Catégorie : Politiques

L’équerre et le compas

— Une chronique de Jean-Pierre Maurice —

Le 8 novembre 2023, Emmanuel Macron lui-même s’est rendu ouvertement, dans les locaux du Grand Orient de France à Paris, à une réunion avec les dirigeants des organisations franc-maçonnes.

Plus près de nous, en février 2024, le grand Maître du Grand Orient de France, Guillaume Trichard, était en conférence publique à Fort-de-France sur les principes républicains.

C’est que la franc-maçonnerie, institution mystérieuse et séculaire, suscite l’intérêt et la curiosité à travers le monde, y compris en Martinique. Mais quel rôle peut-elle jouer dans l’apport de paix, de sagesse et de justice dans notre île si troublée en ces temps qui s’annoncent difficiles ?

La franc-maçonnerie et ses valeurs

 Les valeurs de la franc-maçonnerie sont des éléments importants de cette organisation mystique et philosophique dont les symboles et les outils les plus emblématiques sont sans doute l’équerre et le compas.

L’équerre symbolise la rectitude des actions et des pensées. Elle incarne la notion d’équité et d’égalité, invitant ainsi les Francs-Maçons à agir avec droiture et à respecter les principes moraux et éthiques.

Quant au compas, il représente la maîtrise de soi et la capacité à trouver un équilibre entre les différentes dimensions de la vie.

→   Lire Plus

Pour une réelle transition en Haïti

— Par Guy Taillefer —

Il aura fallu l’hyperviolence des gangs criminels pour que Washington, et à sa traîne Ottawa, se résigne enfin à lâcher le premier ministre Ariel Henry et à envisager la formation d’un gouvernement de transition, ce que toutes les voix au sein de la société civile réclamaient depuis plus de deux ans. Que n’ont-elles été entendues plus tôt ? Les bandes armées contrôlent aujourd’hui 80 % de Port-au-Prince, les déplacés fuyant l’insécurité se comptent par centaines de milliers, la famine guette au moins un million d’Haïtiens. Il y a eu les tontons macoutes des Duvalier, les chimères de l’ex-président Jean-Bertrand Aristide, il y a maintenant les gangs fédérés autour du puissant « G9 et famille », dont le contrôle territorial est tel que le chef, Jimmy « Barbecue » Chérizier, ex-policier, est aujourd’hui en mesure de peser politiquement sur la suite des choses. Ceux qui ont instrumentalisé les gangs au sein de la classe politique et de l’oligarchie actuelles ont fini par créer un monstre qui s’est autonomisé.

La crise est doublement grave puisqu’elle est simultanément politique et sécuritaire.

→   Lire Plus

Haïti : Entre urgence humanitaire et quête de stabilité politique

— Par Jean Samblé —

Depuis la démission du Premier ministre Ariel Henry, Haïti fait face à une série de défis sans précédent, exacerbant une situation déjà critique. Cette analyse  vise à disséquer les multiples dimensions de la crise haïtienne, mettant en lumière les intrications politiques, les urgences humanitaires et les menaces sécuritaires qui entravent le chemin vers la stabilité et la prospérité.

Transition politique et instabilité gouvernementale

La démission d’Ariel Henry a plongé Haïti dans un vide politique, aggravant une instabilité gouvernementale déjà préexistante. L’accord pour former un Conseil présidentiel de transition, bien que salué comme une étape vers une résolution politique, est entravé par des rivalités politiques et des dissensions internes. Les tractations entre les différentes factions politiques et la société civile reflètent les luttes de pouvoir persistantes, compromettant la légitimité de toute nouvelle autorité.

La méfiance envers les élites politiques traditionnelles et les interférences extérieures, nourrie par des décennies de corruption et d’injustice, complique davantage la situation. Les gangs, qui exercent un contrôle quasi total sur certaines zones du pays, sapent les efforts visant à rétablir l’ordre et la gouvernance démocratique, menaçant la stabilité à long terme.

→   Lire Plus

L’Enseignement martiniquais aux enseignants martiniquais ?

