“Lil Buck : Real Swan” un film de Louis Wallecan

Mardi 29 septembre 19h. Tropiques-Atrium. Salle Frantz Fanon.

Nationalités Français, Américain
12 août 2020 / 1h 25min / Documentaire

Synopsis :
Lil’ Buck, jeune prodige de la street dance de Memphis baptisée « jookin’ » est rapidement devenu l’un des meilleurs danseurs de la ville avant de décider de prendre des cours de ballet.
De cette alchimie va naître un mythe, celui d’un virtuose défiant la gravité, réconciliant deux styles et s’imposant comme une référence pour des artistes comme Yo-Yo Ma, Benjamin Millepied, Spike Jonze ou encore Madonna.

La presse en parle :
Ouest France par Cédric Page
Parfois trop hagiographique, ce documentaire passionne néanmoins quand il ressuscite le Memphis des années 1980-90 (…).

Voici par La Rédaction
L’intérêt du film réside aussi dans sa description de l’énergie des rues de Memphis.

CinemaTeaser par Emmanuelle Spadacenta
Louis Wallecan met en scène son sujet, grand personne du monde contemporain, avec un véritable goût de l’image et une faim d’Americana.

Le Figaro par Ariane Bavelier
La caméra n’invente pas une féerie. Memphis a ses cruautés. Wallecan suit le talent d’un garçon qui ouvre une sacrée trajectoire mais reste malgré tout sur le macadam. Et dont on se demande ce qu’il deviendra lorsqu’il ne pourra plus faire trois tours sur la pointe de ses baskets.

Le Journal du Dimanche par Barbara Théate
Ce documentaire, rythmé et passionnant, nous raconte le destin étonnant d’un gamin qui a osé croire en son talent.

Les Fiches du Cinéma par Marine Quinchon
Lil’ Buck est le héros de ce documentaire passionnant, rythmé par l’énergie de ses protagonistes et des scènes de danse inouïes.

Libération par Luc Chessel
Quand Lil Buck se met à danser, tout se transforme en danse. Lil Buck Real Swan, le film de Louis Wallecan qui fait son portrait, se rend d’abord à cette évidence, à ce plaisir. Mais il ne fait pas que cela.

Le Monde par Murielle Joudet
Avec beaucoup d’élé­gance et un sens affirmé du cadre, Louis Wallecan se pose la seule question qui vaille : comment mettre en scène un corps en mouvement ?

Le Nouvel Observateur par François Forestier
C’est cette évolution, avec un personnage enthousiasmant, que filme Louis Wallecan, avec l’aide de virtuoses comme Yo-Yo Ma ou Benjamin Millepied.

Première par Frédéric Foubert
Trop hagiographique quand il se concentre les récents succès de son sujet, le film passionne en revanche quand il ressuscite un monde, le Memphis des années 80-90, qui vibrait au rythme du « jookin’ », une danse de rue très complexe à exécuter (et très excitante à regarder), que Lil’ Buck s’appropria en y incorporant des éléments venus du ballet.