40 search results for "Daniel BOUKMAN"

Une mise au point de Daniel Boukman

« Un hommage aux personnalités des outre-mer méconnues à Paris » C’est sous ce titre que France-Antilles du 21 septembre 2021 relate que « le Panthéon des oubliés a été dévoilé sur la Place de la République de Paris »… Sur une statue pourvue d’ un écran haut de deux mètres « défilent des portraits de personnalités méconnues ou très peu connues dans l’espace public national , des personnes qui ont marqué l’histoire par leurs actes de militantisme intellectuel, par leurs actions contre l’esclavage, le sexisme, le colonialisme ». Et parmi ceux/celles dont le nom a été confisqué , celui de la mulâtresse Solitude pendue pour avoir pris les armes lors du rétablissement de l’esclavage en Guadeloupe en 1802 par Napoléon-Bonaparte, celui de Frantz Fanon entré en rébellion contre l’État français massacreur du peuple algérien, lui qui rejoignit les rangs de l’Armée de Libération Nationale Algérienne.

→   Lire Plus

“La véridique histoire de Hourya” de Daniel Boukman

Cette pièce prophétique encore aujourd’hui nous interpelle par sa clairvoyance, sa force et sa théâtralité.

« La véridique histoire d’Hourya » est une pièce du “Répertoire Théâtre Caraïbe”, une collection éditée par la Compagnie l’Autre Souffle.

Elle s’inscrit dans la dramaturgie la société Martiniquaise tout comme elle s’impose comme une porte ouverte sur la société Algérienne des années 60, un chemin est tracé et un autre pas se doit d’être posé.

La pièce est en voie de (ré)édition par la Compagnie L’AUTRE S OUFFLE

Nous affrontons avec Hourya l’Algérienne une vengeance abjecte dont la seule obsession est de priver la Femme de son bien le plus précieux : sa liberté.
La véridique histoire d’Hourya nous rappelle fort à propos que la famille, la société, l’histoire, la vie enfin sont un seul et même gigantesque chantier dont nous sommes les seuls artisans (…)

→   Lire Plus

“Titim bwa sek” de Daniel Boukman

Vendredi 24 mai 2019 à 18h 30 La Trinité

Maison de quartier Georges Pako
Cité du Bac
Daniel Boukman est un écrivain, poète, dramaturge et enseignant. Militant culturel il met pas écrit la tradition de la devinette en créole.
L’ouvrage :

Pour ce livre, Daniel Boukman s’est associé à Madeleine de Grandmaison, pour la préface et Hugues Baspin pour les illustrations. Ce titim Bwa Sek renouvelle en langue créole le contenu des titim traditionnels ; ce sont 40 devinettes tournant essentiellement autour d’insectes et autres bestioles de la faune du pays Martinique ; ils sont nommés pour rappeler qu’eux aussi, ils participent à l’Ensemble que l’on appelle la Vie…

Lire aussi : Alvina Ruprecht. « Stratégies d’une dramaturgie politique  : le théâtre anticolonial de Daniel Boukman », L’Annuaire théâtral : revue québécoise d’études théâtrales, n° 28, 2000, p. 59-72.

→   Lire Plus

« Titim bwa sek » de Daniel Boukman

Vendredi 24 mai 2019 à 18h 30 La Trinité

Maison de quartier Georges Pako
Cité du Bac
Daniel Boukman est un écrivain, poète, dramaturge et enseignant. Militant culturel il met pas écrit la tradition de la devinette en créole.
L’ouvrage :

Pour ce livre, Daniel Boukman s’est associé à Madeleine de Grandmaison, pour la préface et Hugues Baspin pour les illustrations. Ce titim Bwa Sek renouvelle en langue créole le contenu des titim traditionnels ; ce sont 40 devinettes tournant essentiellement autour d’insectes et autres bestioles de la faune du pays Martinique ; ils sont nommés pour rappeler qu’eux aussi, ils participent à l’Ensemble que l’on appelle la Vie…

Lire aussi : Alvina Ruprecht. « Stratégies d’une dramaturgie politique  : le théâtre anticolonial de Daniel Boukman », L’Annuaire théâtral : revue québécoise d’études théâtrales, n° 28, 2000, p. 59-72.

