Politiques

Arrêtons de faire des histoires avec l’histoire respectons et écrivons l’histoire d’aujourd’hui avec un grand « H » pour demain

— Par Christian Dachir —

Les statues de personnages qui ont fait malgré tout l’histoire en bien ou en mal, font tout de même partie de notre histoire à tous… La culture, le savoir et l’instruction donnent le pouvoir, la liberté et l’indépendance… Cela évite d’être manipuler et d’être l’instrument des autres!

La destruction systématique sans aucune perspective de construction ne conduit à rien… Le fond du mécontentement, je le partage totalement, mais la forme, je la rejette complètement.

En effet, ces actes non réfléchis, montrent bien et très bien, le manque de connaissances et de réflexion…

Une statue est une œuvre artistique d’une valeur de 180 000 euros à 230 000 euros, donc une perte garantie… C’est le travail d’artistes, donc le non respect de ces derniers… C’est gommer l’histoire, donc refus de la voir en face…

C’est agir exactement comme le colon, donc effacer l’histoire… Par contre, il faut utiliser cette histoire pour nous, il faut la retourner à notre avantage, en faisant évoluer la révolte de nos ancêtres, respecter leurs mémoires en avançant avec notre siècle et non pas refaire l’histoire…

La solution pourrait être de créer un parc paysager payant, où les statues seraient placées avec des plaques explicatives de leur vie vis à vis de nos ancêtres, et utiliser les recettes aux profits des artistes.

Lire Plus =>

Cinquante ans après la mort de « Papa Doc », Haïti toujours dans l’impasse

Port-au-Prince – Cinq décennies se sont écoulées depuis la mort du dictateur François Duvalier, dit « Papa Doc », mais Haïti, minée par l’insécurité et l’instabilité politique, peine encore à effacer les cicatrices laissées par le régime et à sortir d’une interminable crise récemment illustrée par l’enlèvement de religieux.

Le kidnapping, le 11 avril dernier, de dix personnes, dont sept religieux, a mis en évidence la dérive de ce pays des Caraïbes et provoqué la colère de la population, forçant le président Jovenel Moïse à remanier le gouvernement la semaine dernière. 

L’Eglise catholique, qui occupe une place centrale dans ce pays très religieux, a dénoncé « l’inaction » du gouvernement face à la « violence des bandes armées« , et initié un mouvement d’arrêt de travail largement suivi. 

L’emprise des gangs sur les quartiers les plus pauvres, si elle s’est accrue ces derniers mois, n’est pas nouvelle. Ignorés par la classe politique, ils sont depuis des années laissés aux mains des bandes armées. 

Un stigmate parmi d’autres de la crise que traverse Haïti, nation la plus pauvre du continent américain, qui, cinquante ans après la mort du dictateur François Duvalier, le 21 avril 1971, n’a pas fini de panser ses plaies. 

Lire Plus =>

L’aménagement du créole en Haïti et les droits linguistiques au regard du projet de « Constitution » néoduvaliériste du PHTK : les sables mouvants d’une dérive totalitaire

— Par Robert Berrouët-Oriol, Linguiste-terminologue —

Mirlande X, enseignante dans un lycée de Port-au-Prince et lectrice assidue de nos chroniques linguistiques depuis plusieurs années, nous demande dans un récent courriel si les droits linguistiques figurent dans le projet de « Constitution » que l’ex-président Jovenel Moïse –dont le mandat a expiré le 7 février 2021 selon la Fédération des barreaux d’Haïti, mais qui s’accroche au pouvoir dans un climat politique marqué par la régression des droits citoyens et l’emprise grandissante des gangs armés sur le territoire national–, s’est mis en tête de faire adopter par référendum en juin prochain. Pertinente, la question de Mirlande X renvoie à la nécessité de garantir, notamment dans un texte constitutionnel, l’efficience des droits linguistiques inscrits dans la Déclaration universelle des droits linguistiques de 1996. Et comme nous l’avons auparavant explicitement formulé à travers la vision de l’aménagement linguistique en Haïti que nous offrons en partage dans nos articles et dans nos livres, les droits linguistiques sont un droit premier.

