Sociologie

Le mouvement «Black Lives Matter» proposé pour le Nobel de la paix

Le prix sera attribué en octobre. L’an dernier, il avait couronné le Programme alimentaire mondial.

Le mouvement contre les inégalités raciales «Black Lives Matter», qui a été ravivé l’an dernier par la mort de l’Américain noir George Floyd, a été proposé pour le prix Nobel de la paix par un parlementaire norvégien.

Fondé en 2013 aux Etats-Unis, le mouvement «est devenu l’un des plus puissants mouvements mondiaux de lutte contre l’injustice raciale», a déclaré samedi 30 janvier à l’AFP Petter Eide, député de la Gauche socialiste (SV). «Il a débuté il y a quelques années aux États-Unis (…) puis s’est étendu à de nombreux autres pays, renforçant la prise de conscience sur l’importance de la lutte contre l’injustice raciale», a-t-il poursuivi.

Après la mort de George Floyd, un Américain noir tué par un policier blanc en mai 2020 aux Etats-Unis lors d’une arrestation par la police, «Black Lives Matter» a interpellé de nombreuses institutions dans le monde pour réclamer du changement et une meilleure représentation. Selon Petter Eide, il «a ouvert le débat et (attiré) l’attention dans de nombreux pays».

Lire Plus =>

« Charlie », le journal qui ne voulait pas mourir

 Le Monde en face mardi 26 janvier à 20.50 sur France 5

En septembre 2020, au palais de justice de Paris, un procès s’ouvre pour juger ceux qui ont participé à la tentative meurtrière de destruction d’un journal qui n’a pour seules armes que quelques dessins. Ce procès historique, c’est celui de ces journées de janvier 2015, quand la France assiste à la mort en direct d’un journal dont la rédaction est sauvagement assassinée, celle-là même qui avait fait renaître Charlie Hebdo en 1992. 2020 : dans un bunker, à Paris, une nouvelle rédaction épaulée par les victimes et les proches des victimes de l’attentat de 2015 fait toujours vivre la liberté d’expression… À partir du procès des attentats de janvier 2015 et en immersion dans la rédaction actuelle du journal, le documentaire reviendra en archives, en témoignages et en dessins sur l’histoire de Charlie Hebdo, ce journal qui refuse de mourir pour défendre notre fondamentale liberté d’expression. Un film historique et patrimonial pour un combat indispensable.

Documentaire (90 min – 2020) – Réalisation Hugues Nancy – Production 10.7 Productions, avec la participation de France Télévisions

Lire Plus =>

« Nègre », ce mot lourd du racisme et des crimes qui l’ont forgé

— Par Anne Chemin —

Les débats autour d’un match du PSG ou d’un roman d’Agatha Christie illustrent comment ce terme reste imprégné de la tragédie de l’esclavage et de la colonisation. La fierté de la négritude revendiquée dans les années 1930 ne suffit pas à effacer ce passé.

C’est un mot de cinq lettres dont la « claquante sonorité réveille comme un coup de fouet dans une plantation de canne à sucre ou de coton », estime l’écrivain haïtien Dany Laferrière. Un mot né au XVIe siècle qui, aujourd’hui encore, brûle « la boîte vocale, langue, palais, dents et gorge qui le produisent », ajoute la romancière Anne-Marie Garat. Le terme « nègre » n’appartient pas au registre banal de la conversation ordinaire : il porte en lui la tragédie de l’esclavage, de la colonisation et du racisme. S’il pèse des tonnes, poursuit l’écrivaine dans Humeur noire, qui sort début février chez Actes Sud (304 pages, 21,80 euros), c’est parce qu’il conserve l’empreinte du « poids colossal des crimes qui l’ont forgé ».

Un arbitre de football roumain en a fait l’expérience, un soir de décembre 2020, sur le terrain du Parc des Princes.

Lire Plus =>

En Guadeloupe, le décès d’un homme après un contrôle de gendarmerie suscite l’incompréhension

—  Par Marion Briswalter —

Le 21 novembre, un Guadeloupéen de 67 ans a été admis en « détresse respiratoire » et état de « tétraplégie » aux urgences de Pointe-à-Pitre. L’homme est aujourd’hui décédé. Une enquête judiciaire est ouverte « contre X » pour « homicide involontaire ».