— Par Yves-Léopold Monthieux 

Les récents incidents survenus au collège des Trois-Ilets ramènent au sujet récurrent de l’affectation de professeurs blancs en Martinique. Leur nombre ainsi que leurs lieux d’affectation sont source de débats infinis dont je retrouve l’écho dans une chronique de votre serviteur, parue le 21 mai 2007, Le recrutement des enseignants à la Martinique : quel beau sujet de réflexion pour le Congrès !

Les problèmes que rencontre l’encadrement scolaire dans notre département se ramènent toujours à la formule souvent galvaudée de Césaire : « génocide par substitution ». En effet, l’emprise mémorielle et coloriste constitue le fonds de sauce de tout débat en Martinique. Cette réalité est à ce point affirmée qu’on ne prend plus la peine d’étudier le fond des problèmes qui se posent. On sent bien que pour certains, la solution immédiate serait d’interdire la venue des professeurs français en Martinique, ce que pourrait traduire un slogan qui en rappelle un autre, qui fut révolutionnaire en son temps1 : « l’enseignement martiniquais aux enseignants martiniquais ! ». Cependant, peut-on se priver de cet apport d’effectifs ?

→   Lire Plus

Un 8 mars pour les droits des femmes, nécessaire, dynamique, unitaire !

— Le n° 340 de « Révolution Socialiste », journal du G.R.S. —

L’opiniâtreté des féministes en Martinique, fait petit à petit de cette date, un rendez-vous annuel incontournable. Cette année, à côté de diverses manifestations éclatées durant toute la semaine, la manifestation unitaire du soir du 8 mars a été un moment fort et revigorant pour les participantes et participants. Un peu plus de 400 personnes ont déambulé dans les rues de la capitale, encadrées par trois remarquables groupes à pied (dont Groov et Gwanaval), avec force pancartes, banderoles, slogans. La municipalité de Fort-de-France accompagna et aida techniquement la manifestation.

 L’UFM, doyenne des organisations de femmes du pays, a pris cette année l’initiative d’une marche unitaire. Les différentes organisations participantes ont réalisé une manifestation cherchant à entraîner les hommes dans cette solidarité, afin de ne pas considérer le 8 mars et le combat féministe que comme une affaire des seules femmes.

L’absence de dirigeants de partis majoritaires, ou d’élus masculins de premier rang, dans la manifestation était frappante. Sauf erreur de notre part, le communiqué de Marcellin Nadeau exprimant son soutien fait figure d’exception.

→   Lire Plus

Haïti : La démission d’Ariel Henry, une étape cruciale vers la stabilité?

La démission du Premier ministre haïtien Ariel Henry, survenue le 11 mars, marque un tournant crucial dans la quête de stabilité pour le pays insulaire. Plongé dans le chaos et la violence des gangs depuis plus d’une semaine, Haïti subit une crise politique et humanitaire prolongée, exacerbée par l’absence d’élections depuis 2016.

Ariel Henry, qui était dans l’illégalité depuis le 7 février, date officielle de la fin de son mandat, a finalement cédé à la pression populaire et internationale. Les gangs armés et une partie de la population réclamaient sa démission, plongeant Port-au-Prince dans un état de désolation. La situation s’est détériorée au point où 80 % de la capitale était aux mains de groupes armés, selon le Bureau intégré des Nations unies en Haïti.

La déclaration de démission d’Ariel Henry, annoncée par le président de la Communauté des Caraïbes (Caricom), Mohamed Irfaan Ali, ouvre la voie à un accord de gouvernance transitoire. Cet accord, salué comme une lueur d’espoir pour le retour à la stabilité, comprend un plan d’action à court terme en matière de sécurité et la perspective d’élections libres et équitables.

→   Lire Plus

Mobilisation internationale pour stabiliser Haïti et restaurer l’ordre

— Par Jean Samblé —

Port-au-Prince, la capitale haïtienne, est plongée dans une crise sécuritaire profonde, marquée par l’escalade des violences liées aux gangs, suscitant une réaction internationale immédiate. Ce week-end, la Communauté des Caraïbes (CARICOM) a convoqué en urgence une réunion en Jamaïque, rassemblant des représentants des États-Unis, de la France, du Canada, et de l’ONU, soulignant l’ampleur de la préoccupation mondiale face à la situation explosive.

