Étiquette : guadeloupe

La Guadeloupe démunie face au Covid-19

En Guadeloupe, lutter contre la pandémie de Covid-19 est plus difficile qu’ailleurs en France. Ce département d’Outre-mer fait face à un manque de personnel hospitalier, mais aussi à l’impossibilité d’appliquer systématiquement certains gestes barrières, l’eau courante étant régulièrement coupée dans certaines régions. Nos reporters se sont rendus dans l’île, à la rencontre des soignants et des habitants.

La Guadeloupe lutte contre la pandémie de Covid-19 avec des moyens limités. Le service de réanimation du CHU de Pointe-à-Pitre, en hypertension depuis le mois de mars 2020, a passé le pic de la deuxième vague dans la souffrance. Plus de 9 000 cas de Covid-19 ont été reportés sur ce territoire de plus de 400 000 habitants depuis le début de la crise.

À l’hôpital, c’est grâce à des réservistes sanitaires envoyés en renfort par Paris mais aussi à l’armée que 44 lits de réanimation ont pu être ouverts durant le pic, jusqu’à début novembre 2020. Aujourd’hui, il n’y a plus que 29 places en réanimation à l’hôpital, et la cantine est encore utilisée pour recevoir des patients non-Covid.

Dégâts sanitaires et économiques

Si l’île vit la crise plus difficilement, c’est aussi en raison d’un problème récurrent de coupures d’eau, plus de 60 % de l’eau potable étant perdue dans les canalisations défectueuses du système de distribution.

→   Lire Plus

Prenons garde à la fin de la croissance économique en Guadeloupe !

— Par Jean-Marie Nol, économiste —

L’économie de la Guadeloupe devrait nettement marquer le pas en 2020 . Cette détérioration des chiffres serait avant tout liée à une conjoncture défavorable. S’agit-il d’un trou d’air dans l’activité ou d’une tendance sur plusieurs années ?
Seul l’avenir nous le dira, mais pour le moment, l’incertitude gagne et détruit l’économie à petit feu . Jour après jour, la crise sanitaire du Coronavirus se transforme et devient une crise économique et sociale . Plus qu’un virus, la crise du coronavirus est une expérience de décroissance et de démondialisation accélérée. Qui pouvait penser que le coronavirus ferait basculer le pays Guadeloupe entier dans la récession et bousculerait complètement nos certitudes sur le mythe d’un progrès social infini dans le cadre de la départementalisation ?
Parmi ces certitudes, il en va désormais du questionnement de la survie même de l’Etat providence avec un modèle social français en grande difficulté financière . Il en est également de la question de la croissance.
La croissance économique peut se définir comme une augmentation durable de l’activité économique d’un pays. Pour mieux comprendre, c’est la richesse totale produite par la Guadeloupe.

→   Lire Plus

A la Guadeloupe, le règne du grand flou

— Par Olivier Lancien —

L’archipel a été placé en zone d’alerte maximale, avec la fermeture totale des restaurants et des bars. Une mesure jugée « disproportionnée » Baie-Mahault (Guadeloupe) correspondance Un coup de massue sur la tête de professionnels de la restauration en Guadeloupe.
Dans ce petit snack de Bragelogne, à Baie-Mahault, commune du nord de Basse-Terre, ce jeudi 24 septembre au matin, c’est un peu le grand flou qui règne. L’entreprise fait de la vente de repas à emporter, mais possède aussi des tables pour le service du midi. Au lendemain des annonces d’Olivier Véran, le ministre de la santé, indiquant que l’île était placée en « zone d’alerte maximale » face au coronavirus, les deux employées, charlotte sur la tête et masque de protection sur le visage, sont inquiètes. « Il faut fermer, mais personne ne parle des modalités. Et nos salaires ? Si ça continue comme ça, on va mettre la clé sous la porte », expliquent-elles.
Les restaurateurs ont le sentiment que leur secteur est pris pour cible par l’État. Déjà, le 11 septembre, la préfecture avait annoncé la mise en place de la fermeture anticipée à 22 heures.

