1284 search results for "Du Bois"

Pourquoi lire Du Bois aujourd’hui en France ?

Marxisme, postcolonialisme et postcolonialité

— Par Magali Bessone

— William Edward Burghardt Du Bois a écrit la majeure partie des essais qui composent cet ouvrage entre 1897 et 1903 : aux États-Unis, la ségrégation vient d’être légalement reconnue1, trente ans seulement après la fin de la guerre de Sécession qui a émancipé les esclaves noirs sur l’ensemble du territoire de l’Union. L’Europe, dans le même temps, se dispute l’Afrique. Malgré une tentative de partage plus ou moins consensuel de l’Afrique entre les grandes puissances lors de la conférence de Berlin, les crises coloniales se multiplient, depuis celle de Fachoda, qui met aux prises la France et la Grande-Bretagne en 1898, jusqu’au coup de Tanger de 1905 qui oppose la France et l’Allemagne et contribue largement au déclenchement de la Première Guerre mondiale.

Aujourd’hui la France hérite des interrogations et des méthodes des post-colonial studies anglo-saxonnes et relit l’histoire de ses relations avec l’Afrique, notamment à la lumière de la réinscription de la colonisation dans la longue durée, en(1) refusant d’accorder un privilège explicatif à l’événement « décolonisation2 ». La France, largement en retard sur les États-Unis, (re)découvre ainsi sa situation postcoloniale.

→   Lire Plus

Du Bois, l’œuvre au noir

— Par Sonya Faure 

Près de 120 ans après sa parution aux États-Unis, le classique de l’enquête sociologique «les Noirs de Philadelphie» est enfin traduit par Nicolas Martin-Breteau. Fondateur oublié de la sociologie aux côtés de Durkheim et Weber, Du Bois est un précurseur des «black studies» ou de l’intersectionnalité.

C’est un peu comme si, pendant près d’un siècle, on était passé à côté de Max Weber ou de Durkheim. Penseur de la question raciale dans les États-Unis de la ségrégation, arpenteur de ce qu’on n’appelait pas encore les «ghettos urbains», l’intellectuel noir américain William Edward Burghardt Du Bois (1868-1963) a de son vivant été négligé par l’université, rarement cité par ses confrères, puis oublié des grands manuels de sciences sociales. Ses travaux scientifiques ont longtemps été éclipsés par son engagement militant pour les droits civiques. Pourtant ses idées avant-gardistes n’ont cessé d’infuser la sphère intellectuelle. Dès 1900, il prophétisait, lors de la première conférence panafricaine, à Londres : «Le problème du XXe siècle est le problème de la ligne de partage des couleurs.»

«Il ne fait aucun doute que s’il avait été blanc, Du Bois aurait été considéré d’emblée comme un fondateur de la sociologie», estime l’historien spécialiste des États-Unis Nicolas Martin-Breteau. 

→   Lire Plus

La course à la Maison Blanche : Obama sort du bois

Ce n’est bien sûr pas une surprise, mais c’est un moment important dans la campagne présidentielle américaine, reléguée au second plan par la pandémie de coronavirus. Barack Obama, dans un message vidéo, a apporté officiellement ce mardi son soutien à son ancien vice-président, Joe Biden. Un appui de poids pour celui qui devra rassembler le parti démocrate après l’abandon de son rival Bernie Sanders, et fera face à Donald Trump lors de la présidentielle de novembre. L’ancien président, toujours très populaire auprès de l’électorat démocrate, s’était tenu à un quasi-silence public depuis son départ de la Maison Blanche.

Un choix justifié

« Choisir Joe Biden comme vice-président a été l’une des meilleures décisions que j’ai prise. Il a toutes les qualités que nous voulons voir maintenant chez un président », déclare Barack Obama face à la caméra. Dans une vidéo de plus de dix minutes, il égrène toutes les qualités du candidat démocrate : « l’expérience, l’honnêteté et l’humilité, l’empathie, la grâce ». Un portrait qui contraste avec celui de l’actuel occupant de la Maison Blanche.

