Echos d’éco

Internet : un danger potentiel pour la Guadeloupe et la Martinique ?

— Jean-Marie Nol —

Le marché du e-commerce est en constante évolution en Martinique et en Guadeloupe et occupe une place de plus en plus importante dans les habitudes de consommation et d’achat des guadeloupéens et Martiniquais
. Pour illustrer les proportions que prennent ce phénomène, voilà les chiffres clés du e-commerce en Guadeloupe en 2018 :

1. Les achats et préférences en ligne à la Guadeloupe.

85 000 guadeloupéens ont acheté sur un site internet durant ces 6 derniers mois.49% ont l’intention d’acheter à nouveau sur internet durant les 6 prochains mois.44% des cyber acheteurs achètent un produit immédiatement après s’être renseigné.80% des internautes qui se renseignent sur un site vont acheter sur ce même site.68% n’ont pas de préférence entre les sites en ligne et les autres. Seuls 5% des acheteurs ne se renseignent pas avant d’acheter.

2. Les produits en ligne les plus achetés à la Guadeloupe.

Les voyages et billets d’avion représentent 37% des achats en ligne, soit un panier moyen de 1 201€……….6 achats sur 10 sont des vêtements, chaussures, ou de la lingerie, soit 59%, et le panier moyen est de 88€.Les produits culturels comme la musique et les films correspondent à 31% des achats en ligne, soit un panier moyen de 38€.

Lire Plus =>

Guadeloupe /Martinique : Quelle est la mutation en cours ?

— Par Jean-Marie Nol —
La situation économique et sociale en France doit-elle alerter ? Les guadeloupéens et Martiniquais ont-ils des raisons d’être inquiets avec l’amorce de la mort probable du progrès social de la départementalisation ? Autant de questions qui nous laisseront bientôt vides et angoissés en 2019 !

Un peu vieillissante et non attractive, sûrement pas compétitive , bardé de nouvelles technologies et doté d’un système politique obsolète : voici le visage qu’offre nos pays la Guadeloupe et la Martinique aujourd’hui.

Et vous, vous la voyez comment, la Guadeloupe et la Martinique de demain ? Toute verte, avec plein d’éoliennes et de panneaux solaires ? Grisonnante, comme les tempes de ses habitants ? Rouge de colère, déchirée par les attaques de la révolution numérique et l’intelligence artificielle et les mouvements sociaux ? «A ce petit jeu, on peut faire défiler tout l’arc-en-ciel».

Hélas ! Pour la plupart des experts, une couleur semble quand même l’emporter sur les autres : le noir. A première vue, la Guadeloupe tout comme la Martinique d’aujourd’hui semble en effet bien mal partie pour affronter l’avenir.

Lire Plus =>

Dépenses de champagne en Guadeloupe & Martinique : près de 40 millions d’euros!

La Guadeloupe et la Martinique font partie des plus gros importateurs de Champagne au monde. Les deux îles françaises sont ainsi dans le top 5 des pays importateur de champagne dans la Zone Amérique établi par le Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC). En effet, le total de bouteilles de 75 cl est de 1 446 255 pour la Martinique et 1 439 539 pour la Guadeloupe, ce qui a coûté aux îles la somme de 38 millions d’euros.
Ainsi l’on ne s’étonne pas que la Martinique détienne en 2015 le record mondial de consommation de Champagne avec le chiffre de 3.5 bouteilles par habitant. Ici c’est le rapport au nombre d’habitants qui établit le rang de ce département.

Le champagne, également appelé vin de Champagne, est un vin effervescent français protégé par une appellation d’origine contrôlée dont la réglementation a nécessité plusieurs siècles de gestation. Son nom vient de la Champagne, une région du nord-est de la France. La délimitation géographique, les cépages, les rendements et l’ensemble de l’élaboration du champagne sont les principales spécificités de l’appellation.