→   Lire Plus

Covid-19 : en Guadeloupe, des nouvelles mesures de restrictions

Pour faire plier l’épidémie, c’est donc la méthode du cas par cas qui a été retenue dans l’Hexagone. Une politique locale, adaptée à la situation sanitaire d’une région à l’autre. « Ces mesures ne doivent pas se décider depuis Paris », avait prévenu vendredi, le Premier ministre, Jean Castex, refusant la méthode du « partout pareil, au même moment et de la même manière ». Parmi les 42 départements en rouge, où le virus circule activement, Marseille, Bordeaux et la Guadeloupe cristallisent les inquiétudes. Les préfets doivent donc plancher sur de nouvelles mesures barrage et rendre leurs copies lundi.

Mais du côté de la Guadeloupe, l’heure n’est plus à l’attente. Avec un taux de positivité de plus de 21 %, au-delà du seuil d’alerte et près de 800 cas de contagion en une semaine, les premières restrictions sont tombées dans la nuit de vendredi à samedi et sont entrées en vigueur dans la foulée. Objectif : restreindre les rassemblements.

En plus du port du masque obligatoire dans l’espace public, les restaurants et les bars ne pourront plus accueillir de clients à compter de 22 heures du dimanche soir au mercredi soir et minuit du jeudi soir au samedi soir.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 28 juin

La Guadeloupe devient une colonie française le 28 juin 1635

L’histoire de la Guadeloupe, à la fois région d’outre-mer et département d’outre-mer (numéro 971) français, fut marquée comme l’histoire de la Martinique et l’histoire de la Jamaïque par la déportation massive, à partir des années 1670, d’esclaves noirs africains, ancêtres de l’immense majorité de la population actuelle, phénomène qui a marqué également dès 1640 l’histoire de la Barbade puis vers 1700 l’histoire de Saint-Domingue.

Population indigène Karukera
Selon les données archéologiques, les premiers signes d’occupation de la Guadeloupe datent d’environ 300 av. J.-C.. Ces peuples de Taïnos y développèrent essentiellement l’agriculture, et auraient été exterminés par des peuples plus belliqueux : les Caraïbes1. Ces derniers nommèrent l’île Caloucaera (Karukera), mot voulant dire « l’île aux belles eaux ». Ces communautés sont celles qu’ont rencontrées les premiers Européens débarqués sur l’île.

Arrivée des premiers Européens en Guadeloupe
21 jours après avoir quitté les îles Canaries, au cours de son deuxième voyage, Christophe Colomb aperçoit une première terre : La Désirade, qu’il baptise ainsi Desirada, tant la vue d’une terre fut désirée par l’équipage.

→   Lire Plus

En Guadeloupe, Philippe privilégie la lutte internationale contre les sargasses

La lutte contre les sargasses passera par la coopération internationale, plutôt que par une succession de plans nationaux, a insisté le Premier ministre.

La lutte à long terme contre les sargasses passera par la coopération internationale, plutôt que par une succession de plans nationaux, a insisté samedi Edouard Philippe, qui a constaté lors de sa visite en Guadeloupe les dégâts causés par ces algues brunes proliférant partout dans les Caraïbes.

Il n’était donc pas question à ce stade pour le Premier ministre de débloquer une nouvelle enveloppe d’aide pour les Antilles, durement frappées depuis 2011 par les échouements massifs de ces algues à l’origine d’émanations toxiques et nauséabondes.

Alors qu’une première conférence internationale sur les sargasses se tenait cette semaine à Pointe-à-Pitre, Edouard Philippe a plutôt insisté en clôture sur « la nécessité de répondre à ce fléau par une coopération multilatérale ». En ce sens, une déclaration commune a été adoptée samedi par des délégations nationales de la zone et des organisations régionales, entérinant la création d’un programme caribéen de lutte soutenu notamment par des fonds européens.

« Les solutions doivent être mondiales », a encore plaidé le Premier ministre en clôture d’une conférence qui a notamment récompensé une douzaine de projets internationaux destinés à améliorer la connaissance des causes, pour l’heure assez mystérieuses, et la valorisation de ces algues.

→   Lire Plus

20e édition du festival « Terre de Blues » – lanné sélébrasyon

— Par Dr Maryse Etzol(*) —

Que de chemins parcourus en 20 ans!

