Conférences

“Pouvoirs du détournement”

Mardi 13 mars, 18h, ESPE de Martinique

Intervenants : Anne-Catherine Berry, Dominique Berthet, Martine Potoczny

******

Une pratique artistique et politique
Cet acte se retrouve par exemple au cœur de démarches très tôt liées à l’art moderne et contemporain, par la réutilisation d’images, d’objets et de textes.

Marcel Duchamp fait appel dès 1913 au détournement des fonctions utilitaires premières d’objets et d’images, lorsqu’il invente le ready-made. Certains artistes liés au pop art y font appel massivement comme Roy Lichtenstein qui détourne des images extraites de comics pour en faire de grandes toiles.…

Lire Plus => ““Pouvoirs du détournement””

Les rendez-vous de février à la B.U. du campus de Schoelcher

Séminaire « Génétique et anthropologie »

Vendredi 15 février 2019, 14h30-16h30 Rue d’Ulm

Cette proposition de séminaire de l’équipe « Manuscrits francophones » cherche à confronter, comparer et surtout à mettre en relation génétique et anthropologie, deux disciplines dont l’Afrique et la Caraïbe constituent déjà le « terrain » commun. Si l’anthropologue s’est lui-même observé « comme auteur » (Geertz), producteur de textes et donc d’avant-textes relevant d’une étude génétique, l’écrivain africain, à l’inverse, s’est défini comme un « guetteur » dont la première phase de travail est « l’enquête » (Sony Labou Tansi) dont les traces peuvent être repérées par l’anthropologie de l’écrit (politique, religieux, historique, culturel, etc.). Outre ces « branchements » (Amselle) évidents situés en amont du processus, celui-ci peut être interprété au croisement de concepts typologiques élaborés dans les champs disciplinaires distincts, mais qui finissent par entrer en résonance, tels le prophétisme scripturaire et l’écriture à processus. Il s’agira aussi de mettre en commun les moyens et méthodes (entretiens, archives, films) pour explorer ensemble de nouveaux terrains, notamment les réseaux sociaux.…

Lire Plus => “Séminaire « Génétique et anthropologie »”

« Recherches en Esthétique : Art et détournement »

Vendredi 15 février 2019 – 18h 30 – Bibliothèque Schœlcher à FdF

La Bibliothèque Schœlcher vous invite à la rencontre autour du 24ème numéro de la revue du CEREAP : « Recherches en Esthétique : Art et détournement » publié sous la direction de Dominique BERTHET.

« Dans le domaine artistique, le détournement concerne généralement les images, les œuvres, les objets, les matériaux industriels et naturels quelles que soient leur taille et leur matière. Le détournement consiste alors en une modification du sens de l’image ou de la fonction de l’objet. Le contexte et le lieu peuvent également jouer un rôle dans le détournement. Celui-ci modifie donc ce qui existait antérieurement.

Le détournement est une modalité de l’appropriation qui consiste à utiliser une source, un référent déjà existant dans la réalisation d’une œuvre nouvelle. En l’occurrence, il s’agit là d’une appropriation productrice d’un écart plus ou moins significatif, débouchant sur une transformation. Le détournement consiste à transformer l’usage d’un objet, ou l’apparence d’une œuvre, connue de préférence.…

Lire Plus => “« Recherches en Esthétique : Art et détournement »”

« Corps marron ! » : conférence de Sylvie Chalaye

Lundi 21 janvier à 19h Tropiques-Atrium. Entrée libre

Les poétiques de marronnage des dramaturgies afro-contemporaines

En marge des dramaturgies contemporaines, sont nées des écritures dramatiques dont les auteurs afro-descendants, sans territorialité d’appartenance reconnue par la Nation, autre que la francophonie, l’Afrique, les Outre-mer ou leur couleur de peau, ont entrepris de faire du corps le théâtre du drame et de déconstruire cette territorialité fantasmée et ses frontières en produisant un « autre » théâtre.

Le corps où se joue le drame est un corps sorti de l’enfermement de la cale des idées reçues et des couleurs plaquées au front, un corps qui entreprend sa mue dans le regard de l’autre, un corps qui est sorti de l’enclos des prêts-à-porter identitaires. Le corps-champ-de-bataille de ces dramaturgies inédites est un corps marron, celui qui n’appartient pas au maître, le corps du rêve, corps sacrificiel et eucharistique, celui qui nous ramène à l’essence même de la cérémonie théâtrale.

