Cinéma

« Le Sel de la Terre », de Wim Wenders

Festival du film documentaire

Mercredi 19, 19h 30  au CMAC à Madiana

le_sel_de_la_terre

Consulter le planing du festival.

Film documentaire de Wim Wenders et Juliano Ribeiro Salgado explore les quarante ans de carrière du photographe brésilien Sebastiao Salgado, père du second. D’abord photographe humaniste, témoin des souffrances humaines dans des clichés noir et blanc très intenses, il s’est ensuite consacré à un hommage pictural à la planète.

« Le Sel de la Terre ». film documentaire coréalisé par l’Allemand Wim Wenders et le Français Juliano Ribeiro Salgado. 2h08. Sortie en France le 15 octobre 2014. Présenté à Cannes en 2014 dans la section « Un certain regard ».

C’est comme si le nom de la section « Un certain regard » à Cannes avait été choisi pour accueillir un jour ce film magnifique et bouleversant. Ce « certain regard », c’est tout d’abord celui que pose depuis quarante ans le photographe Sebastiao Salgado. Ses photos noir et blanc au contraste toujours dense et subtil ont raconté des odyssées humaines souvent tragiques. Qu’il soit allé partager le quotidien des milliers de chercheurs d’or brésiliens dans la plus grande mine à ciel ouvert du monde, qu’il ait immortalisé les pompiers tentant d’éteindre les incendies des champs pétrolifères au Proche-Orient, qu’il ait perdu goût à la photo lors du génocide rwandais, le regard qu’il porte sur les hommes même les plus modestes est toujours celui d’un égal, d’un frère.

Lire Plus =>

Dans les tranchées, l’Afrique : l’aventure ambiguë

Festival du film documentaire

ds_les_tranchees_afrik

Mercredi 12 novembre à 19 h B.U du Campus, Ravine Touza, Schoelcher

Un film de Florida Sadki, 2004 – France – 52 minutes – Médiathèque Alfred Melon-Dégras

Consulter le planing du festival

Pendant la Première Guerre mondiale, l’armée française manquant de soldats, enrôla 134 000 Africains dans ses rangs. Le film retrace les principales opérations militaires françaises, sur le front occidental, en soulignant cet aspect parfois méconnu. Pendant la bataille de Verdun, de nombreux tirailleurs sénégalais périrent. Il évoque le courage de ces soldats, le mode de recrutement en Afrique, l’ambiguïté du discours colonial républicain oscillant du paternalisme au goût de l’exotisme. Ainsi la république utilise-t-elle l’image du « bon Noir » pour l’opposer à la « barbarie » ennemie. Il montre aussi la réaction raciste des Allemands et des Alliés critiquant une France défendue par des « Nègres », s’interroge sur les relations qui existaient entre les Noirs et les « poilus » au front, sur les tensions entre la population et les Africains quand, à l’Armistice, la Rhénanie fut occupée.

Lire Plus =>

Films en VO en novembre à Madiana

« Mommy »

Mardi 11, Vendredi 14, Mardi 18 et Jeudi 20 novembre 2014 – 19H30

Mommy : Affiche

A tout juste 25 ans, Xavier Dolan livre un film poignant, qui a bouleversé la critique. Le réalisateur québécois était entouré de ses actrices fétiches sur la Croisette.

La star du jour sur la Croisette, c’était le petit génie du cinéma, Xavier Dolan. A 25 ans à peine, le jeune prodige a déjà cinq films à son actif. Son dernier, Mommy, en lice pour la Palme d’or, a produit une onde de choc : un véritable coup de poing, selon la critique, à commencer par Mathieu Charrier, spécialiste cinéma à Europe 1.

*****
***
*

Xavier Dolan n’a que 25 ans et pourtant, il a provoqué l’une des plus fortes émotions de la Croisette avec son film Mommy. L’histoire d’une veuve qui se retrouve avec la garde de son fils et doit apprendre à vivre avec lui. Le film de Xavier Dolan a séduit le public et a soulevé une vague d’enthousiasme sur Twitter.…

Lire Plus =>

Quatre filles en révolte, dont une meneuse du jeu

— Par Jean Roy —

A Madiana !

Bande de filles a fait cette année l’ouverture de la Quinzaine des réalisateurs à Cannes.
Plus que dans ses deux premiers films, Naissance des pieuvres et Tomboy, Céline Sciamma filme dans « Bande de filles » la banlieue d’aujourd’hui. Jusqu’à la dissection.