Passer d’un festival aux ambitions certes affichées mais mesurées à ses débuts, à un rendez-vous devenu incontournable, élevé au rang des plus grands festivals de la Caraïbe, est l’une de nos plus grandes satisfactions.

Platon dit un jour : « pour connaitre un peuple il faut connaitre sa musique ». Je me permettrai d’ajouter, pour se connaitre en tant que peuple il est nécessaire de maitriser son histoire et de s’approprier les rythmes qui l’ont accompagnée.

Notre histoire faite de puissances, puis de douleurs et de fers, avant que ne s’allument les braises de la liberté, fut bercée par le Ka qui sera, sous toutes ses variantes, dignement représenté sur la grande scène du festival.

Notre histoire s’émerveilla aussi au son d’un blues né du génie de nos frères du continent voisin, et honoré sans discontinuer ici à Marie-Galante.

Notre histoire, avant tout autre chose, a baigné dans les sons de l’Afrique qui nous envoie sur scène, cette année encore, l’un de ses plus talentueux fils.

Et la Caraïbe, me direz-vous, qu’a-t-elle dansé et chanté dans son histoire moderne ?

→   Lire Plus

Guadeloupe : Un Congrès… Pour des prunes ?

— Par Frantz Succab —

L’idée de Congrès des élus semble faire son chemin parmi les sentiers sinueux des logiques politiciennes. Il finira par se tenir, à la suite de quelques-uns sur 19 ans, convoqués alternativement par l’un ou l’autre des présidents, de la Région ou du Département.

Sera-t-il, enfin, Congrès de la congruence ? Rien n’est moins sûr. Et pourtant, la vraie question se trouve là, dans le « pouki », le « Pour-quoi-faire » : selon que ce Congrès sera considéré comme fin en soi ou, plutôt, comme un lieu à partir duquel s’ouvrirait un vrai horizon politique.

Il convient d’abord de restituer à cet organe son sens premier. « Le Congrès des élus départementaux et régionaux », instauré par la Loi d’Orientation pour l’Outre-Mer (LOOM – 28 mars 2000) est lui-même une évolution institutionnelle. C’est une institution qui, dans le but de permettre aux possessions françaises d’Outremer de se sentir moins ligotées, desserre un peu les liens. Elle permet aux élus de choisir, s’il en est, le lien de dépendance le plus avantageux, à condition de ne jamais le rompre.

→   Lire Plus

Guadeloupe : le développement en question(s)

— Sous la direction de Georges Combé —

La Guadeloupe est habituellement présentée comme un territoire développé de ce qu’on appelle « l’outre-mer français ». Elle est ainsi souvent perçue par de nombreux pays et/ou habitants de l’espace caribéen. Mais dans le meme temps, il ne manque pas de décideurs économiques, de responsables politiques, français comme guadeloupéens, pour évoquer selon leur propres termes, les « retards structurels de développement » du territoire. Comment appréhender ce paradoxe? Comment situer la Guadeloupe au regard des critères conventionnels du développement? Si ce n’est pas un pays développé, à quelles conditions peut-elle l’être? Ce numéro spécial d’Études guadeloupéennes présente des textes qui abordent toutes ces questions.
Ce n’est pas seulement l’économiste qui doit s’interroger sur la réalité et la nature du développement mais également le sociologue: ce n’est pas seulement le théoricien, mais également l’acteur de terrain ou encore l’homme de culture. Ce numéro spécial d’Études Guadeloupéennes a pris le parti d’une approche transversale avec un ensemble de contributions qui mettent en question le développement dans ses multiples dimensions. Elles font des propositions novatrices qui pourraient nourrir le débat nécessaire et inévitable sur le devenir de la Guadeloupe.

→   Lire Plus

Chronique des Îles du vent – Guadeloupe & Martinique

Nouvelles et poésies sélectionnées par Dominique Ranaivoson, en collaboration avec Jean-Marc Rosier

Douze écrivains originaires de la Guadeloupe et de la Martinique témoignent leur commun attachement à leurs îles natales ou adoptives. Leurs écritures, en français ou en créole, associées à l’image ou à la musique du slam, en prose ou en vers, témoignent de la richesse de la créativité littéraire de la région. Inspirées par leurs aînés, mais libres de toute école, leurs plumes sont tout à la fois des Caraïbes et du Monde.