« Joe a la personnalité et l’expérience pour nous guider dans ces temps très sombres». 

→   Lire Plus

Joël Gordon , le « Seigneur du bois » fête son Jubilé

Du 8 novembre au 6 décembre 2019 à la C.T.M.

— Par Chantal Nabec —

Novembre 1969-Novembre 2019

Joël Gordon , le « Seigneur du bois » fête son Jubilé « Je me souviens ».

 Artiste sculpteur sur bois, Joël Gordon, a enseigné son art depuis l’année 1983 au Sermac à la demande de M. Aimé Césaire. Il a transmis sa passion à pas moins de 1000 stagiaires et s’est fait connaître lors de nombreuses expositions en France, dans les pays voisins et en Martinique.

Son art s’exprime dans la beauté de l’amour : amour divin, amour familial, amour de la femme, amour de la Nature.

Pour son Jubilé, Joël Gordon, exposera 50 œuvres issues de sa nombreuse production durant 50 ans de carrière.

L’année 2019 est une année particulière car c’est celle de son Jubilé.

50 années de travail de novembre 1969 à novembre 2019

50 œuvres

→   Lire Plus

Le clitoris sort du bois, porté par la vague féministe

Paris – Ce n’est ni un bretzel, ni un emoji, ni un alien… Longtemps caché, mal représenté et mutilé, le clitoris s’affiche grâce aux féministes de la nouvelle génération, qui cherchent à libérer la parole autour d’un sujet encore tabou, le plaisir féminin.

Statue géante posée devant une gare en Suisse ou un campus à Poitiers, pochoirs sur les trottoirs parisiens, affiches au design pop placardés pour la journée de la femme (8 mars)… Les exemples sont nombreux de cette apparition dans la sphère publique, mais c’est sur les réseaux sociaux que ce mouvement est le plus visible. 

« Tout le monde sait dessiner un pénis, mais un clito…« . « Soit on ne sait pas où il est, soit on ne sait pas à quoi il ressemble, soit on ne sait pas à quoi il sert« , affirme Camille Aumont-Carnel, à l’origine du compte Instagram « jemenbatsleclito« . 

Une méconnaissance, qui va souvent de pair avec des conceptions erronées sur la sexualité féminine, comme elle l’a constaté lors d’une conversation entre amis qui fit office de déclic.

→   Lire Plus

Mali : Paris assure œuvrer à la libération d’Olivier Dubois, malgré la fin de Barkhane

Le Quai d’Orsay a assuré, vendredi, rester totalement engagé pour la libération du journaliste Olivier Dubois, enlevé il y a 505 jours au Mali, et ce malgré la fin de la présence des militaires français de l’opération Barkhane dans le pays.

u Mali, les forces françaises ont beau avoir plié bagage, Paris n’oublie en rien le journaliste Olivier Dubois, qui s’y trouve détenu : tel est en substance le message du gouvernement français vendredi 19 aout, après le retrait, cette semaine, de la force Barkhane du pays, aux prises avec des groupes jihadistes.

« Le retrait de l’opération Barkhane du Mali ne diminue en rien la mobilisation de la France pour faire libérer Olivier Dubois », a dit devant la presse le porte-parole adjoint des Affaires étrangères, François Delmas.

Le dernier soldat français a quitté le Mali après neuf ans d’engagement contre les jihadistes. La junte au pouvoir à Bamako depuis le putsch d’août 2020 s’est détournée de la France et de ses alliés pour se tourner vers la Russie.

Unique otage français au monde

« Tous les efforts sont déployés pour obtenir la libération de notre compatriote », a déclaré François Delmas à l’approche du 500e jour de captivité d’Olivier Dubois, dimanche 14 aout.

→   Lire Plus

Olivier Dubois : une carte postale au président Macron pour les 500 jours de captivité de l’otage martiniquais

La mère, la sœur et le beau-frère d’Olivier Dubois demandent à ceux qui veulent le soutenir de se procurer « une carte postale respectueuse de son destinataire » et d’y écrire ce message : « Bonjour M. le président, quand Olivier Dubois, journaliste, rentrera-t-il en France ? 500 jours… Libérons Olivier Dubois« .