Lire Plus =>

À propos du bicentenaire de la mort de Napoléon Bonaparte

Par Marie-Hélène Léotin

Lorsque la République française, et donc l’Etat français, célèbrent le Bicentenaire de la mort de Napoléon 1er, ils ne célèbrent pas Austerlitz, le sacre du 2 décembre 1804, le décret rétablissant l’esclavage dans les colonies (1802), ils ne célèbrent surtout pas le dos et le tres de Mayo en Espagne, ils ne célèbrent pas le conquérant, le général, le Premier Consul ou l’Empereur.

Ils célèbrent un personnage de l’Histoire de France qui a su parfaire et consolider un processus commencé depuis 10 ans, en apportant la Paix (Traité d’Amiens de mars 1802), le retour à la prospérité (Banque de France en 1800, Franc Germinal en 1803 donc monnaie consolidée et stabilisée), apportant la stabilisation de la société (Code civil en 1804, restauration d’une administration moderne, création des lycées et des grandes écoles en 1802 pour assurer ce que le sociologue Bourdieu appelle la reproduction) ; Napoléon Bonaparte apporte l’idée de la promotion au mérite selon son travail (Légion d’Honneur) et non pas par droit de « sang ». Les roturiers accèdent aux titres et aux honneurs de la Nation.

Lire Plus =>

Il y a 60 ans, un putsch de généraux pour l' »Algérie française »

Paris – Dans la nuit du 21 au 22 avril 1961, quatre généraux français opposés à l’indépendance de l’Algérie font sédition et s’emparent d’Alger avec des légionnaires et parachutistes, défiant le général de Gaulle au pouvoir.

Le putsch des généraux Maurice Challe, Edmond Jouhaud, André Zeller, en liaison avec le général Raoul Salan qui les rejoint le 23 depuis l’Espagne, sera bref, à peine cinq jours, et il échouera.  

L’histoire est en effet en marche: le 16 septembre 1959 de Gaulle a admis le droit des Algériens à l’autodétermination et, le 8 janvier 1961, les Français ont voté à 75% en sa faveur lors d’un référendum ouvrant la voie à l’indépendance du pays colonisé par la France.  

Pour une partie des cadres de l’armée française, déjà humiliés par la défaite en Indochine, c’est une trahison insupportable du pouvoir, incarnée par le général de Gaulle devenu président de la République, et qui vient d’évoquer, le 11 avril, un « Etat souverain » en Algérie. 

Les quatre putschistes ne seront pas seuls, d’autres généraux au rang moins prestigieux les suivront, mais sans un basculement total de la haute hiérarchie militaire et sans les soldats de l’armée de conscription.

Lire Plus =>

« Printemps noir »: il y a 20 ans, la Kabylie défiait le pouvoir dans la rue

Alger – Il y a vingt ans éclatait le « Printemps noir » en Kabylie, des émeutes nées de la mort d’un lycéen dans une gendarmerie, réprimées dans le sang par le régime. Une révolte au nom de l’identité berbère, pionnière de la contestation dans la rue.

Le 18 avril 2001, Massinissa Guermah, 18 ans, est grièvement blessé par une rafale de kalachnikov dans la gendarmerie de Béni-Douala, un bourg montagneux près de Tizi Ouzou, à l’est d’Alger.  

Le lycéen avait été interpellé après une banale altercation entre jeunes et gendarmes. Deux jours après, il meurt dans un hôpital à Alger. 

La Kabylie, qui s’apprêtait à célébrer le 21e anniversaire du « Printemps berbère » d’avril 1980 — des manifestations en faveur de la reconnaissance de la culture berbère — se soulève après les obsèques du jeune homme. 

Un peu partout, les habitants descendent dans les rues des bourgs et des villages pour réclamer la fermeture de toutes les brigades de gendarmerie de la région. 

Les manifestations tournent à l’affrontement avec les forces de l’ordre qui tirent à balles réelles.

Lire Plus =>

Marlène Schiappa annonce des « États généraux de la laïcité »

Paris – La ministre déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa a annoncé dimanche la tenue d' »Etats généraux de la laïcité » qui donneront notamment lieu à une « grande consultation » auprès des jeunes sur ce sujet clivant.