Les évacuations d’ambassades occidentales à Port-au-Prince attestent de la détérioration dramatique de la sécurité. L’Union européenne, les États-Unis, et l’Allemagne ont retiré leur personnel diplomatique non essentiel, accentuant ainsi la pression sur les autorités haïtiennes.

Les réponses internationales s’articulent autour d’une mobilisation diplomatique et sécuritaire. Antony Blinken, chef de la diplomatie américaine, se rendra à Kingston pour participer à la réunion de la CARICOM. La France envoie la secrétaire d’État Chrysoula Zacharopoulou, mettant l’accent sur la nécessité de lutter contre les groupes criminels armés et de restaurer l’autorité de l’État.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a émis un appel urgent à des « négociations sérieuses » entre les acteurs politiques haïtiens pour rétablir les institutions démocratiques.

→   Lire Plus

Octroi de mer : l’insubmersible

— Par Yves-Léopold Monthieux 

La Cour des Comptes vient de donner son verdict : l’octroi de mer n’a plus lieu d’être. Ce n’est pas la première fois que la mort de cette taxe coloniale est annoncée, fusse-t-elle progressive, comme cela semble devoir être le cas. Cette fois-ci, elle ne devrait plus s’appliquer qu’à la protection des seules productions locales existantes, à l’exclusion des nouvelles ou des anciennes qui auraient été “adaptées aux évolutions des consommateurs”. En l’absence in fine de production locale à protéger, son objectif initial, cette taxe ne servirait plus qu’au seul fonctionnement des collectivités territoriales, son intérêt économique s’en trouvant écarté. C’est cela que semble vouloir dire la Cour des Comptes.

Certes, dans l’ambiance de dépopulation galopante que connaît la collectivité martiniquaise, les effectifs diminuent partout et à tous les niveaux : les enfants naissent peu, les vieux meurent de plus en plus et, entre les deux, les forces vives quittent le pays. Bref, au rythme de 2000 habitants de moins par an, hier, on est passé à 4000, aujourd’hui, et on ne sait à combien il en sera demain, ni comment arrêter la fuite.

→   Lire Plus

Port-au-Prince sous l’emprise des gangs armés, population en détresse

— Par Jean Samblé —

La capitale haïtienne, Port-au-Prince, se retrouve plongée dans une crise humanitaire alarmante à la suite de nouvelles violences entre la police et les gangs armés. La situation, déjà précaire, s’est détériorée après l’attaque de plusieurs hôpitaux, menaçant sérieusement l’accès aux soins, et les pillages sur le port compromettent l’arrivée de nourriture dans certaines zones.

La ville est essentiellement en état de siège, selon Philippe Branchat, chef pour Haïti de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Les habitants sont pris au piège, incapables de fuir les dangers qui les entourent, et de nombreux civils ont envahi des bâtiments publics en quête de refuge. La situation est d’autant plus critique que les gangs armés contrôlent la plupart de la capitale, rendant toute tentative de sortie impossible.

La violence s’étend au-delà de Port-au-Prince, avec des rapports faisant état de troubles à Artibonite et de blocages à Cap-Haïtien, accompagnés de pénuries de carburant dans le sud du pays. Le gouvernement haïtien a décrété l’état d’urgence dans le département de l’Ouest, comprenant Port-au-Prince, et a instauré un couvre-feu nocturne difficile à appliquer pour des forces de l’ordre déjà dépassées.

→   Lire Plus

Interactions entre conditions de travail et choix électoraux

— Par Jean Samblé —

La thèse du spillover, qui suggère que le travail influence les comportements civiques et les orientations électorales, est explorée par le chercheur, Thomas Coutrot,  dans « Le bras long du travail. Conditions de travail et comportements électoraux »,  document de travail n° 1-2024, IRES, 2024 et résumée dans un article du journal Le Monde daté du 08/03/24 . Bien que les évolutions du travail ne soient pas le seul facteur de la crise actuelle de la représentation politique, elles y contribuent certainement. L’analyse des liens entre les conditions de travail et les comportements électoraux met en lumière quatre dimensions clés : l’autonomie opérationnelle, la capacité d’expression au travail, la pénibilité physique, et le travail de nuit ou tôt le matin.