Une tension glaçante baigne la commune de Deshaies depuis le 21 novembre 2020, date à laquelle Claude Jean-Pierre, ancien maçon de 67 ans, a été contrôlé par deux gendarmes. Quelques minutes après l’interpellation, il est envoyé en urgence au centre hospitalier universitaire (CHU) de Pointe-à-Pitre en « détresse respiratoire » et état de « tétraplégie » selon sa famille et leurs avocats.

Le jeune retraité décédera douze jours plus tard, le 3 décembre. Fait rare, l’intervention des deux militaires auprès de l’homme alors qu’il était au volant de sa voiture et venait de se garer à leur demande a été filmée de manière fortuite par une caméra de vidéosurveillance de la mairie de Deshaies. Selon le gendre du défunt, Christophe Sinnan-Ragava, qui a eu accès à l’enregistrement de la scène mais que Mediapart n’a pas pu regarder, Claude Jean-Pierre a été extrait avec « violence » de son véhicule par les « deux gendarmes », auteurs du « contrôle routier ».

Lire Plus =>

Coq, cloches ou cigales: le Parlement consacre « le patrimoine sensoriel » des campagnes

Paris – Chant du coq ou des cigales, effluves de crottin de cheval ou d’étable… le Parlement a adopté définitivement jeudi, par un ultime vote du Sénat, une proposition de loi introduisant la notion de « patrimoine sensoriel » des campagnes dans le droit français.

A l’initiative du groupe centriste, la chambre des territoires a approuvé à main levée, sans modifications, une proposition de loi UDI-Agir déjà adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale. 

L’affaire a été bouclée en une demi-heure, le temps qui restait au groupe à l’issue de l’examen du texte relatif aux crimes sexuels sur mineurs. 

Le secrétaire d’Etat chargé de la Ruralité Joël Giraud a salué « une bonne proposition de loi de défense de la ruralité« , notant que « la vie à la campagne suppose d’accepter quelques nuisances« . 

Alors que les bruits et effluves campagnards peuvent donner lieu à divers litiges, les sons et odeurs caractérisant les espaces naturels entrent désormais dans le code de l’environnement. Une consécration qui permet de les inscrire dans le patrimoine commun de la nation. 

Pour le rapporteur du texte au Sénat, Pierre-Antoine Levi, « la symbolique est forte« .

Lire Plus =>

L’éphéméride du 21 janvier

Six protestants sont brûlés sur le bûcher devant la cathédrale Notre-Dame de Paris le 21 janvier 1535

L’affaire des Placards est la polémique que provoqua le placardage clandestin d’un texte anticatholique sur les lieux publics à Paris et dans plusieurs villes de province, pendant la nuit du 18 octobre 1534. Elle provoqua la fin de la politique de conciliation menée par le roi François Ier en faveur des luthériens.

Histoire
Les placards dont il est question étaient des écrits injurieux et séditieux affichés dans la nuit du 17 au 18 octobre 1534 dans les rues de Paris et dans diverses villes du royaume de France comme Blois, Rouen, Tours et Orléans. Ces affiches furent placardées jusque sur la porte de la chambre royale de François Ier au château d’Amboise, ce qui constituait un défi et un affront envers la personne même du roi et sa foi catholique. Cet épisode provoque la radicalisation de François Ier contre les partisans de la Réforme, vis-à-vis desquels il avait été jusqu’alors relativement tolérant.

Ces placards étaient intitulés Articles véritables sur les horribles, grands et importables abus de la messe papale, inventée directement contre la Sainte Cène de notre Seigneur, seul médiateur et seul Sauveur Jésus-Christ.

Lire Plus =>

L’encyclopédie Wikipédia, rare rescapée des débuts utopiques du Web, fête ses 20 ans

Septième site le plus visité au monde, Wikipédia compte plus de 55 millions d’articles publiés dans 309 langues

« Wikipédia, c’est le plus grand bien commun numérique ». L’encyclopédie en ligne gratuite, l’un des derniers « dinosaures » de l’Internet libertaire et participatif, fête ses 20 ans. « Un petit miracle » à l’heure du triomphe des Gafam et de l’Internet marchand, décrit ainsi l’historien Rémi Mathis, ex-président de l’association Wikimedia France.