Ce livre propose de découvrir cet « autre » théâtre et ouvre quelques entrées théoriques pour en appréhender les enjeux esthétiques, politiques et philosophiques.…

Lire Plus => “« Corps marron ! » : conférence de Sylvie Chalaye”

Art & Société : L’Artocarpe fête ses 10 ans en conférences!

Jeudi 17 janvier 2019 à partir de 15h 30 Le Moule

Pour célébrer ses 10 ans, L’Artocarpe vous invite à une journée de conférences sur l’Art et la Société avec une belle fourchette d’invités!
Le CAGI (Fred Réno et Julien Mérion) présenteront leurs analyses des 10 ans du LKP. En abordant les problèmes sociaux de l’île à travers une grève de 44 jours, le LKP a propulsé, en 2009, la Guadeloupe sur la carte du monde…
Un RDV à ne pas manquer! INVITE SURPRISE

Une date pour votre agenda! / Not to be missed!

Programmation de la journée:
à la Médiathèque du Moule – centre-ville
15h30 – 16h00: Projection d’images photographiques des événements 2009 (par Hélène Valenzuela)
16h00 – 16h45: Intervention de Joëlle Ferly – artiste, fondatrice de L’Artocarpe: L’œuvre d’art à l’ère de sa décolonialité? Analyse des productions artistiques contemporaines au sein d’une structure d’artistes (Bilan de L’Artocarpe depuis 2009)
16h45 – 17h30: Intervention de José Lewest – artiste, chercheur et conférencier: Tendances et structuration de l’art en Guadeloupe de 2009 à 2018
18h00 – 19h30: Mr Fred Réno et Mr Julien Mérion du CAGI (Centre d’Analyse Géopolitique et Internationale): La contagion LKP dans les possessions françaises : mobilisation sociale et faillite politique?…

Lire Plus => “Art & Société : L’Artocarpe fête ses 10 ans en conférences!”

« Groupes/collectifs d’artistes » 4° conférence du CEREAP

Mardi 8 janvier 2019, à 18h, ESPE de Martinique

intervenants : Anne-Catherine Berry, Dominique Berthet et Lise Brossard.

Les objectifs d’un collectif d’artistes comprennent tout ce qui est pertinent ou presque, pour l’activité de chacun d’entre eux ; cela peut aller, concrètement, de l’achat de matériaux en gros, le partage de matériel, de lieux ou de fournitures, en passant par le rapprochement d’idéologies partagées, d’approches esthétiques ou d’opinions politiques ou, même, l’organisation d’une vie commune, notamment de travail, comme dans une famille élargie.

Le partage de la propriété — avec ses risques, ses avantages, ses statuts — est souvent implicite.

Des collectifs d’artistes ont existé à toutes les époques historiques, souvent rassemblés autour d’un centre de ressources ; tel était le cas, par exemple, des ateliers de sculpture de l’Antiquité dans les carrières de marbre de Milos en Grèce ou de Carrare en Italie.

Des collectifs se sont constitués pendant la révolution russe, parfois mis en place par l’État, ou sous la Révolution française lorsque le Louvre à Paris fut occupé par un collectif d’artistes.…

Lire Plus => “« Groupes/collectifs d’artistes » 4° conférence du CEREAP”

Pensée, pratiques et poétiques postcoloniales contemporaines. Monde atlantique et océan indien »

Rencontre avec Rodolphe Solbiac, mardi 11 décembre 2018 à 18h 45

La BU du campus de Schoelcher vous invite à la présentation de Pensée, pratiques et poétiques postcoloniales contemporaines. Monde atlantique et océan indien (L’Harmattan 2018). Le directeur scientifique de l’ouvrage, Rodolphe Solbiac, maître de conférences en Études anglophones à l’UA, poursuit ainsi son travail au long cours d’analyse et de recherche autour des héritages culturel, intellectuel et artistique de la période coloniale, et des conditions dans lesquelles, réappropriés et reconstruits, ces héritages douloureux s’ouvrent à « l’émergence d’une pensée de soi » dans les sociétés concernées.

