Catégorie : Politiques

« Où est allé l’argent donné à Haïti après le séisme ? »

Trois ans après le séisme qui a ravagé son pays, le président Michel Martelly veut revoir le mode de gestion de l’aide internationale.

Le président haïtien Michel Martelly a affirmé qu’il n’était « pas satisfait » de la coopération internationale avec son pays qui commémore ce 12 janvier le violent séisme qui l’a ravagé en 2010.

« Où est allé l’argent donné à Haïti après le séisme ? », s’est demandé le chef de l’Etat lors d’une rencontre vendredi soir avec plusieurs journalistes. Selon lui, un tiers seulement de l’aide internationale a été confiée au gouvernement haïtien.

« La majorité de l’aide a été dépensée par les ONG pour les urgences, mais pas pour la reconstruction d’Haïti », a déploré Michel Martelly, qui souhaite revoir la coopération internationale afin d’obtenir de meilleurs résultats.

« Travailler avec le gouvernement »

« Nous ne demandons pas de gérer toute l’aide de la coopération, mais il faut parvenir à un équilibre. Et nous disons que la meilleure chose à faire est de travailler avec le gouvernement », a souhaité Michel Martelly.

Le gouvernement haïtien va notamment effectuer un audit de la coopération avec le Canada, qui va reconsidérer son aide à Haïti en vue d’une gestion plus efficace, a indiqué le président haïtien.

→   Lire Plus

Tiken Jah Fakoly : « En aidant le Mali, la France s’aide aussi »

Poster-Tabou

Le Bob Marley africain vit depuis plus de dix ans à Bamako. À l’heure où le président par intérim se rend à Paris, le chanteur s’exprime sur son engagement.

Le Point.fr : Que pensez-vous de l’appel au secours de Dioncounda Traoré, le président par intérim, qui arrive à Paris pour demander l’aide de la France ?

Tiken Jah Fakoly : La situation du Nord-Mali concerne aussi les Occidentaux. Le combat a été mené en Afghanistan, le Mali est plus proche et il y a urgence. En tant qu’Africain, j’aurais préféré que les forces maliennes et africaines n’aient pas besoin d’aides extérieures, mais aujourd’hui, il faut régler le problème. Nous ferons ensuite notre mea culpa entre Maliens et Africains pour savoir ce qui n’a pas fonctionné. Pour maintenant, il s’agit d’en appeler à la communauté internationale pour renforcer les forces locales. Et en aidant les Maliens, la France s’aide aussi.

→   Lire Plus

Hommage à des aînés qui ont montré la voie

 

Présenté par José MUCRET, militant du Comité Populaire Sud

 

 

Clément BARBARA

 

           En lutte depuis son adolescence contre l’exploitation capitaliste, particulièrement actif pendant la grève des ouvriers de la canne en 1956, Clément BARBARA, originaire du Marigot, vivait au Robert quand le mouvement l’a contacté en 1971. Il est l’un des pionniers qui ont permis que les familles défavorisées s’installent sur les terrains de Cité Lacroix. En 1972, il est des premiers à organiser clandestinement les ouvriers agricoles en « Comités d’habitations ». Avec les travailleurs de « Gachette», il a constitué l’équipe fer de lance de la grève de 1974 pour toute la région centre. Pendant cette période, il s’est révélé un éminent stratège, et a conduit les troupes marchantes à travers tout le pays, se jouant des forces de répression jusqu’au guet apens de Chalvet, où seul son génie lui a permis d’échapper à la mort. Le camarade BARBARA a été un des principaux constructeurs de l’UTAM. Il était réputé pour sa disponibilité à servir les autres. Il a milité jusqu’à ces derniers jours malgré la maladie et son âge avancé.

→   Lire Plus

Des journées pour « Consolider nos solidarités »

 

Communiqué de la Coordination des Comités Populaires

Poster-Tabou

Un vent de fraicheur politique a soufflé sur la Martinique du 11 au 13 Janvier 2013 avec la tenue des « JOURNEES POUR CONSOLIDER NOS SOLIDARITES » organisées par la COORDINATION DES COMITES POPULAIRES.

