Tag Archive for République bolivarienne du Venezuela

« Un massacre au goutte-à-goutte » : des milliers d’exécutions extrajudiciaires au Venezuela

— Par Marie Delcas —

Près de 18 000 personnes ont ainsi été tuées depuis 2016 selon l’ONU, qui parle d’un « modèle de conduite systématique ».

Le chiffre est tiré des registres officiels: près de 18 000 Vénézuéliens ont été assassinés par la force publique depuis 2016. Dix-huit mille. « Un massacre au goutte-à-goutte », résume Keymer Avila, professeur de criminologie à l’Université centrale du Venezuela, à Caracas. « Une guerre contre le peuple », soupire Maria C., dont le fils a été tué par la police. Dans un pays ou mafias et forces de l’ordre sont trop souvent de mèche, la militarisation de la politique sécuritaire a tourné au cauchemar.

Dans les statistiques, les victimes de la force publique apparaissent sous la rubrique « résistance à l’autorité ». Mais les organisations des droits de l’homme, ONU comprise, ont pu établir qu’il s’agit dans l’immense majorité des cas d’exécutions extrajudiciaires. Les victimes sont tuées désarmées. Selon Tamara Taraciuk, de l’ONG Human Rights Watch (HRW), auteure d’un récent rapport sur le sujet : « Il y a un modèle de conduite systématique de la force publique.

Lire Plus =>

Au Venezuela, « la patrie est devenue un enfer »

Selon les chiffres de l’ONU, plus de 4,3 millions de Vénézuéliens ont quitté leur pays depuis 2015, fuyant un pays ravagé par une crise sans précédent. Le chiffre place l’exode vénézuélien au deuxième rang mondial, après celui des Syriens.

— Par Marie Delcas —

Partir ou ne pas partir ? La question hante le Venezuela. « Moi, je dis que ceux qui partent sont des traîtres à la patrie », lance Ivan Teran, qui vend des salades dans un chariot rouillé sur le marché de Coche, dans le sud populaire de Caracas. Le propos soulève un tollé : « La patrie est devenue un enfer », lui rétorque un client. « Moi, je partirais si je n’avais pas trois enfants en bas âge », ajoute un autre. Ivan interroge : « Si tout le monde s’en va, comment les choses vont-elles changer ? » « Elles ne vont pas changer », répond le premier client.

Selon les chiffres de l’ONU, plus de 4,3 millions de Vénézuéliens ont quitté leur pays depuis 2015, fuyant un pays ravagé par une crise sans précédent.

Lire Plus =>

130.060%, le triste taux d’inflation du Venezuela

L’inflation a été de 130.060% en 2018 au Venezuela, où l’économie s’est contractée de 47,6% entre 2013 et 2018, selon les chiffres communiqués mardi par la BCV, la Banque centrale du pays, les premiers qu’elle divulgue depuis trois ans.

L’inflation a été de 130.060% en 2018 au Venezuela, où l’économie s’est contractée de 47,6% entre 2013 et 2018, selon les chiffres communiqués mardi par la Banque centrale du pays, les premiers qu’elle divulgue depuis trois ans.

Selon la BVC, l’inflation a été de 274,4% en 2016, 862,6% en 2017 et 130.060,2% en 2018, des chiffres éloignés des estimations du Fonds monétaire international (FMI), qui évalue cet indice à 1.370.000% pour l’année dernière.
Une inflation de 10.000.000% selon le FMI

Ces chiffres sont cependant éloignés des estimations du Fonds monétaire international (FMI), qui évalue cet indice à 1.370.000% pour l’année dernière. Pour 2019, le FMI prévoit une inflation de 10.000.000%. La chute du PIB est calculée jusqu’au troisième trimestre de 2018.

La BCV a également annoncé que les exportations pétrolières, qui représentent 96% des revenus du pays sud-américain, ont baissé pour atteindre les 29,81 milliards de dollars en 2018.

Lire Plus =>

L’opposition vénézuélienne forcée de constater son échec

Juan Guaido, le président autoproclamé, n’a pas su convaincre l’armée de lâcher le chef de l’Etat Nicolas Maduro.