Pour leur coup d’essai, ils font des coups de maître. La réalisatrice Céline Sciamma en est un parfait exemple, qui s’était fait remarquer dès son premier long-métrage, Naissance des pieuvres, histoire d’une ado en vacances, première œuvre présentée à Cannes dans la section Un certain regard. Ce film a été récompensé par le prix Louis-Delluc du meilleur premier long-métrage, et il avait été également nommé au titre du césar du meilleur premier film en 2008. En 2011, Tomboy, histoire de garçon manqué, avait eu les honneurs d’être le film d’ouverture de la section Panorama au festival de Berlin, où il emporte le prix du public, avant de rencontrer un succès critique comme public avec une presse tout à fait favorable, plus de 300 000 entrées comptabilisées et une sortie dans plus de trente pays ; seule une campagne du groupe catholique intégriste Civitas tenta, en vain, de faire interdire le film.

Lire Plus =>

« Mois du film documentaire » du 1er au 29 novembre 2014

docu-11-2014L’essence du « Mois Du Film Documentaire », est de faire découvrir la richesse du cinéma documentaire en fédérant les manifestations construites par des programmateurs passionnés.

Du 1er au 29 novembre, 12 structures réparties sur toute l’ile vous proposent des soirées doc (33 projections) en itinérance avec les associations Chapcinédéo et Lézardtishow, en plein air au sein du magnifique cadre du Domaine de Fonds Saint-Jacques, en salle avec le CMAC et la mairie du Lamentin, au près des plages des communes des Anses d’Arlet et du Carbet (Wahoo café), à la Bibliothèque Universitaire de Schoelcher ou dans la nouvelle médiathèque du Saint-Esprit, au Garage Popular bar de la capitale, et en atelier avec l’association BoumKatiko et Tchok En Doc.
Mû par un même désir, celui de vous faire découvrir la richesse du cinéma documentaire, le réseau du Mois du film documentaire Martinique vous propose 14 films à voir ou revoir au cours des 33 projections du mois de novembre.
Des documentaires animés, des films primés, des classiques, des films qui nous partent d’histoire universelle ou de <chez nous>, du cinéma militant, du cinéma poétique, des pépites locales, constituent [a programmation de l’édition 2011.

Lire Plus =>

Ciné-club de Pointe-à-Pitre

cine-club_p-a-p-2Ciné club de Pointe-à-Pitre revient avec la projection de documentaire, à partir du 3 novembre à la salle Georges Tarer

Après une année d’interruption, le ciné club revient à Pointe-à-Pitre grâce à un nouveau partenariat avec l’APCAG, Association pour le développement du cinéma d’art et d’essai en Guadeloupe. Désormais, la ville est affiliée à une fédération nationale de ciné-club. Elle se donne pour but d’offrir une programmation de qualité, avec des films anciens ou récents, mais aussi des objectifs de promotion de l’art cinématographique, d’ouverture aux cultures du monde et de formation du public par le débat. Dorénavant, l’animation du ciné club de Pointe-à-Pitre se fera en liaison avec le réseau des bibliothèques de la ville de Pointe-à-Pitre ; cela dans le but de valoriser les collections documentaires municipales car le public pourra s’y procurer les films programmés.

Les projections seront suivis d’un débat.

Cycle « Guerre et Mémoire » – Centenaire de la Première Guerre Mondiale

La Première Guerre mondiale porte en elle les germes de la seconde. Avec son déchaînement de violence, ses horreurs, elle est souvent perçue à la fois comme une aberration et comme la première guerre moderne.

Lire Plus =>

Tango negro, les origines africaines du tango,

Consulter le planing du festival.

tango_negroLe film choisi pour lancer le festival du film documentaire est : Tango Négro. Les origines africaines du Tango, de Dom Pedro, 2013 / 93 mn / VF.
En Argentine, parler des origines africaines du tango est tabou. Natif de Buenos Aires et arrivé à Paris en pleine « révolution » estudiantine de mai 68, Juan Carlos Caceres est l’une des fortes personnalités latino-américaines de son temps.
Pianiste, tromboniste et peintre argentin, cet homme au regard aimanté milite pour un tango « traditionnel » et authentique assumant enfin ses origines africaines.
Cet auteur-compositeur-interprète est un véritable combattant des causes nobles. Ses recherches sur les origines du tango, entamées depuis son pays natal, l’ont convaincu que cette musique, aux accents et aux incontestables racines africaines, est pratiquement la première « world music » avant la lettre.