La Solidarité entre les peuples caribéens s’est vue confortée par la participation de délégations de :

–  Barbade: M. David COMMISSIONG et  Anthony Nicholas CARTER (Mighty GABBY) respectivement responsable de réseau activiste caribéen, et ambassadeur culturel barbadien,

–  Trinidad and Tobago: M. Hhafra KAMBON et Mme Osuolale KAMBON, responsables de réseaux alternatifs et culturels

– Guadeloupe: Mme Marie-Christine MYRE-QUIDAL, M. Gérard QUIDAL et M. OGUENIN Ismar de l’UPLG.

La délégation de Saint-Domingue N’AYANT PAS OBTENU LE VISA NECESSAIRE, n’a pu venir en Martinique.

Les participants ont pu procéder à des échanges culturels : Echanges avec des musiciens au Nectar (Fort-de-France), rencontre avec les acteurs du Campus Caribéen des arts, échanges avec des pratiquants du Damier et du Bèlè et  des conteurs à l’occasion d’une mémorable soirée organisée par les habitants du quartier BOCHET( Lamentin). A l’occasion de tous ces échanges, le grand chanteur de calypso et de folk, MIGHTY GAGGY, ambassadeur de la culture Barbadienne, a enflammé le public et conquis le cœur des Martiniquais et Martiniquaises.

→   Lire Plus

L’engagement de François Hollande de retirer le mot « race » de la Constitution

 

par Claude Ribbe
Poster-Tabou

Le 10 mars 2012, lors d’une réunion consacrée à l’Outre-mer, François Hollande déclarait :« Il  n’y a pas de place dans la République pour la race. Et c’est pourquoi je demanderai au lendemain de la présidentielle au Parlement de supprimer le mot « race » de notre Constitution. »

Le 6 mai 2012, il était élu Président de la République par une majorité de Français qui, par leur vote, ont de fait approuvé cette initiative.
Les Outre-mer, en votant jusqu’à 72 % pour le candidat socialiste, ont à l’évidence très largement plébiscité la proposition de révision constitutionnelle.
Il y avait eu quelques réactions négatives à l’extrême droite. Elles se fondaient toutes sur le même raisonnement :
La suppression du mot « race » ne fera pas disparaître le racisme. Donc il ne faut pas supprimer le mot  de « race » de la Constitution.
C’est ce qu’on appelle en logique un sophisme : un tour de prestidigitation intellectuelle permettant d’aboutir à une conclusion non démontrée à partir d’une affirmation vraie.
La suppression du mot « race » de la Constitution ne fera pas disparaître le racisme.

→   Lire Plus

Hollande : « L’Outre-mer est dans la République »

Poster-Tabou

Pour présenter ses vœux aux Ultramarins, François Hollande a choisi d’être interviewé sur France O, jeudi soir. Réaffirmant l’importance de l’Outre-mer dans la République, il a énuméré les mesures spécifiques qu’il compte prendre envers les citoyens des DOM-TOM.

Des taux de chômage et d’insécurité record, la vie chère, des flux migratoires à renforcer ou encore les catastrophes naturelles… François Hollande n’a éludé aucun sujet lors de son interview jeudi soir sur la chaîne publique France O. Et le chef de l’Etat a d’abord réagi à l’actualité, commentant les dégâts provoqués par les cyclones Dumile à la Réunion et Freda en Nouvelle-Calédonie. « La République réparera autant qu’il soit possible les dégâts causés par ces cyclones », a assuré le chef de l’Etat.

Autre sujet évoqué : le sort des quatre otages français au Sahel, et plus particulièrement ceux de Thierry Dol, un martiniquais, et de Francis Collomp, dont l’épouse est réunionnaise. Alors que Laurent Fabius a reçu les familles des deux hommes jeudi soir, François Hollande a répété sa volonté de les faire libérer.

Vie chère et taux de chômage record

L’essentiel de l’interview a toutefois été consacré aux sujets qui préoccupent les Ultramarins : le chômage et le coût de la vie.