—Par Marie Delcas —

Sinistrée par la crise économique, la capitale vénézuélienne était vide ce samedi 4 mai. Cinq jours après la tentative ratée de soulèvement militaire, seule une poignée d’opposants sont descendus dans la rue, à l’appel de Juan Guaido. Le jeune député autoproclamé président avait demandé à ses partisans de se regrouper devant les casernes du pays pour tenter de convaincre les militaires de lâcher Nicolas Maduro.

Sur la place Washington, dans l’est de Caracas, les deux députés d’opposition présents tentent de faire bonne figure. « Tout se déroule comme prévu », affirme l’élu Ricardo Blanco. Mais le cœur n’y est pas. Les journalistes sont plus nombreux que les manifestants.

Une femme lit à haute voix le texte que M. Guaido a rédigé à l’adresse des soldats. « L’insoutenable situation politique, sociale et économique de notre pays demande des changements structurels urgents, dit le document. Pour accomplir cette tâche historique, le rôle de l’institution militaire est fondamental.

Lire Plus =>

« Coup d’État » au Venezuela : pourquoi l’armée n’a pas suivi Juan Guaido ?

Le 30 avril, l’opposant vénézuélien Juan Guaido appelait l’armée à se retourner contre Nicolas Maduro. Selon des proches du président, les militaires, qui s’apprêtaient à rejoindre l’autre camp, ont fait marche arrière au dernier moment.

Le 30 avril, quelques heures après l’appel de Juan Guaido à une insurrection militaire au Venezuela – surnommée Opération Liberté –, John Bolton, le secrétaire à la Sécurité nationale de Donald Trump, s’exprimait publiquement pour accuser des membres du cercle rapproché du président Nicolas Maduro d’avoir rompu leurs promesses. Lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche, il confirmait ce que plusieurs médias avançaient déjà : « Des figures politiques clé du régime négociaient depuis ces trois derniers mois avec l’opposition » et s’étaient engagées à « œuvrer pour transférer le pouvoir vers le président par intérim Juan Guaido« . Si la rébellion du 30 avril a échoué, c’est à cause de leur rétropédalage, insistait Washington.

Lire Plus =>

Refusons d’être complice d’un nouveau crime contre l’humanité !

— Par Robert Saé, responsable aux affaires extérieures du CNCP —

Le 12 octobre 2018, William Brownfield, ex Embassadeur des Etats Unis au Venezuela, déclarait ceci : “Nous devons envisager ceci comme une agonie, comme une tragédie qui va se poursuivre jusqu’au dénouement final (…) et si nous pouvons faire quelque chose pour l’accélérer, nous devons le faire, mais nous devons le faire en sachant que ceci aura un impact sur des millions de personnes qui ont déjà des difficultés pour trouver des aliments et des médicaments (…), Nous ne pouvons pas le faire et prétendre qu’il n’y aura pas d’impact, nous avons une décision à prendre qui est dure, la fin souhaitée justifie cette sévère punition.” Quelle est cette « fin souhaitée » par les USA ? : Renverser par tous les moyens, les plus vils soient-ils, les autorités légales et légitimes d’un pays qui refusent que leur pays soit pillé par les impérialistes occidentaux.

Lire aussi : Venezuela: ce n’est pas une crise, c’est un blockade

Parler des difficultés alimentaires et sanitaires, des coupures d’électricité du peuple Vénézuélien sans, à aucun moment, en mentionner les causes manifestes, revient à relayer la campagne de désinformation menée par les agresseurs Etatsuniens !

Lire Plus =>

« Maduro nous a renvoyés au Moyen Age » : au Venezuela, une vie de pénuries

— Par Claire Gatinois —
Dans le pays, chercher à boire ou à manger est devenu un travail à plein temps. Un sport de combat qui étouffe les velléités de rébellion.

Elle s’est d’abord excusée de ne pouvoir nous recevoir chez elle, « à cause du rat ». Après deux semaines sans eau, les canalisations ont séché, et un rongeur y a fait son nid, privant Geraldine Montero de sommeil. La mère de 34 ans, webdesigner, qui refuse de révéler son vrai nom, de peur de s’attirer des représailles du gouvernement, habite sur les hauteurs de Caracas, dans le quartier de Catia, à l’ouest de la ville. « Je n’ai pas pu mettre de la mort-aux-rats, si jamais l’eau revenait tout serait contaminé ! », raconte-t-elle, encore effrayée.

