Politiques

À Fort-de-France, deux manifestations pacifiques contre le racisme

— par Janine Bailly — 

Alors que le monde entier — ou presque — bougeait, porté par son indignation après la mort de George Floyd, que l’onde de choc gagnait de ville en ville, certains attendaient impatiemment une réaction massive des citoyens de la Martinique… Puisque, comme le disait Martin Luther King, « il vient un temps où le silence est trahison » ! Une affirmation reprise sur la page web de « Jodia » : on pouvait en effet y lire, légendant la photo de ce pasteur américain, militant non-violent pour la reconnaissance des Droits civiques des Noirs aux États-Unis, lui-même assassiné le 4 avril 1968, le commentaire suivant : « Cette citation devrait résonner dans les îles muettes ». C’est fait, au soir de ce samedi 6 juin, la vague est arrivée, qui a brisé le silence ! À Fort-de-France, deux actions ont été organisées, deux manifestations bienvenues pour protester contre l’assassinat de George Floyd par des agents de police, le 25 mai 2020 à Minneapolis. Deux manifestations qui entendaient dénoncer le racisme de façon plus générale.

Lire Plus =>

Schœlcher : Coupée Bouche

— Par Zakhyé —

La statue n’eut pas le temps de s’échapper. Malgré sa résistance d’aplomb, son socle armé et la force de ses années, la jeunesse eut raison d’elle. Fracassée, démembrée, décapitée, elle n’eut pas le temps de crier. Elles ne put se libérer de ces sangles bon marché vendues par le béké. Le Schœlcher de plâtre, de pierres, d’agrégats, de mémoire, de maçons, de paradoxes, de France, d’Alsace et de porcelaine, se mit à supplier :
Vous ! Vous parlez, vous écrivez, votre verbe est haut et doux. Il chante à mes oreilles de béton et de mauvais marbre. Sachez qu’il méprise, votre verbe, car il ne libère pas, il statufie. Ce n’est pas eux que je voulais fuir. Je voulais m’échapper de Vous. Je ne voulais pas entendre vos voix, et me voilà maintenant obligé. J’ai tant de fois tenté de Vous souffler à l’oreille que Vous n’aviez que peu de temps, mais Vous passiez devant moi, dans vos voitures climatisées. D’autres passaient à pieds avec leurs espoirs désenchantés ou réprimés.

Lire Plus =>

Contrôles au faciès en France: le défenseur des droits propose des solutions

Après la mobilisation de mardi 2 juin pour demander la vérité pour Adama Traoré et la fin des violences policières, le défenseur des droits Jacques Toubon a fait plusieurs propositions pour restaurer la confiance entre la police et la population.

L’idée de mieux encadrer les contrôles d’identité pour limiter les contrôles au faciès et in fine recréer de la confiance entre une partie de la population et les forces de l’ordre, n’est pas nouvelle. En 2012, déjà, le président François Hollande avait promis qu’il mettrait en place un système de récépissé pour éviter qu’un même individu soit contrôlé plusieurs fois dans la même journée. La promesse n’a jamais été concrétisée, mais elle ne serait pas idéale non plus, selon le défenseur des droits.

Dans un entretien accordé à l’agence France Presse, Jacques Toubon préconise plutôt une « traçabilité des contrôles » pour lutter contre les arrestations au faciès qui, selon lui, sont une réalité sociologique en France. Une étude publiée par son institution en 2017 révélait en effet qu’un individu perçu comme noir ou arabe a 20 fois plus de probabilités d’être arrêté qu’un autre.

