Éclatement de l’UAG : l’arbre qui tente de cacher la forêt?

 — Par M’A —

 uagL’autonomie acquise par l’Université de la Guyane apparaît de plus en plus comme un épiphénomène d’une très grave crise qui porte sur la gestion plus ou moins frauduleuse de l’UAG. Deux rapports de la Cour des Comptes, institution dont l’indépendance, l’intégrité et l’impartialité sont unanimement reconnues, pointent à plus de dix ans de distance de graves dysfonctionnements, à tel point qu’aujourd’hui il manque 10 millions d’euros dans les comptes de l’Université et que 90% des pièces comptables ont disparu ! Au cœur du scandale on retrouve le CEREGMIA Centre d’Etude et de Recherche en Economie, Gestion, Modélisation et Informatique Appliquée),crée en 1986, dirigé par l’universitaire Fred Célimène et qui regroupe 60 enseignants-chercheurs ainsi qu’une cinquantaine de doctorants. Il est reproché au CEREGMIA de faire financer grassement par l’Université des activités qui relèvent de la sphère des professions libérales. La liste des principaux bénéficiaires de ces subsides figure dans le rapport de la Cour des Comptes.

L’aggravation de la crise de l’UAG aurait pour but d’aboutir le plus rapidement possible à l’éclatement de la structure afin d’éviter toute enquête sérieuse sur ce que certains universitaires n’hésitent pas à qualifier de gestion maffieuse des fonds publics. La fin de l’UAG conduirait ainsi à l’enterrement de la demande d’audit sur les opérations douteuses du passé, opérations condamnées par la Cour des Compte ? Beaucoup d’observateurs s’interrogent en effet sur la rapidité avec laquelle la Guyane a obtenue son autonomie, sur les complicités éventuelles obtenues ou achetées auprès du personnel politique local, sur la mansuétude, pour ne pas dire la complicité de l’État français qui malgré de nombreuses alertes n’a jamais pris la peine de se saisir du dossier. Pourquoi ce silence ? On le sait les autorités préfectorales ont pour mission dans les confettis de l’empire colonial d’éviter les vagues, quitte à couvrir d’un voile pudique les turpitudes de certains acteurs locaux. On l’a vu récemment lors de la crise du CMAC quand l’Etat mis devant le fait accompli de l’éviction, avec des méthodes de patron-voyou d’un de ses représentants a continuer à verser, comme si de rien n’était, sa subvention sans exiger aucune contrepartie.

Pourquoi cette volonté d’enterrer si vite le dossier ?

Pourquoi le Conseil Régional de Martinique s »apprête-t-il lors de la réunion du 3 décembre 2013 à accorder une subvention de plus d’un million à une structure comme le CEREGMIA, au cœur d’un tel scandale?

Que cherche-t-on à cacher ?

Qui veut-on protéger ?

Comme si le lien social en Martinique n’était  pas suffisamment fragile et avait besoin de telles affaires nauséabondes pour se déliter davantage !


 

Lire sur le même sujet :

Ceregmia : Soyons sérieux !

Le scandale du CEREGMIA place l’Université en mode REMBOURSEZ !

Les 7 contre-vérités les plus éhontées du directeur du CEREGMIA

« Il n’y a pas d’affaire Ceregmia… »

Motion de soutien aux professeurs Fred Célimène et Kinvi Logassah

CEREGMIA : clair soutien du Ministère à la présidente de l’UAG

Le rapport du Sénat : rétablir l’État de droit

Soupçons de détournements de fonds au CEREGMIA : une mise au point de la Présidente de l’UAG

Les lourdes conclusions qui motivent la suspension de Fred Célimène

CEREGMIA : le directeur supendu de ses activités à l’UAG, par la Présidente de l’UAG

CEREGMIA : Lurel se défausse-t-il sur Letchimy?

«  Université Antilles Guyane : les fonds européens ont été siphonnés à grande échelle«

CEREGMIA : la capillarité se poursuit

UAG : comment accepter l’inacceptable ?

Éclatement de l’UAG : l’arbre qui tente de cacher la forêt?

UAG : » Les casseurs sont-ils qualifiés pour recoller les morceaux? » Intervention d’AMJ

UAG : « Vive la crise si elle permet d’aller plus loin

UAG : sommes-nous toujours dans un état de droit ?

Crise de l’UAG : question orale d’Alfred Marie-Jeanne

UAG : un « trou » de 10 millions d’euros et la disparition de 90% des pièces comptables!

Quelle sortie de crise pour l’UAG?

Trois pays, trois peuples, trois jeunesses, trois universités

Université : motion des organisations de parents d’élèves

Soupçons de détournements de fonds à l’université Antilles-Guyane

« Lettre à une femme d’honneur »

 

Mots-Clés