Consulter le planing du festival.

Lire Plus =>

« L’institutrice » : malaise et poésie dans la classe

— Par Roland Sabra —

l_institutrice-2

A Madiana le 22/10/2014

Nira, l’institutrice de Yoav âgé de cinq ans est une poétesse du dimanche pourrait-on dire, sauf qu’en Israël, le repos, le jour de shabbat est le samedi, que ce jour là le monde est achevé, l’homme accompli et qu’il est donc interdit de créer donc d’écrire, de dessiner etc. Peu importe, elle pratique un peu la poésie dans un club mais c’est dans sa classe qu’elle fait la découverte d’un don poétique tout à fait surprenant chez Yoav qui par moments, saisi par une inspiration venue on ne sait d’où récite par exemple : « « Hagar est assez belle / Assez pour moi / Une pluie d’or tombe sur sa maison / Véritable soleil de Dieu… »  L’entourage du gamin n’accorde pas beaucoup d’importance à ce don. Sa nounou Miri,  la très, très belle Ester Rada, falacha et par ailleurs chanteuse réputée de jazz éthiopien, utilise un peu l’inspiration poétique du gamin en reprenant ses textes lors des séances de casting quand elle cherche à décrocher un rôle.

Lire Plus =>

Samba : pas de quoi s’emballer!

—Par Roland Sabra —

sambaA Madiana

Un film de boyscouts, voilà ce que nous offrent Olivier Nakache et Eric Toledano dans un pseudo remake édulcoré et affadi des « Intouchables ». Samba (Omar Sy), sur le point d’être expulsé alors qu’il travaille en France depuis 10 ans, rencontre dans la zone de transit de l’aéroport Alice ( Charlotte GAinsbourg), une bénévole de la CIMADE, qui se remet doucement d’un burn-out professionnel. Elle est pilotée par Manu (Izïa Higelin) qui lui donne des directives de précaution, comme garder ses distances, ne pas se laisser envahir par l’autre etc. Lors de l’entretien dans la zone de transit de l’aéroport dés l’entrée de Samba, le spectateur constate que les mises en gardes ne serviront à rien. Invitée à s’assoir autour de la table, Alice prend la place attribuée à Samba⋅ Elle se met donc à sa place, façon de dire qu’elle s’identifie à l’immigré en attente d’expulsion et, faisant fi des conseils de Manu elle lui donne illico son numéro de téléphone⋅ A partir de ce moment on sait ce qu’il va en être de cette rencontre⋅ Il faudra quand même deux heures de film pour en voir l’aboutissement.

Lire Plus =>

« Get on up » : pourquoi les génies sont-ils souvent imbuvables ?

—Par Roland Sabra —

get_on_up-2A Madiana

James Brown est d’une certaine manière une caricature du musicien génial et imbuvable. Misogyne, mégalomane, drogué, « tabasseur » de femmes, limite esclavagiste. Tout pour plaire ! Mais dussions-nous le répéter à chaque page écrite nous rappellerons sans cesse que nul ne se résume à ses actes. Mister Brown fût aussi un des musiciens noirs les plus géniaux du siècle dernier. The Godfather of Soul il fût et il demeure. Le parrain pour le côté voyou de l’indépassable inventeur de la funk . Sa force sera de se dégager du gospel, du Rn’B pour inventer sa propre musique, à la force du poignet. Il a poursuivi sur la scène comme dans la vie, un seul objectif, un seul chemin, celui de la maîtrise, celui du pouvoir absolu. Tout contrôler, en tout temps en tout lieu. Si la musique est un business, mieux vaut ne laisser aux requins blancs que les miettes.

Lire Plus =>

« Loin des hommes » primé au Festival du film de La Réunion

loin_des_hommesClaude Lelouch et le jury du Festival du film de l’île de la Réunion ont remis leur grand prix à Loin des hommes, un film sur l’Algérie des années 50 déjà présent à l’édition 2014 de la Mostra de Venise.

