Education Formation

Professeurs et Chefs d’établissement : dans les coulisses d’une relation professionnelle

— Par Jean-Marc Robin —

enseignantEntre souffrance et engagement
La souffrance des enseignants, du moins d’une part croissante d’entre eux, est une réalité(1). Elle est d’abord imputable à notre Ministère qui laisse s’engager dans une profession des jeunes collègues qui ne réussiront jamais face aux élèves; elle est imputable à une Institution qui est prisonnière de schémas pédagogiques anciens et d’une préoccupation uniquement quantitative: une classe pour 35 lycéens ou pour 30 collégiens. Pourra-t-on un jour imaginer qu’on peut obtenir de meilleurs résultats avec moins d’heures d’enseignement mais réalisées ?(2) dans de meilleures conditions Que dire encore de l’absence de formation continue digne de ce nom: les professeurs partent peu en stage alors qu’ils devraient consacrer au développement de leurs compétences au moins 15 jours par an comme les cadres des industries de pointe.
Notre Institution est, par ailleurs, incapable de penser « la deuxième carrière des professeurs » et d’accompagner les enseignants qui veulent quitter l’Ecole et se lancer dans un nouveau métier(3). Les Rectorats ne disposent ni des moyens humains – hormis quelques conseillers en mobilité trop occupés -ni des moyens financiers pour faciliter ces reconversions.

Lire Plus =>

Atelier d’étude du créole martiniquais

creole_martiniquaisL’atelier d’étude du créole martiniquais sous l’égide du Centre International de Recherches d’Echanges de Coopération Caraïbes Amériques (CIRECCA), poursuit ses activités avec cette année, une nouveauté quant à son organisation.
Les créolophones d’origine, les personnes désireuses de s’initier au fonctionnement du créole martiniquais pour des raisons familiales, professionnelles ou autres, seront toujours les bienvenus mais il est prévu un deuxième niveau destiné aux créolophones (de toutes provenances) qui veulent approfondir leur connaissance et pratique de cette langue.
Sous l’égide du CIRECCA (Centre International Recherches Echanges Coopération Caraïbes Amériques), l’ATELIER D’ETUDE DU CREOLE MARTINIQUAIS animé par l’écrivain Daniel BOUKMAN , vous invite à participer à ses travaux.
Niveau 1 : initiation à la pratique (orale, écrite) du créole martiniquais (graphie, grammaire, syntaxe, lexique) destiné aux créolophones natif-natal, d’option, d’adoption.
Niveau 2  : analyse et production de textes ( sémantique, stylistique, rhétorique), destiné aux personnes ayant déjà une pratique de la langue .
Les séances du niveau 1 et celles du 2, au rythme de 1 heure 30 heures par semaine, auront lieu en début de soirée sur le Campus de Schoelcher.

Lire Plus =>

Le « fléau » du portable en classe touche aussi les enseignants

— Par Stéphane Cassereau —
classe_portable-2C’est un problème auquel sont désormais confrontés la plupart des enseignants du supérieur, mais aussi ceux du secondaire et même du primaire : durant les cours, l’usage quasi-systématique des téléphones portables par leurs élèves. Ceux-ci ne cessent d’échanger des messages (et des photos), de consulter leur appareil, de guetter l’arrivée de la réponse à leurs envois… Résultat, une baisse spectaculaire du niveau général de l’attention et de la concentration en classe. Avec des répercussions évidentes sur l’acquisition de connaissances et sur l’aptitude à comprendre les phénomènes, quelle que soit la discipline enseignée. De plus en plus d’enseignants se plaignent de cette situation. Certains persistent à faire la guerre aux portables et à tenter de les interdire en classe ; beaucoup finissent par renoncer, tant la lutte leur paraît inégale, les élèves déployant des trésors d’imagination pour continuer à utiliser leur appareil en cachette, contre vents et marées.

