12 search results for "Stéphanie Mulot"

La violence dans les rapports hommes/femmes aux Antilles

Par Stéphanie Mulot  (Anthropologue)

JEUDI 09 mai  2013 A PARTIR DE 19 HEURES 

 Nous vous invitons à notre prochain café-débat qui se tiendra le  jeudi 09 mai 2013 à la Casa del  tango, 651 rue Alfred Lumière à Jarry à partir de 19 heures.
 
 La violence dans les rapports hommes/femmes aux Antilles
Plusieurs enquêtes et études sociologiques montrent depuis des années que les femmes souffrent de violences masculines dans leur parcours familial de l’enfance à la fin de leur vie.
Que ce soit dans l’éducation, dans la gestion des conflits, dans la communication ou dans la sexualité, la violence semble être une modalité prégnante dans les familles antillaises.
Une récente enquête montre que les hommes aussi (26%), et plus que les femmes (22%), se plaignent de la violence verbale et psycho-affective de leurs partenaires.
Toutefois, le pluripartenariat des hommes reste la cause première de conflits et de violences conjugales.
Comment peut-on analyser tout cela sans tomber dans l’accusation moraliste ?
Nous interrogerons les facteurs anthropologiques et sociologiques de ces violences, qui restent des entraves à la liberté, à l’estime et à la dignité de chacun, et au développement de la société toute entière.

→   Lire Plus

Kassav’ : « L’œuvre de Jacob Desvarieux est l’expression artistique d’une révolution identitaire »

Par Stéphanie Mulot

Professeure de sociologie et anthropologie, spécialiste des Antilles, université Toulouse-Jean-Jaurès, Centre d’étude et de recherche travail, organisation, pouvoir (Certop) et Laboratoire caribéen de sciences sociales

La création du zouk en Guadeloupe par Jacob Desvarieux avec le groupe Kassav’ a été le fruit d’un engagement politique profond, réhabilitant l’identité et la langue bafouées des héritiers de l’esclavage, rappelle, dans une tribune au « Monde », Stéphanie Mulot, sociologue et anthropologue spécialiste des Antilles.

Tribune. Jacob Desvarieux [mort le 30 juillet à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe)] disait qu’il fallait rendre hommage aux gens de leur vivant… Et me voici à prendre la plume alors que son décès continue de retentir comme un séisme dans le monde musical… L’œuvre de ce géant est inscrite à jamais dans l’histoire mondiale de la musique, de la culture, des arts. Miles Davis [en 1988], Niles Rodgers, Marcus Miller, Peter Gabriel, Manu Katché, Youssou N’Dour, Wyclef Jean, Nelo Carvalho, Alpha Blondy, et tant d’artistes de renom en ont déjà témoigné.

Les colloques internationaux, les enseignements musicaux, la Maison du Zouk en Angola le consacrent.

→   Lire Plus

À Fort-de-France, à Tropiques Atrium : Rézistans 2021 !

Les 22 et 23 mai. Entrée libre (dans la limite des places disponibles). Billets à retirer à l’accueil partir de 16h30. 

Pour commémorer le 22 mai 1848, Tropiques Atrium Scène nationale vous invite au cycle Rézistans !

En Martinique, la nouvelle phase de déconfinement sera lancée la veille de la commémoration de l’abolition de l’esclavage !

Tropiques Atrium pourra alors vous accueillir, cher public, et nous marquerons cette date fondamentale, avec une programmation pluridisciplinaire en #Rézistans, en entrée libre (évidemment dans la limite des places disponibles et dans le respect des gestes barrière), les 22 et 23 mai !

Nous vous invitons à nos vernissages d’expositions, conférences, fresques, expressions musicales et chorégraphiques, dès le 22 mai à 15h30, et pour ceux qui ne pourront pas se déplacer, les grands évènements de la journée seront aussi visibles en live sur notre Facebook ! Comptez aussi sur nous le 23 mai.

Une plateforme digitale sera TRÈS BIENTÔT mise en ligne et complétera cette pluridisciplinarité avec des films, des modules vidéo et des références littéraires et musicales, autour de la notion de résistance.

Pour TOUT connaître de ce week-end de Rézistans, en détails, et/ou télécharger la brochure, c’est très simple !

→   Lire Plus

Sonjé 22 Mé

22 Mé Lanmanten…

Programme des manifestations sur le Lamentin pour le 22 mai 2021

Le Maire de la Ville du Lamentin vous informe du programme des manifestations prévues sur le territoire du Lamentin dans le cadre du 173ème anniversaire de la commémoration de l’abolition de l’esclavage :

. + Vendredi 21 mai à 16h30 à la médiathèque, rue Hardy de Saint Omer

. présentation de l’ouvrage « l’esclavage, une histoire de héros » de Simone Mornet avec le comité Devoir de Mémoire. Ce livre sous-titré « une grand-mère à ses petits-enfants » est un récit historique de l’esclavage, illustré d’images et de cartes pour les plus jeunes. C’est le choix de cette grand-mère à ses petits enfants qui de manière originale leur conte chaque soir cette histoire de héros en valorisant la lutte de ces derniers et leur terrible combat. Inscriptions à la médiathèque au 0596-517788. Diffusion live sur la page Facebook Mairie du Lamentin Martinique.

