“Un acte violent qui contient en germe les stigmates d’une dictature”

— Communique de presse de A3C—

L’Association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe et son président condamnent vigoureusement les dégradations physiques visant l’hyper marché de Carrefour Dillon. Outre le fait que les incendies peuvent vite devenir incontrôlables, ils interviennent en une période où les services publics sont sur les dents à la fois par l’afflux de vacanciers et de touristes, en nombre inhabituel à cette période de l’année. En raison de la pandémie, des imprudences et des accidents qui découlent soit des imprudences soit d’une circulation automobile particulièrement dense, on peut aussi comprendre que pompiers et policiers aient suffisamment de quoi faire.

Nous tenons à rappeler qu’il ne s’agit en l’occurrence que d’actes de vandalisme, qui ne font que faire reculer un peu plus le pays. Qu’on le veuille ou non, les entreprises drainent de l’argent et favorisent l’emploi dans une île cruellement touchée par le chômage. Et puis, toucher un hyper marché dans la zone de Dillon, c’est risquer de priver une population souvent en difficulté économique, d’un approvisionnement pour le moins pratique du fait de l’absence de marchés de proximité immédiate.

Et puis, sans être d’aveugles défenseurs de ces hypers sur notre île, mais en reconnaissant qu’ils ne désemplissent pas malgré l’augmentation régulière des prix depuis 2009, l’arrivée tonitruante d’une marque concurrente devrait, nous l’espérons, permettre une concurrence plus vive et contraindre les prix des produits généralement achetés par les familles martiniquaises à baisser. Il n’est pas mauvais au fond que – selon nos informations – certains se soient mis en peine de vérifier et la qualité et les prix d’un ensemble de produits Leclerc pour les comparer aux leurs. Une saine concurrence est la meilleure manière aujourd’hui, dans le contexte politique qui est le nôtre, de faire baisser les prix.

Enfin, la Martinique ne se relèvera pas d’un désastre économique qui se profile mois après mois, sans éloigner tout ce qui pourrait faire peur aux communautés françaises, européennes et internationales pourvoyeuses de fonds pour la France et l’Europe. La jeunesse issue de notre diaspora qui envisage de revenir travailler au pays et même d’y ouvrir des entreprises, risque de réfléchir à deux fois avant de franchir le pas et de revenir sur notre île à tous.

Il est d’autres moyens pacifiques et politiques pour faire entendre sa voix dans une démocratie. Tout discours tentant de s’imposer par la violence, contient en germe les stigmates d’une dictature, et de cela, le peuple, en Martinique et dans les Antilles françaises n’en veut pas.

Yvon JOSEPH-HENRI

Président de l’association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe (A3C)

0696 80 96 02

consommateurs.caraibe.a3c@gmail.com http://cccaraibe.unblog.fr/