Politiques

Drapo Wouj-Vèw-Nwè

— Par Daniel M. Berté —

Nou pé pa ritjilé
Listwa-nou ka vansé
Souvantman i matjé
Epi la koulè wouj

Lè zafè-nou mélé
Nou bizwen débrouyé
Lespérans-nou plasé
Anba sign koulè vèw

Ki moun ka désidé
Ki drapo pou lévé
Kat sèpen térasé
I rété wouj-vèw-nwè
***

Sewten ka asiré
Ki sé an gran lidé
Sosializm yo kriyé
Ki prézanté an wouj

Ek pou senbolizé
Péyizannri lévé
I ka riprézanté
Epi la koulè vèw

Lire Plus =>

Le Mémento des Élections – 2007-2017 – Guyane

— de Olivier Ernest JEAN-MARIE —
Qui étaient les candidats à Kourou lors des élections municipales de 2008 ? Quels étaient les scores des candidats au premier tour des élections législatives de la 2ème circonscription en 2012? Quel était le taux de participation aux élections européennes de 2009 en Guyane? Combien ont dépensé les listes ayant participé aux élections régionales de 2010? Quelles ont été les dépenses électorales des candidats dans la 1ère circonscription lors des élections législatives de 2017? Quel est le montant des indemnités des conseillers à l’Assemblée de Guyane? Qui sont les conseillers communautaires de la CACL ou de la CCEG? Quel est le montant de l’aide publique versée au Parti Socialiste Guyanais ou au mouvement Walwari de 2008 à 2017? Si ces questions vous intéressent, vous trouverez toutes les réponses à l’intérieur de ce mémento qui s’inscrit dans une double démarche de promotion de la culture de la transparence démocratique et de contribution à la connaissance des institutions, des femmes et des hommes qui animent la vie politique Guyanaise.

Lire Plus =>

Nouveau rapport d’Attac : « Les grandes entreprises françaises : un impact désastreux pour la société et la planète ! »

— par Attac France, Observatoire des multinationales —

Attac France, en partenariat avec l’Observatoire des multinationales, publie ce rapport qui synthétise le véritable bilan des entreprises du CAC 40 en matière de justice sociale, justice écologique et justice fiscale.

A l’occasion du Forum économique mondial de Davos 2019 et de la deuxième édition du « Choose France summit », Attac France fait une série de propositions concrètes lesquelles, si elles étaient mises en œuvre par les pouvoirs publics, contribueraient à répondre aux exigences de justice sociale, fiscale et climatique, aujourd’hui portées par la majorité de la population.

Dans ce rapport il est révélé qu’entre 2010 et 2017 : les impôts versés par les entreprises du CAC 40 ont baissé de 6,4 % en valeur absolue, alors que leurs bénéfices cumulés ont augmenté de 9,3 % et les dividendes versés aux actionnaires de 44 % en valeur absolue également sur la même période, tandis que leurs effectifs en France ont baissé de 20 %.

Lire Plus =>

Le secrétaire général de la CGTG en garde à vue!

— Par Gabriel Jean-Marie pour la Cgtm —

Libération immédiate du secrétaire général de la CGTG !

Non aux méthode de répression contre les grévistes de Carrefour Milenis et Promocash en Guadeloupe!

Ce jour, vendredi 18 janvier 2019, Jean-Marie NOMERTIN, le secrétaire général de la CGTG a été mis en garde à vue à la gendarmerie de Baie-Mahault à Beau Soleil.

Cette action répressive a été menée suite aux mobilisations engagées depuis plusieurs jours par les salariés de l’hypermarché Carrefour –Milénis et ceux de Promocash, sociétés appartenant au groupe Despointes (Safo). Des échauffourées ont eu lieu lorsque les gendarmes ont décidé de lever les barrages mis en place par les grévistes,

Les travailleurs de Carrefour Milenis et de Promocash, sont en grève depuis le 22 novembre. Leur employeur a décidé unilatéralement de réduire primes et avantages acquis (ancienneté, transport, vacances, prime Bino et d’autres), ce qui représente une diminution de revenu de 1600 à 2000 € chaque année par employé.