Lire Plus =>

« Travailler les imaginaires est une action politique » 

La phrase-titre est d’Abd Al Malik. Au micro d’Arnaud Laporte, sur France-Culture, le rappeur, écrivain et réalisateur évoque son enfance et ses études à Strasbourg, ses débuts dans la musique et sa passion pour la littérature. D’Abd Al Malik, venu à Tropiques-Atrium, le 9 novembre 2019, présenter « Le Jeune Noir à l’épée », un spectacle chanté et chorégraphié, créé à l’occasion de l’exposition « Le Modèle Noir » au Musée d’Orsay, nous savons l’authenticité des engagements, l’importance de l’ œuvre artistique, l’humanisme dont il se réclame. Nous savons aussi qu’Aimé Césaire fait partie de son panthéon littéraire : « Sénèque, Camus, Césaire sont devenus mes potes ». C’est pourquoi nous intéressent les prises de position qu’il revendique, après les manifestations contre la mort de George Floyd là-bas, la mort d’Adama Traoré, ici, où les atermoiements de la justice risqueraient bien de mettre le feu aux poudres.

« La mort de George Floyd ne doit pas masquer nos réalités franco-françaises »

Abd Al Malik, rappeur, slameur, écrivain et réalisateur participait mardi à la manifestation devant le tribunal de grande instance de Paris, organisée pour Adama Traoré.

Lire Plus =>

Aux États-Unis, la ville de Richmond va déboulonner sa statue du général Lee

Sur décision du gouverneur de l’État de Virginie, la ville de Richmond renonce à son monument le plus célèbre et le plus controversé : la statue équestre du général Robert Lee, commandant en chef des États confédérés, opposé à l’abolition de l’esclavage.

Le maire afro-américain de Richmond, Levar Stoney, entame la conférence de presse avec des mots très forts. « Nous avons deux pandémies dans ce pays : le Covid-19 et le racisme. L’une a seulement six mois, la seconde a 400 ans », dit-il. « Il est temps de guérir ».

Levar M. Stoney

✔ @LevarStoney

It is time to show our community how much love we have. It is time that we embrace our diversity. It is time that we remove barriers that hinder the dreams of Black children. It is time for healing – through changes to our symbols and our systems. #1RVA https://twitter.com/ABC7News/status/1268570859255533569 …

Quelques minutes plus tard, le gouverneur de Virginie, Ralph Northam, annonce le déboulonnement de la statue équestre du général Lee, installée en plein cœur de la ville depuis 1890, mais aussi le passage d’une loi qui permettra dans un mois à toutes les villes de l’État de disposer comme elles le souhaitent des monuments de ce type. « 

Lire Plus =>

De quoi des statues brisées sont-elles le nom ?

— Par Georges Trésor—

Le 22 mai 2020, date de commémoration de l’abolition de l’esclavage en Martinique, deux statues de Victor Schoelcher ont été détruites. Parallèlement, les auteurs de cet acte ont fait connaître leurs motivations dans une lettre non signée. A la lecture, Il ressort une volonté de leur part de démontrer que Schoelcher, en prenant la décision de signer le décret d’abolition de l’esclavage le 27 avril 1848, n’a été en rien « le sauveur du peuple noir martiniquais ». C’est sous la pression de la résistance séculaire des esclaves contre l’ordre esclavagiste qu’il aurait été contraint d’abolir l’esclavage. Pour cette raison, il conviendrait selon ces activistes de se montrer en phase avec la vérité historique en honorant dans l’espace public, non pas Schoelcher, mais les figures emblématiques de la résistance chez les esclaves.

La destruction des statues a provoqué des réactions spontanées dans les milieux politiques et intellectuels martiniquais. Dans l’ensemble, les avis convergeaient dans le sens de l’indignation ou au contraire de la compréhension, dans un climat d’échange, il faut le dire, relativement apaisé.

Lire Plus =>

Pénurie d’essence historique au Venezuela : « Il faut faire jusqu’à trois jours de queue pour obtenir 20 litres »

Le Venezuela connaît actuellement la pire pénurie de carburant de son histoire. Pour obtenir quelques litres d’essence, les habitants sont contraints de faire la queue pendant des heures, voire des jours, aux abords des stations-services, ou de s’approvisionner sur le marché noir. Alors que les bus et les taxis se font également rares, plusieurs Vénézuéliens racontent comment ils font pour se déplacer et pour économiser le carburant. 

