Tag Archive for UFM

Oranger le monde!

Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes le 25 novembre 2015

oranger_le_monde

Pourquoi cette Journée?
Parce que :

La violence contre les femmes est une violation des droits de l’homme.
La violence contre les femmes résulte d’une discrimination à l’égard des femmes, tant dans le droit que dans les faits, ainsi que de la persistance d’inégalités entre hommes et femmes.
La violence contre les femmes a de lourdes conséquences et peut empêcher la réalisation de progrès dans certains domaines, comme l’élimination de la pauvreté, la lutte contre le HIV/sida et la paix et la sécurité.
La violence contre les femmes et les filles n’est pas inéluctable et sa prévention est non seulement possible mais essentielle.
La violence contre les femmes est un problème mondial. Jusqu’à 70 pour cent des femmes sont victimes de la violence au cours de leur vie
La campagne du Secrétaire général « Tous UNiS pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes » a proclamé tous les 25 du mois une « Journée orange », nous invitant tous à porter du orange pour appeler à l’élimination sans réserve, hésitation ni délai de la violence contre les femmes⋅

En Martinique

– 25 Novembre – 12h – 18h : animation de sensibilisation au centre commercial Océanis (Robert)
A la rencontre de la population : tenue de stand – distribution de documents – échanges – lecture de textes …

25 Novembre – 17h : Opération « 1000 Paniers pour l’espoir »
Partenariat avec le club Intrépide Basket Club au Terrain de basket-ball Dillon Rocade à Fort de France.

Lire Plus =>

15 octobre : journée mondiale des femmes rurales

— Par Marie-Josèphe Hardy Dessources-Sellaye Membre du bureau de l’UFM —

journee_femmes_ruralesLa Journée Mondiale des Femmes Rurales est une initiative lancée par plusieurs ONG internationales à Beijing en 1995 lors de la 4e conférence internationale de l’ONU sur les femmes. Elle est organisée depuis 1997 par la Fondation Sommet Mondial des Femmes FSMF.

L’Union des femmes de Martinique depuis 2003 marque cette journée : débats, manifestations, articles, témoignages, rencontre avec des élèves en formation agricole … et encourage tout ce qui permet de mettre l’accent sur les problèmes spécifiques rencontrés par les femmes du monde rural en Martinique, et plus généralement partout dans le monde.

Pourquoi cette journée ?

Parce que la contribution vitale des femmes rurales au sein de la société est méconnue : Elles produisent plus de 60% à 80% des aliments de base en Afrique subsaharienne et dans les Caraïbes, sont à la tête de 60 % des ménages dans certaines régions d’Afrique, assurent 90 % des besoins des ménages en eau et en combustible en Afrique

Parce que les femmes du milieu rural vivent un double handicap, chez nous comme ailleurs : femme et agricultrice

La grande majorité des femmes du milieu rural travaille souvent plus de 40 heures par semaine, sans aucun statut juridique ni protection sociale.

Lire Plus =>

Hommage aux charbonnières!

charbonnieres-1Au mois de septembre, l’Union des Femmes de Martinique fait un clin d’œil aux femmes qui ont marqué l’histoire de notre pays et celle de la Caraïbe.

Toto BISSAINTHE, femme flamme, la mulâtresse SOLITUDE, ……. LUMINA SOPHIE, héroïne de l’insurrection du Sud, Suzanne ROUSSI, Solange FITTE DUVAL, « Fanm Akoma »…
Nous souhaitons poursuivre notre marche contre les silences de l’histoire en faisant revivre et en valorisant d’autres femmes.

Cette année, le lancement et le tracé du TCSP nous inspirent, et nous souhaitons rendre hommage à ces femmes qui, elles aussi, ont construit la Martinique… moderne… qui progresse encore actuellement avec ce nouveau mode de transport.

En effet, dans les années 40-50, elles étaient plus de 500 sur le port de Fort de France à transporter 25 à 50 kg de charbon, travaillant sans relâche, à la merci des intempéries et des conditions de travail inavouables….
Elles ont, elles aussi développé le transport en alimentant en charbon de bois les bateaux, et en devenant par la suite des dockères. Elles ont contribué à nourrir leurs familles, nombreuses à l’époque… !