Les contraintes liées à la pénibilité physique et aux horaires atypiques ne semblent pas influencer l’abstention ou le vote populiste de gauche. Cependant, elles sont corrélées positivement avec le vote RN (Rassemblement National) et négativement avec le vote centriste, socialiste et écologiste. Ces contraintes semblent favoriser l’adhésion des salarié·es concerné·es à la vision sociale de l’extrême-droite, caractérisée par une conception sacrificielle du travail et un rejet de l’assistanat, symboliquement associé à l’immigration.

→   Lire Plus

Haïti sous l’emprise du chaos

État d’urgence prolongé, menace de guerre civile et crise humanitaire en escalade

— Par Jean Samblé —

La République d’Haïti, déjà plongée dans une crise politique aiguë depuis l’assassinat du président Moïse Jovenel en 2021, se trouve désormais confrontée à une escalade de violences sans précédent, mettant en péril la sécurité et la stabilité du pays. L’état d’urgence, déjà décrété, vient d’être prolongé d’un mois à Port-au-Prince, la capitale, face à l’aggravation de la menace posée par les bandes armées qui contrôlent une part significative du territoire.

Les autorités haïtiennes ont pris cette mesure drastique en réponse aux attaques répétées des gangs, qui, selon le Syndicat national de policiers haïtiens (Synapoha), ont déjà détruit 10 bâtiments de police et vidé deux prisons civiles. Une première déclaration d’état d’urgence et un couvre-feu avaient été annoncés après l’évasion massive de milliers de détenus consécutive à une attaque coordonnée sur des prisons par les gangs.

La situation sur le terrain est chaotique, avec une violence croissante, symbolisée par l’incendie d’une nouvelle antenne de police à Port-au-Prince. Les forces de l’ordre se trouvent dans une position précaire, confrontées à des groupes armés déterminés à déstabiliser davantage le pays.

→   Lire Plus

L’UPLG salue le combat des femmes en Guadeloupe et dans le monde.

—Communiqué de l’UPLG —
En cette année 2024, la journée internationale de la lutte des femmes revêt un caractère particulier tant la situation des femmes est affectée par les conflits et les crises.

En Guadeloupe, nous sommes consternés à chaque fois où une femme est tuée par son conjoint ou son compagnon. Le pays hurle de douleur et d’indignation. Seulement les violences faites aux femmes sont en hausse et dépassent les moyennes de nombre de pays et territoires.

En Guadeloupe comme partout ailleurs les femmes doivent se battre pour bénéficier des mêmes droits que les hommes, même quand l’égalité homme femme est reconnue par la loi. L’accès à certains emplois ou à certaines fonctions est plus difficile pour les femmes, en particulier pour les postes d’encadrement. Quand on regarde la répartition homme/femme dans l’éducation en Guadeloupe, à l’école maternelle, les enseignants sont presque en totalité des femmes, à l’école élémentaire elles sont plus de 60% pour un peu moins de 40% d’hommes, dans l’enseignement secondaire les hommes sont un peu plus nombreux, dans l’enseignement supérieur les hommes sont la grande majorité.

→   Lire Plus

Martinique : les douze travaux d’Hercule

Pour une Martinique plus belle, il est temps pour nous d’aller à l’essentiel.
— Jean-Pierre Maurice —

Une Martinique de carte postale
Du chlordécone aux déserts médicaux en passant par le départ de ses forces vives, la Martinique aurait de quoi faire des cauchemars la nuit.

Mais ce serait sans compter sur le fatalisme bien heureux de l’âme antillaise si prompte à se tourner vers les défilés de mode, concerts ou fêtes en tout genre, neutralisant ainsi bien des velléités de révolte et de contestation.

Vous aves dit révolution ?
Trop tard donc pour une quelconque révolution soviétique ou vietnamienne, cubaine ou algérienne, se disent ceux qui ont pu en leur temps rêver au réveil des damnés de la terre.