Les pénuries d’essence ne sont pas nouvelles au Venezuela, mais le problème a empiré ces derniers mois. Depuis la mi-mars, et la mise en place du confinement pour lutter contre le Covid-19, la capitale Caracas est aussi touchée, alors qu’elle avait été largement épargnée auparavant. 

À quoi est due cette pénurie d’essence ? 

Cette situation peut surprendre, puisque le Venezuela dispose des plus grandes réserves de pétrole connues au monde. Problème : le pays ne produit plus que 622 000 barils par jour, soit un cinquième de son volume d’il y a dix ans, selon l’OPEP. La faute à la détérioration de ses infrastructures pétrolières, du fait du manque d’investissement et de la corruption.

Lire Plus =>

L’appel d’Omar Sy : « Réveillons-nous. Ayons le courage de dénoncer les violences policières en France »

Après la mort de George Floyd aux États-Unis, le comédien, personnalité préférée des Français, s’engage dans le combat contre les discriminations et les violences policières. Il demande justice pour Adama Traoré et appelle de ses vœux une « police digne de notre démocratie ».

— Par Omar Sy—

Comme beaucoup de personnalités du monde de la culture et du spectacle, Omar Sy a marché pour dénoncer la mort de George Floyd lors de son arrestation par la police à Minneapolis. Mais il a aussi été la première personnalité à avoir manifesté son soutien à la famille d’Adama Traoré, deux jours après son décès à la gendarmerie de Persan, le 19 juillet 2016. Le comédien n’a jamais cessé depuis d’accompagner Assa Traoré dans sa quête de vérité et de justice. En publiant « Réveillons-nous », il a décidé de prêter sa voix à une cause qui lui tient à cœur, qu’il juge universelle. Il vous invite toutes et tous à le suivre dans une démarche qu’il veut « fédératrice » en signant son appel.

L’appel d’Omar Sy

Réveillons-nous.

Lire Plus =>

Contre le racisme et les violences policières

—Collectif —

La colère et l’indignation mondiale ne retombent pas après les images, vues en direct, choquantes et insupportables de l’assassinat de George FLOYD, noir américain, par un policier blanc.

La colère et l’indignation sont de retour en France après qu’une information, non démentie, a conclu qu’une contre-expertise médicale de Adama TRAORÉ a confirmé sa mort par asphyxie, lors de son arrestation brutale en banlieue parisienne par la gendarmerie.

Ces deux morts nous interpellent aujourd’hui comme hier.

L’une violente, dépassant toute imagination, s’inscrit dans un racisme enraciné dans la police américaine à l’encontre des Noirs.

L’autre, tout aussi violente, à la suite de l’arrestation sans ménagement d’Adama TRAORÉ, exemple de l’homme africain ou d’origine africaine pour lequel certain-e-s n’ont que mépris.

l’homme-famine, l’homme-insulte, l’homme-torture on pouvait à n’importe quel moment le saisir le rouer de coups, le tuer

parfaitement le tuer – sans avoir de compte à rendre à personne sans avoir d’excuses à présenter à personne

Aimé Césaire

Ces deux morts scandalisent. Elles appellent à ne pas accepter l’insupportable, à ne pas laisser bafouer les droits des êtres humains par la police de quelque pays qu’elle soit.

Lire Plus =>

Mobilisons-nous

Samedi 6 juin 2020 à 17H. Maison des Syndicats à Foyal

Pour George Floyd, pour soutenir nos frères noirs des USA et tous les manifestants

— Communiqué de Combat Ouvrier —

Combat ouvrier appelle :

Au rassemblement organisé par le MIR et d autres organisations samedi 9h sur la savane à Fort de France

A la marche unitaire de solidarité avec les luttes anti-racistes aux Etats unis et en hommage à George FLOYD

Au rassemblement Samedi 6 juin 2020 à 17H à la maison des syndicats

Avec respect des gestes barrières et du port du masque

Combat Ouvrier appelle aussi à une manifestation large le mardi 9 juin, le jour de l’enterrement de George Floyd à Houston. Il y aura des manifestations monstres ce jour-là aux USA. Mardi 9 juin, accompagnons George Floyd tous ensemble en Martinique par une pensée commune mobilisatrice !