Lire Plus =>

Cours d’anglais et de couture

L’Association Martiniquaise d’Information et de Formation pour Lutter Contre les Addictions organise des cours d’anglais et de couture.

amiflca

Cours de conversation anglaise
Pour adultes et adolescents le jeudi de 18h à 20h
Cours d’anglais
Pour les élèves de CM1 et CM2 le mercredi de 14h à 16h
Pour les collégiens et lycéens le mercredi de 16h à 18h
Cours de couture
Mardi, mercredi, Jeudi, Vendredi
de 13h à 16 h

Tarifs :

Lire Plus =>

Les filles, au premier rang des sans-école

— Par Mina Kaci —
Quelque 65 millions de fillettes à travers le monde ne sont pas scolarisées en raison de leur genre. L’ONG Plan alerte l’opinion, 
alors que la 3e Journée internationale des filles est célébrée, samedi.

Des mains se lèvent. Chaque jour de plus en plus nombreuses. Elles sont des milliers, à la veille de la 3e Journée internationale des filles, ce samedi, à signer pour que ces dernières puissent jouir du droit fondamental à l’éducation. Des milliers de mains en France qui rejoignent tant d’autres dans le monde. La campagne de l’ONG Plan entend approcher les quatre millions pour que, d’ici à 2016, quatre millions de filles accèdent à la scolarité. Un chiffre ambitieux. Il est pourtant loin des soixante-cinq millions de fillettes discriminées dans ce domaine.

Lire Plus =>

Pas de transmission de savoir sans respect de l’autorité

ecole_violenceCommuniqué de la FSU suite aux incidents survenus la semaine dernière dans plusieurs établissements scolaires de la Martinique.

La violence dans les établissements scolaires de la Martinique atteint, dès ce début d’année, un niveau proprement intolérable. L’un des incidents, l’agression filmée d’un professeur à Julia Nicolas, met en évidence deux phénomènes :

– La violence particulièrement inadmissible d’une élève à l’encontre d’un professeur dans sa classe ;

– La médiatisation de l’agression par le biais d’un téléphone portable avec lequel un autre élève filmait la scène.

La FSU Martinique entend dénoncer très fermement cette violence et sa médiatisation et réclame des sanctions exemplaires à l’égard des deux élèves.

Il ne peut y avoir de transmission de savoir et donc de cours sans le respect de l’autorité et des règles qui s’imposent à la communauté scolaire.

La FSU se portera partie civile au côté du professeur agressé et nous demandons au rectorat d’engager la procédure juridique due au fonctionnaire professeur.

Bien entendu, nous ferons part de notre analyse concernant ces phénomènes de violence à l’école.

Lire Plus =>

Les enfants de pauvres sont-ils tous des fainéants ?

— Par Emmanuel DAVIDENKOFF Directeur de la rédaction de l’Etudiant, François TADDEI biologiste, fondateu de l’Association Paris-Montagne et Christophe PARIS Directeur général de l’Association de la fondation étudiante pour la ville (Afev) —

chat_paresseuxTRIBUNE

A défaut de nous confronter au réel, nous entretenons des mythes. Ainsi, certains persistent à affirmer que, sous sa forme actuelle, l’école française, ciment de l’égalité républicaine, peut donner sa chance à tous les élèves et favoriser l’ascension sociale au mérite. Hélas, l’étude Pisa 2012 le rappelait, le système éducatif français est, de l’OCDE, celui qui renforce le plus les inégalités sociales. Champion du monde des inégalités face à la réussite scolaire pour le pays de Jaurès ; insupportable distorsion entre les paroles et les faits. Ce déni de réalité freine l’évolution nécessaire de notre système, fait peser l’échec scolaire sur l’unique responsabilité individuelle et favorise le développement de stratégies familiales pour sortir gagnant de la grande compétition scolaire. Dans le fond de l’air, la question de l’effort revient comme un leitmotiv, sous-entendant que les enfants de maintenant seraient moins méritants qu’avant.