→   Lire Plus

“Frantz Fanon. Traces d’une vie exemplaire” de Daniel Boukman

Lundi 16 janvier à 17 h à la BU Schoelcher

Rencontre avec Daniel Boukman

C’est à l’occasion du 55e anniversaire du décès de Frantz Fanon que le 6 décembre 2016, à l’instigation de l’Association d’Ecrivains Martiniquais en Langue Créole (Krey Matjè Kréyol Matinik), pris en charge par la Collectivité Territoriale de Martinique, un hommage solennel a été rendu à ce digne fils de Martinique. Divers et nombreux ouvrages concernant la vie et l’œuvre de Frantz Fanon, de par le monde ont été publiés…

Frantz Fanon, traces d’une vie exemplaire ne se veut pas un écrit d’un rapport supplémentaire mais vise en une compilation non exhaustive à retracer le cheminement d’un homme dont les actes furent en ligne droite de ses paroles, de ses écrits, semailles confiées aux sillons du Vent.

Daniel Boukman est un écrivain créolo-francophone martiniquais. Il a publié des recueils de poésie en langue créole, des pièces de théâtre en créole, en français, a traduit du français au créole des contes de Perrault et Anders en. Militant culturel, il anime des ateliers d’étude du créole martiniquais et assure sur Martinique 1 ère radio une émission en créole.

→   Lire Plus

“Orphée nègre” de Daniel Boukman

 

ORPHEE NEGRE

 

À Frantz Fanon

Le document ci-après est la version intégrale et non modifiée d’ORPHEE NEGRE, pièce de Daniel Boukman, écrite en 1962, éditée en 1967, rééditée en 1993 et 2011 ; cette version (revisitée) de la légende d’Orphée, le prince des poètes de la Grèce antique se veut .une approche critique de la Négritude

Orphée nègre n’a jamais été le relevé de faits réels mais, comme l’autorise la liberté de création, cette pièce se voulait tel un lancer de sagaies symboliques.

Sa trame s’inscrit dans la légende d’Orphée et d’Eurydice dont la distorsion baroque à laquelle ce mythe grec fut soumis, signale quelques interrogations toujours en attente de réponses…Aujourd’hui comme hier, il est sain qu’au sein d’un concert de louanges, un son, comme celui-ci, discordant, se fasse entendre.

Daniel Boukman

Télécharger le texte en pdf

 

→   Lire Plus

Daniel Boukman , un héros martiniquais

par Raphaël Confiant,

 

J’ai rencontré l’écrivain martiniquais Daniel Boukman en Algérie, en 1974, lorsque, comme bon nombre de jeunes étudiants antillais de cette époque, j’avais décidé de tout larguer pour rejoindre le rêve de la Révolution algérienne alors dirigée par le président Houari Boumédienne. Avant moi, il avait accueilli, d’une année sur l’autre, des Martiniquais, des Guadeloupéens, des Guyanais, quelques Haïtiens même.

Une décennie venait de s’écouler après l’indépendance de ce pays (1962) au terme d’une guerre de libération sanglante de huit ans qui avait vu périr un million d’Algériens. Je me souviens de l’arrivée du ferry, à bord duquel j’avais embarqué à Marseille, dans la rade d’Alger la Blanche, et, dans le lointain de cette fin d’après-midi d’octobre, la Casbah et ses demeures mauresques qui surplombaient orgueilleusement la ville européenne. Au contrôle douanier, à la rudesse plutôt des douaniers envers les nombreux immigrés algériens qui rentraient au bled pour de courtes vacances, immigrés qui faute d’argent avait voyagé sur le pont, je compris que quelque chose clochait. Avec moi, les douaniers se montrèrent chaleureux, le souvenir de Frantz Fanon étant encore dans toutes les mémoires.

→   Lire Plus

“Labimsolo” de Daniel Boukman, chez K.Editions

Labimsolo (équivalant à spleen en français) est une expression du créole martiniquais quasiment aujourd’hui disparue et dont l’emploi littéraire peut en permettre comme une résurrection… Quand, pour annoncer la publication de ce nouveau recueil, j’ai utilisé le terme de haïku, je ne cherchais pas à reproduire la rigueur métrique de ce genre poétique japonais ; je n’en ai épousé que la concision de mots assemblés pour dire – à voix basse – ce qu’ils disent.