Présent dans la sélection de la Mostra de Venise, fin août-début septembre, Loin des hommes avait été remarqué sans pour autant remporter de récompenses. Grâce notamment aux performances de Viggo Mortensen et Reda Kateb, acteurs principaux de cette histoire d’hommes devant fuir le conflit algérien en 1954. C’est dont en toute logique que ce long-métrage de David Oelhoffen a décroche sa première récompense, samedi soir, à La Réunion. Le jury de l’édition 2014 du Festival de film de l’île, présidé par Claude Lelouch, lui a remis l’Orchidée d’or.

Lire Plus =>

« Jimmy’s Hall » de Ken Loach : la vie comme une danse… de combat!

— Par Roland Sabra —

jimmy_s_hall-400A Madiana. Séances en V.O.

Ne rien lâcher entre danse et combat mais en aucun cas danser avec les loups. Ne jamais caresser la bête dans le sens du poil. Blanchi sous le harnais, Ken Loach a le cœur toujours rouge. Dans « Le Vent se lève » à propos de l’Irlande il montrait que l’IRA n’avait rien à envier aux méthodes britanniques pour écraser les militants révolutionnaires. Dans «Land and Freedom» il dénonçait le sectarisme des communistes qui combattant trotskistes et anarchistes avaient affaibli sévèrement et irrémédiablement le camp républicain au profit des franquistes. Dans Jimmy’s Hall il revient sur le rôle de l’IRA qui faisant alliance avec la bourgeoisie terrienne et avec une des églises les plus obscurantistes qui soient va encourager le bannissement de militants pas mêmes révolutionnaires, mais tout au plus athées.
1932. L’Irlande du sud a gagné son indépendance. Jimmy Gralton parti aux Etats-Unis avant le début de la guerre contre les britanniques, est de retour au village dans le comté de Leitrim.

Lire Plus =>

Sonnés par « The Tribe »

Peuplé de jeunes sourds-muets, ce drame venu d’Ukraine nous captive sans sous-titres ni doublages.

— Par Alexis Campion —
the_tribePas de programmation prévue en Martinique!

Synopsis : Nouveau venu dans un internat pour sourds-muets, un adolescent est contraint de s’adapter aux pratiques délictueuses de ses congénères. Complice de rackets et trafics, au besoin proxénète, il s’intègre à cet univers sombre et y tombe amoureux d’Anna, prête à tout pour quitter l’Ukraine… Cette histoire, le réalisateur nous la conte d’une façon inoubliable avec une mise en scène réaliste magistrale, de bout en bout en langue des signes. Sans doublage ni sous-titres, le spectateur doit observer attentivement les gestes et expressions des acteurs, tous très loquaces malgré leur handicap. Au fil de plans-séquences très aboutis, habités de façon époustouflante par de jeunes malentendants haletants, un ballet impérieux se dessine. Tour à tour sauvage, hyperviolente et ultrasensible, l’expérience est à la hauteur du vécu des personnages, brutale et sans compromis. Al.C.

Avertissement à ceux qui iront voir The Tribe, entièrement tourné en langue des signes.

Lire Plus =>

Cinéma : les seniors font grimper les entrées

spectateurs_cineLe rythme de fréquentation des cinémas par les spectateurs français ne cesse d’augmenter depuis vingt ans sous l’impulsion des seniors, population qui génère le plus d’entrées, selon une étude publiée aujourd’hui par le Centre national du cinéma.

La population cinématographique, c’est-à-dire âgée de six ans et plus qui est allée au moins une fois au cinéma dans l’année, a bondi de 28,5% sur la période 1993-2013, soit une croissance plus rapide que celle de la population (+11,5%), selon cette étude sur l’évolution du public des salles de cinéma.

Près des deux-tiers des Français au cinéma en 2013

Le taux de pénétration était en 2013 de 64,3% contre 55,4% en 1993. Ainsi près des deux-tiers des Français sont-ils allés au cinéma l’an dernier, année marquée par un repli après deux années exceptionnelles (2012 et 2011).

La structure du public a vieilli pendant ces 21 ans, les 50 ans et plus représentant 31,4% du public en 2013 contre 18,2% en 1993. Les 6-14 ans passent de 19,2% il y a 21 ans, à 15,8% l’an dernier, les 15-24 ans de 24,7% à 17%.

Lire Plus =>

Xavier Dolan rejette en bloc les prix pour le cinéma gay

— Par Pauline Verduzier —

xavier_dolanLe jeune réalisateur juge la pratique «ostracisante» et a refusé la Queer Palm qui lui avait été décernée pour Laurence Anyways. Quitte à agacer les militants et organisateurs de festivals.