Créé le 15 janvier 2001 par l’Américain Jimmy Wales avec un but non lucratif, Wikipédia ambitionnait de réunir sur une même plateforme en ligne les savoirs de la planète grâce à des millions de contributeurs bénévoles. Le succès fut immédiat. Le premier site a été développé en anglais, les Wikipédia allemand et suédois ont suivi en mars 2001, et peu après dix autres – dont le français, l’italien, le chinois, le russe et le catalan.

Plus de 55 millions d’articles publiés dans 309 langues

Septième site le plus visité au monde, Wikipédia compte plus de 55 millions d’articles publiés dans 309 langues. Le contenu de chaque site est autonome : pas de traductions mais des contributions originales, parfois complétées par des robots à partir de données publiques.

Lire Plus =>

#MeTooInceste, des centaines de victimes témoignent sur Twitter

« J’avais 5 ans. 40 ans d’amnésie traumatique« , « Mon père. De mémoire, de mes 6 à 12 ans« , « J’ai pas trop l’habitude de faire ça sur les réseaux sociaux mais bon je me lance.. j’avais 12 ans, il en avait 21, c’était mon cousin« , « J’avais 8 ans quand tu as commencé à abuser de moi« , « J’avais entre 11 et 14 ans. C’était mon frère« .

Depuis ce samedi 16 janvier, des centaines de victimes d’inceste prennent la parole sur le réseau social Twitter avec le hashtag #MeTooInceste.

Trois ans après le hashtag #Metoo qui a permis à la parole des femmes d’accéder à l’espace public et médiatique au sujet des violences sexuelles, la publication du livre de la juriste française Camille Kouchner, « la Familia Grande », crée un nouveau mouvement de prise de parole massive et publique sur Twitter.

Une violence fréquente et genrée

Il y a quelques jours, Les Grenades publiaient une enquête sur le sujet : L’inceste, une violence fréquente et genrée.

Comme pour le mouvement MeToo sur les agressions sexuelles en 2017, je préfère dire qu’on commence à écouter les victimes plutôt que de dire qu’elles commencent à parler.

Lire Plus =>

L’apprenti boulanger guinéen de Besançon a été régularisé

Besançon – Stéphane Ravacley, le boulanger de Besançon en grève de la faim depuis plus d’une semaine pour protester contre l’expulsion de son apprenti guinéen, s’est réjoui auprès de l’AFP de l’annonce jeudi de la régularisation du jeune homme par la préfecture de la Haute-Saône.

« Laye est régularisé ! Et il reprend le travail mardi !« , a jubilé M. Ravacley, joint par téléphone à l’issue d’un entretien avec le secrétaire général de la préfecture. 

La préfecture a confirmé dans un communiqué que le jeune apprenti avait été « admis au séjour en France après l’examen de nouvelles pièces apportées à son dossier« , qui ont notamment permis « d’établir formellement son état civil, en lien avec les autorités consulaires de la République de Guinée« . 

La préfète Fabienne Balussou a ainsi décidé de délivrer un titre de séjour à Laye Fodé Traoré, 18 ans, prenant également en compte « son parcours d’intégration jusqu’alors exemplaire » et « ses perspectives d’insertion professionnelle« , à savoir une formation complète auprès du boulanger bisontin. 

A l’annonce de sa régularisation, Laye a « pratiquement pleuré« , a confié son maître d’apprentissage qui entend désormais l’embaucher. 

Lire Plus =>

« Que valent nos souhaits quand ils sont mis en balance avec la réalité ? »

— Par Laurent Cypria, Président du Forum Territorial de la Jeunesse Martiniquaise (FTJM) —

En cette fin d’année 2020 qui fut la mère des souffrances pour beaucoup et alors qu’un nouveau soleil vient se lever sur nos espoirs, il serait pertinent de nous demander s’il est encore permis de rêver et donc de souhaiter.