Lire Plus =>

Des associations dénoncent les jouets porteurs de stéréotypes sexistes

— Par Corinne Binesti —

À l’heure des emplettes de Noël, l’univers du jouet véhiculerait des stéréotypes sexistes en France, selon des associations féministes, comme Osez le féminisme et Les Chiennes de garde. Alors que celles-ci réitèrent en 2018 leur campagne nationale « Marre du rose », de nombreux spécialistes affirment que les enfants doivent « avoir le choix », pour leur propre équilibre

Lire aussi :

Jouets de Noël : quels choix ?— Par Nathalie Driguez, militante UFM (Union des femmes de Martinique)—

Filles et garçons : mêmes jouets !— Par Marie-Josèphe Sellaye-Hardy Dessources, de l’ UFM —

« Dans ma maison, j’ai une trentaine de poupées et poupons, assure Baptiste,7 ans. Je les adore, parce qu’ils sont articulés. C’est cool, on peut leur faire bouger la tête et tout. Il y a des filles que j’ai appelées Spiderman et un poupon que j’ai appelé Rose. »

Si naturellement, pour un enfant, le jeu n’est pas forcement sexué, l’industrie du jouet segmente toujours le marché entre filles et garçons.

Lire Plus =>

Petite fille noire cherche poupée qui lui ressemble… vraiment

— Par Sandrine Berthaud-Clair —
En France et en Afrique, le marché des poupées à la peau sombre et aux cheveux crépus se développe, porté par l’essor du commerce en ligne.

Avoir 4 ans, s’appeler Bintou, Aïssata ou Fatou et coiffer une poupée qui leur ressemble. Cette expérience est demeurée un rêve longtemps inaccessible à des générations de fillettes noires ou métisses. En Europe comme en Afrique, il a fallu s’affranchir des codes esthétiques européens imposés par des décennies de colonisation pour voir enfin se développer, notamment depuis les années 2010, des jouets respectueux de la diversité.
Lire aussi Ronde, petite ou grande, la poupée Barbie va (enfin) changer

« Quand on est une maman sénégalaise ou ivoirienne, il est encore difficile de trouver une poupée noire dans les magasins de sa ville ou sur les marchés ! », explique la Camerounaise Madeleine Ayissi, secrétaire générale de l’association Ma famille créative, basée à Dakar. Cette éducatrice spécialisée, qui fut aussi une maman en quête de poupée noire pour sa fille, a créé avec l’ancien inspecteur d’académie Khadim-Rassoul Gningue le Salon international du jouet éducatif et de la poupée noire, dont la deuxième édition s’est tenue samedi 15 et dimanche 16 décembre dans la capitale sénégalaise.

Lire Plus =>

La dosette qui tue à petit feu

Je suis une dosette. Je vous en fais voir de toutes les couleurs !

Le séduisant George Clooney en use avec délectation dans un feutré, idéalisé et fantasmé.

Mes 4 grammes de café sont habillés d’une robe d’aluminium à la couleur de votre choix chacun y trouve son café, selon son goût et son humeur.

Le paradis au bout des lèvres, avec son arôme et surtout sa fameuse mousse !

Le raffinement ! Le luxe à portée de tasse. 4 grammes de café à 0,40 EUR, ça nous fait pour 1000 grammes de café 100 EUR.

Oui, 100 EUR le kilo, c’est le prix du luxe, on ne va pas chipoter, ce serait petit.

Il faut, bien sûr, s’en donner les moyens. Je ne fais pas dans la dentelle avec mes habits de lumière en aluminium.

J’ai besoin de beaucoup d’énergie électrique fournie par de belles centrales nucléaires ou de très efficaces centrales thermiques.

Pour 1 tonne d’aluminium, j’offre 4 tonnes de rejets sous forme d’arsenic, de titane, de chrome, de plomb, de vanadium, de mercure, bref, de magnifiques boues rouges qui par exemple, grâce à une superbe canalisation terrestre de 55 km, glissent depuis l’usine Altéo de Gardanne jusqu’à la grande bleue.

Lire Plus =>

CFTU : Y a-t-il un pilote dans l’avion ?

Lettre ouverte au président de la  CFTU
Monsieur Alain ALFRED

Fort de France, le 12 Décembre 2018

Par un accord signé le 20 janvier 2012 entre la Cacem et la CFTU qui prévoit que la CFTU bénéficie d’une délégation de service public (DSP), or à ce jour, elle est dans l’incapacité d’honorer son contrat.
Aujourd’hui, il appartient à l’autorité délégante d’assurer le service public sur son territoire conformément à la loi n° 2007-1224 du 21 Août 2007.
Même en cas de défaillance d’un affrété, le délégataire a obligation de tout mettre en œuvre pour pouvoir au remplacement, soit du personnel soit des transporteurs.
Il doit également s’engager à faire procéder aux réparations courantes, aux visites techniques règlementaires.
Rien de tout cela n’est fait, pourtant Mozaïk nous dit :

 

Monsieur le Président, vous n’êtes pas sans savoir que vous êtes tenu de réaliser différentes enquêtes de qualité permettant d’avoir une meilleure connaissance de la clientèle.

