Politiques

Contre la traite des êtres humains…

 … au nom de la dignité humaine, un État de droit se doit de protéger tous ceux qui travaillent sur son territoire.

les_18_du_57Appel à la régularisation immédiate des grévistes du 57, Bd de Strasbourg.
Tu quittes ton pays quand tu n’as plus le choix.
Pour fuir la guerre,
Pour ne pas mourir.
Tu pars parce que tu es homosexuelle et qu’on veut te tuer pour ça.
Je n’ai pas la bonne religion,
On peut me tuer pour ça.
Si tu réussis à t’échapper, à traverser,
Au péril de ta vie,
Quand tu arrives ici,
Tu es devenu un hors-la-loi, malgré toi.

Un sans-papiers.

Lire Plus =>

Les statistiques comme instrument politique

— Par Arnaud Saint-Martin, sociologue —

statistiquesLes travaux d’Alain Desrosières invitent à relativiser et à remettre en question
la dictature du chiffre qui a pris possession de l’espace médiatique.

Les statistiques publiques sont intrinsèquement politiques. Elles constituent un outil de gouvernement, une affaire d’État même, et c’est pourquoi il est plus que jamais utile d’en comprendre la genèse, le développement et les effets sur et dans la réalité sociale. C’est à tout le moins le programme qu’Alain ­Desrosières (1940-2013) propose de remettre sur le métier dans Prouver et gouverner, son ultime livre. Il y reprend nombre d’acquis de travaux antérieurs, parmi lesquels le classique et durablement influent la Politique des grands nombres (1993). Les thèmes ne manquent pas pour nourrir cette sociologie des statistiques : méthodes de calcul, indicateurs de performance, benchmarking, évaluations en tout genre et classements débordant les administrations publiques sous l’ère néolibérale, etc. Inclassable chercheur et expert ès classements, ingénieur de formation, théoricien et praticien de la statistique à l’Insee, où il officia des décennies en qualité d’administrateur, Desrosières livre des analyses ciblées et percutantes. Bien que les problèmes examinés requièrent un minimum de familiarité avec l’« argument statistique », le propos est accessible et sans jargon.

Lire Plus =>

Martinique terre d’accueil? Pas pour tout le monde…

—Par l’Asosiyation Solidarité Karayib (ASSOKA)

asille_demandeLa Martinique terre d’accueil, le pays des revenants et des revenantes pour certains et pour certaines.
Les immigré-e-s des pays de la Caraïbe ne partagent certainement pas cette douce réalité…
La Martinique, comme la France d’ailleurs, est loin d’avoir atteint un taux d’immigration critique qui pourrait expliquer une politique des pouvoirs de la préfecture envers les personnes d’origine étrangère.

Chasser l’étranger, l’étrangère par une « mesure d’éloignement » ( ???) est une politique très présente allant jusqu’à ne pas respecter les droits de ces personnes, voire faire preuve d’humanité.

Lire Plus =>

En hommage à Marc Mavouzi !

Mercredi 15 octobre à 18h à la Maison des Syndicats.

marc_mavouzi-1Le 28 septembre notre camarade et ami s’en est allé…

Au militant qu’il fut, au travailleur engagé au service des plus humbles, à l’ami si plein de tendresse, d’humour, de courage et de sensibilité et d’espièglerie, nous souhaitons rendre hommage comme il le mérite…

Au nom de tous les combats que nous avons menés ensemble… Des défaites et des victoires partagées… Des fous rires et des larmes conjugués… De l’espérance rebelle en des lendemains plus doux et plus lumineux…

Vous êtes invités à partager ce moment avec nous, à travers votre simple présence, un témoignage, une offrande artistique, une anecdote de la manière simple et sans chichis qui était celle de Marc Mavouzi…

 

CDMT – GRS – Les amies, amis, camarades, proches de Marc.