Souhaiter demande de l’optimisme et il est certain que nous n’en manquons pas.
Souhaiter demande de l’altruisme pour allumer une étincelle d’espoir dans les yeux de ceux qui ont perdu un proche, ou de ceux qui noient leurs chagrins dans les succédanés éphémères de leur choix.
Souhaiter demande de faire table rase des souffrances du monde pour dépoussiérer son cœur.
Souhaiter demande de la tendresse pour replacer l’amour au-dessus des désillusions sentimentales.
Souhaiter demande la candeur de l’enfance, la volonté de la jeunesse, la sagesse de la vieillesse.
Souhaiter c’est refuser que l’ombre n’envahisse les jours qui sont réservés pour l’avenir.

Donc oui, nous pouvons souhaiter.

Oui, nous devons souhaiter.

Oui, nous voulons souhaiter …

Oui, mais que devons-nous nous souhaiter ?

Nous devons souhaiter la santé avec rage.

Lire Plus =>

Méthodologie pour un avenir guadeloupéen

— Par Bernard Leclaire pour Ambition Guadeloupe —

Quand je lis quelques échanges entre les Guadeloupéens en ce moment sur les réseaux sociaux je me demande vraiment où on va ?    

Il y a certes des problèmes dans notre société et Ambition Guadeloupe n’est pas là pour les minimiser. Chaque génération vient avec ses soucis, ses peines, ses réussites et il en sera toujours de même. Ainsi va la vie dirait l’autre, tout simplement ! 

Aucun territoire n’existe en état d’apesanteur par rapport à son espace, son temps par conséquent à son histoire qui poursuit hélas sa course folle ! 

« Mais », parce qu’il y a toujours un « mais » hélas ! si nous ne nous respectons pas, si nous ne nous organisons pas, si nous ne faisons pas preuve de maturité en apportant des solutions fiables, avec calme et intelligence face aux maux d’aujourd’hui au sein de notre société, nous risquons alors de plonger notre population dans un doute sidéral. 

La masse silencieuse ne dit rien, mais elle voit, elle entend et elle démontrera encore une fois son mécontentement dans les urnes, derrière l’isoloir choisissant le même vote de l’immobilisme, ce qui fait que nous sommes toujours des années durant à ce même point de départ de nous-mêmes.

Lire Plus =>

La Galette des Rois

La galette des Rois est un gâteau célébrant l’Épiphanie et traditionnellement vendu et consommé quelques jours avant et après cette date, voire jusqu’à la fin de carnaval dans les départements français d’outre-mer.

Coutume

La tradition veut qu’elle soit l’occasion de « tirer les rois » à lÉpiphanie : une fève est cachée dans la galette et la personne qui obtient cette fève devient le roi (ou la reine) de la journée et a le droit de porter une couronne de fantaisie. Dans le circuit commercial, dans la seconde moitié du XXe siècle, les boulangers fournissent avec la galette une couronne en papier doré à usage unique. Plus traditionnellement chaque famille réalise et conserve une ou plusieurs couronnes artisanales. Il est dit que le bénéficiaire de la fève doit offrir la prochaine galette, cependant, aucune source fiable ne permet d’affirmer ou d’infirmer formellement cette tradition. C’est le plus jeune des convives, caché sous la table, qui décide de la distribution des parts.

Lire aussi :

Épiphanie : pourquoi mange-t-on de la galette des rois ce jour-là ?

Les origines de l’Épiphanie… et de la galette des Rois!

Lire Plus =>

« Dans un couple, il est extrêmement important de laisser l’autre respirer »

— Par Nicolas Truong —

Parce que le couple a pris une place centrale dans la vie affective, le philosophe Pierre Zaoui analyse, dans un entretien au « Monde », la puissance d’un lien qui ne peut subsister que si l’on peut s’en échapper.

Pierre Zaoui, né en 1968, enseigne la philosophie à l’université Paris-VII-Denis-Diderot. Auteur de La Traversée des catastrophes. Philosophie pour le meilleur et pour le pire (Seuil, 2010), il a publié en juillet « Théorie du couple » dans la Revue du crieur (160 pages, 15 €), analyse philosophique de la relation à deux qu’il prolonge dans un entretien au Monde.

Pourquoi l’homme est-il, selon vous, « cet animal qui vit en couple et ne rêve que d’y échapper » ?