Il faut ensuite envoyer cette carte postale à M. Macron à l’Élysée, (« sans timbre, c’est gratuit« , précise le communiqué de la famille). Les 500 jours de l’enlèvement d’Olivier Dubois tomberont le 21 août, et il fêtera son 48e anniversaire en captivité ce samedi, rappellent ses proches.

Pétition en ligne

Le journaliste indépendant, qui vit et travaille au Mali depuis 2015, avait lui-même annoncé son enlèvement dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux le 5 mai 2021. Il y expliquait avoir été kidnappé le 8 avril à Gao, dans le nord du Mali, par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), principale alliance jihadiste au Sahel, liée à Al-Qaïda.

En janvier, sa famille a lancé une pétition en lignequi a obtenu à ce jour plus de 113.000 signatures, pour demander sa libération.

→   Lire Plus

Mali : la famille d’Olivier Dubois souhaite avoir accès à l’enquête

JUSTICE. Un an après l’enlèvement du journaliste au Mali, sa famille demande l’ouverture d’une instruction sur son enlèvement pour avoir accès au dossier.

« Seule l’ouverture d’une information judiciaire, avec la désignation d’un juge d’instruction, permettra d’accéder à la procédure et ainsi, comprendre les motifs qui justifient de tels actes », justifie dans un communiqué publié samedi 16 avril, maître Laurent Bayon, l’avocat de la famille du journaliste Olivier Dubois, enlevé il y a un an au Mali. La requête a été officiellement adressée au Parquet national antiterroriste (PNAT) par courrier, à la suite de deux perquisitions menées par le PNAT « qui questionnent ».

Une enquête et des interrogations

L’objectif de cette démarche est d’avoir accès au dossier. En effet, la famille d’olivier Dubois regrette le silence « insupportable et troublant » des autorités françaises. Le journaliste indépendant de 47 ans, qui vit et travaille au Mali depuis 2015, avait lui-même annoncé son enlèvement dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux le 5 mai 2021. Il y expliquait avoir été kidnappé le 8 avril à Gao, dans le nord du Mali, par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), principale alliance djihadiste au Sahel, liée à Al-Qaïda.

→   Lire Plus

Une pétition en faveur d’Olivier Dubois, actuellement le seul otage français au monde

Olivier Dubois est un journaliste français âgé de 47 ans qui est porté disparu au Mali depuis avril 2021. Il est aux mains d’un groupe armé terroriste sahélien. Sa famille se bat qu’il ne soit pas oublié. Une proche de l’otage, sa sœur Canèle, a accepté de témoigner; elle annonce le lancement d’une pétition pour sensibiliser les autorités françaises et maliennes et les faire œuvrer à la libération de l’otage.

Que sait-on des circonstances de sa disparition ?
Olivier Dubois est mon frère. Il est actuellement le seul otage français au monde. Journaliste basé au Mali depuis 2015, il a disparu le 8 avril dernier dans l’est du pays. Il tentait d’y rencontrer l’un des chefs du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (le JNIM). Certains de ses contacts dans la sphère djihadiste s’étaient portés garant de sa sécurité. On sait qu’il a laissé ses affaires (téléphone, passeport) dans sa chambre du Motel des Askia, à Gao. Son fixeur l’a accompagné dans une rue où attendait une voiture avec plusieurs hommes.
L’alerte sur sa disparition a été donnée discrètement par l’ambassade de France au Mali deux jours après, quand il ne s’est pas présenté à son vol retour vers Bamako.