En mémoire de Marc Mavouzi

— Par Philippe Pierre-Charles —

Pourquoi cette affluence aux cérémonies d’adieu à Marc Mavouzi ? Il n’était la vedette de rien, l’élu politique d’aucune collectivité, le grand directeur ou PDG de quoi que ce soit. Sa grande (et vaillante) famille ne suffit pas à expliquer cette foule émue.

Lire Plus =>

Appel solennel de Gérald Bloncourt aux étudiants de Jacmel et de Port-au-Prince

haiti-2En 2007, j’étais invité par l’Université d’Haïti aux évènements qui rendaient hommage à Jacques Roumain.
Je vous ai rencontré. Nous avons beaucoup parlé, discuté. Quelques-uns d’entre vous me demandaient que faire ? devant l’incurie des gouvernants de l’époque.
Je répondais, instruisez-vous, cultivez-vous, organisez-vous, patience …
Aujourd’hui 6 Octobre 2014 je vous demande de vous insurger contre les décisions de Martelly actuellement et provisoirement « président » d’Haïti, qui veut rendre hommage à l’ex-dictateur Duvalier.
Il n’est pas question que cet assassin, poursuivi pour Crimes contre l’Humanité, soit honoré par les autorités de notre pays.
Je vous demande d’avoir le courage de vos ainés de 1946 qui au cours des Cinq Glorieuses ont mis à bas un pouvoir autoritaire et contraire aux intérêts de la nation.
Debout, jeunesse haïtienne. Joignez-vous au peuple, aux opposants, à tous les démocrates, à tous les patriotes et imposez le respect dû aux milliers de victimes, vilement torturées, liquidées dans les geôles de Fort-Dimanche et dans toutes les prisons du territoire.
Insurgez-vous contre ce pouvoir qui bafoue la mémoire des Jacques Stephen Alexis, Marc Romulus, et de tant d’autres patriotes !

Lire Plus =>

L’ancien dictateur haïtien dit «Bébé Doc» meurt sans avoir été jugé

— AFP —
bebe_docL’ancien dictateur haïtien Jean-Claude Duvalier, dit «Bébé Doc» et qui avait dirigé son pays d’une main de fer avant de s’exiler en France, est mort samedi à Port-au-Prince dans une relative indifférence, avant que son pays ait pu le juger pour crimes contre l’humanité.

«La famille nous a téléphoné ce matin pour envoyer un hélicoptère-ambulance après son malaise cardiaque, nous n’avons pas eu le temps de le transporter, on a essayé de donner des soins sur place puis on a constaté le décès», a déclaré à l’AFP la ministre haïtienne de la Santé Florence Guillaume Duperval.

Dans une première réaction officielle, le président haïtien Michel Martelly s’est dit «attristé» par le décès de Jean Claude Duvalier et il a adressé ses condoléances «à sa famille, à ses proches et à ses partisans à travers le pays». Aucun dirigeant n’avait réagi à la nouvelle plusieurs heures après son décès.

L’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch, a déploré samedi que la justice haïtienne n’ait pas pu juger +Baby Doc+ avant sa mort».

«Cette mort prive les Haïtiens de ce qui aurait pu être le plus important procès pour les droits de l’homme de l’histoire du pays».

Lire Plus =>

Une affaire  » super grave »

—Par Daniel Marie-Sainte —

Jillegalitee confirme l’information que j’ai révélée sur les ondes de RLDM, ce dimanche 28 septembre, dans l’émission « La Parole au Peuple » :

Je soupçonne le président de la Région Martinique et sa 1ère vice-présidente d’avoir publié et transmis au contrôle de la légalité de fausses délibérations visant à « mettre à disposition à titre gratuit pendant 25 ans, des terrains régionaux situés sur la commune du Saint-Esprit , à trois coopératives agricoles. »(*)

Les dossiers concernant cette affaire n’ont jamais été soumis à l’Assemblée plénière ni à a Commission Permanente du Conseil Régional.

Ils n’ont pas non plus été débattus en Commission « Agriculture et Élevage », alors que le passage en commission sectorielle est obligatoire avant tout vote.

