33 search results for "’Association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe"

Non aux néo-dictateurs en mal de violence

L’Association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe, dénonce les actes terroristes – en pleine pandémie – de certains groupuscules manipulés par des dictateurs en puissance : habituel processus pour déstabiliser les démocraties et y installer une dictature.

Le dernier de ces actes, l’attaque au cocktail Molotov d’une exploitation de bananes au François, est imbécile, dangereux et sans avenir.

Il est imbécile car il vise le cœur économique de notre île. Or, nous savons pertinemment que l’exploitation de la banane est un poumon vert qui valorise le pays et qui fait travailler un grand nombre de Martiniquais en emploi direct et indirect. Au moment où des interventions comme celles de Renaissance Martinique, et de nombreuses associations défendent becs et ongles l’emploi en Martinique, pour lutter contre le chômage endémique et éviter la fuite définitive de notre jeunesse, des inconscients veulent enfoncer le pays dans le sans emploi, pour asseoir leur dictature.

Ce dernier acte est dangereux de surcroît car il met en danger des vies, celles de personnes qui auraient pu être présentes dans les locaux incendiés, mais aussi les pompiers eux-mêmes qui sont intervenus.

Lire Plus =>

Attaquer la presse c’est s’attaquer à la démocratie

— Communiqué de l’A3C —
Une nouvelle fois, des exactions sont commises, non plus contre des abris de chariots d’hypermarché ni contre nos statues qu’on mutile, qu’on déboulonne : ce soir, c’est ATV dont on vient bloquer une émission en envahissant le plateau « au nom du peuple », pour faire croire à une contestation des « autorités » toujours « au nom du peuple ».
L’Association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe dénonce ces atteintes scandaleuses aux biens privés d’une part, et des comportements par lesquels une ultra minorité manipulée tente de faire croire à son importance. Notre association se déclare solidaire des journalistes qui font leur travail et se retrouvent à la peine dans un contexte économique difficile.
En démocratie, il n’existe pas de coups de force ou de coups de poings. Et ce sont ceux qui s’autorisent de telles brutalités, en usurpant la voix populaire, qui sont des dictateurs en puissance, tentant de répandre la peur dans le pays. Maintenant, doivent venir les questions sur les complicités éventuelles à l’intérieur et les sanctions prévues par la loi. Laisser croire en effet qu’on peut tolérer bon enfant ce genre d’action c’est laisser croire qu’il existe de fait deux justices.

Lire Plus =>

« Un acte violent qui contient en germe les stigmates d’une dictature »

— Communique de presse de A3C—

L’Association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe et son président condamnent vigoureusement les dégradations physiques visant l’hyper marché de Carrefour Dillon. Outre le fait que les incendies peuvent vite devenir incontrôlables, ils interviennent en une période où les services publics sont sur les dents à la fois par l’afflux de vacanciers et de touristes, en nombre inhabituel à cette période de l’année. En raison de la pandémie, des imprudences et des accidents qui découlent soit des imprudences soit d’une circulation automobile particulièrement dense, on peut aussi comprendre que pompiers et policiers aient suffisamment de quoi faire.

Nous tenons à rappeler qu’il ne s’agit en l’occurrence que d’actes de vandalisme, qui ne font que faire reculer un peu plus le pays. Qu’on le veuille ou non, les entreprises drainent de l’argent et favorisent l’emploi dans une île cruellement touchée par le chômage. Et puis, toucher un hyper marché dans la zone de Dillon, c’est risquer de priver une population souvent en difficulté économique, d’un approvisionnement pour le moins pratique du fait de l’absence de marchés de proximité immédiate.

Lire Plus =>

Remettre le Nord à sa place.

— Par Yvon Joseph-Henri, Président de l’A3C —

Curieusement, c’est au moment où la montée en charge des contaminations et des décès se fait tranquillement en Martinique, que le préfet impose le discours parisien d’une reprise de l’école. En face, les cafouillages sont nombreux et laissent dans la cacophonie planer le doute, l’incertitude et l’inquiétude des personnels. Dans un déconfinement qui n’a pas attendu le 11 mai dans l’oubli léger de la nature extrêmement contagieuse et virulente du virus, il faut remettre les pendules à l’heure. Non, il n’y aura pas de reprise de l’école ; non par caprice mais parce que rien ne le permet.

