Catégorie : Politiques

Portrait de Clément Méric, bien plus qu’un « antifa »

Très bon élève, antifasciste, anticapitaliste et anti-homophobe, Clément Méric n’a pas survécu à ses blessures à la suite de son agression mercredi soir.

clement_meric

[…] Originaire de Brest et étudiant à Sciences Po à Paris, Clément Méric, 19 ans, était un « antifa », un militant antifasciste d’extrême gauche, très engagé dans de multiples causes. Ses camarades de Sciences Po décrivent un jeune homme blond, petit, frêle, avec un visage poupin. « Clément se relevait d’une leucémie, ce n’était pas un monstre de guerre », ont même précisé des membres d’Action antifasciste Paris-banlieue, groupe auquel appartenait selon eux Clément Méric. Ce dernier « faisait du terrain, du renseignement, de l’agit-prop ». « Il portait tout le temps son badge antifasciste », précise un étudiant de première année comme lui. « C’était un militant qui était tout le temps là. Il tractait contre les fascistes, pour le droit des étrangers, pour l’égalité hommes-femmes », ajoute Adrien, de 5e année, qui le connaissait.

Fils de deux professeurs de droit de la faculté de Brest, le jeune homme, qui avait obtenu son bac scientifique avec mention très bien l’an passé, était installé depuis septembre à Paris et habitait, d’après le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, dans le 9e arrondissement de la capitale.

→   Lire Plus

Des skinheads battent à mort un militant de gauche à Paris

clement_meric
Un rassemblement est prévu ce jeudi à 18 heures à Paris, place Saint-Michel, après l’agression d’un étudiant militant de gauche par des skinheads, mercredi soir à Paris.

Dans un état désespéré ce jeudi matin, l’homme de 19 neuf ans a reçu un coup de poing américain lors d’une bagarre avec des skinheads. Ce matin, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls dénonce « une violence qui porte la marque de l’extrême droite ». Lors d’une bagarre entre « deux groupes de personnes, très probablement pour des raisons d’ordre politique » dans le quartier de la gare Saint-Lazare, « un militant d’extrême gauche a été très violemment frappé par plusieurs skinheads », a précisé Manuel Valls, à la sortie d’une vente privée de vêtements dans le quartier des grands magasins.

Ce jeune homme de 18 ans, Clément Méric, a été « transporté à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière » où il était dans la nuit « dans un état désespéré », poursuit le ministre qui « apporte son entier soutien à la famille de la victime ».

« Horreur fasciste »

« L’horreur fasciste vient de tuer en plein Paris », dénonçait dès mercredi soir le Parti de gauche.

→   Lire Plus

Agression d’un militant – Frigide Barjot : « La violence vient d’abord de la loi Taubira »

— Par AFP —

«J’accuse Frigide Barjot  d’avoir libéré des pulsions violentes». Mise en cause, la porte-parole de la « Manif pour tous » a rejeté tout amalgame, tout en soulignant qu’il ne « fallait pas s’étonner ».
frigide_barjotDes représentants de la Manif pour tous, mis en cause notamment via les réseaux sociaux, ont rejeté jeudi tout lien avec les agresseurs de Clément Méric, jeune militant d’extrême gauche dans un état désespéré après une bagarre avec des skinheads mercredi à Paris. « La violence vient de deux groupuscules d’extrême gauche et d’extrême droite », a réagi Frigide Barjot, ex-chef de file de la Manif pour tous, interrogée par l’AFP. Les agresseurs « n’étaient pas dans les manifs », a-t-elle assuré, ajoutant que celles-ci étaient composées de « familles à poussettes ».

« La violence vient d’abord de la loi Taubira, a-t-elle fustigé, ça a levé un combat idéologique. Il ne faut pas s’étonner qu’il y ait des répercussions mortifères. Je le déplore totalement », a ajouté Frigide Barjot, exprimant sa « compassion » pour les proches du jeune homme.