Ecrire des haïkus suppose un détachement de l’auteur ; tel ne fut pas du tout l’état d’esprit présidant à l’écriture de LABIMSOLO, comme le révèle la préface que voici :

An tan lontan, té ni an jaden oti, anpami an lablanni flè santibon, an bann zwézo tout koulè té ka bay lavwa bay lavwa. Pannan tan-an, anbafey, an laposésion zòti té ka aladous vansé-vansé, paré pou toufé jaden-an oti an bann zwézo tout koulè té ka bay lavwa.

Alos, andidan tjè-mwen, an pawol nef wè jou pou dénonsé jes-makak, kouto dé lanm, manti-mantè, fidji masié… an pawol nef pou gloriyé nonm ek fanm vayan, wosé wo flanm flanbo libèté.

→   Lire Plus

Pawol de théâtre

— Par Daniel Boukman —

Le texte ci – dessous a été lu, le 11 novembre 2003, lors d’un bokantaj pawol à la Maison de la Culture du Lamentin en réponse à une série de questions préalablement soumises à l’auteur qui le publie, aujourd’hui, tel qu’il fut écrit, il y a dix années de cela (1)

Quel théâtre en pays non souverain ? Pour quoi faire ?

La Martinique est un pays non souverain, dominé non plus, comme aux temps d’autrefois, par la force brutale mais, aujourd’hui, de façon subtile et d’autant plus pernicieuse, et, convient-il d’ajouter, grâce à la complicité active ou passive de beaucoup d’entre nous.

En apparence donc pas de domination. Une preuve parmi d’autres : au sein des espaces artistiques et culturels du système dominant, il existe des feux d’artifice dont la brillance éblouit et puis aussitôt meurt sans laisser de traces, si bien que, si l’on veut être plus incisif dans la critique, on peut parler d’éphémères coups artistico – médiatiques.

La question à laquelle répondre n’est pas tant de demander quel théâtre en pays non souverain mais quel projet culturel global (donc incluant le théâtre) pour ce pays dominé.

→   Lire Plus

Pou lapéti lajan bannann

 –– de Daniel Boukman—
Dépi an tan nanni nannan
pou yo lajan sé bon nannan
an sel larel toulong yo ni
sé anni pran neg pou zouti

Pou lapéti lajan bannann
sé misié-a pa lé sispann
vréyé monté élikopté
wouzé lanmò asou laté

Anba kalté lapli-tala
mouch-an-miel ka tombé léta
nan kò nan dlo andidan té
sé an sel lablanni kansé

Anba kalté lapli-tala
mouch-an-miel ka tombé léta
nanko nan dlo andidan té
sé an sel lablanni kansé

Pou lapéti lajan bannann
sé misié-a pa lé sispann
vréyé monté élikopté
wouzé lanmò asou laté

Fidji yo tout ka pòté mas
mé dèyè ma sé lagrimas
yo lé kontel an tan lontan
pran nou pou an bann bèlévan

An nou sispannn palé palé
palé épi palé
lé-a rivé lé-a rivé
ansanm ansanm annou lévè !

 

 

→   Lire Plus

Pa Bliyé Sonjé Septanm 1870 ! mise en ondes sur Radio Apal

Rediffusion du mercredi 22 au dimanche 26 septembre 2021

Dans le courant du mois de septembre 1870, une vaillante insurrection mit le feu de la révolte dans le sud de la Martinique. Ce moment exceptionnel de l’histoire de ce pays a été longtemps l’objet d’un long silence… Fort heureusement, par leurs écrits, des historiens ont mis un terme aux méfaits de cette ignorance.

Pa Bliyé Sonjé Septanm 1870 ! ne vise pas à fournir à ce sujet des informations nouvelles. Cette chronique se veut tel un sentier que l’on peut suivre pour accéder à une route permettant d’avancer encore avancer sur le chemin de la connaissance du passé du peuple martiniquais.

Pa Bliyé Sonjé Septanm 1870 ! un récit à deux voix dans quatre langues – créole martiniquais, français, anglais, espagnol – de l’archipel caraïbe.