Riche d’une douzaine de contributions, regards croisés de chercheurs issus de champs disciplinaires différents, cette publication à plusieurs mains est  » un ensemble de réflexions sur l’évolution des sociétés du monde atlantique et de l’océan indien au 20è et 21è siècles. Il explore les créations théâtrales caribéennes et africaines, les arts caribéens de la performance, ainsi que les productions romanesques de la Caraïbe et de l’Océan indien.…

Lire Plus => “Pensée, pratiques et poétiques postcoloniales contemporaines. Monde atlantique et océan indien »”

Frantz Fanon – Marcel Manville –Ti jo Mauvois : semaine du 2 au 9 Décembre 2018 …

Le Modemas, Le PKLS, Le cercle Frantz Fanon ont décidé d’honorer la mémoire de Marcel Manville

Le 2 décembre 2018 il y aura 20 Ans que Marcel Manville est décédé.

Ti jo Mauvois est décédé le 6 décembre 2011, même jour que Frantz Fanon 50 ans après.

Ces compatriotes, le psychiatre, l’avocat, l’historien ont imprégné notre histoire. Ils ont par leur pratique, traqué les esclavages et aliénations de toutes sortes

Une volonté de réconciliation avec avec nous mêmes, une volonté libertaire de libération.

Nous tacherons de nous rappeler d’eux et de l’héritage laissé.

6 décembre 2018 rencontre à l’OMCRL du Robert à 18h30

8 décembre 2018 rencontre à la salle Frantz Fanon (Atrium)

Des interventions se feront aussi en hommage à Frantz Fanon et à Georges dit TI JO Mauvois.

Une centration sur Marcel Manville.

Pourquoi se souvenir de Marcel Manville ?

Il y a nécessité pour nous autres du même pays, de reconnaître les actions de lutte contre la domination coloniale des nôtres, et parmi eux Marcel Manville.…

Lire Plus => “Frantz Fanon – Marcel Manville –Ti jo Mauvois : semaine du 2 au 9 Décembre 2018 …”

La question du partage de la terre

Vendredi 23 novembre 2018. Campus de Schœlcher.

La question de la terre est au cœur de la trajectoire suivie par les anciens esclaves dans les sociétés de la Caraïbe au cours de la période post-abolitionniste. Lors de la proclamation de la liberté en 1848, les esclaves demandent le partage des terres. Alors que cette question foncière ressurgit dans le débat public actuel sur les réparations et qu’elle est interprétée comme la marque toujours vive d’une inégalité ancestrale, il est nécessaire d’interroger de manière plus systématique le lien consubstantiel établi continûment depuis l’abolition entre liberté, justice et distribution des terres. Cette interrogation de recherche se situe à l’articulation du passé et du présent.…

Lire Plus => “La question du partage de la terre”

Esclavage : quel impact sur la psychologie des populations ?

Extraits d’un article du Professeur Aimé Charles-Nicolas :

« Avec la présence de plus en plus insistante dans l’espace public de la thématique de l’esclavage nous nous sommes rendus compte que nous ne savions rien des conséquences psychologiques de la traite des Noirs et de leur mise en esclavage alors même que des travaux psychiatriques ont démontré la nécessité de traiter les psychotraumatismes, que des travaux d’épigénétique démontrent l’existence de traces sur l’ADN des traumatismes psychologiques et leur transmission de génération en génération, alors, enfin, que des travaux d’historiens ont mis au jour «la voix des esclaves». Il est alors apparu indispensable de faire se rencontrer historiens, psychiatres, généticiens, anthropologues et sociologues pour échanger sur cette question loin de toute posture victimaire.

En fait, l’enjeu est de taille puisqu’il s’agit de la première manifestation scientifique sur les conséquences psychologiques de l’esclavage. Dans ce contexte l’enjeu c’est aussi le lien entre esclavage et racisme puisque, avec la traite composée exclusivement de Noirs, le changement de nature et d’échelle de l’esclavage a fait se développer à partir du XVIe siècle une vision racialisée et racialement hiérarchisée de l’humanité (Controverse de Valladolid etc.).…

Lire Plus => “Esclavage : quel impact sur la psychologie des populations ?”

« Histoires orales alternatives dans la Caraïbe XIXème -XXIème siècle »

Colloque de clôture du 19 au 21 novembre 2018 à Schœlcher

Après Bordeaux (septembre 2015) et Port-au-Prince (avril 2017), les membres de l’équipe d’ALTER se retrouvent à Schœlcher en Martinique, à l’hôtel La Batelière du 19 au 21 novembre 2018, pour partager leurs résultats de recherche avec des personnalités scientifiques invitées, les collègues universitaires et le public martiniquais.

