Carnets de route

Angkor, cité khmère en danger

Carnet de route : Cambodge

— Par Roland Sabra —

La démesure ! Voilà ce que je retiens d’une courte, trop courte visite sur le gigantesque site d’Angkor. Les chiffres donnent le vertige. Plus de 700 monuments, bouddhistes et hindouistes, sont dispersés à travers 400 kilomètres carrés, en partie couverts par la forêt. Angkor est un nom générique. Il ne désigne pas un monument ou un temple particulier mais l’ensemble des constructions et des sanctuaires qui s’élèvent sur l’emplacement jadis occupé par la capitale des rois khmers. La région du Grand Lac est habitée depuis le néolithique. Un survol de la région permet d’identifier des sites d’habitation circulaires. Les premières traces écrites de l’histoire du pays se trouvent dans les rapports que les commerçants chinois qui ( déjà!) au début de l’ère chrétienne commencent à explorer le Sud-est asiatique. Les Chinois appelait le principal pays avec lequel ils échangeaient Funan. Le contrôle de cette région était stratégique puisqu’il portait sur les routes maritimes du delta du Mékong et le golfe de Thaïlande.

Lire Plus =>

Siem Reap : une caricature de mal-développement

Carnet de route du Cambodge

— Par Roland Sabra —

La nostalgie dans mes bagages j’ai quitté Luang Prabang en renouvelant la promesse de faire retour faite il y a près d’un demi-siècle. Le charme, la « zénitude » de la ville qui s’est transformée sans se trahir me séduisent, encore et toujours. Il est des endroits que l’on quitte à regrets, « comme ces belles passantes qu’on a aimées quelques instants secrets ». Du coup l’attrait pour la découverte d’un pays que je ne connais pas, pour son étrangeté, pour ce qu’il recèle de différences et d’altérité, et qui toujours m’habite se teinte d’une légère ombre de tristesse. Aller au Cambodge est aussi un retour, mais un retour douloureux vers le temps des années sombres, celles des seventies du siècle dernier quand l’actualité se focalisait sur les guerres, les coups d’état, les meurtres et les assassinats qui ravageaient le Sud-Est asiatique.

La partie Est du Cambodge a reçu pendant ces années- là un tonnage de bombes supérieur à celui que les américains ont déversé pendant toute la Seconde guerre mondiale !

Lire Plus =>

Funan : Cambodge, avril 1975

Carnet de route du Cambodge

Funan retrace le parcours de Chou, une jeune cambodgienne séparée de son fils Sovanh dès les premiers jours de la révolution khmère rouge de 1975.

Comme tant d’autres, Chou sera déportée, contrainte aux travaux forcés.
Un à un, les siens lui seront arrachés. Elle connaîtra l’injustice, le désarroi et l’impuissance. Elle devra affronter la faim, la peur… la mort. Femme, mère et épouse, Chou va devoir trouver la force d’exister, de décider et de survivre. Pour résister à l’atroce quotidien imposé par les Khmers rouges, elle devra se faire violence et apprendre à s’imposer.

Le couple qu’elle forme avec son époux Khuon prendra alors une toute autre dimension. Dans la souffrance et l’adversité, ils vont se déchirer, se redécouvrir, s’aimer et apprendre à lutter. Ensemble.
Pour retrouver ce fils que le régime lui a arraché, Chou va devenir une femme nouvelle. Forte et déterminée, elle va se révéler. Aux autres, mais aussi à elle-même. Malgré le manque, l’impuissance, elle n’abandonnera pas. Parce que là-bas, quelque part, Sovanh a besoin d’elle.

Lire Plus =>

Phare Ponleu Selpak ou “La Lumière des Arts »

Carnet de route du Cambodge

— Par Roland Sabra —

Le soir de mon arrivée à Siem Reap au Cambodge je suis allé renouer avec une pratique de mon enfance quand au bout du chemin qui longeait le cimetière, sur un terrain vague envahi par les herbes folles, en face des jardins de mes grand-parents paternels et maternels un cirque itinérant s’installait pour quelques jours. Comme tous les enfants du monde, je trépignais d’impatience en attendant le soir de la sortie promise. C’était ma grand-mère maternelle qui m’accompagnait.