→   Lire Plus

Pop-corn et boissons interdits dans les cinémas

« C’est jusqu’à 20 % de nos recettes» : le Covid met fin au pop-corn au cinéma
Le gouvernement va interdire la nourriture dans les salles de cinémas. Un petit coup dur pour les exploitants pour lesquels cette activité s’avère lucrative.
Pour contrer la nouvelle vague de cas de Covid-19, causée par le variant Omicron, le gouvernement va interdire la consommation de nourriture dans les cinémas dès lundi 3 janvier. Une mauvaise nouvelle pour les exploitants même si le pire a été évité pour les quelque 2 000 cinémas français. « Nous gardons le droit d’accueillir le public sans restrictions, indique à Ouest-France Yves Sutter, à la tête du groupe Cinéville, 16 établissements dans l’ouest de la France. Si des jauges avaient été fixées, les sorties de films auraient été reportées car nous n’aurions pas pu faire de recettes intégrales. »

L’arrêt de la vente de friandises et de boissons va-t-il avoir des conséquences pour la trésorerie des salles ? « C’est très variable en fonction des cinémas, explique Yves Sutter. Cela peut être marginal ou atteindre 15 à 20 % du chiffre d’affaires, notamment pour les plus grands établissements.

→   Lire Plus

La mobilisation monte pour le journaliste Olivier Dubois, otage depuis 6 mois au Mali

Paris – Six mois après l’enlèvement du journaliste Olivier Dubois par un groupe jihadiste au Mali, sa famille a décidé de monter d’un cran dans sa mobilisation aidée par Reporters sans frontières (RSF) qui lance une campagne de soutien dans 13 villes françaises.

« Ca fait six mois qu’on est sans nouvelles de mon frère à part la vidéo du 5 mai, 184 jours sans nouvelles: rien sur son état de santé, rien sur sa situation, ses conditions de captivité, c’est beaucoup« , explique Canèle Bernard dans un entretien accordé à l’AFP. 

Le journaliste avait annoncé lui-même son enlèvement dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux le 5 mai, expliquant avoir été kidnappé le 8 avril à Gao, dans le nord du Mali, par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), principale alliance jihadiste au Sahel, liée à Al-Qaïda.  

Fin mai, la France a confirmé qu’il était otage d’un groupe jihadiste. A Paris, le Parquet national antiterroriste (Pnat) a ouvert une enquête préliminaire pour « enlèvement en bande organisée » et « en relation avec une entreprise terroriste« . 

→   Lire Plus

Macron: Robin des Bois des patrons

—Communiqué de la CGTM —

La période de juillet-août est connue comme un moment favorable à l’apparition d’incendies en France à cause de la sécheresse (elle correspond à la saison cyclonique aux Antilles). Des appels à la vigilance sont toujours publiés à cause des dégâts provoqués. Eviter d’être à l’origine d’un départ de feu accidentel notamment, ou se protéger dans le second cas. C’est pourtant ce moment qu’a choisi délibérément Macron pour jouer au pyromane en faisant trois annonces scandaleuses lundi 12 juillet 2021 :
• Instauration d’une obligation vaccinale et d’un pass sanitaire, avec des sanctions en cas de refus ;
• Relance du programme de démantèlement des régimes de retraites ;
• Mise en place de la réforme des indemnités de chômage à compter du 1er octobre 2021 ;
Ces trois annonces ne sont pas détachables l’une de l’autre, mais liées et ont un point commun. Chacune est une attaque contre le monde du travail, qu’il soit du secteur privé ou du secteur public, mais également contre les chômeurs, les retraités, les jeunes.
En procédant ainsi, il ne pouvait ignorer qu’il déclencherait des réactions d’hostilité.

→   Lire Plus

Enlèvement du journaliste Olivier Dubois : Des rassemblements organisés à Paris et à Bamako

Le journaliste a été enlevé il y a deux mois au Mali par un groupe djihadiste

Une centaine de personnes se sont réunies ce mardi à Bamako, et un nombre équivalent à Paris, pour réclamer la libération du journaliste français Olivier Dubois, deux mois jour pour jour après son enlèvement au Mali par un groupe djihadiste, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Mardi matin, des confrères et amis d’Olivier Dubois se sont rassemblés à la Maison de la presse de Bamako, où une photo du journaliste avait été accrochée, ainsi qu’une grande pancarte noire sur laquelle était écrit #FreeOlivierDubois (Libérez Olivier Dubois).