C’est qu’ils n’ont pas tort, car les temps ont changé. Et nos populations, anesthésiées par la consommation, attendent un juste partage des richesses collectives.

La Martinique est en danger
Pourtant, dans notre île au soleil si prisée des touristes, plusieurs dangers nous menacent et la vie n’est pas si rose pour ceux d’entre nous qui n’ont pas toujours tout.

Car, depuis des années, la Martinique s’enfonce inexorablement sous le poids
d’autorités d’ici ou d’ailleurs au principal mot d’ordre : laisser-aller et laisser-faire.

→   Lire Plus

Haïti : état d’urgence et couvre-feu

Le 3 mars, le gouvernement haïtien a pris des mesures drastiques en déclarant l’état d’urgence et en instaurant un couvre-feu à Port-au-Prince, suite à l’évasion massive de milliers de détenus de la plus grande prison de la capitale, attaquée par des gangs armés. La situation en Haïti, déjà en proie à une grave crise politique, sécuritaire et humanitaire depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse en 2021, a atteint un nouveau sommet de chaos.

La prison de Port-au-Prince, qui hébergeait près de 3 800 détenus avant l’attaque, a été largement vidée lors de l’assaut perpétré par des gangs armés cherchant à renverser le Premier ministre contesté, Ariel Henry. Selon des sources proches des autorités pénitentiaires, la grande majorité des prisonniers se sont échappés, plongeant la capitale dans un climat de peur et d’insécurité.

Au moins dix personnes ont perdu la vie lors de cette évasion, les victimes comprenant des citoyens tués à l’intérieur de maisons incendiées et d’autres touchées en tentant de fuir les violences. Face à cette escalade de la violence, le gouvernement haïtien a justifié la déclaration d’état d’urgence et l’imposition du couvre-feu en invoquant une « dégradation sécuritaire » caractérisée par des actes criminels de plus en plus violents commis par les gangs armés.

→   Lire Plus

Considérations sur la Grande Grève de Février 2009 en Martinique

— Par Patrick Chamoiseau —
En février 2009, des milliers de martiniquais ont bloqué la Martinique durant plusieurs semaines de suite. Une telle mobilisation reste encore hors de portée des Partis politiques ou des syndicats de ce pays. Il y a là un phénomène d’apparence politique aussi considérable que celui du 22 mai 1848 dans le nord de la Martinique, lequel avait précipité l’annonce de l’abolition de l’esclavage. Seulement, le mouvement de février 2009 n’a débouché que sur une liste de « produits de première nécessité » qui s’est perdue corps et âme dans le cynisme du Marché capitaliste… Comment considérer ce paradoxe ?

Dans une interview menée par Jean Bourgault, le 15 avril 2010, pour la revue les Temps Modernes, Patrick CHAMOISEAU analyse ce phénomène aussi puissant qu’énigmatique sous l’éclairage d’un imaginaire : celui de la Relation…


JEAN BOURGAULT – Quel regard portez-vous sur le mouvement de février 2009 en Martinique ?

Patrick CHAMOISEAU – Il y a plusieurs choses :d’abord ça a été un mouvement tout à fait énigmatique. Croire qu’on pourrait dès aujourd’hui donner des explications claires et définitives et mettre tout cela à plat, enlever les plis, les ombres, l’inconnaissable, ce serait être victime d’une illusion.

→   Lire Plus

Chalvet : les faux mystères de l’hélicoptère

— Par Yves-Léopold Monthieux 

A entendre les mots utilisés pour commémorer le cinquantième anniversaire de Février 74, les anciens de Chalvet n’hésitent pas à puiser dans un large éventail de vocables pour exprimer la glorification de leurs héros et l’exécration du colonisateur. Au diable les précautions sémantiques, donc. Mais que de contradictions ! Aucune d’elles ne sera pourtant relevé par un audiovisuel complaisant, qui n’hésite pas de participer à la surenchère du vocabulaire victimaire. Maintenant que les derniers témoins s’apprêtent à s’en aller, le temps serait donc venu d’inscrire dans le marbre leur histoire des « on dit » de Chalvet.

