Tag Archive for Fondation Clément

DE-CONSTRUCTION // Sébastien MEHAL

de-constructionExposition individuelle
23 avril – 31 mai 2015
Case à Léo, Habitation Clément
9h-18h, sans interruption
Soirée – rencontre
mercredi 22 avril 2015 à 19h
En présence de l’artiste et de Joëlle Ferly
Dimanche – découverte
29 mars 2015 à 10h
Animé par Joëlle Ferly
L’ampoule. Ce motif, qui est devenu l’emblème de Sébastien Mehal, l’a précédé, bien avant qu’il ne devienne peintre. Enfant à Fort-de-France, il était fasciné par ces ampoules accrochées aux plafonds des cases du quartier Trénelle qui s’allumaient les unes après les autres lorsque le soir tombait, comme une guirlande aléatoire s’éclairant de maison en maison. En face, dans le quartier Didier, il assistait à ce spectacle qui se rejouait chaque jour, embrassant d’une vue panoramique cette partie de la ville faite de maisons de fortune enchevêtrées et souvent inachevées. « Je me demandais quelles vies étaient éclairées par ces ampoules qui apparaissaient entre portes et fenêtres. La chaleur était telle que les gens laissaient leur maison ouverte pour laisser circuler l’air » se souvient-il. Ces questions d’enfant sont devenues le terreau d’inspiration de l’artiste qui pense aujourd’hui l’homme dans la ville, la complexité d’une urbanisation galopante dévorant l’architecture identitaire des Caraïbes, la puissante mondialisation qui voit se multiplier les mêmes modèles de villes avec des buildings toujours plus hauts et l’exacerbation des tensions sociales.

Lire Plus =>

Peintres de Martinique

Par Selim Lander

La peinture en martiniqueLa Peinture en Martinique, sous la direction de Gerry L’Étang, préface d’Alfred Marie-Jeanne, Conseil régional de la Martinique et HC Éditions, Paris, 2007, 376 p., 50 €.

Pratiques artistiques contemporaines en MartiniqueEsthétique de la rencontre (I), par Dominique Berthet, L’Harmattan, Paris, 2012, 201 p., 21 €.

Ernest Breleur, texte de Dominique Berthet, préface de Jacques Leenhardt, Fondation Clément et HC Éditions, Paris, 2008, 192 p., 45 €.

Hélénon – Lieux de peinture, texte de Dominique Berthet, préface d’Édouard Glissant, Fondation Clément et HC Éditions, Paris, 2006, 192 p., 45 €.

Louis Laouchez, textes de Joëlle Busca et de Jean Marie-Louise, préface de Bernard Zadi Zaourou, Fondation Clément et HC Éditions, Paris, 2009, 208 p., 45 €.

Grâce au mécénat du Conseil régional d’une part, de la Fondation Clément d’autre part, quelques beaux livres permettent de se faire une bonne idée de la production picturale martiniquaise. L’ouvrage plus modeste de Dominique Berthet, publié en 2012, développe les commentaires consacrés à quelques-uns des artistes retenus dans l’ouvrage de référence dirigé par Gerry L’Étang, tout en introduisant certains nouveaux peintres (ou plasticiens).

Lire Plus =>

À chacun sa chimère // Shirley Rufin

shirley_rufinA la Fondation Clément
Exposition individuelle
13 mars -19 avril 2015
Case à Léo

9h-18h, sans interruption

  • Soirée – rencontre

mercredi 11 mars 2014 à 19h

en présence de l’artiste et de Dominique Brebion, membre de l’Aica Caraïbes du Sud

  • Dimanche – découverte

29 mars 2015 à 10h

Animé par l’artiste

  • Catalogue de l’exposition

Texte de Dominique Brebion, membre de l’Aica
Caraïbes du Sud
 ; 28p ;  conception graphique :studio Hexode isbn : 978-2-919649-21-1

 Le travail de Shirley Rufin estbasé sur la  perception du corps et plus particulièrement sur la question du tabou de la nudité dans la société post-coloniale de la Martinique. Shirley Rufin utilise l’image photographique comme une passerelle pour manipuler le réel. Par un procédé chimique qui altère l’image, elle décompose et compose des représentations de fragments lisibles et abstraits de corps. Elle entend proposer une image sensible et non pas une image représentative du corps.

Jeune photographe-plasticienne, Shirley utilise la photographie non comme moyen de représentation mais comme matériau artistique. A 30 ans a déjà participé à d’importantes expositions collectives dans la Caraïbe telle que Caribe expandido en 2011,  Horizons insulaires en 2011 aux Canaries, en République Dominicaine, à Cuba et aussi, en 2013, dans le cadre de la BIAC Martinique.

Lire Plus =>

Une île à l’étranger // Abel Barroso Dimanche – découverte le 22/02/15 à 10h

abel_barroso-4A la Fondation Clement Animé par Sophie Ravion-d’Ingianni

Membre de l’aica Caraïbes du Sud

Exposition individuelle
30 janvier – 8 mars 2015
Case à Léo, Habitation Clément
9h-18h, sans interruption, tous les jours y compris jours fériés

Soirée – rencontre

Abel Barroso vit et travaille à la Havane. Artiste cubain de la génération des années 90, il a étudié à l’Institut Supérieur d’Art de la Havane (l’ISA). Son travail est maintenant connu sur la scène artistique internationale (Chine, Japon, USA, Europe). Son œuvre à base de dessin et de xylographie propose une vision critique de l’accumulation des richesses mondiales et des relations entre les pays développés et le Tiers-monde. Abel Barroso redonne une modernité à la gravure qui devient dans ses sculptures et ses installations un point de départ pour un travail à trois dimensions. Ses œuvres font penser à de vieux jouet en bois, à des maquettes qui nous renvoient aux objets de notre enfance.