LES AUTEURS

Jimmy Anjoure-Apourou, Nicole Cage, Miguel Duplan, Frankito (Franck Salin), Michel Herland, Véronique Kanor, Serghe Kéclard, Gaël Octavia, Émeline Pierre, Michael Roch, Jean-Marc Rosier, TiMalo

EXTRAITS

« Ça faisait long d’temps qu’j’y étais pas revenu, fout’ mes pieds sur le sol de ma gwada pour rien, pour de faux, et jouer pour de faux au fils qui s’en revient après un long périple. Et pourquoi tout ce temps Je n’en sais fichtre rien, j’avais traîné, erré, marché sur toute la terre, en cherchant dans l’ailleurs une réponse à moi-même… Question à la peau dure, persistante et teigneuse comme de la mauvaise herbe.

→   Lire Plus

Ephémères jardins de la Martinique

— Par Michel Herland —

A l’initiative de Bernard Hayot et avec le soutien de la Fondation Clément, ont été publiés plusieurs ouvrages mettant en valeur le patrimoine matériel martiniquais et incitant à sa conservation, à commencer par Le Patrimoine des communes de la Martinique (1998, 2e éd. 2013), puis, à partir de 2010, une série de petits guides consacrés à telle ou telle commune particulière.[i].

Voici maintenant Jardins de la Martinique, un gros ouvrage richement illustré comme il se doit, mais dont l’intérêt réside également dans les commentaires abondants d’Isabelle Specht, lesquels sont nourris par les récits des nombreux visiteurs de l’île qui n’ont pas manqué de se montrer frappés par l’exubérance et la générosité de sa végétation, depuis Jean-Baptiste du Tertre (1667) jusqu’aux deux André surréalistes, Breton et Masson (1941), en passant par le Père Labat (fin XVIIe), Jean-Baptiste Leblond (fin XVIIIe) et bien d’autres comme Louis Garaud,  vice-recteur de la Martinique à la fin du XIXe siècle. Une admiration parfois tempérée par un sentiment d’oppression, à l’instar de Lafcadio Hearn qui voyait dans les forêts montagneuses une « beauté étrange et effroyable ».

→   Lire Plus

Guadeloupe. La bataille des forçats de la banane

— Par Dominique Sicot —

À Bois-Debout, dix jours de grève ont permis aux ouvriers d’obtenir leur dû. Leur exemple s’est étendu à une douzaine de plantations Depuis le 18 mai, ils sont 200 à avoir cessé le travail pour obtenir une convention collective et en finir avec des conditions d’emploi proches de l’esclavage.

Plus de 200 ouvriers agricoles travaillant dans une douzaine de plantations de bananes, situées autour de la commune de Capesterre-Belle-Eau, sont en grève depuis le 18 mai. Soutenus par la CGTG (Confédération générale du travail de Guadeloupe), ils se sont organisés en comité de grève. Face à eux un patronat de choc ! Reçus le 22 mai par les responsables de la région, les grévistes avaient demandé leur intervention. Sans effet pour l’instant. « Aucune négociation ne s’est ouverte, confirme Jean-Marie Nomertin, secrétaire général de la CGTG, mais on a l’habitude ! Les grèves sont toujours dures dans les plantations. » Le 19 mai, un planteur à sinistre réputation, Tino Dambas ­ « un patron noir qui sert de marionnette aux gros békés », dénoncent les ouvriers ­ a tenté de foncer avec un tracteur sur les grévistes qui s’étaient réunis à un rond-point.

→   Lire Plus

De la violence et de l’exil des jeunes antillais

— Par Jean-Marie Nol, économiste financier —

questionnementbLa Guadeloupe est en crise et la Martinique n’avance pas car elle est en panne : Nos régions se vident de leurs forces vives , nos villes débordent de manifestations quotidiennes de violence et notre cohésion sociale est mise à mal .La crise sociétale actuelle en Guadeloupe et la crise larvée en Martinique mettent en lumière un phénomène préoccupant : l’exil des jeunes diplômés couplé avec la délinquance d’autres jeunes restés au Pays . Avec cette crise de société , c’est un fait, de plus en plus de jeunes sont tentés par la délinquance et l’oisiveté alors que d’autres préfèrent aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs. Depuis les années 2000, l’expatriation des Guadeloupéens et Martiniquais est ainsi en croissance régulière, de l’ordre de 5 à 6% chaque année . La première des grilles d’analyses relève de la sphère économique. Nos pays respectifs ont incontestablement une difficulté avec leur jeunesse.La faute est à cet exode des jeunes qui a commencé au milieu du 20e siècle avec le BUMIDOM et qui s’est poursuivi pendant les années de crise avec nos jeunes qualifiés .La