Bilan de l’hécatombe : un mort

Le choix offert au verbe est immense, mais pourquoi choisir ? On prend tout : « abattre », « tuerie », « massacre », « assassinat », « boucherie », « carnage », « extermination ». Chacun peut se servir et prendre part au bombardement sémantique. Bilan de l’hécatombe : un mort, un blessé grave, peut-être deux, trois ou quatre blessés légers. Autant de victimes de trop, bien évidemment. Est-il permis cependant d’ajouter un autre blessé grave, au bras sectionné, échappé de justesse à la mort ?

→   Lire Plus

Chlordéone : « Nou pa ké moli ba yo»

— Le n° 338 de « Révolution Socialiste », journal du G.R.S. —

Ce slogan, martelé dans le chant qui devient de fait, l’hymne du combat antichlordécone, a retenti samedi 24 février à Basse-Pointe.

Dans ce haut lieu, parmi d’autres, de l’empoisonnement au chlordécone, le Collectif Matinik Doubout-Gaoulé kont Chlordécone poursuivait son action de terrain, visant à collecter des constitutions de partie civile pour l’appel interjeté contre le non

Lieu, mais aussi à informer, à échanger, à mesurer chaque jour mieux, la réalité toujours présente de la catastrophe que certains voudraient faire passer pour une affaire réglée.

De fait, une cinquantaine d’habitants et d’habitants de la région sont venu-e-s, avec leurs pièces d’identité, pour entamer la démarche judiciaire. Les contacts faits à cette occasion ont permis de constater des taux de contamination très inégaux et parfois faramineux.

Trois jours avant, une conférence de presse suivie par Martinique 1ère et France-Antilles, a permis de rendre compte, avec la participation solidaire du maire du Lamentin, de notre soutien à la proposition de loi du député Califer, visant à faire reconnaître officiellement la responsabilité de l’État dans la catastrophe, d’évoquer, avec Sabrina Cajoly, la dimension internationale de nos actions.

→   Lire Plus

À propos du transfert des 50 pas géométriques en Guadeloupe

Lettre ouverte à la population de Guadeloupe

Depuis quelques semaines, les médias communiquent sur le transfert des 50 pas géométriques à la Collectivité Régionale de la Guadeloupe au 1er janvier 2025.

L’Union Populaire pour la Libération de la Guadeloupe (UPLG) constate une certaine confusion auprès de la population sur la nature de ce transfert et de nombreuses interrogations demeurent sur les conditions dans lesquelles ce transfert s’opère et sur le traitement des dossiers des habitants de la zone.

L’UPLG a interpellé en 2023, toutes les instances publiques, (État et Collectivités) et les parlementaires guadeloupéens sur ce dossier ; Ils sont tous restés muets.

La population doit savoir que seuls des terrains situés dans les 50 pas géométriques urbanisés ou construits seront transférés à la Région soit moins d’un quart des 50 pas géométriques). Ce qui sous-entend que l’État conserve, à travers le Conservatoire du littoral et l’ONF plus des trois quarts des espaces littoraux au motif qu’ils sont naturels.

→   Lire Plus

Manifestations en Nouvelle-Calédonie : Tensions autour de la réforme constitutionnelle et du corps électoral

Le 21 février dernier, la Nouvelle-Calédonie a été le théâtre de manifestations tendues et de violences entre forces de l’ordre et 500 manifestants mobilisés en réponse à l’appel de l’Union calédonienne, le principal parti indépendantiste. Cette mobilisation faisait suite à la visite de Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur, dans la région, et visait à dénoncer le projet de loi constitutionnelle qu’il avait présenté le 29 janvier.

Les heurts ont conduit à cinq gendarmes blessés, provoquant une réaction du Haut-commissariat de la République en Nouvelle-Calédonie. Selon les autorités, des manifestants qui tentaient de se rendre devant le gouvernement, où se trouvait le ministre, ont été confrontés à un important dispositif de sécurité composé de gendarmes mobiles et d’agents de la Police nationale. Trois vagues de bousculades, accompagnées de jets de pierres, ont été repoussées par les forces de l’ordre, entraînant cinq blessures parmi les gendarmes.