Le coup d’envoi de ces Etats généraux sera donné mardi au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) à Paris « avec une conférence de haut niveau entre des intellectuels de toutes les sensibilités«  , précise-t-elle dans un entretien au Journal du Dimanche, citant entre autres l’académicienne Barbara Cassin, l’essayiste Caroline Fourest et le philosophe Gaspard Koenig. 

Jusqu’à l’été, « des tables rondes et des groupes de travail sur la liberté d’expression la recherche, la jeunesse, l’intégration citoyenne » seront organisées, ajoute-t-elle, assurant qu’elle laissera aussi « carte blanche » à des associations et à des syndicats. 

Une « grande consultation avec Make.org » sera enfin lancée « auprès de 50.000 jeunes« , ajoute Mme Schiappa, pour qui l’ensemble des échanges doit « être l’occasion de nous rassembler autour de la laïcité à la française« . 

« C’est un sujet de passion.

Lire Plus =>

« Il y a comme une impuissance notoire de la part de nos autorités… », dénonce le cardinal Chibly Langlois

— Par Robenson Geffrard —

Tel un « Wake-up-call », l’Église catholique a mis toute la population debout contre l’insécurité et le kidnapping le jeudi 15 avril. Même le secteur privé des affaires qui, pendant longtemps s’était enfermé dans un silence assourdissant, est monté au créneau pour dénoncer ce mal commun. «…le peuple  est totalement fatigué avec les actes de kidnapping. Nous n’en pouvons plus vraiment. C’en est trop ! Il y a comme une impuissance notoire de la part de nos autorités…  », a fulminé le cardinal Chibly Langlois dans une interview exclusive accordée au Nouvelliste et à l’AFP.

La journée du jeudi 15 avril dernier est allée au-delà de la décision de l’Eglise catholique d’observer un arrêt de travail. C’est tout le pays qui était à l’arrêt pour dénoncer l’insécurité et le kidnapping. « Ce support exprime que cette manière pour l’Église catholique de protester contre le kidnapping est partagée par tous ces secteurs. Ceux-ci s’y retrouvent et en profitent, sachant que l’union fait la force », a affirmé le cardinal Chibly Langlois.

Cette décision de l’Église catholique d’observer cet arrêt de travail, selon l’évêque des Cayes, est arrivée au moment où « tout le peuple est totalement fatigué avec les actes de kidnapping.

Lire Plus =>

Brésil: la Cour suprême donne le champ libre à Lula

Brasilia – La Cour suprême du Brésil a pris jeudi une décision très favorable à Luiz Inacio Lula da Silva en confirmant l’annulation des condamnations pour corruption de l’ex-président de gauche, le rendant éligible pour la présidentielle de 2022.

« C’était un très gros mensonge. Mais mes avocats ont prouvé que c’était une imposture. Le juge a menti, les avocats ont menti, la police fédérale a menti, pour m’éloigner de la campagne électorale. Maintenant je suis prêt pour le combat« , a réagi l’ex-président (2003-2010) dans un entretien à la chaîne de télévision argentine C5N. 

« Avec cette décision de la Cour suprême, Lula est candidat« , a commenté de son côté le président d’extrême droite Jair Bolsonaro, laissant entendre que la population devrait s’inquiéter pour l' »avenir du Brésil » si l’icône de la gauche revenait au pouvoir.  

Par une large majorité de 8 contre 3, les juges réunis en séance plénière ont confirmé la décision du juge Edson Fachin, qui avait estimé début mars que le tribunal de Curitiba (sud) qui avait condamné Lula dans deux procès n’était « pas compétent« . 

Lire Plus =>

Our dream came true

— Par Lucien Cidalise-Montaise —

Bientôt les élections. Personne d’autres que les Martiniquais ne puisent dans cet instant d’actualités, cette puissance d’évocations de toutes sortes qui transperce la croûte des années turbulentes et excitent les ambitions de chacun, mettant en sourdine ou en exécutant à mort, toutes les promesses passées!