Lire Plus =>

Les politiques culturelles intercommunales constituent les vrais enjeux de cohésion sociale à l’échelle des territoires

— Par J. José ALPHA ex Directeur des affaires culturelles de la Ville de Schoelcher —

intercommunaliteL’intercommunalité existe aujourd’hui en Martinique.

Elle est encadrée par les lois d’orientation de février 1992, de février 1995, et notamment celle de juillet 1999 qui crée les communautés d’agglomération en leur conférant entre autres compétences obligatoires, le développement et l’aménagement économique, social et culturel du territoire. Cette loi de février 99 propose également l’entretien et la gestion d’équipements culturels et sportifs d’intérêt communautaire.

Et puis, la loi du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales (LRL) a mis en place des dispositifs de fusion des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) assortis de compensations, en leur imposant de procéder à la reconnaissance de l’intérêt communautaire nécessaire à l’exercice d’une compétence transférée.

Lire Plus =>

Les femmes elles aussi, ont marqué l’histoire de notre pays

— Par l’Union des Femmes de Martinique —

lumina_sophieLUMINA SOPHIE « femme flamme » de l’insurrection du sud – septembre 1870
« Tout comme en 1848, la logique de la guerre sociale favorisa l’irruption massive des femmes sur la scène publique. Elles devinrent plus actives, plus « visibles »  et ne se cantonnèrent pas à l’arrière-plan…Dans la lutte contre l’ordre de l’aristocratie blanche, la révolte avait besoin de la totale implication des femmes, de leur énergie, de leur dévouement et de leur dynamisme. Il devint nécessaire qu’elles descendent dans la rue, qu’elles marchent dans les traces des champs de canne et les chemins vicinaux, qu’elles s’arment, qu’elles combattent ; qu’elles prennent la parole et des initiatives. Toute aptitude, attitudes et actes, qu’on leur refuse en temps normal »
(extrait de « l’insurrection de Martinique » 1870-1871 – Gilbert PAGO – Ed.Syllepse.)

Lire Plus =>

L’Etat doit-il rembourser sa dette ?

— Par Philippe Petit, Président de l’UDI Martinique —

udiDans toute économie moderne, le mot croissance est la base de l’augmentation du produit intérieur brut (PIB) de chaque pays. C’est la pédale d’accélérateur destinée à augmenter le train de vie de la nation avant la répartition juste des richesses créées.
Répartition qui ne peut se faire que si la dette créée par l’Etat l’autorise… !
Aujourd’hui, la croissance étant absente de la zone euro (nul doute qu’elle reviendra avec la transition énergétique et les métiers induits -à développer dans un prochain courrier-), ce qui nous intéresse, c’est la pédale de frein destinée à stopper le poids sans cesse grandissant de la dette.
Les générations futures ne doivent payer pour nous notre incurie et notre gabegie !

A en croire les économistes de la gauche dite « classique » (la gauche de la gauche, marxiste ou post-marxiste), l’Etat français pourrait vivre à crédit en permanence en augmentant le déficit budgétaire et donc la dette publique à souhait, selon la politique dite « de la demande »…

Lire Plus =>

TCSP et vedettes : les usagers n’ont pas fini de galérer!

— Par Max Dorléans —
t_c_s_p-400Il faut dire les choses telles qu’elles sont. L’idée d’une autre répartition des richesses comme celle de la démocratisation de la société comme éléments déterminants d’une véritable amélioration de nos conditions quotidiennes de vie, sont malheureusement les grands absents de la conscience et de la préoccupation de ceux/celles qui – chez nous comme ailleurs – prennent toutes les décisions nous concernant.
Cela signifie que les questions de chômage et d’emploi, de santé ou d’éducation, de logement ou de transport, toutes ces questions comme toutes les autres, ne pourront avoir de solutions satisfaisantes pour l’immense majorité, que lorsque précisément cette dernière, productrice de toutes les richesses, va pouvoir dire et faire comment elle entend allouer et améliorer les richesses qu’elle produit.