Le projet de loi contesté vise à ouvrir le corps électoral pour les élections locales, actuellement restreint aux natifs et aux résidents présents avant 1998 en Nouvelle-Calédonie. Les manifestants, soutenus par la cellule de coordination des actions de terrain de l’Union calédonienne, exigent le retrait de cette proposition.

→   Lire Plus

Chalvet, 50 ans après : Quand le préfet reveint sur les lieux du crime

— Le n° 337 de « Révolution Socialiste », journal du G.R.S. —

50 ans après la tuerie du 14 février 74, à l’occasion de la plus grande commémoration jamais faite de cette tragédie, la présence de l’actuel Préfet de Martinique, ne pouvait ne pas faire problème.

Les organisateurs de la manifestation du samedi 17 à Chalvet (CAP nord, les municipalités de Basse-Pointe, Marigot, Lorrain, Gros-Morne), savaient forcément que cette initiative forte et de belle tenue, menée sur plusieurs jours, riche de témoignages précieux et émouvants, d’inaugurations de lieux publics (un demisiècle après, il est vrai, de celle de la rue Ilmany à l’Ajoupa-Bouillon), de moments artistiques de qualité, d’interventions concordantes des élus parties prenantes, de débats libres, risquait d’être entachée par la participation officielle (avec discours !) du représentant de l’État, responsable de cette répression sanglante, à balles réelles, tirées depuis les airs, de ce qui était, non pas une insurrection armée, mais une grève d’ouvrier·e·s agricoles réclamant le smic, c’estàdire l’application de la loi !

→   Lire Plus

Missak et Mélinée Manouchian

« Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent
Vingt et trois qui donnaient leur cœur avant le temps
Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant
Vingt et trois amoureux de vivre à en mourir
Vingt et trois qui criaient la France en s’abattant »
Louis Aragon « Strophes pour se souvenir »

 

Missak Manouchian, né le 1er septembre 1906 à Adyaman, un village turc, au sein d’une famille paysanne arménienne, incarne une figure majeure de la Résistance française pendant la Seconde Guerre mondiale. Son parcours tragique et engagé reflète les tourments de son temps et son combat incessant pour la liberté.

Après avoir vécu les horreurs du massacre des Arméniens en 1915, où ses parents furent victimes du génocide perpétré par l’Empire ottoman, Manouchian, orphelin, est élevé dans un orphelinat chrétien en Syrie. Son arrivée à Marseille en 1924 marque le début d’une vie marquée par l’activisme politique et la lutte contre les injustices.

À Marseille, Manouchian apprend la menuiserie et rejoint les universités ouvrières fondées par la CGT. Son engagement politique le conduit à adhérer au Parti communiste français en 1934.

→   Lire Plus

Mystère et conspiration : L’affaire Jovenel Moïse semble se dévoiler

La veuve du Président et des dizaines de personnes inculpées pour son assassinat

Dans la tumultueuse histoire d’Haïti, l’assassinat du président Jovenel Moïse en juillet 2021 demeure une énigme persistante, jetant une ombre sombre sur le pays. Deux ans et demi après l’attaque brutale à son domicile de Pétion-Ville, les Haïtiens attendent toujours des réponses. La situation politique est tendue, avec des manifestations exigeant la démission du Premier ministre actuel, Ariel Henry, et des révélations inattendues dans l’enquête.

Le dernier rebondissement a secoué le pays lorsque le juge d’instruction Walther Wesser Voltaire a rendu public un mandat d’arrêt émis contre la veuve du président, Martine Moïse. Les accusations sont lourdes : vol à main armée, tentative d’assassinat, assassinat, association de malfaiteurs, et bien d’autres. Une liste de charges qui, pour beaucoup d’Haïtiens, a pris de court ceux qui n’avaient jamais envisagé la participation de Martine Moïse à un tel complot.

L’enquête, longtemps bloquée, semble s’accélérer, mais les zones d’ombre persistent. Les déclarations de Martine Moïse sont entachées de contradictions, selon son avocat Iswick Théophin, laissant planer le doute sur sa crédibilité.