Daniel BOUKMAN

→   Lire Plus

Installer sur des fauteuils d’égale prestance langue française et langue créole…

— Par Daniel Boukman —

Mésiézèdanm, bel bonswè !… Lonnè épi respé ba lasosiyasion MICELA (Maison Interculturelle des Ecrivains et des Littératures d’Améri-caraïbes) MICELA ki ba mwen lokazion vini l’AMEP pou vréyé douvan an kozé lantou Créolophonie, créolographie kivédi an fransé : parler, lire, écrire la langue créole.
Epi an bel mèsi tou ba zot ki pran anlè tan-zot an moman tan pou vini oswè-a l’AMEP pou nou bokanté pawol.
Une langue, c’est un ensemble de signes oraux ou écrits propre à une communauté d’individus qui l’utilisent pour s’exprimer et communiquer entre eux … A ajouter à cette définition que la formation d’une langue procède de circonstances historiques spécifiques. C’est ainsi que la langue française puise son origine dans un système de domination coloniale dont le latin, la langue de l’empire romain, s’est imposée aux langues de la Gaule sans toutefois parvenir à leur élimination totale ; en effet la langue dominante, le latin populaire parlé par les colons romains, a été en quelque sorte « contaminée » par l’apport des langues dominées des Gaulois, ; il s’ensuivit au fil des siècles la naissance en Europe d’ une famille de langues dites romanes : le romain, l’italien, le français, l’espagnol, le portugais, langues romanes devenues plus tard langues nationales.

→   Lire Plus

De nouveau le massacre

— Par Daniel Bookman —

Ce que vous allez lire là résulte d’un montage effectué à partir de fragments de Et jusqu’à la dernière pulsation de nos veines, pièce que j’ai écrite de juillet 1973 à juillet 1975, lors de mon exil en Algérie, et qu’ont publiée en 1976 les Éditions L’Harmattan. Ce faisant, j’ai voulu manifester symboliquement, ma fraternelle solidarité avec le peuple palestinien en lutte pour la libération de sa terre ancestrale, et ainsi saluer son courage sans cesse renouvelé

. Le témoin 1 : Et maintenant la représentation va commencer ? Ce que vous allez voir, entendre, écouter me camarades et moi, nous le dédions en hommage à la lutte, la juste lutte, du peuple de Palestine.

. Irruption sur le plateau de soldats de la Werhmacht, mitraillettes aux poings…Les suivent Mutter Golda, un masque de SS à la main, Moshe avec sur le visage un masque identique.

. Mutter Golda : Parfait , ce soir ça été parfait ! Ce carnaval macabre demeure absolument nécessaire. Ce jeu que nous leur imposons, il le faut !

→   Lire Plus

Le site Montray Kréyol met à l’honneur la littérature créolophone

Parce que le sujet est important, que trop souvent nous ignorons les ressources offertes par la littérature de nos propres pays, je me permets de retranscrire ici les publications du site Montray Kréyol, qui présente chaque jour un écrivain différent. Parfois deux. Pour découvrir d’autres de leurs œuvres, et les couvertures des livres qu’ils ont publiés, rendez-vous sur ce site. J’ajoute pour chaque autrice ou chaque auteur une courte notice biographique, trouvée sur le Net, et des liens vers d’autres sites qui les présentent, quand cela est possible. Une récapitulation qui ira du 1° au 9 octobre ; n’oublions pas de consulter le site Montray Kréyol jusqu’à la fin de ce mois, qui est mois du créole dans le monde. Les deux illustrations utilisées sont également extraites de ce site. (Janine Bailly)

Présentation de Montray Kréyol : « En ce mois d’octobre dédié un peu partout à travers le monde à la langue créole, et pas seulement dans les pays créolophones, nous présenterons chaque jour un écrivain ou un créoliste.

C’est que la littérature créolophone existe même si elle est largement ignorée par les médias et par l’institution scolaire.

→   Lire Plus

Cent ans de poésie en Martinique

Après « Cent ans de poésie en Guadeloupe » en 2017, les Éditions Long Cours viennent de publier un nouvel ouvrage dédié cette fois à la Martinique. Un parcours novateur à travers un long siècle de poésie en Martinique. Cent-treize poèmes ou extraits, en français et en créole, de vingt-six poètes : Drasta Houel, Victor Duquesnay, Daniel Thaly, René Maran, Gilbert Gratiant, Marie-Magdeleine Carbet, Étienne Léro, AImé Césaire, Joseph Zobel, Georges Desportes, Édouard Glissant, Alfred Melon-Degras, Daniel Boukman, Joseph Polius, José Le Moigne, Roger Parsemain, Joby Bernabé, Serge Goudin-Thébia, Joël Beuze, Monchoachi, Suzanne Dracius, Éliane Marquès-Larade, Éric Pézo, Nicole Cage, Hanétha Vété-Congolo, Jean-Marc Rosier. Ces auteurs sont réunis ici pour la première fois. Chacun est présenté dans une notice bio-bibliographique. Les poèmes offrent ensuite une véritable approche de leur travail. En complément : un appareil critique composé de notes sur les faits historiques, les personnages cités, etc, d’un glossaire des termes rares ou créoles, d’une carte de la Martinique pour situer les lieux mentionnés.L’ouvrage comprend un avant-propos de Roger Little, professeur émérite à Trinity College (Dublin), suivi de 113 textes de 26 poètes.

