Politiques

Le 4 Février 1794 la Convention signe le décret d’abolition de l’esclavage

4 février 1794: Toussaint Louverture obligea la France à signer la première abolition de l’esclavage

— Par Alain Foix —

Le 4 Février 1794 la Convention signe le décret d’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises et confirme ainsi l’initiative à Saint-Domingue des commissaires civils Sonthonax et Polverel, contraints de le faire sous la pression du Général Toussaint Louverture et de son armée. Toussaint Louverture, ancien esclave devenu général de l’armée espagnole combattra les français jusqu’à ce qu’ils plient le genou et accordent l’abolition de l’esclavage contre son ralliement à la France pour combattre les Anglais qui assiègent Saint-Domingue.

Toussaint Louverture deviendra alors général français puis gouverneur de l’île après que le commissaire Sonthonax ait été obligé de rentrer en France où il fut fait prisonnier et manqua de passer sous la guillotine pour avoir pris cette initiative d’abolition contre le gré de la Convention un an plus tôt.

Cependant, le 4 février 1794, en présence de trois députés envoyés par le gouverneur Toussaint Louverture (un blanc, un mulâtre et un noir), la Convention signa finalement cette abolition.

Lire Plus =>

À propos de la soi-disant « sur-rémunération  » des fonctionnaires

— Communiqué du SNUEP-FSU —

Le SNUEP-FSU, une nouvelle fois, condamne fermement les propos tenus vendredi par E. MACRON, cette fois-ci lors du débat sur l’outremer.

Le Président de la République a en effet choisi de continuer sa croisade contre la partie d’entre nous, qui, suite à des concours difficiles, a choisi d’embrasser la carrière de fonctionnaires. Ces derniers sont accusés-et manifestement le ridicule n’étrangle pas Président- d’être responsables de la « vie chère » en outremer.

Cette incroyable mise à l’index s’est déroulée devant un parterre de premiers édiles, préférant lâchement s’engoncer dans un mutisme impardonnable, feignant ne pas savoir qu’ils ont pour mission de défendre ceux qui les ont élus.
Ils participaient pourtant à un débat « à bâtons rompus où ils devaient dire les choses de façon directe » dixit le Président. Leurs réactions et réprobation étaient donc permises. Même les plus sanguines…Même les plus épidermiques… .

Personne n’est dupe de la politique stérile menée par E.MACRON et de ses tentatives pour braquer les Martiniquais les uns contre les autres.

Lire Plus =>

« Violences contre les médias » : amalgames et mauvais procès

— par Frédéric Lemaire, Pauline Perrenot —

Depuis le début du mouvement des « gilets jaunes », une défiance s’exprime envers les médias dominants et s’est traduite par un certain nombre de discours critiques et d’initiatives, allant de l’organisation de manifestations devant des sièges de grands médias au blocage d’imprimeries. Elle s’est également exprimée par des agressions verbales et physiques contre des journalistes de terrain. Certains éditorialistes, directeurs de journaux ou prétendus « experts » ne se sont pas privés des mettre toutes ces expressions de la colère à l’égard des grands médias dans un seul et (trop) grand sac : celui de la haine des médias et de la démocratie. Retour sur ces amalgames et mauvais procès.

Dans la nuit du 26 décembre, une vingtaine de gilets jaunes se sont postés à la sortie de l’imprimerie du groupe Ouest-France, au sud de Nantes, pour bloquer l’acheminement de plusieurs titres. Quelques jours plus tard, l’Est Républicain a fait l’objet d’actions similaires ; le 10 janvier, la distribution de La Charente libre a été mise à mal et dans la nuit du 11 au 12 janvier, L’Yonne républicaine, le Journal du Centre ou encore La Voix du Nord ont vu leur diffusion empêchée par le blocage de leurs centres d’impressions.

Lire Plus =>

Macron face aux revendications des élus d’Outre-mer

— Par Anne-Charlotte Dusseaulx —

Emmanuel Macron a reçu vendredi soir des élus d’Outre-mer à l’Élysée dans le cadre du grand débat. La discussion a duré sept heures. Certains ont dénoncé une opération de communication.