→   Lire Plus

Lutter contre la précarité dans l’emploi et dans l’accès à l’emploi

—  Par Thierry Renard, secrétaire du Parti de Gauche de Martinique —-

sans_travail-360Toutes les dispositions de ce chapitre vont à l’encontre du but recherché. S’il est vrai que les droits à l’allocation d’assurance chômage seront suspendus puis reconduits dans le cas ou le salarié trouverait un CDD (Contrat à Durée Déterminée), il est précisé « tout ou partie » . Rien ne garantit donc au salarié de retrouver l’intégralité de ses droits (art 6).
Concernant l’assurance chômage dont le plancher minimal est jusqu’alors garanti par le Conseil d’Etat, l’assurance chômage sera variable. Elle pourra être majorée ou minorée selon la nature du contrat de travail, la durée, l’âge du salarié ou la taille de l’entreprise (art 7).
Une attention toute particulière a été consacrée au temps partiel (art 8). Le temps partiel qui devrait représenter une variable d’ajustement dans l’emploi tente à devenir la voie préférentielle d’accès à l’emploi. Les négociations sur l’organisation du temps partiel ne pourront avoir lieu que si l’entreprise a un tiers de ses salariés à temps partiel.

→   Lire Plus

La « femme en rouge », égérie de la révolte turque

femme_en_rouge

Une photo montrant une jeune femme aspergée de gaz lacrymogène est devenue l’un des symboles de la révolte menée contre le gouvernement du premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan.

«La femme en rouge» est devenue malgré elle l’égérie du mouvement de contestation qui secoue depuis plusieurs jours la Turquie. Vêtue d’une robe rouge et d’un sac de toile blanc, la jeune fille apparaît sur des clichés capturés le 28 mai dans le centre d’Istanbul. On y voit notamment un policier, protégé par un masque à gaz, qui lui envoie du gaz lacrymogène à bout portant. Sur les différents clichés, la jeune femme semble impassible. Ses cheveux volent mais elle se contente de fermer les yeux.

→   Lire Plus

Une ONG britannique victime des sanctions des États-Unis contre Cuba

—Par Salim Lamrani* —

cuba_solidarity_campaignL’organisation non gouvernementale britannique « Cuba Solidarity Campaign » a vu ses fonds destinés à l’achat d’un ouvrage sur les sanctions économiques contre Cuba saisis par le Département du Trésor.

            « The Economic War against Cuba. A Historical and Legal Perspective on the U.S. Blockade » a été publié par Monthly Review Press, maison d’édition basée à New York, en avril 2013, traduit du français « Etat de siège ». Les sanctions économiques des États-Unis contre Cuba [1] . L’ouvrage dresse une perspective historique et juridique des sanctions économiques que les États-Unis imposent à Cuba depuis 1960 et évalue notamment leur impact dans des domaines tels que la santé, affectant gravement les catégories les plus vulnérables de la population cubaine en empêchant l’île d’avoir accès aux médicaments et équipements médicaux fabriqués sur le territoire étasunien.

→   Lire Plus

Assata Shakur, une Angela Davis oubliée

— Par SYLVIE LAURENT Enseigne l’histoire des Afro-Américains à Science-Po —
Sur la liste des «terroristes» les plus recherchés par les Etats-Unis figure désormais, pour des faits remontant à 1971, une militante pour la libération des peuples noirs.

Sur la liste des «terroristes» les plus recherchés par les Etats-Unis figure désormais une femme dont la tête est mise à un prix conséquent : 2 millions de dollars à ceux qui permettront sa capture. En mai 2013, Assatta Shakur est ainsi érigée au rang d’ennemie combattante de l’Amérique alors qu’elle est depuis 1984 à Cuba où elle a obtenu le statut de réfugiée politique. Shakur est une fugitive, en cavale depuis son évasion de prison en 1979. Pour ceux qui l’ont condamnée et réclament son extradition aujourd’hui, elle est une tueuse de policiers. Pour d’autres, elle est une prisonnière politique qui a fui un déni de justice, des années de harcèlement policier et de brutalité pénitentiaire. Mais quel que soit le regard porté sur son passé, il s’agit d’événements survenus il y a quarante ans. On s’interroge sur l’anachronisme de sa mise à l’index qui étonne beaucoup outre-Atlantique.