→   Lire Plus

En finir en Guadeloupe et Martinique avec le jeu de poker menteur !

— Par Jean-Marie Nol, économiste financier —

credit_agri_rap_forceTribune

Comment qualifier les stratégies des syndicats du crédit agricole face à la volonté de la direction du crédit agricole de supprimer les 40% pour les nouveaux embauchés ?… Quelle est la représentativité des différents acteurs ?… Quels sont les traits marquants de la contestation ?… Pourquoi la caisse du crédit agricole de la Martinique est délibérément hors du champ du conflit et demeure dans l’expectative ?

A mon avis, il n’est pas pertinent de réduire un mouvement social comme celui-ci à un seul facteur tel celui des 40%,même si il s’agit d’un élément relativement important au vu de ce que nous apprennent l’histoire et la sociologie actuelle sur l’analyse des faits sociaux en Guadeloupe et Martinique. Depuis le mouvement social de 2009, il convient à notre sens de replacer les mouvements sociaux actuels dans un contexte social plus profond, celui de l’accélération de la mutation du travail en Guadeloupe. Aujourd’hui, avec un taux de chômage des jeunes de près de 60% en Guadeloupe, le travail reste une question centrale qui mobilise une société entière, qui dit des choses sur ce qu’est cette société qui dérive de plus en plus vers la violence.

→   Lire Plus

Antan lontan

Pineau GuadeloupeLa Guadeloupe et la Martinique à travers les cartes postales anciennes

Par Michel Herland

La réédition de deux ouvrages de Gisèle Pineau et André Lucrèce respectivement consacrés à la Guadeloupe et à la Martinique est l’occasion d’un voyage dans le passé riche d’enseignements. Les premières cartes postales ne ressemblent en rien à celles que l’on trouve aujourd’hui sur les présentoirs des boutiques pour touristes. Pas de paysage de rêve – mer bleue, sable blond et cocotiers –, pas de fleurs exotiques, pas de pin-up plus ou moins dénudée assortie d’une légende égrillarde. Il y a un siècle en arrière, on ne connaissait pas la photographie en couleurs, ce qui rendait sans intérêt les photos de paysages ou de fleurs. Quant aux jeune femmes et dames, elles se baignaient tout habillées – comme nous le montrent, justement, les cartes postales anciennes. Celles-ci nous apportent en effet un témoignage proprement irremplaçable sur la vie de nos ancêtres. Il y avait bien, à cette époque, le journal L’Illustration, mais ce dernier couvrait surtout les grands événements ; ses reporters ne visitaient pas les coins reculés et s’intéressaient peu à la vie sans grandeur des classes laborieuses.

→   Lire Plus

Attention au danger de la dette des collectivités de Martinique et Guadeloupe

— Par Jean-Marie Nol – Economiste financier
on_marche_sur_la_detteAlors que le pouvoir d’achat des Guadeloupéens et des Martiniquais stagne, que le chômage ne cesse de progresser et que les problèmes économiques et sociaux s’aggravent, les exécutifs de Guadeloupe et Martinique et leurs oppositions respectives persistent dans les cancans et les invectives à propos de problèmes budgétaires, et ce alors que la Région Guadeloupe et la Collectivité de Martinique figurent parmi les plus endettées de France . Les hommes et femmes politiques de la Guadeloupe et de la Martinique ne sont pas conscients qu’ils sont dans la situation d’un alpiniste qui est sur une paroi très raide et qui ne sent pas  que les prises sont en train de lâcher : ont-t-il bien pris la mesure de la crise à venir en 2017 du fait de la réduction des dotations de l’Etat et de la progression inéluctable des dépenses notamment sur le plan social ?
Après avoir examiné dans le détail les finances des collectivités de Guadeloupe et Martinique, ainsi que leurs évolutions au cours des dernières années, et à la lecture de ces données, on peut sans conteste affirmer que le constat est préoccupant pour l’avenir.