Depuis 2015, les coupures d’eau sont incessantes à Caracas et dans le reste du Venezuela. Mais voilà quinze jours que l’eau ne monte plus du tout jusqu’à son domicile, ni jusqu’à celui des autres habitants du quartier. Pour boire, Geraldine remonte des bonbonnes d’eau qu’elle achète à prix d’or au marché.

Lire Plus =>

Lettre ouverte aux Parlementaires de Martinique, de Guadeloupe, de Guyane

— Par Gilbert Pago —

Mesdames et Messieurs les Parlementaires,

L’histoire et la géographie de nos territoires se conjuguent pour rendre selon nous évidente la mission pour vous qui découle de la brûlante actualité de notre partie du monde. Personne ne peut être sourd aux bruits de bottes que l’on entend poindre pour le Venezuela.

En tant que Parlementaires, vous pouvez goûter facilement aux amères délices de la fiction suivante.

Imaginez le Président de votre Assemblée Nationale ou de votre Sénat, soudain atteint par la folie du pouvoir ou gagné par le « dégagisme » qui s’exprime en ce moment dans les rues de nombreuses villes de France, depuis 14 semaines contre le Président en exercice, se déclare Président à sa place ( on appelle ça un  » président autoproclamé  » ) au motif , d’ailleurs vrai !, que celui-là n’a été élu que par une minorité du corps électoral français.

Lire Plus =>

« C’est irresponsable de parler de coup d’État au Venezuela »

— Par Sarah Diffalah —

Paula Vasquez Lezama est spécialiste du Venezuela. Elle décrypte la situation après l’autoproclamation de Juan Guaido comme président par intérim.

Le Venezuela s’est réveillé ce jeudi 24 janvier avec deux présidents : Nicolas Maduro, réélu le 20 mai 2018 lors d’un scrutin boycotté par la coalition de l’opposition (une élection non reconnue par une partie de la communauté internationale), et Juan Guaido, président du Parlement, nouvelle figure de l’opposition. Décryptage de la spécialiste du Venezuela, Paula Vasquez Lezama, chargée de recherche au CNRS.

En France, Jean-Luc Mélenchon a dénoncé une « tentative de coup d’Etat », reprenant les paroles de Nicolas Maduro. Peut-on parler de « coup d’Etat » ?

Bien sûr que non ! C’est irresponsable de dire cela. C’est de la manipulation. Nicolas Maduro a usurpé son élection. Elle n’est pas légitime. L’opposition a essayé de respecter la Constitution. A la suite de la fraude électorale de 2018, le président de l’Assemblée nationale a prêté serment comme président par intérim, en accord avec la Constitution.

Lire Plus =>

Meeting de solidarité avec « la révolution bolivarienne »

Jeudi 31 janvier 2019 à 18h Maison des syndicats à FdF

— Par le CNCP, le PKLS, le MODEMAS —

Non à l’ingérence ! Non à la subversion ! Solidarité avec la révolution bolivarienne

Les médias au service des multinationales intensifient leur campagne de désinformation pour justifier le renversement d’un Président démocratiquement élu.
Le même MACRON qui réprime sauvagement les « Gilets Jaunes » et multiplient des mesures fascisantes en France a le culot d’ordonner au Président MADURO d’organiser des élections et de se plier devant un coup d’Etat téléguidé par le fasciste TRUMP.
Toute notre région risque d’être déstabilisée par la politique agressive des puissances impérialistes occidentales qui bafouent les règles les plus élémentaires du droit international.
Pour connaître la vérité sur la situation au Venezuela
Pour manifester notre solidarité avec le peuple vénézuélien
LE CNCP, LE PKLS, LE MODEMAS
VOUS INVITENT AU MEETING QU’ILS ORGANISENT
JEUDI 31 JANVIER 2019 A 18 H
Maison des syndicats à Fort-de-France

Lire Plus =>

Le Venezuela est désormais le pays plus dangereux au monde

— Par RFI —

Avec un taux de 81,4 homicides pour 100 000 habitants, le Venezuela a dépassé le Honduras et le Salvador, qui ont connu une baisse sensible, selon les annonces jeudi de l’Observatoire vénézuélien de la violence. Les chiffres sont toutefois ici aussi en légère baisse, et c’est paradoxalement une conséquence de la crise qui frappe le pays.