→   Lire Plus

Un Peuple qui n’est pas maître de sa terre est voué à la disparition

— Par Jean Abaul, président du Conseil National des Comités Populaires (CNCP) —

La dite «Affaire PINTO» qui occupe le devant de la scène actuellement n’est que l’un des très nombreux cas de litiges relatifs à la question foncière dans notre pays. En ce domaine, scandales judiciaires, inégalités et abus sont la norme. L’ASSAUPAMAR, par exemple, indiquait lors de sa dernière Assemblée Générale, qu’elle accompagnait pas moins d’une cinquantaine de familles dont les droits à la propriété étaient bafoués.

Concernant «l’affaire PINTO» de quoi s’agit-il précisément?

Des héritiers de Mr. Félix Grat ont fait valoir que ce dernier est le véritable propriétaire d’un terrain situé au quartier Clouette (Trois-Îlets). Ce terrain a été frauduleusement vendu à un promoteur. Deux procès ont confirmé la validité du titre de propriété de Mr. Félix GRAT. La vente des terres concernées devient donc caduque. Par voie de conséquence, la validité du droit à la propriété de gens y ayant achetés des lots et construit des logements se voit remise en cause.

Le rôle d’une «Justice» digne de ce nom devrait donc être de poursuivre les coupables de la violation des droits des héritiers et de définir les conditions de l’indemnisation de toutes les personnes spoliées.

→   Lire Plus

Journées commémoratives : Sonjé févriyé 74

Du 16 février au 1er mars 2024

Les villes de Marigot, Lorrain, Basse-Pointe, Gros-Morne et CAP Nord organisent les journées commémoratives des 50 ans de Févriyé 74.
Martiniquais, Martiniquaises et visiteurs sont invités à venir nombreux commémorer ces évènements, qui ont marqué l’histoire de la Martinique, autour d’un programme varié dans les 4 villes du Nord du vendredi 16 février au vendredi 1er mars 2024 pour vivre an bidim moman alantou févriyé 74.

Mémwa

Une histoire sociale tragique qui a marqué le mouvement des ouvriers agricoles du Nord, une histoire de la Martinique.
Les villes de Marigot, Lorrain, Basse-Pointe et Gros-Morne ont la volonté de marquer ensemble les 50 ans de Février 74.
Les Martiniquaises et Martiniquais sont invités à venir partager ces évènements « Sonjé févriyé 74 » pour nous rappeler et nourrir notre mémoire collective.

Lyannaj
Marigot, Lorrain, Basse-Pointe, Gros-Morne ansanm ansanm pou komémoré les 50 ans de février 74. Avec CAP Nord, elles nous font partager leurs expériences, leurs traces et chemins pour raconter cette histoire sociale autour de journées commémoratives.

Bokantaj
50 ans après, pour rendre hommage aux victimes de cette histoire sociale, se souvenir de toutes les femmes et tous les hommes qui se sont engagés pour réclamer justice et dignité.

→   Lire Plus

Février 74 et la police, par Kolo Barst

— Par Yves-Léopold Monthieux 

Après la tragédie de Chalvet, la complainte de Kolo Barst Février 74 rejoint en même temps qu’elle renforce le sentiment de gravité exprimé par les Martiniquais. Mais son texte est trop souvent reçu comme la relation historique de faits avérés, même s’il s’inspire de l’essentiel de ces faits. Il ne faudrait donc pas souligner outre mesure le caractère romanesque de la chanson, même si le caractère de l’œuvre et la liberté artistique de l’auteur peuvent autoriser un écart entre la matérialité des faits et leur interprétation musicale. C’est le cas pour l’extrait suivant, repris dans un récent article1 :

« Vérité pété tèt kolon ki préféré rété séré / épi olié yo négosié, yo criyé polisié / Polisié ki fèt épi nèg, katjilé avan alé… (Face à cela les colons ont préféré se cacher / Et loin de négocier, ils ont fait appel aux policiers / Les policiers, frères des Nègres, ont hésité.) « Alo pou ranplasé yo yo vwéyé mitrayèt / Mitrayèt ki pa ni tjè, aksèpté mision-a » (Ils ont alors été remplacés par des gendarmes / Les gendarmes, sans cœur, ont accepté la mission).

→   Lire Plus