→   Lire Plus

Les rendez-vous de février à la B.U. du campus de Schoelcher

Mardi 26 février  2019 à 18 h

Rencontre artistique avec Gaël Octavia

Touche-à-tout autodidacte , romancière, Gaël Octavia nous fera partager ses autres passions artistiques :le cinéma, l’écriture théâtrale et la peinture…

À lire sur Madinin’Art

Gaël Octavia : dernières nouvelles de la guerre

« Cette guerre que nous n’avons pas faite »— par Janine Bailly —

« Cette guerre que nous n’avons pas faite » de Gaël Octavia — Par Selim Lander —

RPLL, Carte blanche : Lucette Salibur passe le relai à Gaël Octavia

« Congre et homard » de Gaël Octavia dans une mise en scène de Dominik Bernard : une vraie réussite — Par Roland Sabra —

« Congre et Homard » de Gaël Octavia par Alvina Ruprecht

« La fin de Mame Baby » : un essai transformé ! — par Janine Bailly —

« Cette guerre que nous n’avons pas faite » : belle traversée, en immersion dans un bar et des mots

 

→   Lire Plus

Nou pa dakò pies épi sa ki ka mété yonn kont lot jennjan ek granmoun 

Non à la discrimination générationnelle sur Martinique 1ère

Par Daniel Boukman —

Le nouveau directeur éditorial de Martinique la 1ere qui vient tout juste de quitter la Réunion pour la Martinique a décidé de supprimer des programmes de cette radio Tout Lang Sé Lang (Toutes les langues sont des langues) de Daniel Boukman, diffusé du lundi au vendredi à 5 heures 05 et à 19 heures 05.

L’émission du samedi matin, La nature aux Antilles d’Alain Delatte est elle aussi victime de la même décision qui émane d’un individu ignorant combien ces émissions contribuaient à la promotion de la langue créole et de la culture martiniquaises.

Ce diktat qui va priver de nombreux auditeurs-auditrices de Martinique et d’ailleurs de l’écoute de ces émissions, a comme seule et unique justification le fait que ceux qui les animent sont – dit-le nouveau directeur – trop… «vieux»

Ce nouveau directeur officialise une pratique néfaste, celle découlant de la discrimination générationnelle, condamnable en soi mais particulièrement insultante quand on sait les difficultés démographiques que traverse actuellement la Martinique.

Cette décision inqualifiable non seulement fait injure à une grande partie de la population martiniquaise mais aussi couvre de mépris une parole pilier de nos traditions : Gran kouté piti piti kouté gran !

→   Lire Plus

Saccage à Martinique 1ère

— Par Georges-Henri Léotin —

Martinique 1ère a décidé de retirer de ses programmes 3 émissions-radio : Tout lang sé lang de Daniel Boukman, Farin cho de Sully Cally, et La nature aux Antilles d’Alain Delatte. Le point commun entre ces émissions : elles ont un rapport à la langue et à la culture créole, elles sont animées par 3 figures importantes du monde culturel antillais.

Tout lang sé lang existe depuis une dizaine d’années. Comme son nom l’indique, elle vise à la reconsidération et la promotion du créole, dans sa dimension de langue littéraire en particulier, même si, dans ce dernier domaine, elle n’a pas encore « fait éclore la succulence de tous ses fruits pour la soif universelle ». Daniel Boukman donne des extraits d’œuvres, des traductions de classiques (fables p.ex.) qui font dialoguer les différents créoles. Dans ce sens Tout lang sé lang était un complément utile des chroniques de Littérature au quotidien d’André Lucrèce.