Lire Plus =>

« Escape », Shuck One à la Fondation Clément

escape_shuck_oneExposition individuelle
19 septembre – 26 octobre 2014
9h-18h, entrée libre
Habitation Clément, Case à Léo
Dès son installation à Paris en 1984, Shuck One plonge dans le mouvement hip-hop qui émerge alors en France. En 1986, il se tourne vers sa composante la plus plastique. Murs et artères souterraines deviennent son principal support d’expression et l’imposent comme une figure majeure du graffiti français. Subversives, en marge des codes artistiques mais au cœur de la société et exploitant toutes les ressources de la bombe aérosol, ses performances urbaines annoncent un langage pictural profondément personnel qui commence à prendre forme dans les années 90. Ce langage, essentiellement développé sur toile, reste résolument en prise avec des réalités humaines et sociales, comme l’identité afro-caribéenne et les maux d’une France multiculturelle, qui sont au centre de la réflexion de Shuck One et des œuvres présentée dans cette exposition.
Puisant aux sources d’une histoire personnelle et collective, cette réflexion sur les migrations s’impose à l’artiste comme une exploration de son héritage. Le titre Escape et les œuvres, qui mêlent couleurs et bichromie, permettent un dépassement de soi et de l’histoire au profit de l’expression artistique, d’une mémoire vive, d’un regard contemporain et de la nécessité de dépasser le chemin accompli pour échapper au système d’exclusion et à l’enfermement.

Lire Plus =>

Drépanocytose, la maladie génétique qui excite l’extrême droite

— Par Samuel Laurent et Alexandre Léchenet —
drepanoC’est la « preuve » de « l’invasion » des immigrés, brandie par l’extrême droite dans un nombre croissant de discours. On la retrouve citée sur des sites, des blogs, d’innombrables commentaires ou messages sur les réseaux sociaux : le dépistage de la drépanocytose, une maladie génétique qui touche particulièrement certaines populations issues de l’Outre-Mer, d’Afrique ou du Maghreb, est instrumentalisé par certains militants extrémistes.

Cette maladie génétique, l’une des plus fréquentes en France et dans le monde, consiste en une anomalie de la structure de l’hémoglobine. Elle a des conséquences graves : anémies, infections bactériennes, accidents vasculaires occlusifs. On compte 12 000 malades en France, et on recense environ 400 cas parmi les nourrissons chaque année⋅
Depuis plus d’une décennie, elle fait l’objet d’un dépistage chez les nouveaux-nés français⋅ Mais la maladie se rencontrant plus fréquemment chez les populations originaires d’Afrique subsaharienne, du Maghreb, des Antilles, d’Inde ou du sud de l’Europe (Grèce et Italie), ce sont les nourrissons issus de familles originaires de ces zones qui sont testés⋅
Comme pour nombre d’autres maladies, il existe toute une série de statistiques détaillées, notamment sur le nombre de nouveaux-nés testés par département français⋅ Et, en l’absence de statistiques ethniques, les militants d’extrême droite se sont donc emparés de ces chiffres pour alimenter leur thèse centrale : le « grand remplacement » des populations « allogènes » par celles issues de l’immigration.

Lire Plus =>

Gaston Flosse perd le pouvoir en Polynésie française

— Source AFP —

gaston_flosseGaston Flosse, l’homme fort de la Polynésie française depuis 30 ans, a perdu la présidence de la collectivité vendredi soir, après la notification de son inéligibilité dans une affaire d’emplois fictifs et le refus de François Hollande de le gracier.

Le 23 juillet, la Cour de cassation avait confirmé sa condamnation à quatre ans d’emprisonnement avec sursis, 125 000 euros d’amende et 3 ans d’inéligibilité dans cette affaire, mais le haut-commissaire de la République en Polynésie française a attendu le refus de la grâce présidentielle pour la lui notifier vendredi.