→   Lire Plus

Sur la repentance

Poster-Tabou

par Patrick Chamoiseau

En matière de crime d’État,
la repentance est une élégance de l’âme,
une force de l’esprit qui englobe dans un même élan tous les états de la conscience.
Si la repentance affaiblit ceux qui la réclament (on doit se tenir très au-dessus des bourreaux),
elle grandit sans partage ceux qui peuvent la prononcer sans se sentir rabaissés ou honteux.
La repentance peut s’entendre car elle résonne toujours en pleine humanité,
et active ainsi pour tous une éthique renouvelée.
Ceux qui associent l’expression d’une repentance à de tels sentiments (honte, faiblesse ou tremblements) 
sont encore victimes  de l’orgueil colonial,
ou pataugent bien en-dessous des puissances et des sérénités de la haute conscience.
Face aux crimes commis en Algérie,
M. François Hollande a tort de croire qu’il y a dans la proclamation de la non-repentance une quelconque vertu.
Juste l’ombre portée (sinistre) de M. Sarkozy.

 

Patrick CHAMOISEAU

→   Lire Plus

« Au Kivu, on viole et massacre dans le silence »

— Par Muhammad Ali, Yamina Benguigui, Jacques Chirac, Abdou Diouf, Valérie Trierweiler —

Portrait der Staline par Pablo Picasso. Fusain, 8 mars 1953A l’est de la République démocratique du Congo (RDC), soit au coeur de l’Afrique, cette région est l’une des plus belles du monde. Autour d’un lac, des cultures montent en terrasses jusqu’au sommet des collines. Eau, soleil, terres fertiles, le Kivu aurait tout pour vivre heureux.

Hélas pour lui, son sous-sol regorge de matières premières. Principalement la cassitérite, un minerai dont on tire l’étain. Mais aussi le coltan, autre minerai recherché. Et bientôt le pétrole, qui vient d’être découvert. Attirées par ces richesses faciles, des bandes de mercenaires et de pillards de toutes sortes écument le territoire depuis des décennies et martyrisent les populations.

De temps en temps, des voix s’élèvent. De temps en temps, le calme revient. Et puis recommence le silence. Et reprennent les viols et les massacres. Pour tenter de limiter ces atrocités, l’ONU a envoyé sur place, en 1999, une force de paix qui compte aujourd’hui dix-sept mille soldats. Rappelons que ces dix-sept mille casques bleus y sont au nom de la communauté internationale, c’est-à-dire en notre nom.

→   Lire Plus

L’argent de la phobie anti-immigrés

Par Catherine Simon

 

Contrôler les migrants étrangers, les enfermer si nécessaire, surveiller les frontières par tous les moyens : on n’a rien inventé de plus profitable ni de plus efficace au cours des dernières décennies. Vous sursautez ? Vous avez tort.

En termes de profit et de marketing politique, les migrants sont une excellente affaire. C’est ce que démontre cet essai percutant, précisément documenté et qui se lit sans peine. Les sociétés privées de sécurité, tout comme l’industrie de l’armement, ont su, très vite, occuper le créneau. Ainsi, l’entreprise multinationale G4S, dont une partie de l’activité est consacrée à la « gestion » de l’immigration (celle de centres de détention du Royaume-Uni notamment), emploie aujourd’hui près de 650 000 personnes.

Quant aux fameux drones, ces avions sans pilote, ils sont utilisés, depuis le milieu des années 1990, à des fins non militaires – en particulier pour la surveillance des frontières. Celle séparant les États-Unis et le Mexique a été la première, en 2005, à « bénéficier » des services d’un drone, le modèle Predator B, de la société General Atomics.

→   Lire Plus

Pour la mise en place de la collectivité unique en 2014

Déclaration des organisations

CNCP, ME, MIM, MODEMAS, PALIMA, PCM,  RDM.

Respect pour le peuple martiniquais

   Depuis plusieurs semaines, le peuple Martiniquais est témoin d’une opération politicienne visant à renvoyer, une fois de plus, la création de la collectivité unique, pourtant votée par 70% des électeurs  en janvier 2010.