Jean Bernabé parlait de la nécessité urgente d’une recréolisation, d’un combat déterminé pas tant pour la survie mais pour regénération d’un bon créole. Même s’il semblait avoir abandonné, pour l’écriture, la notion de déviance maximale, il soulignait l’impératif d’une refondation lexicale allant de pair avec une défense de ce qui fait la structure syntaxique du créole (phénomène de duplication : p.ex. :

→   Lire Plus

Apprendre à lire / écrire le créole martiniquais

L’atelier d’étude du créole martiniquais ouvre de nouveau ses portes…

Objectif : *apprendre à lire / écrire le créole martiniquais

*étudier son fonctionnementgraphique, lexical, grammatical, syntaxique, sémantique.

Cet atelier, animé par l’écrivain Daniel Boukman sur le Campus de Schoelcher, s’adresse aux créolophones natif-natal, d’option ou d’adoption.

Renseignements complémentaires

galta972@gmail.com 0696 94 32 20

cireccamartinique@gmail.com 0696 73 68 28

→   Lire Plus

Que les écrivains martiniquais en langue créole s’organisent…

— Par Daniel Boukman —

Lors du GRAND ENTRETIEN du samedi 21 et dimanche 22 janvier 2017, la parole a été donnée à Joseph Jos présenté comme  « homme des lettres [martiniquais] », qui déclare, entre autres, « je crois qu’il y a un génie martiniquais de la littérature. Nous avons eu des prix Renaudot, Goncourt, etc » et qui, à la question de l’interviewer (Peut-on parler d’une école martiniquaise de littérature ?), répond  « Elle [l’école de littérature martiniquaise] devrait se construire ; nous sommes dans une période de création, à l’instar de ce que nous cherchons à faire dans le domaine des arts »).

De ce « génie martiniquais de la littérature » est exclus par omission (volontaire ? inconsciente ?) tout un pan de la littérature martiniquaise écrite en langue créole, tant dans le domaine de la poésie que dans celui du roman, de la nouvelle, du conte, de la chronique, du théâtre voire de l’essai, sans oublier un secteur non moins exemplaire, celui de traductions de la langue française à la langue créole de Martinique.

De la part de Daniel Boukman, à l’attention de Joseph Jos et de ceux, de celles qui ignorent (ou font semblant d’ignorer) l’existence de cette littérature martiniquaise en langue créole, le Manifeste que voici, rédigé en créole martiniquais et traduit en anglais, espagnol et en français, en date du 8 novembre 2008.

→   Lire Plus

Atelier d’étude du créole martiniquais

creole_martiniquais

2016-2017

Sous l’égide du CIRECCA (Centre International Recherches Echanges Coopération Caraïbes Amériques), l’atelier d’étude du créole martiniquais ouvre de nouveau ses portes.
Cet atelier a comme objectif d’apprendre à lire et à écrire le créole martiniquais et d’en étudier le fonctionnement sur le plan lexical, grammatical et syntaxique.
Cet atelier s’adresse aux créolophones qu’ils soient natif-natal ou bien d’adoption ou d’option.
Ses séances, bi hebdomadaires, se déroulent, le soir, sur le Campus de Schoelcher et ce, réparties en deux niveaux : un niveau 1 destiné aux débutants, un niveau 2 aux personnes ayant déjà une pratique de la langue.
Ces séances sont animées par Daniel Boukman, écrivain, militant culturel martiniquais.

Pour tous renseignements complémentaires
0696 94 32 20
galta972@gmail.com.
cireccamartinique@gmail.com.fr
0696 73 68 28

→   Lire Plus

Lettre ouverte aux fétichistes adorateurs d’un lycée nommé Schoelcher

victor_schoelcher_ki_s— Tribune de Daniel Boukman —

Une affaire, vieille déjà de plusieurs années, dont certains – politiciens tortueux, syndicalistes bornés- ont tenté d’en faire l’affaire du siècle, touche à sa fin : un établissement scolaire vétuste, suite à la violence de secousses sismiques, risque de s’effondrer et d’ensevelir sous ses décombres ceux qui, ce jour-là, par malheur, s’y trouveraient.

Il s’agit donc, conformément au principe de précaution (auquel un bâtiment, si prestigieux soit-il, n’échappe) d’évacuer élèves, professeurs, personnel administratif, de leur assurer, pour la rentrée prochaine, un lieu de transit (le mieux possible approprié, nulle entreprise humaine n’étant parfaite) afin d’entreprendre – enfin !- la reconstruction d’un édifice par certains érigé en totem.