Xavier Dolan refuse de voir catégoriser son cinéma. Le réalisateur canadien s’en était expliqué dans un entretien à Télérama début septembre. En référence à la Queer Palm, récompense LGBT remise lors du Festival de Cannes à une œuvre faisant la part belle aux différentes sexualités qui lui a été décernée en 2012 pour Laurence Anyways, il avait fermement condamné la pratique, rapporte Le Monde . «Que de tels prix existent me dégoûte. Quel progrès y a-t-il à décerner des récompenses aussi ghettoïsantes, aussi ostracisantes, qui clament que les films tournés par des gays sont des films gays? On divise avec ces catégories. On fragmente le monde en petites communautés étanches. La Queer Palm, je ne suis pas allé la chercher⋅ Ils veulent toujours me la remettre⋅ Jamais! L’homosexualité, il peut y en avoir dans mes films comme il peut ne pas y en avoir», avait-t-il déclaré.

Lire Plus =>

Pride : les militants gays au charbon

Pas de programmation prévue en Martinique

pride— Par Alexis Campion —

Dans l’Angleterre de Margaret Thatcher, une comédie mordante et pleine d’humour raconte le soutien d’activistes homosexuels aux mineurs en grève.

De Matthew Warchus, avec George MacKay, Ben Schnetzer, Bill Nighy, Imelda Staunton. 1 h 57. Sortie mercredi 17 septembre.

Synopsis : En 1984, à Londres, un groupe d’homosexuels politisés organise une collecte en aide aux mineurs britanniques en grève, alors exténués par leur bras de fer avec l’inflexible Margaret Thatcher. Confrontés à l’embarras du syndicat des mineurs, les activistes gays créent LGSM (Lesbians and Gays Support the Miners), organisent des concerts (Pits and Perverts) et décident de remettre l’argent en main propre aux grévistes, notamment dans un village du Pays de Galles… De cette histoire vraie, Pride tire une comédie grand public sans chichis, débordant d’énergie, entre ses nombreux personnages, son rythme et son humour joyeusement emballés. De quoi tirer quelques grosses ficelles mais surtout garantir la bonne humeur au défi de la dureté des faits. Finement pointé sur la solidarité entre les causes ouvrière et homo, alliance improbable vue d’aujourd’hui, Pride romance tout cela avec tact.

Lire Plus =>

Madiana : les sorties de la semaine du 19-09-14

sin_city-II«Sin City: j’ai tué pour elle»

 🙂 Quatre raisons de vous damner pour ce polar
CINEMA – Frank Miller et Robert Rodriguez donnent une suite à leur film culte avec ce nouveau polar en noir et blanc…

Dans « Sin City: j’ai tué pour elle », les hommes perdent la tête et la vie pour les beaux yeux d’Eva Green. 20 Minutes vous donne quatre bonnes raisons pour avoir envie de plonger dans ce monde sombre à souhait peuplé de créatures de rêves et de méchants de cauchemars. Bienvenue dans ce polar inspiré d’un comics culte…
C’est encore plus beau que le premier volet
En 2005, Sin City avait coupé le souffle des spectateurs en donnant l’impression de plonger dans les cases de la bande dessinée de Frank Miller. Dans le deuxième opus, l’auteur et son complice Robert Rodriguez vont encore plus loin. Ils signent une œuvre visuelle où la 3D relief est à couper le souffle.
http://www.20minutes.fr/cinema/1442863-20140917-cinq-raisons-damner-sin-city-tue

😥 Le maelström du premier épisode a laissé place à un empilage de vengeances et de cadavres.

Lire Plus =>

Le ravissement de Michel T. Houellebecq

« L’Enlèvement de Michel Houellebecq », un film de Guillaume Nicloux

L'enlèvement de M HouellebecqPar Selim Lander – On ne dira jamais assez ce que la littérature française du XXème siècle finissant a dû à Michel Thomas, dit Michel Houellebecq. Ses premiers romans, Extension du domaine de la lutte (1994) et Les Particules élémentaires (1998) sont apparus comme des OVNIs dans un ciel plutôt morne dominé par une autofiction plus ou moins avouée, un ciel que la présence remarquable de quelques stylistes talentueux ne suffisait pas à rendre éclatant, faute pour ces derniers d’avoir des choses vraiment passionnantes à raconter. Si le style n’est pas le premier souci de Houellebecq, il excelle, en particulier dans les premiers romans cités mais les suivants se sont encore laissés lire avec plaisir, dans deux genres qu’on n’attend pas à voir se conjuguer : la peinture désabusée de personnages – le narrateur au premier chef, pris dans un malaise existentiel et un pessimisme profonds – qui n’est néanmoins jamais pesante pour le lecteur ; une analyse sociologique percutante de la France et de ses habitants.