Juste avant mon départ de Luang Prabang, adorable ville à propos de laquelle je reviendrai plus tard, je tombais sur une note en bas de page d’un petit guide touristique qui signalait l’existence d’un cirque « The Cambodian Circus » dont je l’avoue volontiers je n’avais jamais entendu parlé.. Cette découverte n’était que la partie visible d’un iceberg qui porte le beau nom de.  » La Lumière des Arts », Phare Ponleu Selpak en cambodgien. Avant d’évoquer le spectacle de cirque auquel j’ai assisté avec bonheur voici une présentation de l’ONG extraordinaire qui est à son origine.

Lire Plus =>

À la recherche de la Princesse Sida

Carnet de route du Laos

 — Par Roland Sabra —

Le soir de mon arrivée à Luang Prabang je me suis donc précipité dans l’ancienne salle de bal et du protocole du Palais Royal de Luang Prabang aujourd’hui transformée en salle de théâtre pour voir le troisième épisode du Phralak Phrralam, une adaptation lao du célèbre Ramayana, considéré comme l’une des quatre plus grandes épopées, les trois autres étant le Mahabharata, l’Iliade et l’Odyssée. Au fil du temps, la version lao de cette épopée a perdu son association avec l’hindouisme et représente plutôt la vie antérieure du Bouddha. L’épopée a été introduite pour la première fois au Laos par des missions bouddhistes. L’histoire du Rama est décrite dans de nombreuses peintures murales et des sculptures en relief en bois sur les portes et les fenêtres de temples bouddhistes. Il existe deux versions connues de l’histoire de Ramayana au Laos: la version de Luang Prabang dans la capitale royale et la version de Vientiane peinte sur les murs du temple Wat Pa Khe.

Lire Plus =>

Laos : Les hommes descendent des courges !

Carnet de route du Laos

— Par Roland Sabra —

Mes proches le savent : je m’étais toujours promis de retourner au Laos. J’ ai souvent raconté l’expérience de mon premier voyage en 1975 quelques semaines avant la prise officielle du pouvoir par le Pathet Lao, le bras armé du parti communiste. Le soir assis sur la terrasse du premier étage de l’hôtel de Paris à Vientiane, en sirotant une bière, j’assistais à l’arrivée tranquille mais déterminée des soldats du Parti Révolutionnaire du Peuple Lao. Trois par trois, vêtus à la chinoise dans des uniformes vert-olive, l’Ak47 en bandoulière, et trois grenades rondes, elles aussi de fabrication chinoise, à la ceinture. Deux ans auparavant un cessez-le feu général avait permis la mise en place, pour la forme, d’un gouvernement d’union nationale les communistes contrôlant 11 des 13 provinces. Il restait à prendre Vientiane, ce qui fut donc fait en 1975 en même temps que la démission forcée de tous les ministres non-communistes était obtenue sans difficultés. Et les révolutionnaires laotiens ont gardé le nom donné par le colonisateur français qui unifiait l’administration des différentes « principautés » ou minis royaumes qui se partageaient les territoires de son protégé et baptisait la nouvelle entité d’un nom unique « Laos ».

Lire Plus =>

De Metulla à la Mer Morte en passant par le Golan

Carnets de route Avant-derniers jours

Le doigt de la Galilée, c’est le surnom de cette région tout au nord d’Israël coincée entre le Liban et la Syrie. Je délaisse Tel Hazor, site cananéen le plus important d’Israël. Fatigue des vieilles pierres et le voyage touche à sa fin. A mi-chemin sur ma route, la vallée de Hula, l’immense marécage infesté par la malaria jusqu’à la fin du XIX ème siècle a été asséché et a fait place à une réserve naturelle avec une forêt de cyprès et de vastes étendues d’herbe. De nouveau je ne fais que passer sans vraiment faire une halte. De retour à mon hôtel je le regretterai. J’arrive au carrefour de Qiryat Shemona, petite ville qui fit la une de l’actualité dans les années 70, quand elle était soumise à des tirs de roquettes venus du Sud-Liban. Son nom, «  Cité des huit », est un hommage à huit colons auteurs d’un fait d’armes en 1920. La ville, aujourd’hui paisible, est d’un intérêt limité. Je ressens la même impression quand j’arrive à Metulla.