→   Lire Plus

Plan de Relance – Acte 2 : Grand bluff n°2 !

 — Par Daniel Marie-Sainte —

daniel_marie-sainteLa gouvernance actuelle de la Région tente de convaincre l’opinion publique qu’elle a relancé l’économie martiniquaise avec son « Plan de relance 1 » lancé en 2010 !

Or nous n’avons pas vu de bilan du plan de relance 1, établi par un comité d’évaluation constitué d’institutions indépendantes, tel que cela nous avait été annoncé.

On nous avait pourtant annoncé une publication trimestrielle de ces évaluations !

Où sont les évaluations de l’INSEE ou de l’IEDOM de ce fameux « Plan de relance 1 » ?

Lors de la plénière du 16 mai, la première vice-présidente, par un tour de passe-passe dont elle a le secret, a tenté de faire croire que son « Plan de relance 1 » avait été un succès et qu’il aurait même « généré plusieurs centaines d’emplois » !

Nous n’avons eu droit qu’à un spectacle d’auto-évaluation.

→   Lire Plus

Cécile Kyenge, ministre italienne : «Dire « de couleur », c’est éviter de dire que je suis noire»

Recueilli par Rémy Demichelis —

cecile_kyenge

Interview Cécile Kyenge est la première femme noire d’un gouvernement italien. En poste au ministère de l’Intégration depuis le 28 avril, elle a subi de nombreuses attaques racistes.

Elle a l’air «d’une femme au foyer» (1) a déclaré à son propos l’eurodéputé de la Ligue du Nord Mario Borghezi. Cécile Kyenge, ministre de l’Intégration et première femme noire d’un gouvernement italien, a souffert de multiples attaques racistes depuis qu’elle est en poste. Membre du Parti démocrate (centre gauche), elle rejoint le 28 avril le gouvernement de coalition d’Enrico Letta.

→   Lire Plus

Esclavage : une réparation par la transparence

— Par Thomas Piketty, directeur d’études à l’EHESS et professeur à l’Ecole d’économie de Paris. —

esclavage-300Est-il possible d’envisager des réparations financières pour les crimes commis lors de l’esclavage ? En décrétant que «l’histoire ne peut pas faire l’objet d’une transaction», François Hollande vient de répondre négativement à cette question, le 10 mai, lors de la journée de commémoration de l’abolition de l’esclavage. La formule est habile. Pourtant, si l’on regarde les choses de plus près, la question est plus complexe, et ne peut être évacuée aussi facilement. Christiane Taubira, qui est à l’origine de la loi de 2001 reconnaissant la traite négrière et l’esclavage comme crime contre l’humanité, et instituant la journée du 10 mai, a eu raison de corriger immédiatement le tir présidentiel, en évoquant dès le lendemain la nécessité de réfléchir à des formes de politique foncière et de redistribution des terres en faveur des descendants d’esclaves dans les territoires français d’outre-mer.

→   Lire Plus

« Pour la rébellion intelectuelle et la révolution des comportements politiques »

 

— Par Robert SAE —

fourmi_ordreCertains de nos compatriotes ont une grande propension à prononcer des sentences assassines à l’encontre de ceux qui expriment des points de vue différents des leurs.

 Simple prétention petite-bourgeoise ? Désarroi de voir ébranlées ses certitudes ? Syndrome de lynch ? Ce fameux réflexe de division inculqué par les maîtres et qui donne le sentiment d’exister par le seul dénigrement de ses congénères. Les ressorts sont certainement divers.

→   Lire Plus

Gaston Flosse réélu président de Polynésie

— Par AFP—

gaston_flosseLe choix du vieux sénateur ne faisait aucun doute après la victoire de son camp aux élections territoriales. Son retour survient sur fond de résolution à l’ONU en faveur de l’indépendance polynésienne.

Le sénateur Gaston Flosse, 81 ans, a été élu président de la Polynésie française, vendredi à Papeete, par 38 voix sur 57 représentants, a constaté un journaliste de l’AFP. L’autre candidats autonomiste, Teva Rohfritsch, a obtenu 8 voix, et le candidat indépendantiste Antony Géros, vice-président sortant, a obtenu 11 voix.