Nous lançons l’appel :

Lire Plus =>

D’où vient le cri de ralliement «Black Lives Matter»?

FOCUS – Au cœur de la contestation historique en cours aux États-Unis après la mort de George Floyd, un slogan: «Black Lives Matter». D’où vient cette phrase utilisée depuis plusieurs années ?

— Par Laura Andrieu —

Trois mots scandés par la foule. Inscrit sur les pancartes, parfois sur des visages, même, le slogan «Black Lives Matter» («Les vies noires comptent» ou «La vie des noirs compte») était partout mardi 2 juin, lors des rassemblements organisés en mémoire d’Adama Traoré – jeune homme noir de 24 ans mort en juillet 2019, deux heures après son arrestation. Rassemblements qui font écho à la contestation historique en cours aux États-Unis, après le meurtre de George Floyd à Minneapolis, un Afro-Américain asphyxié par un policier blanc. Cri de ralliement, mouvance, mouvement… D’où vient le slogan «Black Lives Matter» (BLM) ?

À lire aussi : À Minneapolis, la contestation se politise

À l’origine, il s’agit d’un hashtag utilisé sur les réseaux sociaux et imaginé par trois activistes noires. Le 13 juillet 2013, Alicia Garza, écrivaine et militante, apprend l’acquittement de George Zimmerman, qui a abattu Trayvon Martin, un Afro-Américain de 17 ans.

Lire Plus =>

Pour une clarification du débat

— Par Marie-Laurence Delor —

La très grande majorité des réactions et commentaires pêchent d’abord sur la qualification de l’acte: ce n’est pas un déboulonnage mais une mise à sac. Ils se trompent, ensuite, sur ce qui devrait être le principal objet du débat: la réception, c’est à dire les commentaires et réactions qui transforment l’acte en évènement, qui l’instituent comme tel. Ils se méprennent, enfin,  en présumant une l’ignorance justifiant l’acte: les activistes rouge, vert, noir ne sont pas sur un registre historique mais mémoriel. Ceci dans une logique de « tyrannie de la mémoire » qui aujourd’hui menace la liberté intellectuelle des historiens en cherchant à imposer des cadres d’interprétation du passé, « un nouveau régime d’historicité », conformes à leur idéologie; une logique qui corrélativement tend à escamoter l’évidence de la relativité et de la multiplicité des mémoires (1). 

Les révoltes des esclaves ont été largement documentées au cours de ces 40 dernières années. Sans doute n’a t-on pas insisté suffisamment sur les différences entre Grandes et Petites Antilles et avec le continent (notamment Brésil, Colombie et Guyane).

Lire Plus =>

La vérité à Séguineau.

— Par Florent Grabin, Président de l’Association écologique P.U.M.A. —

La survenue du Coronavirus nous a été très bénéfique pour pilonner les responsables de la production et distribution de l’Eau de boisson ; c’est ainsi que nous avons révélé les responsables de l’absence de l’Eau au robinet du consommateur. Comme il fallait s’y attendre, après le confinement tous les récupérateurs deviendraient opérationnels avec leurs pratiques habituelles s’articulant autour de la manipulation et du mensonge, comme fonds de commerce.  
La lecture des propos de l’expert désigné par le TA en 2010, repris dans un journal de la place, est édifiante à plus d’un titre, outre qu’elle n’est intégralement qu’un tissu de mensonges ; aussi nous, PUMA, qui suivons l’affaire Séguineau depuis son origine en 2009, nous ne pouvons pas laisser prospérer ce type d’action : 
• Un ancien expert d’une affaire n’a pas le droit, primo : de parler de choses internes à celle-ci et surtout, : secundo de prendre parti pour l’un des 2 camps.
• Le sujet concerne une démarche amiable et hors procédure judiciaire…
• En tous cas, on a là une preuve de plus de l’absence totale d’objectivité de la démarche expertale qui avait déjà conduit cet expert à prendre position sous forme de jugement de valeur et non de conclusions de faits comme cela est la règle de base.