Lire Plus =>

Safed, Tsafat, Zefad

Carnets de route. Jour 10

Me voilà en route, via Capharnaüm et le Mont des Béatitudes, pour la capitale des kabbalistes entre le XVIè et XVIII è siècle. Dans toutes les religions, il y a toujours quelqu’un, plus rarement quelqu’une qui se pose comme intercesseur entre le monde sacré et le monde profane. L’étymologie le rappelle : pro = devant, fanun = temple. Le profane est celui qui n’est pas encore entré dans le temple et qui aura besoin d’un guide pour y pénétrer, des fois qu’il se perde. Ces intercesseurs auto-recrutés, auto-proclamés, rabbins, immans, prêtres, en instaurant cette séparation justifient l’existence de leurs jobs. Faut bien manger ! A coté de ce fonctionnariat auto-institué se développe en parallèle une approche directe aux dieux, sans église constituée. La kabbale est un exemple de cette démarche. Entre ésotérisme et mysticisme, elle choisit plutôt le second, moyen d’accès à la connaissance de soi et de l’univers en général. Issue du judaïsme, elle s’en écarte en espérant hâter la venue de l’apocalypse, ce que condamne l’orthodoxie talmudique.

Lire Plus =>

Tibériade : miracles au lac !

Carnets de route. Jours 7,8,9

Le lac est un des hauts lieux du christianisme. Pensez ! Le Jésus en question ne s’est pas contenté seulement de tourner autour du lac de son enfance jusqu’à ses trente-trois ans mais il est allé jusqu’à marcher sur les eaux dudit lac un jour où ses disciples, des pécheurs, s’évertuaient à ramer contre le vent. Nazareth, la ville où il a été élevé, est à une trentaine de kilomètres de Tibériade.

Il y a deux Nazareth, l’ancienne et la nouvelle qui rêve d’annexer la vieille ville qu’elle regarde en surplomb avec ses immeubles sans âme surgis du milieu des années cinquante. L’ancienne est peuplée d’Arabes dont un tiers sont chrétiens. La nouvelle est juive en majorité avec une forte proportion d’Arabes plutôt aisés. C’est la seule ville de mon périple qu’il m’a été difficile d’atteindre. Les indications sont mal formulées. J’ai du demander plusieurs fois mon chemin tant il m’a semblé que tout convergeait à me conduire à Nazareth Illit, la ville neuve sans jamais me mener vers les souks.

Lire Plus =>

Tibériade et ses histoires d’eaux.

Carnets de route Jour 6

Le site lui aussi porte des noms différents : : lac de Tibériade, mer de Galilée, lac de Kinneret ou encore lac de Genézareth. Vingt-et-un kilomètres de long sur treize kilomètres de large, il n’est pas bien grand et pourtant situé à deux cents mètre au dessous du niveau de la mer il connait des tempêtes violentes générées par les différences de températures avec les plateaux qui l’entourent. Il a la forme d’une lyre ( kinnor en hébreu). C’est à la fois un lieu de pèlerinage pour les chrétiens, pour les juifs et un lieu de villégiature. Alimenté en eau douce par le Jourdain il a la réputation d’être riche en poissons, dont le plus fréquemment proposé dans les restos est, allez savoir pourquoi, le saint-pierre !  L’origine de ce poisson n’est pas en odeur de sainteté pour les puristes. En réalité ce saint-pierre là provient de la pisciculture pratiquée par les kibboutzim de la vallée du Jourdain. C’est un poisson d’élévage qui n’a jamais connu les eaux miraculeuses de la mer de Galilée.

Lire Plus =>

Haïffa et Akko, Acre où Saint-Jean-d’Acre selon le dieu qu’on prie

Carnets de route, jour 5

Une fois récupérée ma voiture de location je file vers le nord en direction de Haïffa et Akko. Les routes sont belles, bien entretenues. Une halte à Césarée, dévastée par les croisés, les mamelouks, les Ottoman et qui voit maintenant ses ruines envahies par les marchands de souvenirs, les restaurants et autres boutiques pour touristes. Je ne m’attarde pas. La prochaine étape sera Haïffa le port du nord, troisième ville du pays. L’arrivée se fait par des quartiers industriels et sans doute industrieux mais sans charmes particuliers. Il faut arriver dans le quartier de l’ancienne colonie allemande pour découvrir une merveille au bout de sderot Ben Gurion, le sanctuaire bahaï et ses jardins en escalier dans un ordonnancement à la française.