Lire Plus =>

Homme, es-tu capable d’être juste?

— Par UFM —
olympe_de_gouges-400cLa Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen inspirée de la philosophie des Lumières est adoptée à la Révolution Française le 26 août 1789. Mais cette constitution ignore complètement la moitié féminine de la population française. Elles n’existent tout simplement pas en termes de droit.
C’en est trop pour la révolutionnaire Olympe de Gouges.

En ce 5 septembre 1791, elle s’attelle à l’écriture, non sans finesse et ironie, d’une « Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne ».
Premier document à évoquer l’égalité juridique et légale des femmes par rapport aux hommes, cette Déclaration est rédigée afin d’être présentée à l’Assemblée nationale le 28 octobre 1791 pour y être adoptée.

Cette déclaration s’inspire étroitement de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, mais il ne s’agit pas simplement d’un contre-projet pour les femmes. Il est clair que la nation est formée par les deux sexes en commun (art⋅ III)⋅ Dans nombre d’endroits, Olympe de Gouges a remplacé « l’homme » par « la femme et l’homme », de façon à rendre claire la concordance entre les deux sexes⋅ L’article VII énonce fermement qu’il n’y a pas de droits spéciaux pour les femmes : « Nulle femme n’est exceptée ; elle est accusée, arrêtée, et détenue dans les cas déterminés par la Loi.

Lire Plus =>

Journée martiniquaise de lutte contre les violences dans le couple : le 13/06/2015

13 juin 2005—13 juin 2015 : il y a 10 ans, Sandra …

violence_contre_les femmes-1— Par l’UFM —

Contre les violences envers les femmes, chacun-e peut agir !

Il y a 10 ans, ce 13 juin 2005, la population martiniquaise apprenait avec horreur qu’une jeune femme était immolée, en plein centre-ville, à 7h du matin, pour avoir voulu se séparer de son compagnon violent.

Douleur insoutenable, pour sa famille. Condamnation quasi-unanime de toutes et de tous – manifestations, marche silencieuse … Mais aussi peur pour d‘autres femmes victimes de violences qui étaient menacées du même sort, à qui leur bourreau disait : « sé mem bagay la kay rivé-w, ou kay wè ».

Depuis, le 13 juin est devenu à l’initiative de l’Union des Femmes de Martinique, Journée martiniquaise de lutte contre les violences dans le couple, en mémoire de toutes ces femmes assassinées en Martinique, et pour toutes ces femmes qui ne peuvent vivre en toute liberté.

Des manifestations ont rassemblé des centaines de femmes et d’hommes, et nous avons dit « plus jamais ça »…

Mais la violence continue à tuer, à défigurer, à blesser le corps et le mental, à faire souffrir :

femmes tuées par leur compagnon ou ex-compagnon.

Lire Plus =>

En prison dans son couple?

lempriseJournée martiniquaise de lutte contre les violences dans le couple.

Projection de « L’emprise » suivie d’un débat salle de la Mutualité, 46 bd du Gal de Gaulle ( FdF) à 18 h avec Nathalie Driguez avocate, Fred Galva psychologue, Louis Jehel psychiâtre, Cinthya Petit psychologue

L’EMPRISE fait le récit d’un terrible drame, adapté du bouleversant livre-témoignage Acquittée d’Alexandra Lange, paru aux Editions Michel Lafon.

Malgré de nombreuses campagnes de prévention, malgré des faits divers tragiques relayés presque quotidiennement par les médias, malgré des témoignages, malgré des articles ou livres, malgré le travail d’associations, de la justice ou de spécialistes, le fléau de la violence conjugales ou des violences commises sur les femmes en général n’est pas engagé sur une pente décroissante notable, bien au contraire. Au pire, il stagne, au mieux, il baisse dans des proportions anecdotiques. On estime aujourd’hui que près d’une femme tous les trois jours, succombe à des actes de violences conjugales. 146 en 2013. C’est trop. Beaucoup trop. Un bilan révoltant qui s’est retrouvé mis en lumière pour la énième fois en mars 2012, avec le procès d’Alexandra Lange, une mère de quatre enfants qui a comparu dans le box des accusés aux assises de Douai pou le meurtre de son mari.