Lire Plus =>

« Et dire que ce pays fut celui d’Obama ! »

De la couleur de peau…

— Par Alexandre Sirois, éditorialiste à « La Presse », le 30 mai 2020.—

« La Presse » est un quotidien québécois fondé en 1884 à Montréal.

Les drames et les évènements racistes qui font la manchette ces jours-ci aux États-Unis nous rappellent cruellement qu’il y a toujours eu deux Amériques. L’une rêvée, qui finit elle-même parfois par croire à ses mythes ; celle qui a permis l’élection de Barack Obama il y a une douzaine d’années. Et l’autre, qui est ancrée dans la réalité ; celle où les inégalités et le racisme masquent souvent les idéaux dont elle se réclame. C’est avec cette Amérique qu’on a renoué avec effroi lors de la mort de George Floyd après son arrestation par un policier blanc, accusé hier de meurtre au troisième degré et d’homicide involontaire. Cet homme noir de 46 ans, qui aurait tenté d’utiliser un faux billet de 20 $, a été brutalement cloué au sol pendant de longues minutes. Il a imploré qu’il ne pouvait plus respirer. En vain. Cette mort, l’indignation de la communauté noire, les manifestations qui virent à l’émeute… Les Américains ont joué dans ce film beaucoup trop souvent.

Lire Plus =>

« Lettre adressée à mes amis blancs qui ne voient pas où est le problème… » – Virginie Despentes

En France nous ne sommes pas racistes mais je ne me souviens pas avoir jamais vu un homme noir ministre. Pourtant j’ai cinquante ans, j’en ai vu, des gouvernements. En France nous ne sommes pas racistes mais dans la population carcérale les noirs et les arabes sont surreprésentés. En France nous ne sommes pas racistes mais depuis vingt-cinq ans que je publie des livres j’ai répondu une seule fois aux questions d’un journaliste noir. J’ai été photographiée une seule fois par une femme d’origine algérienne. En France nous ne sommes pas racistes mais la dernière fois qu’on a refusé de me servir en terrasse, j’étais avec un arabe. La dernière fois qu’on m’a demandé mes papiers, j’étais avec un arabe. La dernière fois que la personne que j’attendais a failli rater le train parce qu’elle se faisait contrôler par la police dans la gare, elle était noire. En France on n’est pas raciste mais pendant le confinement les mères de famille qu’on a vues se faire taser au motif qu’elles n’avaient pas le petit papier par lequel on s’auto-autorisait à sortir étaient des femmes racisées, dans des quartiers populaires.

Lire Plus =>

Aux Etats-Unis, les Blancs sont renvoyés à leur «privilège»

— Par Alexis Buisson —

Dans la presse ou sur les réseaux sociaux, la communauté noire appelle les Blancs à utiliser leur position privilégiée dans la société pour l’aider à lutter contre le racisme systémique.

ew York (États-Unis), correspondance.– Sur les réseaux sociaux et les pancartes de manifestants, dans la presse locale et nationale… Depuis la mort de George Floyd, un homme noir tué par un policier blanc qui s’est agenouillé sur son cou à Minneapolis, lundi 25 mai, impossible d’échapper au terme « white privilege » (« privilège blanc »). C’est le fait que les Blancs, grâce à la couleur de leur peau, bénéficient d’avantages que les minorités raciales n’ont pas, aux États-Unis et ailleurs.

En ce moment, les manifestants noirs emploient l’expression pour exhorter leurs « alliés » blancs à utiliser leur position dans la société pour enrayer le racisme systémique qui sévit outre-Atlantique. « Dénoncez le racisme quand vous le voyez », « Écoutez les Noirs sans leur dire comment ils doivent mener leur combat ou faire leur deuil », « Ayez des conversations difficiles avec vos proches sur vos préjugés », peut-on lire pêle-mêle sur Instagram.