Les salariés sont déterminés à maintenir leurs droits, d’autant que le groupe Despointes, implantés tant en Guadeloupe qu’en Martinique et en Guyane , fait de copieux bénéfices.

Lire Plus =>

Poursuivons, entre nous, le débat !

— Par Max Dorléans, GRS —

La lettre d’appel à la discussion que Macron a dû écrire en réponse aux exigences du mouvement des Gilets jaunes n’est rien d’autre que de l’enfumage visant à enliser ce dernier, en cherchant à déplacer le curseur de la lutte sociale vers un terrain plus institutionnel.
Même si nous n’y participerons pas formellement, n’ayant pas attendu Macron pour discuter au quotidien sur notre avenir avec les Martiniquais et les Martiniquaises, nous saluerons les Gilets jaunes, de nous offrir, grâce à leur colère contre Macron, une fenêtre supplémentaire, pour poursuivre, avec peut être, une écoute plus attentive, nos discussions ici même.
Evidemment, nous ne savons aucunement aujourd’hui, ce qui va résulter au profit de la majorité de la population en France, le débat découlant du mouvement initié par les gilets jaunes le 17 novembre 2018. Mais nous ne nous faisons non plus aucune illusion à son sujet au regard de nos propres expériences avec les différents « états généraux » mis en place ici par les Chirac, Sarkozy et Macron lui-même.

Lire Plus =>

La Guyane bouillonne toujours

—René Ladouceur —
Ce débat sur les Gilets jaunes, dans l’Hexagone, je le suis, comme nombre d’entre nous ici, avec beaucoup de distanciation et de circonspection. C’est assez pratique pour – comment dire ? –, jouer sur les perspectives et jauger les comparaisons avec la Guyane.
Alors que depuis plusieurs décennies, la légitimité démocratique s’érode du fait d’une désertion croissante des électeurs, il est surprenant que le gouvernement ait pu sembler pris au dépourvu par la colère des Gilets jaunes.
On nous objectera –et à juste titre- qu’en Guyane aussi la colère des 500 Frères a pris tout le monde de court. C’est bien le moins que l’on puisse dire.
L’étourdissante complexité de la Guyane, il est vrai, nous impose et  même nous condamne à l’humilité.
Au moment où j’écris ces lignes, les commentaires se concentrent sur les déroutantes maladresses que la nouvelle directrice de l’ARS, Clara de Bort, a multipliées dans sa gestion du mouvement de grève au Centre Hospitalier de Kourou.

Lire Plus =>

Le drapeau vert-rouge-noir n’est pas pour demain.

— Par Yves-Léopold Monthieux —
En supprimant l’emblème aux 4 serpents, le président de la République n’a pas entendu invalider un drapeau et encore moins un drapeau national. L’objectif avéré de la Collectivité territoriale de Martinique (CTM) est de faire reconnaître la Martinique lors des rencontres sportives dans les Caraïbes, autrement que par le fanion retiré ou le drapeau français. La requête est réputée émaner des ligues sportives qui sont des organismes non politiques. Cependant, pour ceux qui voulaient la suppression de l’emblème il ne s’agit pas d’y substituer un autre, d’égale signification politique. Pour ces derniers, l’objectif est d’adopter une fois pour toutes le drapeau national martiniquais. Le drapeau de l’indépendance avant l’indépendance, en quelque sorte. Mais les porteurs dudit « drapeau de MALSA » ont été pris de court par la soudaineté de la décision présidentielle à laquelle ils n’étaient pas préparés.
Comme je l’avais pressenti dans ma tribune du 19 octobre dernier, le président Alfred MARIE-JEANNE, qui n’a jamais été un accro au drapeau de MALSA, a profité de cette surprise pour « faire un pied de nez à ses anciens amis indépendantistes ».

Lire Plus =>

« Vous êtes encore là? », s’interroge Charlie Hebdo, 4 ans après l’attentat

Dans un numéro commémoratif en kiosques ce samedi, Charlie Hebdo dresse quatre ans après l’attentat le portrait sombre d’une société française « anti-Lumières ».