Le programme de recherche « Histoires orales alternatives dans la Caraïbe XIXème -XXIème siècle » (2015-2018) a été coordonné par Dimitri Béchacq (CNRS) et financé par l’Agence Nationale de la Recherche. Le programme de recherche ALTER « Histoires orales alternatives dans la Caraïbe (XIX è -XXIè siècles) » a réuni à partir de janvier 2015 une équipe de chercheurs ayant en commun de travailler, à partir de la Caraïbe, sur les processus de formations sociales issues de l’univers esclavagiste, diasporique et postcolonial. Ce projet a porté sur la constitution et la transmission d’histoires orales alternatives de figures, de lieux et d’événements en marge des historiographies officielles et des dispositifs autorisés en Haïti, en Jamaïque, dans les Antilles françaises et à partir de ces territoires.…

Lire Plus => “« Histoires orales alternatives dans la Caraïbe XIXème -XXIème siècle »”

« Création et engagement », présentation du livre de Dominique Berthet

À l’ESPE vendredi 12 octobre 2018 à 18h 30

La Bibliothèque Schœlcher vous invite à la rencontre autour de l’ouvrage « Création et engagement » publié sous la direction de Dominique BERTHET.

L’engagement dans le domaine de la création renvoie à deux aspects. Le premier est inhérent à la création en tant que telle dans la mesure où le créateur s’investit, s’implique dans son projet et dans sa pratique. Créer c’est donner naissance à quelque chose qui n’existait pas avant. Pour cela s’exerce une double action : de la pensée et du corps. La création est souvent présentée comme un combat dans lequel l’artiste se confronte au matériau, au support, aux composants, à l’espace, etc. L’inattendu, le hasard, l’accident perturbent parfois le projet et l’intention du créateur qui est alors amené à prendre en compte ce qu’il n’avait pas prévu. La création résulte d’un engagement total de celui qui donne forme à cette « chose » nouvelle.…

Lire Plus => “« Création et engagement », présentation du livre de Dominique Berthet”

Au Cénacle de Fort-de-France, l’hommage à Paulette Nardal

— par Janine Bailly —

Par le film Les Figures de l’ombre, du réalisateur américain Theodore Melfi, nous découvrions sur nos écrans, en mars 2017, le destin extraordinaire de ces trois femmes noires qui, engagées comme mathématiciennes à la Nasa sur le programme Apollo, durent pour s’imposer affronter et vaincre tous les préjugés du temps, racisme, machisme, sexisme… Grâce à Gerty Dambury, nous retrouvions sur scène, au mois de mai, dans la pièce La radio des bonnes nouvelles, quelques autres femmes fortes dont on n’a pas toujours, en dépit du rôle qu’elles ont pu jouer dans l’évolution de nos sociétés, gardé un souvenir assez vivace. Et ce mardi de juillet, pour la deuxième soirée que nous offrait en bord de mer le Cénacle, c’est une grande figure martiniquaise que nous apprenions à découvrir, à redécouvrir ou à mieux connaître : Paulette Nardal était donc à l’honneur, fille de l’île qui tôt sut partir, s’arracher à sa vie foyalaise, au cocon familial, à la maison de la rue Schœlcher,  pour se confronter au reste du monde, en France, en Amérique aux Nations Unies alors naissantes, au Sénégal chez Senghor ami des Nardal, avant que de revenir chez elle, riche de ses expériences, se mettre au service des siens et de son pays.…

Lire Plus => “Au Cénacle de Fort-de-France, l’hommage à Paulette Nardal”

Le François reçoit la 5e Conférence « Turbulence and Interaction »

Du 25 au 29 juin 2018

La Ville du François accueillera en partie la 5e conférence « TURBULENCE AND INTERACTION 2018 » qui se tiendra du 25 au 29 juin prochains à la Martinique. Une centaine de chercheurs et ingénieurs venant de Pologne, Allemagne, France, Italie, Angleterre, États-Unis, Guadeloupe, Martinique, … des médias et autres participeront aux échanges à l’Hôtel Carayou au Trois-Îlets qui hébergera le congrès. Le principe pour les laboratoires de recherches européens est d’organiser tous les trois ans un congrès international sur la turbulence, la mécanique des fluides et le calcul haute performances. Notre Ville sera fière d’accueillir ces éminents scientifiques les 27 et 28 juin, espérant promouvoir l’image du François dans le monde. Ces chercheurs pourraient mener des études qui serviraient non seulement à la Ville, mais surtout à la Caraïbe sur les courants marins, les vents, les algues sargasses, les énergies renouvelables et plus généralement le climat tropical. Les congressistes seront au François avec au programme : visite de l’Habitation Clément, visite des îlets et bain aux fonds blancs / ou initiation à la yole ronde à l’École de Voile et la Soirée de Gala.…