Lire Plus =>

71ème Mostra de Venise : les films américains à l’honneur

mostra_veneze_2014La 71ème Mostra affiche ses couleurs et elles sont américaines. Cinq films hollywoodiens, pas moins, sont cette année en compétition dont Birdman, le film d’ouverture du festival ce mercredi. Dans cette super production signée Alejandro Iñarritu, Michael Keaton joue un ancien acteur déchu qui tente de renouer avec le succès.

Autres stars américaines attendues sur le Lido : Al Pacino qui joue dans Manglehorn de David Gordon Green. Récompensé par un Lion d’or en 1994 pour l’ensemble de sa carrière, l’acteur de 74 ans incarne dans Manglehorn un homme excentrique hanté par un crime passé qui lui a coûté l’amour de sa vie. Et aussi Willem Dafoe, acteur principal du Pasolini d’Abel Ferrara, portrait du célèbre cinéaste italien assassiné en 1975.

Lire Plus =>

Mort de Richard Attenborough, grande figure du cinéma britannique

— Par Mathilde Bergon —
richard_attenboroughDISPARITION – Oscarisé huit fois en 1983 pour son film Gandhi, le cinéaste était un grand ami de Steven Spielberg qui lui donnera le rôle de John Parker Hammond dans le premier volet de Jurassic Park en 1993.

Richard Attenborough est décédé dimanche à l’âge de 90 ans dans une maison de repos de Londres, à la suite d’un accident vasculaire cérébral. Endossant les casquettes d’acteur, de producteur et de réalisateur et raflant sur son passage de nombreuses récompenses, le cinéaste était une figure aimée et admirée du cinéma britannique. De son premier rôle dans le film de guerre Ceux qui servent en mer à La Grande Évasion, en passant par le célèbre rôle du scientifique créateur de Jurassic Park dans le film de Steven Spielberg en 1993, Richard Attenborough était un grand nom du septième art.

Lire Plus =>

« Les gardiens de la galaxie », des superhéros cosmiques et comiques

garidiens_de_la_galaxieA Madiana

Adaptation fantaisiste et décalée d’une bande dessinée américaine, ce film de science-fiction séduit par son esprit potache et picaresque.

Des super-héros au diapason de l’histoire

James Gunn, film américain, 2 h 01

Ne vous fiez pas à l’affiche ! Sur une toile de fond cosmique, un aventurier en pardessus carmin, une amazone couleur chlorophylle, un colosse bleu canard tatoué de toutes parts, un tronc d’arbre vivant et un raton laveur armé d’un gros calibre arborent des mines guerrières. Rien de bien engageant, il est vrai. Et pourtant, on aurait tort de se détourner des aventures picaresques de cette troupe de carnaval que James Gunn réussit à rendre attachante et drôle.

Le choix de ce réalisateur de parodies de films d’horreur ou de superhéros, adepte du « nanar » volontaire, était pour le moins audacieux. Après avoir parié sur Joss Whedon, créateur de séries télévisées fantastiques, pour les Avengers (succès planétaire en 2012), les studios Marvel, chargés des adaptations cinématographiques des BD de superhéros éditées par la vénérable maison d’édition éponyme, ont eu le nez creux en recrutant ce cinéaste qui a le mérite de ne jamais se prendre au sérieux.