Je ne parle évidemment que de l’homme et de la femme modernes. Car, pendant très longtemps, l’homme fut un animal d’un tout autre type – et il l’est encore dans maintes régions du monde, même en France : un animal qui vit en clan ou en famille, un animal politique qui vit dans une cité, voire un animal solitaire dans les périodes de haute spiritualité. Mais pour ce qui est d’aujourd’hui, il est curieux de constater combien le couple est presque devenu l’horizon transcendantal ou l’axe de structuration fondamental du désir humain.

Lire Plus =>

Quand la yole de Martinique est enfin reconnue à l’Unesco…

— Par Emmanuel de Reynal —

La yole de Martinique appartient au patrimoine mondial de l’Unesco. Elle fait maintenant partie des richesses culturelles immatérielles de l’humanité. Désormais, elle fera rayonner la Martinique bien au-delà de ses frontières. Elle montrera les plus belles facettes de notre île, celles que nos traditions façonnent depuis des siècles, celles que taillent aujourd’hui les hommes de la mer, celle que nos baies subliment à chaque rayon de soleil… Elle fera connaître au monde sa langue, ses acrobaties et sa danse.

Ce message de promotion est de toute beauté et tous les mots utilisés sont forts pour construire une promesse qui va droit au coeur, en ce moment de désespérance universelle : Paradis, nouvelle famille, amour, partage… tout y est. Mais comme toute promesse (qui n’est gratuite pour personne)… elle mérite d’être tenue. Guy Pollier

Elle dévoilera les secrets d’une embarcation qui n’est rien sans ses équipiers.

La yole de Martinique brille aujourd’hui par-delà les mers de la Caraïbe, et nous devons ce nouvel éclat à la ténacité d’un homme, Édouard Tinaugus, qui a su embarquer toutes les énergies dans son rêve.

Lire Plus =>

Jésus : un « glouton et un ivrogne » (Matthieu 11, 19)

Pas né un 25 décembre, ni « l’année zéro » des astronomes… Jésus, un inconnu passé au crible des historiens
Les évangiles canoniques sont silencieux sur la période allant de l’enfance de Jésus jusqu’au début de sa prédication publique, environ deux ans avant sa mort. De sorte qu’on ne peut esquisser de lui qu’un portrait en pointillé.

— Par Virginie Larousse —

Que sait-on donc, au juste, de la vie de Jésus ? Commençons par briser une idée reçue : Jésus n’est pas né « l’année zéro » des astronomes, contrairement à ce que le moine Denys le Petit, au VIe siècle, avait déduit de ses calculs. C’est plutôt entre l’an 7 et l’an 4 avant notre ère (probablement en 6) qu’une certaine Marie donne naissance à un nourrisson prénommé Yeshoua, « Dieu sauve », en hébreu.

Voir aussi : L’origine du christianisme sur Arte en 10 épisodes

De même, il n’est vraisemblablement pas venu au monde un 25 décembre, jour hautement symbolique de la naissance du dieu antique Mithra, aux environs du solstice d’hiver et prélude au retour du printemps.

Lire Plus =>

Les secousses de la Montagne Pelée sous haute surveillance

Quelque 50 séismes se sont produits dans le volcan en septembre, et 78 en novembre, contre moins de 10 séismes par mois jusqu’en 2019

Au pied de la Montagne Pelée, en Martinique, les habitants ont les yeux rivés sur ce volcan toujours actif, qui a récemment donné des signes de réactivation au point de mettre les scientifiques en alerte depuis début décembre.

En Martinique, tout le monde a en mémoire les dégâts du volcan au début du XXe siècle : son éruption en 1902 a fait quelque 30.000 morts et rayé de la carte la ville de St-Pierre, le petit Paris des Antilles. La commune voisine, le Prêcheur, avait été couverte de cendres. Si d’autres éruptions ont marqué le nord de l’île jusqu’au milieu des années 1930, le volcan était calme jusqu’à sa mise en vigilance jaune du plan ORSEC le 4 décembre, une alerte destinée aux scientifiques plus qu’aux habitants.

Quelque 50 séismes se sont produits dans le volcan en septembre, et 78 en novembre, contre moins de 10 séismes par mois jusqu’en 2019, avait alors expliqué l’Observatoire volcanologique et sismologique de l’île (OVSM).