« Nous n’avons pas fait 8.000 km pour parler deux minutes » : venus des Antilles, de Réunion, Mayotte ou de Guyane, la centaine d’élus présents vendredi dans la salle des fêtes rénovée de l’Élysée n’a plus lâché le micro énumérant les problèmes de leurs territoires, de la vie chère à l’immigration clandestine, en passant par la prolifération des sargasses ou les dangers du chlordécone. Au point qu’au bout de 5 heures, Emmanuel Macron a repris à la ministre Annick Girardin la direction du débat, pour mettre un terme au défilé des intervenants qui se prolongeait bien au-delà des inscrits.

« Non, les enfants » (sic!), leur a-t-il lancé, « sinon, c’est la fin des haricots ». « On ne va pas faire Shéhérazade! » La discussion a duré 7 heures, un record, dépassant les 6h 40 de Grand Bourgtheroulde et les 6h38 de Souillac.

Lire Plus =>

La mobilisation pour sauvegarder l’Humanité prend corps

— Par Patrick Apel-Muller —

Le tribunal de commerce de Bobigny rendra son délibéré le 7 février. Les manifestations d’attachement à notre journal se multiplient.

Les juges ont examiné hier matin la situation économique du journal, entendu le directeur et le représentant des salariés. L’Humanité s’était placée sous la protection du tribunal de commerce de Bobigny. Celui-ci rendra son jugement en délibéré le 7 février.

Dès l’annonce de cette procédure et la publication lundi de l’appel à la « Mobilisation générale pour l’Humanité » signée de son directeur, Patrick Le Hyaric, les réactions de solidarité se sont multipliées. Celles de nos lecteurs d’abord, qui jugent « impossible » de perdre leur journal et égrènent ce qu’ils y trouvent et qu’on ne leur présente nulle part ailleurs. Sur les réseaux sociaux, des parlementaires s’engagent et relaient des appels à la mobilisation : André Chassaigne, Sébastien Jumel, Éliane Assassi ou Fabien Gay. Des élus LaREM, LR, radicaux de gauche ou socialistes disent aussi que, quels que soient les désaccords qu’ils peuvent avoir avec des prises de position du journal, celui-ci doit absolument exister.

Lire Plus =>

Rejet du droit d’appel de Mumia Abu-Jamal

Le procureur de Philadelphie, Larry Krasner a rejeté, le vendredi 25 janvier, la décision du juge Léon Tucker d’un droit d’appel pour Mumia Abu-Jamal. Larry Krasner, sans autre commentaire, a refusé ce droit d’appel quelques heures seulement avant l’expiration du délai légal de recours.

Maître Judith Ritter, l’avocate de Mumia Abu-Jamal, s’est déclarée « très déçue que le procureur s’oppose à ce que son client puisse enfin plaider devant un tribunal impartial, ce qui a motivé la décision objective du juge en considération du fait que ce droit ne lui a jamais été accordé ».

De son côté, la police, par la voix du président du syndicat des officiers de Philadelphie, a tenu à féliciter le procureur pour cette  » bonne décision « . Rappelons que ces derniers mois la police a mené campagne (largement couverte par les médias) aux côtés de la veuve FAULKNER pour que le « tueur de flic reste en prison jusqu’à sa mort ».

Quelques jours avant cette contestation, le Bureau du procureur avait déclaré avoir trouvé six boîtes concernant le dossier d’Abu-Jamal dans un local de stockage.

Lire Plus =>

« C’est irresponsable de parler de coup d’État au Venezuela »

— Par Sarah Diffalah —

Paula Vasquez Lezama est spécialiste du Venezuela. Elle décrypte la situation après l’autoproclamation de Juan Guaido comme président par intérim.

Le Venezuela s’est réveillé ce jeudi 24 janvier avec deux présidents : Nicolas Maduro, réélu le 20 mai 2018 lors d’un scrutin boycotté par la coalition de l’opposition (une élection non reconnue par une partie de la communauté internationale), et Juan Guaido, président du Parlement, nouvelle figure de l’opposition. Décryptage de la spécialiste du Venezuela, Paula Vasquez Lezama, chargée de recherche au CNRS.

En France, Jean-Luc Mélenchon a dénoncé une « tentative de coup d’Etat », reprenant les paroles de Nicolas Maduro. Peut-on parler de « coup d’Etat » ?

Bien sûr que non ! C’est irresponsable de dire cela. C’est de la manipulation. Nicolas Maduro a usurpé son élection. Elle n’est pas légitime. L’opposition a essayé de respecter la Constitution. A la suite de la fraude électorale de 2018, le président de l’Assemblée nationale a prêté serment comme président par intérim, en accord avec la Constitution.