« Pawol en bouch’ pa chaj ! » devient la principale distraction de tous ceux qui ressentent les frémissements de la Mission à remplir. Les bouches et les mémoires se délient en faisant leur Carnaval. C’est à celui ou à celle qui remplira le « mieux » les vides provoqués lors d ’interviews. Les réminiscences fleurissent toutes fanées et s’étiolent. Impossible se présente en possible…

Les classes sociales s’affichent à leur façon sauf les « élites » bourgeoises qui dans l’ensemble se taisent. Se flagellant. Elles ne peuvent en effet s’avérer différentes de leurs homologues occidentales, affairistes, antisociales, puisque nées du même terreau. L’argent devient l’élément fondamental des choix. Les scandales éclatent et pourrissent l’atmosphère…Tous les partis politiques sont porteurs de solutions adéquates. Toutes les formules d’union sont utilisables !

Le peuple lui, écoute mais ne retient plus rien. Il ne tire aucune leçon de ces grands-messes où le ridicule ne tue plus.

Lire Plus =>

Premier vote historique au Congrès américain pour réparer les torts de l’esclavage

Washington – Une commission du Congrès américain a adopté mercredi un projet de loi portant le principe d’une compensation financière pour réparer les méfaits de l’esclavage aux Etats-Unis, un premier vote historique dans un pays encore marqué par les discriminations raciales.

Le texte a été adopté par la commission des affaires judiciaires de la Chambre des représentants par 25 voix contre 17, les démocrates votant tous pour et les républicains tous contre.

La Chambre basse du Congrès, où les démocrates sont majoritaires, devra ensuite l’approuver en séance plénière, à une date indéterminée. Mais le sort du texte est incertain au Sénat, où les démocrates devront obtenir les voix d’au moins dix républicains pour qu’il soit finalement adopté.

Le projet de loi prévoit la création d’une commission d’experts qui serait chargée de faire des propositions sur l’indemnisation par le gouvernement des descendants des quelque quatre millions d’Africains amenés de force aux Etats-Unis entre 1619 et 1865, date de l’abolition de l’esclavage.

Il s’attaque à « l’injustice, la cruauté, la brutalité et l’inhumanité fondamentale de l’esclavage » et aux disparités dont souffre encore aujourd’hui la minorité noire américaine.

Lire Plus =>

États-Unis: nouvelles manifestations après la mort d’un jeune noir tué par la police

Minneapolis (Etats-Unis) – Un face-à-face tendu, avec plus d’une soixantaine d’arrestations, a opposé mardi soir des manifestants aux policiers près de Minneapolis après la mort d’un jeune homme noir tué par la police, pour la troisième nuit consécutive malgré le couvre-feu.

La tension monte depuis la mort dimanche de Daute Wright, 20 ans, à Brooklyn Center, banlieue de cette métropole du Nord des Etats-Unis où se déroule actuellement le procès d’un policier blanc accusé du meurtre en mai dernier de George Floyd, également Afro-Américain. 

Des policiers anti-émeutes ont dispersé les quelque 800 à 1.000 manifestants, rassemblés devant le commissariat de Brooklyn Center malgré le couvre-feu imposé à partir de 22H00 locales. 

La police a procédé à une soixantaine d’arrestations et fait usage de grenades assourdissantes, les manifestants ripostant avec des jets de bouteilles d’eau ou de briques, selon les autorités. 

Plus tôt mardi, les familles de Daunte Wright et George Floyd avaient réclamé ensemble la fin des violences policières et du racisme aux Etats-Unis. 

– « A vos côtés » –

« Le monde est traumatisé de voir un nouvel Afro-Américain mis à mort« , a déclaré Philonise Floyd, frère de George Floyd mort sous le genou du policier blanc Derek Chauvin.

Lire Plus =>

Des grands patrons et célébrités s’opposent publiquement aux lois électorales «discriminatoires»

Des centaines de représentants du monde des affaires et des célébrités ont signé mercredi une déclaration s’opposant à toute loi limitant l’accès aux urnes aux États-Unis, au moment où plusieurs textes déposés par des républicains sur la façon de gérer les élections sont examinés.

Des multinationales comme Amazon, Facebook et Goldman Sachs, des riches hommes d’affaires tels Michael Bloomberg et Warren Buffett, des grands cabinets juridiques, des ONG, mais aussi l’acteur George Clooney et la chanteuse Paula Abdul, y ont apposé leur nom.

«Pour que la démocratie américaine fonctionne pour chacun d’entre nous, nous devons garantir le droit de vote pour tous», est-il écrit dans cette déclaration publiée sous forme de publicité dans le New York Times et le Washington Post.