Lire Plus =>

Jouets de Noël : quels choix ?

— Par Nathalie Driguez, militante UFM (Union des femmes de Martinique)—
sexisme_jouetsEn cette période de Noël, nous sommes, bien sûr, parents, grands-parents, tontons, taties etc… fortement sollicité-es par les catalogues de jouets, les rayons des hypermarchés et les magasins spécialisés, pour les jouets à offrir à nos chers enfants. Une constatation s’impose : la persistance chez nous de la répartition des jouets en fonction du sexe de l’enfant.
Même s’il existe quelques pages « neutres » pour certains jouets « scientifiques » , la grande majorité est bien définie à travers les couleurs : rose pour les cadeaux de filles, et bleu pour ceux des garçons. Aux filles, toujours les poupées, poussettes, dinettes, et robes de princesse, et aux garçons les voitures, robots, vaisseaux spatiaux.

Les jouets, c’est du sérieux! ?
En regardant de plus près, les jouets proposés aux filles les cantonnent à la sphère privée en les invitant à s’occuper de la maison, à pouponner, à rêver au prince charmant et à se préparer à lui plaire en soignant leur apparence.

Lire Plus =>

Les femmes elles aussi, ont marqué l’histoire de notre pays

— Par l’Union des Femmes de Martinique —

lumina_sophieLUMINA SOPHIE « femme flamme » de l’insurrection du sud – septembre 1870
« Tout comme en 1848, la logique de la guerre sociale favorisa l’irruption massive des femmes sur la scène publique. Elles devinrent plus actives, plus « visibles »  et ne se cantonnèrent pas à l’arrière-plan…Dans la lutte contre l’ordre de l’aristocratie blanche, la révolte avait besoin de la totale implication des femmes, de leur énergie, de leur dévouement et de leur dynamisme. Il devint nécessaire qu’elles descendent dans la rue, qu’elles marchent dans les traces des champs de canne et les chemins vicinaux, qu’elles s’arment, qu’elles combattent ; qu’elles prennent la parole et des initiatives. Toute aptitude, attitudes et actes, qu’on leur refuse en temps normal »
(extrait de « l’insurrection de Martinique » 1870-1871 – Gilbert PAGO – Ed.Syllepse.)

Lire Plus =>

Maïotte Sauphite : la perte d’une femme d’exception, passionnée d’art, d’histoire & de patrimoine culturel

— Par l’UFM —

maiotte_dauphite-400L’U.F.M, association féministe, rend hommage à Maïotte DAUPHITE, dont le parcours exemplaire en matière d’éducation a favorisé l’épanouissement de nombreuses générations de femmes et d’hommes

A l’initiative de multiples actions de valorisation de l’art, et du patrimoine culturel, elle a participé ainsi à l’héritage culturel de la Martinique.
Sans se déclarer féministe, elle était très attachée à l’importance de l’estime de soi pour chacune et chacun, qui est l’une des conditions d’un bien-être et d’un accomplissement personnel.
L’U.F.M. présente ses condoléances à sa famille et à ses proches et gardera en mémoire cette grande dame de conviction, élégante et toujours disponible, dont les écrits sont une référence reconnue.

La Présidente
Rita BONHEUR

Lire Plus =>

Le gouvernement détricote la politique familiale !