Lire Plus =>

Meeting de solidarité avec « la révolution bolivarienne »

Jeudi 31 janvier 2019 à 18h Maison des syndicats à FdF

— Par le CNCP, le PKLS, le MODEMAS —

Non à l’ingérence ! Non à la subversion ! Solidarité avec la révolution bolivarienne

Les médias au service des multinationales intensifient leur campagne de désinformation pour justifier le renversement d’un Président démocratiquement élu.
Le même MACRON qui réprime sauvagement les « Gilets Jaunes » et multiplient des mesures fascisantes en France a le culot d’ordonner au Président MADURO d’organiser des élections et de se plier devant un coup d’Etat téléguidé par le fasciste TRUMP.
Toute notre région risque d’être déstabilisée par la politique agressive des puissances impérialistes occidentales qui bafouent les règles les plus élémentaires du droit international.
Pour connaître la vérité sur la situation au Venezuela
Pour manifester notre solidarité avec le peuple vénézuélien
LE CNCP, LE PKLS, LE MODEMAS
VOUS INVITENT AU MEETING QU’ILS ORGANISENT
JEUDI 31 JANVIER 2019 A 18 H
Maison des syndicats à Fort-de-France

Lire Plus =>

Déclaration de l’U.P.L.G sur la situation en Guadeloupe

Les travailleurs du secteur du commerce et de la grande distribution sont en lutte depuis plus d’un mois à MILENIS et à PROMOCASH pour s’opposer à la baisse de leurs revenus décidée par leur patron et le groupe DESPOINTES. La durée de cette grève met en lumière la volonté d’un patron de faire plier les travailleurs et de les obliger à accepter sans conditions ses décisions même quand celles-ci vont dans le sens de la diminution de leur revenu déjà très bas. Des mères et des pères de famille travaillant depuis deux à trois dizaines d’années dans ces entreprises ont décidé de ne pas se laisser faire. Le groupe DESPOINTES qui continue à engranger des bénéfices substantielles chaque année en veut encore plus.
Cette grève qui voit le jour 10 ans exactement après le grand mouvement du LKP est une mise à l’épreuve imposée par le grand patronat. Ces profiteurs veulent montrer, dix ans après, que le système de pwofitasyon remis en cause par le LKP est plus que jamais présent et qu’il a des beaux jours devant lui.

Lire Plus =>

Drapo Wouj-Vèw-Nwè

— Par Daniel M. Berté —

Nou pé pa ritjilé
Listwa-nou ka vansé
Souvantman i matjé
Epi la koulè wouj

Lè zafè-nou mélé
Nou bizwen débrouyé
Lespérans-nou plasé
Anba sign koulè vèw

Ki moun ka désidé
Ki drapo pou lévé
Kat sèpen térasé
I rété wouj-vèw-nwè
***

Sewten ka asiré
Ki sé an gran lidé
Sosializm yo kriyé
Ki prézanté an wouj

Ek pou senbolizé
Péyizannri lévé
I ka riprézanté
Epi la koulè vèw

Lire Plus =>

Le Mémento des Élections – 2007-2017 – Guyane

— de Olivier Ernest JEAN-MARIE —
Qui étaient les candidats à Kourou lors des élections municipales de 2008 ? Quels étaient les scores des candidats au premier tour des élections législatives de la 2ème circonscription en 2012? Quel était le taux de participation aux élections européennes de 2009 en Guyane? Combien ont dépensé les listes ayant participé aux élections régionales de 2010? Quelles ont été les dépenses électorales des candidats dans la 1ère circonscription lors des élections législatives de 2017? Quel est le montant des indemnités des conseillers à l’Assemblée de Guyane? Qui sont les conseillers communautaires de la CACL ou de la CCEG? Quel est le montant de l’aide publique versée au Parti Socialiste Guyanais ou au mouvement Walwari de 2008 à 2017? Si ces questions vous intéressent, vous trouverez toutes les réponses à l’intérieur de ce mémento qui s’inscrit dans une double démarche de promotion de la culture de la transparence démocratique et de contribution à la connaissance des institutions, des femmes et des hommes qui animent la vie politique Guyanaise.