Le bahaïsme est un de ces derniers avatars abrahamiques et monothéistes apparus sur cette planète. C’est à la fin du 19ème siècle, en 1863 précisément que le Persan Mīrzā Ḥusayn-ʿAlī Nūrī (1817-1892) fonde cette religion dont le slogan favori pourrait être «  Religieux de tous pays, unissez-vous ».

Lire Plus =>

Tel Aviv, la vie va

Carnets de route Jours 3 & 4

Ce matin direction la capitale du pays, la seule reconnue par la communauté internationale à l’exception de deux pays. Je prends le tramway, qui traverse Jérusalem et qui était sensé contribuer à sa réunification. A l’est, parfois caillassé, iIl mobilise des forces de sécurité importantes. La gare routière est à l’ouest, je éloigne donc de la vieille ville. Le bus se remplit rapidement et une heure plus tard à l’arrivée à Tel Aviv un taxi me conduit à l’hôtel autour de Dizengoff un quartier calme au nord de la ville. Sitôt la valise déposée je repars vers la plage à quelques centaines de mètres de là et j’entreprends de longer les cinq kilomètres de promenade en bord de mer qui mènent à Jaffa, un des plus vieux ports du monde construit il y a 4000 ans. Ce n’est qu’au début du XXème siècle que des habitants quittèrent la ville pour créer à la limite nord de la ville le premier quartier de Tel Aviv.

Lire Plus =>

Jérusalem trois fois sainte et toujours réinventée

Carnets de route Jour 2

Selon la légende le Dôme du Rocher recouvre le mont Moryah sur lequel Dieu demanda à Abraham de sacrifier son fils Isaac il y a 3500 à 4000 ans de cela. Et c’est à Jérusalem que le Messie doit revenir. Pour les chrétiens la ville est le lieu de la mort de Jésus, de son tombeau et de sa résurrection. Pour les musulmans la ville est sacrée car Mahomet la veille de sa mort venant tout droit de La Mecque s’y est rendu en une nuit sur son cheval ailé, le buraq, afin de monter à partir du fameux rocher tout droit au paradis. Pour les arabes, le deuxième fils unique d’Abraham, Ismaël, serait le père de leur peuple. Le deuxième fils unique ? Je sais c’est un peu compliqué dès le départ. En deux mots. Sara l’épouse d’Abraham déjà bien avancée en âge et sans descendance pousse son mari dans les bras de la servante Agar. De cette étreinte ( renouvelée, on ne sait?) nait Ismaël, dont le nom signifie «  Dieu a entendu ».

Lire Plus =>

Yéroushalayim, Jérusalem, Al-Quds

Carnets de route.Jour 1

«לַשָּׁנָה הַבָּאָה בִּירוּשָׁלָיִם הַבְּנוּיָה« »  «L’an prochain à Jérusalem restaurée». J’y suis. A l’aéroport d’Orly l’agent de sécurité israélien devant les comptoirs de Transavia, la compagnie low cost qui me transportera a observé mon passeport avec une attention toute particulière et m’a demandé ce que j’allais faire en Israël. Il m’a souhaité bon voyage. A bord de l’avion tout est payant sauf les toilettes mais je pense que ça pourrait ne pas durer bien longtemps. Bientôt pour aller pisser en cours de vol il faudra sortir son porte-monnaie. A l’arrivée le passage de la douane est un peu long, mais le visa est accordé sans difficulté aucune. Le nom de famille, le lieu de naissance sont déterminants. Le précédent taxi-co pour Jérusalem vient de partir. J’attends un peu que celui dans lequel j’ai pris place se remplisse. L’aéroport Ben Gurion est à peu près à mi-distance de Tel Aviv et de Jéru. Une heure plus tard tout au plus je dépose mes bagages à l’hôtel réservé depuis Paris.

Lire Plus =>

From London… a touch of « qianmenisation »

Carnet de route 4

— par Roland Sabra —

OLYMPUS DIGITAL CAMERAVu de Pékin cela n’a pas plus de valeur qu’une roupie de sansonnet. C’est dans la Chine éternelle que, sans état d’âme apparent, on fait table rase du passé en détruisant des pans entiers du patrimoine architectural pour en reconstruire une copie plus ou moins conforme en béton armé. Pour honorer la mémoire ? Pour le tourisme? Les chinois ont inventer un mot  pour désigner la chose :«qianmenisation».
Cette passion pour le vrai-faux est aussi européenne. Le cœur de Berlin est aujourd’hui défiguré par un immense chantier : celui de la reconstruction du château des Hohenzollern, copie conforme du «joyau prussien» détruit par le régime communiste en 1950 ! Enfin pas tout à fait conforme puisque la restauration ne concernera que trois des quatre façades baroques qui masqueront un édifice moderne.
« The cavern » cet endroit mythique de Liverpool qui abrita les débuts des Beatles et qui est l’objet de nombreuses visites de touristes n’est pas le lieu  où ils se produisaient, celui-ci ayant été détruit, par stupidité politicienne, au motif que l’immeuble était trop vétuste, avant que la municipalité ne réalise qu’il y avait une demande de la part des visiteurs.