AUTM a réalisé cette enquête que vous pouvez consulter par ce lien. Vous constaterez que ; I pa bon !

Lire Plus =>

Respect de la loi, respect du service public, respect, respect, respect…

Lettre ouverte à
Monsieur le Président de Martinique Transport

Monsieur le Président,
Les statuts de Martinique Transport désignent le Président de la CTM, comme Président De l’organisme en charge du transport public en Martinique. Or, vous avez endossé des responsabilités que vous ne semblez pas vouloir totalement assumer.
Il y a en effet quelque temps, le service public du TCSP et des bus du réseau Mozaïk était interrompu pour fait de grève au sein de la société. Les raisons de cette interruption brutale et longue de service : le soutien à un agent mis à pied pour un comportement jugé inacceptable. Parallèlement le personnel invoquait un droit de retrait du fait de problèmes de sécurité. Pour autant ce droit de retrait a finalement été accepté pour partie (1 semaine) puis rejeté pour le reste du temps, par les services de la DIECCTE, qui considéraient qu’il n’avait plus lieu d’être du fait de l’évolution des négociations.
Malgré cela, vous n’avez pas enjoint la société à respecter ses engagements contractuels, en les obligeant à l’organisation du service minimum et donc de la continuité du service public de transport de personnes tel que la loi l’impose.

Lire Plus =>

Les Gilets Jaunes, l’économie morale et le pouvoir

Difficile de ne pas être saisi par le mouvement en cours. Tout y est déconcertant, y compris pour qui se fait profession de chercher et d’enseigner la science politique : ses acteurs et actrices, ses modes d’action, ses revendications. Certaines de nos croyances les mieux établies sont mises en cause, notamment celles qui tiennent aux conditions de possibilité et de félicité des mouvements sociaux. D’où sinon la nécessité, du moins l’envie, de mettre à plat quelques réflexions issues de la libre comparaison entre ce que l’on peut voir du mouvement et des connaissances portant sur de tout autres sujets. A côté des recherches sur le mouvement en cours, espérons que l’éclairage indirect que donne la confrontation à d’autres terrains pourra dire quelque chose de différent sur ce qui a lieu.

La situation

Les images rapportées par les médias comme les déambulations personnelles pendant les événements du 1er décembre ont donné à voir un Paris jamais vu, ni en 1995, ni en 2006, ni 2016, trois moments pourtant où l’espace-temps habituel des mobilisations parisiennes s’était trouvé profondément déformé.

Lire Plus =>

Carlos Ghosn, « Ordinaire délinquant en col blanc »

— Par Cyprien Boganda —
Carlos Ghosn, désormais ancien PDG de Renault-Nissan, est accusé par la justice japonaise d’avoir dissimulé environ 62 millions d’euros de revenus au fisc nippon. L’« HD » a demandé à trois spécialistes de la « délinquance en col blanc » leur regard sur l’affaire.

Aussitôt connue, la nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre dans la presse mondiale. Carlos Ghosn, emblématique PDG de Renault-Nissan, est accusé d’avoir dissimulé au fisc environ 62 millions d’euros, ce qu’il a récemment nié selon des sources japonaises (AFP, 25 novembre). Les médias nippons font également état d’un possible emploi fictif concernant la sœur de Carlos Ghosn au sein de Nissan. La presse met en avant le parcours hors norme du PDG, sa stature internationale, ainsi que la « sévérité » de la justice japonaise pour démontrer le caractère « atypique » de l’affaire. Mais, à bien des égards, le « cas Ghosn » est tristement banal, comme l’explique Pierre Lascoumes, directeur de recherche au CNRS, spécialiste de la délinquance en col blanc (1) : « Ce type d’entrepreneur considère que son savoir-faire professionnel, son engagement et les résultats qu’il obtient ne sont jamais rétribués à un niveau suffisant.

Lire Plus =>

Évaluation des politiques publiques : pour l’utilisation d’indicateurs de bien-être

— Par Olivier Ernest Jean-Marie —

Le 9 décembre 2015, Alfred MARIE-JEANNE et Yan MONPLAISIR, dans l’entre-deux tours de l’élection des conseillers à l’Assemblée de Martinique, décident de fusionner les listes « Gran Sanblé Pour Réussir la Martinique » et « Ba Péyi-a An Chans ». Pour Clarifier leur démarche ils signent un contrat de mandature qui les engage en cas de victoire.

