Joël Gordon , le « Seigneur du bois » fête son Jubilé

Du 8 novembre au 6 décembre 2019 à la C.T.M.

— Par Chantal Nabec —

Novembre 1969-Novembre 2019

Joël Gordon , le « Seigneur du bois » fête son Jubilé « Je me souviens ».

 Artiste sculpteur sur bois, Joël Gordon, a enseigné son art depuis l’année 1983 au Sermac à la demande de M. Aimé Césaire. Il a transmis sa passion à pas moins de 1000 stagiaires et s’est fait connaître lors de nombreuses expositions en France, dans les pays voisins et en Martinique.

Son art s’exprime dans la beauté de l’amour : amour divin, amour familial, amour de la femme, amour de la Nature.

Pour son Jubilé, Joël Gordon, exposera 50 œuvres issues de sa nombreuse production durant 50 ans de carrière.

L’année 2019 est une année particulière car c’est celle de son Jubilé.

50 années de travail de novembre 1969 à novembre 2019

50 œuvres

Joël Gordon revoit le jeune garçon de 14 ans un peu turbulent,quittant sa Martinique natale, pour entrer en formation dans une région de l’Est de la France comme apprenti ébéniste.Doté d’un talent et d’une intelligence qui lui firent reconnaître d’emblée les personnes qui éclaireraient son chemin, il apprit pendant 9 ans le métier d’ébéniste et de sculpteur sur bois, avec humilité, auprès de maîtres sculpteurs français et étrangers.Cette expérience de vie modela son caractère et fit de lui l’homme sage, silencieux, qu’il est , ayant été très vite confronté aux a priori induits par sa différence dont il sut tirer une force.

De retour au pays en 1983 il devint ce formateur tant apprécié qui a servi le Sermac avec un sens des responsabilités et un savoir faire en conduisant son atelier dans l’harmonie, recherchant toujours la bonne entente entre stagiaires. Comme il le dit, il a appris beaucoup des stagiaires comme eux mêmes ont appris de lui.

 

La pratique de la sculpture sur bois, est un art qui nécessite de prendre des précautions avec les outils et Joël Gordon a toujours fait preuve d’une grande ingéniosité pour améliorer l’espace dédié à cet apprentissage, fabriquer des « boites-étaux ». pour faciliter le maintien des petites pièces, des établis astucieux avec de modestes planches et dont l ‘idée aurait pu faire l’objet d’un dépôt de brevet, des visiteurs étrangers s’ en montrant admiratifs et intéressés et les photographiant sans réserve.

Et le voici en 2019 où, des hauteurs de la ville, sur la colline Trénelle, la Ruche de son enfance, il est toujours appelé par ce besoin impérieux de redonner une histoire à une vieille souche, un tronc perdu dans les halliers. La fièvre créatrice s’empare souvent de lui car l’ artiste ne quittera pas le champ d’honneur même lorsque l’âge de la retraite a sonné en 2017. Achèvement d’une vie professionnelle certes, mais aussi, renaissance d’un homme dont le burin, la gouge et le maillet l’entraîneront encore dans de nouvelles aventures.

Pour l’occasion, sa famille dont une partie vit en France, se joindra à ses amis, aux stagiaires et au public pour que le Vernissage soit une grande fête autour de cet artiste authentique et dont la Martinique doit être fière.

Le dévoilement d’une œuvre colossale de même qu’un don à la CTM seront des temps forts de ce Jubilé.

Le Vernissage se déroulera le Vendredi 8 novembre dans l’Agora Frantz Fanon à l’Hôtel de la CTM à partir de 18 h.et les œuvres seront visibles jusqu’au Vendredi 6 décembre aux heures d’ouverture de la CTM. 

Chantal Nabec