Lire Plus =>

Nouveau rapport d’Attac : « Les grandes entreprises françaises : un impact désastreux pour la société et la planète ! »

— par Attac France, Observatoire des multinationales —

Attac France, en partenariat avec l’Observatoire des multinationales, publie ce rapport qui synthétise le véritable bilan des entreprises du CAC 40 en matière de justice sociale, justice écologique et justice fiscale.

A l’occasion du Forum économique mondial de Davos 2019 et de la deuxième édition du « Choose France summit », Attac France fait une série de propositions concrètes lesquelles, si elles étaient mises en œuvre par les pouvoirs publics, contribueraient à répondre aux exigences de justice sociale, fiscale et climatique, aujourd’hui portées par la majorité de la population.

Dans ce rapport il est révélé qu’entre 2010 et 2017 : les impôts versés par les entreprises du CAC 40 ont baissé de 6,4 % en valeur absolue, alors que leurs bénéfices cumulés ont augmenté de 9,3 % et les dividendes versés aux actionnaires de 44 % en valeur absolue également sur la même période, tandis que leurs effectifs en France ont baissé de 20 %.

Quelle justice sociale alors que les profits des grandes entreprises françaises, les dividendes et les rémunérations des hauts dirigeants s’envolent quand les effectifs mondiaux stagnent et qu’ils diminuent fortement en France ?

Lire Plus =>

Le secrétaire général de la CGTG en garde à vue!

— Par Gabriel Jean-Marie pour la Cgtm —

Libération immédiate du secrétaire général de la CGTG !

Non aux méthode de répression contre les grévistes de Carrefour Milenis et Promocash en Guadeloupe!

Ce jour, vendredi 18 janvier 2019, Jean-Marie NOMERTIN, le secrétaire général de la CGTG a été mis en garde à vue à la gendarmerie de Baie-Mahault à Beau Soleil.

Cette action répressive a été menée suite aux mobilisations engagées depuis plusieurs jours par les salariés de l’hypermarché Carrefour –Milénis et ceux de Promocash, sociétés appartenant au groupe Despointes (Safo). Des échauffourées ont eu lieu lorsque les gendarmes ont décidé de lever les barrages mis en place par les grévistes,

Les travailleurs de Carrefour Milenis et de Promocash, sont en grève depuis le 22 novembre. Leur employeur a décidé unilatéralement de réduire primes et avantages acquis (ancienneté, transport, vacances, prime Bino et d’autres), ce qui représente une diminution de revenu de 1600 à 2000 € chaque année par employé.

Les salariés sont déterminés à maintenir leurs droits, d’autant que le groupe Despointes, implantés tant en Guadeloupe qu’en Martinique et en Guyane , fait de copieux bénéfices.

Lire Plus =>

Poursuivons, entre nous, le débat !

— Par Max Dorléans, GRS —

La lettre d’appel à la discussion que Macron a dû écrire en réponse aux exigences du mouvement des Gilets jaunes n’est rien d’autre que de l’enfumage visant à enliser ce dernier, en cherchant à déplacer le curseur de la lutte sociale vers un terrain plus institutionnel.
Même si nous n’y participerons pas formellement, n’ayant pas attendu Macron pour discuter au quotidien sur notre avenir avec les Martiniquais et les Martiniquaises, nous saluerons les Gilets jaunes, de nous offrir, grâce à leur colère contre Macron, une fenêtre supplémentaire, pour poursuivre, avec peut être, une écoute plus attentive, nos discussions ici même.
Evidemment, nous ne savons aucunement aujourd’hui, ce qui va résulter au profit de la majorité de la population en France, le débat découlant du mouvement initié par les gilets jaunes le 17 novembre 2018. Mais nous ne nous faisons non plus aucune illusion à son sujet au regard de nos propres expériences avec les différents « états généraux » mis en place ici par les Chirac, Sarkozy et Macron lui-même.