    D’abord annoncée pour 2012 par le gouvernement Sarkozy, la mise en place de la collectivité, sous la pression du néo-ppm, a été reportée à 2014. Le 27 juillet 2011, une loi (n°2011-884) fut votée par le parlement français pour officialiser cette date.

  Or, aujourd’hui, il est question de nous imposer, sans arguments valables, 2015…

→   Lire Plus

De la décolonisation au « désimpérialisme », au Séminaire international à Saint-Vincent

— Par Robert Saé —

Du 23 au 25 novembre le IV séminaire international Afrique, Caraïbe, Amérique Latine s’est tenu à Kingstowsn, capitale de Saint-Vincent / Les Grenadines. Organisé par l’ambassade de la République bolivarienne du Venezuela à St-Vincent et par l’Institut Vénézuélien pour la Culture et la Coopération, il s’inscrivait dans le cadre de la 3ème décennennie pour l’éradication du colonialisme décrétée par l’ONU. Participaient à cette rencontre des délégations de Grenade, Barbade, Saint-vincent, Trinidad et Tobago, Dominique, Martinique, Puerto-rico, Honduras, Argentine, Venezuela,et République Démocratique Arabe Saharoui. Les travaux ont commencé après l’accueil des participants, au nom du gouvernement de Saint-Vincent/ Les Grenadines, par le représentant du Ministre de l’agriculture, de la pêche, de l’industrie et du développement rural.Le séminaire était spécialement dédié à Maurice BISHOP. L’intervention de CURTIS JACOB de Grenade et le témoignage de ROBERT CLARKE de Barbade ont porté de précieux éclairages sur l’expérience de la Révolution grenadienne et l’apport de Maurice BISHOP à la lutte contre le colonialisme. Les interventions de la directrice de l’École Latino américaine de Médecine, Mme Sandra MORANO et du chercheur Marlon PENA ont permis de découvrir l’importance de la coopération mené sur le front de l’éducation et de la formation par l’ELAM et en matière de lutte contre le néolibéralisme.

→   Lire Plus

Cohésion nationale, consensus politique et décolonisation, par Jean Abaul (CCPM)

 

(Coordination des Comités Populaires de Martinique) au  IV ème SEMINAIRE INTERNATIONAL AFRIQUE CARAIBE AMERIQUE LATINE


Nous sommes convaincus que l’une des principales conditions qui nous conduira à une  véritable décolonisation, réside dans notre capacité à favoriser le développement d’une forte cohésion nationale.

Sans celle-ci, nous ne disposerons pas des forces nécessaires pour imposer à l’Etat colonial le respect de notre droit à l’autodétermination.

Sans celle-ci on ne saurait envisager la mobilisation des Martiniquais et des Martiniquaises en vue de la réussite d’un projet de développement alternatif.

Nous fondons notre volonté de construire la cohésion nationale sur le fait que nous formons une communauté qui a des intérêts communs et qui doit résoudre collectivement ses problèmes.

Bien sûr, la lutte des classes n’a pas disparu. Elle se manifeste à travers la stratégie des partis dont beaucoup cherchent à pactiser avec le gouvernement colonial. Il n’est donc pas question de sombrer dans l’angélisme.

Il n’empêche que les relations qui nous sont imposées par la « métropole » du fait de la domination coloniale génèrent des contradictions qui opposent une large majorité du peuple au colonialisme : Les petits et moyens entrepreneurs sont laminés par la concurrence déloyale des multinationales du bâtiment. 

→   Lire Plus

Réparations et décolonisation, par Alain Limery (CCPM)

INTERVENTION DE  ALAIN LIMERY

(Coordination des Comités Populaires de Martinique)

 IV ème SEMINAIRE INTERNATIONAL AFRIQUE CARAIBE AMERIQUE LATINE

REPARATIONS ET DECOLONISATION

 

C’est fort des résolutions de l’ONU, mais aussi de l’exigence sans cesse croissante d’un ordre international plus juste et débarrassé de la prééminence du capitalisme que se tient ce séminaire. Nous espérons qu’il en sortira des pistes d’action fructueuses en vue de l’éradication du colonialisme sous toutes ses formes. C’est la tâche qui nous incombe dans cette troisième décennie internationale décrétée par l’ONU.