Lire Plus =>

La rébellion des écoles d’art pour rester des exceptions culturelles

— Par Magali Jauffret —
feu_la_cultureÀ l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, les étudiants reprochent à la direction de vouloir faire de l’école une scène parisienne de l’art contemporain.
Les accords de Bologne, décidés par l’Europe en 1999, ont fragilisé 
ces écoles du sensible qui, prises entre les impératifs de rentabilité et la préservation 
de leur vocation artistique, avalent des couleuvres néolibérales.

Dans un ministère de la Culture exsangue, s’accumulent, en cette rentrée, sur le bureau de la ministre Fleur Pellerin, que l’on dit très liée aux lobbys de l’industrie culturelle, les dossiers des intermittents, d’Amazon, de la loi création, de la loi patrimoine, du financement du cinéma, de l’audiovisuel public, de l’éducation artistique… Quant aux écoles d’art, dont certaines ont fait le buzz, avant l’été, en se rebiffant contre la flétrissure de valeurs remettant en cause leur singularité, elles présentent toujours les symptômes d’un profond malaise. Aux Beaux-Arts de Paris, où les ateliers viennent de rouvrir, l’inquiétude s’est aggravée⋅ Selon des étudiants, Nicolas Bourriaud, leur directeur contesté, tancé mais finalement confirmé dans son poste par l’ex-ministre de la Culture, « imprime désormais un tournant autoritaire à sa politique managériale ».

Lire Plus =>

Encadrer les loyers, une urgence sociale pour la jeunesse

— Par Laura SLIMANI Présidente des Jeunes socialistes, Lucas NÉDÉLEC Secrétaire fédéral des Jeunes écologistes et William MARTINET Président de l’Union nationale des étudiants de France
loyersTRIBUNE

Nous sommes des centaines de milliers – étudiants, chômeurs, apprentis, jeunes actifs. Nous avons moins de 30 ans, la vie devant nous, des espoirs plein la tête, et pourtant… Pourtant, nous avons tant de mal à trouver un toit sous lequel dormir et des murs entre lesquels nous abriter. Trop cher, trop petit, trop vétuste, trop difficile à chauffer. Les disparités d’accès au logement sont devenues pour nous le premier marqueur d’inégalité sociale.

La Fondation Abbé-Pierre l’a constaté, le paiement du loyer est le premier poste de dépense des jeunes qui ne vivent plus chez leurs parents. Et tant d’autres, parmi nous, décident de rester au domicile familial, quitte à faire des heures de transport pour aller à la fac, au travail, ou même à renoncer à suivre nos rêves dans une autre ville.

Lire Plus =>

Une fille sur dix est victime de violences sexuelles

violence_envers_enfants

L’Unicef publie un rapport terrifiant sur les violences faites aux enfants dans 190 pays. Il établit qu’une victime d’homicide sur cinq est un enfant.

« Cachée sous nos yeux » : le nouveau rapport publié par l’Unicef dresse un tableau terrible de la violence subie par les enfants dans le monde. Selon les données de ce rapport, environ 120 millions de filles de moins de 20 ans, soit une sur dix dans le monde, ont subi des violences sexuelles. Autre chiffre non moins terrifiant : en 2012, une victime d’homicide sur cinq était un enfant. L’étude s’appuie sur « la plus importante collecte de données jamais effectuée » dans quelque 190 pays.

Si 120 millions de jeunes filles sont victimes de violences sexuelles dans le monde, les plus exposées à ces violences se trouvent en Afrique subsaharienne. Parmi les adolescentes mariées âgées de 15 à 19 ans, une sur trois a été victime de violences émotionnelles, physiques ou sexuelles perpétrées par son mari ou partenaire. Cette forme de sévices est plus répandue en République démocratique du Congo et en Guinée équatoriale que dans le reste du monde.