Avec Benjamin Delille correspondant à Caracas de Rfi

Selon le directeur de l’Observatoire vénézuélien de la violence (OVV), Roberto Briceño-León, cette baisse du taux d’homicide s’explique avant tout par une censure du gouvernement chaviste. « Il nous semble qu’il y a une décision politique de ne pas recenser les délits. Non seulement cela permet d’éviter que ces données dérangeantes sortent du pays, mais cela permet aussi qu’elles ne soient pas connues ici. »

Le sociologue estime tout de même que deux facteurs peuvent avoir fait baisser le taux d’homicide. D’abord, la politique d’élimination pure et simple des délinquants par la police. Selon lui, un tiers des 23 000 homicides commis cette année l’ont été par des forces de l’ordre.

Lire Plus =>

Venezuela: la population bat le pavé contre la pénurie du pernil de fin d’année

— Par RFI —
Les manifestations se multiplient au Venezuela pour exiger du « pernil ». Ce jambon à l’os, plat principal des fêtes de fin d’année, est touché par une importante pénurie pour la deuxième année consécutive.

Avec notre correspondant à Caracas, Benjamin Delille

Les rassemblements et les blocages de route se multiplient depuis trois semaines pour exiger que le pernil soit distribué par les autorités. C’est lors du dernier week-end de décembre que cette colère a été la plus intense, en particulier à Caracas, la capitale. Dans plusieurs quartiers populaires, les principaux accès ont été fermés quelques heures par des habitants en colère.

Samedi 29 décembre, un groupe de personnes a même tenté d’aller réclamer leur jambon directement devant le palais présidentiel avant d’être dispersé par la garde nationale bolivarienne. Une dispersion à coup de gaz lacrymogènes, utilisés aussi dimanche contre les habitants du barrio Limon, qui avaient bloqué la route reliant Caracas à son aéroport international.

Pourquoi une telle colère dans un pays tristement habitué aux pénuries d’aliments ?

Lire Plus =>

Caracas, danse avec les morts

— Par Claire Paccalin, Roméo Langlois, Mayssa Awad, Herminia Fernandez —
Le Venezuela traverse l’une des pires crises économiques de son histoire. Pour les habitants de la capitale, le quotidien est à la survie. Les services publics sont à l’abandon et l’État providence n’est plus qu’un lointain souvenir. Le Venezuela s’enfonce, le crime explose, les prisons s’emplissent. Du commissariat à l’hôpital, de la morgue au cimetière, les reporters de France 24 nous livrent une plongée inédite à Caracas, qui s’en remet aux morts quand la vie ne vaut plus grand-chose.
Caracas est l’une des capitales les plus violentes au monde, et avec la crise, la situation empire. La délinquance atteint des sommets et même les cimetières sont pillés. On s’y adonne même à la sorcellerie à partir de restes humains dans l’espoir d’un avenir meilleur.

Depuis 2015, quelque trois millions de Vénézuéliens ont fui la faim, la violence, la maladie. Mais tous n’ont pas les moyens de partir. Ceux qui restent sont de plus en plus nombreux à se tourner vers l’au-delà.

Lire Plus =>

L’ex-chaviste Luisa Ortega Díaz: «Le Venezuela n’a pas de gouvernement, mais une bande de délinquants»

— Par Jean-Baptiste Mouttet —
Elle est l’un des fers de lance de l’opposition à Nicolás Maduro. L’ancienne procureure générale du Venezuela, Luisa Ortega Díaz, attaque le président vénézuélien par le flanc judiciaire. Dénonçant le non-respect des droits de l’homme, décrivant un pouvoir corrompu, elle souhaite l’arrestation du président vénézuélien, dans un entretien à Mediapart.
est une des dissidences qui a le plus ébranlé le gouvernement de Nicolás Maduro. Luisa Ortega Díaz était procureure générale de la République du Venezuela depuis 2007 et perçue comme un pilier du pouvoir chaviste. Le 31 mars 2017, cette image vole en éclats. Alors qu’elle présente son bilan annuel, elle dénonce une « rupture de l’ordre constitutionnel ».

En cause ? La décision du Tribunal suprême de justice (TSJ) [la Cour suprême, aux mains de l’exécutif – ndlr] de priver l’Assemblée nationale de ses compétences et les députés de leur immunité. Malgré le rétropédalage de la Cour, l’Assemblée nationale, où l’opposition est majoritaire, est demeurée une coquille vide. Le pays vivait alors des manifestations quotidiennes contre l’autoritarisme de Maduro.