La couverture de ce numéro commémoratif de Charlie Hebdo fait écho à la une du numéro historique du 14 janvier 2015 : sur fond noir, un évêque et un imam soufflent sur la flamme d’une bougie, dont la lumière éclaire le titre de l’époque, « Tout est pardonné ». « Ce ne sont pas seulement nos histoires personnelles (qu’on oublie), c’est aussi ce qu’a signifié ce qui nous est arrivé. On a l’impression qu’on tourne le dos à ça, alors qu’à notre avis ces phénomènes de réactions rétrogrades sont toujours présents, encore plus qu’il y a 4 ou 5 ans », a expliqué à l’AFP Riss, directeur de la rédaction et auteur du dessin de une.

Lire aussi – Luz au JDD : « A Charlie Hebdo, tout le monde m’attendait, même les morts »
« Tout est devenu blasphématoire », déplore Riss

« Ce n’est plus uniquement une hostilité qui vient d’extrémistes religieux mais aussi d’intellectuels », s’inquiète-t-il.

Lire Plus =>

La rénovation du système politique de la Martinique…

— Par Roland Tell —

Existe-t-il un système politique martiniquais ? Certes non, puisque celui-ci prend place dans un ensemble français et européen, qui le déborde, de toutes parts, par des traits spécifiques, depuis l’héritage post-esclavagiste. Aujourd’hui, en dépit de la décentralisation, affichée en Collectivité Territoriale, il y a persistance du centralisme rationaliste, et même du centralisme politique, qui se manifestent, l’un et l’autre, par le rejet des autres forces idéologiques, pouvant prétendre à une organisation à base étatique, par l’autonomie, ou par l’indépendance.
La hiérarchie politique unique, par exemple du préfet de région, apparaît toujours comme une protection pour les citoyens martiniquais, et comme la garantie du maintien des normes communes, s’agissant des institutions. Donc, la hiérarchie d’Etat semble écarter, à coup sûr, les aventures de non-dépendance ! C’est ainsi que les structures de participation interne, telle que la CTM, en son fonctionnement ordinaire, apparaissent aujourd’hui comme des régressions, par rapport à la décentralisation, dont on fait naïvement étalage.
En effet, le pluralisme idéologique et doctrinal du « Tout Etat » continue de se manifester (cf.

Lire Plus =>

Les majorités sont toujours « minoritaires ».

— Par Yves-Léopold Monthieux —
L’insatisfaction institutionnelle de la France étant permanente, on parle de plus en plus de la venue de la 6ème République. C’est même une curiosité française, après le béret, le pain et la bouteille de vin. Mais personne ne dit ce qu’il faudra mettre à l’intérieur de la nouvelle constitution. Sans doute par crainte que sitôt fait le projet ne soit soumis à la critique.

Deux éléments fondamentaux caractérisent la 5ème République : l’élection du président de la République au suffrage universel et l’élection de l’assemblée nationale au scrutin majoritaire à 2 tours. Projeter que le président de la République ne soit plus élu au suffrage universel, il est difficile de l’imaginer à un moment où les gilets jaunes entendent non seulement élire directement leurs dirigeants, mais aussi les révoquer. Par ailleurs, instaurer l’élection à la proportionnelle de l’assemblée nationale, c’est le retour de la 4ème République et à l’instabilité ministérielle. C’est de cette instabilité qu’est née la toute-puissance de la haute administration qui a été conduite à pallier la vacuité du pouvoir.

Lire Plus =>

Le Venezuela est désormais le pays plus dangereux au monde

— Par RFI —

Avec un taux de 81,4 homicides pour 100 000 habitants, le Venezuela a dépassé le Honduras et le Salvador, qui ont connu une baisse sensible, selon les annonces jeudi de l’Observatoire vénézuélien de la violence. Les chiffres sont toutefois ici aussi en légère baisse, et c’est paradoxalement une conséquence de la crise qui frappe le pays.

Avec Benjamin Delille correspondant à Caracas de Rfi

Selon le directeur de l’Observatoire vénézuélien de la violence (OVV), Roberto Briceño-León, cette baisse du taux d’homicide s’explique avant tout par une censure du gouvernement chaviste. « Il nous semble qu’il y a une décision politique de ne pas recenser les délits. Non seulement cela permet d’éviter que ces données dérangeantes sortent du pays, mais cela permet aussi qu’elles ne soient pas connues ici. »

Le sociologue estime tout de même que deux facteurs peuvent avoir fait baisser le taux d’homicide. D’abord, la politique d’élimination pure et simple des délinquants par la police.

