10 search results for "Radars"

Radars : les conducteurs sans assurance traqués

Selon les chiffres du gouvernement, 700 000 automobilistes roulent sans assurance. L’an dernier, 175 personnes ont été tuées par un véhicule non assuré.

Les automobilistes qui roulent sans assurance vont désormais être repérables via les radars automatiques qui contrôlent déjà la vitesse. L’heure est encore à la prévention mais les sanctions devraient tomber d’ici quelques mois, d’une amende forfaitaire de 500 euros jusqu’à 7 500 euros en cas de récidive, à éventuellement, une inscription sur le casier judiciaire, la suspension ou l’annulation du permis et l’interdiction de le repasser.

L’an dernier 175 personnes ont été tuées sur la route par des conducteurs dont les voitures n’étaient pas assurées. Et rembourser les dommages causés équivaut parfois à une condamnation à vie pour le responsable.

Qu’est-ce qui change ?  

Si un automobiliste est flashé sur la route pour excès de vitesse ou pour avoir grillé un feu, le fichier des véhicules assurés (FVA) sera automatiquement consulté. En cas de défaut d’assurance constaté, « dans un premier temps, nous allons envoyer des courriers de prévention », explique mercredi 16 octobre sur franceinfo Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière.

Lire Plus =>

400 radars de nouvelle génération bientôt sur les routes

Trois fois plus à partir de 2020

Installé à 4 m de hauteur, le Mesta fusion 2 scannera jusqu’à 126 véhicules sur cinq voies, dans les deux sens et sur une portée de plus de 100 mètres.

« Plus efficaces et plus résistants », selon le ministère de l’Intérieur. 75% des radars avaient été détruits ou endommagés dans le pays pendant le mouvement des « gilets jaunes ». Ils seront donc remplacés.

Ces nouveaux radars seront perchés sur des tourelles. À 4 mètres de haut. Ils seront capables de mesurer la vitesse, mais aussi de repérer les conducteurs sans ceinture de sécurité ou utilisant leur téléphone portable. Des radars fixes, ce n’est pas la bonne solution pour Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre les violences routières : « Avec un engin agricole, vous pouvez détruire ce type de radars en un quart d’heure. Donc, ce que nous voulons, nous, ce sont des radars embarqués dans des voitures banalisées, car c’est la seule façon de contrôler ces comportements qui sont si dangereux, c’est l’occasion de ne plus fournir des jouets aux casseurs.»

Lire Plus =>

Où sont les radars qui flashent le plus en Outremer?

panneau_radarLa hausse du nombre d’automobilistes flashés en 2014 n’est pas une bonne nouvelle pour tout le monde. Si l’État voit sa manne financière augmentée, les usagers, eux, n’apprécient pas spécialement la nouvelle. Cela s’explique avant tout par l’augmentation du nombre de radar, mais également par le changement, durant l’année 2013, du prestataire chargé de la maintenance des appareils.

Ce changement s’était accompagné d’une « période de rodage » difficile avec de nombreux problèmes techniques.

De plus, les appareils vandalisés, en panne, ou à l’arrêt forcé pour une vérification règlementaire, n’avaient pas été remis en service dans les temps. Le taux de disponibilité du parc qui devait être de 93% était tombé à 80% ce qui a engendré une baisse d’efficacité. En plus de dix ans d’existence des radars automatique, c’est la première fois que le nombre de flashs diminue sur une année.

A noter que tous ces flashs ont été émis par l’un des 4219 radars longeant les routes françaises : comprenant donc les radars installés aux feux rouges.

*****

***

*

Lire Plus =>

Comment la réforme du bac ronge le lycée de l’intérieur

— Par Olivier Chartrain —

À travers l’exemple d’une discipline, les sciences économiques et sociales, une enquête révèle les effets délétères des mesures du ministre Blanquer dans le secondaire, pour les professeurs comme pour les élèves.

Mise en concurrence des disciplines, fragilisation des équipes, recul de l’interdisciplinarité, renforcement des inégalités sociales, territoriales et éducatives… C’est, à travers le sort d’une discipline parmi d’autres, un inquiétant tableau du lycée sous Blanquer, que brosse une enquête, réalisée par l’Association des professeurs de sciences économique et sociale (Apses) et publiée le 11 février par le média en ligne AOC. Elle met des données chiffrées, précises et factuelles, sur ce que l’on pouvait jusqu’ici percevoir seulement à travers des témoignages.

Premier enseignement : « La dégradation des conditions de travail des enseignants et des conditions d’enseignement des élèves » relève Igor Martinache, du bureau de l’Apses. Selon les 650  répondants (sur quelque 5 000 profs de SES) à l’enquête, le nombre moyen d’élèves par enseignant est passé de 170 à 203 entre 2018 et 2019. Conséquence pour les profs, « un alourdissement des tâches associées » : corrections, renseignement des livrets et des bulletins, rédaction d’avis pour Parcoursup, réunions d’équipe…

Les solidarités professionnelles volent en éclats

La réforme a « fragilisé les équipes pédagogiques », écrit l’Apses, et généré « de fortes tensions entre certaines disciplines » en organisant « une véritable mise en concurrence de celles-ci ».