Lire Plus =>

Olivette Otele. L’histoire méconnue des Afro-Européens

La professeure d’histoire coloniale a récemment publié « African Europeans », qui retrace la présence des Noirs en Europe depuis plus de deux mille ans. Elle y décrypte notamment la fabrique des préjugés raciaux.

— Propos recueillis par Coumba Kane —

Olivette Otele est professeure d’histoire coloniale à l’université de Bristol, au Royaume-Uni. D’origine camerounaise, elle est la première femme noire à occuper la présidence d’une chaire d’histoire au Royaume-Uni. Elle vient de publier African Europeans, An Untold History (Hurst Publishers, non traduit), une synthèse inédite sur la présence des Noirs en Europe, du IIIe siècle avant Jésus-Christ à nos jours. Une histoire qui « ne peut pas être réduite à l’esclavage et à la colonisation, comme c’est souvent le cas », souligne-t-elle.

Quelle était la perception des Africains par les Européens sous l’Antiquité, période par laquelle débute votre ouvrage ?

Pour les Grecs, les Africains représentaient ceux qui vivaient au sud de la Méditerranée. Le bassin méditerranéen était perçu comme le centre d’échanges entre des populations différentes, et les Africains étaient des acteurs de ces interactions. Quant à l’empire romain, bien que brutal et esclavagiste, il entretenait une forme de multiculturalisme.

Lire Plus =>

Raphaël Élizé : Le Métis de la République

Depuis octobre, un comité scientifique met au point un recueil de personnalités exemplaires issues des quartiers ou de l’immigration afin d’utiliser leurs noms pour baptiser des rues, des écoles, ou des parcs partout en France. Raphaël Elizé, le premier maire noir de France mort en déportation pour des faits de résistance en 1945 devrait figurer dans la première version du recueil.

Raphaël Élizé, né le 4 février 1891 au Lamentin (Martinique, France) et mort le 9 février 1945 à Buchenwald (Allemagne), est un homme politique français.
Maire de Sablé-sur-Sarthe, il est connu pour avoir été l’un des premiers maires métis ou noir, d’une commune de France métropolitaine, ce qui est partiellement inexact puisque Louis Guizot l’avait précédé en 1790 à Saint-Geniès-de-Malgoirès.
Biographie

Lire aussi : La vie de Raphaël Elizé est désormais un roman

Origines
Sa famille est originaire de la Martinique. Son père Augustin est fonctionnaire des impôts et un franc-maçon de haut grade2. Lui et son épouse Jeanne auront 8 enfants2. Son grand-père paternel Gustave est charpentier de marine et conseiller municipal2. Né esclave, celui-ci a été affranchi en 1832, à l’âge de 9 ans2 ainsi que sa mère Élize (d’où la famille Élizé tient son nom2) à l’âge de 33 ans.

Lire Plus =>

En Guyane, un taux de suicide «jusqu’à huit fois plus élevé» qu’en France métropolitaine

Cette étude inédite permet, selon ces chercheurs, de rectifier les «études statistiques nationales faussement rassurantes».

Une étude rétrospective de 2007 à 2018 publiée mardi 15 décembre par Santé publique France relève des taux de suicide alarmants chez les jeunes et dans les villages isolés de Guyane française, «jusqu’à 8 fois plus élevés» qu’en France métropolitaine.

Le phénomène est particulièrement alarmant dans la commune de Camopi et le village de Trois Sauts, habités par les peuples autochtones Teko et Wayampi, démontre cette étude. Dans cette commune fluviale de la région de l’Oyapock, située à la frontière avec le Brésil, le taux de suicide atteint un maximum de «113 cas pour 100.000 habitants par an». Il est de 137 décès pour 100.000 habitants à Trois Sauts (contre 11 pour 100.000 dans le monde et 16 pour 100.000 sur l’ensemble de la France en 2012). Concernant les tentatives de suicide, 284 ont été recensées en onze ans dans cette commune de 1.800 habitants.