→   Lire Plus

Two présé pa ka fè jou wouvè

— Par Frantz Succab —

two_preseVoilà tournée la dernière page d’un épisode de la vie politique. Au moment où l’élection d’Ary Chalus à la présidence de la Région ouvre le suivant, on ne doit rien oublier de ce qui est arrivé au pays de pire ou de meilleur.

L’histoire ne commence pas maintenant. Ce qu’on a toujours vécu, doit éclairer ce qu’on va vivre. En imaginant ce qu’il faudra faire, on doit tous, élus aussi bien que citoyens, garder à l’esprit ce qu’il ne faut plus faire, ou laisser faire. Que le peuple aime ses représentants n’est pas preuve de faiblesse, si cela favorise la concorde. Le plus dangereux c’est que la représentation politique devienne tout pour lui, jusqu’à remettre totalement son sort entre ses mains. Les voix de la critique se faisant ténues d’une échéance électorale à l’autre, pendant que le pouvoir s’accoutume aux louanges et aux flatteries, à force de n’entendre quotidiennement que la douce musique susurrée par un entourage qui vit à ses dépends.

Démocratie : un idéal à atteindre

Il ne faut pas se raconter d’histoire.

→   Lire Plus

Rester Guadeloupéen « an bouch » ou le devenir politiquement ?

— Par Frantz Succab —

gwadaDu GONG à l’UPLG, en passant par divers succédanés de la mouvance indépendantiste, « l’abstention révolutionnaire » résuma un positionnement à l’égard de la nation française. Les élections, singulièrement les présidentielles et les législatives n’étaient que l’occasion de montrer symboliquement que nous n’en sommes pas, tout en vaquant par ailleurs à nos occupations civiles, professionnelles ou autres, de ressortissants français. Nous ne pouvions faire comme si nous vivions dans un pays indépendant, sous une autorité politique propre, comme conservée sous cloche. Aucun syndicaliste ou démocrate, fût-il du plus pur nationalisme, n’hésitait à s’appuyer sur certains dispositifs législatifs français, tant qu’ils garantissaient les droits du salarié, certaines libertés démocratiques, les Droits Humains en général. Parce qu’à l’intérieur de ces dispositifs se trouvaient les fruits de la lutte des classes laborieuses d’ici et de France.

L’adjectif « révolutionnaire » accolé à l’abstention lui apportait un sens positif, la démarquant de l’indifférence politique plus que démissionnaire du commun des mortels. Quoique liée au fait électoral, l’abstention, de ce point de vue, ne se voulait pas une arme électorale au sens strict, parce que ne visant aucun autre résultat que l’élévation de la conscience nationale.

→   Lire Plus

Pour que la Guadeloupe gagne

— Déclaration du KSG —
k_s_g_Le corps électoral guadeloupéen sera amené, les 6 et 13 décembre prochains, à élire une nouvelle équipe à la tête du Conseil Régional. Ces élections se dérouleront dans un contexte particulier.
Depuis 11 ans, une orientation politique et une méthode de gouvernance règnent sans partage sur le pays, en le mettant sous séquestre. Une personnalisation à outrance du pouvoir qui ne présage rien de bon pour l’avenir. Dans le mëme temps, le pays Guadeloupe s’enfonce de plus en plus dans un marasme social, un sous-développement de l’économie de production, dans une société de surconsommation profitable aux importateurs et à l’Etat français.
Tous les gadgets annoncés à grand renfort de publicité se sont avérés être des leurres :
-les prix des produits de consommation courante n’ont jamais été aussi élevés que depuis l’instauration du « bouclier prix »;

-le prix des carburants fait le yoyo tout en étant toujours plus haut alors que le cours du pétrole n’a jamais été aussi bas. Tel est le résultat du décret Lurel;

-en dépit des opérations de séduction à l’égard de la jeunesse, le constat est cinglant, 60% des jeunes en âge de travailler sont au chômage;

-depuis la destruction de l’AFPA principal organisme de formation professionnelle, l’établissement public régional de formation délivre en place et lieu des titres et diplômes de qualification de simples attestations de stage comme au bon vieux temps de « La coloniale ».