Le procès en appel de l’affaire des emplois fictifs avait eu lieu en octobre et novembre 2012. Aux côtés de Gaston Flosse, on y retrouvait d’anciens députés, des maires, des syndicalistes, ou encore des journalistes, tous soupçonnés d’avoir été payés pour assurer la propagande de son parti, le Tahoeraa Huiraatira.

Il était reproché à Gaston Flosse, 83 ans, d’avoir embauché des personnes qui avaient travaillé dans un service social, dans des mairies ou une radio. Beaucoup étaient des militants de son parti.
Brouille avec Sarkozy

Selon lui, ses démêlés judiciaires sont liés à sa brouille avec Nicolas Sarkozy.

Lire Plus =>

Jean-François Bayart: «La gauche répète les fadaises du national-libéralisme»

— Par Géraldine Delacroix —

national-liberalAu concept de néolibéralisme, le chercheur Jean-François Bayart préfère celui de national-libéralisme, mêlant globalisation économique et rétraction identitaire nationaliste – qui prévaut sous les gouvernements de gauche comme de droite. « Il y a une paresse mentale, une forme d’hallucination collective qui dépassent de loin les choix des seuls François Hollande et Manuel Valls », explique-t-il à Mediapart.

Jean-François Bayart est directeur de recherche au CNRS (Sciences Po-CERI). Il avait publié aux éditions Karthala, en 2012, un recueil d’articles (dont plusieurs postés dans son blog sur Mediapart) : Sortir du national-libéralisme. Croquis politiques des années 2004-2012.

Mediapart. Vous avez fait paraître en 2012, au lendemain de l’élection de François Hollande, un recueil d’articles intitulé Sortir du national-libéralisme, concept que vous avez résumé par cette formule lapidaire, « le libéralisme pour les riches, et le national pour les pauvres ». En sortir, c’était renvoyer Nicolas Sarkozy, sans être sûr toutefois, écriviez-vous alors, que « François Hollande ait fait le diagnostic juste des maux qui rongent la société française ». Aujourd’hui, le duo Valls-Hollande est-il à son tour happé par le national-libéralisme ?

Lire Plus =>

L’impuissance des politiques !

gauche_droiteRaoult : des chiffres et des mots en politique

Le professeur Didier Raoult nous démontre que depuis 40 ans « aucune élection n’a réellement modifié les tendances de l’évolution française ».

La politique est faite de mots qui reflètent les idéologies et tentent de convaincre les peuples. Parmi les éléments-clés qui sont considérés comme majeurs du clivage gauche-droite se trouvent : la capacité gestionnaire, la redistribution, le temps de travail, l’immigration et la répression de la criminalité. Les chiffres, hélas, ne reflètent absolument pas ces différences. En pratique, une pente irréversible s’est créée il y a quarante ans sous le couple Giscard-Chirac qui a évolué sans à-coup majeur.

Lire Plus =>

Haine raciste à la Une

A droite, on ne se précipite pas pour défendre Najat Vallaud-Belkacem

haine_a_la_une— Par Laure EQUY —
La ministre de l’Education nationale est violemment attaquée à la une de «Valeurs actuelles». Certains élus de droite sont gênés par ce flot de critiques, sans pour autant mettre en cause leur camp.

Evidemment personne, à droite, ne reprendra à son compte la couverture de Valeurs actuelles qui s’en prend violemment à Najat Vallaud-Belkacem, la rebaptisant «l’ayatollah» et la «ministre de la rééducation nationale». Ils ne sont pas nombreux non plus à condamner spontanément cette une, tandis que la ministre a reçu «le soutien de tout le gouvernement» ce mercredi.

Lire Plus =>

Taubira : « La gauche est traversée par un doute existentiel »

— Source AFP —

christiane_taubiraLa gauche est « traversée par un doute existentiel » et peut « se laisser imprégner par des idées qui ne relèvent pas de son corpus doctrinal, ni de son héritage ». Des propos de la ministre de la Justice, Christiane Taubira, enregistrés en juin dans le cadre d’un entretien réalisé par France Culture en juin (avant le remaniement) et qui seront diffusés jeudi en kiosque dans la revue France culture Papier et sur l’antenne du 22 au 29 septembre, prennent une résonance toute particulière⋅

« Malheureusement la gauche contemporaine est traversée elle-même par un doute existentiel qui est presque ontologique au sens où elle ne s’interroge plus sur ses origines, sur ce qui a construit toute son histoire, sa trajectoire », constate Christiane Taubira.