A lire aussi : La Polynésie fait de nouveau Flosse route

Gaston Flosse retrouve le pouvoir après avoir déjà présidé la Polynésie de 1984 à 1987, puis de 1991 à 2004, et encore à deux reprises, pendant quelques mois, lors des multiples changements de gouvernements au cours des neuf dernières années. L’élection de Gaston Flosse ne faisait aucun doute depuis qu’il avait remporté les élections territoriales, le 5 mai. Il avait réuni 45,1% des suffrages lors de la triangulaire du second tour, loin devant son adversaire indépendantiste historique, le président sortant Oscar Temaru, et Teva Rohfritsch.

→   Lire Plus

L’Assemblée nationale supprime le mot « race » de la législation

amjLes députés ont adopté jeudi une proposition de loi du Front de gauche, dont le rapporteur était Alfred Marie-Jeanne, supprimant le mot « race » de la législation française. 

La majorité PS s’est ralliée à cette proposition soulignant qu’il s’agissait d' »une première étape ». François Hollande s’était en effet engagé pendant la campagne présidentielle à supprimer le mot « race » de la Constitution.

Le texte, débattu dans le cadre d’une « niche » parlementaire réservée aux propositions du Front de gauche, se propose donc de supprimer le mot « race » du Code pénal, du Code de procédure pénale et de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse.

Le rapporteur de la proposition, Alfred Marie-Jeanne, a fait valoir que le mot « race », « ce concept aberrant, ayant servi de fondement aux pires idéologies, n’a pas sa place dans notre ordre juridique ».(lire ci-après l’intervention à la Chambre)

→   Lire Plus

Code pénal : les députés introduisent un crime d’esclavage moderne

— Par AFP —
esclavage-_moderne

Le nouvel amendement PS a été adopté lors de l’examen d’un projet de loi transposant plusieurs directives européennes sur la justice.

Les députés ont adopté mardi un amendement PS créant un crime d’esclavage et de servitude punis de 15 ans de réclusion pour répondre aux formes d’esclavage moderne. Après avoir demandé le retrait de cet amendement et proposé un groupe de travail, la ministre de la Justice Christiane Taubira s’en est remise à la sagesse de l’Assemblée devant l’insistance des députés PS, soutenus par leurs collègues UMP. L’amendement a été adopté lors de l’examen d’un projet de loi transposant plusieurs directives européennes sur la justice, notamment la traite des êtres humains ou les abus sexuels envers les enfants.

Le Point.fr – Publié le 15/05/2013 à 20:11

→   Lire Plus

« L’Humanité » : appel pour une nouvelle souscription populaire

 

l_huma

— Par Patrick Le Hyaric, directeur de l’Humanité —

Comme l’ensemble de la presse écrite, notre journal subit depuis plusieurs semaines des effets violents de la crise générale: nouvelle diminution des recettes publicitaires, baisse des recettes de diffusion –comparées à l’an passé, à la même époque–, alors que les coûts de production et de distribution connaissent de nouvelles augmentations. Ces nouvelles pressions s’exercent sur nous alors que nous avons procédé à d’importantes économies ces dernières années.

Dans l’actuel contexte, le risque d’une asphyxie financière de la presse écrite existe bel et bien. Et il n’est pas vrai qu’il existerait un modèle économique alternatif « tout numérique », comme veulent l’imposer les grands groupes, les grands oligopoles comme Google, ou encore certains cercles étatiques. Tout en travaillant au développement d’une plate-forme numérique efficiente, nous allons continuer à moderniser nos journaux, à améliorer leur contenu éditorial et leur diffusion. D’autre part, nous lancerons, dans quelques semaines, la préparation de la Fête de l’Humanité, qui se tiendra les 13, 14 et 15 septembre. Mais nous devons d’ores et déjà faire face à l’urgence.