. + Samedi 22 mai

* « marche commémorative du 22 mai 1848 » à travers les quartiers organisée par la Ville du Lamentin, l’Office de la Culture et le Foyer Rural de Sarrault-Duchesne Au programme :

.

→   Lire Plus

Ça suffit !

— Pétition de SOS Racisme & Le Cran —

La Démocratie est le pilier de notre vie collective par la garantie des droits pour tous et chacun qu’elle apporte grâce à son principe du gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple. Le peuple, tout le peuple, est donc la réalité humaine qui constitue la légitimité d’existence de nos institutions et du droit, du chef de l’État aux corps intermédiaires et des collectivités aux administrations. La police est une administration régalienne de l’État dont la raison d’être est la protection du peuple et donc de chaque citoyen sans distinction d’origine, de genre, de religion, de profession et ce quelle que soit sa position sociale.  

La police n’est pas hors de la loi, la police n’est pas au-dessus des lois, et la police n’est pas au-dessous des lois. Son autorité ne procède pas de la force dont elle est autorisée à faire preuve, mais de son rôle éminent de gardienne de la paix et protectrice de l’ordre public. C’est ce rôle au sein de la société et au service du peuple qui légitime les interventions qu’elle peut avoir à mener.

→   Lire Plus

Comment l’imaginaire colonial représente-t-il les femmes et les hommes par qui le métissage arrive ?

Jeudi 26 septembre 18 h 30 Tropiques-Atrium

Stéphanie Mulot

Aux origines du métissage dans les sociétés colonisées

Comment l’imaginaire colonial représente-t-il les femmes et les hommes par qui le métissage arrive ?

De gré ou de force, quelles étaient les origines et les conditions du métissage ?

Comment ces traces continuent-elles à influencer notre imaginaire des relations sociales, raciales et sexuelles ?

En interrogeant les images des couples mixtes, de la colonisation à nos jours,

Stéphanie Mulot propose un voyage anthropologique interactif dans les fondements de nos sociétés post-coloniales, via la sexualité.

Stéphanie Mulot est Docteure en anthropologie de l’EHESS de Paris,

Professeure des Universités en sociologie à l’Université de Toulouse Jean Jaures et Chercheure associée au Laboratoire caribéen de sciences sociales de l’UA.

La matrifocalité caribéenne n’est pas un mirage créole
Stéphanie Mulot

La matrifocalité fait l’objet de nombreuses controverses depuis des décennies. Organisation et système relationnel familial décrits dans les sociétés caribéennes postesclavagistes, la matrifocalité a tantôt été présentée comme une spécificité, tantôt comme une illusion, voire comme un biais idéologique. Cet article propose de revenir sur les différentes analyses des relations dans les familles antillaises, et de les confronter aux résultats d’enquête récents.

→   Lire Plus

Comment l’imaginaire colonial représente-t-il les femmes et les hommes par qui le métissage arrive ?

Jeudi 26 septembre  2019 – 18h30

Stéphanie Mulot

Aux origines du métissage dans les sociétés colonisées

Comment l’imaginaire colonial représente-t-il les femmes et les hommes par qui le métissage arrive ?

De gré ou de force, quelles étaient les origines et les conditions du métissage ?

Comment ces traces continuent-elles à influencer notre imaginaire des relations sociales, raciales et sexuelles ?

En interrogeant les images des couples mixtes, de la colonisation à nos jours,

Stéphanie Mulot propose un voyage anthropologique interactif dans les fondements de nos sociétés post-coloniales, via la sexualité.

Stéphanie Mulot est Docteure en anthropologie de l’EHESS de Paris,

Professeure des Universités en sociologie à l’Université de Toulouse Jean Jaures et Chercheure associée au Laboratoire caribéen de sciences sociales de l’UA.

La matrifocalité caribéenne n’est pas un mirage créole
Stéphanie Mulot

La matrifocalité fait l’objet de nombreuses controverses depuis des décennies. Organisation et système relationnel familial décrits dans les sociétés caribéennes postesclavagistes, la matrifocalité a tantôt été présentée comme une spécificité, tantôt comme une illusion, voire comme un biais idéologique. Cet article propose de revenir sur les différentes analyses des relations dans les familles antillaises, et de les confronter aux résultats d’enquête récents.