Lire Plus =>

Ce qui change au 1er janvier 2019

Smic, prélèvement à la source, lutte contre la conduite sans assurance, compte personnel de formation, saisies sur rémunérations, taux d’intérêt légal, tarifs du gaz, prix du timbre… Retrouvez dans notre dossier une première sélection des nouveautés qui se mettent en place à partir du 1er janvier 2019.

Smic : revalorisation de 1,5 %Au 1er janvier 2019, le salaire minimum interprofessionnel de croissance (Smic) est revalorisé de 1,5 % (contre 1,24 % au 1er janvier 2018).

Smic : revalorisation de 1,5 % au 1er janvier 2019

Prélèvement à la source

Le prélèvement à la source qui va être le nouveau mode de paiement de l’impôt sur le revenu entre en vigueur à partir du 1er janvier 2019.

Lire Plus =>

Référendum d’initiative citoyenne (RIC) : la douce folie de la démocratie

— Par Yves-Léopold Monthieux —
Les référendums ne sont pas organisés, comme les autres élections, à des échéances fixées d’avance par la loi. Par ailleurs, le texte soumis à référendum, comme l’opportunité de la saisine, expriment l’expertise politique de celui qui pose la question et suppose la compréhension du citoyen qui doit y répondre. C’est dire que le référendum qui est le processus démocratique ayant la plus grande force démocratique, peut, lorsqu’il est dévoyé, conduire à de vrais dégâts. On évoque souvent le cas de MAASTRICH en oubliant que ce vote avait été utilisé par la droite et la gauche pour régler des conflits internes aux partis. Le « non » prôné par Laurent FABIUS avait en ligne de mire le leadership du parti socialiste en vue des futures présidentielles.
Par ailleurs, de même qu’il est utile de confier la construction des ponts aux ingénieurs et la santé aux médecins, il convient de confier le fonctionnement de l’Etat à des professionnels ayant un niveau d’expertise équivalent.

Lire Plus =>

Venezuela: la population bat le pavé contre la pénurie du pernil de fin d’année

— Par RFI —
Les manifestations se multiplient au Venezuela pour exiger du « pernil ». Ce jambon à l’os, plat principal des fêtes de fin d’année, est touché par une importante pénurie pour la deuxième année consécutive.

Avec notre correspondant à Caracas, Benjamin Delille

Les rassemblements et les blocages de route se multiplient depuis trois semaines pour exiger que le pernil soit distribué par les autorités. C’est lors du dernier week-end de décembre que cette colère a été la plus intense, en particulier à Caracas, la capitale. Dans plusieurs quartiers populaires, les principaux accès ont été fermés quelques heures par des habitants en colère.

Samedi 29 décembre, un groupe de personnes a même tenté d’aller réclamer leur jambon directement devant le palais présidentiel avant d’être dispersé par la garde nationale bolivarienne. Une dispersion à coup de gaz lacrymogènes, utilisés aussi dimanche contre les habitants du barrio Limon, qui avaient bloqué la route reliant Caracas à son aéroport international.

Pourquoi une telle colère dans un pays tristement habitué aux pénuries d’aliments ?

Lire Plus =>

Le questionnement démographique, phénomène de l’année 2018.

— Par Yves -Léopold Monthieux —
La nouvelle de l’année 2018, qui est à mon avis la plus riche de signification et suscite le plus de préoccupations, est la récente livraison de l’INSEE relative à la situation démographique de la Martinique, qui ne compte plus que 370 000 habitants.
En fait, tout au long de l’année, cette problématique a été présente dans la plupart des réflexions sur l’Université, l’exode de notre jeune élite, le vieillissement des Martiniquais, l’évolution de l’habitat et même le remplacement de notre main d’œuvre ouvrière et agricole par des voisins caribéens. Y a-t-il le feu dans la demeure quand on sait que le taux actuel de l’évolution démocratique est comparable à celui des pays développés, environ 13°/°° contre 17°/°° en 1990 pour la Martinique ?
On le sait, la connaissance des perspectives démographiques est essentielle aux prévisions d’équipement et de développement économique d’un territoire, d’un pays. A titre d’exemple, au moment où le projet de TCSP avait été conçu, la prévision démographique était de plus de 400 000 habitants.