Lire Plus =>

From York & Manchester… où règne la marchandise

Carnet de route 3

— Par Roland Sabra —
OLYMPUS DIGITAL CAMERA« La richesse des sociétés dans lesquelles règne le mode de production capitaliste s’annonce comme une « immense accumulation de marchandises. »
Karl Marx, phrase d’ouverture du « Capital »

Jamais le propos de Marx, dont une partie figurait déjà dans la Critique de l’Eco. Po. n’aura été aussi juste qu’en cette période de fêtes en Europe et plus précisément en Angleterre ou fût justement écrit « Das Kapital. Kritik der politischen Ökonomie ». Deux excursions en dehors de Liverpool où je réside depuis déjà trois semaines, confirment la profonde justesse de cette prémonition.
York. La répression fut terrible. Des milliers d’exécutions. Le fanatisme religieux au 16ème siècle dans le Yorshire ne valait pas mieux que ceux qui l’ont précédé ou qui l’ont suivi. Il ne faisait pas bon d’être catholique. Les remparts de la ville qui datent de l’époque romaine furent impuissants devant la folie meutrière. Le ver était dans le fruit. « Bis repetita placent » un siècle plus tard, lors de la Première Révolution anglaise, avec la guerre civile.

Lire Plus =>

From Liverpool… ou la « laïcité » revisitée

Carnet de route 1

— Par Roland Sabra —

from_liverpool-1

Pourquoi la tartine de confiture tombe-t-elle toujours du côté de la marmelade ? Pourquoi votre ordinateur tombe-t-il toujours en panne au moment même où vous aller en avoir le plus besoin ? C’est le vendredi soir vers 22 heures, alors que je devais m’envoler le samedi matin pour Liverpool que mon Asus Eee PC Seashell prenait l’eau. Sans m’en avertir. Un Seashell prendre l’eau? J’aurais dû m’en douter et choisir un autre modèle. Il s’est éteint tout d’un coup au cours d’une simple opération de maintenance. Que faire ? Le laisser à Paris ? L’emporter hors d’usage chez les Anglais ? Lui et moi c’est une histoire qui dure. Ensemble nous avons fait des dizaines et des dizaines de milliers de kilomètres, usé de bien des types d’adaptateurs électriques. Il y a le chinois, le sud-africain, l’indien, le nord-américain, le brésilien, l’européen et l’anglais puisque chacun sait que l’Angleterre ce n’est pas tout à fait l’Europe comme les charmants habitants de ce non moins charmant pays s’entêtent à nous le rappeler en toute occasion.

Lire Plus =>

From Liverpool … le «Black Friday » ou de l’art d’humilier les pauvres !

Carnet de route 2

—Par Roland Sabra —
black_friday-1Ils ont un accent : par exemple le ‘tea’ se prononce à la française « té ». Cet accent leur a donné un nom les Scousers. Scouse est aussi le nom d’un ragoût de viande salée, de pomme de terre et d’oignon. Un goût des mélanges qu’ils ont gardé. Ils habitent une ville où se côtoient, s’entremêlent sans se fondre les populations les plus diverses. Ils sont environ 450 000 dans la ville proprement dite soit un peu plus de la moitié de la population de leur district métropolitain, le Meeyserside. Un demi siècle auparavant ils étaient rattachés au célèbre Lancashire « Ils » ce sont les Liverpuldiens. Les habitants de Liverpool ; la quatrième ville du royaume. Elle a été fondée il y a 800 ans mais ce n’est qu’un demi millénaire plus tard que débuteront ses heures de prospérité avec la traite négrière. En effet la sainte année 1699, bénie par l’Église anglicane voit partir le Liverpool Merchant son premier bateau vers l’Afrique.

Lire Plus =>