Lire Plus =>

Au Venezuela, des opposants racontent la torture

— Par Jean-Baptiste Mouttet —

Bastonnades, électrocutions, asphyxies : les prisonniers politiques vénézuéliens sont victimes de multiples supplices et vivent dans des conditions sanitaires déplorables. Dans l’incapacité de se défendre équitablement, ces détenus constituent une monnaie d’échange pour le gouvernement. Plusieurs anciens prisonniers témoignent.

Ils étaient une centaine de Vénézuéliens à suivre le cortège funèbre de Fernando Albán, le 10 octobre. « Assassins ! », « Nous exigeons la justice ! », pouvait-on lire sur les pancartes. Le gouvernement explique que le conseiller municipal du parti d’opposition Primero Justicia (PJ) s’est suicidé deux jours auparavant en se lançant du 10e étage du siège des services de renseignement vénézuéliens (Sebin), en plein centre de la capitale Caracas. Mais, pour l’opposition, il a été tué « par le régime ».

Fernando Albán était suspecté d’avoir participé à l’attaque aux drones contre le président Nicolás Maduro en août dernier. Sa mort brutale n’étonne pas les anciens prisonniers politiques. « Les conditions auxquelles sont soumis les prisonniers, la terreur, peuvent amener à ce qu’une personne mette fin à sa vie.

Lire Plus =>

Venezuela : l’OEA n’exclut pas «une intervention militaire» contre Maduro

Luis Almagro, le dirigeant de l’Organisation des États d’Amérique, a ouvertement évoqué la possibilité de « renverser le régime de Nicolas Maduro ».
Le secrétaire général de l’OEA, Luis Almagro, a déclaré vendredi qu’il ne fallait pas exclure « une intervention militaire » au Venezuela pour « renverser » le gouvernement de Nicolas Maduro, responsable de la grave crise économique, humanitaire et migratoire que traverse le pays.

« En ce qui concerne une intervention militaire visant à renverser le régime de Nicolas Maduro, je pense que nous ne devons exclure aucune option », a déclaré Luis Almagro lors d’une conférence de presse dans la ville colombienne de Cúcuta, principal point d’entrée des Vénézuéliens en Colombie, près de la frontière avec le Venezuela.

Le dirigeant de l’Organisation des Etats d’Amérique (OEA), que le président Maduro accuse d’« ingérence », a soutenu sa déclaration en faisant état de « violations des droits de l’homme » et de « crimes contre l’humanité » commis selon lui par le gouvernement vénézuélien contre son peuple.

La « dictature » de Maduro
« Devant la souffrance des gens, devant l’exode [de la population] qu’il [le gouvernement vénézuélien] a provoqué, des actions diplomatiques doivent tout d’abord être menées, mais nous ne devons exclure aucune [autre] action », a-t-il déclaré.

Lire Plus =>

Venezuela : L’ONU affirme que la situation est due à la guerre économique

Le Bureau du Haut-Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme (ACNUDH) a publié un long rapport sur la situation au Venezuela qui assure que ses problèmes sont dus, en grande partie, à la guerre économique et au blocus financier contre le Gouvernement de Nicolás Maduro.

Ce document compare les sanctions et les blocus économiques modernes contre les pays aux « sièges des villes mis en place au Moyen-Age dans l’intention des les obliger à se rendre. »

Il est catégorique sur le fait qu’au Venezuela, il n’y a pas de crise humanitaire ni de crise de l’alimentation.

Rapport de l’ONU sur le Venezuela

Le document, publié le 30 août dernier, a été élaboré par l’expert indépendant de l’ONU, Alfred-Maurice de Zayas, dans le cadre de la « promotion d’un ordre international démocratique et équitable » après une visite qu’il a faite dans le pays entre le 26 novembre et le 9 décembre 2017.

Le but de sa mission était d’examiner le modèle social et économique du Venezuela et de faire des propositions sur la situation des droits de l’homme, les tensions économiques et politiques provoquées par l’hyperinflation, la pénurie d’aliments et de médicaments et l’émigration massive, dit le rapport.

Lire Plus =>

Venezuela : l’inflation devrait grimper à 1 000 000% d’ici fin 2018 d’après le FMI

L’inflation au Venezuela devrait accélérer de 1 000 000 % d’ici la fin de l’année et le PIB du pays, en crise financière et humanitaire, devrait se contracter de 18 % en 2018, selon des prévisions du FMI publiées lundi.