Lire Plus =>

Et si Taubira était bien plus que la caution morale de Hollande ?

— Par René Ladouceur —

christiane_taubiraEn 1956, deux jours avant de mourir, l’écrivain Henri Calet écrivait : « Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes. » À l’heure où s’achève, en ce dimanche 31 août, l’université d’été du PS à La Rochelle, la formule s’applique parfaitement à Laurent Wauquiez. Le député UMP ne trouve pas de mots assez durs pour dénoncer le maintien de Christiane Taubira dans le nouveau Gouvernement de Manuel Valls. Il est convaincu de faire partie de ceux qui sont arrimés à l’avenir quand la ministre guyanaise incarne plutôt ceux qui, à ses yeux en tout cas, sont enchaînés par l’Histoire. C’est entre ces deux fronts que l’antagonisme est censé demeurer définitif.

Lire Plus =>

Merci aux Martiniquais et Martiniquaises

— Par Shafik Ibrahim, pour la Communauté Palestinienne de Martinique —

flag_palestineTRIBUNE

Au moment où la population Palestinienne voit ses souffrances allégées, où le cessez-le-feu met ses enfants à l’abri des bombardements massifs, la communauté Palestinienne de Martinique tient à remercier chaleureusement la population Martiniquaise pour la solidarité exprimée à son égard. Ce n’est pas d’aujourd’hui que votre soutien se manifeste. Vous étiez deja à nos côtés :
en 1956, lors de l’invasion israélienne et franco-britannique de l’Egypte après la nationalisation du canal de Suez;
en 1967, lors de l’agression israélienne contre l’Egypte, la Jordanie et la Syrie;
en 1982, lors de l’invasion israélienne du Liban, qui a donné lieu au massacre de Sabra et Chatila;
en 2006, lors de l’agression israélienne contre le Liban;
en décembre 2008 – janvier 2009, lors de l’agression israélienne contre Gaza;
en 2012, lors de la deuxième agression israelienne contre Gaza;
et en 2014, lors de la dernière agression en date d’Israël contre Gaza.

Cette dernière épreuve que nous avons supportée a été particulièrement dramatique.
73.OOO soldats israéliens, avec leurs chars  blindés, ont agressé la bande de GAZA  où vivent 1.800.000 personnes.

Lire Plus =>

10 chantiers pour une véritable politique culturelle de gauche

— Par Philippe Torreton  et Frédéric Hocquard —

liberte_metisse[…] Après deux années de mandat, François Hollande n’a toujours pas fait de la culture une ambition pour la France. Comment expliquer que la promesse de « sanctuariser » les crédits d’Etat ait conduit à un effritement du budget du ministère de la culture ? Pourquoi ne pas avoir développé un ambitieux plan pour l’éducation artistique et culturelle à la faveur de la réforme des rythmes scolaires ?

Pourquoi mettre en péril la capacité d’intervention des collectivités territoriales, qui ont permis un dynamisme de la vie culturelle, en réduisant leurs moyens et en proposant de supprimer cette « clause de compétence générale » qui leur permet d’agir au-delà de leurs compétences obligatoires ? Pourquoi les initiatives législatives envisagées pour la création artistique, le numérique ou le patrimoine sont-elles aussi peu ambitieuses et systématiquement reportées ? Pourquoi attendre qu’il y ait un conflit social pour ouvrir une concertation qui prenne en compte les propositions que les professionnels de la culture portent depuis plus de dix ans, et réfléchir à la place des artistes dans notre société ?