→   Lire Plus

Taubira : « Des terres pour les descendants d’esclaves »

 

taubira_gvtINTERVIEW – Lundi, la ministre de la Justice dressera un premier bilan des « zones de sécurité prioritaires ». Concernant le débat sur l’esclavage, elle est favorable, en outre-mer, à « une politique foncière » qui vise à réparer « les confiscations des terres »…

La garde des Sceaux veut « des remembrements fonciers » pour les descendants d’esclaves.

Vous vous rendez lundi à Lyon avec Manuel Valls, dans le quartier de la Duchère, une des premières zones de sécurité prioritaires. Quel est le premier bilan?
Le bilan n’est pas exclusivement une affaire de chiffres, même s’ils sont des éléments d’appréciation. Sur Lyon-la Duchère, en six mois, le taux d’élucidation a progressé de plus de 10% [10,2]. Et il y a une baisse de la délinquance générale estimée à un peu moins de 8% [7,81%]. C’est un premier bilan encourageant. Mais au-delà de la baisse de la délinquance, cette action concertée de mobilisation de toutes les forces – justice, police, éducation nationale – vise avant tout à améliorer le cadre et la qualité de vie dans ces quartiers. Il y a plusieurs étapes dans notre démarche, l’étape répressive bien sûr, mais nous devons aussi mettre en œuvre des actions sociales fortes coordonnées entre l’État et les élus, mobiliser les associations… Avec ces ZSP, nous voulons des résultats durables sur le long terme.

→   Lire Plus

Diamond Rock, chronique d’une liquidation annoncée

— Par Philippe Pierre-Charles, CDMT-Hôtellerie —

Le discours embrouillé de Max Tanic, directeur de feu la SHED, société gestionnaire de l’hôtel, depuis des mois n’aura trompé que quelques journalistes bien distraits. C’est sans surprise et presqu’avec soulagement que les salarié-e-s ont accueilli la nouvelle de la mise en liquidation. Qui pouvait croire à une procédure de « redressement » d’un hôtel en « chimpontong » , privé même d’eau et d’électricité, sans clients recherchés, en pleine saison dite basse, ayant épuisé les fonds de la SEMAVIL en paiement de salaires sans activité malgré toute la bonne volonté et les réclamations du personnel ? Dans la mer mouvementée du Diamant, le personnel a été mené en bateau, non pas vers le Rocher, mais vers un naufrage annoncé! C’est le Titanic de Tanic, mais hélas pas seulement de lui!
Toutes nos inconséquences martiniquaises peuvent être jugées là. Au départ, il y avait bien un geste courageux d’une municipalité : à travers sa société d’économie mixte, relever le défi abandonné par la multinationale française, le groupe Accor, parti maximiser ses profits sous d’autres cieux.

→   Lire Plus

Nos responsabilités face à ces monstres chimiques de nos pays devenus

— Par Jacky Dahomay —

Nous profitons de ce premier mai 2013 pour rédiger cette réflexion que nous livrons au débat.  Le grave problème que nous posons est celui-ci : comment nous, Antillais, avons-nous pu laisser ainsi se produire une telle catastrophe écologique et sanitaire sur des territoires légués par nos aïeux ? Les pratiques culturales à base de pesticides, notamment dans la banane, mais pas  seulement, ont donné la  situation dramatique d’aujourd’hui. Qui en est responsable ?

Les pêcheurs accusent l’Etat, et ils ont raison. L’Etat  savait que la chlordécone  était  un produit dangereux qui se mélangeait à d’autres produits nocifs déjà utilisés auparavant. Comment expliquer qu’il ait pu autoriser l’usage de ce produit  alors qu’il l’avait interdit, même tardivement,  sur le territoire français ? Il est clair que cela présuppose de la part de l’Etat une vision des peuples d’Outre-mer.

→   Lire Plus

Déferlante raciste contre une ministre noire en Italie

Cécile Kyenge, d’origine congolaise et membre du nouveau gouvernement Letta, est la cible de parlementaires de droite. Une enquête est ouverte.