Le Venezuela, en proie à une crise politico-économique, va sombrer davantage dans la récession cette année avec une hyperinflation qui devrait grimper à 1 000 000% d’ici fin décembre, a estimé lundi 23 juillet le FMI.

Le Produit intérieur brut (PIB) vénézuélien devrait se contracter de 18 % en 2018, a indiqué lundi le Fonds monétaire international (FMI). C’est pire que ce qui était estimé en avril (15 %).

« Nous projetons une poussée de l’inflation de 1 000 000 % d’ici la fin 2018, ce qui signifie que le Venezuela est dans une situation similaire à celle de l’Allemagne en 1923 ou à celle du Zimbabwe à la fin des années 2000 », a commenté dans un blog Alejandro Werner, un des responsables du Fonds monétaire international.

Il souligne en outre que les pays voisins risquent d’être de plus en plus exposés aux répercussions de l’effondrement de l’économie vénézuélienne.

Lire Plus =>

Venezuela : élection sans surprise, dans un pays au bord de la faillite

L’élection présidentielle vénézuélienne se déroule ce dimanche 20 mai, où le président sortant, Nicolas Maduro, est le grand favori. Sans opposant, il devrait l’emporter facilement.

L’élection semble jouée d’avance au Venezuela. Nicolas Maduro est candidat à sa propre succession ce dimanche 20 mai, dans un scrutin où tous ses opposants ont été mis de côté. Surtout, le pays est rongé par l’inflation et est au bord de la faillite. Mais dans les rues de Caracas, à quelques heures du scrutin, on danse et on chante à la gloire du président. La police politique de Maduro est prête à intervenir : pas question que les images d’opposants ne viennent saboter la campagne.
Quatre millions de Vénézuéliens ont déjà fui

Une liesse peu en rapport avec le quotidien des Vénézuéliens. Depuis cinq ans que Nicolas Maduro est à la tête du pays, les habitants manquent de tout. Quatre millions d’entre eux ont déjà quitté le pays, comme cette journaliste installée aujourd’hui à Paris. « Les gens de l’opposition sont découragés, ils n’ont pas envie de voter.

Lire Plus =>

Un rapport de l’ONU accable le régime de Maduro

Un récent rapport a découvert que sur les 124 morts liées aux manifestations des derniers mois, 46 étaient imputables aux forces de sécurité et 27 à des groupes armés progouvernementaux.

Le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH) a accusé, mercredi 30 août, le Venezuela de « réprimer des voix critiques et d’instiller la peur parmi la population ». « L’usage systématique et généralisé de la force lors des manifestations et la détention arbitraire de manifestants ou d’opposants politiques indiquent qu’il ne s’agit pas d’actes illégaux et secrets d’officiels isolés », estime le rapport.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro « a été élu par le peuple », a reconnu le Haut-Commissaire Zeid Ra’ad Al-Hussein devant les médias à Genève, mais les récentes actions du gouvernement « donnent l’impression que ce qu’il reste de la vie démocratique au Venezuela est en train d’être écrasé ».

Interrogé sur les commentaires du président français, Emmanuel Macron, qui a qualifié mardi le régime du président Maduro de « dictature », M. Zeid a confirmé qu’il y avait eu « une érosion de la vie démocratique ».

Lire Plus =>

Le Venezuela au bord du précipice

— Une analyse de Yves Besançon. —
venezuela_precipiceLa République bolivarienne du Venezuela, ébranlée par une crise à la fois économique, politique et humanitaire, est en passe, dans sa chute vertigineuse, de retrouver un niveau de son produit intérieur brut (PIB) par habitant inférieur à celui du début des années……soixante ! Bien évidemment, cette crise économique est à mettre en relation avec la diminution sensible du prix du pétrole à partir de 2013 – le cours du Brent passant en moyenne annuelle de 112 à 40 dollars entre 2012 et le premier semestre 2016 -, dans le cadre d’une économie nationale caractérisée par la « monoculture pétrolière ». Pour autant, la baisse du prix de l’or noir ne saurait tout expliquer du cataclysme en cours. Radiographie d’un chaos économique inédit dans l’histoire pétrolière du pays.

Lire Plus =>