Lire Plus => “Le François reçoit la 5e Conférence « Turbulence and Interaction »”

Conférence annuelle de The Association of Carribean Historians

L’Association des Historiens des Caraïbes (Association of Caribbean Historians – ACH) commémore cette année sa 50ème conférence, et plus de 100 historiens sont attendus au Campus Cave Hill de l’Université des Indes Occidentales (UWI), à la Barbade, en vue de sa conférence annuelle qui se déroulera du 10 juin au 15 juin 2018.

La conférence, qui aura pour thème: « ACH @ 50 : Continuité, Changement et Défi » est organisée par le Département d’Histoire et de Philosophie à Cave Hill, dans le cadre du Calendrier des Evénements du 70ème Anniversaire de l’UWI.

En reconnaissant les contributions de l’ACH, le Vice-chancelier de l’UWI, également historien de renom, le professeur Sir Hilary Beckles a déclaré: « L’ACH a grandi en tant que corps académique de premier plan qui couvre la région et au-delà. En cinq décennies, ses membres ont défini et redéfini le récit historique autour de l’identité, de la culture et de la formation d’une civilisation caribéenne originale. Il continue d’aider à façonner les politiques nationales et régionales, et à introduire, à plusieurs niveaux, les spécificités des peuples de la région dans le contenu des programmes.…

Lire Plus => “Conférence annuelle de The Association of Carribean Historians”

Hommage à Léo Élisabeth

 25 mai 2018 de 9h à 17 h Campus de Schoelcher

Faculté des Lettres et Sciences Humaines,
Amphithéâtre Hélène Sellaye
Allocutions officielles :
Mme Odile Marcelin François-Haugrin, Vice-Présidente du Pôle Martinique de l’université des Antilles.
Mme Marie-Hélène Léotin, Conseillère exécutive en charge de la culture et du patrimoine à la CTM
Mme Cécile Bertin -Elisabeth, Doyen de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines
Mme Dominique Aurélia, Vice-présidente déléguée aux Affaires Internationales .
Ouverture par Erick Noël, Professeur à l’université des Antilles.

IN MEMORIAM – Léo Elisabeth 1931-2016 – Docteur d’Etat, Président de la société d’histoire de la Martinique, Inspecteur pédagogique régional de l’académie des Antilles-Guyane de 1977 à 1997.

Un regard perçant et lumineux, visionnaire sans doute, un esprit vif, curieux, insatiable, une attention vigilante et stimulante sur le monde et sur la genèse de l’espace caraïbe, enfin et surtout une grande bienveillance et une capacité de distanciation, d’humour aussi, ont contribué à la légitime reconnaissance de nos disciplines, histoire, géographie mais aussi éducation civique dans le champ émergent d’une approche globale et respectueuse des réalités culturelles et sociales de notre environnement régional.…

Lire Plus => “Hommage à Léo Élisabeth”

Conférences, Manifestations culturelles autour du 22 mai

22 mai 2018

Chants, conte et marche

BASSE-POINTE.

L’association Oxy’Gêne, en partenariat avec la municipalité de Basse-Pointe, organise une soirée commémorative, place du 22-Mai à la cité Tapis Vert dès 17 h 45. Des chants résonneront avec Christiane Nadeau puis se produira le ballet « Krystal Kréol ».

Entre 18 h 30 et 20 heures, la population est invitée à une marche au flambeau qui partira de la place du 22-Mai et s’étirera vers le quartier Hackaërt, l’habitation Gradis pour un retour place de Fond-bourg avec les groupes à pied, « Caraïbe Groove », « Ti Kadans’ ». Un plateau artistique installé place des fêtes de Fond-bourg complétera les festivités avec diverses associations comme « Les balisiers » de Fort-deFrance, « Rasin péyi-a », « Les aigles de Pelletier » du Lamentin, « Les étoiles du sud » de Saint Esprit, « Fairy’s kolor Palmiste » du Lamentin, « Les étoiles de Basse-Pointe », « Lalin-klè », « Caraïbe Groove » et « Ti Kadans’ ».…

Lire Plus => “Conférences, Manifestations culturelles autour du 22 mai”

Habitations et industries agricoles de la Martinique en 1960, Atlas foncier par commune

Mardi 15 mai 2018  à 18 h à la C.T.M.