Lire Plus =>

Le Défenseur des droits reconnaît des discriminations «systémiques» dans un commissariat parisien

Des policiers du 12e arrondissement de Paris ont discriminé un groupe de jeunes de façon systémique, selon un document du Défenseur des droits, qui tient à mettre en garde contre une généralisation de ces conclusions à l’ensemble des forces de l’ordre.

Ces observations, publiées par Mediapart et dont l’AFP a eu copie, ont été remises à la justice par Jacques Toubon dans le cadre de la procédure intentée par plusieurs jeunes contre le ministre de l’Intérieur pour «fonctionnement défectueux du service public de la police». Ces 17 habitants du 12e arrondissement parisien dénoncent depuis 2015 des faits de harcèlement discriminatoires par des fonctionnaires de police. En 2018, trois policiers du 12ème arrondissement de Paris ont été condamnés au pénal dans cette affaire, condamnation dont ils ont fait appel.

C’est dans le cadre d’une autre procédure, civile, que le Défenseur des droits a été saisi. Les interventions policières visées, écrit-il, «mettent en évidence une succession de contrôles, de vérifications d’identité, de palpations, de fouilles et de conduites au commissariat, qui se sont produites en dehors du cadre légal et se sont accompagnées d’entorses fréquentes à la procédure qui visaient particulièrement les plaignants, tous des jeunes gens du quartier Erard-Rozanoff d’origine maghrébine et africaine».

Lire Plus =>

« Opération Panier Confinement » de « Culture Égalité »

Dernière distribution de paniers solidaires le 6 juin 2020

Notre association, face à la crise sanitaire savait que les premières victimes seraient les femmes comme dans toutes les crises que connaît une société. C’est très vite que nous avons participé à l’effort solidaire. En effet, dès la fin de la 1ère quinzaine du confinement, nous nous sommes jointes à la Croix-Rouge et au Mouvement du Nid, pour une distribution de produits alimentaires et d’hygiène, aux femmes en grande précarité. D’autres nous ont sollicitées pour contribuer à cette opération : Le club Soroptimist Fort-de-France Alizés Sud et la Fondation des Femmes.

Notre public bénéficiaire est composé de familles monoparentales avec en moyenne 3 enfants, des jeunes enfants, mais aussi des adolescents.es. Certaines mères ont perdu leur emploi, leur job, du fait du confine­ment ; nous aidons aussi des femmes is66olées, en situation de handicap, mais également des femmes mi­grantes et des femmes en situation de prostitution… Jusqu’à ce jour nous contribuons à permettre à près de 66 familles de recevoir un panier garni de produits de première nécessité chaque semaine.

Lire Plus =>

Ces statues qui font l’actu…

Victor Schœlcher en Martinique

— par Christiane Chaulet Achour —

« Il y a une trentaine d’années, un Noir du plus beau teint, en plein coït avec une blonde « incendiaire », au moment de l’orgasme s’écria : « Vive Schœlcher ! » Quand on saura que Schœlcher est celui qui a fait adopter par la IIIe République le décret d’abolition de l’esclavage, on comprendra qu’il faille s’appesantir quelque peu sur les relations possibles entre le Noir et la Blanche ».

Frantz Fanon, Peau noire masques blancs

Près de soixante dix années séparent cette citation de Fanon et la destruction de deux statues de Schœlcher en Martinique, le 22 mai 2020, jour de commémoration de l’abolition de l’esclavage. Face à ces actes, faut-il se contenter de cris d’orfraies ou au contraire d’approbation ? Quel est l’impact d’une statue posée sans explication dans l’espace public et ainsi offerte au respect, sinon à l’admiration ? Les actes de ces jeunes femmes, intervenant intempestivement au vu et au su de tous, invitent à réfléchir à l’écriture de l’Histoire qui ne peut être scellée dans le marbre une bonne fois pour toutes et surtout à l’essaimage des symboles – statues et monuments, noms de rues et d’édifices publics -, qui ne peuvent être inamovibles dans le dynamisme des sociétés en devenir.