Lire Plus =>

Exilés et droits fondamentaux, trois ans après le rapport Calais

Pour le Défenseur des droits, le respect des droits des étrangers et des étrangères constitue un marqueur essentiel du degré de protection et d’effectivité des droits et libertés dans un pays. Dans ce cadre, il s’est attaché, depuis plusieurs années, à observer le traitement réservé aux personnes exilées sur le territoire national, notamment dans les campements de fortune et à proximité, et à dénoncer les atteintes aux droits fondamentaux auxquelles il donne lieu.

Le Défenseur des droits publiait le 6 octobre 2015, un rapport intitulé Exilés et droits fondamentaux : la situation sur le territoire de Calais , dans lequel il faisait état des atteintes préoccupantes aux droits fondamentaux des personnes exilées à la frontière franco- britannique, contraintes de vivre dans des conditions indignes au sein d’un bidonville. Depuis cette date, le contexte a sensiblement évolué. Si des améliorations ont pu être imposées notamment par la juridiction administrative, la situation s’est en réalité nettement dégradée.

Trois ans après son rapport de 2015, le Défenseur des droits estime opportun de dresser un nouveau bilan en élargissant ses observations à d’autres terrains tels que Grande- Synthe, Ouistreham ou Paris.

Lire Plus =>

Au bout de 36 ans, Mumia Abu-Jamal ex-condamné à mort, obtient le droit de faire appel de sa condamnation

— Par Gilbert Pago, Président du Comité Martiniquais « Sauvez Mumia Abu Jamal ».—
 Jeudi 27 décembre, le juge Tucker a fait connaître sa décision. Elle est fondée sur le fait que Ronald Castille, alors juge en chef à la Cour suprême de Pennsylvanie, aurait dû se récuser lors de l’examen de l’affaire Mumia en raison de son implication précédente en qualité de procureur sur le même dossier et de ses déclarations favorables à la peine de mort lorsqu’il s’agissait d’homicide de policiers.
Le juge Tucker écrit « L’attente du public d’une justice impartiale était nécessaire. La moindre apparence de partialité ou d’impartialité mine le système judiciaire dans son ensemble ». Et de conclure « Une nouvelle plaidoirie devant la Cour suprême de Pennsylvanie serait donc préférable ». C’est une manière de reconnaître la nécessité d’un nouvel appel non entaché de parti pris.
L’avenir judiciaire de Mumia est désormais entre les mains du procureur général Larry Krasner, élu en 2017 et connu pour ses positions progressistes, notamment sur l’incarcération de masse, les discriminations sociales et raciales, les agissements de la police.

Lire Plus =>

La France va mal, qui vit bien

— Yves-Léopold Monthieux —

La présente tribune peut être regardée comme un complément de mon précédent article : Emmanuel Macron a-t-il été élu trop tôt ? Au moment où tout le monde se veut adepte des Gilets jaunes et que les opportunistes se défilent :« moi je n’ai pas voté Macron ». La France a besoin de coups de pieds au cul est un aphorisme que j’ai souvent utilisé, notamment avant l’élection de Nicolas Sarkozy.

Trois idées ont présidé à mon analyse. D’abord, c’est l’un des pays où l’on vit le mieux en Europe et dans le monde, y compris avec ses DOM qui remplissent les croisières et ses festivaliers qui se lavent au champagne. Sauf que la France vit à crédit avec un endettement de plus de 1000 milliards d’euros. Son ouverture sur le monde devrait l’inviter à ne pas ignorer que des morts-de-faim se saignent à travers le monde et que pour atteindre un niveau de vie comparable à celui des Français, il faudrait à l’humanité une production de biens correspondant à 3 terres.

Lire Plus =>

Climat : c’est maintenant qu’il faut agir !