Lire Plus =>

La Guyane bouillonne toujours

—René Ladouceur —
Ce débat sur les Gilets jaunes, dans l’Hexagone, je le suis, comme nombre d’entre nous ici, avec beaucoup de distanciation et de circonspection. C’est assez pratique pour – comment dire ? –, jouer sur les perspectives et jauger les comparaisons avec la Guyane.
Alors que depuis plusieurs décennies, la légitimité démocratique s’érode du fait d’une désertion croissante des électeurs, il est surprenant que le gouvernement ait pu sembler pris au dépourvu par la colère des Gilets jaunes.
On nous objectera –et à juste titre- qu’en Guyane aussi la colère des 500 Frères a pris tout le monde de court. C’est bien le moins que l’on puisse dire.
L’étourdissante complexité de la Guyane, il est vrai, nous impose et  même nous condamne à l’humilité.
Au moment où j’écris ces lignes, les commentaires se concentrent sur les déroutantes maladresses que la nouvelle directrice de l’ARS, Clara de Bort, a multipliées dans sa gestion du mouvement de grève au Centre Hospitalier de Kourou.
Où l’on voit que pour être utile, l’humilité a fortement besoin de la détermination.

Lire Plus =>

Le drapeau vert-rouge-noir n’est pas pour demain.

— Par Yves-Léopold Monthieux —
En supprimant l’emblème aux 4 serpents, le président de la République n’a pas entendu invalider un drapeau et encore moins un drapeau national. L’objectif avéré de la Collectivité territoriale de Martinique (CTM) est de faire reconnaître la Martinique lors des rencontres sportives dans les Caraïbes, autrement que par le fanion retiré ou le drapeau français. La requête est réputée émaner des ligues sportives qui sont des organismes non politiques. Cependant, pour ceux qui voulaient la suppression de l’emblème il ne s’agit pas d’y substituer un autre, d’égale signification politique. Pour ces derniers, l’objectif est d’adopter une fois pour toutes le drapeau national martiniquais. Le drapeau de l’indépendance avant l’indépendance, en quelque sorte. Mais les porteurs dudit « drapeau de MALSA » ont été pris de court par la soudaineté de la décision présidentielle à laquelle ils n’étaient pas préparés.
Comme je l’avais pressenti dans ma tribune du 19 octobre dernier, le président Alfred MARIE-JEANNE, qui n’a jamais été un accro au drapeau de MALSA, a profité de cette surprise pour « faire un pied de nez à ses anciens amis indépendantistes ».

Lire Plus =>

« Vous êtes encore là? », s’interroge Charlie Hebdo, 4 ans après l’attentat

Dans un numéro commémoratif en kiosques ce samedi, Charlie Hebdo dresse quatre ans après l’attentat le portrait sombre d’une société française « anti-Lumières ».

La couverture de ce numéro commémoratif de Charlie Hebdo fait écho à la une du numéro historique du 14 janvier 2015 : sur fond noir, un évêque et un imam soufflent sur la flamme d’une bougie, dont la lumière éclaire le titre de l’époque, « Tout est pardonné ». « Ce ne sont pas seulement nos histoires personnelles (qu’on oublie), c’est aussi ce qu’a signifié ce qui nous est arrivé. On a l’impression qu’on tourne le dos à ça, alors qu’à notre avis ces phénomènes de réactions rétrogrades sont toujours présents, encore plus qu’il y a 4 ou 5 ans », a expliqué à l’AFP Riss, directeur de la rédaction et auteur du dessin de une.

Lire aussi – Luz au JDD : « A Charlie Hebdo, tout le monde m’attendait, même les morts »
« Tout est devenu blasphématoire », déplore Riss

« Ce n’est plus uniquement une hostilité qui vient d’extrémistes religieux mais aussi d’intellectuels », s’inquiète-t-il.

Lire Plus =>

La rénovation du système politique de la Martinique…

— Par Roland Tell —

Existe-t-il un système politique martiniquais ? Certes non, puisque celui-ci prend place dans un ensemble français et européen, qui le déborde, de toutes parts, par des traits spécifiques, depuis l’héritage post-esclavagiste. Aujourd’hui, en dépit de la décentralisation, affichée en Collectivité Territoriale, il y a persistance du centralisme rationaliste, et même du centralisme politique, qui se manifestent, l’un et l’autre, par le rejet des autres forces idéologiques, pouvant prétendre à une organisation à base étatique, par l’autonomie, ou par l’indépendance.
La hiérarchie politique unique, par exemple du préfet de région, apparaît toujours comme une protection pour les citoyens martiniquais, et comme la garantie du maintien des normes communes, s’agissant des institutions. Donc, la hiérarchie d’Etat semble écarter, à coup sûr, les aventures de non-dépendance ! C’est ainsi que les structures de participation interne, telle que la CTM, en son fonctionnement ordinaire, apparaissent aujourd’hui comme des régressions, par rapport à la décentralisation, dont on fait naïvement étalage.
En effet, le pluralisme idéologique et doctrinal du « Tout Etat » continue de se manifester (cf.