Mon propos portera sur la question des REPARATIONS DANS LE CADRE DU PROCESSUS DE  DECOLONISATION.

En effet, les conquêtes coloniales,  l’instauration des systèmes d’esclavage et d’indigénat la systématisation du pillage des ressources, des richesses économiques et culturelles, des cerveaux, dans les territoires dominés ont eu des conséquences absolument dramatiques  qui se traduisent par :

1) Un mal développement de nos pays confrontés dans la plus  part des cas à la totale inadéquation, des lois, règles et normes avec la réalité géographique,  culturelle, économique ou sociale qui constitue le socle de notre société.

 2) Une coupe franche de l’équilibre démographique de notre pays  avec les lois de l’immigration des années 1960 et 1970 qui l’ont vidé d’une frange importante de sa jeunesse, et qui font que la Martinique, avec une population vieillissante, s’oriente vers une catastrophe démographique d’ici 20 à 30 ans.

→   Lire Plus

Un archaisme colonial : les droits syndicaux à deux vitesses.

par Philippe PIERRE-CHARLES

Les historiens de demain pourront-ils comprendre le maintien jusqu’à aujourd’hui d’une discrimination aussi flagrante que celle qui existe entre syndicats français et syndicats de ce qu’on nomme « l’outre-mer » ? En tous cas, on imagine sans peine leur probable étonnement.

Ainsi, alors que toute l’actualité résonne des mots de « dialogue social », de « modernisation des relations », « d’égalité », de ceci ou cela « pour tous », il se trouve que certains syndicats de travailleurs sont encore aujourd’hui en 2012 plus égaux que d’autres !

Les uns, parce que « métropolitains » siègent dans tous les organismes paritaires tandis que les autres, pour être « coloniaux » en sont exclus ! Les premiers peuvent avoir des organismes de formation ouvrant droit pour « leurs » salariés à des jours de congé syndical, le second Non !

→   Lire Plus

Coups de force permanents

Par Philippe Thureau-Dangin, ancien directeur de « Courrier international », chercheur associé à l’Institut des relations internationales et stratégiques

 

Dans l’affaire Copé-Fillon, ce qui est fascinant va bien au-delà d’un combat des chefs où la haine est à nu. Cette lutte de pouvoir illustre surtout à merveille les nouvelles moeurs « démocratiques » que l’on voit à l’oeuvre un peu partout dans le monde. Expliquons-nous.

L’UMP, parti issu d’une longue tradition bonapartiste, a voulu, dit-on, organiser un moment démocratique : l’élection de son président au suffrage universel (militants et sympathisants).

UTILISATION DE L’APPAREIL ET DES FONDS DU PARTI

Et le résultat n’a pas déçu : mauvaise organisation, irrégularités, bourrage de quelques urnes, intimidations dans les fédérations, utilisation de l’appareil et des fonds du parti par l’un des candidats, etc.

Mieux, dans les jours qui ont suivi le vote, d’autres travers sont apparus : autoproclamation à répétition d’un candidat, omniprésence médiatique, manipulation des instances de régulation, etc.

Tout cela n’est pas très différent de ce que l’on voit à l’oeuvre, par exemple, en Egypte avec Mohamed Morsi (mise au pas de l’autorité judiciaire), avec Viktor Orban en Hongrie (refonte de la loi électorale à son profit), ou à gauche avec un Rafael Correa en Equateur (utilisation de la justice contre les médias), etc.

→   Lire Plus

UMP : des psys analysent la guerre Copé-Fillon

Anthropologues et psychanalystes voient à l’œuvre de puissantes forces inconscientes dans le conflit qui oppose François Fillon et Jean-François Copé.