« Je ne suis pas de couleur, je suis noire, et je le répète avec fierté. » Cécile Kyenge, ministre de l’Intégration du nouveau gouvernement italien, a souhaité couper court à la polémique que sa nomination a suscitée dans la péninsule. Première ministre noire de la république transalpine, cette ophtalmologiste originaire de la République démocratique du Congo fait front depuis plusieurs jours à une avalanche d’insultes.
« Guenon noire » et « zouloue » sont quelques exemples du florilège. « Le gouvernement Letta est un gouvernement bonga bonga », a déclaré Mario Borghezio, élu de la Ligue du Nord (en référence aux soirées « bunga bunga » de Silvio Berlusconi). « Nous sommes fiers d’avoir Cécile Kyenge dans notre gouvernement », ont aussitôt répondu le Premier ministre Enrico Letta et le ministre de l’Intérieur Angelino Alfano. « L’Italie n’est pas un pays raciste », a souligné la ministre-victime, « surprise et blessée » par ces injures.

Une autre image de l’immigration

Originaire d’Emilie-Romagne, mariée à un ingénieur et mère de deux filles, Cécile Kyenge est arrivée en Italie à l’âge de 18 ans et a obtenu la nationalité par le mariage.

→   Lire Plus

En 1879, le maire de Paris était noir

Severiano de Heredia, fils d’esclaves affranchis, fut nommé cette année-là président du Conseil municipal.

À l’occasion des 165 ans du décret de l’abolition de l’esclavage, le 27 avril 1848, Paris sait-il qu’il y a moins de cent cinquante ans son maire était noir? Le livre, Ce mulâtre que Paris fit maire et la République ministre*, du professeur émérite à l’université de Paris-VIII Paul Estrade, retrace le parcours de Severiano de Heredia, tombé aux oubliettes de la IIIe République française.

Franc-maçon, ce fils d’esclaves affranchis d’origine cubaine et cousin direct du poète José Maria de Heredia, représentait à l’époque la modernité et l’évolution de la pensée contemporaine. «Il marchait aux côtés des défenseurs de la presse libre et il soutenait l’effort de la révolution industrielle. Il partageait aussi les idées de Jules Ferry pour la laïcité dans la vie publique», rappelle Paul Estrade.

Severiano de Heredia avait réussi à séduire les politiques. Le 13 avril 1873, il est nommé au Conseil municipal des Ternes. Il est ensuite élu à la tête du Conseil de Paris en 1879, devenant ainsi l’équivalent du maire de l’époque.

→   Lire Plus

Nestor-Azérot, Marie-Jeanne et Nilor votent contre le mariage pour tous

Face à ces votes rétrogrades d’élus martiniquais  seul Letchimy a voté pour.

La gauche n’a pas enregistré de nouvelle défection par rapport à février, avec même un changement «positif»: l’élu socialiste de Mayotte Ibrahim Aboubacar, qui s’était abstenu en première lecture, a cette fois-ci voté pour.

De nombreux députés ultramarins, qui avaient fait part de leurs réticences sur le texte, ont une nouvelle fois divergé de la majorité en rejetant la loi, aussi bien au sein du groupe socialiste (Patrick Lebreton et Gabrielle Louis-Carabin) que radical (Ary Chalus et Thierry Robert) ou communiste et apparentés (Bruno Nestor Azérot, Alfred Marie-Jeanne et Jean-Philippe Nilor).

On compte aussi des défections du côté des chevènementistes (Jean-Luc Laurent et Marie-Françoise Bechtel, rattachés au groupe PS mais qui disposent de la liberté de vote, se sont abstenus) et d’une poignée d’élus socialistes métropolitains (Bernadette Laclais et Jérôme Lambert, dont l’opposition au texte était connue, ont voté contre, tandis que Jean-Philippe Mallé et Dominique Potier, le tombeur de Nadine Morano, se sont abstenus).

A signaler  que le groupe EELV est le seul à avoir unanimement voté en faveur du projet de loi, comme en première lecture

 

D’après http://www.slate.fr/france/71499/mariage-pour-tous-vote-definitif

→   Lire Plus

Saint-Joseph : hommage à Guy Cabord-Masson

la Ville de Saint-Joseph organise une grande manifestation pour la dénomination de la rue Guy CABORT-MASSON le 04 Mai 2013 à 10:00 AM au Quartier Goureaud près de la Place des Fêtes de St Joseph. Ce dévoilement de plaques sera suivi d’une Conférence Débat au Centre Culturel MARCE.