→   Lire Plus

“Joyeux anniversaire Marta” : un tournant dans le théâtre antillais

— Par Roland Sabra —

« Qui se nourrit d’attente, risque de mourir de fin »

Pli ou chiré, pli chyen ka chiré’w »

Proverbes populaires

Fritz Gracchus, Jacques André, William Rolle, Livia Lésel, … nombreux sont les intellectuels à s’être penchés sur la famille afro-descendante, antillaise ou autre. Les études sont nombreuses et se poursuivent. Victor Lina écrit dans «De la famille antillaise » : “L’analyse de la famille martiniquaise est encore en cours d’écriture.” On s’en tiendra ici au concept parfois controversé mais toujours opérationnel de matrifocalité comme le rappelle Stéphanie Mulot dans le très intéressant article « La matrifocalité caribéenne n’est pas un mirage créole » paru dans « L’homme ». Ce préambule pour souligner que si, universitaires, psychologues-cliniciens, psychanalystes, anthropologues, psychiatres, ethnologues se sont intéressés depuis plus d’un siècle à ce thème, le monde artistique en revanche est resté plus disert. Jeanne Wiltord le rappelait lors d’un Festival de Fort-de-France, le monde artistique  par ses oeuvres a cette fonction de permettre une symbolisation de l’indicible de sortir du déni. Mettre des mots sur la douleur, la re-présenter, en faire œuvre et pouvoir prendre quelque distance.

→   Lire Plus

Le couple mère-fils dans un « Aparté » incestueux

— Par Roland Sabra —
« A travers l’écriture et le récit théâtral, je cherche à explorer les tabous et les non-dits au sein des familles et de la société. » Le public de Françoise Dô était d’autant plus prévenu qu’il avait pu voir, dans cette même salle Frantz Fanon, il deux ans de cela “Aliénation noire“. Pour autant l’effet de sidération a joué à des degrés divers mais bien réels lors de la première d’ «  A Parté » à entendre comme aparté, que le Larousse définit de la sorte : « Ce qu’un acteur dit à part soi sur la scène, et qui est censé n’être entendu que des spectateurs. Conversation discrète tenue à l’écart, dans une réunion, dans un petit groupe. » Il est donc question d’un dire à part, diffusé à voix basse, pas tout à fait caché, mais que tout un chacun connaît. Un non-dit entendu par tous. Le synopsis de la pièce de Françoise Dô, tel qu’il est annoncé dans la présentation participe au semi-secret en dissimulant l’objet dont il va être question.

→   Lire Plus

Comment évoluent les sexualités en Guadeloupe ?

cafe_debat_social_clubNous vous invitons à notre prochain café-débat qui aura lieu le jeudi 27 mars 2014 à 19 heures à la Casa del tango, 651 rue Alfred Lumière à Jarry.
Thème:
Comment évoluent les sexualités en Guadeloupe ?
Par Stéphanie Mulot (Anthropologue)
A partir d’études sociologiques et anthropologiques sur le genre, la  sexualité, les rapports hommes/femmes, nous tenterons de proposer une  réflexion sur la façon dont les normes culturelles, sociales et  morales déterminent les comportements des individus, masculins et  féminins, y compris dans leur intimité et leur sexualité.

→   Lire Plus

Nos responsabilités face à ces monstres chimiques de nos pays devenus

— Par Jacky Dahomay —

Nous profitons de ce premier mai 2013 pour rédiger cette réflexion que nous livrons au débat.  Le grave problème que nous posons est celui-ci : comment nous, Antillais, avons-nous pu laisser ainsi se produire une telle catastrophe écologique et sanitaire sur des territoires légués par nos aïeux ? Les pratiques culturales à base de pesticides, notamment dans la banane, mais pas  seulement, ont donné la  situation dramatique d’aujourd’hui. Qui en est responsable ?

Les pêcheurs accusent l’Etat, et ils ont raison. L’Etat  savait que la chlordécone  était  un produit dangereux qui se mélangeait à d’autres produits nocifs déjà utilisés auparavant. Comment expliquer qu’il ait pu autoriser l’usage de ce produit  alors qu’il l’avait interdit, même tardivement,  sur le territoire français ? Il est clair que cela présuppose de la part de l’Etat une vision des peuples d’Outre-mer.

→   Lire Plus

Manifeste “Prenons la Une”

Collectif de femmes journalistes pour une juste représentation des femmes dans les médias et l'égalité professionnelle dans les rédactions.

 martinique_1ere325Nous, femmes journalistes, dénonçons la trop grande invisibilité des femmes dans les médias. Dans les émissions de débat et les colonnes des journaux, les femmes ne représentent que 18 % des experts invités. Les autres femmes interviewées sont trop souvent présentées comme de simples témoins ou victimes, sans leur nom de famille ni leur profession.
Nous, femmes journalistes, ne supportons plus les clichés sexistes qui s’étalent sur les Unes. Pourquoi réduire encore si souvent les femmes à des objets sexuels, des ménagères ou des hystériques ? Par ces déséquilibres, les médias participent à la diffusion de stéréotypes sexistes. Or ils devraient à l’inverse représenter la société dans toutes ses composantes.
Ces stéréotypes sont à la fois la cause et le résultat des inégalités professionnelles, des propos et attitudes sexistes au sein des rédactions, mais aussi du manque de sensibilisation des journalistes à ces sujets.

→   Lire Plus