 

Dans un ouvrage sur la psychologie des hommes politiques, Jean-Pierre Friedman, psychanalyste, écrivait que «le pouvoir est une maladie mentale» (Du pouvoir et des hommes, Michalon, 2002). «La guerre actuelle à l’UMP en est une nouvelle illustration, déplore-t-il. Nous ne sommes plus à l’époque du poison et des coups de poignard, mais on voit là que les ressorts sont les mêmes. Deux hommes, issus de la même famille, veulent à tout prix le pouvoir et leur pulsion a pris le dessus sur leur intelligence. Il est évident que leur attitude est suicidaire, mais c’est comme s’ils se disaient: “Je préfère détruire le parti que de ne pas être le premier.” L’UMP voulait opposer un homme fort à François Hollande, qualifié de “mou”. Au lieu de ça, il aura un président contesté, affaibli et décrédibilisé.»

Psychanalyste, Michel Schneider voit dans la lutte «pour le pouvoir et pour l’argent» qui se joue depuis une semaine «une bataille attristante entre deux ego, deux personnages mus par le cerveau reptilien et non par la pensée rationnelle, pensant avec leur nombril – pour ne pas dire plus bas.

→   Lire Plus

Suivan van, la tjé poul panché

 par Daniel MARIE-SAINTE,


Une contradiction de plus du député Letchimy en novembre 20012 par rapport à ce qu’il a dit le 29 juin 2011 :

Le 29 juin 2011, M. Serge Letchimy disait devant les députés à Paris, lors des débats à propos de la date à fixer pour la mise en place de la Collectivité de Martinique :

  .« Il faut penser pour avancer » disait un grand écrivain et combattant de la révolution. Avancer, mais sans s’arrêter en chemin.

  Depuis 1982 et même avant, un processus s’est engagé, mais nous avons effectivement perdu trente ans. On a connu beaucoup de ralentisseurs de l’histoire – certains ont introduit des recours –, mais également d’autres formes de statisme incroyable, ce qui a freiné le processus d’assimilation qui est enclenché dans ces collectivités. Disons-le clairement : nous ne sommes pas au bout du chemin. Nous sommes dans un processus continu de liberté, d’émancipation et de développement.

Je ne partage pas l’argument du Gouvernement sur le droit commun – même si je suis favorable à la date de 2014, tout le monde le sait.

→   Lire Plus

Non au viol de la démocratie ! Non à l’opacité et à l’arbitraire !

Communiqué du Groupe des élus Patriotes Martiniquais et Sympathisants

 

        

Depuis plus de 25 ans, la Commission Permanente du Conseil Régional vote des aides individuelles dans la plus grande transparence et conformément aux dispositions de la loi en la matière.

 

Ces aides relèvent non seulement du secteur social mais également des secteurs de la formation professionnelle, des études supérieures, de l’habitat, du logement, de la culture et des sports.

 

Or, depuis deux mois, le nouveau président du Conseil régional a décidé de dissimuler aux élus de l’opposition l’identité des personnes dont les dossiers sont présentés en Commission Permanente pour l’attribution des ces différentes aides.

 

Aucune loi ne justifie un tel diktat.

 

Il est désormais le seul à connaître le nom des personnes à qui la Région accorde des aides individuelles.

 

Cette impossibilité pour des élus d’exercer leur contrôle démocratique sur les décisions du nouveau président ouvre la porte à tous les arbitraires, dont certains ont déjà été constatés et dénoncés dans l’attribution de ces aides individuelles !

 

Nous tenons à faire savoir à l’opinion publique que les quatre élus patriotes membres de la Commission Permanente refusent de participer au vote sur les dossiers présentés de cette façon anonyme,  sans donc la garantie du minimum de transparence prévu par les textes.

→   Lire Plus

Angela Merkel, nouveau Machiavel

Par Ulrich Beck, sociologue et philosophe allemand

 

–Nombreux sont ceux qui voient en la chancelière allemande la reine sans couronne de l’Europe. Quand on pose la question de savoir d’où Angela Merkel tient son pouvoir, on est renvoyé à l’une des caractéristiques qui définissent sa façon de faire : une habileté machiavélique.