→   Lire Plus

Découvrir la Guadeloupe à travers un guide pratique, insolite et engagé

gwada_taoGuide Tao Guadeloupe originale et durable

Le tourisme durable, qu’est-ce que c’est ?

Le tourisme durable est un tourisme positif, écologique et solidaire, qui conserve la beauté des paysages et la qualité de l’environnement et des ressources naturelles et qui préserve l’équilibre de l’économie, de la société et de la culture locale.

Près de 200 adresses hédonistes, insolites et engagées dans une démarche durable, pour découvrir la Guadeloupe autrement, hors des sentiers battus :

Se reposer : des chambres d’hôte de charme, des petits hôtels, des gîtes insolites et d’autres surprises pour sortir des sentiers battus.

Se régaler : des restaurants avec une cuisine locale de produits frais, de saison et cultivés sur l’île, des tables mettant en valeur les racines asiatiques, africaines ou américaines de la cuisine guadeloupéenne, des idées pour manger des spécialités locales comme l’ouassou, le bokit ou des grillades locales, des boutiques où acheter de bons produits, des producteurs qui font visiter leur exploitation de café, etc.

Rencontrer : des visites par les habitants, des producteurs qui partagent leur passion, des guides qui vous emmènent sur des chemins cachés, des lieux où faire la fête avec les Guadeloupéens…

Se balader : des itinéraires originaux dans toute la région, des balades à pied, à cheval, en canoë, des randonnées sous-marines ou en altitude…

Se cultiver : galeries, visite d’un cimetière d’esclave, découverte de villes d’Art et d’Histoire et de nombreux articles culturels sur l’environnement ou l’histoire.

→   Lire Plus

A propos de la destruction de la stèle de Sainte-Rose.

Dimanche, la stèle, érigée sur le site de la Pointe Allègre, à Sainte-Rose, en hommage à l’arrivée des premiers colons en Guadeloupe, a été renversée, puis brûlée pendant des heures. De nombreux Guadeloupéens étaient hostiles à l’installation de ce monument et sont venus le dire. Le Liyannaj kont pwòfitasyon avait appelé à la mobilisation, considérant cette stèle comme « un acte raciste, un profond mépris vis-à-vis des Guadeloupéens d’origine indienne et africaine, Respèkté gwadloupéyen! » , a affirmé Élie Domota, porte-parole du LKP.
Le cercle Auguste Lacour, réunissant la communauté des blancs créoles, est à l’origine du projet de stèle en mémoire aux premiers colons qui ont débarqué sur l’île. Un projet qui a reçu l’autorisation du tribunal administratif car « les inscriptions ne contiennent aucun propos portant atteinte au respect des valeurs et principes de la déclaration des droits de l’Homme » . ( F-A  Gwada)

*****

***

*

La stèle de Sainte-Rose, pourquoi je suis deux fois contre.

Par Errol Nuissier

Lors de l’érection de cette stèle, j’ai eu le sentiment qu’elle avait été faite de manière précipitée.

→   Lire Plus

Une autre Guadeloupe, pour un autre destin

— Par Frantz Succab* —

gwada_autreSi la Guadeloupe veut du renouveau, le citoyen le peut… Le temps est venu de mettre en cohérence et de prolonger dans une démarche unitaire les différentes idées circulant parmi tous ceux, partis politiques, mouvements et personnalités citoyens, qui veulent que la Guadeloupe s’appartienne. Elles sont éparses, parfois contradictoires, mais ont forcément des lieux de croisement. Y-a-t-il, par exemple, une muraille de Chine entre ceux qui croient à la nécessité de jouer le jeu démocratique dans la Guadeloupe actuelle et ceux qui n’y croient pas ? Rien n’est moins sûr. Que l’on accorde encore quelqu’efficacité à l’abstentionnisme ou que l’on veuille enfin faire entendre des voix nouvelles associées à des pratiques novatrices au sein des collectivités, le patriotisme guadeloupéen n’est pas une posture figée de l’esprit. Dans la vie politique réelle, il est des questions qui appellent des réponses concrètes de la part de tout guadeloupéen.