Lire Plus =>

Filippetti : «Faudrait-il désormais que nous nous excusions d’être de gauche ?»

im_possibleDans une lettre à Valls et Hollande, la ministre de la Culture annonce qu’elle ne souhaite pas faire partie du nouveau gouvernement.

Aurélie Filippetti avait apporté dimanche son soutien à Arnaud Montebourg et Benoît Hamon. Ce lundi après-midi, alors que le gouvernement a démissionné et que Manuel Valls est chargé de former le suivant, la ministre sortante de la Culture a fait savoir via une lettre au Premier ministre et au président de la République, que nous publions intégralement ci-dessous, qu’elle n’était «pas candidate à un nouveau poste ministériel».

«Nos électeurs sont désemparés, écrit l’élue de Moselle. CDans une lettre à Valls et Hollande, la ministre de la Culture annonce qu’elle ne souhaite pas faire partie du nouveau gouvernement.e qu’ils nous disent par leur silence ou par leur colère, c’est que le réalisme ne peut être synonyme de renoncement.»

Et la ministre sortante de la Culture raconte : «La réunion des ministres de jeudi dernier à Matignon a été malheureusement à la fois un révélateur et un exemple des raisons qui rendaient indispensable une décision collective. Au moment où nos concitoyens attendent de nous une politique réaliste, mais de gauche, les discussions qui y ont eu lieu furent le tragique contrepied de tout ce pour quoi nous avons été élus.

Lire Plus =>

Discussions avec des amis Martiniquais.

— Par Albert Teboul —

isrzel_palestine-2Il s’agit de différentes questions ou  affirmations que j’ai pu entendre auprès d’amis  Martiniquais.  Je ne suis ni  écrivain, ni historien ni même journaliste j’essaie, en toute modestie , d’apporter des réponses avec ma vision des choses en espérant qu’elles puissent éclairer certain.

Je précise que ce qui est dit dans cet article n’engage que moi.

Lire aussi : Combien de brigades armées dans la bande de Gaza?

Lire Plus =>

Qu’a fait François Hollande pour les outre-mer ?

outremerFrançois Hollande débute jeudi 21 août sa tournée dans l’océan indien. Les Réunionnais, en partie déçus par la politique menée jusqu’à présent, attendent beaucoup de sa première visite sur l’île, où le taux de chômage avoisine toujours les 30 %. Le président ne manquait  pourtant pas d’ambition pour les collectivités d’outre-mer, envers lesquelles il avait pris pas moins de 30 engagements pendant la campagne.

Lire Plus =>

Combien de brigades armées dans la bande de Gaza?

gaza_brigades_armeesDÉCRYPTAGE – Les violences ont repris cette semaine à Gaza, après des tirs de roquettes qui ont entraîné de nouvelles frappes israéliennes. Mais le Hamas a démenti toute responsabilité dans la rupture de la trêve, laissant entendre que ce pourrait être le fait d’autres groupes armés. Quelles sont ces autres brigades engagées au côté du mouvement palestinien? Éléments de réponse.
Brigades Al-Qassam

Le Hamas et les Brigades al-Qassam

C’est le mouvement qui contrôle la bande de Gaza depuis 2007. Issu des Frères musulmans à la fin des années 1980 et aujourd’hui encore considéré comme « terroriste » par les Etats-Unis et l’Union européenne, il est dans ce conflit incontestablement le mieux organisé et armé. Selon l’Institut international d’études stratégiques (IISS), le Hamas disposerait en effet de 20.000 hommes, répartis entre les forces de sécurité de l’enclave palestinienne et sa branche armée, les Brigades Ezzedine al-Qassam, du nom d’un des pères et victime de la Révolte arabe de 1936-39 contre le mandat britannique en Palestine. Ces combattants des Brigades al-Qassam, apparus mi-1991 durant la première Intifada, sont les plus redoutables. Ils ont creusé les tunnels que voulaient abattre Israël au cours de cette opération et possède un arsenal de guerre considérable : armes légères, mines, mortiers….

Lire Plus =>