En ouvrant les écoles en Martinique, on multiplie les contaminations, sans plus permettre aux parents d’aller travailler tant le temps de prise en charge des élèves sera court. Et, les élèves qui seront pris en charge physiquement ne pourront évidemment pas l’être en plus virtuellement, à distance, les personnels enseignants pouvant difficilement se démultiplier malgré une bonne volonté souvent méconnue. Enfin, on désorganise ce qui marchait bien pour de nombreux élèves, le travail à distance, pour imposer un simulacre de contact avec l’école qui n’apprendra rien aux enfants.

Lire Plus =>

Penser bien plutôt que dire n’importe quoi

— Par Yvon Joseph-Henri —

Tour à tour, une infirmière scolaire, puis une inspectrice de l’éducation nationale viennent nous expliquer pourquoi il faut rouvrir sans tarder les écoles. Pour quoi faire en réalité ? De la garderie qui fera exploser la contamination ? Parce que telle est la demande du Prince ?

En préalable on peut s’étonner de voir l’une rapprocher des métiers que tout différencie voire oppose, et l’autre intervenir publiquement sans l’accord de sa hiérarchie quand la nature et le niveau d’autorité de son poste, lui imposent une stricte réserve.

Un peu d’attention permet de s’apercevoir que ce que certains simplifient à outrance n’est simple en rien. D’une part, nous sommes en Martinique dans la montée vers le pic de contamination au Covid-19. On oublie aussi facilement les liens sociaux de nos concitoyens, l’inconscience de certains, la dissémination des populations, les foyers de contamination que représentent nombre de cités, justifiant le survol de l’île par l’hélicoptère de la gendarmerie, sans compter les contrevenants pêcheurs sous-marins et kitesurfeurs pour ne citer qu’eux.

Nous savons tous que rien n’arrêtera en l’état actuel des choses, la progression du virus.

Lire Plus =>

Fermez service, entreprise non essentiels et confinez vous chez vous!

  — Communique de presse de l’A3C —

L’Association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe a dernièrement rappelé que la seule chose à faire, face à la pandémie du coronavirus en Martinique, était de rester chez soi et de se confiner, le plus grand nombre possible, c’est-à-dire tout ceux qui ne sont pas nécessaires à la santé et au fonctionnement élémentaire d’une vie sociale et économique ramenée à sa plus simple expression.

A l’heure où nous écrivons ces lignes, la situation mondiale, et encore plus en Martinique, est gravissime.

  1. Il est de plus en plus évident que la préoccupation première est le confinement du plus grand nombre pour ralentir la progression de la maladie. Tous les experts savent pertinemment que personne ne sait quand finira la pandémie, mais tous savent qu’elle ne sera finie ni en juin ni en juillet 2020 et que nous connaîtrons sans doute de nombreuses rechutes. Par ailleurs, ralentir la progression de la maladie n’est pas l’éteindre. Personne ne sait comment l’éteindre. Tout ce que l’on sait avec certitude est que la maladie progresse à toute vitesse, et qu’elle touche tout le monde.

Lire Plus =>

Respect de la loi, respect du service public, respect, respect, respect…

Lettre ouverte à
Monsieur le Président de Martinique Transport

Monsieur le Président,
Les statuts de Martinique Transport désignent le Président de la CTM, comme Président De l’organisme en charge du transport public en Martinique. Or, vous avez endossé des responsabilités que vous ne semblez pas vouloir totalement assumer.
Il y a en effet quelque temps, le service public du TCSP et des bus du réseau Mozaïk était interrompu pour fait de grève au sein de la société. Les raisons de cette interruption brutale et longue de service : le soutien à un agent mis à pied pour un comportement jugé inacceptable. Parallèlement le personnel invoquait un droit de retrait du fait de problèmes de sécurité. Pour autant ce droit de retrait a finalement été accepté pour partie (1 semaine) puis rejeté pour le reste du temps, par les services de la DIECCTE, qui considéraient qu’il n’avait plus lieu d’être du fait de l’évolution des négociations.
Malgré cela, vous n’avez pas enjoint la société à respecter ses engagements contractuels, en les obligeant à l’organisation du service minimum et donc de la continuité du service public de transport de personnes tel que la loi l’impose.