L’article 6 de ce contrat de mandature annonce la réalisation, tous les 2 ans, d’une évaluation des politiques publiques mises en œuvre.

A ma connaissance, à ce jour, la coalition « Gran Sanblé pou Ba Péyi-a An Chans » n’a pas encore publié sa première évaluation des politiques publiques.

La Martinique désirable que j’imagine est une Martinique où l’évaluation des politiques publiques ne resterait pas l’affaire des seuls élus, experts et cadres administratifs.

Dans cette démocratie martiniquaise désirable, les citoyens, premiers bénéficiaires des politiques publiques, seraient considérés comme des acteurs de l’évaluation. Des citoyens impliqués dans des dispositifs participatifs d’évaluation sincères et transparents.

De tels dispositifs permettraient aux citoyens d’indiquer ce qui compte vraiment pour eux et de suivre les évaluations une fois qu’elles auraient été réalisées.

Lire Plus =>

Nou ni asé !

NOU NI ASÉ

Depuis quelques jours les bus du sous traitant de la CFTU (Sotravom ) desservant les lignes Schœlcher et Saint-Joseph sont à l’arrêt pour un mouvement social et incidents techniques. Sans remettre en cause les revendications de chacun, il faut  penser continuation et respect du service public. Il est temps d’organiser un véritable service minimum .

Quand ce n’est pas la CFTU, c’est un sous traitant qui prive les usagers du droit à la mobilité.

Après une cessation  d’activité  de 16 jours liée à un « droit de retrait » exercé par les chauffeurs. A nouveau  ils doivent encore et encore subir une nouvelle interruption du service.

C’est intolérable  

La CFTU doit prendre ses responsabilités pour une meilleure gestion des conflits. Pas un mois sans conflits, des pannes techniques privant  les usagers de déplacement.

Tout ceci démontre que l’usager n’est pas au cœur des débats, pourtant une campagne publicitaire sur l’amélioration des centres bourgs est mise en place par les mairies !

L’association des usagers de transport de Martinique demande  à la  direction de la CFTU de prendre des dispositions nécessaires pour un retour sur les lignes manquantes dans les plus brefs délais.

Lire Plus =>

Des traces d’excrément sur les écrans tactiles chez McDonald’s

Une enquête menée par le journal britannique Metro en partenariat avec le département de microbiologie de l’Université métropolitaine de Londres a révélé mercredi 28 novembre que tous les écrans tactiles conçus pour commander directement sans passer pas le comptoir, testés dans huit restaurants McDonald’s de Londres et Birmingham, comportaient des traces de matières fécales.

« Nous étions tous surpris de la quantité de bactéries intestinales et fécales présentes sur les machines. Ces (bactéries) provoquent le type d’infections que les gens contractent dans les hôpitaux », a indiqué Paul Matawele, chercheur associé à cette étude, qui souligne que les clients n’ont pas forcément l’habitude de se laver les mains après avoir passé commande. Les chercheurs ont également découvert des traces de Staphylocoque, une bactérie pouvant causer une intoxication sanguine ainsi que de Listeria.

Lire Plus =>

Autm la épi zot ! Sé Ansanm Ansanm nou ké rivé !

— Communiqué de l’AUTM —
 
Pour un « bonda manmanw », le réseau de transport de la Cacem est à l’arrêt depuis 15 jours.
 
Une colère noire ! 
Oui les usagers sont en colère.
Sans arrêt ils subissent les désagréments de la CFTU. 
 
Ras le bol des mouvements sociaux à répétition. La CFTU est la risée de Martinique.
Si elle continue ainsi elle risque de signer son arrêt de mort.
 
15 jours d’immobilisation ; 
ki mannié ou lé nou vansé ansanm ! 
 
A un certain moment il faut savoir s’arrêter cars pour beaucoup cela pèse et coûte cher. 

Lire Plus =>

CFTU- Mozaïk : pannes et « droit de retrait »

Droit de retrait : 54 jours – Pannes techniques : 140 jours

14 jours d’exaspération des usagers du transport. La CFTU ne trouve aucune issue à la suite du conflit qui prend des proportions énormes, nous demandons à la direction de faire appel à la médiation. Ca suffit !

Une 3ième semaine dans transport est intolérable et inadmissible !

