Carnaval

Une blanche colombe bien dérisoire

— Par Térez Léotin —

Le char « Négrier Bwajack » interdit de carnaval

Si je pense que le Martiniquais se complait dans une espèce de noirisme, – ici je pense à ceux qui sous prétexte qu’effectivement l’espèce humaine vient d’Afrique, ressassent que le Noir est à l’origine de toutes les créations, comme si celui-ci doit mériter sa place sous le soleil. Si on veut avec raison réhabiliter le Noir, si on veut du reste, changer sans doute le regard, à trop en faire, on tombe dans un racisme à l’envers aussi absurde que l’affirmation illusoire de la « supériorité » du « Blanc »

Autre forme de noirisme, l’obsession du martiniquais par alliance, Serge Bilé, sur le sort des Noirs, au point qu’il peut donner à douter de la sincérité de ses écrits. Cela semble être vraiment « son » affaire, pour ne pas dire son bon filon. Il ne lui reste plus qu’à écrire : « Les cheveux blancs sur la tête du noir » ou « L’homme noir qui avait des chaussettes blanches », ou encore « Les lunettes noires du patron blanc », peut-être les a-t-il en chantier.…

Lire Plus =>

Masques

— Par Gilles-Denis Delage —

Les tout premiers soubresauts de l’humanité avaient déjà vu l’homme pratiquer le rituel du masque. Les tribus guerrières arboraient des masques terrifiants pour effrayer leurs ennemis, les sorciers s’agitaient sous ces mêmes accoutrements pour décontenancer leurs adeptes, dans le théâtre de la Rome antique, les masques contribuaient à la caractérisation des personnages qui entraient en scène pour la comédie. Chez nous, les « diables rouges » continuent à ensanglanter nos rues le Mardi gras.
De nos jours encore, bien que fictifs, la société nous l’apprend, nous portons tous des masques. Dans la vie quotidienne, dans nos rapports sociaux, amicaux et autres, quelle que soit la circonstance, nous nous empressons d’enfiler le masque. Celui qui correspond le mieux à ce que l’autre attend de nous pour ainsi jouer la comédie. Comme au vidé du mardi gras, nous portons notre déguisement, nous dansons au bal masqué des autres, pour les autres. Ainsi notre nouveau visage nous ressemble plus ou moins selon qu’il se rapproche ou s’éloigne de notre vraie personnalité.…

Lire Plus =>

« Blackface » : se grimer en Noir est-ce du racisme?

Accusée de racisme, la Youtubeuse Shera Kerienski supprime une vidéo où elle se grime en Noir

Le blackface est une pratique originaire d’Europe puis -amplifiée aux Etats-Unis, qui consiste à se maquiller et à incarner des caricatures stéréotypées de personnes noires.

Organisateur du 50e anniversaire de la  » Nuit des Noirs « , qui se tiendra le 10 mars, le carnaval de Dunkerque (du 6 janvier au 8 avril), dont le temps fort a lieu cette année du 11 au 13 février, est accusé par des associations antiracistes, dont le Conseil représentatif des associations -noires de France et le collectif Brigade antinégrophobie, de promouvoir cette pratique.

En décembre 2017, le footballeur français Antoine Griezmann avait déjà provoqué une vive -indignation sur les réseaux sociaux et dans l’opinion en publiant une photo où il apparaissait grimé en noir, hommage, selon lui, aux basketteurs des Harlem Globetrotters, dont il est fan. L’international français, qui évolue dans le championnat espagnol, avait aussitôt présenté ses excuses pour ce geste  » maladroit  » et  » blessant « …

« Nuit des Noirs » au Carnaval de Dunkerque : le maire « défend un droit à la caricature »
Pour le maire de Dunkerque, lors du carnaval de sa ville, porteur d’une tradition séculaire, les participants se moquent de toutes les identités :  » Rire de l’autre, c’est rire ensemble »

Louis-Georges Tin : « Le blackface est l’envers grimaçant de l’esclavage »
Le président du Conseil représentatif des associations noires de France explique qu’il ne s’agit pas d’annuler la  » Nuit des Noirs « , mais d’en changer la thématique pour rompre avec le passé colonial et le racisme….…

Lire Plus =>

Le carnaval de Cendrillon

— Par Roland Tell —

Dans cette famille martiniquaise, Cendrillon était le souffre-douleur. En effet, le quotidien de cette adolescente recueillie était fait d’humiliation et de pauvreté, contrairement aux deux autres filles du foyer. Comme dans le conte de Perrault, la famille adoptive de Cendrillon lui avait ménagé un statut de servante, de bonne à tout faire.

 » Elle l’avait baptisée Cendrillon, parce qu’elle faisait toujours la cuisine, et puis la vaisselle, et ce qu’il y avait de plus sale à faire. »

L’association de tutelle ignorait généralement l’avenir des placements opérés. Ce qui l’intéressait, dans ce cas précis, c’est la personnalité des parents – un couple d’écrivains-poètes, plus ou moins connus, ayant fait de la subjectivité créatrice, et de la divulgation du Soi, les racines de leur oeuvre commune. De plus, Cendrillon était belle, plus belle que ses soeurs d’adoption, et, pour cette raison, celles-ci la méprisaient, et la maltraitaient.

Dans cette campagne du Saint-Esprit, dès après le Collège, Cendrillon devait s’occuper des poules, des lapins, des porcs, dans le champ attenant, pendant que ses soeurs scrutaient le détail des dessins animés, clips, films, et autres vidéos, de la télévision.…

Lire Plus =>

Alternaval : lundi gras

4 acteurs alternatifs de Martinique : Lokal Life 972, Les Jardins partagés de l’anse Gaïac, Atoudon-petitesannonces- donner et recevoir et Be Jungle, se sont rassemblés et co-organisent le cortège l’ALTERNAVAL pour la parade du lundi gras à Fort de France le 12 février 2018.

Autour du thème de la réduction et la transformation des déchets, ils proposent de raconter une histoire à travers 3 tableaux :

1er Tableau : LE CONSTAT La montagne pelée qui crache un trop plein de déchets

2ème Tableau : LE MARIAGE DE LA NATURE ET DE L’HOMME

3ème tableau : De ce mariage nait la prise de conscience et le passage à l’action sur la

TRANSFORMATION DES DÉCHETS

Les objectifs sont pluriels :…

Lire Plus =>

Programme du carnaval 2018 de la ville du Lamentin

Du vendredi 26 janvier au vendredi 2 février de 17h30 à 22h : caravane de prévention et d’information des médiateurs « Média Vidé » sur le thème « Entre tan, précaution » organisé par l’Antenne de Justice. Rendez-vous dans les quartiers du Lamentin :

+ Vendredi 26 janvier 2018 : Bwa Santal, Acajou (le Lauréat, le Gange), Bois d’Inde, Californie (Morne Pavillon)  

+ Vendredi 2 février 2018 : Place d’Armes (Mamain, Hibiscus, cité Place d’Armes)

+ Mercredi 7 février 2018 : Long pré (station), Bélème, Plaisance, Pelletier

 + Jeudi 8 février 2018 : Calebassier, Centre bourg, Four-à-Chaux

  Mardi 6 février de 8h30 à 11h30 : carnaval des écoles à Place d’Armes

  – Vendredi 9 février de 19h à 22h : parade « Friday Night » de Sa Ki Fêt Fêt dans les rues du centre-ville avec les orchestres de rues de Martinique…

Lire Plus =>