Lire Plus =>

Orange 1er opérateur en Martinique ? Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois !…

— Par A3C —

Quand arriverons-nous à faire comprendre aux opérateurs de téléphonie et autres entreprises qui se croient tout permis, que la vraie publicité consiste non pas à tenter de leurrer le client sur une pseudo-hégémonie, mais à mettre en œuvre une véritable qualité du service ?

L’actuelle publicité d’Orange et une atteinte à l’intelligence des Martiniquais. Se prétendre premier pour le réseau n’est aucunement une garantie de qualité. Outre le fait que l’essentiel des réseaux câblés appartiennent à Orange et que les autres sont obligés de passer par eux à moins d’engager des frais importants, outre le fait qu’Orange s’est engagé à câbler la Martinique en fibre mais qu’on attend toujours la fibre dans la majeure partie du pays, la réalité est que Orange n’est même pas en mesure d’assurer un maillage correct du téléphone mobile, et un débit internet correct.

Dès lors, agiter un N°1 est de la provocation. Nous invitons les usagers à nous rejoindre dans la bataille que nous lançons contre Orange en lui demandant de faire en sorte que , d’ici la fin de l’année, le débit internet soit partout l’équivalent de celui de la France – sinon dans des endroits d’accès particulièrement difficile auquel cas, il faut couvrir par réseau hertzien ou satellite –.

Lire Plus =>

Gilets jaunes : 17 novembre 8h30-10h30 en face de la préfecture sur la Savane

— Communiqué A3C —

L’Association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe invite tous les citoyens et consommateurs présents en Martinique à venir manifester sur la Savane devant la préfecture de police avec vos gilets jaunes.

La manifestation n’est qu’un rassemblement pour nous compter et inviter les présents et les absents à se retrouver tous les mois dans un concert de casseroles face à la préfecture…et ce jusqu’aux élections européennes s’il le faut !

C’est par notre refus de gêner les autres usagers, les travailleurs et ceux qui ne partagent pas forcément notre cause que nous n’appelons pas à bloquer quoi que ce soit. Ne soyons cependant pas dupes : le fait de se regrouper de manière récurrente gênera le pouvoir bien plus qu’il ne fera semblant de l’avouer. Ces élections, le Président de la République dont les pieds sont fragiles du fait d’un parti volatile, a besoin d’être renforcé pour attaquer les élections des maires et des députés. Il faudra qu’il compose avec les citoyens dignes que nous serons.

Défendons-nous contre le matraquage de taxes et d’impôts, contre la vie chère et le refus du pouvoir de défendre les plus pauvres ; faisons entendre notre voix, de plus en plus fort et nous gagnerons, pacifiquement en utilisant la force lente mais inéluctable des échéances.

Lire Plus =>

Grève du TCSP et des bus : une situation inacceptable

— Communiqué de A3C —

 L’Association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe dénonce l’arrêt total de service public de transport sur le territoire de la CACEM.

Si peu de temps après la mise en service réelle du TCSP, après avoir commencé à assurer une mobilité moins contraignante pour les usagers, ce dernier, comme tout le réseau de bus se trouve paralysé.

Le droit de grève est inaliénable. Mais nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude. On ne peut simultanément arguer d’un droit en privant les autres du leur. Les usagers ont, par la loi, le droit à la mobilité et par la loi également, le droit de bénéficier d’un service minimum, notamment en cas de grève.