«Nous devrions tous nous sentir responsables de défendre le droit de vote et de nous opposer à toute législation ou mesure discriminatoire qui restreint ou empêche tout électeur éligible d’avoir une chance égale et équitable de voter», est-il ajouté dans ce texte initié par l’ancien patron d’American Express, Kenneth Chenault, et l’actuel dirigeant de Merck, Kenneth Frazier, tous deux afro-américains.

Lire Plus =>

Haïti: le président remanie le gouvernement face à l’insécurité

Port-au-Prince – Le président haïtien Jovenel Moïse a annoncé mercredi remplacer son Premier ministre, quelques jours après l’enlèvement de sept religieux qui a illustré la grave crise sécuritaire dans le pays gangrené par la pauvreté et la corruption.

« La démission du gouvernement, que j’ai acceptée, permettra d’adresser le problème criant de l’insécurité et poursuivre les discussions en vue de dégager le consensus nécessaire à la stabilité politique et institutionnelle de notre pays« , a tweeté M. Moïse. 

« J’ai remis ce soir ma démission au président de la République« , a de son côté confirmé dans la nuit le Premier ministre sortant, Joseph Jouthe. 

Il avait été nommé en mars 2020 et est donc resté un an à son poste dans un pays où la valse des chefs de gouvernement s’est accélérée ces dernières années. 

Le nouveau Premier ministre est Claude Joseph, précédemment à la tête des Affaires étrangères. 

Haïti, pays des Caraïbes et nation la plus pauvre du continent américain, est gangrené par l’insécurité et notamment les enlèvements contre rançon menés par des gangs jouissant d’une quasi impunité. 

Lire Plus =>

« Rien à attendre »: les Cubains désabusés avant la relève à la tête du parti

La Havane – Une grande casserole vide dans les bras, Sergio dit n’avoir « rien à attendre » du congrès du parti communiste, où Raul Castro passera le relais à Miguel Diaz-Canel: comme lui, de nombreux Cubains sont juste fatigués des files d’attente et de la pandémie.

« Le salaire pose problème, il n’est pas suffisant. La nourriture pose problème, plein de gens font la queue« , soupire ce cuisinier de 44 ans, croisé dans le quartier historique de La Havane, désespérément vidé de ses touristes. 

Du 16 au 19 avril, des centaines de délégués du parti communiste de Cuba (PCC, unique) seront réunis dans la capitale pour le dernier congrès présidé par le premier secrétaire Raul Castro, bientôt 90 ans, qui prend sa retraite pour laisser place au président du pays Miguel Diaz-Canel, 60 ans. 

L’évènement, à portes fermées, devrait être retransmis à la télévision d’Etat. 

Pour Carlos, informaticien de 33 ans qui comme Sergio ne donne pas son nom de famille, c’est une simple formalité. « Cela fait plusieurs années que notre président, c’est Diaz-Canel« , désigné par les députés en avril 2018. 

Lire Plus =>

A Pointe-à-Pitre, l’argent disparu du Mémorial de l’esclavage

Par Julien Sartre —

Directrice suspendue à titre conservatoire, plaintes croisées pour détournement de fonds publics, signalements à différents procureurs… le MACTe est dans la tourmente. 420 000 euros ont mystérieusement disparu et peinent à réapparaître dans la comptabilité de l’établissement public.

En Guadeloupe, une plainte pour détournement de fonds publics peut en cacher une autre. Il en est de même pour les accusations de corruption et de malversations, par média interposé. Depuis deux mois, les habitants de cette île des Antilles françaises assistent, médusés, au naufrage d’une institution mémorielle et muséale importante : le Mémorial ACTe (MACTe), aussi connu comme le Centre caribéen d’expression et de mémoire de la traite de l’esclavage.

Le lieu, geste architectural épuré et impressionnant, se trouve sur le site d’une ancienne usine sucrière, en face du port, sur le front de mer de Pointe-à-Pitre. Il a été inauguré en mai 2015 par le président de la République d’alors, François Hollande.