Beaucoup de tentatives chez les jeunes

Dans l’ensemble des communes isolées de Guyane, dont certaines situées à plusieurs jours en pirogue du chef-lieu, Cayenne, deux tentatives sur cinq étaient commises par des adolescents ou jeunes adultes (les 10-19 ans) entre 2007 et 2018.

Lire Plus =>

Castoriadis, ou l’imagination au pouvoir

— Par Philippe Petit —

Les Éditions du Sandre publient les deux derniers volumes des œuvres de Cornelius Castoriadis. L’occasion de nous plonger dans la pensée du philosophe, historien, économiste, psychanalyste et défenseur d’une démocratie radicale, décédé en 1997.

Contrairement à celle de Sartre, qu’il n’appréciait guère, la renommée du philosophe et psychanalyste Cornelius Castoriadis (1921-1997) ne faiblit pas avec le temps. On le cite souvent dans la presse et sa réputation posthume perdure. Le relire aujourd’hui n’est donc pas inutile. D’autant qu’un éditeur courageux, ayant entrepris de publier ses œuvres complètes, les deux derniers volumes (Écrits politiques 1945-1997, VII et Écrits politiques 1945-1997, VIII), parus récemment, redonnent vie à ses écrits politiques et écologiques. Et la correspondance, qui les accompagne, produit sur le lecteur un réel effet de proximité. On y retrouve le ton inimitable de ce penseur total qui s’intéresse à tout. À la science, aux techniques, à la politique, à la culture. Qui entend prendre « la défense de l’homme contre lui-même ». Et ne rien lâcher sur l’exigence de rationalité propre à l’activité intellectuelle.

Du trotskisme à « Socialisme ou barbarie »

Son parcours n’est pas étranger à cette persévérance.

Lire Plus =>

« La traite des êtres humains reste un fléau majeur »

— Par Geneviève Colas, coordinatrice du collectif Ensemble contre la traite des êtres humains pour le Secours catholique-Caritas France.—

La Croix l’Hebdo : Que représente la traite des êtres humains dans le monde ?

Geneviève Colas : On estime, chaque année, qu’environ 2,5 millions de personnes – principalement des femmes et des enfants – tombent sous l’emprise des trafiquants. La traite des êtres humains générerait près de 32 milliards de dollars de chiffre d’affaires par an. C’est la troisième forme de trafic après les trafics de drogue et d’armes.

→ LES FAITS. Caritas Internationalis lance un appel contre la traite des êtres humains

Nous sommes donc face à un fléau majeur. Et ce d’autant plus que ces chiffres ne sont que des estimations. Le phénomène reste largement invisible. En France, seules 21 % des victimes (connues des associations) portent plainte. Les autres, par crainte de représailles pour elles-mêmes ou leurs familles, restent inconnues des autorités.

Concrètement, que recouvre le terme de « traite » ?

G. C. : Il s’agit du fait de recruter, transporter, transférer ou héberger une personne, en ayant recours à la force ou à la contrainte, en vue de l’exploiter.

Lire Plus =>

Qui sont les esclaves d’aujourd’hui ?

Personne ne connaît la véritable échelle de l’esclavage moderne. L’Organisation internationale du travail estime que 24,9 millions de personnes sont soumises au travail forcé. Près d’un tiers des victimes de la traite détectées sont des enfants (ONUDC 2016).

Travail forcé

Définir la traite

Malgré les différentes définitions juridiques de la traite des êtres humains, du travail forcé et de l’esclavage moderne qui existent dans les instruments internationaux pertinents, les personnes touchées par ces trois violations ne sont pas toujours distinctes.

Selon l’article 2 de la convention sur le travail forcé, le travail forcé est «tout travail ou service exigé de toute personne sous la menace d’une peine quelconque et pour lequel ladite personne ne s’est pas offerte de son plein gré». Près de 25 millions de personnes dans le monde sont prises au piège du travail forcé

Traite des humains

Selon le protocole de Palerme, la définition juridique de la traite des êtres humains est un crime qui comprend trois éléments:

L’acte de recruter, transporter, transférer, héberger ou recevoir une personne;

Au moyen, par exemple, de la coercition, de la tromperie ou de l’abus de vulnérabilité;

Aux fins d’exploitation, comme l’exploitation sexuelle, l’esclavage et le travail forcé, entre autres.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 30 novembre