AUTM a demandé une audience à Martinique Transport et au Maire de Fort de France, nous sommes en attente d’une réponse.

Sans résultat, l’association se mobilisera et appelle tous les usagers et martiniquais à se mobiliser à la maison des syndicats SAMEDI 24 NOVEMBRE à 9h.

Nou ni asé !

Lire Plus =>

Orange 1er opérateur en Martinique ? Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois !…

— Par A3C —

Quand arriverons-nous à faire comprendre aux opérateurs de téléphonie et autres entreprises qui se croient tout permis, que la vraie publicité consiste non pas à tenter de leurrer le client sur une pseudo-hégémonie, mais à mettre en œuvre une véritable qualité du service ?

L’actuelle publicité d’Orange et une atteinte à l’intelligence des Martiniquais. Se prétendre premier pour le réseau n’est aucunement une garantie de qualité. Outre le fait que l’essentiel des réseaux câblés appartiennent à Orange et que les autres sont obligés de passer par eux à moins d’engager des frais importants, outre le fait qu’Orange s’est engagé à câbler la Martinique en fibre mais qu’on attend toujours la fibre dans la majeure partie du pays, la réalité est que Orange n’est même pas en mesure d’assurer un maillage correct du téléphone mobile, et un débit internet correct.

Dès lors, agiter un N°1 est de la provocation. Nous invitons les usagers à nous rejoindre dans la bataille que nous lançons contre Orange en lui demandant de faire en sorte que , d’ici la fin de l’année, le débit internet soit partout l’équivalent de celui de la France – sinon dans des endroits d’accès particulièrement difficile auquel cas, il faut couvrir par réseau hertzien ou satellite –.

Lire Plus =>

Le diesel : signe extérieur de pauvreté

Les départements où les automobilistes roulent le plus en véhicule diesel sont aussi ceux où résident le plus de ménages non imposés, selon une étude publiée ce samedi par L’Argus publication spécialisée dans l’automobile.
« Le diesel est devenu un signe extérieur de pauvreté. » En pleine mobilisation de « gilets jaunes », l’Argus a comparé, pour chaque département, le pourcentage de véhicules roulant au gazole dans le parc de véhicules particuliers, avec le taux de ménages non imposables.

Il en ressort deux cartes de France très semblables : les départements où habitent le plus de ménages non imposés sont généralement aussi ceux où circulent le plus de véhicules diesel. Il s’agit de départements urbanisés mais marqués par la désindustrialisation (Nord, Pas-de-Calais, Moselle) ou de territoires ruraux et excentrés.
L’inverse à Lyon et à Dijon

En revanche, les zones urbaines dynamiques (Ile-de-France, Lyonnais, Nantes, Bordeaux, Toulouse, etc.) présentent la physionomie inverse. C’est aussi le cas de territoires ruraux plus prospères (Côte d’Or, Loiret…).

« En raisonnant à l’échelle de l’unité départementale, preuve est faite que les plus fragiles seront les plus impactés par les mesures anti-diesel », juge Thibaut Frank, éditorialiste de la publication spécialisée de l’automobile.

Lire Plus =>

À propos des « Gilets Jaunes » du 17 novembre, communiqué de la CGTM

Face à la hausse des prix, exigeons l’augmentation des salaires !

L’annonce de l’augmentation de la a taxe sur le gazole a suscité une réaction de colère chez des milliers consommateurs et d’automobilistes en France. Certains ont décidé de lancer une pétition de protestation invitant au blocage du pays samedi 17 novembre 2018. Cette initiative a rencontré l’adhésion d’une grande partie de e la population. En Martinique aussi, des voix se sont élevées pour dire leur ras le bol ce jour-là.

Des patrons, des transporteurs notamment, y ont vu une opportunité pour exige du gouvernement des baisses d’impôts et ont tout de suite fait le choix de soutenir le mouvement. Des groupes politiques comme le Rassemblement National (RN) de Marine le PEN, Debout la France (DLF) de Nicolas DUPONT-AIGNAN, mais également Les Républicains (LR) de Laurent WAUQUIEZ ont également flairé un bon coup et soutiennent é également.

Cette nouvelle augmentation de taxes, c’est une énième ponction qui va pénaliser les travailleurs, les retraités, les chômeurs, les jeunes. . CSG, électricité, gaz, réduction de l’APL, a agios bancaires, timbre-poste, assurances, etc.