En présence de Christian Crabot, auteur, Bernard de Reynal, contributeur

et Françoise Pagney, professeur des universités

mardi 15 mai 2018, salle Emile Maurice – Hôtel de l’assemblée de la CTM, avenue des Caraïbes, Fort-de-France

Merci de confirmer votre présence au 05 96 55 43 43 ou sur

archives-inscription@collectivitedemartinique.mq

La grande plantation moderne, fondamentalement liée à la production du sucre a longtemps été un cadre très contraignant. Elle a littéralement moulé la société martiniquaise, lui imposant son organisation économique interne et ses rapports économiques avec l’extérieur. Secouée par diverses crises, elle n’avait cependant jamais connu un ébranlement tel que celui qui la fit commencer à céder de son emprise au cours des années 1960-70.

Cet atlas foncier, établi à partir de données collectées et cartographiées en 1959-60 mais restées inédites, est le reflet ultime du microcosme martiniquais de la terre et de l’usine à la veille de sa profonde mutation et dont les traces affleurent encore sous la société actuelle et dans les esprits.…

Lire Plus => “Habitations et industries agricoles de la Martinique en 1960, Atlas foncier par commune”

« Le monde du Galion : introduction à la sociologie d’un grand domaine sucrier de l’entre-deux guerres »

Mardi 24 avril 2018, à 18h aux Archives de Martinique

Conférence donnée par Jean-Pierre Sainton, professeur d’histoire à l’Université des Antilles

 

La sucrerie du Galion est aujourd’hui le dernier vestige du passé sucrier de la Martinique encore en activité. Le domaine, constitué au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, a traversé le XXe siècle en structurant fortement de son empreinte la totalité du territoire trinitéen. A partir du dépouillement et de l’analyse en cours des fonds d’archives privés du Galion détenus aux ANOM (FP/118 AQ), la communication présentera une première lecture de la sociologie des acteurs de ce grand complexe sucrier qui se confond avec l’espace social global d’une commune et proposera ses premières conclusions sur les rapports sociaux tissés au sein et autour du domaine de l’Usine. 

Lire Plus => “« Le monde du Galion : introduction à la sociologie d’un grand domaine sucrier de l’entre-deux guerres »”

Conférnce du CEREAP en lien avec le CRILLASH : Exil et création »

Mardi 10 avril 2018, 18h, ÉSPÉ de Martinique

Intervenants : Dominique Berthet, Frédéric Lefrançois, Martine Potoczny

*****

***

*

Exil et création
— par Abdellatif Laâbi —

« Quand la chrysalide de la création se libère en nous, nous sommes déjà au seuil de l’exil. L’exil est en nous, avant que de nous être imposé. Il se révèle dès que notre migration commence et que notre quête se déploie. »

De l’exil ou de la création, lequel prime l’autre ? Cette façon d’appréhender le rapport de la création à l’exil peut paraître singulière, voire artificielle. Mais pourquoi s’est-elle imposée à moi, d’emblée, sous cette forme de devineete à laquelle je crois pouvoir répondre sans hésitation ?

Oui, je pense que la primauté est à l’exil.

Car créer ne présuppose-t-il pas l’une ou l’autre des formes que peut prendre l’exil ? Loin de moi l’idée de jouer avec les mots ou de me jouer des mots. Et, pour que cette idée soit loin de nous tous (et toutes), voyons d’abord ce que les mots recouvrent, ce qu’ils peuvent voiler et dévoiler.…

Lire Plus => “Conférnce du CEREAP en lien avec le CRILLASH : Exil et création »”

Famille, lieu de survie par Bernard Rivière

Vendredi 23 mars 2018 de 17h à 20h Quartier Didier

Wopso, 31 route de l’union
Quartier Didier
97200 Fort-de-France
Inscription gratuite sur Evenbrite : Famille lieu de survie
contact.wopso@gmail.com
Cette conférence a pour objectif de décrypter les mécanismes d’adaptation de l’enfant à son environnement familial, mécanismes qui peuvent avoir des conséquences profondes dans sa
relation à autrui.
La conférence sera animée par :
Bernard Rivière
Professeur retraité de l’UQAM
Maîtrise département d’éducation et pédagogie
Doctorat département de psychologie
Formateur à l’institut de formation d’aide communautaire à l’enfant et à la famille
Superviseur à la Maison des enfants de Montréal