Lire Plus =>

Le retard scolaire à l’entrée en 6e : plus fréquent dans les territoires les plus défavorisés

— Par Brigitte Baccaïni, Benoît de Lapasse, François Lebeaupin, Insee; Olivier Monso, Depp —

echec_scolaireParmi les élèves ayant fait leur première rentrée en classe de 6e en septembre 2011, 12,3 % accusent un retard scolaire d’au moins un an. La probabilité d’être en retard pour un élève varie fortement selon ses caractéristiques sociodémographiques (sexe, nationalité…) et celles de sa famille (profession des parents). Elle varie également sensiblement selon l’environnement géographique, à différentes échelles. Au sein des académies, des communes ou encore du voisinage très proche des enfants, les retards scolaires sont les plus fréquents dans les territoires marqués par la plus forte précarité économique et sociale des habitants. Le risque de retard scolaire est lié significativement aux caractéristiques du voisinage, au-delà des seules caractéristiques des élèves.

Lire Plus =>

La réforme des rythmes scolaires pour Les Nuls

— par Les défricheurs —

rythmes_scolairesDe quoi parle t-on ?
Du projet de décret concernant les rythmes scolaires pour l’école primaire (maternelle et élémentaire). Il s’inscrit dans le cadre de la loi sur la Refondation de l’école et en constitue l’un des premiers actes. Il faisait partie des propositions de campagne de François Hollande, et est actuellement porté par le Ministre de l’Éducation Nationale, Vincent Peillon. Son fondement est le suivant : « La réforme des rythmes scolaires poursuit en premier lieu un objectif pédagogique : la réussite des enfants à l’école primaire dépend pour une part essentielle des conditions dans lesquelles se déroulent leurs apprentissages. Or, depuis la mise en place de la semaine de quatre jours en 2008, les élèves français subissent des rythmes scolaires totalement inadaptés à leurs rythmes biologiques ».
La mesure phare du décret est de porter le nombre de jours travaillés dans la semaine de 4 à 4,5 jours soit 9 demi-journées, en allégeant le nombre d’heures de cours fondamentaux au profit d’activités éducatives l’après-midi (culture, sport, etc.).

Lire Plus =>

Les rythmes scolaires, parlons-en…

— Par Jocelyn Présent, Secrétaire Académique du SNETAA FO Martinique —

rythmes_scolaires_foAprès une année d’expérimentation, rien n’est réglé pour les communes qui ont mis en uvre la réforme des rythmes scolaires en septembre 2013. Parmi les problèmes rencontrés on peut retenir :
– Une aide de l’Etat dérisoire voit inexistante ;
– Une utilisation inappropriée des locaux scolaires par un personnel parfois non habilité et souvent en nombre insuffisant
– Un personnel d’encadrement non prévu ;
– Un personnel périscolaire non formé et à la charge des communes. C’est dans ces conditions que les autres communes auront l’obligation d’appliquer la réforme des rythmes scolaires à la rentrée 2014.
Sur l’ensemble du territoire : 1800 communes ont signifié leur refus de mettre en place la réforme en 2014 et plusieurs milliers de communes n’ont pas rendu de projet aux vues des difficultés rencontrées.

Lire Plus =>

Enquête sur le coût de la vie étudiante : +2% à la rentrée 2014

cout_de_la_rentreeComme chaque rentrée, l’UNEF publie son enquête sur le coût d’une année d’étude dans l’enseignement supérieur. Cette année, le coût de la vie étudiante augmente de 2%, un chiffre quatre fois supérieur à l’inflation sur l’année écoulée.

Les principales augmentations : logement et frais obligatoires

La hausse loyers des petites surfaces continue (+3,1% à Paris et +2% en région) et s’accompagne d’une envolée des charges locatives (+10% à 14% selon le type de logement). Parallèlement, le gouvernement a fait le choix d’augmenter les frais obligatoires (frais d’inscription, ticket de restauration, cotisation sécu…) de 0,5 à 1,6%.

Lire Plus =>

Donnez une place aux femmes dans les programmes scolaires

femmes_philosophesPétition

Pétition lancée par une étudiante pour une place, à part égale, des femmes dans les manuels scolaires.

Actuellement, une seule femme a l’honneur de voir son nom figurer dans la liste officielle des philosophes à étudier en Terminale : Hannah Arendt. Est-elle donc la seule femme philosophe existante ? Ou bien la seule qui vaille la peine qu’on l’étudie ?