Lire Plus =>

Gilets jaunes : 17 novembre 8h30-10h30 en face de la préfecture sur la Savane

— Communiqué A3C —

L’Association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe invite tous les citoyens et consommateurs présents en Martinique à venir manifester sur la Savane devant la préfecture de police avec vos gilets jaunes.

La manifestation n’est qu’un rassemblement pour nous compter et inviter les présents et les absents à se retrouver tous les mois dans un concert de casseroles face à la préfecture…et ce jusqu’aux élections européennes s’il le faut !

C’est par notre refus de gêner les autres usagers, les travailleurs et ceux qui ne partagent pas forcément notre cause que nous n’appelons pas à bloquer quoi que ce soit. Ne soyons cependant pas dupes : le fait de se regrouper de manière récurrente gênera le pouvoir bien plus qu’il ne fera semblant de l’avouer. Ces élections, le Président de la République dont les pieds sont fragiles du fait d’un parti volatile, a besoin d’être renforcé pour attaquer les élections des maires et des députés. Il faudra qu’il compose avec les citoyens dignes que nous serons.

Défendons-nous contre le matraquage de taxes et d’impôts, contre la vie chère et le refus du pouvoir de défendre les plus pauvres ; faisons entendre notre voix, de plus en plus fort et nous gagnerons, pacifiquement en utilisant la force lente mais inéluctable des échéances.

Lire Plus =>

L’absentéisme dans les collectivités territoriales progresse encore et atteint 39 jours par an

Depuis 2007, le taux d’absentéisme des agents de la collectivité territoriale a augmenté de 33%, d’après une étude de Sofaxis. Il représente une moyenne de 39 jours d’absence contre 17 dans le secteur privé.

C’est un indicateur qui inquiète, d’autant plus quand il progresse… En 2017, le taux d’absentéisme des agents des collectivités territoriales a une nouvelle fois augmenté. Celui-ci s’établit à 9,8%, accusant une hausse de 3% par rapport à l’année précédente. Sur dix ans, ce taux a progressé de 33%, révèle une étude de Sofaxis sur la qualité de vie au travail et sur la santé des agents des collectivités territoriales. «La maladie ordinaire est la nature d’absence la plus importante et compte, à elle seule, pour près de la moitié de l’ensemble du taux d’absentéisme. Sur l’ensemble de ces natures statutaires, la maladie (maladie ordinaire et longue maladie) représente huit jours d’arrêts sur dix», souligne l’étude.

Les arrêts pour raison de santé représentent l’équivalent de l’absence de près de dix agents sur cent pendant une année entière.

Lire Plus =>

Grève du TCSP et des bus : une situation inacceptable

— Communiqué de A3C —

 L’Association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe dénonce l’arrêt total de service public de transport sur le territoire de la CACEM.

Si peu de temps après la mise en service réelle du TCSP, après avoir commencé à assurer une mobilité moins contraignante pour les usagers, ce dernier, comme tout le réseau de bus se trouve paralysé.

Le droit de grève est inaliénable. Mais nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude. On ne peut simultanément arguer d’un droit en privant les autres du leur. Les usagers ont, par la loi, le droit à la mobilité et par la loi également, le droit de bénéficier d’un service minimum, notamment en cas de grève.

Aussi, tel que prévu par la loi n°2007-1224 du 21 août 2007 sur le dialogue social et la continuité du service public dans les transports terrestres réguliers de voyageurs nous demandons la mise en place immédiate, par l’entreprise et l’Autorité Organisatrice des Transports, d’un service minimum !

Nous demandons également la transmission du plan de transports adapté établit par la CFTU, comme prévu par la loi citée.

Lire Plus =>

TCSP : pour le respect des usagers, un service minimum!

Des usagers surpris et impuissants ce samedi 10 novembre, ni de bus, ni TCSP, pas d’information a des hôtesses incapables d’informer les clients. Blocage, grève pourquoi ? Aucune information n’a filtré de la part de la direction de la CFTU, des travailleurs, des syndicats concernés. Aussi les usagers n’ont pas pu anticiper et prendre les dispositions nécessaires. Irrespect total et belle pagaille.

NOU BON EPI SA !

Le service minimum doit être assuré même en cas de grève afin de d’assurer une forme de mobilité à une population déjà précarisée. AUTM déplore que ce service ne soit toujours pas assuré malgré les promesses de la direction CFTU et de l’autorité préfectorale.