Aussi, tel que prévu par la loi n°2007-1224 du 21 août 2007 sur le dialogue social et la continuité du service public dans les transports terrestres réguliers de voyageurs nous demandons la mise en place immédiate, par l’entreprise et l’Autorité Organisatrice des Transports, d’un service minimum !

Nous demandons également la transmission du plan de transports adapté établit par la CFTU, comme prévu par la loi citée.

Lire Plus =>

Légumes contaminés au chlordécone : un cas d’école ?

— Par A3C —

Le colloque de jeudi dernier par le préfet sur le chlordécone a donné lieu à de nombreux commentaires critiques. Il avait au moins le mérite de laisser entendre que l’Etat ne pouvait paraître indifférent à l’empoisonnement de notre population. Mais que fait-il réellement ? Et que faisons-nous, nous-mêmes, face à cet empoisonnement ?

L’Association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe (A3C) a été saisie dernièrement d’une plainte à l’encontre d’un squatteur de terrain au Morne Rouge qui non seulement bafoue la loi puisque malgré une condamnation et un exploit d’huissier, il continue depuis 12 ans à occuper indûment une partie du terrain pour l’exploiter ; mais qui plante en terre fortement contaminée par le chlordécone.

Le produit de ses récoltes se volatilise, et l’on ne peut s’empêcher de faire des rapprochements de dates entre les marchés du Nord, les opérations dachines ou patates douces sur le bord des routes, en pleine expansion.

La loi est pourtant formelle : les article L.217-11 du code de la consommation (produits végétaux ) et L.237-2 du code rural et de la pêche maritime (produits animaux) rend passible de 4 ans d’emprisonnement et de 75 000€ d’amende tout producteur qui pourrait penser que ses productions présentent un risque pour la santé publique et qui n’avertit pas l’autorité et surtout ne les retire pas du marché.

Lire Plus =>

Plus jamais ça !

— Par A3C —

Le décès d’un enfant de 3 ans dans un bus est révoltant. Il pose le problème de ces enfants oubliés dans des véhicules arrêtés souvent en plein soleil quand l’atmosphère est déjà torride. Ce décès pose le problème de la formation des chauffeurs de cars qui devraient vérifier qu’un enfant n’est pas resté dans le véhicule. Mais il pose aussi les réponses à apporter pour éviter qu’un tel drame ne puisse se reproduire.

S’il s’agit d’un bus de transport scolaire, il nous paraît nécessaire que l’absence d’un enfant à l’école soit immédiatement signalée par la direction aux parents comme cela se passe dans le Second Degré. Ceci nécessite sans doute le recrutement d’un personnel en charge du problème des absences pour seconder le directeur. Mais en contrepartie, les parents alertés auraient pu répondre que l’enfant disparu avait bien pris le bus, diligentant ainsi une enquête qui aurait peut-être permis de le sauver.

Si par contre il s’agissait d’un bus transportant des enfants en sortie scolaire ou autre, il revient au personnel d’encadrement des enfants, en nombre suffisant, de vérifier que tous les enfants ont été bien récupérés.

Lire Plus =>

La FSU Martinique, la démocratie et la Justice

—Tribune de Yvon Joseph-Henri —

« Pierre qui roule n’amasse pas mousse » dit le proverbe. Et pourtant, il semble que la FSU MARTINIQUE conduite par quelques assoiffés de pouvoir ait oublié l’adage. Cela leur a porté tort puisque par trois fois, ils ont été condamnés successivement en 1ère instance à deux reprises puis en appel par le tribunal de Grande Instance de Fort-de-France, contrairement aux affirmations péremptoires d’un trésorier « ababa » affirmant que les plaignants avaient été déboutés !!!

De fait, ils ont ainsi contrarié et empêché les élections locales au sein de la fédération Martinique de se tenir, tout en tentant d’accuser ceux-là mêmes qui démontraient leur félonie.