Le travail, par exemple, est pourtant l’un des objets d’études de ce programme: pourquoi n’écouterait-on pas ce que Simone Weil, aux côtés de Hegel et Marx, a pu dire sur la condition de l’homme au travail ?

Lire Plus =>

L’université ou la sélection par l’échec

— Par Benoît Floc’h —

selection_echecLe débat sur la sélection à l’université, relancé ces dernières semaines, a été enterré une fois de plus par le gouvernement dans la plus grande confusion. Or le statu quo ne peut, ici, tenir lieu de politique.

Tout bachelier peut s’inscrire librement dans le supérieur, exception faite des Instituts universitaires de technologie (IUT), des sections de techniciens supérieurs (STS), des grandes écoles, des grands établissements (type Sciences Po) et des préparations aux concours qui sélectionnent leurs candidats. Mais à l’université, cette sélection n’intervient qu’en 4e année – entre la 1re et la 2e année de master⋅

Le débat sur la sélection, qu’il s’agisse de l’entrée dans le supérieur ou du master, est revenu en force⋅ En juin, le professeur Olivier Beaud, président de Qualité de la science française, demande une nouvelle fois que, « comme dans la plupart des universités du monde, nos établissements disposent de la liberté de choisir leurs étudiants ».

Lire Plus =>

Ensemble pour le développement de l’université des Antilles!

univer_antillesNous, vice-présidents et membres de la gouvernance de l’université des Antilles et de la Guyane, souhaitons apporter les éléments et précisions suivants au débat sur la transformation de notre établissement en université des Antilles.
Nous sommes heureux de constater que le projet d’université des Antilles, avec autonomie renforcée des pôles, conçu et porté par la présidente de l’université et son équipe, publié dès mars 2014, est partagé par l’essentiel des forces vives de nos territoires. A cet égard, nous saluons la prise de position unanime des présidents des conseils régionaux et généraux de Guadeloupe et de Martinique affirmant « leur attachement à une université des Antilles à part entière, dans le cadre d’une large autonomie administrative, financière, pédagogique et de recherche des deux pôles universitaires. » (communiqué de presse du 7 juillet 2014). Nous réaffirmons que c’est dans le cadre de la procédure en cours (ordonnance), s’appuyant sur les articles 38 et 73 de la Constitution et transformant l’UAG en université des Antilles, que sont offertes les plus larges possibilités de déroger au droit commun afin de l’adapter aux caractéristiques et contraintes de notre situation universitaire.

Lire Plus =>

L’insignifiance à ciel ouvert (2)

eris_discordeLe 02 juillet André lucrèce publiait un texte « L’insignifiance à ciel ouvert » que l’on peut lire ici à propos de la crise de l’UAG. Il précise ci-dessous sa position.

COMMUNIQUÉ D’ANDRÉ LUCRECE

Je voudrais d’abord remercier les très nombreuses personnes qui, aussi bien en Guadeloupe qu’en Martinique, ont manifesté leur approbation à l’article intitulé « L’insignifiance à ciel ouvert ».
Et bien sûr, je ne pouvais m’attendre à une unanimité, sachant que des intérêts occultes et d’obscures solidarités ne pouvaient que se manifester en opposition. Ceux qui pratiquent une lecture vicieuse, en voulant voir dans mon article une opposition entre deux pays, ne servent que des intérêts médiocres car cet article, précisément, dit exactement le contraire en dénonçant le chauvinisme d’un responsable politique.
Il est vrai que ceux-là nous donnent une image d’eux-mêmes sans nouveauté. Aux antipodes de la richesse et de la générosité humaines.