« Amplifier la mobilisation »

« Je suis très émue, j’ai confiance dans le Mali et dans la France, tout le monde a un but commun, qu’Olivier rentre auprès de ses enfants, à qui il manque », a déclaré à la tribune l’ex-compagne et mère de ses deux enfants, Déborah Al Hawi Al Masri. Il faut « amplifier la mobilisation au Mali et en France » et « ne pas lâcher prise car, sans ça, ceux qui veulent cacher la vérité l’emporteront », a dit sur place à l’AFP l’ex-ministre malien des Affaires étrangères et ancien journaliste Tiébilé Dramé.

→   Lire Plus

Brésil : le ministre de l’Environnement soupçonné de trafic de bois

Brasilia – La police brésilienne a perquisitionné mercredi au domicile du ministre de l’Environnement Ricardo Salles, soupçonné d’avoir pris part à un réseau de trafic de bois destiné à l’exportation, a-t-on appris de source judiciaire.

Un arrêt du juge de la Cour suprême Alexandre de Moraes, auquel l’AFP a eu accès, a autorisé cette perquisition, ainsi que la levée du secret bancaire pour ce ministre hautement controversé, très critiqué en raison de la hausse de la déforestation en Amazonie depuis que Jair Bolsonaro (extrême droite) a pris ses fonctions de président en 2019. 

D’autres perquisitions ont été menées mercredi matin, au ministère de l’Environnement, à Brasilia et dans différents locaux de l’Etat de Sao Paulo (sud-est) et du Para (nord), dans le cadre de cette vaste opération qui a mobilisé 160 policiers. 

La Police fédérale enquête sur un « réseau criminel transnational« , dans lequel seraient impliqués « des autorités comme le ministre Ricardo Salles, d’autres fonctionnaires et des entreprises« , explique le juge Moraes dans son arrêté. 

→   Lire Plus

Pour la libération immédiate d’Olivier Dubois

— Communiqué du Club Presse Martinique —

Cela fait maintenant plus d’un mois que le journaliste martiniquais Olivier Dubois a été enlevé à Gao, au Mali. Après la stupéfaction, viennent les interrogations sur son sort et la douloureuse attente de sa libération. Un enlèvement qui n’est pas sans rappeler, dans notre territoire, celui de Thierry Dol qui fut otage entre 2010 et 2013, dans cette même région du Sahel.

Installé depuis plus de 5 ans au Mali, Olivier Dubois est reconnu pour son professionnalisme et sa rigueur. Journaliste pigiste, il assure pour plusieurs médias français et maliens, la couverture du conflit dans la partie nord du pays.

Le Club Presse Martinique

→   Lire Plus

Le prix Goncourt 2019 décerné à Jean-Paul Dubois

Le prix Goncourt a été décerné ce lundi à Jean-Paul Dubois pour « Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon ». Une consécration synonyme de gloire, mais aussi de nouveaux revenus puisqu’elle entraîne des ventes importantes pour le lauréat, suivie ensuite d’une tournée internationale de dédicaces. Quatre écrivains étaient en course pour le prix Goncourt 2019 le plus prestigieux du milieu littéraire français : Amélie Nothomb, Jean-Luc Coatalem, et Olivier Rolin étaient aussi dans la course.
Le jury de l’académie Goncourt est présidé par Bernard Pivot et se compose d’Eric-Emmanuel Schmitt, Didier Decoin, Paule Constant, Patrick Rambaud, Tahar Ben Jelloun, Virginie Despentes, Françoise Chandernagor, Philippe Claudel et Pierre Assouline.
Le prix Renaudot a été remis à Sylvain Tesson pour « La Panthère des neiges ».
Le Renaudot de l’essai a été remis à Eric Neuhoff, pour « (Très) très cher cinéma français »