Selon Nicolas Machiavel (1467-1529), premier penseur à se pencher sur la nature du pouvoir, le prince ne doit tenir sa parole donnée hier que si elle peut lui apporter des avantages. Si l’on transpose cette maxime à la situation d’aujourd’hui, cela donne : il est possible de faire aujourd’hui le contraire de ce que l’on a annoncé hier, si cela augmente les chances de gagner les prochaines élections. Les affinités politiques entre Merkel et Machiavel – le fameux modèle Merkiavel, comme je l’appelle – reposent en gros sur quatre composantes destinées à se compléter les unes les autres.

1. L’Allemagne est le pays le plus riche et économiquement le plus puissant de l’Union européenne. Dans l’actuel contexte de crise financière, tous les pays endettés dépendent de la bonne volonté des Allemands prêts à se porter garants des crédits nécessaires.

→   Lire Plus

États généraux de l’outre-mer : trois ans après, quel bilan en Martinique ?

LE CÉGOM
Un avocat pour les outre-mers et leurs originaires
– – –
États généraux de l’outre-mer :
trois ans après,
quel bilan en Martinique ?

  En 2009, selon une synthèse produite par l’ACCDOM – «Association des communes & collectivités d’outre-mer» -, les ÉGOM – «États généraux de l’outre-mer» – en Martinique mettaient l’accent sur :

1°) Les petits commerces ;
2°) La protection des zones agricoles ;
3°) Les enjeux environnementaux ;
4°) L’organisation des branches professionnelles ;
5°) La création d’une collectivité unique régie par l’article 73 de la Constitution.

Trois ans après, qu’en est-il ? Quel est le degré de satisfaction des Martiniquais/es à l’égard du nouveau gouvernement ? Quels sont leurs principaux motifs de satisfaction ou d’insatisfaction ?

Le CÉGOM leur posera ces questions jeudi 25 octobre, lors d’une réunion publique organisée à partir de 17h00 à Fort-de-France, quartier de l’Ermitage, rue Pomme-Cannelle, maison n°5 (accès libre dans la limite des places disponibles, réservation conseillée par courriel à contact@cegom.org ou par téléphone au 06 96 32 56 70).

Il s’agira également de proposer aux personnes présentes la création d’une commission régionale du CÉGOM en Martinique.

→   Lire Plus

Des « pieds nickelés » à la tête du Conseil Général

Des « pieds nickelés » à la tête du Conseil Général

   Par un communiqué, rendu public le 10 juillet dernier, et, le MIM déclarait que le vote concernant le compte administratif 2011 du Conseil Général du 2 juillet 2012 était illégal, au motif qu’il n’avait pas été présenté par la nouvelle présidente de la Collectivité et que l’élu qui présidait les débats de la plénière n’avait pas été désigné par un vote de l’Assemblée

 

→   Lire Plus

« Les rites de naissance en Haïti », Obrillant DAMUS

–__-

L

Préface 1

 

Compte tenu de la situation économique et politique en Haïti et en regard des événements qui viennent récemment de se dérouler à Port-au-Prince en janvier 2010, les sujets d’écriture et de réflexion que nous livrent les auteurs traitent bien souvent de la maladie, de la mort, de la misère, de la souffrance et des problèmes de développement qui hantent cette moitié d’île. Il y a tant à dire sur ces thèmes et sur d’éventuelles solutions et sorties de crise, qu’on oublie bien souvent qu’il y a aussi de la vie en Haïti, et que plusieurs Haïtiens et Haïtiennes se chargent de l’entretenir. Cet entretien passe notamment par l’arrivée de nouveaux-nés qu’il faut savoir accueillir et protéger, tout comme ces femmes enceintes qu’il faut savoir accompagner durant leur grossesse et au moment de l’accouchement. C’est là un sujet qui ne vient pas forcément à l’esprit tellement nous sommes envahis de mauvaises nouvelles et d’images douloureuses à propos d’Haïti. Le livre que nous avons là consiste alors en une bouffée d’air. Il nous écarte des chemins les plus empruntés de nos jours en livrant un essai sur la naissance en Haïti et certains rites qui l’accompagnent.