— Par Marie-Josèphe Hardy Dessources Sellaye, pour l’UFM —

detricotageAprès les réformes décidées et appliquées par le gouvernement Ayrault : gel des allocations familiales et des aides à la garde d’enfants jusqu’en 2015, modulation de la prime de naissance, réduction des droits au congé parental et réforme du quotient familial, le premier ministre Manuel Valls annonçait en avril des économies supplémentaires de 800 millions d’euros dans la branche famille, dans le cadre du plan d’économies de 50 milliards d’euros prévu entre 2015 et 2017⋅

Un nouveau coup de rabot est donné aujourd’hui avec l’annonce de 2 mesures envisagées qui s’attaquent encore aux femmes et aux familles : le congé parental qui passerait de trois ans à un an, et la prime à la naissance qui serait réduite pour le deuxième enfant⋅
Ceci alors que la loi sur l’égalité entre les femmes et les hommes portée par l’ex-ministre du Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem, proposant un congé partagé entre les 2 parents, mieux indemnisé dès le deuxième enfant devait entrer en vigueur au 1er octobre !

Lire Plus =>

« Ce qui n’est pas nommé n’existe pas ! »

ufm_400Nous avons été fortement interpellées par le titre de l’article paru en page 10 de l’Edition du France-Antilles du vendredi 5 septembre intitulé : « Trinité – Sauvetage en mer : des hommes pour la vie » et signé « M.L. »
Cet article très intéressant traite de la mise en place à Trinité de volontaires de la Société Nationale de Sauvetage en Mer.

En contradiction totale avec le titre, il montre que la vingtaine de volontaires ayant participé à la réunion comporte une grande part de femmes (5 sur les 12 photographié-es).

Dans ce cas, pourquoi l’intituler « des hommes pour la vie » ?

Oui, nous savons, on nous rétorque souvent qu’en grammaire « Le masculin l’emporte sur le féminin. »
Cette règle de grammaire apprise dès l’enfance sur les bancs de l’école façonne un monde de représentations dans lequel le masculin est considéré comme supérieur au féminin.

On nous dit aussi que nous nous attachons à des « détails » qui ne sont pas importants.
Mais nous savons que cette approche n’est pas neutre.

Lire Plus =>

L’UFM dénonce le lâche assassinat d’une femme, mère de 3 enfants aux Terres-Sainville

assassinatCommuniqué
Fort de France, le 6 AOUT 2014
L’UFM condamne cet acte barbare, commis à l’encontre de cette femme mère d’enfants des Terres-Sainville.
Quelqu’en soit les circonstances, quelque soit l’origine, le statut de la femme, rien ne justifie les actes odieux dont sont victimes de trop nombreuses femmes.
L’UFM, association féministe, militant pour la dignité et le respect et des droits des femmes dénonce à nouveau ces horribles crimes commis à l’encontre des femmes.
Nous nous associons aux manifestations de condamnation de cet acte de violence.

Lire Plus =>

Publicités sexistes : oui ils le font exprès !

ufm_corps_fem

Et nous, que faisons-nous ?

— Par l’Union des Femmes de Martinique —

Une nouvelle publicité vient s’ajouter au palmarès des pubs sexistes de Martinique.
On peut penser qu’elle disputera la première place à d’autres, tant elle est navrante de sexisme primaire, de bêtise et d’absurdité.
Une marque de vêtements en grande majorité portée par des jeunes. 2 jeunes hommes habillés et porteurs de tricots à vendre. Une jeune femme en maillot (la marque ne vend pas de maillot de bain) dans une posture d’écartement des jambes, portée par les 2 jeunes qui lui tiennent chacun une jambe.

Alors nous posons la question à la boutique :
Pourquoi est-ce une femme, de surcroit dénudée, avec une telle posture -grand écart ou…écartelée que vous avez-vous retenu pour votre campagne publicitaire !? Quel est son rôle ? Que vend-elle aubpublic ?
Il n’y a qu’à voir certains commentaires déjà apparus sur internet. Ironiques, ils montrent bien la portée et l’impact d’une telle image : « elle est en solde ? » « portes grandes ouvertes » « gran ouvè mem » « Mé non c’est un jeu !!

