouveaux systèmes de destruction et d’extermination. Dans un contexte de crise climatique, d’inégalités croissantes, d’ultranationalisme et d’érosion des valeurs éthiques, le risque d’une guerre par accident, par incident ou par intention demeure clairement dans le domaine du possible.

Lire Plus =>

Massacre de Tiananmen: «Les bourreaux sont toujours au pouvoir»

C’était il y a 30 ans, dans la nuit du 3 au 4 juin 1989, l’armée réprime les manifestations prodémocratie sur la place Tiananmen à Pékin. Le pouvoir brise le mouvement initié par les étudiants et les intellectuels qui réclamaient la liberté et l’instauration d’un régime libéral sur le sol chinois. Récit de cet élan démocratique avorté.

Tout bascule le 15 avril 1989 avec la mort de Hu Yaobang. C’est un homme politique, un réformateur, cadre du Parti communiste. Pour les étudiants prodémocratie, il incarne l’espoir d’un changement au plus haut niveau de l’État. Sa disparition provoque un électrochoc.

Dès le lendemain, place Tiananmen, la jeunesse libérale déroule ses revendications : plus de liberté, le droit de manifester, d’avoir une presse libre et indépendante, la lutte contre la corruption des élites et l’organisation d’élections libres et transparentes.

Au début, ils sont quelques centaines, mais la foule grossit chaque jour. Le 27 avril, plus d’un million de personnes se rassemblent de manière pacifique devant le Palais du peuple. Le pouvoir ne veut rien entendre, alors les étudiants s’organisent, entament une grève de la faim, font campagne auprès des médias étrangers.

Lire Plus =>

En 1958, la Martinique a-t-elle été au bord de l’indépendance ?

— Par Yves-Léopold Monthieux —
Je viens de prendre connaissance de l’article de Jean-Marc PARTY en date du 20 octobre 2018 qui nous apprend qu’« en 1958, à la veille du référendum, la Martinique, tout comme les trois autres départements d’outre-mer, est au bord de l’indépendance ». Ce qui signifie que la population martiniquaise était prête à voter NON au référendum et à de GAULLE. En s’appuyant sur des données incertaines (« certains chercheurs », « certains auteurs », lesquels ?), le journaliste en arrive à l’affirmation énoncée sous le mode de l’évidence : « c’est ainsi, dit-il, que les « quatre vieilles colonies » ont échappé à l’indépendance, voici 60 ans ».
Cette allégation surprenante ne trouble ni les historiens ni les politistes, ce qui a valeur de validation dans ce pays. « C’est la thèse de certains chercheurs », et de « certains auteurs », ajoute l’auteur. Mais une chose est de se soumettre à la vérité historique, une autre d’adhérer à une opinion même correctement domiciliée. C’est ainsi que sur des bases virtuelles se fabrique et se poursuit le récit national qui ne suscite jamais de débat contradictoire.

Lire Plus =>

130.060%, le triste taux d’inflation du Venezuela

L’inflation a été de 130.060% en 2018 au Venezuela, où l’économie s’est contractée de 47,6% entre 2013 et 2018, selon les chiffres communiqués mardi par la BCV, la Banque centrale du pays, les premiers qu’elle divulgue depuis trois ans.

L’inflation a été de 130.060% en 2018 au Venezuela, où l’économie s’est contractée de 47,6% entre 2013 et 2018, selon les chiffres communiqués mardi par la Banque centrale du pays, les premiers qu’elle divulgue depuis trois ans.

Selon la BVC, l’inflation a été de 274,4% en 2016, 862,6% en 2017 et 130.060,2% en 2018, des chiffres éloignés des estimations du Fonds monétaire international (FMI), qui évalue cet indice à 1.370.000% pour l’année dernière.
Une inflation de 10.000.000% selon le FMI

Ces chiffres sont cependant éloignés des estimations du Fonds monétaire international (FMI), qui évalue cet indice à 1.370.000% pour l’année dernière. Pour 2019, le FMI prévoit une inflation de 10.000.000%. La chute du PIB est calculée jusqu’au troisième trimestre de 2018.

La BCV a également annoncé que les exportations pétrolières, qui représentent 96% des revenus du pays sud-américain, ont baissé pour atteindre les 29,81 milliards de dollars en 2018.

Lire Plus =>