Tout avait commencé en 2015 lorsque Régine Bellay, secrétaire du SNUIPP FSU Martinique réfutait la candidature d’un opposant, ancien secrétaire de la FSU Martinique, considérant qu’il avait payé hors délais sa cotisation contrairement aux Statuts du syndicat. La justice, saisie alors, annulait les élections en cours et condamnait le SNUIPP à une somme conséquente. Cela, hélas, n’a pas suffi !

On réitère les élections en 2016 en tentant un nouveau coup de force en opposant à la constitution de courants selon les statuts, le poids des syndicats qui – SNES, SNUIPP, SNEP – revendiquent la part du lion en cas de liste unique.

Lire Plus =>

Eau : trop c’est trop !

— Par Yvon Joseph-Henri, de l’A3C —

L’immobilisme du maire de Schœlcher a ceci de scandaleux qu’il fait semblant de bouger…pour ne rien changer ! Stratégie ou incompétence ?

Tous les usagers des écoles schœlcheroises attendent depuis deux ans que le site de paiement en ligne fonctionne. Et pourtant, nul besoin d’être ingénieur en informatique pour installer un site de paiement sur internet ! Alors ?

Les années antérieures, les rats se signalaient dans les écoles de la communes faute de mesures préventives, voire définitives !

Idem pour un caniveau dangereux à l’école de Plateau Fofo parce que non protégé, signalé régulièrement à la mairie comme source d’accident, sans que rien ne change… à cause de l’absence de protection, un enfant de grande section est tombé sur l’apex en ciment devant sa classe et s’est ouvert le visage sur 10 cm, pour peu cela aurait pu être plus gravissime encore (octobre 2017),les parents ont exigé par avocat interposé que le nécessaire soit fait, et en début de cette semaine de mars 2018, c’est un autre enfant qui est tombé et s’est fait une légère entorse dans le même canal non protégé en dépit des affirmations municipales.

Lire Plus =>

Les prix en Martinique : pour une première mesure d’urgence

— Par Yvon Joseph-Henri, président de l’A3C —
Le France Antilles de ce mardi 27 février 2018 pointe du doigt la flambée continuelle des prix – particulièrement des produits alimentaires – en Martinique.

En ligne de mire, pour l’Association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe, tout un système d’exploitation et de mise sous tutelle de nombreux fournisseurs des grandes surfaces. Sont donc totalement responsables de cet état de fait, les grandes surfaces distributrices des produits que nous consommons, même si elles partagent la responsabilité avec d’autres acteurs comme nos propres politiques. Nous reviendrons ultérieurement et à part sur notre analyse de tous ces facteurs.

Maintenant, la concurrence étrangère va s’accélérer chez nous comme dans le Monde entier. L’accord de commerce entre l’Europe et le Canada, ne manquera pas d’avoir des répercussions ici. Simplement, à l’allure où va le pays, ce seront des charognards qui viendront récupérer des entreprises moribondes pour nous vendre ce qu’ils voudront.

Monsieur PARFAIT, représentant la grande distribution, tout en avançant des éléments contestables d’actualité dans les négociations qui s’annonce pour les prix du BQP, énonce toutefois un certain nombre de vérités.

Lire Plus =>

Récupération d’eau de pluie : arnaque généralisée ?

— Par Yvon Joseph-Henri, président de A3C —

L’argument d’un vendeur d’aluminium qui se lance dans la récupération d’eau de pluie est que la pluie est généreusement fournie sous nos latitudes ! En réalité, la vraie raison pour laquelle tout le monde – y compris les vendeurs d’aluminium – se jette dans la récupération d’eau de pluie est que c’est le dernier endroit où l’on gagne de l’argent, où l’on peut arnaquer le client !

L’accroche pour la récupération d’eau de pluie, c’est la prise en charge de 50 à 90% du coût par la CTM. L’idée de faire payer la collectivité a quelque chose de délicieux qui fait perdre la tête aux consommateurs qui oublient que des travaux mal faits sont source de dépenses sans fin pour corriger les erreurs et l’on plonge assez rapidement dans un gouffre !