La CFTU doit assurer ses responsabilités en pratiquant un meilleur dialogue avec les salariés afin de mieux gérer les conflits.

Quatre communes et les usagers de ces communes sont pris en otage.

AUTM respecte le droit de grève de chaque salarié et particulièrement des travailleurs CFTU.

Il n’y a pas de transport sans usagers.

AUTM RECLAME LE RESPECT DE LA LOI LA MISE EN PLACE D UN SERVICE MINIMUM.

Lire Plus =>

Le dimanche, doucement les chignoles, marteaux et autres instruments de bricolage

— Par Daniel Roucous —

La généralisation de l’ouverture des magasins de bricolage le dimanche n’autorise pas de fait à bricoler le dimanche et fêtes, droit au repos des voisins oblige !

62% des Français considèrent le bricolage comme un loisir qu’ils pratiquent le plus souvent le dimanche. Le hic est que bricoler le dimanche se heurte au droit au repos des voisins. Ce droit s’appuie sur l’article R1334-31 du code de la santé publique qui dit bien que « aucun bruit particulier ne doit, par sa durée, sa répétition ou son intensité, porter atteinte à la tranquillité du voisinage ».

C’est d’ailleurs pour cela que les maires ou les préfets publient et affichent des arrêtés réglementant le bricolage le dimanche. Ils s’imposent aux bricoleurs qui doivent donc en prendre connaissance sur les sites internet de leurs mairies, les lieux d’affichage ou sur place.

Certains interdisent le bricolage le dimanche. C’est le cas à Paris.

D’autres le limitent de 10 à 12 heures comme à Blois, à Wasquehal, en Seine-Saint-Denis voire de 10 à 12 et de 16 à 18 heures comme en Haute-Garonne.

Lire Plus =>

Légumes contaminés au chlordécone : un cas d’école ?

— Par A3C —

Le colloque de jeudi dernier par le préfet sur le chlordécone a donné lieu à de nombreux commentaires critiques. Il avait au moins le mérite de laisser entendre que l’Etat ne pouvait paraître indifférent à l’empoisonnement de notre population. Mais que fait-il réellement ? Et que faisons-nous, nous-mêmes, face à cet empoisonnement ?

L’Association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe (A3C) a été saisie dernièrement d’une plainte à l’encontre d’un squatteur de terrain au Morne Rouge qui non seulement bafoue la loi puisque malgré une condamnation et un exploit d’huissier, il continue depuis 12 ans à occuper indûment une partie du terrain pour l’exploiter ; mais qui plante en terre fortement contaminée par le chlordécone.

Le produit de ses récoltes se volatilise, et l’on ne peut s’empêcher de faire des rapprochements de dates entre les marchés du Nord, les opérations dachines ou patates douces sur le bord des routes, en pleine expansion.

La loi est pourtant formelle : les article L.217-11 du code de la consommation (produits végétaux ) et L.237-2 du code rural et de la pêche maritime (produits animaux) rend passible de 4 ans d’emprisonnement et de 75 000€ d’amende tout producteur qui pourrait penser que ses productions présentent un risque pour la santé publique et qui n’avertit pas l’autorité et surtout ne les retire pas du marché.

Lire Plus =>

Lutte contre le gaspillage alimentaire : comment faire mieux ?

Date limite de consommation (DLC), date de durabilité minimale (DDM), rangement du réfrigérateur, utilisation des restes… Alors que la journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire et la journée mondiale de l’alimentation se sont déroulées le 16 octobre 2018, c’est l’occasion de faire le point sur la lutte contre la gaspillage alimentaire.

Parmi les bonnes pratiques destinées à éviter le gaspillage et à réaliser des économies, il est recommandé de se renseigner sur la date limite de consommation, la date de durabilité minimale et la date de congélation  :

  • vérifier la DLC des produits avant de les acheter. Elle indique qu’au-delà de cette date le produit est périmé et non consommable. Cela concerne les viandes, poissons, produits laitiers… La DLC est indiquée par la formule « à consommer jusqu’au » ;
  • ne pas confondre cette date avec la DDM, anciennement date limite d’utilisation optimale (DLUO), qui indique qu’au-delà de cette date, le produit n’est pas périmé, même s’il peut avoir perdu certaines de ses qualités gustatives et nutritionnelles. Cela concerne les pâtes, légumes secs, café, thé… Le dépassement de la DDM ne rend pas l’aliment dangereux, il peut donc encore être commercialisé et consommé.

Lire Plus =>