Lundi 29 mars, un nouveau conseil d’administration devait y avoir lieu, une semaine après une précédente réunion houleuse… et interrompue. Le sort de la directrice, Laurella Rincon, est dans la balance : suspendue à titre conservatoire en raison « des tensions sociales extrêmes », du droit de retrait exercé par une partie du personnel et d’une « affaire inextricable », sa révocation est sur le point d’être votée par les administrateurs.

Lire Plus =>

A propos de libéraux et du « ni droite, ni gauche » !

Pour un marxisme clairvoyant !

— Par Max Dorléans (GRS) —

La famille est libéraux est très grande, et nous devons en avoir une claire conscience pour nous permettre de voir plus nettement et d’agir en conséquence. On pourrait presque dire que cette famille semble sans borne, au point que depuis quelques décennies, beaucoup de citoyen/nes ont perdu leurs repères, ne s’y retrouvent plus, parce que le clivage d’hier qui semblait pertinent à l’immense majorité de la population, entre partis de gauche et partis de droite, s’est considérablement érodé. Au point que le fameux « ni droite, ni gauche » employé à dessein pour brouiller les pistes de réflexion, pour accréditer l’idée que les différentes idéologies d’hier de gauche et de droite n’existent plus, que la ligne de démarcation droite-gauche est complètement désuète, et relève de nos jours d’une idéologie dépassée, a pour but de discréditer celles et ceux qui aujourd’hui encore parlent de lutte de classes, d’intérêts contradictoires entre possédants et démunis, entre classe possédante et classe non possédante. En gros, disqualifier celles et ceux qui disent que la pensée marxiste comme outil d’analyse, est pertinente, n’est pas à jeter à la poubelle comme cherchent à le faire croire les brouilleurs de pistes qui dirigent la société, et qu’il ne s’agit point, comme le professent ces charlatans et apologistes du système capitaliste libéral actuel, d’archaïsmes et de pensées dépassées, incapables de penser le 21 ème siècle.

Lire Plus =>

1848, année de l’abolition : Schœlcher, Bissette et le 22 mai, 3 mythes pour une république.

— Par Yves-Léopold Monthieux —

Je n’oublierai pas la phrase de l’un des médecins qui ont rédigé le rapport d’autopsie de la seconde victime de février 1974, le jeune ouvrier en bâtiment Georges Marie-Louise. « Tout peuple qui se construit a besoin de mythes », me dit-il. C’était la réponse sans équivoque à mon interrogation : « Docteur, je pense à vous quand j’entends certaines interprétations des incidents de février 1974 1». Des mythes, en veux-tu en voilà ! N’est-ce pas une méthode d’écriture de l’histoire ou d’histoires à côté de l’histoire qui caractérise trop souvent l’Histoire de la Martinique ?

Dans une récente expression, Marie-Hélène Léotin fait une présentation sans fard de Cyrille Bissette. Selon l’historienne, celui qui fut l’une des parties prenantes de l’abolition de l’esclavage de 1848 se serait caractérisé par son opportunisme et non par l’empathie du propriétaire d’esclaves qu’il était. Ses idées auraient évolué au gré des circonstances et des intérêts des mulâtres qui seraient devenus in fine les alliés objectifs des esclaves. Cette description peu contestée de l’historienne conduit à enfermer les mythes Bissette2 et Schoelcher dans un égal rejet, au seul avantage d’un 3ème mythe, la date du 22 mai 1848.

Lire Plus =>

Nouvelle-Calédonie: les indépendantistes demandent un troisième référendum

Nouméa – Les indépendantistes du FLNKS ont demandé à l’Etat l’organisation du troisième et dernier référendum sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie prévu par l’accord de Nouméa (1998), ont-ils annoncé jeudi.

Le Bureau politique (BP) de la coalition indépendantiste a acté jeudi « une démarche unitaire » consistant en l’envoi au haut-commissaire de la République d’un seul courrier, signé des deux groupes FLNKS au Congrès, l’UNI et l’UC (Union Calédonienne), a indiqué à l’AFP Victor Tutugoro, membre du BP.  

Ceux-ci, auxquels s’est jointe une élue d’un parti séparatiste minoritaire, représentent 26 élus sur 54.  

Depuis la date du 4 avril, soit six mois après le précédent scrutin du 4 octobre 2020, un minimum d’un tiers des élus du Congrès peut demander la tenue du troisième et dernier référendum inscrit dans cet accord, qui organise la décolonisation progressive de la Nouvelle-Calédonie.  