— Par Robert Saé —

« Notre civilisation est sacrifiée pour permettre à une petite poignée de gens de continuer à gagner d’énormes sommes d’argent. Notre biosphère est sacrifiée pour que des personnes riches dans des pays comme le mien puissent vivre dans le luxe. » Ces propos tenus par Greta THUNBERG, ont certainement marqué l’opinion davantage que les tergiversations et les promesses non-contraignantes des dirigeants d’Etats qui se sont rencontrés en Pologne dans le cadre de la COP 24*. « Vous dites que vous aimez vos enfants plus que tout,  a-t-elle lancé aux décideurs participant à la conférence, pourtant vous volez leur futur devant leurs yeux ! »
Il n’y a rien à rajouter aux propos de cette  jeune écologiste suédoise de 15 ans, qui s’est fait connaître en manifestant tous les vendredis devant le Parlement de son pays pour réclamer aux députés des mesures plus radicales pour lutter contre le réchauffement climatique. De fait, les scientifiques et les écologistes l’ont déjà largement démontré : si des dispositions drastiques ne sont pas prises en toute urgence, nous courrons vers une catastrophe irréversible.

Lire Plus =>

Mumia Abu-Jamal à deux doigts de pouvoir faire appel

— Par Gaël De Santis —

Un jugement intervenu jeudi permet à la défense de Mumia Abu-Jamal de faire appel de sa condamnation pour le meurtre d’un policier sous trente jours. Toutefois, le procureur de Philadelphie, Larry Krasner, peut encore faire appel de cette décision. Les soutiens du prisonnier politique noir-américain salue l’avancée survenue cette semaine.

Pour Mumia Abu-Jamal, l’appel est à portée de main. Le magistrat de Philadelphie Leon Tucker a jugé, jeudi qu’il y avait eu un biais dans la procédure. Journaliste radio, militant dans la communauté noire-américaine de Philadelphie, Mumia Abu Jamal avait été condamné à mort pour le meurtre d’un journaliste en 1982 au terme d’un procès inique : certaines personnes de couleurs noire avaient été écartées du jury par le sinistre juge Sobo qui avait promis à l’accusation « je les aiderai à frire ce nègre ». En 2011, la peine de Mumia Abu-Jamal avait été commuée en prison à vie, sans jugement.

Cette année, la défense de Mumia Abu-Jamal, 64 ans, avait relevé le rôle du juge Ronald Castille à plusieurs étapes de la procédure visant le journaliste, une fois comme procureur adjoint, puis comme juge à la Cour suprême d’État.

Lire Plus =>

Le temps des Tyrans

— par Ali Babar Kenjah —

Nous n’allons pas nous plaindre du retrait américain de Syrie. Mais il nous faut noter la méthode et ses invraisemblances, car elles sont riches d’enseignement. Il est, par exemple, significatif de noter la sidération du camp américain, face à la décision solitaire de son commandant en chef, sidération exprimée à travers la lettre de démission du ministre de la défense, le général J. Mattis. Il est tout aussi significatif de noter la satisfaction de V. Poutine et de ses alliés locaux. Un éditorial du Monde (26 déc.) commente : « C’est comme si Donald Trump avait pris sa décision seul, en fonction des intérêts de Moscou et d’Ankara, et sans rien négocier en échange. » A l’orée de la séquence qui s’annonce, les deux grands gagnants du nouveau statu quo sont la Turquie et l’Iran, nouveaux parrains de la région appelés à se partager les zones d’influence. Le régime d’Assad y gagne accessoirement sa survie, totalement zombifié sous la férule de Moscou et de Téhéran.

Lire Plus =>

Prélèvements obligatoires : quelques repères

— Par Max Dorléans (G.R.S.) —

Durant les deux premières semaines du mouvement des gilets jaunes, bien des invités des plateaux des différentes télés dominantes (BFM, LCI…) nous ont rabattu les oreilles avec la question du niveau inadmissible des prélèvements obligatoires en France.
Cette question, loin de nous être étrangère, nous concerne également, tout comme une partie grandissante des revendications portées par les gilets jaunes.
Cependant, à regarder de plus près, cette question semble, sinon avoir disparu, mais s’être dissipée depuis quelque peu. En effet dès le moment où la notion des prélèvements obligatoires (terme utilisé de façon péjorative pour désigner les impôts et cotisations sociales) a cessé d’être abstraite, à savoir dès lors qu’elle a été liée à la question des services publics en recul, et à celle des cadeaux fiscaux et sociaux au patronat, le contour de cette question a évolué.
En effet, à entendre tous nos imposteurs, ce qui plombait le pouvoir d’achat de la population, et conséquemment l’économie française, c’était fondamentalement le niveau insupportable des prélèvements obligatoires en France, championne du monde en la matière, très loin devant les autres nations.