Bernard Rivière

Bernard Rivière est psychologue et professeur de counseling dans les programmes du baccalauréat de développement de carrière et de la maîtrise en carriérologie à l’Université du Québec à Montréal. Il est directeur du programme de premier cycle en développement de carrière. Au plan de la recherche, il s’intéresse particulièrement aux représentations sociales de la réussite et aux problématiques du décrochage.…

Lire Plus => “Famille, lieu de survie par Bernard Rivière”

L’art brésilien au féminin…

Rencontre avec Hugues Henri, lundi 5 mars à la BU Martinique

Lundi 5 mars à 17h45, la BU vous invite à la présentation par son auteur, Hugues Henri, de l’ouvrage « L’art brésilien au féminin », paru chez L’Harmattan fin 2017.

L’art brésilien au féminin…
Hugues Henri
Ouverture Philosophique
BEAUX ARTS PHILOSOPHIE AMÉRIQUE LATINE Brésil

Sur les traces d’Anita Malfatti, Tarsila do Amaral, artiste peintre, fonde en 1928, l’esthétique anthropophage. Tout au long du XXe siècle, y compris pendant la dictature militaire (1964-1985), et jusqu’à ce jour, des héritières brillantes lui ont succédé : Maria Martins, Lygia Pape, Lygia Clark, Anna-Maria Maiolino, Adriana Varejao. Ce livre retrace le parcours artistique exemplaire, depuis la Semaine de l’Art moderne en 1922 à Sao Paulo, où ces femmes tinrent le premier rôle.

Agrégé d’arts plastiques, Hugues Henri a enseigné à l’Ecole Normale de Pointe-à-Pitre puis à l’IUFM de Fort-de-France. Depuis 1994, il est chercheur en art et en littérature au CEREAP. Plasticien, il expose aux Antilles, au Brésil et en France métropolitaine.…

Lire Plus => “L’art brésilien au féminin…”

Une blanche colombe bien dérisoire

— Par Térez Léotin —

Si je pense que le Martiniquais se complait dans une espèce de noirisme, – ici je pense à ceux qui sous prétexte qu’effectivement l’espèce humaine vient d’Afrique, ressassent que le Noir est à l’origine de toutes les créations, comme si celui-ci doit mériter sa place sous le soleil. Si on veut avec raison réhabiliter le Noir, si on veut du reste, changer sans doute le regard, à trop en faire, on tombe dans un racisme à l’envers aussi absurde que l’affirmation illusoire de la « supériorité » du « Blanc »

Autre forme de noirisme, l’obsession du martiniquais par alliance, Serge Bilé, sur le sort des Noirs, au point qu’il peut donner à douter de la sincérité de ses écrits. Cela semble être vraiment « son » affaire, pour ne pas dire son bon filon. Il ne lui reste plus qu’à écrire : « Les cheveux blancs sur la tête du noir » ou « L’homme noir qui avait des chaussettes blanches », ou encore « Les lunettes noires du patron blanc », peut-être les a-t-il en chantier.…

Lire Plus => “Une blanche colombe bien dérisoire”

Masques

— Par Gilles-Denis Delage —

Les tout premiers soubresauts de l’humanité avaient déjà vu l’homme pratiquer le rituel du masque. Les tribus guerrières arboraient des masques terrifiants pour effrayer leurs ennemis, les sorciers s’agitaient sous ces mêmes accoutrements pour décontenancer leurs adeptes, dans le théâtre de la Rome antique, les masques contribuaient à la caractérisation des personnages qui entraient en scène pour la comédie. Chez nous, les « diables rouges » continuent à ensanglanter nos rues le Mardi gras.
De nos jours encore, bien que fictifs, la société nous l’apprend, nous portons tous des masques. Dans la vie quotidienne, dans nos rapports sociaux, amicaux et autres, quelle que soit la circonstance, nous nous empressons d’enfiler le masque. Celui qui correspond le mieux à ce que l’autre attend de nous pour ainsi jouer la comédie. Comme au vidé du mardi gras, nous portons notre déguisement, nous dansons au bal masqué des autres, pour les autres. Ainsi notre nouveau visage nous ressemble plus ou moins selon qu’il se rapproche ou s’éloigne de notre vraie personnalité.…

Lire Plus => “Masques”