***************

→   Lire Plus

Entre les yeux cernés et le rire aux abois…

— Par Roland Tell —

Voici ce qu’à la Collectivité Territoriale, on appelle la « plénière ». Maintenant s’entendent tous discours de ceux qui aiment discourir. Et d’un président d’exécutif, devenu point de mire des médias, qui se laisse à croire qu’il n’existe personne au-dessus de lui dans l’échelle politicienne. Rien ne s’oppose à ces diatribes, de type cyclone, jaillissant de sa gorge ! C’est le surréalisme en ses œuvres démagogiques ! Surréalisme, où notre président prétend jouir d’une supériorité absolue sur tous les autres élus.., autrement dit que la politique, le social, l’économie, le culturel, trouvent en lui seul, leur achêvement. Même le soit-disant président de la dite assemblée se fait poussière en son fauteuil présidentiel, pour servir le peu, attendu de lui.
Le surréalisme de Plateau Roy ne partage pas, puisque, en son bunker interdit d’accès, le Chef du national-droitisme fait en sorte que toutes paroles et toutes rumeurs se taisent pour l’écouter, lui seul, jusqu’à ce que, sur des licenciements professionnels, devenus soudain silencieux, pèsent la crainte et les tremblements. De telles pratiques, cultivées de longue date, sont au point de paraître, aujourd’hui, comme étant la marque de fabrique d’une politique paranoïa-critique, dont l’irritabilité nie les antinomies, les oppositions, les syndicats, et toutes réalités sociales extérieures.

→   Lire Plus

Loulou Boislaville : il y a 16 ans déjà!

— Par Philippe Pilotin —

Déjà 16 ans qu’il nous a quittés !

Louis-lucien Boislaville dit Loulou Boislaville
(1919 – 2001)
(Auteur – chanteur – compositeur – interprète – danseur)

Mercredi 15 mars 2017, cela fait 16 ans que le musicien martiniquais Louis-lucien Boislaville dit Loulou Boislaville nous a quittés.

Acteur incontournable du patrimoine musical antillais, Loulou Boislaville a marqué de son empreinte bon nombre de chants populaires et a su émerveiller les publics à travers la Caraïbe, l’Europe, l’Amérique avec les Grands Ballets Martiniquais, puis le Nouveau Ballet Martiniquais. Avec son équipe du groupe Folklorique Martiniquais, ils feront plusieurs fois le tour du monde et de la Caraïbe à l’Europe, le succès sera le même.

Né en 1919 à Fort-de-France, Loulou Boislaville se passionne très jeune pour la musique. Il avait un fort penchant pour les tables de multiplications qu’il récitait en chantant, en rythmant les mots. Il était encore jeune quand il a rejoint les Éclaireurs de France dont il devient même chef de groupe. En 1935, les festivités pour le tricentenaire du rattachement des Antilles à la France subjuguent le jeune Louis.

→   Lire Plus

« Les Noirs dans le cinéma français », une étude pointue de Régis Dubois

noirs_ds_cinema_franceCet ouvrage poursuit deux objectifs. D’une part analyser l’image du « Noir » et son évolution dans l’imaginaire cinématographique français depuis un siècle. D’autre part, mettre en lumière la présence des Noirs et Métisses dans le cinéma hexagonal depuis les premières vues des frères Lumière jusqu’au triomphe d’Intouchables, en évoquant notamment les rôles interprétés par Josephine Baker, Habib Benglia, Darling Légitimus, Robert Liensol, Isaac de Bankolé, Firmine Richard, Jacques Martial, Alex Descas, Mouss Diouf, Aïssa Maïga, Edouard Montoute, Stomy Bugsy, Eriq Ebouaney, Joeystarr ou Omar Sy.

Ce livre consacre par ailleurs un chapitre au « cinéma noir français » pour essayer de comprendre pourquoi et comment s’est constitué un cinéma identitaire, pour ne pas dire communautaire, réalisé par des cinéastes afro-ascendants depuis une trentaine d’années.

Un dictionnaire regroupant les principaux acteurs et réalisateurs concernés parachève ce projet.