Lire Plus =>

Petit traité de dislocation sociale

— Par Raphaël Spéronel —

Introduction et présentation de Jacques Chard-Marie-Sainte

La veille du 14 Juillet 1789, oui la veille, tout juste la veille, les paysans sont des Sujets du Roi, la Révolution en fera des Citoyens ! La veille, ce sont des Cerfs, des sous-hommes, écrasés par la Gabelle, incultes et ignorants et cette plèbe ce sont NOS ayeux il y a seulement 3 Siècles, un clignement de cils à l’échelle de l’humanité. Les juifs sont encore bien moins et ils sont apatrides. La Révolution leur donnera l’égalité et la Citoyenneté. Quant aux Noirs encore esclavagisés ce sont les ouvriers de la Commune qui feront la 1ere Abolition et les reconnaitront comme Humains ! Alors il y eut Robespierre et les excès mais ne jetons pas le bon grain avec l’ivraie car avec de tels arguments on en serait toujours à l’arbitraire du Roi. Que dis-je? On en est TOUJOURS à l’arbitraire du …. JUPITER !

Cette correction vaut d’être verbalisée car certains ont la mémoire sélective !

Lire Plus =>

« Donald Trump a trahi les valeureux Kurdes de Syrie qui luttaient en notre nom »

— Par Bernard Kouchner —

« Un tweet au petit matin, un menton levé, une véhémence, toujours son air furieux, et puis on passe à autre chose. Quelques milliers de Kurdes supplémentaires vont mourir. Le Moyen Orient, à feu et à sang, va se compliquer plus encore. Ainsi fonctionne le monde de Mr Trump. En tourbillon. Donald Trump a trahi les valeureux Kurdes de Syrie qui luttaient en notre nom contre les barbares. Ne faisons pas les étonnés. Leur fragilité est aussi la nôtre.

Le président américain a choisi l’heure du laitier pour abandonner ses alliés et annoncer à l’Europe, surprise, qu’il donnait à ses troupes au sol en Syrie l’ordre de se retirer. La France, le Royaume uni et l’Allemagne qui luttaient contre l’Etat Islamique (Daech), se retrouveront bien seuls dans quelques semaines pour en terminer avec les extrémistes sur le territoire syrien.

Lire aussi : La Turquie invite la France à ne pas rester en Syrie pour protéger les Kurdes

Daech n’est pas mort

Pour justifier le retrait de ses 2.000 hom­mes des forces spéciales, Donald Trump prétend que les partisans du djihad sont vaincus depuis la chute de leur dernier bastion de Hadjin.

Lire Plus =>

Caracas, danse avec les morts

— Par Claire Paccalin, Roméo Langlois, Mayssa Awad, Herminia Fernandez —
Le Venezuela traverse l’une des pires crises économiques de son histoire. Pour les habitants de la capitale, le quotidien est à la survie. Les services publics sont à l’abandon et l’État providence n’est plus qu’un lointain souvenir. Le Venezuela s’enfonce, le crime explose, les prisons s’emplissent. Du commissariat à l’hôpital, de la morgue au cimetière, les reporters de France 24 nous livrent une plongée inédite à Caracas, qui s’en remet aux morts quand la vie ne vaut plus grand-chose.
Caracas est l’une des capitales les plus violentes au monde, et avec la crise, la situation empire. La délinquance atteint des sommets et même les cimetières sont pillés. On s’y adonne même à la sorcellerie à partir de restes humains dans l’espoir d’un avenir meilleur.

Depuis 2015, quelque trois millions de Vénézuéliens ont fui la faim, la violence, la maladie. Mais tous n’ont pas les moyens de partir. Ceux qui restent sont de plus en plus nombreux à se tourner vers l’au-delà.

Lire Plus =>