Lire Plus =>

Lauren Bacall : la mythique actrice hollywoodienne s’est éteinte à 89 ans

— Par Eugenie Barbezat avec AFP —
lauren_bacallSon regard bleu acier, son élégance légendaire, l’inimitable « tombé » de sa chevelure, son histoire d’amour avec Humphrey Bogart, tout chez celle que l’on surnommait « the look » confinait à la perfection.
L’actrice américaine qui incarnait la femme fatale hollywoodienne par excellence vient de s’éteindre, mardi à New York.
«C’est avec un profond chagrin mais avec beaucoup de gratitude pour sa vie incroyable que nous confirmons le décès de Lauren Bacall», a indiqué mardi soir la famille Bogart⋅
Citant un membre de sa famille, le site TMZ, spécialisé dans la vie des célébrités, a précisé que l’actrice, à la voix et au regard bleu envoûtant inoubliables, était décédée chez elle à New York «d’un accident cardio-vasculaire massif»⋅ Elle habitait le Dakota, célèbre immeuble en bordure de Central Park⋅
Lauren Bacall a envoûté le cinéma hollywoodien par sa voix grave et son regard bleu glacé pendant plus de 60 ans de carrière⋅
Née le 16 septembre 1924 à New York, Betty Joan Perske de son vrai nom est la fille unique d’immigrants juifs roumano-polonais, de la famille de l’ancien président israélien Shimon Peres⋅
Elle a été révélée au grand public dans «Le port de l’angoisse», de Howard Hawks, à l’âge de 19 ans, en 1944⋅ Face à elle, Humphrey Bogart, 44 ans, qu’elle épousera l’année suivante et avec qui elle a formé un couple mythique au cinéma et à la ville.

Lire Plus =>

Robin Williams : « Ô capitaine, mon capitaine »

robin_williamAvec son tonitruant “Goooooood morning Vietnam” en 1987 dans le film de de Barry Levinson et son rôle de professeur brillant et anticonformiste en 1989 dans “Le Cercle des poètes disparus” de Peter Weir, Robin Williams avait conquis un large public dans le monde entier.
Le comédien lauréat d’un Oscar pour « Will Hunting », est mort lundi à 63 ans, après s’être vraisemblablement suicidé⋅
Après avoir étudié l’art dramatique, Robin Williams a débuté sa carrière aux Etat-Unis par des spectacles de one-man show dans des night-clubs puis dans dans des séries télévisées, « Happy Days » en 1974 et « Mork and Mindy », dans laquelle il jouait Mork, un extra-terrestre, rôle pour lequel il reçut son premier Golden Globe⋅ C’est grâce à sa performance dans « Will Hunting » qu’il a reçu son seul Oscar en 1998, dans la catégorie meilleur second rôle⋅ Robin Williams s’est aussi illustré dans le registre comique avec des films comme Madame Doubtfire.

Lire Plus =>

« Lucy » et « Nos pires voisins » : boursoufflure et médiocrité à Madiana

— Par Guillaume Loison —
lucy_bessonMalgré le charisme de Scarlett Johansson, le nouveau film du nabab d’Europacorp est un objet informe et trépané.

Vers la fin des années 90, quand Luc Besson était davantage un réalisateur qu’un ponte de l’audiovisuel, il répétait à l’envi qu’il prendrait sa retraite de réalisateur au bout de dix films. Promesse non tenue (il en est à 16) mais qui révélait néanmoins l’idée que pour lui, la maturité créative était un oxymore, à tout le moins que les fruits de l’expérience et de la culture ne pèsent rien face à la vigueur de la jeunesse. Dans la logique Bessonienne, la créativité peut se voir comme un capital qui se réduit comme peau de chagrin, qui se frelate même, à mesure qu’on la sollicite⋅ A l’aune d’une œuvre hantée par un idéal de pureté et d’innocence, il y a tout lieu de lui donner raison : aussi naïfs et neuneux qu’étaient ses premiers films, ils avaient pour eux d’être portés par une indéniable envie de cinéma, fraicheur dont on ne trouve plus la trace depuis l’impayable « Angel-A », nanar archi perso – les plus récents comme « The Lady » ou « Malavita » ressemblent à des produits paresseux, des commandes sans âme ni jus.

Lire Plus =>

Lauryn Hill, voix de Frantz Fanon pour dénoncer le colonialisme

— Par Marie OTTAVI —

concerning_violenceDOCU
La chanteuse, que l’on devrait revoir sur scène le 13 septembre au Zénith, participe à «Concerning Violence», documentaire inspiré des «Damnés de la terre».

Göran Hugo Olsson, réalisateur suédois de Göteborg, présente dans plusieurs festivals Concerning Violence, Nine Scenes From the Anti-Imperialistic Self-Defense, un documentaire sur le colonialisme et ses effets dévastateurs. Son film, nourri d’images d’archives, est inspiré de l’ouvrage les Damnés de la terre, du martiniquais Frantz Fanon, écrit après le putsch des généraux et la répression sanglante du 17 octobre 1961, à Paris, opposant la police française aux manifestants algériens.

Lire Plus =>