Lire Plus =>

Cuba à l’aube d’une nouvelle ère, sans Fidel ni Raul Castro

La Havane – L’heure de la retraite a sonné pour Raul Castro: l’ex-président de Cuba lâchera les rênes du Parti communiste lors du congrès d’avril, quittant le devant de la scène comme avant lui son frère Fidel, décédé en 2016.

S’ouvrira alors une nouvelle ère pour l’île, gouvernée depuis 1959 par la célèbre fratrie et désormais menée par une génération plus jeune et devant à la fois perpétuer cet héritage et tracer sa voie. 

La nouvelle équipe « aura pour tâche de construire sa légitimité, qui ne pourra émaner que d’un projet politique propre qui apporte prospérité économique et justice sociale à Cuba« , estime Michael Shifter, président du think tank Dialogue Interaméricain, basé à Washington. 

Le parti unique tiendra son congrès quinquennal du 16 au 19 avril. 

A cette occasion, Miguel Diaz-Canel, 60 ans, président depuis 2018, devrait succéder à Raul Castro, 89 ans, comme premier secrétaire du parti, dont le bureau politique – le coeur du pouvoir à Cuba – sera aussi renouvelé avec des hommes et des femmes trop jeunes pour avoir participé à la révolution. 

Une chose est sûre: le pays restera sur la même ligne politique, la nouvelle Constitution adoptée en mai 2019 ayant gravé dans le marbre le caractère « irréversible » du socialisme. 

Lire Plus =>

Cuba: de nouvelles mesures face au regain de cas de coronavirus

La Havane – Une application plus stricte des sanctions et une campagne pour inciter la population à être plus vigilante: Cuba a décidé d’appliquer de nouvelles mesures pour lutter contre la hausse des cas de coronavirus, avec des chiffres records ces derniers jours.

« La direction du pays a annoncé un renforcement des mesures destinées au contrôle de la situation épidémiologique actuelle, avec des actions de promotion et d’éducation à la santé et des décisions concrètes à adopter par les organismes et le système national de Santé« , selon le quotidien Tribuna de La Habana. 

Les patrouilles de police seront plus nombreuses pour garantir l’isolement des quartiers en quarantaine et l’application d’amendes à ceux qui ne portent pas le masque ou ne respectent pas les mesures d’isolement. 

Le pays de 11,2 millions d’habitants était parvenu à un contrôle de la pandémie sur son territoire, avec quelques dizaines de cas par jour, mais depuis le début de l’année les chiffres repartent à la hausse, avec des records quotidiens de plus de 1.000 cas au cours de la semaine dernière. 

« Depuis la dernière semaine de janvier, l’épidémie a évolué avec plus de 5.000 cas confirmés par semaine, ce qui a augmenté la transmission dans des régions (de Cuba) où la maladie avait été contrôlée« , a indiqué le ministre de la Santé José Angel Miranda. 

Lire Plus =>

Pourquoi il faut voter

— Par Barbara Jean-Élie —

L’élection de la CTM, qu’elle se déroule le 13 et 20 juin ou plus tard, mérite que chaque Martiniquais en prenne la mesure. Le vote est non seulement un enjeu conjoncturel, mais un défi majeur pour notre communauté, parce qu’il est l’expression indiscutable de notre volonté de faire société.

Le Fin du Politique1, l’ouvrage de Pierre Birnbaum au menu de la 2ème année de Science Politique dans les années 80, n’aurait pas pris une ride…au contraire ? Les résultats des récentes élections en France et en Martinique reflètent sinon un haut niveau de défiance à l’égard de la politique, du politique ou des politiques, du moins une indifférence grandissante. Ainsi, en 2017, au premier tour des élections législatives de 2017 l’abstention atteignait 51,3% ; 22,23% au 1er tour de la présidentielle de mai 2017. Aux municipales de 2020 : 55,25% (certes dans un contexte de crise sanitaire), mais en croissance continue : en 2014 déjà, le taux d’abstention était de 36,45% au premier tour.

En Martinique, en 2010, lors d’un référendum annoncé comme essentiel sur la création de l’assemblée unique, l’abstention a atteint 64,2%.