A la source de la pensée fétichiste en cours, il y a les relents de l’idéologie schoelchériste : dans les années 2000, il avait été proposé que l’établissement baptisé, en 1937, Schoelcher, reçoive le nom d’Aimé Césaire, et que, dans ce même temps, au Lamentin, l’aéroport soit appelé Frantz Fanon…. Véhémentes protestations de la part des orphelins de « papa chelchè ki ba nou lalibèté ki si chè a nou » (1) dont l’envahissante présence ( nom de rues, nom d’une ville, d’une bibliothèque… érection de statues et autres bustes) alimente la piété idolâtre des néo-schoelchéristes.

→   Lire Plus

Atelier d’étude du créole martiniquais 2015-2016

creole_martiniquaisSous l’égide du Centre International Recherches Echanges Coopération Caraïbes Amériques (CIRECCA), animé par l’écrivain Daniel Boukman, l’atelier d’étude du créole martiniquais 2015 – 2016 ouvre ses portes.
Cet atelier aura lieu sur le Campus de Schoelcher, de 18h 30 à 19h 45, une fois par semaine, à l’exclusion du samedi et du dimanche.
L’atelier comprendra trois niveaux
*niveau 1: s’adresse aux débutants non créolophones optant pour une initiation au créole martiniquais.
*niveau 2: est destiné aux créolophones natif-natal ou d’adoption ayant une connaissance basique du créole martiniquais.
*niveau 3: concerne les créolophones natif-natal ou d’adoption ayant une connaissance et pratique suffisantes du créole martiniquais.
En fonction de ces niveaux, les différents aspects du fonctionnement du créole martiniquais seront traités : graphie, lexique, grammaire, syntaxe ; analyse, production de textes, étude sémantique, stylistique.
Pour de plus amples informations, à contacter
cireccamartinique@gmail.com
beaba972@gmail.com
0596 61 85 62 0696 94 32 20

→   Lire Plus

Le créole : une obligation d’expression

— Par Pierre Pastel* —

pousse_creoleAu moment où le Président de la république vient d’annoncer son intention d’engager la procédure de ratification de la charte européenne datant de 1992, faisant obligation aux États signataires (dont le France) de reconnaître les langues régionales et minoritaires, le sociologue Martiniquais Pierre Pastel* nous fait découvrir, en quelques clichés, le créole dans sa lutte pour  éviter l’étouffement face au français et face à la mondialisation culturelle.

Lajol pa bon ba’w é i bon ba mwen ?

Qu’est-ce qu’exister pour un homme si ce n’est de s’exprimer par tous les moyens qu’il a à sa disposition, de dire au monde « son monde » d’abord  tel qu’il a été façonné par son environnement premier ? Exister c’est vivre certes, mais c’est d’abord un réflexe congénital de respiration. Respiration pour … vivre avec soi et au milieu des autres. Peut-on donc attendre d’un homme qu’il vive épanoui sans respirer ? Non.
Il en est de même pour tout groupe humain habité par sa culture racine, sa langue poto mitan, véhicule complice par lequel et avec lequel il se sait exister et se signale.

→   Lire Plus

L’homme aux paroles de fiel et de miel

— Par Daniel Boukman, écrivain, militant culturel —

mediapart_uagLe mardi 28 avril 2015, France-Antilles publiait, sous le titre « Crise à l’Université – Médiapart manipulé ? » , un article – mélange de miel, de fiel et de narcissisme-dont l’argumentation est un énième nuage de fumée visant à dissimuler des malversations dont les protagonistes espèrent échapper aux sanctions judiciaires qu’ils méritent.

Le narcissisme

L’auteur de cet article en 5 colonnes, consacre trois quarts de celles-ci à une mise en vitrine de son passé d’ex-militant, tout en faisant silence sur ses saute-moutons politiques (1). Il se vante d’avoir connu Alain Plenel (2) le père d’Edwy Plenel, le directeur de Médiapart, dont il raconte avec une indécente complaisance leur compagnonnage trotskiste.

Le miel

« Je tiens, écrit-il dans ce France-Antilles, Edwy Plenel que j’ai connu enfant – il avait 7-8 ans – pour le digne fils de son père » Et plus loin « Je tiens surtout Edwy Plenel pour un des meilleurs journalistes de sa génération, l’un des mieux informés et aussi l’un des plus courageux » .

Le fiel

Et puis le miel devient fiel!

→   Lire Plus