Lire Plus =>

Le droit d’asile à l’épreuve de la crise sanitaire

Entretien avec Maître Matthieu Perdereau. Propos recueillis par Dominique Daeschler

Si la crise sanitaire nous a questionnés sur le respect des libertés publiques et individuelles dans un Etat démocratique, elle a renforcé des prises de positions politiques sur un contrôle de l’immigration dans une nostalgie d’un monde fermé, localiste.

Quelles conséquences de la crise sanitaire sur l’accueil des migrants ? Nous avons souhaité aborder avec Maître Matthieu Perdereau, avocat au barreau de Paris, membre d’ELENA France, association d’avocats praticiens du droit d’asile, les incidences que la pandémie a pu avoir sur les droits des demandeurs d’asile.

Une économie à l’arrêt, une population confinée : dans quelle situation se sont retrouvés les demandeurs d’asile ?

Maître Matthieu Perdereau. Face au confinement, à des administrations au point mort et à des juridictions en berne, le gouvernement a rapidement pris des mesures pour prolonger les documents de séjour des étrangers comme les attestations des personnes dont la demande d’asile est en cours d’instruction.

Ceux qui n’avaient pas eu la possibilité de faire enregistrer leur demande auprès de l’administration préfectorale avant les mesures de confinement ont fait face à de plus grandes difficultés.

Lire Plus =>

Détruire les statues de Victor Schoelcher ?

Un militantisme de l’ignorance ?

— Par Marcel Dorigny (*) —

Le 22 mai dernier des « militant(e)s » ont détruit avec force publicité deux statues de Victor Schoelcher en Martinique, celle dressée devant l’ancien Palais de Justice, à deux pas de la célèbre Bibliothèque Schoelcher, l’autre à Case Navire, sur la commune de Schoelcher.

Cette action a été hautement revendiquée par un groupe d’activistes qui ont voulu dénoncer le maintien du « statut colonial » de l’île, le poids écrasant des békés sur l’économie et la société insulaire …

Une question se pose : que vient faire Schoelcher dans ce débat contemporain ? A suivre les discours de justification de ces actes violents, « le mythe de Schoelcher » serait un instrument du néocolonialisme subit aujourd’hui ; ce serait Victor Schoelcher qui aurait inséré dans le décret d’abolition de l’esclavage du 27 avril 1848 la clause prévoyant l’indemnisation des propriétaires d’esclaves … Or, et ici l’histoire ne peut être travestie, l’indemnisation des maîtres a été décrétée en avril 1849, soit après le tournant conservateur radical de la Seconde République consécutif à la violente répression du mouvement ouvrier en juin 1848, à Paris et dans les centres industriels des départements, et aboutissant tout naturellement à l’élection d’une assemblée législative ultra conservatrice, qui conduira à l’arrivée de Louis Napoléon au pouvoir, avant de se proclamer « empereur des Français » sous le nom de Napoléon III … A ce moment Schoelcher n’était plus au gouvernement, resté ferme républicain il sera un opposant absolu à l’empereur, aux côtés de Victor Hugo, notamment.

Lire Plus =>

À Paris, pour Adama Traoré, contre les violences policières.

Pour que « justice soit rendue » à Adama

Des faits

Le 19 juillet 2016, Adama Traoré est décédé dans la caserne de Persan, près de deux heures après son arrestation à Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise), au terme d’une course-poursuite avec les gendarmes. Trois expertises médico-judiciaires avaient alors écarté la responsabilité des gendarmes. Mais quatre ans plus tard, une nouvelle expertise commandée par la famille, et dévoilée ce mardi 2 juin, pointe au contraire leur responsabilité : elle affirme que c’est bien le plaquage ventral ayant provoqué l’asphyxie, et non la santé du jeune homme, qui est à l’origine de sa mort.

L’avocat de deux des trois gendarmes ayant interpellé Adama Traoré, Maître Rodolphe Bosselut, a commenté cette nouvelle expertise : « Il ne s’agit pas d’une expertise, mais d’un avis médical réclamé par la famille. Ce n’est pas une expertise judiciaire… Les trois expertises judiciaires qui existent dans ce dossier considèrent que les gendarmes n’ont aucune responsabilité dans le décès d’Adama Traoré. »

La manifestation à Paris

Mardi 2 juin en début de soirée, en dépit de l’interdiction prononcée tardivement par la Préfecture de Police, plus de 20.000

Lire Plus =>

Pluie de larmes sur la destruction de statues.