Qui était Guy CABORT-MASSON ?

Guy Cabort, de son vrai nom, effectue ses études secondaires au Lycée Schœlcher de Fort-de-France, puis sort diplômé de l’École Normale des Instituteurs. Refusant de se plier au conformisme imposé par sa position de jeune notable, le jeune instituteur du quartier des Terres-Sainville rompt de manière éclatante avec l’Éducation Nationale (un épisode qu’il relate dansNationalisme martiniquais son autobiographie, Pourrir, ou Martyr un peu). S’engageant comme militaire du rang, le jeune Cabort est incité par ses cadres à présenter le concours d’entrée de l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr, qui forme les officiers de l’Armée de Terre française.

→   Lire Plus

Le chavisme fragilisé au Venezuela

— Par Paulo A. Paranagua —

Au Venezuela, le score du candidat présidentiel de l’opposition, Henrique Capriles Radonski, le 14 avril, était une gageure face à la machine électorale mise au point par le lieutenant-colonel Hugo Chavez, et placée au service de son successeur désigné, Nicolas Maduro.

Pendant quatorze ans, l’ancien président avait élargi son électorat, passé de 3,6 millions de voix en 1998 à 8,2 millions en 2012. Nicolas Maduro enregistre le premier recul chaviste à une présidentielle, réunissant 7,57 millions de suffrages.

Les opposants sont parvenus entre-temps à combler l’écart, passant de 2,6 millions de voix en 1998 à 7,3 millions en 2013. A peine 270 000 votes séparent M. Maduro de son challenger, M. Capriles.

L’érosion chaviste peut être attribuée en partie à l’usure du pouvoir. La décrue répond aussi aux problèmes qui affligent les Vénézuéliens : pénuries d’énergie et de denrées alimentaires, insécurité et inflation record.

→   Lire Plus

« C’est l’argent qui pourrit jusqu’à la conscience des hommes »

— Par Georges Erichot, secrétaire général du Parti communiste martiniquais (PCM) —

Jérôme Cahuzac, l’un des ministres les plus influents du gouvernement socialiste vient d’être emporté par un formidable scandale politico-financier qui ébranle jusqu’aux fondements mêmes de l’Etat. En effet, l’homme qui dirigeait l’administration fiscale et était chargé de lutter contre la fraude se trouvait être lui-même, depuis plus de vingt ans, un fraudeur qui a fini par avouer avoir organisé une évasion fiscale de grande ampleur en cachant des sommes énormes dans les paradis fiscaux, avec la complicité des banques.
De plus la grande presse internationale vient de révéler avec fracas des évasions fiscales considérables organisées par des banques (par exemple BNP Paribas, Crédit agricole), par des patrons d’entreprises et par des personnalités politiques vers des paradis fiscaux.
Ces nouveaux scandales financiers provoquent la colère et l’indignation. Ils alourdissent le discrédit qui pèse sur le gouvernement. Ils illustrent, une fois de plus, les liaisons dangereuses pour la démocratie de la proximité entre certains hommes politiques et la haute finance.

→   Lire Plus

Le mirage du mariage pour tous

– Par Michel Herland –

La nouvelle loi française ouvrant le mariage aux homosexuels fait l’objet d’un affrontement passionné entre des anciens qui n’imaginent pas autre chose que le maintien d’une tradition, il est vrai solidement établie, suivant laquelle il ne saurait y avoir de mariage qu’entre un homme et une femme – et des modernes qui, mettant en avant l’idéal d’égalité, revendiquent pour les couples homosexuels le droit de se marier et d’avoir des enfants, tout comme les couples hétérosexuels.

Les anciens, cependant, s’appuient rarement sur la tradition de manière explicite ; ils mettent en avant plus volontiers l’intérêt des enfants. Ces derniers auraient absolument besoin d’un référent paternel et d’un référent maternel pour s’épanouir.

→   Lire Plus