Lire Plus =>

Les majorités sont toujours « minoritaires ».

— Par Yves-Léopold Monthieux —
L’insatisfaction institutionnelle de la France étant permanente, on parle de plus en plus de la venue de la 6ème République. C’est même une curiosité française, après le béret, le pain et la bouteille de vin. Mais personne ne dit ce qu’il faudra mettre à l’intérieur de la nouvelle constitution. Sans doute par crainte que sitôt fait le projet ne soit soumis à la critique.

Deux éléments fondamentaux caractérisent la 5ème République : l’élection du président de la République au suffrage universel et l’élection de l’assemblée nationale au scrutin majoritaire à 2 tours. Projeter que le président de la République ne soit plus élu au suffrage universel, il est difficile de l’imaginer à un moment où les gilets jaunes entendent non seulement élire directement leurs dirigeants, mais aussi les révoquer. Par ailleurs, instaurer l’élection à la proportionnelle de l’assemblée nationale, c’est le retour de la 4ème République et à l’instabilité ministérielle. C’est de cette instabilité qu’est née la toute-puissance de la haute administration qui a été conduite à pallier la vacuité du pouvoir.

Lire Plus =>

Le Venezuela est désormais le pays plus dangereux au monde

— Par RFI —

Avec un taux de 81,4 homicides pour 100 000 habitants, le Venezuela a dépassé le Honduras et le Salvador, qui ont connu une baisse sensible, selon les annonces jeudi de l’Observatoire vénézuélien de la violence. Les chiffres sont toutefois ici aussi en légère baisse, et c’est paradoxalement une conséquence de la crise qui frappe le pays.

Avec Benjamin Delille correspondant à Caracas de Rfi

Selon le directeur de l’Observatoire vénézuélien de la violence (OVV), Roberto Briceño-León, cette baisse du taux d’homicide s’explique avant tout par une censure du gouvernement chaviste. « Il nous semble qu’il y a une décision politique de ne pas recenser les délits. Non seulement cela permet d’éviter que ces données dérangeantes sortent du pays, mais cela permet aussi qu’elles ne soient pas connues ici. »

Le sociologue estime tout de même que deux facteurs peuvent avoir fait baisser le taux d’homicide. D’abord, la politique d’élimination pure et simple des délinquants par la police. Selon lui, un tiers des 23 000 homicides commis cette année l’ont été par des forces de l’ordre.

Lire Plus =>

Ce qui change au 1er janvier 2019

Smic, prélèvement à la source, lutte contre la conduite sans assurance, compte personnel de formation, saisies sur rémunérations, taux d’intérêt légal, tarifs du gaz, prix du timbre… Retrouvez dans notre dossier une première sélection des nouveautés qui se mettent en place à partir du 1er janvier 2019.

Smic : revalorisation de 1,5 %Au 1er janvier 2019, le salaire minimum interprofessionnel de croissance (Smic) est revalorisé de 1,5 % (contre 1,24 % au 1er janvier 2018).

Smic : revalorisation de 1,5 % au 1er janvier 2019

Prélèvement à la source

Le prélèvement à la source qui va être le nouveau mode de paiement de l’impôt sur le revenu entre en vigueur à partir du 1er janvier 2019.

Lire Plus =>

Référendum d’initiative citoyenne (RIC) : la douce folie de la démocratie

— Par Yves-Léopold Monthieux —
Les référendums ne sont pas organisés, comme les autres élections, à des échéances fixées d’avance par la loi. Par ailleurs, le texte soumis à référendum, comme l’opportunité de la saisine, expriment l’expertise politique de celui qui pose la question et suppose la compréhension du citoyen qui doit y répondre. C’est dire que le référendum qui est le processus démocratique ayant la plus grande force démocratique, peut, lorsqu’il est dévoyé, conduire à de vrais dégâts. On évoque souvent le cas de MAASTRICH en oubliant que ce vote avait été utilisé par la droite et la gauche pour régler des conflits internes aux partis. Le « non » prôné par Laurent FABIUS avait en ligne de mire le leadership du parti socialiste en vue des futures présidentielles.
Par ailleurs, de même qu’il est utile de confier la construction des ponts aux ingénieurs et la santé aux médecins, il convient de confier le fonctionnement de l’Etat à des professionnels ayant un niveau d’expertise équivalent. En France ce sont les diplômés de l’ENA de « Sciences Po » qui remplissent cette fonction, la suppression de ces écoles n’a pas de sens.