Lire Plus =>

Université des Antilles : Lettre ouverte aux présidents de la région et du département de Guadeloupe

— Par Le Collectif Guadeloupe Université Avenir Défense —

plume_courrierMadame, monsieur les présidents
L’heure est capitale pour l’université. Pendant des mois, les échanges autour du départ de la Guyane et de l’avenir institutionnel de ce qui reste de l’UAG ont été occultés par  une espèce de personnalisation du débat autour d’une part de l’avenir de l’actuelle  gouvernance de l’université plutôt que de l’université elle-même et d’autre part, par un scandale politico-financier ayant sa source sur le pôle Martinique. Eu égard aux  dysfonctionnements structurels, financiers et organisationnels de l’UAG et à l’iniquité récurrente dans la répartition des budgets, qui contribue à grever notablement, les financements voués à la pédagogie et aux travaux de recherche, le pôle Guadeloupe a très tôt demandé en Assemblée Générale le 20 novembre 2013, que soit mise en place une véritable autonomie des pôles, sans que ces demandes n’aient aucunement été  prises en compte. Des universitaires, étudiants et membres du personnel, conscients de l’enjeu véritable pour la jeunesse guadeloupéenne, ont décidé de se regrouper au sein d’un collectif et de proposer des pistes d’évolution institutionnelle et un projet universitaire ancré dans la logique de développement territorial de la Guadeloupe; ceci afin d’avoir un établissement plus fonctionnel et adapté aux réalités de notre contexte socio-politique et économique.

Lire Plus =>

Éducation : deux fois plus de menaces et d’insultes que dans les autres professions

— Par Le NouvelObs avec AFP —

agressionLes chefs d’établissement et les conseillers et assistants d’éducation sont les plus exposés, suivis des enseignants du second degré puis viennent les professeurs des écoles.

Plus d’une personne sur dix travaillant à l’Éducation nationale (enseignants, conseillers et assistants d’éducation, chefs d’établissement) déclare avoir fait l’objet de menaces et d’insultes, soit près de deux fois plus que dans l’ensemble des autres professions, selon une étude de l’Insee publiée jeudi.

Les violences physiques contre les personnels de l’Éducation nationale sont « relativement rares » : 0,6% déclarent en moyenne, chaque année, en avoir été victime dans l’exercice de leur fonction, un taux à peine différent (0,5%) que celui de l’ensemble des personnes occupant un emploi, révèle l’enquête Cadre de vie et sécurité (CVS) menée entre 2007 et 2013, publiée dans Insee Première de juillet 2014.

En revanche, menaces et insultes dans l’exercice du métier font « proportionnellement près de deux fois plus de victimes » parmi les personnels de l’Éducation nationale que parmi l’ensemble des personnes qui occupent un emploi : 12% contre 7% en moyenne sur un an.

Lire Plus =>

L’insignifiance à ciel ouvert

— Par André Lucrèce. Écrivain, Docteur en sociologie —-

eris_discordeLa crise qui affecte l’UAG depuis plusieurs mois m’a emmené essentiellement à écouter, à m’informer et à comprendre, ceci en toute sérénité, surtout devant la circulation sociale des émotions qu’elle a générées.
Je voudrais ici réagir à la lecture de deux lettres qui me paraissent significatives des états d’esprit qui prévalent dans cette crise. Il s’agit de la lettre de la Présidente de l’UAG au Président de la Région Guadeloupe et de celle de ce même Président, adressée à Madame Geneviève Fioraso, Secrétaire d’État chargée de l’Enseignement supérieur et de la recherche.
Dans sa lettre, M. Lurel, qui visiblement a la chair sensible et amère, se dit « blessé » par la lettre de la Présidente de l’UAG, lettre que j’ai lue attentivement et qui ne contient l’ombre des propos soi-disant « diffamatoires et grossièrement mensongers » qu’il évoque, son objectif étant manifestement de mettre la Présidente de l’UAG en difficulté.

Lire Plus =>

Université des Antilles : la présidente confirmée dans ses fonctions jusqu’en 2016.

corinne_mence-casterLors d’une réponse à une question ouverte du député Jean-Philippe Nilor, la Secrétaire d’Etat à l’enseignement supérieur et à la recherche, Geneviève Fioraso, réaffirme son soutien à Corinne Mencé-Caster, contestée par la région Guadeloupe.