Enfin, comme la CTM ne vérifie aucun chantier, et encore moins la qualité des travaux et le respect des normes, la CTM jette l’argent du contribuable par la fenêtre.

  1. QUELQUES CONSEILS BASIQUES 

…..pour ne pas se faire arnaquer douloureusement  en silence.

  1. Vérifier le capital de l’entreprise avant de passer un marché avec elle.

Lire Plus =>

La Martinique se meurt…

— Par Yvon Joseph-Henry, président de A3C

La Martinique va mal et chaque jour qui passe nous en fournit une preuve supplémentaire. Nos maux, nous les connaissons tous :

  • Incompétence
  • Son corollaire, le copinage car sans copinage, l’incompétence est mise à nu et dénoncée ;
  • Le Je-m’en-foutisme ou le « y bon kon sa », conséquence de l’inconséquence et du copinage : pourquoi m’en faire en effet puisque je ne serai jamais inquiété ?

  • L’appât du gain par tous les moyens, sans doute l’élément le plus destructeur de notre île puisqu’il prospère dans le terreau des défauts qui précèdent.

 

Pour l’habitant du Robert par exemple, ces maux sont perceptibles à l’œil nu. Ainsi, la grande double voie qui traverse maintenant le Robert de Trinité au Lamentin est inondée dès qu’il pleut un peu fort, quand la voie précédente, avec tous ses défauts ne l’était pas. La route du bourg à Pointe Savane est un gymkhana permanent du fait des trous quasi permanents de la route, et malgré l’habileté des conducteurs, ceux-ci massacrent pneus et jantes quand ce ne sont pas les amortisseurs et les cardans…. Une route qui n’a pas été refaite depuis 15 ans au moins ne peut pas être autre chose que le brise-voiture qu’elle est devenue.

Lire Plus =>

Air France et le mépris des passagers caribéens ?

— Par A3C —
L’avion d’Air France pour lequel l’enregistrement initial été prévu vendredi 7 juillet à 17h30 au plus tard a finalement vu son départ repoussé pour la fin de soirée, puis la toute fin de soirée et finalement annulé.

Finalement pour au moins certains passagers dont Mme X, le vol est prévu pour un départ à 21h15… le dimanche 9 juillet 2017 ! Deux jours plus tard !

Mme X perd donc la somme versé pour la chambre d’hôtel prévue à son arrivée dans l’attente d’une correspondance le dimanche 9 juillet au matin. Elle perd également le vol qu’elle avait réservé – avec Air France pour se rendre à Dublin où elle était attendue pour un séminaire débutant tôt lundi 10 au matin. Or un départ le dimanche place l’arrivée le lundi à 11h à Paris vue l’heure tardive de départ ! Une arrivée à Dublin risque fort de se passer au mieux dans l’après-midi ….s’il y a des places dans l’avion !

L’Association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe élève une virulente protestation contre la manière dont les choses se sont passées.

Lire Plus =>

La mairie de Schœlcher en faillite?

— Par Yvon Joseph-Henri pour l’Association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe (A3C)—

Il n’y a pas que les enfants qui ont les yeux plus gros que le ventre… à moins que nos politiciens ne soient eux-mêmes de grands enfants…ou des inconscients !

Chaque année, dans les écoles de Schœlcher…et sans doute ailleurs dans le pays, se pose le problème des rats par défaut d’entretien régulier.

Depuis des mois – malgré un très bref répit d’un mois à peine, hélas – l’informatique de la mairie de Schœlcher, et donc l’utilisation d’internet pour le paiement à distance de la cantine, ne fonctionne pas. Une lettre ouverte dénonçait pourtant cette lacune préjudiciable pour tous mais aussi culturellement puisqu’elle maintient les consommateurs de Schœlcher dans un moyen-âge technique.

Mais il y a pire. Depuis de nombreuses semaines, les personnels en contrats précaires en fonction aux portes des écoles pour assurer une sortie sécurisée des enfants, ont disparu, bien avant la fermeture des classes.