Dans l’exposition « Une île à l’étranger », Abel Barroso présente des dessins et de petites sculptures en bois xylographié en forme de jeu de société.

Lire Plus =>

Une île à l’étranger // Abel Barroso

Exposition individuelle 30 janvier – 8 mars 2015 Case à Léo, Habitation Clément

abel_barroso-39h-18h, sans interruption, tous les jours y compris jours fériés

Soirée – rencontre :mercredi 28 janvier 2014 à 19h en présence de l’artiste et Sophie Ravion-d’Ingianni, membre de l’Aica Caraïbes du Sud
Dimanche – découverte :22 février 2015 à 10h Animé par Sophie Ravion-d’Ingianni, Membre de l’aica Caraïbes du Sud
Abel Barroso vit et travaille à la Havane. Artiste cubain de la génération des années 90, il a étudié à l’Institut Supérieur d’Art de la Havane (l’ISA). Son travail est maintenant connu sur la scène artistique internationale (Chine, Japon, USA, Europe). Son œuvre à base de dessin et de xylographie propose une vision critique de l’accumulation des richesses mondiales et des relations entre les pays développés et le Tiers-monde. Abel Barroso redonne une modernité à la gravure qui devient dans ses sculptures et ses installations un point de départ pour un travail à trois dimensions. Ses œuvres font penser à de vieux jouet en bois, à des maquettes qui nous renvoient aux objets de notre enfance.

Dans l’exposition « Une île à l’étranger », Abel Barroso présente des dessins et de petites sculptures en bois xylographié en forme de jeu de société.

Lire Plus =>

L’« œuvre » peinte de Jean-Marc Hunt

— Par Selim Lander —

Aff_saison2014.inddEn attendant de voir ce que nous réserve le prochain « Pool Art Fair », du 11 au 8 janvier prochain à Fort-de-France, c’est encore à la Fondation Clément, au François, qu’il faut se rendre pour découvrir une « œuvre » au sens fort du terme, celle de Jean-Marc Hunt. L’exposition est intitulée Negropolis, une référence directe à la personne du plasticien, « négropolitain » né en 1975 à Strasbourg. Des peintures en trois formats, trois ambiances différentes, à quoi s’ajoutent des Vanités, sculptures métalliques en forme de crane, couturées, qui pourraient être aussi bien les casques d’un gang de motards psychédéliques.

Le mot psychédélique est encore celui qui vient à l’esprit pour caractériser l’ensemble d’une exposition où l’on chercherait en vain dans les œuvres peintes sur papier – représentant toutes des figures humaines – le moindre réalisme. Avec leurs membres difformes, leurs faces grotesques, leurs silhouettes désarticulées, ces personnages pourraient tous sortir d’un cauchemar provoqué par l’acide, avec malgré tout toujours une pointe d’humour. Autres points communs aux peintures de J.-M. Hunt, la fulgurance du geste et – réinvention, réminiscence ou hommage – le trait noir qui souligne, parfois incomplètement, les contours.

Lire Plus =>

« Escape », Shuck One à la Fondation Clément

escape_shuck_oneExposition individuelle
19 septembre – 26 octobre 2014
9h-18h, entrée libre
Habitation Clément, Case à Léo
Dès son installation à Paris en 1984, Shuck One plonge dans le mouvement hip-hop qui émerge alors en France. En 1986, il se tourne vers sa composante la plus plastique. Murs et artères souterraines deviennent son principal support d’expression et l’imposent comme une figure majeure du graffiti français. Subversives, en marge des codes artistiques mais au cœur de la société et exploitant toutes les ressources de la bombe aérosol, ses performances urbaines annoncent un langage pictural profondément personnel qui commence à prendre forme dans les années 90. Ce langage, essentiellement développé sur toile, reste résolument en prise avec des réalités humaines et sociales, comme l’identité afro-caribéenne et les maux d’une France multiculturelle, qui sont au centre de la réflexion de Shuck One et des œuvres présentée dans cette exposition.
Puisant aux sources d’une histoire personnelle et collective, cette réflexion sur les migrations s’impose à l’artiste comme une exploration de son héritage. Le titre Escape et les œuvres, qui mêlent couleurs et bichromie, permettent un dépassement de soi et de l’histoire au profit de l’expression artistique, d’une mémoire vive, d’un regard contemporain et de la nécessité de dépasser le chemin accompli pour échapper au système d’exclusion et à l’enfermement.

Lire Plus =>

Les territoires radiographiques

thomarel_clement-400—Dossier de presse —
Philippe Thomarel
Exposition individuelle
8 août – 14 septembre 2014
9h-18h, entrée libre
Habitation Clément, Case à Léo
« La peinture de Philippe Thomarel manifeste en fait une violence contenue, maîtrisée, une sensorialité juste, intelligente, à la mesure du tempérament de cet artiste et de ses préoccupations affectives et sociales« 

Philippe Thomarel est né en 1964 à Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe. Il a durant son adolescence vécu à la tour Gabarre 1 située près d’un petit port de pêche et d’un pont aujourd’hui désuet, hors d’usage, mais qui facilita le trafic routier, les échanges de toutes sortes entre les deux rives principales qui séparent le nord et le sud de l’île⋅ Il convient de rappeler que les tours de la Gabarre dans le quartier de Lauricisque furent construites, posées sur une ancienne mangrove⋅
Ce quartier modeste, populaire, décrié, depuis lors bien réhabilité, est aujourd’hui apprécié, vivant, agréable, après avoir été mis de côté par les commerçants et les petits bourgeois locaux.

Lire Plus =>