La Barbade devient indépendante le 30 novembre 1966

La Barbade est un micro-État insulaire situé en mer des Caraïbes à proximité de la limite de celle-ci avec l’océan Atlantique. Pendant plus de trois siècles, la Barbade a été sous domination britannique et le souverain du Royaume-Uni est encore le chef de l’État. Cependant, elle est indépendante depuis le 30 novembre 1966, en qualité de royaume du Commonwealth jusqu’au 30 novembre 2021, date à laquelle elle doit devenir une république. Située à environ 13° nord de l’équateur et 59° ouest du méridien de Greenwich, la Barbade fait partie des Petites Antilles. Les îles les plus proches sont les îles de Saint-Vincent-et-les-Grenadines et Sainte-Lucie, à l’ouest. Au sud, se trouve Trinité-et-Tobago — avec qui la Barbade partage désormais une frontière maritime fixe et officielle — et la côte sud-américaine. La superficie totale de la Barbade est d’environ 430 kilomètres carrés ; sa densité est la plus élevée d’Amérique (8e rang mondial). Son altitude est assez basse, les pics les plus élevés étant à l’intérieur du pays. Le point le plus élevé de la Barbade est le mont Hillaby dans la commune de Saint Andrew.

Lire Plus =>

Le voile et l’invention d’une sexualité musulmane

— Par Bruno Nassim Aboudrar —

Le voile sur la tête des femmes, sur leur visage à plus forte raison, n’est pas une prescription coranique. Le verset qui recommande aux femmes de rabattre une étoffe sur leur poitrine (non sur leur face) en présence d’hommes étrangers au cercle familial, n’en est pas moins révélé dans une visée plus générale de maîtrise des pulsions libidinales, et tout particulièrement des regards de concupiscence. Rappelons pour mémoire la sourate XXIV – La Lumière – où se trouve cette fameuse recommandation, dans la traduction assez crue qu’en offre Jacques Berque : « 30 – Dis aux croyants de baisser les yeux et de contenir leur sexe : ce sera de leur part plus net. Dieu est de leurs pratiques Informé. 31 – Dis aux croyantes de baisser les yeux et de contenir leur sexe ; de ne pas faire montre de leurs agréments sauf en ce qui en émerge, de rabattre leur fichu sur les échancrures de leur vêtement[1] »

La teneur érotique du contexte qui impose cette recommandation ne fait aucun doute. En effet, avant ces versets, dans cette même sourate, fornicateurs et fornicatrices ont d’abord été condamnés au fouet ; puis ceux qui calomnient une femme et, vraisemblablement, l’accusent à tort de fornication ; enfin, à des peines moindres toutefois, les indiscrets qui entrent à l’improviste, sournoisement, dans l’intimité des maisons.

Lire Plus =>

« On a oublié le rôle de l’humiliation dans l’Histoire », par Olivier Abel

TRIBUNE. Pour le philosophe, « en sacralisant les caricatures, nous sommes devenus incapables de percevoir ce que les Grecs anciens désignaient par le tragique ».

— Par Olivier Abel (Philosophe) —

(Arrestations à Mantes-la-Jolie, face au lycée Saint-Exupéry (DR))

Quel rapport entre les crimes abjects des djihadistes, le danger que représentent à certains égards les « réseaux sociaux » pour la démocratie et la civilité, la question de la liberté d’expression et du blasphème, le durcissement quasi-guerrier de la laïcité, les gilets jaunes, les majorités dangereuses qui ont porté Trump ou Erdogan au pouvoir, et qui poussent à nos portes ? Nous ne comprenons pas ce qui nous arrive, ces colères qui montent en miroir sans plus rien chercher à comprendre, nous ne savons et sentons plus ce que nous faisons. Je voudrais proposer ici une hypothèse.

Nous avons globalement fait fausse route. Le drame des caricatures n’est que la partie visible d’un énorme problème. Nous nous sommes enfoncés dans le déni de l’humiliation, de son importance, de sa gravité, de son existence même. Nous sommes sensibles aux violences, comme aux inégalités, mais insensibles à l’humiliation qui les empoisonne.

Lire Plus =>