Lire Plus =>

Lettre ouverte aux élus du congrès et à la Guadeloupe

L’UPLG, ayant été invitée à assister sans participer réellement au XVIème Congrès des Élus départementaux et Régionaux du 20 décembre 2019, a décidé de transmettre une lettre ouverte au président de région et aux élus du congrès. La forme qu’a prise cette invitation nous exclut et montre que les Élus pensent qu’ils peuvent, avec des personnalités qu’ils ont choisies, décider de l’avenir du pays.
L’UPLG, tout en restant persuadé que le règlement définitif de la situation anachronique que vit le pays Guadeloupe passe par l’accession à la pleine souveraineté, a durant toute son histoire été une force de proposition pour faire avancer le pays vers la responsabilité et la verticalité. Le congrès ne peut se soustraire de cette nécessité et nous attendons de nos élus qu’ils prennent toute leurs responsabilités face aux défis actuels. Le peuple guadeloupéen, empoisonné, méprisé, spolié racketté, écrasé doit trouver des hommes libres pour l’aider, le protéger, le défendre. Il doit trouver des leaders et des serviteurs capables de l’accompagner dans sa marche vers la sortie de l’assujettissement.

Lire Plus =>

L’économie doit virer de bord. Soyons comptables du vivant face aux générations futures

— par Dorothée Browaeys Présidente de TEK4life, journaliste et autrice —

Faut-il revoir le logiciel de notre économie, à savoir les normes comptables, pour « sauver le vivant » ? Tel est le sujet explosif du Tribunal pour les générations futures qu’organise TEK4life le 30 septembre, au barreau de Paris.

Les dirigeants des pays du G7, réunis à Biarritz du 24 au 26 août, étaient mis au pied du mur. Les services d’urgence de la planète ont fait sonner toutes les alarmes : il faut traiter d’un seul geste les risques d’effondrement financier, écologique et social. Et curieusement, l’ambulance pourrait bien venir du monde économique. Car les coûts de l’inaction face aux dégâts climatiques et biologiques sont désormais vertigineux. Le dérèglement du climat coûtera 1 000 milliards de dollars d’ici cinq ans aux 215 plus grandes entreprises mondiales. Et l’OCDE estime les pertes des services écosystémiques entre 1997 et 2011 à une valeur comprise entre 4 000 et 20 000 milliards de dollars par an, auxquelles s’ajoutent les pertes imputables à la dégradation des terres, situées entre 6 000 et 11 000 milliards de dollars par an.

Lire Plus =>

L’État d’urgence

— Par Max Pierre-Fanfan. Journaliste/Écrivain —

Dans la perspective du projet de loi pour la protection contre les risques naturels outre-mer annoncé pour l’été 2019 par le président de la République française Emmanuel Macron, la Délégation sénatoriale aux outre-mer a présenté le mardi 24 juillet, lors d’une conférence de presse au Palais du Luxembourg le premier volet de son rapport d’information sur les risques majeurs dans les onze territoires ultramarins habités (Un second volet traitera prochainement de la reconstruction et de la résilience des territoires).
Pour élaborer cette étude, la Délégation a auditionné plus de 300 personnes, au cours de plus de 110 heures de réunion ou de visites de terrain. Au terme d’une démarche de 6 mois, un ensemble de 60 recommandations ont été formulées pour contribuer à gommer les incohérences, combler les lacunes, encourager et mettre en valeur les initiatives pertinentes, et ainsi nourrir la réflexion…Les rapporteurs ont tiré notamment des enseignements de la gestion de la crise par l’État, lors du passage de l’ouragan Irma qui avait dévasté, le 6 septembre 2017 les îles du nord de la Guadeloupe, Saint-Barthélémy et Saint-Martin.

Lire Plus =>

La liberté est le plus difficile des devoirs

— Par Amandine, 34 ans, rescapée du Bataclan —

etat_urgence-3Le 13 novembre, j’étais à un concert avec une amie quand des hommes armés sont entrés dans la salle et ont tiré dans le public. Nous sommes toutes les deux sorties vivantes. Elle a pu s’échapper au bout de vingt minutes, à la faveur d’un chargeur vide. Moi, au bout d’une heure trente durant laquelle je me suis cachée. Je suis allée à un concert et j’en suis sortie en ayant vécu une scène de guerre.

Depuis, j’écris beaucoup. J’ai écrit pour mes proches, pour leur dire ce que j’avais vécu. J’écris pour moi, pour tenter de m’apaiser en mettant des mots sur cette parenthèse barbare qui balafre désormais ma vie. Pour ne jamais oublier toutes les émotions par lesquelles je passe : choc et sensation d’irréalité face à cette violence inouïe et soudaine, joie d’être en vie, tristesse immense en pensant aux personnes blessées et tuées. Mais aussi colère et solitude. Colère contre la classe politique, solitude vis à vis de mes concitoyens qui plébiscitent dans leur grande majorité l’état d’urgence prolongé.

Lire Plus =>

Martinique : un taux de chômage de 33% ?

chomeursEn Martinique en juillet 2014, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle Emploi toutes catégories confondues s’élève à 58 258 soit une hausse de 2.9% par rapport à juin 2014). La population active est d’environ 178 000 personnes. Près d’un tiers de la population active est donc au chômage…

La France, ce beau pays aux 6 millions de chômeurs officiels

– Pour Marc Landré, les 3,4 millions de chômeurs de catégorie A que soulignent les statistiques officielles du chômage sont en réalité l’arbre qui cache la forêt des 6 millions de chômeurs en France, toutes catégories confondues.

Marc Landré est rédacteur en chef adjoint du Figaro, responsable du service Économie France.

Dans les statistiques sur le chômage parues le 27 août, un chiffre est passé totalement inaperçu⋅ Et pourtant, il fait froid dans le dos tant il permet de mieux réaliser le marasme dans lequel la France se situe.

Lire Plus =>