Lire Plus =>

UFM : 1944 – 2014 : 70 ans de solidarité féministe

ufm_325L’Union des Femmes de Martinique fête cette année ces 70 ans.
C’est en effet le 11 juin 1944 que s’est tenue la réunion constitutive de l’association, avec quelques femmes déterminées, à l’initiative de Jane Lero.
L’UFM se créait avec le premier vote des femmes aux élections municipales.
Peu d’associations en Martinique ont autant contribué à notre histoire, pas seulement l’histoire des femmes, mais l’histoire sociale, à travers toutes les actions menées. Sur la citoyenneté, les conditions de travail, les conditions de vie, la santé, l’image des femmes, l’histoire, la solidarité caribéenne et internationale, contre les violences en tous lieux …
Nous souhaitons à travers les différentes manifestations rendre hommage à toutes celles qui ont partagé, durant ces 70 ans, cette conviction que la société doit réserver un meilleur sort aux femmes.

Lire Plus =>

13 juin : Journée Martiniquaise de lutte contre les violences dans le couple

violences_couple_ufmCommuniqué de l’UFM

Il y a 9 ans, le 13 juin 2005 …
Il y a 9 ans, le 13 juin 2005, Sandra était arrosée d’essence et brûlée vive devant son lieu de travail, par son ex-compagnon, à 7 heures du matin, en plein centre-ville de Fort de France. Elle devait décéder quelques jours plus tard.

L’émotion provoquée par cet horrible assassinat a touché toute la population martiniquaise.
Des manifestations ont rassemblé des centaines de femmes et d’hommes qui disaient « plus jamais ça ».
L’Union des Femmes de la Martinique proposait alors que le 13 juin devienne Journée martiniquaise de lutte contre les violences dans le couple, en mémoire de toutes ces femmes assassinées en Martinique, pour toutes ces femmes qui ne peuvent vivre en toute liberté.

Mais ces réactions de condamnation face à la férocité de la violence masculine sexiste, ont-elles fait évoluer les mentalités et les agissements ?
–       8 autres femmes ont été tuées après cet acte barbare par leur compagnon ou ex-compagnon.
–       Ces meurtres ne doivent pas occulter les centaines de femmes, dont  beaucoup souffrent en silence ou sont contraintes à se taire de peur de représailles qui sont encore victimes au quotidien de violences dans ce couple, qui au lieu d’être un lieu d’épanouissement, représente un lieu de souffrance.

Lire Plus =>

L’Union des Femmes de Martinique fête cette année ces 70 ans.

ufm_invit_70ans

INVITATION

C’est en effet le 11 juin 1944 que s’est tenue la réunion constitutive de l’association, avec quelques femmes déterminées, à l’initiative de Jane Lero.
L’UFM se créait avec le premier vote des femmes aux élections municipales.

Peu d’associations en Martinique ont autant contribué à notre histoire, pas seulement l’histoire des femmes, mais  l’histoire sociale, à travers toutes les actions menées depuis : La citoyenneté, les conditions de travail, les conditions de vie, la santé, l’image des femmes, l’histoire, la solidarité caribéenne et internationale, contre les violences en tous lieux …

Nous souhaitons à travers les différentes manifestations rendre hommage à toutes celles qui ont partagé, durant ces 70 ans, cette conviction que la société doit réserver un meilleur sort aux femmes.  Elles qui ont donné de leur temps et qui, par leur courage, leur audace, leur détermination, leur pugnacité, voire quelquefois leur toupet, développé l’UFM pour continuer à œuvrer pour faire avancer les droits et le respect des femmes en Martinique.

Nous souhaitons montrer que cette avancée des droits et du respect des femmes est aussi l’affaire de chacune et de chacun, dans la solidarité, dans ses actes au quotidien, et que nous avons à continuer ensemble, avec opiniâtreté, si nous voulons encore avancer…

Nous, militantes et adhérentes, vous proposons, sympathisantes, sympathisants, vous qui nous connaissez, nous cotoyez, approuvez nos idées et nos actions, de près ou de loin, de partager avec nous,  en toute convivialité, cet anniversaire !

Lire Plus =>

L’UFM solidaire de « Bring back our girls »

L’Union des Femmes de la Martinique, association féministe et humaniste, qui milite en permanence pour le respect de la femme…des femmes et de l’être humain, a pris connaissance, avec effroi et un profond désarroi, du drame qui affecte profondément le peuple nigérian, qu’elle encourage à ne pas perdre espoir.