Lire Plus =>

Venezuela: la population bat le pavé contre la pénurie du pernil de fin d’année

— Par RFI —
Les manifestations se multiplient au Venezuela pour exiger du « pernil ». Ce jambon à l’os, plat principal des fêtes de fin d’année, est touché par une importante pénurie pour la deuxième année consécutive.

Avec notre correspondant à Caracas, Benjamin Delille

Les rassemblements et les blocages de route se multiplient depuis trois semaines pour exiger que le pernil soit distribué par les autorités. C’est lors du dernier week-end de décembre que cette colère a été la plus intense, en particulier à Caracas, la capitale. Dans plusieurs quartiers populaires, les principaux accès ont été fermés quelques heures par des habitants en colère.

Samedi 29 décembre, un groupe de personnes a même tenté d’aller réclamer leur jambon directement devant le palais présidentiel avant d’être dispersé par la garde nationale bolivarienne. Une dispersion à coup de gaz lacrymogènes, utilisés aussi dimanche contre les habitants du barrio Limon, qui avaient bloqué la route reliant Caracas à son aéroport international.

Pourquoi une telle colère dans un pays tristement habitué aux pénuries d’aliments ?

Lire Plus =>

Le questionnement démographique, phénomène de l’année 2018.

— Par Yves -Léopold Monthieux —
La nouvelle de l’année 2018, qui est à mon avis la plus riche de signification et suscite le plus de préoccupations, est la récente livraison de l’INSEE relative à la situation démographique de la Martinique, qui ne compte plus que 370 000 habitants.
En fait, tout au long de l’année, cette problématique a été présente dans la plupart des réflexions sur l’Université, l’exode de notre jeune élite, le vieillissement des Martiniquais, l’évolution de l’habitat et même le remplacement de notre main d’œuvre ouvrière et agricole par des voisins caribéens. Y a-t-il le feu dans la demeure quand on sait que le taux actuel de l’évolution démocratique est comparable à celui des pays développés, environ 13°/°° contre 17°/°° en 1990 pour la Martinique ?
On le sait, la connaissance des perspectives démographiques est essentielle aux prévisions d’équipement et de développement économique d’un territoire, d’un pays. A titre d’exemple, au moment où le projet de TCSP avait été conçu, la prévision démographique était de plus de 400 000 habitants. A un moment où la rigueur financière se pose aux collectivités, n’y a-t-il pas besoin de revoir à la baisse les projets de travaux routiers lorsqu’on sait, par ailleurs, que ceux qui quittent la Martinique et qui vont encore la quitter sont et seront autant de conducteurs d’automobiles en moins ?

Lire Plus =>

Exilés et droits fondamentaux, trois ans après le rapport Calais

Pour le Défenseur des droits, le respect des droits des étrangers et des étrangères constitue un marqueur essentiel du degré de protection et d’effectivité des droits et libertés dans un pays. Dans ce cadre, il s’est attaché, depuis plusieurs années, à observer le traitement réservé aux personnes exilées sur le territoire national, notamment dans les campements de fortune et à proximité, et à dénoncer les atteintes aux droits fondamentaux auxquelles il donne lieu.

Le Défenseur des droits publiait le 6 octobre 2015, un rapport intitulé Exilés et droits fondamentaux : la situation sur le territoire de Calais , dans lequel il faisait état des atteintes préoccupantes aux droits fondamentaux des personnes exilées à la frontière franco- britannique, contraintes de vivre dans des conditions indignes au sein d’un bidonville. Depuis cette date, le contexte a sensiblement évolué. Si des améliorations ont pu être imposées notamment par la juridiction administrative, la situation s’est en réalité nettement dégradée.

Trois ans après son rapport de 2015, le Défenseur des droits estime opportun de dresser un nouveau bilan en élargissant ses observations à d’autres terrains tels que Grande- Synthe, Ouistreham ou Paris.

Lire Plus =>