Régis Dubois est enseignant en histoire du cinéma et a déjà publié de nombreux ouvrages sur le 7e art, dont Images du Noir dans le cinéma américain blanc (L’Harmattan, 1997), Le Cinéma des Noirs américains, entre intégration et contestation (Le Cerf/Corlet 2005), Une histoire politique du cinéma (Sulliver, 2007) ou Hollywood, cinéma et idéologie (Sulliver, 2008).

→   Lire Plus

L’enfant et le quimboiseur, roman de Véronique Lordinot

enfant_&_quimboiseur

Dans le huis clos d’une maison de campagne, un petit collégien est maltraité par sa mère. À quelques mètres de chez eux, vit un vieil homme taciturne et énigmatique, Monsieur Zouti. Son refuge : une case minuscule délabrée et à moitié engloutie par la forêt.
Un soir après la classe, l’enfant découvre dans les bois un étrange spectacle. Le vieux Zouti seraitil l’artisan de cette mise en scène insolite au parfum de rituel occulte ? Pour élucider le mystère, le petit collégien bouscule les conventions, dans un monde rural qui s’efforce de passer sous silence son héritage magico-religieux.

Entre peur et fascination, le narrateur livre au lecteur un récit à la fois empreint de tendresse, de souffrances et d’éveil à la vie sur fond de vérités révélées et révélatrices…

Véronique Lordinot, originaire de Sainte-Marie en Martinique, signe ici son tout premier roman. Cette passionnée de l’écriture et de l’image a exercé, pendant une vingtaine d’années, le métier de journaliste sous le pseudonyme de Véronique Malidor.

Très tôt, elle séduit un lectorat choisi, à qui elle dévoile sa plume en rédigeant des portraits et des nouvelles centrés sur la vie de ses lecteurs.

→   Lire Plus

Avignon 2015 (6) : Du Québec – Carole Frechette, Michel Tremblay et Nathalie Boisvert

La Peau d’Elisa

La peau d'Elisa— Par Selim Lander —

Après une première série d’articles consacrée au festival IN, il est temps de présenter quelques pièces du OFF et, pour commencer, celles de trois Québécois. Carole Frechette est une auteure reconnue qui écrit des textes souvent émouvants joués sur des scènes du monde entier. La Peau d’Elisa, déjà interprétée l’année dernière en Avignon par une autre comédienne, est jouée cette année et mise en scène par Mama Prassinos (accompagnée à deux moments du spectacle par Brice Carayol). Une femme se raconte, ou plutôt, comme on le découvrira, elle raconte des histoires qui peuvent ou non être les siennes. Quoi qu’il en soit, elle n’est pas comme toutes les femmes. Elle est perpétuellement anxieuse ; son corps, sa peau l’inquiètent. Est-ce qu’il n’y en a pas trop, de peau, sur ses joues, son cou, ses coudes, ses genoux ? Elle s’inquiète et interroge les spectateurs : qu’en pensent-ils ? Un tel texte, qui dégage une poésie douce-amère, réclame une interprétation à l’unisson. 

→   Lire Plus

« No bois man non fraid », de Christopher Laird

Festival du film documentaire

no_bois_man_no_fraidMardi 25 novembre à 19 h à l’Atrium

Consulter le planing du festival.

Le Kalinda, danse ou combat de bâtons, fait partie du patrimoine culturel apporté par les nègres Congo dans les cales des bateaux esclavagistes. Le bâton d’une longueur d’un mètre vingt, environ est un objet sacré, longuement ouvragé. Il se pratique essentiellement à Trinité et Tobago.
La bataille a lieu en plein air dans une arène circulaire, la gayelle, avec, à l’origine, en son centre un trou pour verser son sang en cas de blessures. Ce n’est plus le cas aujourd’hui !
Sous l’esclavage cette pratique était l’objet de méfiance de la part des maîtres qui interdire le port de ces bâtons au début du 19ème siècle. Après l’abolition le Kalinda se voit ramené à des pratiques de carnaval. Il faut attendre 2006 pour que Keegan Taylor, assiste à un combat au cours duquel il est sidéré par la puissance d’un combattant. Il décide d’en faire son modèle et se rend dans le village de Moruga pour y rencontrer un maître de Kalinda et d’apprendre cet art de combat.