Lire Plus =>

Génocide des Tutsi : « Monsieur le Président, le temps est venu de vous adresser aux survivants »

— Collectif —

Pour les rescapés rwandais vivant en France, la République doit aujourd’hui présenter ses excuses aux victimes et familles endeuillées.

En 1994, nous étions pourchassés, traqués, renvoyés à la condition animale par nos meurtriers parce que nous étions nés tutsi. Dans ces moments d’immense solitude, envahis par une peur extrême de mourir découpés à la machette, nous fabriquions des lueurs d’espoir pour nous accrocher à la vie qui nous échappait à chaque minute qui passait

Puisque nous étions convaincus de notre appartenance à la communauté des humains, beaucoup d’entre nous, jeunes et naïfs, se sont dit que « le monde » viendra nous secourir dès qu’il saura ! D’autres ont vu très tôt leurs espoirs s’évaporer en voyant les soldats étrangers trier ceux qui possédaient les bons passeports pour être évacués. Leur vie et celle de leurs chiens valaient plus que celle des Tutsi.

Lire aussi  Patrick de Saint-Exupéry : « Ayons le courage de tirer les conséquences de ce que nous savons du génocide des Tutsi du Rwanda »

De moins en moins nombreux au fil des jours et des semaines qui passaient, affamés, trempés jusqu’aux os, lassés, nous avons miraculeusement déjoué la mort.

Lire Plus =>

Agnès Callamard, inlassable trouble-fête des autocrates

Paris – Elle a été menacée de mort par un responsable saoudien et fait sortir de ses gonds le président des Philippines qui l’a couverte d’injures : à 58 ans, Agnès Callamard a quitté l’ONU mais entend continuer d’être la trouble-fête des autocrates de la planète à la tête d’Amnesty International.

« Je n’ai certainement pas l’intention de me taire !« , assure en riant la nouvelle secrétaire générale de l’ONG. 

« Oui, le sparadrap du capitaine Haddock, ce sera nous et au-delà: on va faire beaucoup plus que d’embêter la répression« , promet de son débit de mitraillette la quinquagénaire lors d’un entretien accordé à l’AFP. 

« Poil à gratter » des dictateurs et autocrates du monde entier qui en ont fait leur bête noire, « voix courageuse » pour la société civile, cette défenseure inlassable de la cause des droits humains et de l’État de droit a été de tous les dossiers en vue des dernières années. 

De l’enquête sur l’assassinat en 2018 du journaliste Jamal Khashoggi, attribué à Ryad, à celle de la mort en 2020 du général iranien Qassem Soleimani dans une frappe aérienne américaine jugée « illégale« , en passant par les lenteurs de la justice française après le meurtre de deux journalistes de RFI en 2013 au Mali…  

A chaque fois, la rapporteure spéciale de l’ONU sur les exécutions extrajudiciaires sommaires ou arbitraires tire à balles réelles, loin du langage policé de l’enceinte onusienne.

Lire Plus =>

Total, pressé de partir par des ONG, maintient ses activités en Birmanie malgré la répression

Le groupe pétrolier français Total a annoncé dimanche sa décision de rester en Birmanie, où la répression contre le coup d’Etat militaire a déjà fait des centaines de morts, tout en s’engageant à financer des organisations pour les droits humains dans le pays. Son PDG Patrick Pouyanné souligne que le groupe français alimente en électricité une partie de la population de Rangoun. Et qu’un blocage des versements de taxes exposerait « les responsables de notre filiale au risque d’être arrêtés et emprisonnés ».

Le groupe pétrolier français Total a annoncé dimanche qu’il maintenait sa présence controversée en Birmanie, où la répression contre le coup d’Etat militaire a déjà fait des centaines de morts, tout en s’engageant à financer des organisations pour les droits humains dans le pays.

Plus de 550 civils, dont des femmes et des enfants, ont été tués par les forces de sécurité depuis le putsch du 1er février qui a renversé le gouvernement civil d’Aung San Suu Kyi, d’après l’Association d’assistance aux prisonniers politiques (AAPP).

Le bilan pourrait être beaucoup plus lourd: quelque 2.700 personnes ont été arrêtées.

Lire Plus =>