→   Lire Plus

Bébé-élection et/ou bébé-piège à cons

 par Roland Sabra

Editorial du 15/05/2011

 

Après le bébés éprouvette, le bébé médicament voici le bébé-élection. La maîtrise du processus de fécondité permet de programmer les naissances en fonction de nécessités externes au processus de la grossesse. Cette maîtrise peut servir des fins politiques.

La dernière élection présidentielle a été l’occasion pour les agences de communication de tester avec succès une technique venue des Etas-Unis le « storytelling », en bon français la communication narrative.  Le procédé en politique consiste à introduire dans la présentation du candidat une histoire à fort niveau de séduction qui s’adressera, principalement pour ne pas dire uniquement, à l’émotion et surtout pas à la raison. Les conseillers en communication du politicien ( les spin doctors) sont donc des machines à fabriquer des histoires toujours réinventées pour formater les esprits et ainsi les détourner du débat politique au risque de vider de sens toute consultation démocratique.

Il y a cinq ans nous avons eu droit à l’histoire de la famille moderne recomposée  unie par l’amour autour de Cécilia. L’imposture a volé en éclats le jour même de l’élection puisque la parfaite épouse n’était pas allée voter pour son mari et demandait le divorce quelques semaines plus tard pour rejoindre l’amant de son cœur, qui patientait le temps de la campagne..

→   Lire Plus

Liberté, Egalité, Fraternité, Francité ! … et immigration zéro.

Par Patrick Singaïny

Propos sur le discours présidentiel au Panthéon

 

 

Par Patrick Singaïny1

 

 

 

 

 

Ayant préféré être posté sur le plateau de Michel Field à LCI pour mieux vivre l’événement national, plutôt que me trouver parmi les officiels, je commentais en direct la panthéonisation du « poète » Aimé Césaire par le président Nicolas Sarkozy. Pendant le temps où nous devions rester silencieux pour écouter le discours du chef de l’Etat, je prends connaissance de l’embargo au prononcé2 que nous tend l’animateur.

 

Je découvre alors, par la dimension que l’on a voulu donner à son contenu, un texte aux accents historiques, dont la prétention voudrait tendre à la similarité avec le fameux discours de Philadelphie de Barack Obama.

 

Celui-là même qui a su insuffler un élan d’espoir sans précédent au pays de Bush-fils, alors conspué dans le monde entier.

 

Le discours de Philadelphie, tout aussi important que le « I have a dream » de Martin Luther King, avait permis au métis de remporter la victoire présidentielle. C’était un de ses grands et rares discours qui appelait à parfaire une union nationale.

→   Lire Plus

Le bonheur des peuples requiert d’urgence l’après capitalisme.

par Pierre SUEDILE


La question se pose car il semble évident que la fin de la période idéologique appelle une réflexion sur la nature de la société de demain. Nombre d’observateurs ont cru qu’avec la fin du communisme, le capitalisme s’imposerait de façon durable et structurelle et d’aucuns ont alors accéléré le passage amorcé à une forme évoluée du libéralisme, le néo-libéralisme, porté par le triomphe de la valeur suprême, les libertés individuelles. Enterrées les théories qui prétendaient que la société devrait s’analyser à travers le prisme de la classe sociale, abandonnés les intérêts dudit prolétariat et oubliée cette lutte prétendument moteur de l’histoire des hommes. Au grand dam des seigneurs de l’Olympe, du marché, ce début du XXIe siècle a montré qu’il en était autrement et que les dynamiques sociétales historiques ne sauraient souffrir des injonctions de groupes économiques ou politiques, voire de celles d’individus isolés. La notion d’hyper-puissance a vite été écartée suite aux crises nourries par une économie virtuelle stérile au plan des activités et des richesses réelles. L’unilatéralisme s’est effacé devant les difficultés à être le gendarme du monde, quand bien même les décisions internationales contournent à l’excès ces Etats placés au bon endroit pour faire entendre leur voix, quoiqu’ils aiment à courber l’échine pour ramasser les prébendes offertes en paiement de bons et loyaux services.

→   Lire Plus