— Par Alain HIERSO, Membre du Bureau de la CGTM —

« L’histoire justifie ce que l’on veut… »

Paul VALERY.

Le 22 mai 2020, journée de commémoration de l’aboutissement des luttes menées par les esclaves de la Martinique pour obtenir leur liberté, un groupe de personnes s’est attaquée aux statues de Schœlcher à Fort-de-France et dans la commune qui porte son nom. Ces personnes, plutôt jeunes, ont agi à visage découvert et ont filmé la scène qu’elles ont envoyée sur les réseaux sociaux. Cela démontre une conviction sans faille de ces jeunes qui prennent le risque de l’humiliation de la garde à vue et de l’incarcération pour faire passer leurs idées, 172 ans après le décret d’abolition du 27 avril 1848 porté par Victor Schœlcher, confronté aux actes d’insurrection émancipatrice des esclaves.

A la suite de la destruction des statues, des élus de tous bords ont manifesté sur les ondes leur désapprobation, utilisant des termes que nous ne reprenons pas ici pour éviter de porter un jugement tel qu’ils l’ont fait, peut être sur le coup de l’émotion.

Lire Plus =>

« Le racsme anti-Noirs est notre pandémie » : le vibrant plaidoyer de George Clooney

— Par Chloé Friedmann —

Bouleversé par l’affaire George Floyd, l’acteur de 59 ans a publié une tribune dans les colonnes du Daily Beast, le lundi 1er juin. Il y souligne le besoin d’un changement «systémique» au sein des États-Unis, et qualifie le racisme anti-noirs de véritable «pandémie».

Le doute n’est, désormais, plus permis : George Floyd est bel et bien mort des suites d’une asphyxie, a révélé une autopsie indépendante, le lundi 1er juin. Le décès de cet Afro-Américain de 46 ans serait dû, selon Antonio Romanucci, un avocat de sa famille, au «genou de l’officier maintenu» sur le cou de la victime, ainsi qu’au «poids des deux autres policiers sur son dos». George Floyd avait été arrêté à Minneapolis le 25 mai pour avoir tenté de payer ses courses avec un faux billet dans une épicerie, puis maintenu au sol par plusieurs agents de police.

Depuis la mort du quadragénaire, les États-Unis se sont embrasés, et de multiples célébrités se sont exprimées sur les violences policières perpétrées à l’encontre de personnes de couleur.

Lire Plus =>

L’équipe de campagne de Donald Trump tente de faire censurer un caricaturiste

Nick Anderson, prix Pulitzer 2005 du dessin de presse, a représenté le président américain distribuant de la javel pour soigner le Covid-19. Retirée de la vente dans un premier temps, la caricature est de nouveau commercialisée.

«Cette puissance, cette technologie, c’est incroyable». Les mots de Donald Trump devant la réussite du lancement de la navette Crew Dragon sur l’ISS sont sans équivoque. Et il semble qu’envoyer un vaisseau sur orbite relève presque du jeu d’enfant à côté de ce que traverse le président des États-Unis.

À lire aussi : Mort de George Floyd : Spike Lee dénonce les violences policières dans un court-métrage choc

Gestion controversée de la crise sanitaire, manifestations et émeutes causées par le décès de George Floyd, accusations de fake news sur les réseaux et déclarations tonitruantes… En pleine campagne pour un deuxième mandat, les difficultés s’accumulent. Et ses récentes sorties sur d’éventuels remèdes contre le Covid-19 lui ont valu un hommage de la part du caricaturiste Nick Anderson. Prix Pulitzer du dessin de presse en 2005, ancien président de l’Association des dessinateurs de presse américains, il est régulièrement publié par le Washington Post, le New York Times ou USA Today.

Lire Plus =>