On voudrait donner le signal d’une débandade des élèves en invitant les parents à garder leurs enfants chez eux qu’on ne s’y prendrait pas autrement, sans compter d’ailleurs, pour les récalcitrants, la cantine arrêtée avant la fermeture officielle des écoles.

Lire Plus =>

La ni an bizness ka fêt! (Suite : réponse à Marinette Torpille)

— Par A3C —

« C’est la raison pour laquelle nous avons entrepris une démarche auprès de l’Etat, qui est de racheter les dettes sociales et fiscales pour leur permettre de rénover et d’investir. Ces dettes devant être remboursée sur le long terme. » Mme Marinette Torpille F.-A. 19 janvier 2017

 Décidément, l’entrefilet de France-Antilles dans l’interview de Marinette Torpille de  « An nou ba péyi a an chans », tellement petit qu’on aurait pu ne pas le voir, n’en finit pas de faire des remous.
Après le courrier de l’Association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe, paru notamment dans Politique Publique , MadininArt et sur le net, et l’interview de Max Orville président du Modem Martinique par Maurice Violton dans SawKadi du 8 février dernier , force est de constater que l’agitation a été forte au Gran Samblé puisque Marinette Torpille n’aurait pas décoléré -apprenons-nous- et que mission lui a été donnée d’obtenir un droit de réponse par Maurice Violton dans SawKadi du 10 février. Il faut dire aussi que Catherine Conconne a dans la même émission SawKadi abordé la même question.

Lire Plus =>

La ni an bizness ka fêt!

— Par A3C —
« C’est la raison pour laquelle nous avons entrepris une démarche auprès de l’Etat, qui est de racheter les dettes sociales et fiscales pour leur permettre de rénover et d’investir. Ces dettes devant être remboursée sur le long terme. » Mme Marinette Torpille F.-A. 19 janvier 2017

La nouvelle aurait pu passer complètement inaperçue ! Dans une interview dans le F.A. du 19/01/2017, la conseillère exécutive chargée du développement économique déclare  avoir demandé à l’Etat de pouvoir racheter les dettes fiscales et sociales des hôteliers pour leur permettre de rénover et d’investir. 

Cette demande au fond n’est pas nouvelle. En 2010, lors d’une conférence à Batelière, en présence de l’ancien Président de la République Nicolas SARKOZY, cette doléance avait été plaidée par Yan MONPLAISIR, chef d’entreprise en charge à l’époque du secteur hôtelier du groupe MONPLAISIR et aujourd’hui 1er vice-président de l’assemblée de Martinique. La réponse de l’Etat fut alors d’y répondre au cas par cas.

Plus récemment, nous avons tous lu qu’un grand groupe hôtelier de la place, avec le concours et le soutien de l’ancien Conseil régional, avait obtenu l’abandon partiel d’une créance de millions d’euros de ses dettes sociales et fiscales moyennant un transfert de patrimoine au profit de l’Etat.

Lire Plus =>

EDF Martinique : le coup de grâce

— Par Yvon Joseph-Henri, président de A3C —

L’électricité peut tuer, tout le monde le sait, au moins depuis le décès de Claude François électrocuté pour avoir voulu changer ou manipuler une ampoule défectueuse tout en étant encore dans son bain.

EDF Martinique fait mieux : elle tue les entreprises.

Mme H tient un commerce artisanal de glace à dans le Sud de la Martinique. Le passage de Matthew, il est vrai peu prévisible à cette période de l’année provoque une coupure de courant. Qu’à cela ne tienne : les congélateurs de Mme H peuvent tenir 8 heures.

Las ! C’est 30 heures que dure la coupure ! Son stock de glace, 320kg détruits, elle doit le placer dans un camion frigorifique pour tenter de le sauver. Rien ne la sauve. On ne recongèle pas un produit dégelé et surtout de la glace en Martinique. Outre le montant enduré de la perte exploitable, celui de la location du camion frigorifique, la facture de la décharge le refus de son assurance de la couvrir et des banques de l’aider, elle se voit au RSA et perd tout son travail !