 Sur le plan politique, l’année 2015, sauf autre événement majeur imprévu s’annonce, en effet, comme une année électorale, les départementales de mars  et les Régionales de décembre prendront une importance particulière.

→   Lire Plus

Guadeloupe : suspension des manifestations avec la République dominicaine

region_gwadaAnnée de la République dominicaine : la présidente de Région suspend les dernières manifestations

Basse-Terre, le 4 décembre 2013 – La présidente de la Région Guadeloupe, Josette BOREL LINCERTIN décide de suspendre les dernières manifestations de l’Année de la République dominicaine en Guadeloupe.

L’exécutif régional regrette que le dialogue amorcé entre les deux pays le 19 novembre dernier, sur la question de la perte de nationalité des enfants nés de descendants haïtiens sur le sol dominicain depuis 1929, soit rompu.

La présidente du conseil régional réaffirme que la décision prise par le gouvernement dominicain est incompréhensible et doit être réexaminée dans un sens favorable aux personnes concernées. L’exécutif régional soutient toutes les démarches allant en ce sens, et notamment celle du gouvernement du Venezuela, facilitateur sur ce dossier.

Consciente de la présence de nombreux ressortissants haïtiens et dominicains sur le territoire guadeloupéen et afin de maintenir la sérénité autour de ce dossier, Josette BOREL LINCERTIN décide de suspendre jusqu’à la conclusion d’un accord entre les deux parties, les manifestations menées dans le cadre de cette Année de la République dominicaine en Guadeloupe.

→   Lire Plus

La drogue, ce phénomène qui permet de mieux comprendre l’explosion des violences en Guadeloupe

— Interview de André Lucrèce—

cannabisAvec 38 morts, la Guadeloupe détient le taux le plus important d’homicides en France volant ainsi le titre à la Corse et Marseille. Un bien triste record qui a ses particularités locales tant dans les origines que dans la forme

Atlantico : Avec 38 morts (31 en Guadeloupe, 7 sur l’île de Saint-Martin) depuis le début de l’année, la Guadeloupe détient le taux le plus important d’homicides en France, avant la Corse et avant Marseille. Trafic et usage de drogue, vols contre la population, violence de rue sous l’emprise de l’alcool, règlements de compte entre bandes… Quelles sont les vraies raisons de la violence en Guadeloupe ?

André Lucrèce : Les raisons sont multiples. Elles sont d’abord profondément sociales. Cette jeunesse qui est à la fois actrice et victime de cette violence vit dans monde qui n’a rien à voir avec les générations précédentes. Les jeunes, qui ont vu dans les quartiers pauvres leurs parents les préserver de la misère et leur assurer une dignité grâce à des systèmes hors marché – coups de main (travaux collectifs pour planter ou construire des petites maisons), sou-sou (mutuelles spontanées en cas de coup dur) jardin créole, élevage domestique de volaille, de mouton, de porc etc.

→   Lire Plus

« Violences »

— Par Georges Trésor —
interrogationDepuis deux ou trois décennies, la société guadeloupéenne perd incontestablement en cohésion. Aux yeux d’une population légitimement inquiète, la montée de la violence en est le signe le plus préoccupant. En rapport avec cette réalité se tient dans notre société une sorte de procès public permanent fait en particulier à la famille et à l’école. Dans ce procès, les parents et les enseignants sont les premiers visés. En général, la sentence prononcée à leur égard se veut moralisatrice. Parents et enseignants, souvent accusés de laxisme, sont invités à exercer avec une plus grande rigueur leur responsabilité éducative. Bref, ils sont invités à corriger leurs comportements avec pour référentiel le temps d’avant, le temps où les valeurs traditionnelles servaient de guides à nos conduites.
La Guadeloupe ne découvre pourtant pas la violence, elle est constitutive de toute société humaine. Mais nos concitoyens perçoivent que la forme qui se développe en ce moment chez nous n’est pas tout à fait classique. Elle n’est ni politique, ni sociale et pas directement crapuleuse : elle est sociétale. Il y aurait une relation entre l’émergence de cette forme de violence et le délitement du lien social en Guadeloupe.

→   Lire Plus