Jean-Philippe Nilor:
Ma question s’adresse à Mme la secrétaire d’État chargée de l’enseignement supérieur et de la recherche et j’y associe mes collègues Alfred Marie-Jeanne et Bruno Azerot. L’université des Antilles-Guyane connaît une situation d’instabilité depuis son démembrement organisé avec le départ du pôle Guyane.

Lire Plus =>

S. Letchimy dénonce « une gestion catastrophique de la mise en place de l’Université des Antilles »

universite_antilles-2

Dans une lettre adressée à Geneviève Fioraso, Secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche, le Député-Président de région déplore une gestion de la création de l’Université des Antilles qui se ferait « sans concertation avec les collectivités locales », dans « la confusion générale ». Il se prononce pour le maintien des à la tête de la future Université des « actuelles instances de gouvernance, démocratiquement élues » que le départ de la Guyane ne saurait « remettre en cause. » et il retient l’option d’une alternance entre la Guadeloupe et la Martinique pour la Présidence de l’Université.

Cette prise de position participe, involontairement sans doute, à épaissir un peu plus le brouillard institutionnel qui entoure la naissance de la future Université des Antilles, (ex-UAG). En effet, le Conseil régional de Guadeloupe, réclame pour le pôle guadeloupéen une large autonomie administrative, financière, pédagogique et financière qui conduit à faire de la future université une coquille juridique vide, l’essentiel du pouvoir étant concentré dans chacun des pôles. La dénomination « Université des Antilles » se réduirait à n’être que du papier cadeau, ou d’emballage.

Lire Plus =>

La motion de soutien aux professeurs Célimène et Logassah et la réponse de C. Mencé-Caster.

soutien_ceregmia

               A la suite des mesures de suspension d’activités avec maintien du traitement prises à l’encontre des deux principaux responsables du CEREGMIA une motion de soutien aux personnes incriminées circule. Elle fait valoir le «travail considérable» et la «qualité de [l’] engagement humain» du Directeur et de son adjoint qui auraient permis «le rayonnement intellectuel du CEREGMIA» au niveau international.

En d’autres termes il y a peut être eu détournements d’argent public, peut-être de la corruption, mais c’était pour la bonne cause. La fin justifierait-elle les moyens ?  La fin ne dépend-t-elle pas en dernier ressort des moyens qui l’ont déterminée? Qu’il y ait parmi les signataires des personnalités connues pour leurs enseignements rigoureux sur la morale, notamment en politique, illustrerait donc l’adage populaire qui dit : «Ce qu’on ne sait pas faire, on l’enseigne»

L’instance judiciaire ne s’est pas encore prononcée et on peut raisonnablement parier sur un enlisement des procédures en cours. Beaucoup d’«affaires» du passé qui mettaient en cause des responsables économiques ou politiques se sont perdues dans les sables mouvants qui séparent l’outremer de la « métropole ».

Lire Plus =>

Ceregmia : Soyons sérieux !

— Par Patricia Braflan-Trobo —

uag_ceregmia-2Pour avoir siégé pendant plusieurs années au conseil d’administration de l’UFR droit et sciences économiques de Fouillole, l’affaire UAG-CEREGMIA, mais surtout la communication autour de cette affaire, ne cesse de m’interpeller.

L’UAG fonctionne avec plusieurs instances paritaires (voir lien en fin de texte) qui au total regroupent plus de 100 membres. Les enseignants chercheurs et assimilés sont majoritaires dans ces instances.

Il est aussi à noter que les conseils fonctionnent avec des réunions. Réunions avec ordres du jour et documents envoyés à l’avance pour prise de connaissance préalable, discussions en assemblée, questions, expression des avis, réserves ou recommandations et vote. Tout cela est consigné dans les procès-verbaux.

Comme dans tous ces conseils ceux qui siègent peuvent ne pas prendre part au vote, voter pour ou contre, s’abstenir ou donner des procurations.

Lire Plus =>