Lire Plus =>

Madinina, l’île aux fleurs…fanées ?

— Par A3C —

L’annonce en pleine période de trêve des confiseurs de la suppression de 25 postes pour la rentrée prochaine ne semble guère émouvoir plus que cela la population martiniquaise et ses élus. Il faut dire qu’au fil des années et depuis 2007 ce sont des milliers de postes qui ont été supprimés en Martinique. Le nombre d’ailleurs importe peu en soi.

Ce qui importe, ce sont les conséquences de ces mesures sans précédent dans l’histoire de la Martinique et de l’Education Nationale.

Car, ces suppressions de postes ont beau –nous criera-t-on – n’être que la conséquence d’une baisse sensible de la natalité, elles sont aussi un moyen de relever le nombre d’élèves par classe – notamment en collège – . Or, compte tenu déjà des difficultés en matière scolaire en Martinique, cette augmentation des élèves par classe n’augure rien de bon. On nous dira bien sûr que nous sommes encore loin des chiffres de la France hexagonale mais nous savons aussi parfaitement que notre population est socialement sinistrée, et bien plus qu’en France hexagonale. Bien sûr les clignotants sont au rouge, qu’il s’agisse de la pauvreté, du niveau social de la majeure partie des familles, ainsi que du taux de chômage dont on fait semblant de considérer qu’il est à peu de choses près à peine un peu plus élevé qu’en métropole.

Lire Plus =>

Lettre ouverte au Maire de Schœlcher

 — Par l’A3C —

schoelcher_en_panne

Monsieur le Maire,
Il ne fait pas de doute que la ville de Schœlcher dispose de nombreuses écoles, dans l’ensemble non seulement bien gérées par chaque directeur et son équipe pédagogique, mais dont le fonctionnement administratif et notamment le service de restauration ainsi que les services annexes de garderie et de TAP sont plutôt mieux gérés qu’ailleurs.
Malgré ces éléments force est de constater que la gestion du paiement des repas et des activités est un sujet de fort mécontentement.
Depuis plusieurs mois le site de la mairie de Schœlcher est en panne et nombreux sont les parents en colère. En effet, il faut faire des queues sans fin pour pouvoir acquitter le repas de ses enfants pour le mois suivant. Est-il scandaleux, au XXIème siècle, de demander à pouvoir gérer le repas et les activités de ses enfants par internet ? Est-il scandaleux de demander à ce que le choix des jours de cantine et les formes d’activités TAP soient effectués par internet et qu’on puisse alors payer le tout par carte bancaire ?
Quant aux queues, elles proviennent aussi d’une mauvaise gestion des paiements non tant du fait du personnel qui fait ce qu’il peut avec une grande patience et une grande gentillesse mais tout de même !

Lire Plus =>

La Maif est-elle encore une mutuelle?

— Par A3C —
maif_declinantTout le monde connaît la Maif, une mutuelle qui doit son existence aux anciens instituteurs secrétaires de mairie qui cherchaient à se couvrir de différents problèmes qu’ils rencontraient, dans les années qui suivirent l’après-guerre. Pendant des années, la Maif fit figure de référence en matière d’assurance, tout comme la MGEN en matière de mutuelle médicale. Les autres assurances dénonçaient les adhérents « captifs » et hors norme qu’étaient les membres de l’Education nationale population au comportement privilégié. On se souvient aussi que la Maif, pendant longtemps, ne couvrait pas les Dom, et notamment la Martinique, malgré le nombre de personnels de l’Education Nationale dans l’île !
Aujourd’hui, force est de reconnaître que la Maif tend à n’être plus que l’ombre d’elle-même. Trop souvent la réponse – lorsqu’il y a une réponse ! – n’est pas à la mesure des attentes des sociétaires.
Remboursement, indemnisation ?
Ainsi l’Association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe a été saisie par une sociétaire de la Maif après un vol à son domicile. La baie vitrée a été cassée et son ordinateur volé. Pour la baie elle a été prise en charge sur simples photos.

Lire Plus =>