→   Lire Plus

Saint-Pierre : réaménagement de place Felix Boisson

place_felix_boissonDEBUT D’UNE METAMORPHOSE

Mardi 22 juillet – Près d’une centaine d’habitants, d’acteurs économiques, culturels et sociaux de la ville de Saint-Pierre, a répondu à l’appel de la municipalité et de la Région pour une présentation du projet d’aménagement de la place Félix Boisson, située sur le front de mer, près du marché couvert. L’Agence CANOPEE a effectué cette présentation en présence du Maire, des élus de la ville, de l’Antenne du Grand Saint-Pierre (M. Patrick CHAMOISEAU accompagné du Chef de projet – Mme Céline PADERNA).
Ces travaux devant débuter en Décembre 2014 devraient s’étaler sur environ 6 à 7 mois.
Cette rencontre a été l’occasion d’un échange riche, entre la population, la Mairie et la Mission Grand Saint-Pierre. De très nombreuses questions ont été posées sur la transformation de cette place éminemment stratégique (problématique du stationnement, gestion de l’espace qui doit rester public, gestion des déchets, accès des personnes à mobilité réduite, préservation du mobilier urbain, élaboration de la signalétique mémorielle, éclairage, sauvegarde des équipements en cas de forte houle….).
Cette séance de démocratie participative se situe dans le prolongement des « Ateliers d’imaginaire » et « Forums citoyens » initiés par la Mission GSP-E3I.

→   Lire Plus

« Las Vegas Hotel » de Christophe Gros-Dubois

A Madiana

— Par Christian Antourel —

las_vegas_hotelLandry, clandestin sénégalais, à la recherche de son frère, veut devenir styliste dans une France des droits de l’homme fantasmée. Il veut s’intégrer et exercer le métier de ses rêves. Mais il est vite rattrapé par la triste réalité de sa situation. Tandis que Lucie, jeune martiniquaise, policière de fraiche date, s’échine à poursuivre Diallo, un trafiquant de drogue. Landry et Lucie nouent une relation amoureuse….

« Un film qui se veut de genre, à la fois social et policier » C’est une plongée saisissante dans un film d’auteur, couplé d’une métaphore pertinente de la société du monde noir en France métropolitaine. Une vision des conditions de vie et de travail des ultra-marins et des africains
déracinés.

→   Lire Plus

« Re : Walden », création dramaturgique de J.-F. Peyret, d’après le livre de H.D. Thoreau Walden ou la vie dans les bois, Tinel de la chartreuse de Villeneuve lès Avignon

 — Par Michèle Bigot—

 re_waldenC’est en 1848 que Thoreau produit ce texte inclassable, brisant les catégories du récit, de l’essai philosophique et du journal intime. Il y relate sa vie quotidienne dans les bois,(2 ans, 2 mois et 2 jours) près de l’étang de Walden où il a construit lui-même sa cabane.

D’emblée le spectateur, confronté à ce tissu de méditations, observations, narration, s’interroge sur le titre et surtout sur son préfixe problématique. Le « re » vaut-il pour une reprise, une réponse, une réactivation ? C’est sans doute tout cela et surtout une réviviscence que nous propose J.-F. Peyret. Car son écriture théâtrale, faite d’une combinaison d’images fortes, de jeux de lumière, de magie numérique, le tout harmonisé par un concert de voix nous offre une relecture et une réactualisation de ce texte. Ce spectacle total étaye son rythme original sur une musique et un dispositif électro-acoustique dont la modernité est comme un défi à l’idéologie écologiste de Thoreau.

Une écriture dramatique des plus contemporaines et un travail intense et minutieux des multiples dimensions du spectacle théâtral soutiennent donc cette relecture.

→   Lire Plus